Jörmungand

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 01 septembre 2021
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol, ukrainien
X
Jörmungandr in the Edda Oblongata (by Jungpionier, CC BY-NC-SA)
Jörmungand dans l'Edda oblongata
Jungpionier (CC BY-NC-SA)

Jörmungand est le serpent de Midgard (ou serpent du monde) dans la mythologie nordique, qui encercle le royaume de Midgard. Il est le fils du dieu Loki et de la géante Angrboða et le frère du grand loup Fenrir et de Hel, la reine des morts. Lors du Ragnarök, le Crépuscule des Dieux, il tue et est tué par le dieu Thor.

Fenrir, Jörmungandr et Hel vivaient avec leur mère à Jotunheim, le royaume des géants, lorsque les dieux d'Asgard reçurent une prophétie selon laquelle ils causeraient des problèmes à l'avenir et Odin ordonna donc qu'ils soient éliminés alors qu'ils étaient encore très jeunes. Il précipita Jörmungand dans la mer, relégua Hel dans le sombre royaume des morts, sous le Niflheim glacé, et finit par attacher Fenrir à un rocher sur une île. Jörmungand atteignit une taille si énorme qu'il encercla le monde - qui était considéré comme un disque plat - coinçant sa queue dans sa bouche.

Supprimer la pub
Publicité
Jörmungand est considéré par les érudits modernes comme un agent de transformation.

À la fin des jours connus sous le nom de Ragnarök, Fenrir se libérerait, Hel lui fournirait une armée de morts et Jörmungand libérerait sa queue et sortirait des mers pour rejoindre les forces du chaos dans la bataille contre les dieux et leurs héros. Les dieux seraient presque tous tués, mais ils vaincraient leurs adversaires et préserveraient l'ordre qui se poursuivrait par la renaissance d'un nouveau monde sur les cendres de l'ancien.

Jörmungand est donc compris par les érudits modernes comme un agent de transformation, à l'instar du symbolisme des serpents dans de nombreux, voire tous les systèmes de croyance de l'ancien monde. Des cultures aussi diverses que celles de l'Égypte, de la Mésopotamie et de bien d'autres présentent fréquemment un serpent comme un adversaire de l'ordre établi ou comme un aspect intégral de celui-ci, mais, dans tous les cas, comme une entité transformatrice.

Supprimer la pub
Publicité

Sources et origines

Son nom signifie "monstre énorme" ou "grande bête", et il est l'une des entités les plus anciennes de la mythologie nordique. Jörmungand apparaît dans des récits de la poésie skaldique avant le IXe siècle, lorsque le skald (poète) Bragi Boddason écrivit son Ragnarsdrápa ("Poème de Ragnar"), le plus ancien poème skaldique existant, qui fait référence à lui. Le serpent figure également dans le poème Húsdrápa ("La maison laïque"), datant de 980-985, dans la partie consacrée à la partie de pêche de Thor avec le géant Hymir, au cours de laquelle il tente d'attraper et de tuer Jörmungand. Une image de ce conte est gravée sur une pierre runique du XIe siècle, actuellement conservée au Musée national du Danemark.

Altuna Rune Stone
Pierre runique d'Altuna
Gunnar Creutz (CC BY-SA)

Jörmungand apparaît sur plusieurs pierres runiques et gravures préchrétiennes et paléochrétiennes. Les premiers contes nordiques étaient communiqués oralement et transmis de génération en génération jusqu'à l'avènement du christianisme en Scandinavie et en Islande, lorsque des moines lettrés commencèrent à les mettre par écrit. Avant la christianisation de la région, la seule communication écrite était constituée par les runes qui, selon l'érudit John Lindow, "sont utilitaires et, malgré les idées reçues, n'ont pas grand-chose à dire sur la mythologie ou la magie" (11). Les runes étaient utilisées sur les pierres commémoratives et les "bâtons runiques" pour transmettre de brefs messages ou donner le sens central d'un récit (comme dans le cas de la partie de pêche), mais n'étaient pas utilisées pour rédiger de longs textes. Lindow commente :

Supprimer la pub
Publicité

La mythologie scandinave a été, pratiquement sans exception, écrite par des chrétiens... tous les écrits, que ce soit dans la langue internationale de l'église ou dans la langue vernaculaire, sont le résultat de la conversion au christianisme, qui a apporté avec elle la technologie de l'écriture manuscrite. (10)

On ne sait pas très bien pourquoi les moines chrétiens conservèrent les contes païens, sauf dans les cas où ils les citent uniquement pour attaquer et rejeter le système de croyance antérieur, mais au XIIIe siècle, la tradition de conserver les mythes plus anciens était établie, et son plus grand contributeur fut l'historien et mythographe islandais Snorri Sturluson (1179-1241) qui préserva les traditions orales sous forme écrite.

L'Edda en prose de Sturluson s'appuie sur des ouvrages tels que le Ragnarsdrápa et le Húsdrápa pour créer un récit complet à partir des différentes histoires (et des différentes versions) du monde des dieux nordiques et des anciens héros qu'ils ont inspirés. Parmi les nombreux antagonistes qui menacent l'ordre établi, Jörmungand apparaît souvent et presque toujours en conflit avec le dieu du tonnerre et le fils d'Odin, Thor.

La forteresse d'Útgarða-Loki

Jörmungand avait de bonnes raisons de s'opposer à Odin. Alors qu'il n'était qu'un serpent assez petit, Odin l'avait jeté dans la mer en espérant qu'il se noie. Fenrir, le frère de Jörmungand, serait l'ennemi juré d'Odin et, pour des raisons jamais élucidées, Thor serait celui de Jörmungand. L'histoire d'Odin enlevant les enfants de Loki et les liant d'une manière ou d'une autre est tirée du chapitre 34 du Gylfaginning de l'Edda en prose de Sturluson, datant du XIIIe siècle. Une fois qu'Odin eut jeté Jörmungand dans la mer, le serpent commença à grandir (tout comme Fenrir sur terre) jusqu'à ce qu'il atteigne une longueur telle qu'il put encercler Midgard, le royaume des mortels. C'est à ce moment-là qu'il commença à affronter Thor, d'abord dans le château d'un géant, puis lors d'une partie de pêche.

Supprimer la pub
Publicité

Dans l'histoire d'Útgarða-Loki ("Loki de l'Outreterre"), tirée de l' Edda en prose, Thor voyage avec son serviteur humain Thjalfi et le dieu filou Loki lorsqu'il rencontre un géant nommé Skrymir qui leur propose de porter leur sac de nourriture, mais l'attache en serrant si fort que même le puissant Thor ne peut l'ouvrir. Thor attaque Skrymir à trois reprises avec son grand marteau, frappant sa tête pendant que le géant dort, mais à chaque fois Skrymir se réveille et demande si une feuille ou un gland n'est pas tombé sur sa tête, puis laisse les voyageurs poursuivre leur chemin.

Il n'est jamais clairement expliqué pourquoi Thor et Jörmungand se détestent avec tant de véhémence.

Ils arrivent à la forteresse du géant Útgarða-Loki et lui demandent l'hospitalité, mais il se moque d'eux parce qu'ils sont chétifs et leur dit que s'ils veulent y passer la nuit, ils doivent montrer leur valeur dans des compétitions. Loki se porte volontaire pour être le premier à manger le plus vite et est opposé à Logi, de la cour du géant. Loki mange toute la viande placée devant lui dans l'auge, mais Logi dévore la viande, les os et même l'auge, et remporte donc le concours. Thjalfi se lance ensuite dans une course contre un autre courtisan, Hugi, et perd les trois fois.

Quand vient le tour de Thor, il choisit un concours de boisson qu'il est sûr de gagner, mais bien qu'il boive trois fois, il ne peut vider la corne et s'avoue vaincu. Útgarða-Loki se moque de lui et lui dit qu'il aurait peut-être plus de chance en soulevant le chat gris du sol. Thor ne peut soulever le chat que suffisamment haut pour qu'une patte s'agite dans les airs,, et s'avoue à nouveau vaincu. Útgarða-Loki se moque à nouveau de lui et lui propose un combat de lutte avec la vieille femme Elli. Les deux luttent jusqu'à ce que Thor soit forcé de s'agenouiller et qu'Elli soit déclarée vainqueur. Útgarða-Loki leur permet alors de passer la nuit en récompense de leurs efforts.

Supprimer la pub
Publicité

Le lendemain matin, après avoir quitté le château avec Thor et ses compagnons, Útgarða-Loki leur explique ce qu'ils ont vécu. Il révèle d'abord qu'il était le géant Skrymir et qu'il avait jeté un sort pour tromper Thor; chaque fois que Thor le frappait dans les bois, il frappait en fait des montagnes qui étaient maintenant toutes nivelées. Une fois dans son château, le sort se poursuivit: Logi n'étaitpas un courtisan, mais un feu de forêt qui brûlait tout ce qui se trouvait dans l'abreuvoir et l'abreuvoir lui-même, et l'adversaire de Thjalfi, Hugi, était une pensée qui court plus vite que tout le reste.

La corne à laquelle Thor s'était abreuvé avait sa base dans la mer, de sorte que, peu importe la quantité qu'il buvait, il ne pouvait jamais la vider; il avait cependant tellement abaissé le niveau de la mer qu'il avait créé des marées. Le chat gris était Jörmungand, et Útgarða-Loki exprima sa grande admiration pour le fait que Thor ait pu le hisser aussi haut. La vieille femme Elli était la vieillesse que personne ne pouvait espérer vaincre. Lorsque Útgarða-Loki termina son explication, Thor leva son marteau pour le frapper pour sa tromperie, mais le géant et son château disparurent dans les airs.

La partie de pêche

La raison pour laquelle Thor et Jörmungand se détestent avec tant de véhémence n'est jamais clairement énoncée, mais les études modernes suggèrent que c'est à cause de l'insulte que Thor fit subir au serpent en essayant de le sortir de la mer au château d'Útgarða-Loki, et de la colère non résorbée de Thor d'avoir été trompé par le géant, qu'il concentre ensuite sur Jörmungand. Sa prochaine rencontre avec le grand serpent eut lieu lors d'une partie de pêche qui semble commencer de manière assez innocente jusqu'à ce que Thor ne la transforme en une expédition pour attraper et tuer Jörmungand.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Dans cette histoire, également tirée de l'Edda en prose mais apparaissant pour la première fois dans le Húsdrápa, Thor part pêcher sur un grand bateau avec le géant Hymir. Lorsque Hymir refuse d'offrir un appât à Thor, le dieu du tonnerre coupe la tête du plus gros bœuf d'Hymir et l'attache à son hameçon. Ils rament jusqu'à un endroit de la mer où Hymir a habituellement le plus de chance et attrapent deux baleines et plusieurs poissons. Hymir est satisfait de son voyage et veut retourner sur le rivage, mais Thor prend le contrôle du bateau, exigeant qu'ils aillent plus loin pour attraper le grand serpent. Hymir proteste, mais Thor obtient gain de cause, renforce sa ligne et appâte son nouvel hameçon, plus gros, avec la tête du bœuf.

Thor Fighting Jörmungandr
Thor aux prises avec Jörmungand
Rannveig (CC BY)

Hymir et Thor attendent dans le bateau et, comme Thor l'espérait, Jörmungand mord à l'hameçon. Thor tire le serpent de la mer et saisit son marteau pour le tuer, tandis que Jörmungand crache du poison par la bouche en se tordant sur l'hameçon de Thor. Thor rapproche le serpent dans les eaux tumultueuses, et le bateau semble sur le point de chavirer lorsque Hymir, craignant pour sa vie, se penche en avant et coupe la ligne de Thor. Jörmungand plonge sous la surface et s'échappe tandis que Thor se retourne contre Hymir et, selon les versions, frappe le géant à mort avec son marteau ou le jette par-dessus bord avant de quitter le bateau et de gagner le rivage.

Jörmungand et Apophis

Dans une version antérieure du récit de la pêche, Thor réussit à tuer Jörmungand, mais cela ne correspond pas à l'apparition ultérieure du serpent à la fin du monde, où il est l'un des principaux antagonistes des dieux. Dans le récit du Ragnarök, Jörmungand se joint à Fenrir, Hel, Loki et aux géants du feu, entre autres, pour constituer la force chaotique qui détruit l'ordre mondial établi par les dieux, ouvrant la voie à un monde nouveau.

Dans ce rôle, Jörmungand joue le même rôle que les serpents mythologiques dans d'autres cultures anciennes. Les serpents symbolisent presque universellement la transformation, le rajeunissement, tout changement d'état d'être ou de conscience, en raison de leur capacité à se débarrasser de leur peau et à apparaître comme neufs. Dans l'ancienne Mésopotamie, le serpent était associé au dieu Ninazu, fils de la déesse guérisseuse Gula, qui portait un bâton entrelacé de serpents et aidait son frère Damu à faire passer les âmes de la vie à l'au-delà. Dans le récit biblique de la chute de l'homme, le serpent offre la tentation qui conduit à l'expulsion d'Adam et d'Ève du jardin d'Éden.

Il existe de nombreux exemples du serpent en tant qu'agent de transformation dans les cultures du monde entier, mais le plus proche de Jörmungand est probablement Apophis, dans l'Égypte ancienne. Apophis (également appelé Apep) était le Grand Serpent qui tentait de tuer le dieu soleil (Râ) chaque nuit afin de replonger le monde dans le chaos primordial et de défaire le travail d'ordre établi par les dieux. La barge de Râ naviguait dans le ciel toute la journée, de l'aube au crépuscule, avant de plonger sous l'horizon dans le monde souterrain.

Ra Travelling Through the Underworld
Rê voyageant dans les enfers
Unknown Artist (Public Domain)

Toute la nuit, Apophis tentait d'attaquer le navire défendu par les dieux et les âmes des morts justifiées. Les vivants organisaient des rites pour soutenir et encourager ceux qui se trouvaient sur le bateau, et leurs efforts étaient récompensés le lendemain matin lorsqu'ils voyaient le soleil se lever et savaient que Rê était en sécurité, et que la vie continuerait comme elle l'avait toujours fait. Apophis est considéré comme une entité transformatrice car ses attaques nécessitaient l'attention et l'effort des vivants qui participaient ainsi à chaque nouveau lever de soleil, transformant l'obscurité en jour.

Ragnarök

Apophis et Jörmungand veulent tous deux détruire l'ordre existant; la différence est qu'Apophis échoua alors que Jörmungand, non. Les Nornes - les Parques - avaient décrété le Ragnarök depuis le début des temps et il n'était pas possible de faire appel de leurs décisions. Les dieux savaient qu'ils allaient mourir dans la grande bataille finale - tout comme leurs adversaires - mais la bataille devait tout de même être livrée.

Au moment prévu, le Ragnarök serait signalé par une rupture des relations et des traditions humaines, accompagnée (ou suivie) d'hivers rigoureux sans été. Fenrir brise ses chaînes et se déchaîne dans les neuf royaumes de la cosmologie nordique, détruisant tout, tandis que son fils Sköll avale le soleil et que son autre fils, Hati, dévore la lune, laissant les royaumes sans lumière. Le navire Naglfar, construit avec les ongles des morts, est conduit à travers les mers par le géant Hrym alors que Fenrir hurle aux portes de Hel et qu'elle fournit à Loki une armée de morts et un navire, piloté par Loki, transportant cette armée ainsi que Surtr et ses autres géants de feu jusqu'au champ de bataille de Vigrid.

Ragnarök
Le Ragnarök
Johannes Gehrts (Public Domain)

Le Ragnarök est la dernière fois que Thor rencontre Jörmungand, car les deux s'affrontent enfin dans un combat. Thor tue le serpent mais est tellement aspergé par le poison de Jörmungand qu'il ne peut faire que neuf pas avant de tomber raide mort. Fenrir tue Odin et est à son tour tué par Vidarr, le fils d'Odin, tandis que Loki est tué par le dieu Heimdall. Surtr déclenche l'incendie du monde et les neuf royaumes s'embrasent, mais les forces de l'ordre triomphent enfin et un nouveau monde émerge des cendres de l'ancien.

Conclusion

Bien qu'il soit dépeint comme un "méchant" dans les contes, Jörmungand - comme Fenrir et Hel - est un agent de transformation. Tous trois correspondent à la définition du "monstre lié" telle que décrite par John Lindow : une créature confinée par ceux qui espèrent maintenir le statu quo, qui se libère et détruit l'ordre ancien pour laisser place à quelque chose de nouveau. L'expert H. R. Ellis Davidson commente:

Ainsi, la fin du monde peut être considérée comme le moment où les monstres enchaînés se libèrent pour détruire les dieux, ou lorsque les forces de la nature se déchaînent contre les hommes et que la terre habitée cesse d'exister. (190)

Les humains, comme les dieux d'Asgard, ont tendance à résister au changement et à essayer de contrôler le monde pour minimiser leur peur de l'inconnu, tout en sachant - tout comme les dieux nordiques - que le changement est inévitable et que rien n'est permanent. À cet égard, Jörmungand représente la futilité d'essayer de contrôler des forces que l'on ne peut finalement pas maîtriser, qu'il s'agisse de forces naturelles ou de forces mises en mouvement par l'action de l'homme. Sa défaite face à Thor est en même temps sa victoire, car il tue son vieil adversaire et détruit le monde que Thor connaissait, permettant ainsi à une nouvelle génération de dieux dans un nouveau monde de laisser un jour derrière eux leurs propres histoires à raconter.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2021, septembre 01). Jörmungand [Jörmungandr]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-20031/jormungand/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Jörmungand." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le septembre 01, 2021. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-20031/jormungand/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Jörmungand." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 01 sept. 2021. Web. 23 juin 2024.

Adhésion