Ragnarök

Coûts des serveurs - Collecte de fonds 2023

Faire fonctionner un site web qui accueille des millions de lecteurs chaque mois coûte extrêmement cher. Nous devons non seulement payer nos serveurs, mais aussi les services connexes tels que notre réseau de diffusion de contenu, Google Workspace, la messagerie électronique, etc. Nous préférerions utiliser cet argent pour produire davantage de contenu historique gratuit pour le monde entier. Merci de votre aide !
$256 / $21000

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Yves Palisse
publié le 13 septembre 2021
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, ukrainien, serbe, espagnol, Turc
Ragnarök After Surtr Engulfs the World (by Emil Doepler, Public Domain)
Le Ragnarök après que Surt ait enflammé le monde
Emil Doepler (Public Domain)

Dans la mythologie scandinave, le Ragnarök est la bataille apocalyptique entre les forces du désordre et celles de l'ordre. C'est l'évènement qui provoque la fin du monde et entraîne la mort de la plupart des dieux et de leurs adversaires avant de finalement accoucher d'un monde nouveau. Toutefois, certaines sources nient que la tradition pré-chrétienne ait jamais fait état d'une quelconque renaissance du monde.

Le Ragnarök ('Destin des dieux'), également appelé Ragnarokkr ('Crépuscule des dieux'), est l'événement qui déclenche la fin du cycle mythique ayant commencé par la naissance des dieux d'Asgard (les Ases) et la création des neuf royaumes de la cosmologie scandinave. Les dieux avaient établi l'ordre cosmogonique et, jusqu'à l'avènement du Ragnarök, avaient réussi à maintenir sous leur contrôle les forces du désordre. Or, à compter de cet instant, ces forces s'affranchissent de leur autorité, et, bien que se sachant condamnés, les dieux n'hésitent pas à se jeter dans la bataille afin de sauver le monde qu'ils ont créé.

Supprimer la pub

Advertisement

IL EST POSSIBLE QU'UNE VERSION PLUS ANCIENNE DE LA LÉGENDE DU RAGNARÖK SE SOIT TERMINÉE PAR l'annihilation DE L'UNIVERS SANS LA MOINDRE NOTION DE RENAISSANCE À LA CLÉ.

Les dieux échouent dans leur mission et la plupart d'entre eux, notamment Odin, Thor, Tyr et Heimdall, trouvent la mort au combat. Néanmoins, l'ordre est préservé et un nouveau monde finira par émerger des cendres de l'ancien. Traditionnellement, depuis le XIIIe siècle, le Ragnarök est compris comme la destruction des Neuf Royaumes. Il arrive précédé de signes avant-coureurs tels que des changements climatiques radicaux et un effondrement des valeurs traditionnelles. S'ensuivra l'ultime bataille qui mettra un terme au cycle d'existence en cours avant d'en engendrer un nouveau. Après le Ragnarök, les dieux rescapés du carnage retournent à l'endroit où se dressait autrefois leur cité, et le seul couple d'humains survivant se met en devoir de repeupler la terre afin de donner le jour à une ère nouvelle.

Cette vision du Ragnarök est presque certainement influencée par le christianisme, et il est possible qu'une version plus ancienne de cette légende se soit terminée par l'annihilation de l'univers sans la moindre notion de renaissance à la clé. Cette théorie ne fait cependant pas l'unanimité dans la mesure où les mythes scandinaves oraux sont antérieurs à l'avènement du christianisme dans la région et où il n'existe aucune trace écrite de la manière dont le Ragnarök a pu être compris. De nos jours, cet événement est surtout connu à travers les médias populaires, notamment un film, un jeu vidéo et une série télévisée, qui suggèrent tous une renaissance après la destruction du monde.

Supprimer la pub

Advertisement

Origines et sources

L'histoire du Ragnarök est suggérée par des pierres runiques datant des Xe et XIe siècles - notamment la croix de Gosforth, située en Angleterre, la croix de Thorwald sur l'île de Man et la pierre runique de Ledberg en Suède - et n'est attestée par écrit qu'à partir du XIIIe siècle, dans l'Edda poétique et l'Edda en prose. L'Edda poétique est un recueil de poèmes scandinaves anciens, tandis que l'Edda en prose a été composée par le mythographe islandais Snorri Sturluson (1179-1241) à partir de sources plus anciennes et en s'inspirant de la tradition orale.

Gosforth Cross Depicting Ragnarök
La croix de Gosforth décrivant le Ragnarök
Andrew Howe (CC BY-NC-ND)

Avant la conversion de la région au christianisme vers l'an 1000, les mythes, les légendes et les récits étaient transmis oralement. Les runes étaient utilisées comme pierres commémoratives et pour transmettre de brefs messages, mais n'avaient pas vocation à narrer des œuvres plus longues, de sorte que toute la mythologie scandinave qui nous est parvenue a été consignée d'un point de vue strictement chrétien. L'écrivain John Lindow précise :

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

À peu d'exceptions près, la mythologie scandinave a été rédigée par des chrétiens... Au moins certains des moines étaient suffisamment instruits pour composer des textes aussi bien en latin qu'en islandais. Selon toute apparence, certains laïcs issus des classes sociales supérieures possédaient également un degré d'instruction comparable, au moins en islandais. Quoi qu'il en soit, tout texte rédigé dans le langage savant de l'église ou dans le langage autochtone ne pouvait qu'être le résultat de la conversion au christianisme, qui avait amené dans son sillage la technologie du manuscrit. (10)

Même les poèmes de la compilation connue sous le nom de Codex Regius ('Livre du roi', écrit vers 1270), dont certains datent du Xe siècle et sont inclus dans l'Edda poétique, ont donc été écrits soit par des chrétiens, soit par des copistes influencés par la doctrine chrétienne. Parmi ces textes figure le Völuspá ('La prophétie de la sorcière', rédigé vers le Xe siècle) dans lequel Odin convoque une völva (voyante) qui raconte la création du monde, prédit le Ragnarök et décrit ses retombées, notamment le retour à la vie après la fin du cycle actuel.

Codex Regius of the Poetic Edda
Codex Regius de l'Edda poétique
Unknown (Public Domain)

D'autres œuvres de l'Edda poétique, telles que Baldrs Draumar ('Les rêves de Baldur'), Vafþrúðnismál ('les dits de Vafthrúdnir') et le Völuspá hin skamma ('La Völuspá brève') évoquent ou décrivent également le Ragnarök. Sturluson s'est inspiré de ces œuvres, ainsi que d'autres, pour rédiger son Edda en prose, dans laquelle le Ragnarök est traité de manière exhaustive dans la section Gylfaginning, qui décrit en détail la mort des dieux et la destruction des neuf royaumes.

Cosmologie et destinée nordiques

À l'aube de la création, il n'y avait que l'arbre-monde Yggdrasil et le gouffre sans fond de Ginnungagap bordé d'un côté par les feux du royaume de Muspelheim et de l'autre par la glace de Niflheim. Les flammes de Muspelheim firent fondre la glace de Niflheim, révélant le géant Ymir et la vache Audhumla. Audhumla lécha la glace et découvrit le dieu Búri dont le fils Borr s'accoupla avec la géante Bestla, donnant naissance aux dieux Odin, Vili et Vé. À la même époque, Ymir se féconda lui-même et donna naissance à la race des jötunn, dont certains étaient des géants. Odin, Vili et Vé tuèrent Ymir et la plupart de sa progéniture, puis créèrent les neuf royaumes que Sturluson nomme ainsi :

Supprimer la pub

Advertisement

  • Asgard - le royaume des Ases, relié à Midgard par le pont arc-en-ciel.
  • Alfheim - le royaume des elfes
  • Hel - le royaume de ceux qui sont morts de maladie ou de vieillesse, puis de la plupart des défunts.
  • Jotunheim - le royaume des géants et des géants des glaces.
  • Midgard - le royaume des humains entre Asgard et Jotunheim
  • Muspelheim - le royaume du feu, du géant du feu Surt et des forces du désordre affiliées à Surt.
  • Nidavellir/Svartalfheim - le royaume des nains situé sous terre.
  • Niflheim - le royaume de la glace, de la neige et de la brume près de Muspelheim.
  • Vanaheim - le royaume des Vanes.

Ces mondes étaient reliés entre eux par les racines d'Yggdrasil. Un aigle vivait au sommet de l'arbre et un dragon-serpent, Nidhogg, rongeait perpétuellement ses racines. Un écureuil nommé Ratatoskr passait son temps à semer la discorde entre l'aigle et le serpent en leur délivrant de faux messages insultants pour l'un comme pour l'autre. Pendant que les créatures vivant dans l'arbre vaquent à leurs occupations, les trois Nornes - les Parques - sont également à l'œuvre dans les racines d'Yggdrasil, où elles tissent la destinée de tous les êtres vivants, y compris celle des dieux.

Yggdrasil by Finnur Magnússon
Yggdrasil, par Finnur Magnússon
The Public Domain Review (Public Domain)

Les dieux scandinaves n'étaient pas immortels, mais jouissaient d'une longévité exceptionnelle et restaient éternellement jeunes grâce aux pommes magiques de la déesse Idunn. Ils devaient périodiquement consommer ce fruit afin de conjurer la vieillesse et de conserver la vigueur de leur jeunesse. Les Nornes décrétèrent que cette pratique se poursuivrait et que les dieux jouiraient de la jeunesse éternelle jusqu'à l'avènement du Ragnarök, qui serait annoncé par la mort du plus beau des dieux, Baldr.

La mort de Baldr et les enfants de Loki

Baldr est le fils d'Odin et de la déesse Frigg. Dans le poème Les Rêves de Baldur, il fait des cauchemars dans lesquels un malheur inconnu lui arrive. Alors, Odin enfourche Sleipnir et se rend au royaume de Hel, où il invoque l'esprit d'une voyante qui lui dit que Baldr y descendra bientôt à son tour. Sturluson développe cette histoire dans l'Edda en prose en y ajoutant qu'au même moment, Frigg fait à son tour des cauchemars au sujet de son fils. Apeurée, elle fait promettre à toutes les choses des neuf royaumes, animées et inanimées, de ne jamais faire de mal à Baldr, mais néglige de parler au gui, qui lui semble trop inoffensif.

Supprimer la pub

Advertisement

Sur ces entrefaites, le dieu trompeur Loki découvre l'existence du gui et en rapporte une branche à Asgard, où les dieux s'amusent à lancer des objets sur Baldr pour les voir rebondir sur lui sans lui faire le moindre mal. Le frère de Baldr, le dieu aveugle Hodr, ne pouvant participer au jeu en raison de sa cécité, Loki lui met la branche dans la main et dirige son tir. La branche de gui transperce Baldr et le tue. Le dieu Hermodr se rend alors sur Sleipnir au royaume de Hel pour y demander le retour de Baldr. Elle y consent à la condition que l'ensemble de la création pleure sa mort. Hermodr parvient presque à ses fins, mais une géante nommée Thokk (qui n'est autre que Loki déguisé) refuse de pleurer et Baldr doit rester dans le royaume des morts.

Baldr's Death
La mort de Baldr
Jakob Sigurðsson (Public Domain)

Odin s'accouple alors avec la géante Rindr dans le seul but d'engendrer le dieu-héros Váli qui atteint l'âge adulte en un jour et tue Hodr pour venger la mort de Baldr. Váli aide ensuite les autres dieux à traquer Loki, à tuer son fils Narfi et à lui arracher les intestins, qu'il utilise pour lier Loki dans une grotte où un serpent lui déverse du venin brûlant sur le visage.

Avant la mort de Baldr, Odin avait ordonné que certains des autres enfants de Loki, le loup Fenrir, le serpent Jörmungandr et la jötunn Hel, soient enlevés à leur mère dans le royaume de Jotunheim. Jörmungandr fut jeté à la mer, Fenrir enchaîné à un rocher sur une île, et Hel fut envoyé pour régner sur le pays des morts, sous le royaume de Niflheim. Une fois la mort de Baldr irréversible, le Ragnarök se met en marche inexorablement. Les enfants de Loki, ainsi que leur père, se libèreront de leurs chaînes pour attaquer les dieux et le monde de l'ordre.

Supprimer la pub

Advertisement

Le crépuscule des dieux


IL ÉTAIT GÉNÉRALEMENT ADMIS QUE LES GUERRIERS MORTS AU COMBAT ÉTAIENT CONDUITS DANS L'AU-DELÀ, OÙ ILS COMBATTAIENT À NOUVEAU EN HÉROS AVANT DE MOURIR UNE DEUXIÈME FOIS AVEC LA MAJORITÉ DES DIEUX.

Durant l'ère viking (vers 790 - vers 1100), on considérait que la mort de Baldr s'était déjà produite et la population admettait facilement qu'elle était en train de vivre la fin des temps. On pensait qu'Odin envoyait ses Valkyries recruter les morts héroïques sur les champs de bataille pour en faire des einherjar ('armée d'un seul') festoyant et combattant au Valhalla jusqu'au jour où ils rejoindraient les dieux contre les forces du désordre lors du Ragnarök. La déesse Freyja choisissait ses propres guerriers pour son royaume de Fólkvangr, probablement dans le même but, et il était généralement admis que les guerriers morts au combat étaient conduits dans l'au-delà où ils combattaient à nouveau en héros avant de mourir une seconde fois avec la majorité des dieux.

Bien que la mort de Baldr ait préparé le terrain pour la fin du monde, la vie continuait comme avant jusqu'à l'apparition de certains signes annonçant l'arrivée imminente du Ragnarök. L'écrivain Robert Carlson développe le sujet :

Les liens familiaux ainsi que les croyances traditionnelles vont petit à petit se déliter et disparaître. Un sentiment d'anarchie morose va se répandre. Viendra ensuite une période connue sous le nom de Fimbulvetr, caractérisée par trois hivers de plus en plus rigoureux, sans été pour les séparer. Trois coqs chanteront : le coq cramoisi Fjalar chantera pour les Géants ; le coq doré Gullinkambi chantera pour les dieux ; et un troisième coq ressuscitera les morts. Le soleil sera dévoré par le loup Skoll, et son frère, Hati, avalera la lune, plongeant ainsi le monde dans l'obscurité. Des tremblements de terre vont libérer Fenrir, le loup monstrueux, qui ouvrira sa gueule si grande que sa mâchoire supérieure saisira le ciel et sa mâchoire inférieure la terre, et il répandra la terreur dans les neuf mondes, détruisant toute vie sur son passage. Les montagnes les plus hautes vont s'effondrer sur elles-mêmes. Les mers envahiront la terre lorsque le serpent Jormungandr s'approchera du rivage. (20)

Sköll et Hati étaient les fils de Loki et, comme le loup Garm qui gardait les portes de Hel, on pense qu'ils correspondaient au Fenrir des contes pré-chrétiens. Avant que Fenrir ne soit devenu plus tard le personnage central de sa propre histoire, il semble qu'il se soit agi à l'origine d'un grand loup qui a avalé le soleil et la lune et était peut-être le gardien du royaume des morts. Jörmungandr, encore petit lorsqu'il fut précipité dans la mer, est devenu le serpent de Midgard qui surgit des abysses, provoquant des raz-de-marée. Pendant ce temps, Fenrir brise ses chaînes et hurle aux portes de Hel, qui lui procure une armée de morts dont l'essence de vie a été aspirée par Nidhogg, qui suivra Loki, désormais libre lui aussi, dans la bataille.

Loki et son armée arrivent sur le champ de bataille de Vigrid accompagné de Surt et des autres géants du feu, soit à bord du navire Naglfar, soit dans un autre. Le Naglfar était un navire fabriqué à partir des ongles des morts. Dans le Völuspá il est piloté par Loki, mais dans d'autres versions par le géant Hrymr. Surt brandit une épée plus brillante que le soleil lorsqu'ils débarquent à Vigrid, où les attendent Odin et les autres dieux d'Asgard, ainsi que les héros du Valhalla et, peut-être, ceux de Fólkvangr (bien que ce ne soit qu'une hypothèse). Il n'est pas non plus fait mention des Valkyries durant le Ragnarök, mais on suppose qu'elles prennent part au combat aux côtés de leur roi, Odin, et de leur proche alliée, Freyja.

Ragnarök
Le Ragnarök
Johannes Gehrts (Public Domain)

Fenrir tue Odin avant de tomber sous les coups de Vidarr, le fils d'Odin. Thor terrasse Jörmungandr, mais, une fois le combat terminé, n'a que le temps de faire neuf pas avant de succomber au poison du serpent. Loki et le dieu Heimdall s'entretuent, Freyr est occis par Surt, Týr et Garmr finissent par s'entretuer, et les dieux Mani et Solveig tombent sous les crocs de Sköll et Hati. Surt enflamme le monde de son épée et les neuf royaumes disparaissent dans le brasier qui s'ensuit et met un terme au cycle de vie initié par l'acte de création des dieux.

Conclusion

Les survivants du cataclysme sont les déesses Frigg, Freyja, Sif, Idunn, la fille de Thor, Thrud, les fils de Thor, Magni et Modi, Hermodr, Aegir, les fils d'Odin, Vidarr et Váli, ainsi que quelques autres ; aucun survivant n'est mentionné du côté des forces du désordre. On suppose que la fille de Loki, Hel, a péri avec son royaume dans la conflagration, car l'on n'entend plus jamais parler d'elle par la suite. Baldr, sa femme, la déesse de la lune Nanna, et Hodr sont délivrés de Hel, ce qui tend à suggérer que la reine des morts n'a plus aucun pouvoir sur ses sujets. Le monde renaît comme décrit dans la Völuspá :

Je vois la terre
Se lever une seconde fois
sortir de la mer,
Des chutes d'eau cascader,
et des aigles planer dans le ciel,
chassant les poissons
parmi les sommets des montagnes.
Les Ases se réunissent
Sur Ithavoll
Et contemplent
Les ossements du serpent de Midgard,
Et là, ils se souviennent
Les grands événements du Ragnarök
Et la vieille sagesse d'Odin.

(Strophes 57-58, Crawford, 15)

Les dieux visiteront le lieu où s'élevait autrefois la cité d'Asgard, trouvant dans l'herbe les pièces de jeu en or avec lesquelles ils jouaient, et ils se souviendront de ce qui fut et raconteront les histoires de ce passé glorieux à un nouveau présent. Deux humains, Lif et Lifthrasir, ont survécu au Ragnarök en se cachant et sortent désormais pour repeupler la terre. C'est le début d'un nouveau cycle de vie.

Cette vision de la renaissance du monde suivant le Ragnarök introduit le palais appelé Gimlé - 'un palais plus beau que la lumière du soleil' - dans les plaines d'Ithavoll (Iðavöllr), où ils se rencontrent pour la première fois après la bataille, qui 'donnera des fruits sans avoir besoin de travailler' dans un monde où 'toute maladie aura disparu' (Völuspá, strophes 57-61). Des chercheurs contemporains ont noté la similitude entre ce récit de renaissance et le concept de nouveau ciel et de nouvelle terre du christianisme. Pour certains, il s'agit de la réinvention d'un mythe ancien qui se terminait par la mort et la destruction du monde sans espoir de renaissance.

After Ragnarök
L'après Ragnarök
Emil Doepler (Public Domain)

L'écrivain Daniel McCoy, par exemple, soutient qu'à l'origine, le Ragnarök était la fin de toute chose, y compris des dieux, car il note que la croyance scandinave pré-chrétienne ne suggère pas une croyance en la renaissance du monde. Le problème avec la thèse de McCoy est que toute la mythologie scandinave existante a été rédigée par des chrétiens ou par des individus vivant dans une société chrétienne et influencés par elle, de sorte qu'on ne sait pas exactement ce qu'il faut comprendre par 'croyances scandinaves pré-chrétiennes'.

Toutefois, la théorie de McCoy ne manque pas d'intérêt dans la mesure où il note que le mythe du Ragnarök se serait développé à une époque où le christianisme 'tuait' les anciens dieux et mettait fin aux valeurs traditionnelles scandinaves. Le monde connu jusqu'alors était en train de se transformer en quelque chose de nouveau et, au moins au début, de malvenu, car un système de croyance étranger remplaçait l'ordre, les traditions et les rituels ancestraux. Dans ce climat d'incertitude, le concept de fin du monde sans possibilité de renaissance n'a pu manquer de s'imposer. Dans le même temps, les croyances pré-chrétiennes scandinaves et islandaises semblent reconnaître la nature cyclique de l'existence - comme de nombreuses cultures anciennes - et il est tout aussi possible, voire probable, qu'elles n'aient vu dans le Ragnarök que la fin d'une partie du cycle de la vie qui s'élève et s'effondre pour se relever à nouveau.

Quelle qu'ait pu être la conception initiale du Ragnarök, c'est cette dernière qui a été retenue, car elle a le mérite d'offrir une lueur d'espoir dans un monde d'incertitude. C'est la vision du Ragnarök actuellement popularisée par le jeu God of War, le film Thor : Ragnarök et la série télévisée norvégienne Ragnarök, qui réinvente les dieux d'Asgard en adolescents luttant contre les géants que sont les grandes entreprises, la pollution et le changement climatique. Bien que la série télévisée soit en cours, elle devrait suivre le paradigme du mythe dans lequel l'ordre triomphe du désordre et le bien du mal, même au milieu des moments les plus sombres de l'histoire de l'humanité.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Yves Palisse
Linguiste passionné d'Histoire, Yves P Palisse est un traducteur indépendant possédant des années d’expérience dans les domaines de la traduction, de l’analyse des médias et du service à la clientèle. Après avoir beaucoup voyagé dans toute l'Europe, Il a fini par poser ses bagages à londres en 1999. Il a une passion pour les sciences humaines, le droit et la justice sociale.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2021, septembre 13). Ragnarök [Ragnarök]. (Y. Palisse, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-16423/ragnarok/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Ragnarök." Traduit par Yves Palisse. World History Encyclopedia. modifié le septembre 13, 2021. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-16423/ragnarok/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Ragnarök." Traduit par Yves Palisse. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 13 sept. 2021. Web. 05 févr. 2023.

Adhésion