Coûts des serveurs - Collecte de fonds 2023

Faire fonctionner un site web qui accueille des millions de lecteurs chaque mois coûte extrêmement cher. Nous devons non seulement payer nos serveurs, mais aussi les services connexes tels que notre réseau de diffusion de contenu, Google Workspace, la messagerie électronique, etc. Nous préférerions utiliser cet argent pour produire davantage de contenu historique gratuit pour le monde entier. Merci de votre aide !
$129 / $21000

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 20 mai 2021
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, néerlandais, espagnol
Ra-Horakhty Stela (by Osama Shukir Muhammed Amin, Copyright)
Stèle de Rê-Horakhty
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

Rê (également appelé Râ) est le dieu du soleil de l'Égypte ancienne. Il est l'une des plus anciennes divinités du panthéon égyptien et a ensuite été fusionné avec d'autres, comme Horus, pour devenir Rê-Horakhty (le soleil du matin), Amon (le soleil du midi) et Atoum (le soleil du soir), associés à l'énergie vitale primitive.

Rê est le mot égyptien qui signifie "soleil". En tant que divinité solaire, Rê incarnait la puissance du soleil, mais était également considéré comme le soleil lui-même, imaginé comme le grand dieu traversant les cieux sur sa barge tout au long de la journée et descendant dans les enfers au coucher du soleil. Alors qu'il se frayait un chemin à travers les ténèbres sous la terre, il était attaqué chaque nuit par le serpent géant Apophis (également connu sous le nom d'Apep) qui tentait d'empêcher le soleil de se lever et de détruire ainsi toute vie sur terre.

Supprimer la pub

Advertisement

Selon l'expert Richard H. Wilkinson, Rê est "sans doute la divinité la plus importante de l'Égypte", non seulement en raison de son association avec le soleil qui donne la vie, mais aussi par son influence sur le développement des dieux ultérieurs (205). Amon, qui deviendra si populaire que son culte sera presque monothéiste et le plus puissant de l'Égypte ancienne, se développa à partir de Rê et partage une grande partie de sa mythologie. Horus, qui était associé au roi vivant, suivit le même paradigme que Rê, connu sous le nom de "roi et père du roi". Il était également associé au dieu créateur Atoum et les noms des deux divinités sont utilisés de manière interchangeable dans certaines versions des mythes de la création.

Wilkinson suggère de diviser toute discussion sur Rê en cinq sections traitant de ses différents rôles et fonctions :

Supprimer la pub

Advertisement

  • Rê dans les cieux
  • Rê sur la Terre
  • Rê dans l'Autre Monde
  • Rê en tant que Créateur
  • Rê en tant que roi et père du roi

Ce cours d'étude est suggéré pour cette divinité plus que d'autres en raison de l'étendue de ses pouvoirs, du rôle important qu'il a joué dans la religion égyptienne et de sa longue histoire. Le culte de Rê était déjà établi à l'époque de l'Ancien Empire d'Égypte (vers 2613-2181 av. J.-C.) et se poursuivit pendant près de 2 000 ans jusqu'à ce que, comme les autres dieux égyptiens, il ne soit éclipsé par le christianisme.

Représentation ancienne, origine et culte

Rê est mentionné pour la première fois dans les Textes des Pyramides (c. 2400-2300 av. J.-C.), les plus anciens ouvrages religieux du monde, inscrits sur les sarcophages et les murs des tombes de Saqqara. Dans ces textes, Rê rassemble l'âme du roi et l'emmène au paradis du Champ des roseaux dans sa barge d'or. Le culte de Rê était déjà bien établi à l'époque où ces textes - que l'on pense dérivés d'une tradition orale beaucoup plus ancienne - ofurent inscrits. Son centre de culte se trouvait dans la ville d'Iunu (plus connue sous le nom grec d'Héliopolis, qui signifie "ville du dieu soleil"). Dans les Textes des Pyramides, Rê est représenté non seulement comme le chef suprême des dieux, ni simplement comme le consolateur de l'âme nouvellement arrivée dans l'au-delà, mais comme l'incarnation de l'ordre et de l'équilibre divins.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Il est presque toujours représenté comme le mâle à tête de faucon Rê-Horakhty, avec le disque solaire au-dessus de sa tête.

Il était connu comme l'Autocréateur qui apparaît dans les mythes de la création comme la divinité (connue sous le nom d'Atoum) qui se tient sur le monticule primordial au milieu des eaux tourbillonnantes du chaos et établit l'ordre, donne naissance aux autres dieux et crée le monde. Rê y parvient grâce au pouvoir de Heka, qui était à la fois le dieu de la magie et la magie elle-même. Pour les anciens Égyptiens, la magie était une force divine qui permettait à tout ce qui existait d'être et qui permettait également la transformation. Rê, en tant que premier dieu, créa le heka et le maîtrisa, ce qui donna naissance à Heka qui conserva et contrôla la magie divine par la suite.

Rê est donc associé à ce pouvoir de transformation, ce qui le lie au soleil qui permet la croissance. Une fois associé au soleil, il était lié à Horus, le dieu du ciel et la divinité solaire (et était adoré dans cette association sous le nom de Rê-Horakhty) tandis que, en tant que dieu créateur, il était presque synonyme d'Atoum et, enfin, en tant que champion de l'ordre et du monde visible et invisible, d'Amon, la représentation ineffable de la nature de l'existence ; à ce titre, il était connu sous le nom d'Amon-Rê.

Il est presque toujours représenté sous la forme d'un mâle à tête de faucon, Rê-Horakhty, avec le disque solaire au-dessus de sa tête, mais parfois aussi sous la forme d'un scarabée sous le disque solaire (sous cette forme, il est connu sous le nom de Rê-Khépri). Son culte était déjà bien établi à la deuxième dynastie d'Égypte et prenait la forme de sacrifices effectués dans les temples qui lui étaient dédiés. À l'époque de la 5e dynastie, les rois associent leur règne à Rê, ce qui entraîna la construction des temples du Soleil de l'époque construits pour honorer le dieu. Très tôt, il fut adoré à Héliopolis sous la forme du taureau Mnévis, l'incarnation vivante de Rê, comparable au taureau Apis plus connu.

Supprimer la pub

Advertisement

Mnevis Bull Stelae
Stèle du taureau Mnévis
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

Rê dans les cieux

Rê est associé au ciel dans les Textes des Pyramides et déjà lié au soleil et à l'énergie vitale, mais un texte ultérieur, connu sous le nom de Livre de la Vache Céleste, fournit les détails de la façon dont Rê avait quitté la terre, qu'il avait jusque-là gouverné directement, et était monté au ciel. On pense que le Livre de la Vache Céleste existait sous une forme ou une autre pendant la Première Période Intermédiaire (2181-2040 av. J.-C.) et qu'il fut mis par écrit pendant le Moyen Empire (2040-1782 av. J.-C.). Toutes les écritures existantes, cependant, proviennent de la période du Nouvel Empire (c. 1570 - c. 1069 av. J.-C.).

L'histoire raconte que Rê avait vieilli et que ses sujets humains commençaient à comploter pour le renverser. Rê en fut contrarié et convoqua un conseil des autres dieux qui l'encouragèrent à châtier les humains pour leur ingratitude. Rê invoqua l'Œil de Rê, généralement incarné par une déesse, qui était une force puissante qui, une fois sur deux, obéissait à Rê ou échappait à son contrôle pour causer des ravages. Quoi qu'il en soit, l'Œil de Rê apportait toujours une certaine forme de transformation et cette histoire s'aligne sur toutes les autres concernant l'Œil à cet égard.

Hathor est ici l'Œil de Rê et fut libérée pour détruire l'humanité. Elle tua des milliers de personnes avant que Râ ne réalise ce qu'il avait fait et ne se repente, la suppliant d'arrêter. Mais Hathor avait perdu toute raison à cause du massacre et était devenue la sauvage Sekhmet qui, dans sa rage, ne pouvait l'entendre. Rê ordonna que 7 000 cruches de bière soient teintes en rouge pour ressembler à du sang et les fit verser dans les plaines de Dendera. Hathor-Sekhmet but la bière de sang, s'évanouit et se réveilla en tant qu'Hathor qui s'engagea à être désormais l'amie de l'humanité.

Supprimer la pub

Advertisement

Cependant, Rê était fatigué de régner sur les humains et demanda à la déesse Nout de le transporter dans les cieux. Nout se transforma en vache céleste et emmena Rê vers le ciel sur son dos. En chemin, Rê créa le Champ des roseaux et organisa l'administration du monde, qu'il laissa aux autres dieux. Les êtres humains seraient désormais chargés de maintenir l'ordre selon la volonté de ces dieux et Rê, s'étant retiré, ne s'occuperait plus que de conduire sa grande barge dans le ciel.

Rê sur la Terre

Avant son départ, Rê régnait sur sa création directement depuis la terre. Rê créa les lois qui furent ensuite données à l'humanité par Osiris et Isis durant l'âge d'or de leur règne avant qu'Osiris ne soit assassiné par son frère Seth qui usurpa le pouvoir (jusqu'à ce qu'il ne soit vaincu par le fils d'Osiris et d'Isis, Horus le Jeune, qui rétablit l'ordre). La présence de Rê sur terre était visible à travers la lumière du soleil et la croissance des cultures ainsi que par le changement des saisons. Wilkinson écrit :

Un exemple spécifique et important de l'influence de Rê sur la terre est donné par le fait que le dieu était censé diriger les trois saisons de l'année égyptienne - influençant ainsi l'inondation annuelle du Nil et les saisons de croissance et de récolte qui s'ensuivent. (206)

Rê était honoré par les Maisons de Vie, des scriptoria attachés aux temples, où les travaux des scribes étaient conservés sous la protection du dieu de l'écriture Thot et de sa consort (et parfois fille) Seshat. L'écriture, qui enregistrait le passé et contribuait ainsi à maintenir l'équilibre et l'ordre dans le présent, avait été donnée à l'humanité par Thot mais, en tant que Créateur de Toute Chose, elle venait en fin de compte de Rê. Les Maisons de Vie étaient donc considérées comme des émanations de Rê qui inspirait également l'interprétation correcte des œuvres écrites.

Supprimer la pub

Advertisement

Rê dans l'Autre Monde

Tout au long de la journée, Rê naviguait dans le ciel à bord de sa barge, puis descendait dans les enfers la nuit. La barge du soleil se transformait alors en barge du soir, connue sous le nom de Vaisseau des millions d'âmes, qui recueillait les nouveaux arrivants et les morts justifiés pour les amener au paradis du Champ des roseaux. À cette époque, Rê se confond avec Osiris, le juge des morts, et Osiris est considéré comme le "cadavre" et Rê comme l'"âme" de la divinité unique Rê-Osiris.

Ra Travelling Through the Underworld
Rê voyageant dans les enfers
Unknown Artist (Public Domain)

En tant que cette divinité, Rê confère avec Osiris au niveau le plus profond, confirmant peut-être quelles âmes ont été justifiées à juste titre avant de les transporter, puis de voyager à travers les ténèbres du monde souterrain vers l'aube du paradis. Alors que la péniche avance dans les enfers, elle est attaquée par le serpent Apophis qui tente de tuer Rê et d'empêcher le lever du soleil. Les dieux à bord combattent le serpent avec l'aide des morts justifiés tandis que, sur terre, les vivants encouragent les défenseurs par des cérémonies rituelles, canalisant les énergies positives pour prêter main forte à ceux qui sont à bord. Chaque nuit, Apophis attaque, et chaque nuit, il est vaincu. Rê et son équipage naviguent vers l'aube, les morts justifiés sont amenés à leur destination, et le lever du soleil est alors considéré comme le signe que Rê est à nouveau victorieux, et que les Égyptiens verront un autre jour.

Ce n'était qu'une version du voyage de l'âme vers le paradis. Dans l'ouvrage du Nouvel Empire connu sous le nom de Livre des morts, l'âme doit se présenter en jugement devant Osiris qui pèse le cœur de l'âme contre la plume blanche de la vérité (la plume de Maât, déesse de l'harmonie et de l'équilibre) et, si la balance reste égale, l'âme est autorisée à poursuivre son chemin (après qu'Osiris se soit entretenu avec les quarante-deux juges et d'autres dieux) ; si le cœur est plus lourd que la plume, l'âme cesse d'exister. On considère que Rê était présent lors du jugement sous sa forme de Rê-Osiris ou invisiblement en tant qu'inspirateur de la juste décision d'Osiris. Ma'at, l'une des filles de Rê, incarnait également sa présence lors du jugement et était parmi ses défenseurs à bord de la péniche qui, une fois l'aube venue, s'était à nouveau transformée en bateau solaire.

The Judgement of the Dead by Osiris
Le Jugement des morts d'Osiris
Trustees of the British Museum (Copyright)

Rê en tant que Créateur

La mythologie égyptienne antique attribue à un certain nombre de dieux différents la responsabilité d'établir l'ordre et de créer le monde, mais ceux qui apparaissent le plus souvent dans les mythes de création sont Rê, Atoum, Ptah et la déesse Neith. Quels que soient les dieux nommés, ils ont toujours les mêmes caractéristiques et le même pouvoir que Rê, et l'on pense que Rê était présent - et seul - à la naissance de la création, quel que soit le nom sous lequel il fut connu par la suite. Bien que les prêtres de Ptah puissent prétendre que c'est leur dieu qui avait créé toutes choses, le Ptah qu'ils citent serait donc en réalité Rê. Dans le cas d'Atoum, il était essentiellement Rê sous un autre nom, et on pourrait en dire autant de Neith dans sa capacité créatrice.

Dans la version la plus connue de l'histoire, il n'y avait rien d'autre que des eaux tourbillonnantes au début des temps, lorsque le monticule primordial (le benben) s'éleva comme la première terre sèche et que Rê l'Autocréateur se tint debout dessus. Il s'ouvrit le pénis et, à partir des gouttes de sang, créa Hu (autorité) et Sia (esprit), puis prit conscience de sa solitude et s'accoupla avec sa propre ombre pour donner naissance à Shou (dieu de l'air) et Tefnout (déesse de l'humidité) qui partirent fonder le monde. Tous deux partirent très longtemps et Rê envoya donc l'Œil de Rê à leur recherche. Lorsque l'Œil ramena ses enfants, Râ fut si reconnaissant qu'il versa des larmes de joie qui tombèrent sur le benben fertile et devinrent des hommes et des femmes.

Geb & Nut, Book of the Dead
Geb et Nout, Livre des Morts
Trustees of the British Museum (CC BY-NC-SA)

Ayant pris conscience du fait que ces gens n'avaient nulle part où vivre, Shou et Tefnout s'accouplèrent et donnèrent naissance à Geb (terre) et Nut (ciel). Geb et Nout donnèrent naissance à Osiris, Isis, Seth, Nephtys, et Horus l'Ancien, et de ces dieux, tous les autres suivirent. Heka, l'un des plus anciens dieux, est, comme nous l'avons vu, considéré comme ayant déjà été présent lors de l'acte de création. Chacun des dieux reçut sa propre sphère d'influence afin que l'ordre soit strictement maintenu et que, dans le langage d'aujourd'hui, il n'y ait pas de duplication des services. Les dieux devaient dorénavant prendre soin du peuple et, en remerciement, le peuple devait adorer et obéir à la volonté des dieux. Cette relation produisait un équilibre et une harmonie entre le peuple, ses dieux, la terre et l'au-delà, tous émanant de Rê.

Rê en tant que roi et père du roi

L'équilibre était la valeur culturelle la plus importante de l'Égypte ancienne, et il était modelé et maintenu par le roi. On pensait que le souverain avait été sanctifié par les dieux pour sa capacité à maintenir l'ordre qui était compris comme l'équilibre/l'harmonie. Le fondateur de la 5e dynastie de l'Ancien Empire, le roi Ouserkaf (r. de la fin du 26e siècle avant notre ère), incarna cet idéal en élevant le culte de Rê au rang de religion d'État et en encourageant ses sujets à adhérer aux valeurs de Rê. Ouserkaf fit construire le Nékhenrê - le temple du soleil de Rê - près d'Abousir et établit une tradition de vénération de Rê qui se poursuivit tout au long de la dynastie.

Ouserkaf fut le premier roi à ériger un temple à Rê, mais la tradition d'ériger des temples en l'honneur de Rê se poursuivit tout au long de l'histoire de l'Égypte.

Ouserkaf fut le premier roi à ériger un temple à Rê, mais tous ses successeurs lui emboîtèrent le pas, créant ainsi un modèle pour la tradition d'ériger des temples en l'honneur de Rê qui se poursuivit tout au long de l'histoire de l'Égypte. La 5e dynastie est surtout connue pour les temples du soleil et pour avoir fermement établi le lien entre un monarque et les dieux. Ouserkaf et ses successeurs se qualifiaient de "fils de Rê" et étaient compris comme étant littéralement les enfants du dieu. À cette époque, Rê était déjà reconnu comme le roi des dieux, mais il était désormais connu comme le "roi et le père du roi", qui maintenait l'ordre par le biais du règne juste de ses fils.

Cette politique établissait le roi (connu sous le nom de pharaon seulement au Nouvel Empire) comme l'émissaire du dieu sur terre et un demi-dieu à part entière. À l'époque du Nouvel Empire, Rê avait été remplacé par Horus comme dieu du roi pendant qu'il vivait et régnait et par Osiris après sa mort. Cependant, conformément à la croyance selon laquelle Rê était l'Autocréateur dont tout le reste provenait, c'est toujours le pouvoir de Rê qui se trouvait derrière Horus et Osiris.

Conclusion

Rê, en tant que puissance invisible à l'origine de tous les autres pouvoirs, s'étendait à tous les dieux du panthéon égyptien. Des déesses célèbres comme Bastet (protectrice du foyer et de la maison), Hathor (déesse de la joie, de la danse, de la musique et de l'amour) et Isis (déesse de la magie, de la lune et de la guérison) étaient toutes des aspects de la force vitale de Rê, tout comme leurs consorts masculins. Rê était le Donneur de vie sous la forme du soleil qui fut associé au Souffle de vie sous la forme d'Amon. Il est parfois représenté sous la forme de Rê-Horakhty offrant le don de la vie à un monarque en plaçant le symbole de l'ânkh sur les lèvres du roi.

Le fait que, sous le règne du soi-disant roi hérétique Akhenaton (1353-1336 av. J.-C.), alors qu'il avait fermé et interdit tous les autres cultes, il ait permis au culte de Rê de subsister et de continuer à être pratiqué témoigne de la popularité durable de ce dernier. Cela s'explique sans doute par le fait que le dieu personnel d'Akhenaton, Aton, était une divinité solaire calquée sur Rê et développée à partir de ses attributs et de ceux d'Amon.

Akhenaten Stele
Stèle d'Akhenaton
wikipedia user: Maksim (Public Domain)

Une fois que le fils et successeur d'Akhenaton, Toutânkhamon (r. vers 1336 - vers 1327 av. J.-C.), restaura l'ancienne religion, le culte de Rê reprit sa place parmi les nombreux autres et influença leur iconographie. Même dans les représentations d'autres dieux au cours du Nouvel Empire, des images de Rê telles que des disques solaires, des têtes de faucon et des rayons du soleil firent leur apparition. Le culte continua à exercer ce genre d'influence, s'affaiblissant progressivement pendant la période romaine (30 av. J.-C. - 646 ap. J.-C.), jusqu'à la montée du christianisme où le culte de Rê fut abandonné en faveur du nouveau dieu.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2021, mai 20). Rê [Ra (Egyptian God)]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19816/re/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mai 20, 2021. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19816/re/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 20 mai 2021. Web. 04 févr. 2023.

Adhésion