Thot

Coûts du serveur Collecte de fonds 2024

Aidez-nous dans notre mission de fournir un enseignement gratuit de l'histoire au monde entier ! Faites un don et contribuez à couvrir les coûts de notre serveur en 2024. Grâce à votre soutien, des millions de personnes apprennent l'histoire entièrement gratuitement chaque mois.
$2067 / $18000

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 26 juillet 2016
Disponible dans ces autres langues: anglais, grec, espagnol
X
Thoth, Luxor Relief (by Jon bodsworth, Copyright, fair use)
Toth, relief de Louxor
Jon bodsworth (Copyright, fair use)

Thot est le dieu égyptien de l'écriture, de la magie, de la sagesse et de la lune. Il était l'un des dieux les plus importants de l'Égypte ancienne, on disait de lui soit qu'il s'était créé lui-même soit qu'il était né de la semence d'Horus sur le front de Seth. En tant que fils de ces deux divinités (représentant respectivement l'ordre et le chaos), il était également le dieu de l'équilibre.

À cet égard, il était également étroitement associé au principe de ma'at (équilibre divin) et à la déesse Ma'at qui personnifiait ce principe (et qui était parfois considérée comme son épouse). Une autre de ses consorts était la déesse Nehemetaouay (alias Nehemetaouy, "la défenseresse des dépouillés"), une déesse protectrice. Sous sa forme A'an, Thot présidait le jugement des morts avec Osiris dans la Salle de la Vérité et les âmes qui craignaient de ne pas passer le jugement en toute sécurité étaient encouragées à demander l'aide de Thot. L'épouse la plus souvent associée à Thot était Seshat, déesse de l'écriture, gardienne des livres et déesse protectrice des bibliothèques et des bibliothécaires, qui était tour à tour sa femme ou sa fille.

Supprimer la pub
Publicité

Le culte de Thot commença en Basse-Égypte très probablement à l'époque pré-dynastique (c. 6000-3150 av. J.-C.) et se poursuivit jusqu'à la période ptolémaïque (323-30 av. J.-C.), la dernière ère dynastique de l'histoire égyptienne, marquant la vénération de Thot comme l'une des plus longues des dieux égyptiens ou de toute divinité de toute civilisation. Son nom fut souvent repris par les rois d'Égypte (par exemple, Touthmôsis - "Né de Thot"), les scribes et les prêtres. Il est le plus souvent représenté sous la forme d'un homme à tête d'ibis ou d'un babouin assis, avec ou sans disque lunaire au-dessus de sa tête. Il était le dieu patron des scribes et il était dit que les scribes versaient une goutte d'encre en l'honneur de Thot avant de commencer leur travail quotidien.

Nom et origine

Le nom égyptien de Thot était Djehouty (également dhwty), ce qui signifie "Celui qui est comme l'ibis". L'ibis était un oiseau sacré dans l'Égypte ancienne, ainsi qu'un animal de compagnie populaire, associé à la sagesse. D'autres formes de son nom sont Jehuti, Tahuti, Tehuti, Zehuti, Techu, Tetu, et Seigneur de Khemenu (la future ville d'Hermopolis) qui était son principal centre de culte. Hermopolis fut nommée ainsi parce que les Grecs associaient Thoth à leur dieu Hermès. Pour les Grecs, Thoth devint Hermès Trimégiste (Thoth le Trois fois Grand, souvent donné comme "Trois fois Grand, Grand"). Il était également connu sous le nom de "Seigneur de Maât", "Seigneur des mots divins", "Scribe de Maât en compagnie des dieux", et comme un juge juste et incorruptible.

Supprimer la pub
Publicité

Thot était également connu comme le "Seigneur des mots divins" et comme un juge juste et incorruptible.

Selon un récit, Thoth était né "des lèvres de " au début de la création et était connu comme le "dieu sans mère". Dans un autre récit, Thot s'était créé lui-même au début des temps et, sous la forme d'un ibis, il avait pondu l'œuf cosmique qui contient toute la création. Il a toujours été étroitement associé à Râ et au concept d'ordre et de justice divins. Dans une troisième histoire, Les Aventures d'Horus et Seth (un manuscrit égyptien datant d'environ 1190-1077 avant notre ère), alors qu'Horus et Seth se battaient pour le droit de régner, Thoth aurait été créé à partir du sperme d'Horus qui aurait été accidentellement avalé par Seth pendant la lutte.

Thot serait alors né du front de Seth et, dans certaines versions, servit ensuite de médiateur dans la lutte entre les dieux (dans d'autres versions, la bataille entre Horus et Seth est résolue par Neith et, dans d'autres, par Isis). Dans toutes les versions, Thot est le scribe qui consigne les événements du combat et offre des conseils aux dieux. Il guérit Horus et Seth à différents moments de leur combat afin de s'assurer que les deux camps ont des capacités égales et qu'aucun ne peut prendre l'avantage sur l'autre pour que le concours soit équitable. De la même manière, Thot préside à la justice sur terre parmi les êtres humains. L'égyptologue Geraldine Pinch écrit

Supprimer la pub
Publicité

Thoth a donné un exemple divin en tant que juge juste et fonctionnaire incorruptible. Il a élevé Maât, la déesse de la justice, à son père, Râ. Thoth était chargé d'élaborer et de faire respecter les lois de Maât. Dans ce rôle, il pouvait être soit un gracieux pacificateur, soit un bourreau sans pitié. (210)

Comme on attribuait à Thot la création d'un certain nombre de branches du savoir (droit, magie, philosophie, religion, science et écriture), on le considérait comme un juge infaillible capable de rendre des décisions tout à fait justes. Les Grecs lui vouaient une telle admiration qu'ils le considéraient comme l'initiateur de toutes les connaissances sur terre et dans les cieux. Il était si important pour les dieux, et surtout pour Râ, qu'il fut le dieu choisi pour récupérer la fille de Râ dans les terres lointaines où elle s'enfuyait parfois.

Thoth, Abydos Temple Relief
Relief du temple de Thoth, Abydos
Olaf Tausch (CC BY)

Thot et la déesse lointaine

Le motif de la déesse lointaine apparaît dans un certain nombre de mythes égyptiens, mais il a toujours la même signification, quelle que soit la déesse en question ou l'endroit où elle est partie : La fille de Rê n'est pas d'accord avec lui sur un sujet et le quitte pour disparaître dans une contrée lointaine. Quelqu'un doit être envoyé pour la ramener ; à son retour, elle apporte une sorte de transformation au peuple. L'histoire de la déesse lointaine impliquait également toujours l'œil de Rê, l'œil qui voit tout, dont Rê avait besoin quotidiennement ; il était donc impératif que la déesse soit ramenée rapidement et que l'œil lui soit rendu, mais elle était trop puissante pour être forcée et la tâche demandait de la subtilité. Geraldine Pinch écrit :

Rê choisit Thot pour aller chercher cette déesse lointaine dans un désert reculé. Déguisé en babouin ou en singe, Thot accomplit sa tâche grâce à son humilité, sa ruse et sa persévérance. Selon un récit, il dut demander à la déesse de revenir à la maison 1 077 fois. (210)

En récompense de ses services, Thot reçut pour consort la déesse Nehemetaouay qui, selon Pinch, était "une version apaisée de la déesse lointaine" (210).

Supprimer la pub
Publicité

Thot contribua également à la naissance des cinq dieux originels de l'Égypte. Lorsque Nout tomba enceinte de Geb au début du monde, Rê (également connu sous le nom d'Atoum) fut tellement en colère qu'il décréta qu'elle ne donnerait naissance à aucun jour de l'année. Thot paria avec Iah, le dieu de la lune, pour obtenir cinq jours de lumière lunaire. Il gagna le pari et divisa la lumière lunaire de Iah en cinq jours de soleil qui ne faisaient pas partie de l'année telle qu'elle avait été décrétée par Rê. Nout put alors donner naissance à chacun de ses enfants (Osiris, Isis, Seth, Nephtys et Horus) à chacun de ces jours.

Bien que Râ ait été en colère contre sa fille, Nout, il céda et honora Thot pour son rôle dans le contournement du décret de Rê. Thot reçut un siège d'honneur dans le bateau du ciel qui traversait les cieux le jour et, la nuit, Thot aidait à chasser le serpent Apophis qui cherchait à détruire le dieu soleil. Sa participation au renversement d'Apophis le liait au cycle du jour et de la nuit, et donc intimement à la vie des êtres humains.

Thot et l'écriture

Thot créa le mot écrit que les gens utilisaient pour enregistrer leur histoire et garder une trace de leur vie quotidienne. Selon certaines histoires, Thot inventa le mot et le donna à l'humanité, tandis que, dans d'autres, Thot était le créateur et sa compagne Seshat donnait les mots aux gens. Dans d'autres variantes encore, Thot était le créateur mais Osiris ou Isis donna les mots à l'humanité. Dans tous les cas, Thoth est le créateur du langage écrit et des arts littéraires, tant pour les humains que pour les dieux. Geraldine Pinch écrit :

Supprimer la pub
Publicité

Thoth, "l'excellent de la compréhension", observait et notait tout ce qui se passait et le rapportait à Rê chaque matin. En tant que gardien des archives des dieux, il était jumelé avec le bibliothécaire Seshat. Thot et Seshat connaissaient l'avenir aussi bien que le passé. Ils inscrivaient le destin d'une personne sur les briques sur lesquelles sa mère avait accouché et la durée du règne d'un roi sur les feuilles de l'arbre ished. (210)

Thot était donc lié au concept de destin, même si cette responsabilité était partagée, dans différentes variantes des mythes de différentes époques, avec les sept Hathors ou d'autres divinités. En tant que gardien des registres des dieux, Thot tenait également compte des jours des êtres humains. On le voit sur un certain nombre d'images en train de compter les jours et les années qui permirent aux scribes égyptiens d'enregistrer l'histoire du pays.

Thoth as a Baboon
Thot représenté en babouin
Steven G. Johnson (CC BY-SA)

Les scribes, naturellement, revendiquaient Thot comme leur patron et commençaient chaque jour en l'honorant. Une statue de la 18e dynastie montre Thot sous la forme d'un babouin avec le disque lunaire sur la tête, assis au-dessus d'un scribe à son pupitre. Le travail de ces scribes était, on l'espère, approuvé par Thot, qui autorisait ensuite Seshat à les héberger dans sa bibliothèque immortelle et à les protéger dans les bibliothèques terrestres.

Le concept selon lequel l'écriture rend l'auteur immortel était bien respecté en Égypte, car le travail d'un scribe se perpétuait après sa mort grâce aux mots écrits dans les livres, mais il était également connu des dieux, puisque Seshat conservait également les mots dans ses livres célestes. Les scribes avaient toutes les raisons de croire qu'ils seraient accueillis chaleureusement après leur mort dans la Salle de la Vérité et qu'ils passeraient au paradis dans le Champ des Roseaux.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Thot dans l'au-delà

Thot apparaît régulièrement aux côtés d'Osiris et d'Anubis dans la Salle de la Vérité comme le scribe qui tient le compte de la vie de l'âme du défunt et qui enregistre le résultat de la pesée du cœur contre la plume de la vérité. L'expert Richard H. Wilkinson commente :

Dans les vignettes du Livre des Morts, [Thot] se tient devant la balance qui pèse le cœur du défunt et enregistre le verdict. Ce rôle conférait à Thoth une réputation de vérité et d'intégrité, comme en témoigne l'affirmation courante selon laquelle une personne avait mené sa vie d'une manière "droite et vraie comme Thoth". (216)

Sa demeure dans l'au-delà, connue sous le nom de Manoir de Thoth, offrait aux âmes un endroit sûr où se reposer et recevoir des sorts magiques pour les aider à lutter contre les démons qui les empêcheraient d'atteindre le paradis. Sa magie contribuait également à la revitalisation de l'âme, qui ramenait les morts à la vie dans le monde souterrain. L'association de l'écriture et de la magie donna lieu à la croyance que Thot avait écrit des traités magiques basés sur tout ce qu'il savait des cieux, de la terre et de l'au-delà, et que ces livres étaient cachés pour être trouvés par les initiés des générations suivantes. Pinch écrit :

Tous les sortilèges funéraires pouvaient être considérés comme des œuvres de Thot. Une tradition s'est développée selon laquelle Thoth avait écrit quarante-deux livres contenant toutes les connaissances nécessaires à l'humanité. Certaines de ces connaissances étaient occultes et ne devaient être révélées qu'aux initiés qui n'abuseraient pas du pouvoir qu'elles leur conféraient. Les Grecs identifiaient Thot à leur dieu messager, Hermès. L'ensemble de la littérature connue sous le nom d'Hermetica prétendait préserver les enseignements d'Hermès Trismégiste (Thot le trois fois grand). Hermès Trismégiste a finalement été réinterprété comme un grand penseur qui avait vécu des milliers d'années dans le passé. (211)

Cette affirmation concernant Thoth et les 42 livres fut faite pour la première fois par le père de l'Église Clément d'Alexandrie (c. 150-215 de notre ère) qui écrivit dans ses Stromates qu'ils avaient été écrits par le dieu Hermès. Le dieu Hermès fut ensuite considéré comme Hermès le sage et c'est en grande partie de cette manière que le Livre de Thot est compris de nos jours. Des représentations fictives du Livre de Thot - écrites soit par le dieu égyptien, soit par le dieu grec, soit par le sage grec - sont apparues dans des livres et des films tout au long du siècle dernier. La fascination constante pour Thot et ses vastes connaissances témoigne de sa popularité durable.

Thoth Statue [Illustration]
Statue de Thot [Illustration]
Georges Perrot and Charles Chipiez (1883) (Public Domain)

Culte de Thoth et héritage

Le principal centre de culte de Thot se trouvait à Hermopolis, mais il était largement vénéré dans tout le pays d'Égypte. Comme pour les autres dieux, ses temples et sanctuaires servaient de point de convergence pour la communauté et de source de conseils, d'avis spirituels et d'aide générale pour obtenir de la nourriture ou des soins médicaux. Les prêtres de Thot étaient des scribes très instruits et son culte était étroitement associé à la classe dirigeante. Cependant, comme le souligne Wilkinson, la monarchie ou l'élite cultivée n'étaient pas les seules à admirer Thot :

L'apparition de Thot dans les noms de plusieurs monarques du Nouvel Empire montre une acceptation et un patronage royaux importants du culte du dieu, mais des références antérieures à des offrandes faites dans des tombes privées à l'occasion de la fête de Thot montrent également l'importance de ce dieu pour des individus non royaux et son culte semble avoir toujours eu une large base parmi les anciens Égyptiens... On trouve des amulettes représentant le dieu sous la forme d'un ibis ou d'un homme à tête d'ibis - tenant parfois l'œil divin oudjat, bien que celles le représentant sous la forme d'un babouin soient plus courantes. Ces amulettes étaient portées de leur vivant, vraisemblablement par des scribes. Les pouvoirs magiques et de sorcellerie attribués à Thot faisaient qu'il était naturellement invoqué dans de nombreux sorts utilisés dans la magie et la religion populaires. (216-217)

Son centre de culte à Hermopolis était extrêmement populaire. Des ibis et des babouins momifiés étaient vendus aux pèlerins venant au festival comme offrandes votives aux dieux. Les fouilles de la nécropole voisine de Tounah el-Gebel ont révélé des milliers de ces animaux momifiés. Wilkinson écrit : "Un autre grand cimetière d'ibis et de babouins se trouvait à Saqqarah et ces catacombes illustrent bien la popularité persistante de Thot dans la religion des périodes ultérieures (217). La vénération durable de Thot est également reconnue par le nombre d'amulettes à son effigie qui ont été trouvées à différentes périodes de l'histoire de l'Égypte.

Aujourd'hui encore, Thot est reconnu comme une entité spirituelle importante. En dehors des communautés New Age, Wiccan ou Néo-Païennes qui vénèrent le dieu, il est l'une des divinités égyptiennes les plus connues dans la culture populaire. L'Université du Caire a fait de Thot sur son trône son logo et la statuaire du dieu reste l'une des plus populaires et reconnaissables, après les images du roi Toutânkhamon, de la reine Néfertiti et de la déesse Bastet, dans le monde moderne.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2016, juillet 26). Thot [Thoth]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-12242/thot/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Thot." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juillet 26, 2016. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-12242/thot/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Thot." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 26 juil. 2016. Web. 13 juil. 2024.

Adhésion