Serket

Coûts du serveur Collecte de fonds 2024

Aidez-nous dans notre mission de fournir un enseignement gratuit de l'histoire au monde entier ! Faites un don et contribuez à couvrir les coûts de notre serveur en 2024. Grâce à votre soutien, des millions de personnes apprennent l'histoire entièrement gratuitement chaque mois.
$1843 / $18000

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 21 mars 2016
Disponible dans ces autres langues: anglais
X
Golden Figurine of Serket (by Mercedes Blanco, CC BY-SA)
Figurine dorée de Serket
Mercedes Blanco (CC BY-SA)

Serket (également connue sous les noms de Selkis et Selket) est une déesse égyptienne de la protection associée au scorpion. Elle était largement vénérée en Basse-Égypte en tant que grande déesse mère pendant la période prédynastique (c. 6000- c. 3150 av. J.-C.) et fait donc partie des divinités les plus anciennes d'Égypte.

Elle est associée à la guérison, à la magie et à la protection, et son nom signifie "Celle qui fait respirer la gorge". Ses symboles sont le scorpion, l'Ânkh et le sceptre Ouas, qui traduisent tous ses aspects bienveillants. Au cours de la période prédynastique, elle était la protectrice des rois, comme en témoignent les découvertes archéologiques qui la relient, sous le nom de Serqet, aux rois scorpions, vaincus aux alentours du règne de Narmer (r. c. 3150 av. J.-C.). À cette époque, elle était déjà étroitement associée à la protection et son culte s'était étendu de la région du delta de Basse-Égypte aux villes de Haute-Égypte.

Supprimer la pub
Publicité

À l'époque de la première dynastie (c. 3150-2890 av. J.-C.), elle était associée au dieu Noun (également connu sous le nom de Nu), le père des dieux. Noun était l'abîme aquatique d'où s'élevait la colline primordiale (le ben-ben) sur laquelle Atoum (Râ) se tenait à l'aube de la création. Le rôle qu'elle joua, le cas échéant, dans la création du monde n'est pas clair, mais des indices suggèrent qu'elle aurait pu être l'épouse d'Atoum, le premier fils de Noun, ou même l'épouse de Noun lui-même. Plus tard, elle est représentée comme l'une des divinités à bord de la barge du dieu soleil Râ, qui surveille le serpent Apophis lorsque le bateau navigue dans le ciel nocturne.

Elle est la déesse des créatures venimeuses, notamment du scorpion, et est représentée comme une belle femme, les bras tendus dans un geste de protection, avec un scorpion sur la tête. Le scorpion est délibérément représenté sans dard ni griffes pour représenter le rôle de Serket en tant que protectrice contre les piqûres venimeuses. Serket fut finalement absorbée par le culte d'Horus, qui l'associa étroitement à la mort et aux âmes des défunts. Elle était alors connue sous le nom de "Dame de la belle tente", qui faisait référence à la tente des embaumeurs. Elle est surtout connue pour sa statue en or et la jarre canope en albâtre de la tombe de Toutânkhamon.

Supprimer la pub
Publicité

Rôle précoce dans la religion

Son nom, "Celle qui fait respirer la gorge", vient directement de son association avec le scorpion.

Il n'existe pas de récits mythologiques sur l'origine de Serket, comme c'est le cas pour la plupart des autres dieux égyptiens. Elle est mentionnée comme étant présente lors de la création du monde, mais son rôle n'est pas précisé. Elle était considérée comme une déesse mère pendant la période préhistorique de l'Égypte et était déjà associée au scorpion qui "était un symbole de maternité dans de nombreuses régions du Proche-Orient" (Wilkinson, 234). Elle est représentée comme allaitant les rois d'Égypte dans les textes des pyramides, qui datent de l'Ancien Empire (2613-2181 av. J.-C.), et l'un des sortilèges de protection de ces textes - connu sous le nom de PT 1375 - se lit comme suit: "Ma mère est Isis, ma nourrice est Nephthys... Neith est derrière moi, et Serket est devant moi" (Wilkingson, 233). Ces quatre déesses seraient plus tard représentées dans la tombe de Toutânkhamon, sur le coffre canope et sous forme de statues d'or protégeant le sanctuaire doré.

Il n'existe aucune preuve de l'existence de temples dédiés à Serket dans aucune région d'Égypte, ce qui laisse penser à certains chercheurs qu'elle n'en a peut-être jamais eu ou, plus probablement, qu'elle fut absorbée par les figures d'autres divinités telles que Hathor ou Neith, qui sont tout aussi anciennes. Neith était la déesse patronne de la ville de Zau (plus tard connue sous le nom de Saïs) dans le Delta. Comme Hathor, Neith était à l'origine une déesse féroce associée à la destruction, qui fut ensuite associée au tissage, puis à la sagesse (tout comme Hathor, à l'origine une destructrice assoiffée de sang, qui devint une protectrice bienveillante). Il est possible que Serket ait suivi le même schéma, apparaissant d'abord comme une déesse mère à l'utérus légèrement gonflé, avant d'être associée aux scorpions et au venin, car les piqûres de scorpion étaient si souvent fatales aux enfants égyptiens. L'érudite Geraldine Pinch écrit:

Supprimer la pub
Publicité

Les piqûres de scorpion étaient un risque courant dans l'Égypte ancienne. La femelle du scorpion est plus grande que le mâle et dispose d'une plus grande réserve de poison. Les représentations de Selket montrent toujours la queue relevée en position de piqûre. Les piqûres de scorpion provoquent une douleur brûlante et un essoufflement et peuvent être fatales aux jeunes enfants et aux personnes âgées. (189)

Son nom, "Celle qui fait respirer la gorge", vient directement de son association avec le scorpion. Des amulettes portant son nom étaient portées pour protéger les gens des morsures de scorpion ou pour les aider à respirer s'ils étaient mordus.

Serket et le mythe d'Osiris

Le mythe d'Osiris était l'histoire la plus populaire de l'Égypte ancienne, gagnant régulièrement des adeptes jusqu'à ce que, au Nouvel Empire (1570-1069 av. J.-C.), il n'influe de manière significative sur les valeurs de la culture égyptienne. Le mythe d'Osiris raconte l'histoire du dieu Osiris et de sa sœur Isis, qui règnent sur le premier paradis du monde. Leur frère Seth, jaloux d'Osiris, le piège dans un cercueil orné, le tue, puis jette la boîte dans le Nil.

Isis récupère le corps de son mari et le ramène en Égypte, le cachant dans les marécages de la région du Delta. Elle demande à sa sœur Nephtys de monter la garde pendant qu'elle va cueillir des herbes pour le ramener à la vie mais, pendant son absence, Seth trouve Nephtys et la trompe en lui révélant l'endroit où est caché le corps d'Osiris. Il découpe le corps en morceaux et les disperse dans toute l'Égypte et dans le Nil. Lorsqu'Isis revient, elle ne trouve que Nephtys en larmes qui lui raconte ce qui s'est passé.

Supprimer la pub
Publicité

Isis et Nephtys recherchent et trouvent tous les morceaux du corps, et Isis parvient à ranimer son mari. Cependant, son pénis a été mangé par un poisson et il est donc incomplet et ne peut rester seigneur sur la terre. Avant sa descente aux enfers, Isis se transforme en faucon et vole autour de son corps, recueillant sa semence dans la sienne, et tombe enceinte d'un fils, Horus. Osiris part ensuite assumer son nouveau rôle de juge des morts et Isis se retrouve seule pour se cacher, elle et son fils nouveau-né, de Seth.

Serket est parfois incluse dans l'histoire à ce moment-là, dans son rôle de protectrice des innocents. Isis a un accouchement difficile et donne naissance à Horus dans les marais du Delta. Serket préside à l'accouchement en éloignant les scorpions et les serpents venimeux de la nouvelle mère et de l'enfant. Cette partie de l'histoire serait citée plus tard dans le rôle de Serket en tant que protectrice des femmes en couches et des mères et enfants. Après la naissance d'Horus, Isis doit continuer à se cacher dans les marais pour échapper à Seth et ne sort que la nuit pour se nourrir. À ces moments-là, Serket garde le bébé et envoie ses scorpions avec Isis pour lui servir de garde du corps.

Serket et les sept scorpions

L'une des histoires les plus populaires concernant Isis est connue sous le nom d'Isis et les sept scorpions. Elle raconte comment, alors qu'Horus était un nourrisson et qu'Isis le cachait dans les marais, Serket avait sept scorpions pour lui tenir compagnie. Lorsqu'Isis allait mendier de la nourriture dans les villes voisines, trois d'entre eux - Petet, Tjetet et Matet - la précédaient pour s'assurer que le chemin était sûr et que Seth n'était pas en embuscade, deux étaient de chaque côté d'elle - Mesetet et Mesetetef - et deux ramenaient l'arrière - Tefen et Befen, qui étaient les plus féroces - au cas où Seth choisirait d'attaquer par l'arrière.

Supprimer la pub
Publicité

Lorsqu'elle quittait le marais, Isis dissimulait sa gloire pour ressembler à une pauvre femme âgée demandant l'aumône. Une nuit, alors qu'elle et son garde du corps entraient dans la ville, une très riche noble les regarda de sa fenêtre et s'empressa de claquer sa porte et de la verrouiller. Serket, bien que veillant sur Horus dans le marais, pouvait voir tout ce que ses scorpions voyaient, et elle était furieuse de cet affront fait à Isis. Elle décida que la femme paierait pour cette insulte et envoya un message à Tefen pour qu'il s'occupe de la situation. Les six autres scorpions abandonnèrent leur poison à Tefen qui le fit remonter dans son dard et attendit le bon moment. Pendant ce temps, une pauvre paysanne avait vu la noble refuser l'hospitalité et, même si elle n'avait pas grand-chose, elle offrit à Isis et à ses scorpions une place sous son toit pour la nuit et un simple repas.

Serket Statue
Statue secrète
NeferTiyi (CC BY-NC-ND)

Pendant qu'Isis mangeait avec la jeune femme, Tefen se faufila hors de la maison et se glissa sous la porte de la maison de la noble, où il piqua son jeune fils. L'enfant tomba dans un état de stupeur, et la noble femme l'attrapa et essaya de le ranimer, mais ne put le faire. Elle courut dans les rues, appelant à l'aide, et Isis l'entendit. Bien que la femme lui ait refusé de la nourriture et une place pour la nuit, Isis lui pardonna. Elle ne voulait pas que le garçon paie pour l'insulte de sa mère. Isis prit l'enfant dans ses bras et appela chacun des scorpions par leur nom secret, les dominant ainsi et neutralisant leur pouvoir, et récita des formules de grande magie. Le poison s'évapora, quitta le corps de l'enfant et celui-ci revint à la vie. La noble femme fut si reconnaissante et si honteuse de son comportement antérieur qu'elle offrit toute sa richesse à Isis et à la paysanne. Serket, de retour dans le marais avec Horus, regretta d'avoir envoyé le scorpion attaquer l'innocent garçon et jura de protéger tous les enfants à l'avenir.

Transformation de Serket

De la même manière que le mythe d'Osiris a transformé le dieu Seth, héros protecteur, en méchant, il a modifié le rôle de Serket. Bien qu'elle ait continué à être considérée comme une protectrice, ses attributs antérieurs de déesse-mère furent repris par Isis, tandis que Serket fut associée à la mort et à l'au-delà. Dans l'histoire des sept scorpions, Serket est souvent omise et le récit se concentre sur le pardon d'Isis et sur la manière dont les gens doivent se comporter les uns envers les autres. Une fois que le mythe d'Osiris prit de l'ampleur en Égypte, le rôle de Serket fut marginalisé sur le plan terrestre, mais amplifié dans l'au-delà.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Serket devint l'un des divinités gardiens qui veillent sur les âmes dans l'au-delà. Plus précisément, comme le note Geraldine Pinch, elle "est l'une des divinités qui gardent un coude de la rivière sur la route aquatique du paradis" (189). Elle était invoquée lors des funérailles pour ses capacités magiques, car on pensait qu'elle pouvait aider les morts à respirer à nouveau lorsqu'ils renaissaient de leur corps dans l'au-delà.

Canopic Chest
Coffre à canope
The Trustees of the British Museum (Copyright)

De la même manière qu'elle récompensait les morts justifiés en leur redonnant le souffle, elle punissait ceux qui n'en étaient pas dignes en les privant de souffle. L'au-delà égyptien est représenté de différentes manières, la plus populaire impliquant Osiris en tant que juge des morts dans la salle de la Vérité. Si le cœur du défunt pesait plus que la plume de maât dans la balance, il était jeté sur le sol et dévoré par le monstre Ammout; l'âme cessait alors d'exister. Dans une autre version, cependant, les âmes des personnes injustifiées sont punies pour leurs méfaits par les quarante-deux juges qui président avec Osiris et Thot la salle de la Vérité. Ces âmes peuvent être remises à des divinités telles que Serket, qui déchaînent leur colère et tourmentent ceux qui ont abusé du don de la vie.

De même, ceux qui, sur terre, s'en prenaient aux innocents ou se livraient à la méchanceté pouvaient recevoir la visite de Serket et de ses scorpions, qui ne les effrayaient que par une légère morsure, entraînant essoufflement et douleur, ou par une dose plus forte de venin entraînant la mort. En tant que déesse de la mort et de l'au-delà, elle était également chargée de garder les organes internes du roi défunt, car on pensait qu'il en aurait besoin une fois qu'il renaîtrait après sa mort. Elle était la déesse protectrice de l'un des quatre fils d'Horus, Kébehsénouf, qui gardait les intestins dans la jarre canope. Serket était la déesse des poisons et les Égyptiens associaient les intestins au poison. Elle fut donc chargée de veiller à la sécurité et au bien-être de Kébehsénouf.

Culte et clergé

La façon la plus significative dont le mythe d'Osiris a transformé Serket fut d'attribuer ses premières manifestations de pouvoir à Isis. Cette dernière est cependant restée une déesse très populaire et ne doit pas être considérée comme une "déesse de moindre importance", comme l'affirment de nombreux auteurs de la mythologie égyptienne. Bien qu'elle n'ait pas eu de temples officiels en son honneur, ses prêtres et prêtresses étaient très recherchés et appréciés pour une simple raison: ils étaient médecins.

Les membres du clergé du culte de Serket étaient tous des médecins connus sous le nom d'adeptes de Serket. Hommes et femmes pouvaient pratiquer la médecine et accomplir les rites de Serket. Selon l'historienne Margaret Bunson, la pratique de la médecine était "la science dirigée par les prêtres de Per-Ânkh, la Maison de la Vie". Les Égyptiens l'appelaient "l'art nécessaire" (158)". La Maison de la Vie n'était pas un lieu physique, bien qu'elle puisse l'être, mais un concept de guérison. Les prêtres et prêtresses de Serket portaient la Maison de la Vie en eux, dans leur connaissance de la guérison. Bunson écrit:

Les procédures de diagnostic des blessures et des maladies étaient courantes et approfondies dans la pratique médicale égyptienne. Les médecins consultaient des textes et faisaient leurs propres observations. Chaque médecin dressait la liste des symptômes évidents d'un patient et décidait ensuite s'il avait les compétences nécessaires pour traiter la maladie. Si un prêtre déterminait qu'une guérison était possible, il reconsidérait les remèdes ou les régimes thérapeutiques disponibles et procédait en conséquence. Cela exigeait, bien entendu, une connaissance remarquable des fonctions du corps humain. Les médecins comprenaient que le pouls était le "haut-parleur du cœur" et ils interprétaient l'affection connue aujourd'hui sous le nom d'angine de poitrine. Ils étaient également conscients de la relation entre le système nerveux et les mouvements volontaires. (158)

Tous les médecins égyptiens n'étaient pas des adeptes de Serket, mais bon nombre d'entre eux l'étaient. En tant que déesse de la guérison et protectrice contre le poison et les piqûres venimeuses, Serket était naturellement la patronne des médecins, même de ceux qui ne participaient pas directement à son culte. Les sorts invoquant Serket pour la guérison étaient largement utilisés dans toute l'Égypte. L'érudit John F. Nunn le souligne en écrivant:

Le recto du papyrus VII de Chester Beatty, écrit sous le règne de Ramsès II, contient un certain nombre de formules magiques de protection contre les scorpions. La plupart invoquent diverses épouses d'Horus dont Gardiner [l'égyptologue, en 1935] a suggéré qu'elles pourraient n'être que des appellations de Serqet, qui est effectivement nommée dans le huitième sortilège:

"Quelqu'un m'approche".

"Ce n'est pas moi qui t'approche, c'est Wepet-sepu, épouse d'Horus, qui t'approche.

"Poisons, venez à moi. Je suis Serqet." (101)

Dans ce sort, le médecin récitait les lignes comme si le patient dialoguait avec la ou les déesses. Lorsque "Serket" prononçait sa dernière phrase, les poisons étaient censés quitter le corps du malade. Bien qu'elle ne soit pas mentionnée nommément dans chaque papyrus ou inscription, ses pouvoirs de guérison auraient été invoqués quel que soit l'aspect sous lequel elle était nommée ou quelles autres déesses étaient invoquées. En tant que patronne des médecins et déesse de la guérison, elle aidait les Égyptiens dès leur naissance, tout au long de leur vie et même dans l'au-delà.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Depuis quand Serket est-elle connue?

Serket apparaît pour la première fois au cours de la période pré-dynastique de l'Égypte, entre 6000 et 3150 avant notre ère. Elle fait partie des plus anciennes déesses de l'Égypte ancienne.

De quoi Serket est-elle la déesse?

Serket est la déesse des créatures venimeuses et est associée à la guérison, à la magie et à la protection.

Quelle est la signification du nom de Serket?

Le nom de Serket signifie "Celle qui fait respirer la gorge".

Pour quoi Serket est-elle surtout connue?

Serket est surtout connue pour sa représentation statuaire dans la tombe de Toutânkhamon et dans les récits relatifs à la déesse Isis.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2016, mars 21). Serket [Serket]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-14487/serket/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Serket." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mars 21, 2016. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-14487/serket/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Serket." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 21 mars 2016. Web. 12 juil. 2024.

Adhésion