Osiris

Coûts des serveurs - Collecte de fonds 2023

Faire fonctionner un site web qui accueille des millions de lecteurs chaque mois coûte extrêmement cher. Nous devons non seulement payer nos serveurs, mais aussi les services connexes tels que notre réseau de diffusion de contenu, Google Workspace, la messagerie électronique, etc. Nous préférerions utiliser cet argent pour produire davantage de contenu historique gratuit pour le monde entier. Merci de votre aide !
$126 / $21000

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 06 mars 2016
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
Osiris Awakening (by Jean-Pierre Dalbéra, CC BY)
L'éveil d'Osiris
Jean-Pierre Dalbéra (CC BY)

Osiris est le Seigneur égyptien du monde souterrain et le juge des morts, le frère-époux d'Isis et l'un des dieux les plus importants de l'Égypte ancienne. Le nom `Osiris' est la forme latinisée de l'égyptien Usir qui est interprété comme 'puissant' ou 'formidable'.

Il est le premier né des dieux Geb (terre) et Nout (ciel) peu après la création du monde. Il fut assassiné par son jeune frère Seth et ramené à la vie par sa sœur-épouse Isis. Ce mythe, et les dieux impliqués, sont devenus un élément central de la culture et de la vie religieuse égyptiennes. Osiris était à l'origine un dieu de la fertilité, peut-être originaire de Syrie (bien que cette affirmation soit contestée), qui devint si populaire qu'il absorba la fonction de dieux antérieurs comme Andjety et Khentamentiou, deux dieux de la fertilité et de l'agriculture vénérés à Abydos. Il est associé au symbole djed et est souvent représenté avec une peau noire ou verte symbolisant la boue fertile du Nil et la régénération. Il est aussi fréquemment représenté sous la forme d'une momie ou sous une forme partiellement momifiée dans son rôle de juge des morts.

Supprimer la pub

Advertisement

Les images d'Osiris en tant que dieu vivant le dépeignent comme un bel homme en costume royal portant la couronne de Haute-Égypte, une coiffe à plumes appelée atef et portant la houlette et le fléau, symboles de la royauté. Il est associé à l'oiseau mythique Bénou (source d'inspiration pour le phénix grec) qui renaît à la vie de ses cendres. Osiris était connu sous de nombreux noms, mais surtout sous celui de Ouennéfer, "le beau", et, dans son rôle de juge des morts, de Khentamentiou, "le premier des Occidentaux". L'ouest était associé à la mort et les "occidentaux" étaient synonymes de ceux qui étaient passés dans l'au-delà.

Il était également connu comme le Seigneur de l'amour, le Roi des vivants et le Seigneur éternel. Après Isis, Osiris était le plus populaire et le plus durable de tous les dieux égyptiens. Son culte s'étendit sur des milliers d'années, de peu avant le début de la période dynastique (vers 3150-2613 av. J.-C.) à la dynastie ptolémaïque (323-30 av. J.-C.), la dernière dynastie à régner sur l'Égypte avant l'arrivée de Rome. Il est également possible qu'Osiris ait été vénéré sous une certaine forme au cours de la période prédynastique de l'Égypte (vers 6000-3150 av. J.-C.) et il est probable qu'il soit né à cette époque. L'experte Geraldine Pinch écrit :

Supprimer la pub

Advertisement

Le lieu, le moment et la manière dont Osiris a été vénéré pour la première fois sont très controversés. On a affirmé qu'Osiris était à l'origine un roi prédynastique déifié, un esprit végétal primitif, un dieu chacal d'une ancienne nécropole royale ou une déesse mère. Même l'étymologie de son nom est incertaine, bien qu'il puisse simplement signifier "Le Puissant". (178)

Bien qu'il soit généralement considéré comme un dieu de la vie et de l'abondance, juste, généreux et donnant, il existe également des représentations de lui comme "une figure terrifiante qui envoie des démons messagers pour entraîner les vivants dans le royaume lugubre des morts" (Pinch, 178), bien que ces représentations soient minoritaires. L'image la plus populaire et la plus durable du dieu est celle d'Osiris, souverain juste et bon, assassiné par son frère rancunier et qui revient à la vie.

Egyptian God Osiris
Le Dieu Égyptien Osiris
Ali Kalamchi (Copyright)

Le mythe d'Osiris

Après la création du monde, les cinq premiers dieux sont nés de l'union de Geb (terre) et de Nout (ciel) : Osiris, Isis, Seth, Nephtys et Horus. Osiris, en tant que premier né, régnait en tant que Seigneur de la Terre, avec Isis comme reine et consort. Il trouva le peuple égyptien non civilisé et sans loi et lui donna donc des lois, une culture, une instruction religieuse et une agriculture. Sous le règne d'Osiris, l'Égypte devint un paradis où tout le monde était égal et où la nourriture était abondante car les récoltes étaient toujours foisonnantes.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Seth était jaloux de la réussite de son frère et devint rancunier. Leur relation se détériora davantage lorsque Nephtys, la femme de Seth, se déguisa en Isis et séduisit Osiris, tombant enceinte du dieu Anubis. Seth fit fabriquer un magnifique cercueil à la taille exacte d'Osiris, puis organisa une grande fête au cours de laquelle il présenta cette boîte et dit aux invités que celui d'entre eux qui y entrerait le plus parfaitement pourrait l'avoir en cadeau. Lorsqu'Osiris s'allongea dans le cercueil, Seth fit claquer le couvercle, le ferma et le jeta dans le Nil, et il fut emporté par le fleuve.

Le corps d'Osiris voyagea en mer et son cercueil finit par se loger dans un grand tamaris qui poussait près de Byblos en Phénicie. L'arbre grandit rapidement autour du cercueil jusqu'à le contenir complètement. Le roi de Byblos, Malcandre, vint sur le rivage avec sa femme Astarté et admira l'arbre et le doux parfum qui semblait en émaner. Il ordonna d'abattre l'arbre et de l'apporter dans son palais pour en faire un pilier ornemental pour la cour, et Osiris y resta, piégé dans le cercueil à l'intérieur du pilier, jusqu'à sa mort.

L'image la plus populaire et la plus durable du dieu est celle d'Osiris, le souverain juste et bon, assassiné par son frère rancunier, qui revient à la vie.

Isis avait entre-temps quitté l'Égypte à la recherche de son mari et elle finit par arriver à Byblos, déguisée en femme âgée, où elle s'assit sur le rivage et pleura son mari disparu. Elle fut invitée au palais par les servantes royales qui étaient venues se baigner sur le rivage et se mit dans les bonnes grâces du roi et de la reine qui lui demandèrent d'être la nourrice de leurs jeunes fils.

Supprimer la pub

Advertisement

Isis essaya de rendre le plus jeune garçon immortel en le baignant dans le feu et, lorsque la reine Astarté découvrit cela, elle fut horrifiée. Isis se révéla alors être la déesse et le roi et la reine lui promirent tout ce qu'elle voulait si seulement elle les épargnait. Elle ne demanda que le pilier, qu'ils s'empressèrent de lui accorder.

Après avoir quitté la cour, Isis délivra Osiris de l'arbre et ramena son corps en Égypte où elle le cacha de Seth dans la région marécageuse du delta du Nil. Elle le quitta pour aller cueillir des herbes afin de préparer une potion pour le ramener à la vie, laissant sa sœur Nephtys garder le corps. Pendant son absence, Seth apprit le retour de son frère et partit à la recherche de son corps. Il réussit à faire dire à Nephtys où il se trouvait, et lorsqu'il le trouva, il le tailla en pièces et le dispersa à travers le pays et dans le Nil.

Quand Isis revint, elle fut horrifiée mais se ressaisit rapidement et se mit au travail pour retrouver les morceaux de son mari assassiné. Avec l'aide de Nephtys, elle récupéra toutes les parties du corps à l'exception du pénis, qui avait été jeté dans le Nil et mangé par le poisson oxyrhynque, raison pour laquelle ce poisson était une nourriture interdite dans l'Égypte ancienne.

Supprimer la pub

Advertisement

Isis parvint à ranimer Osiris et, une fois qu'il fut en vie, elle prit la forme d'un cerf-volant et vola autour de lui, attira la semence de son corps dans le sien et tomba enceinte d'un fils, Horus. Même si Osiris était désormais vivant, il était incomplet et ne pouvait plus régner sur la terre des vivants. Il se retira dans l'au-delà où il devint Seigneur et Juge des Morts.

Isis, craignant ce que Seth pourrait faire à son fils, cacha Horus dans les marais d'Égypte jusqu'à ce qu'il ne soit adulte. À ce moment-là, Horus devint un puissant guerrier et combattit Seth pour le contrôle du monde. Dans certaines versions de l'histoire, Seth est tué mais, dans la plupart, il est vaincu et chassé du pays. Le chaos que Seth avait déclenché dans le monde fut vaincu par Horus qui rétablit l'ordre, puis régna avec sa mère.

Le culte d'Osiris

Le mythe incarnait certaines des valeurs les plus importantes de la culture égyptienne : l'harmonie, l'ordre, la vie éternelle et la gratitude. Le ressentiment de Seth à l'égard d'Osiris, même avant sa liaison avec Nepthys, était né d'un manque de gratitude et de l'envie de la bonne fortune d'autrui. En Égypte, l'ingratitude était une sorte de "péché d'entrée" qui ouvrait l'individu à tous les autres péchés. L'histoire illustre de manière spectaculaire comment même un dieu peut être la proie de l'ingratitude et les conséquences qui peuvent en découler. Tout aussi important, le mythe raconte la victoire de l'ordre sur le chaos et l'établissement de l'harmonie dans le pays, une valeur centrale de la culture et de la religion égyptiennes.

Supprimer la pub

Advertisement

Minhotep & Nakhtmin Relief Stele
Stèle en relief de Minhotep et Nakhtmin
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

La renaissance d'Osiris était associée au Nil qui était considéré comme un symbole de son pouvoir de donner la vie. Les festivals d'Osiris étaient organisés pour célébrer la beauté du dieu et son pouvoir transcendant, mais aussi sa mort et sa renaissance. Le festival de la Chute du Nil commémorait sa mort tandis que le festival du pilier Djed célébrait la résurrection d'Osiris. L'historienne Margaret Bunson écrit :

Lorsque le Nil se retirait, les Égyptiens se rendaient sur ses rives pour distribuer des cadeaux et pour exprimer leur chagrin de voir Osiris mourir une autre fois. Le Nil représentait la capacité d'Osiris à renouveler la terre et à redonner vie à la nation. Lorsque le Nil commençait à monter régulièrement vers le stade de la crue, Osiris était de nouveau honoré. De petits sanctuaires étaient jetés à la dérive sur le fleuve et les prêtres versaient de l'eau douce dans le Nil, déclarant qu'Osiris était retrouvé. (198)

La ville d'Abydos était son centre de culte et la nécropole qui s'y trouvait devint le lieu de sépulture le plus recherché, car les gens voulaient être enterrés aussi près du dieu qu'ils le pouvaient. Ceux qui vivaient trop loin ou qui n'avaient pas les moyens d'une telle sépulture s'y faisaient ériger une stèle portant leur nom. Osiris était le plus largement vénéré en tant que juge des morts, mais les "morts" continuaient d'exister dans un autre royaume et la mort n'était pas la fin de l'existence d'une personne.

Les festivals célébraient donc la vie - tant sur terre qu'après - et une partie de ces célébrations consistait à planter un jardin d'Osiris, un parterre en forme du dieu et fertilisé par la boue et l'eau du Nil. Les grains qui poussaient ensuite symbolisaient la résurrection d'Osiris et la promesse de vie éternelle pour celui qui entretenait le jardin.

Les jardins d'Osiris étaient placés dans les tombes où ils étaient connus en tant que lit d'Osiris. Margaret Bunson décrit cette pratique en écrivant :

Il s'agissait de boîtes façonnées en bois ou en poterie ayant normalement la forme du dieu. Les lits d'Osiris étaient souvent creux, remplis de boue du Nil et plantés de blé. Les boîtes étaient ensuite enveloppées comme des momies et placées dans la tombe. Le blé était censé germer, symbole de la résurrection d'Osiris. Certaines boîtes contenaient des preuves réelles de croissance lorsqu'elles furent déballées des siècles plus tard. (198)

Les prêtres d'Osiris s'occupaient du temple et de la statue du dieu à Abydos, Busiris et Héliopolis et, comme il était de coutume dans le culte égyptien, seuls les prêtres étaient autorisés à pénétrer dans le sanctuaire intérieur. Le peuple égyptien était invité à visiter le complexe du temple pour faire des offrandes et demander des prières, demander des avis et des conseils médicaux, recevoir l'aide des prêtres sous forme de biens matériels ou de dons financiers, et offrir des sacrifices au dieu en demandant une faveur ou en remerciant le dieu pour une demande accordée.

Osiris, le roi et le peuple

Osiris est considéré comme le premier roi d'Égypte qui établit les valeurs culturelles que tous les rois ultérieurs jurèrent de respecter. Lorsque Seth assassina le roi, le pays plongea dans le chaos et l'ordre ne fut rétabli qu'avec la victoire d'Horus sur Seth. Les rois d'Égypte s'identifiaient à Horus de leur vivant (ils avaient chacun un nom personnel et un "nom d'Horus" qu'ils prenaient au début de leur règne) et à Osiris dans la mort. Isis étant la mère d'Horus, elle était considérée comme la mère de chaque roi, le roi était son fils et Osiris était à la fois leur père, leur aspect supérieur et leur espoir de salut après la mort.

Osiris Marble Statue
Statue en marbre d'Osiris
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

C'est pour cette raison qu'Osiris est si souvent représenté en pharaon momifié, car les pharaons étaient momifiés pour ressembler à Osiris. L'image du grand dieu momifié précéda la pratique consistant à préparer le corps royal pour qu'il ressemble à Osiris. Tous les symboles et images égyptiens qui composaient les textes des pyramides sur les murs des tombes étaient destinés à rappeler à l'âme du défunt ce qu'elle devait faire une fois arrivée dans l'au-delà. Le fait de ressembler à Osiris permettait non seulement de rappeler le dieu, mais aussi de chasser les mauvais esprits en leur faisant croire que l'on était le grand dieu en personne. L'apparence du roi, calquée sur celle d'Osiris, s'exprimait tout au long de son règne ; le célèbre fléau et le bâton de berger, synonymes des pharaons égyptiens, étaient d'abord les symboles d'Osiris, le fléau représentant la fertilité de sa terre tandis que la crosse symbolisait l'autorité de son règne.

Osiris était le tout miséricordieux, le pardonneur et le juste juge des morts qui supervisait la vie de chacun sur terre et dans l'au-delà.

L'harmonie et l'ordre avaient été établis par le fils d'Osiris, Horus, et le roi était le représentant vivant d'Horus qui subvenait aux besoins du peuple. C'est à Osiris que l'on attribuait l'établissement de la royauté ainsi que de l'ordre naturel et de la loi de la vie. Ainsi, en participant à sa communauté et en observant les rituels, on suivait les directives d'Osiris. Le peuple, tout comme la royauté, attendait la protection d'Osiris dans la vie et son jugement impartial après la mort. Osiris était le tout miséricordieux, le pardonneur et le juste juge des morts qui supervisait la vie de chacun sur terre et dans l'au-delà.

Les mystères d'Osiris

L'identification d'Osiris à la vie éternelle, à la vie après la mort, donna naissance à son culte des mystères qui dépassa les frontières de l'Égypte pour devenir le culte d'Isis. Bien que personne ne sache quels rituels étaient impliqués dans le culte d'Isis, il est possible qu'ils se soient développés à partir des premiers mystères d'Osiris célébrés à Abydos à partir de la douzième dynastie (1991-1802 av. J.-C.). Il s'agissait de festivals très populaires qui attiraient des gens de toute l'Égypte pour participer au rituel. Bunson note que "les mystères racontaient la vie, la mort, la momification, la résurrection et l'ascension d'Osiris" (198). Des drames étaient mis en scène, les rôles principaux étant confiés aux membres éminents de la communauté et aux prêtres locaux qui jouaient l'histoire du mythe d'Osiris. Le texte d'appel et de réponse connu sous le nom de Lamentations d'Isis et de Nephtys, dans lequel deux femmes jouaient le rôle des déesses rappelant Osiris à la vie, était récité au début des festivités.

L'histoire connue sous le nom de Les aventures d'Horus et Seth était ensuite mise en scène dans des combats fictifs entre les disciples d'Horus et les disciples de Seth, auxquels tout le monde semblait pouvoir participer. Une fois la bataille remportée par les disciples d'Horus, le peuple célébrait le rétablissement de l'ordre et la statue dorée d'Osiris sortait du sanctuaire intérieur du temple et était transportée parmi le peuple qui offrait des cadeaux à l'image. La statue était transportée à travers la ville dans un circuit et finalement placée dans un sanctuaire extérieur où elle pouvait être admirée par son peuple et aussi participer pleinement aux festivités. L'émergence du dieu de l'obscurité de son temple à la participation aux joies des vivants symbolisait le retour à la vie d'Osiris après la mort.

Bien que cette fête ait eu lieu principalement à Abydos, elle était également célébrée dans d'autres centres de culte dédiés à Osiris dans toute l'Égypte, comme Bubastis (qui était un autre centre de culte très important), Busiris, Memphis et Thèbes. Osiris était bien sûr la figure centrale de ces célébrations mais, avec le temps, l'attention se porta sur son épouse, Isis, qui l'avait en fait sauvé de la mort et ramené à la vie. Osiris était intimement lié au Nil et à la vallée du Nil en Égypte, mais Isis finit par se détacher de toute localité donnée et fut considérée comme la reine du ciel et la créatrice de l'univers. Tous les autres dieux égyptiens finirent par être considérés comme des aspects de la puissante Isis et, sous cette forme, son culte voyagea en Grèce, en Phénicie, à Rome et dans tout l'Empire romain.

Le culte d'Isis était si populaire dans le monde romain qu'il surpassa tous les autres systèmes de croyance païens lorsque le christianisme s'empara de l'imaginaire populaire. En fait, les aspects les plus profonds du christianisme remontent au culte d'Osiris et au culte d'Isis qui se développa à partir de son histoire. Dans l'Égypte ancienne, tout comme aujourd'hui, les gens avaient besoin de croire que leur vie avait un but, que la mort n'était pas la fin et qu'une sorte d'être surnaturel prenait soin d'eux et les protégeait. Le culte du grand dieu Osiris répondait à ce besoin, tout comme le font aujourd'hui les croyances religieuses.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2016, mars 06). Osiris [Osiris]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-447/osiris/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Osiris." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mars 06, 2016. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-447/osiris/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Osiris." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 06 mars 2016. Web. 04 févr. 2023.

Adhésion