Mahabharata

Définition

Anindita Basu
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 25 août 2016
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, hindi, espagnol, télougou
Karna in the Kurukshetra War (by Unknown Artist, Public Domain)
Karna lors de la bataille de Kurukshetra
Unknown Artist (Public Domain)

Le Mahabharata est une ancienne épopée indienne dont l'histoire principale tourne autour de deux branches d'une famille - les Pandavas et les Kauravas - qui, lors de la guerre de Kurukshetra, se disputent le trône d'Hastinapura. Plusieurs petites histoires sur des personnes mortes ou vivantes, ainsi que des discours philosophiques, sont entrelacés dans ce récit. Krishna-Dwaipayan Vyasa, lui-même personnage de l'épopée, l'a composée ; selon la tradition, il a dicté les vers et Ganesha les a écrits. Avec ses 100 000 vers, c'est le plus long poème épique jamais écrit. On pense généralement qu'il a été composé au 4e siècle avant notre ère ou avant. Les événements de l'épopée se déroulent dans le sous-continent indien et ses environs. Elle a été racontée pour la première fois par un élève de Vyasa lors d'un sacrifice de serpents par l'arrière-petit-fils de l'un des principaux personnages de l'histoire. Incluant la Bhagavad Gita, le Mahabharata est l'un des textes les plus importants de la littérature indienne ancienne, voire mondiale.

Prélude

Shantanu, le roi d'Hastinapur, était marié à Ganga (personnification du Gange) avec qui il eut un fils appelé Devavrat. Plusieurs années plus tard, alors que Devavrat était devenu un prince accompli, Shantanu tomba amoureux de Satyavati. Son père refusa de la laisser épouser le roi à moins que celui-ci ne promette que le fils et les descendants de Satyavati hériteraient du trône. Ne voulant pas priver Devavrat de ses droits, Shantanu refusa de le faire, mais le prince, lorsqu'il eut vent de l'affaire, se rendit à cheval chez Satyavati et fit le serment de renoncer au trône et de rester célibataire toute sa vie. Le prince emmena ensuite Satyavati chez lui, au palais, afin que le roi, son père, puisse l'épouser. En raison du terrible vœu qu'il avait fait ce jour-là, Devavrat fut connu sous le nom de Bheeshm. Shantanu était si satisfait de son fils qu'il accorda à Devavrat le privilège de choisir le moment de sa propre mort.

Supprimer la pub
Advertisement

Avec le temps, Shantanu et Satyavati eurent deux fils. Peu de temps après, Shantanu mourut. Les fils de Satyavati étant encore mineurs, les affaires du royaume furent gérées par Bheeshm et Satyavati. Lorsque ces fils atteignirent l'âge adulte, l'aîné étant mort lors d'une escarmouche avec des gandharvas (êtres célestes), le fils cadet, Vichitravirya, fut intronisé. Bheeshm enleva alors les trois princesses d'un royaume voisin et les amena à Hastinapur pour les marier à Vichitravirya. L'aînée de ces princesses déclara qu'elle était amoureuse de quelqu'un d'autre, elle fut donc relâchée ; les deux autres princesses furent mariées à Vichitravirya qui mourut peu après, sans enfant.

Dhritarashtra, Pandu et Vidur

Dhritarashtra était le plus fort de tous les princes du pays, Pandu était habile à la guerre et au tir à l'arc, et Vidur connaissait toutes les branches du savoir, de la politique et de l'art de l'État.

Afin que la lignée familiale ne s'éteigne pas, Satyavati convoqua son fils Vyasa pour féconder les deux reines. Vyasa était né de la relation de Satyavati avec un grand sage nommé Parashar avant son mariage avec Shantanu. Selon les lois de l'époque, un enfant né d'une mère célibataire était considéré comme le beau-fils du mari de la mère ; par conséquent, Vyasa pouvait être considéré comme le beau-fils de Shantanu et pouvait être utilisé pour perpétuer le clan Kuru qui régnait sur Hastinapur. Ainsi, selon la coutume Niyog, les deux reines eurent chacune un fils de Vyasa : la reine la plus âgée eut un fils aveugle appelé Dhritarashtra, et la plus jeune, un fils par ailleurs en bonne santé mais extrêmement pâle appelé Pandu. Une servante de ces reines donna naissance à un fils de Vyasa appelé Vidur. Bheeshm éleva ces trois garçons avec grand soin. Dhritarashtra devint le plus fort de tous les princes du pays, Pandu était extrêmement habile à la guerre et au tir à l'arc, et Vidur connaissait toutes les branches du savoir, de la politique et de l'art politique.

Supprimer la pub
Advertisement

Les garçons ayant grandi, il était maintenant temps de remplir le trône vide d'Hastinapur. Dhritarashtra, l'aîné, fut écarté car les lois interdisaient à une personne handicapée d'être roi. Pandu fut donc couronné. Bheeshm négocia le mariage de Dhritarashtra avec Gandhari, et celui de Pandu avec Kunti et Madri. Pandu agrandit le royaume en conquérant les régions environnantes, et rapporta un important butin de guerre. Les choses marchant bien dans le pays et les coffres étant pleins, Pandu demanda à son frère aîné de s'occuper des affaires de l'État et se retira dans les forêts avec ses deux épouses pour prendre du repos.

Kauravas et Pandavas

Quelques années plus tard, Kunti revint à Hastinapur. Elle avait avec elle cinq petits garçons et les corps de Pandu et Madri. Les cinq garçons étaient les fils de Pandu, nés de ses deux épouses selon la coutume Niyog des dieux : l'aîné était né de Dharma, le second de Vayu, le troisième d'Indra, et le plus jeune - des jumeaux - des Ashvins. Entre-temps, Dhritarashtra et Gandhari avaient eux aussi eu des enfants : 100 fils et une fille. Les anciens de Kuru pratiquèrent les derniers rites pour Pandu et Madri, et Kunti et les enfants furent accueillis dans le palais.

Supprimer la pub
Advertisement

Pandavas
Pāndavas
Bob King (CC BY)

Les 105 princes furent ensuite tous confiés aux soins d'un maître : Kripa d'abord et, plus tard, Drona. L'école de Drona à Hastinapur attira plusieurs autres garçons, dont Karna, du clan Suta. C'est là que les hostilités se développèrent rapidement entre les fils de Dhritarashtra (collectivement appelés les Kauravas, patronyme de leur ancêtre Kuru) et les fils de Pandu (collectivement appelés les Pandavas, patronyme de leur père).

Duryodhana, l'aîné des Kauravas, tenta - sans succès - d'empoisonner Bheem, le second des Pandavas. Karna, à cause de sa rivalité au tir à l'arc avec le troisième Pandava, Arjuna, s'allia à Duryodhan. Avec le temps, les princes apprirent tout ce qu'ils pouvaient de leurs maîtres, et les anciens de Kuru décidèrent d'organiser une démonstration publique des compétences des princes. C'est au cours de cette démonstration que les citoyens prirent clairement conscience des hostilités entre les deux branches de la famille royale : Duryodhan et Bheem se battirent à la masse et il fallut les arrêter avant que les choses ne tournent mal, Karna - non invité car il n'était pas un prince Kuru - défia Arjuna, fut insulté en raison de sa naissance non royale et fut couronné sur place roi d'un état vassal par Duryodhan. C'est également à cette époque que l'on commença à s'interroger sur l'occupation du trône par Dhritarashtra, qui n'était censé le détenir que pour le compte de Pandu, le roi couronné. Pour maintenir la paix dans le royaume, Dhritarashtra déclara l'aîné des Pandavas, Yudhishthir, prince héritier et héritier présomptif.

The Kuru Family Tree
L'arbre généalogique des Kuru
Anindita Basu (CC BY-NC-SA)

Premier exil

Le fait que Yudhishthir soit le prince héritier et sa popularité croissante auprès des citoyens déplaisait fortement à Duryodhan, qui se considérait comme l'héritier légitime puisque son père était le roi de facto. Il complota pour se débarrasser des Pandavas. Pour ce faire, il demanda à son père d'envoyer les Pandavas et Kunti dans une ville voisine sous prétexte d'une foire qui s'y tenait. Le palais dans lequel les Pandavas devaient séjourner dans cette ville avait été construit par un agent de Duryodhan; le palais était entièrement fait de matériaux inflammables car le plan était de brûler le palais - ainsi que les Pandavas et Kunti - une fois installés. Les Pandavas, cependant, furent avertis de ce fait par leur autre oncle, Vidur, et préparèrent un contre-plan ; ils creusèrent un tunnel sous leurs chambres. Un soir, les Pandavas organisèrent un grand festin auquel participèrent tous les habitants de la ville. Lors de ce festin, une femme de la forêt et ses cinq fils se retrouvèrent si bien nourris et ivres qu'ils ne pouvaient plus marcher droit ; ils s'évanouirent sur le sol de la salle. La nuit même, les Pandavas mirent eux-mêmes le feu au palais et s'échappèrent par le tunnel. Lorsque les flammes s'éteignirent, les habitants de la ville trouvèrent les os de la femme de la forêt et de ses garçons, et les prirent pour ceux des Kunti et des Pandavas. Duryodhan pensait que son plan avait réussi et que le monde était libéré des Pandavas.

Supprimer la pub
Advertisement

Arjuna et Draupadi

Pendant ce temps, les Pandavas et Kunti s'étaient cachés, passant d'un endroit à l'autre et se faisant passer pour une pauvre famille de brahmanes. Ils se réfugiaient chez un villageois pendant quelques semaines, les princes sortaient tous les jours pour mendier de la nourriture, revenaient le soir et remettaient les gains de la journée à Kunti qui divisait la nourriture en deux : une moitié était destinée à l'homme fort Bheem et l'autre moitié était partagée par les autres. Au cours de ces pérégrinations, Bheem tua deux démons, épousa une démone et eut un enfant démon appelé Ghatotkach. Ils entendirent ensuite parler d'un swayamvar (une cérémonie pour choisir un prétendant) organisé pour la princesse de Panchal, et se rendirent à Panchal pour assister aux festivités. Selon leur habitude, ils quittèrent la maison de leur mère et se mirent en route pour recevoir l'aumône : ils arrivèrent à la salle du swayamvar où le roi distribuait les choses les plus somptueuses aux demandeurs d'aumônes. Les frères s'assirent dans la salle pour observer le spectacle : la princesse Draupadi, née du feu, était réputée pour sa beauté et tous les princes de tous les pays, à des kilomètres à la ronde, étaient venus au swayamvar dans l'espoir de gagner sa main. Les conditions du swayamvar étaient difficiles : un long poteau posé sur le sol était surmonté d'un engin circulaire qui tournait. Sur ce disque mobile était attaché un poisson. Au bas de la perche se trouvait une urne d'eau peu profonde. Une personne devait regarder vers le bas dans ce miroir d'eau, utiliser l'arc et les cinq flèches fournies, et percer le poisson qui tournait au sommet. Cinq essais étaient autorisés. Il était évident que seul un archer extrêmement doué, tel que le présumé mort Arjuna, pouvait réussir l'épreuve.

Arjuna at the Draupadi Swayamvar
Arjuna au Draupadi Swayamvar
Charles Haynes (CC BY-SA)

Un par un, les rois et les princes tentèrent de tirer sur le poisson, et échouèrent. Certains ne pouvaient même pas soulever l'arc, d'autres ne pouvaient pas le tendre. Les Kauravas et Karna étaient également présents. Karna ramassa l'arc et le tendit en un instant, mais fut empêché de viser lorsque Draupadi déclara qu'elle n'épouserait personne du clan Suta. Après que tous les membres de la famille royale eurent échoué, Arjuna, le troisième Pandava, s'approcha du poteau, prit l'arc, le banda, y fixa les cinq flèches, regarda dans l'eau, visa, tira et perça l'œil du poisson avec les cinq flèches en une seule tentative. Arjuna avait gagné la main de Draupadi.

Les frères Pandava, toujours sous l'apparence de pauvres brahmanes, ramenèrent Draupadi dans la hutte où ils logeaient et crièrent à Kunti : "Ma, Ma, viens voir ce que nous avons rapporté aujourd'hui." Kunti, dit "Quoi que ce soit, partagez-le entre vous", sortit de la hutte, vit qu'il ne s'agissait pas d'une aumône mais de la plus belle femme qu'elle ait jamais vue, et resta immobile alors que la portée de ses paroles faisait son effet sur toutes les personnes présentes.

Supprimer la pub
Advertisement

Pendant ce temps, le jumeau de Draupadi, Dhrishtadyumna, mécontent que sa sœur royale soit mariée à un pauvre roturier, avait secrètement suivi les Pandavas jusqu'à leur hutte. Un prince ténébreux et son frère blond - Krishna et Balaram du clan Yadava - les suivaient également en secret. Ils avaient soupçonné que l'archer inconnu n'était autre qu'Arjuna, présumé mort lors de l'incendie du palais plusieurs mois auparavant. Ces princes étaient apparentés aux Pandavas - leur père était le frère de Kunti - mais ils ne s'étaient jamais rencontrés auparavant. À dessein ou par hasard, Vyasa est également arrivé sur les lieux à ce moment-là et la hutte des Pandavas s'anima pendant un moment de cris heureux de rencontres et de réunions. Pour respecter les paroles de Kunti, il fut décidé que Draupadi serait l'épouse commune des cinq Pandavas. Son frère, Dhrishtadyumna, et son père, le roi Drupad, étaient réticents face à cet arrangement inhabituel, mais Vyasa et Yudhishthir réussirent à les convaincre.

Places in the Mahabharata
Lieux du Mahabharata
Anindita Basu (CC BY-NC-SA)

Indraprastha et le jeu de dés

Une fois les cérémonies de mariage à Panchal terminées, le palais d'Hastinapur invita les Pandavas et leur épouse à revenir. Dhritarashtra fit un grand spectacle de joie en découvrant que les Pandavas étaient vivants après tout, et il partagea le royaume, leur donnant une énorme étendue de terre stérile pour s'installer et régner. Les Pandavas transformèrent cette terre en un paradis. Yudhishthir y fut couronné et il accomplit un sacrifice au cours duquel tous les rois du pays acceptèrent - de gré ou de force - sa suzeraineté. Le nouveau royaume, Indraprastha, prospéra.

Entre-temps, les Pandavas avaient conclu un accord entre eux concernant Draupadi : elle devait être l'épouse de chaque Pandava, à tour de rôle, pendant un an. Si un Pandava pénétrait dans la pièce où elle était présente avec son mari de l'année, ce Pandava devait être exilé pendant 12 ans. Il se trouve qu'une fois Draupadi et Yudhishthir, son mari de l'année, étaient présents dans l'armurerie quand Arjuna y entra pour prendre son arc et ses flèches. En conséquence, il partit en exil pendant lequel il parcourut tout le pays, jusqu'à son extrémité sud, et épousa trois princesses rencontrées en chemin.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

La prospérité d'Indraprastha et la puissance des Pandavas ne plaisaient pas à Duryodhan. Il invita Yudhisthir à une partie de dés et demanda à son oncle, Shakuni, de jouer en son nom (celui de Duryodhan). Shakuni était un joueur accompli ; Yudhishthir misa - et perdit - petit à petit toute sa richesse, son royaume, ses frères, lui-même et Draupadi. Draupadi fut traînée dans la salle des dés et insultée. On tenta de la déshabiller, et Bheem perdit son sang-froid et jura de tuer tous les Kauravas. La situation était telle que Dhritarashtra intervint à contrecœur, rendit le royaume et leur liberté aux Pandavas et à Draupadi, et les renvoya à Indraprastha. Cela mit Duryodhan en colère, et il convainquit son père et invita Yudhishthir à une autre partie de dés. Cette fois, la condition était que le perdant partirait pour un exil de 12 ans suivi d'une année de vie incognito. S'il devait être découvert pendant cette période d'incognito, le perdant devrait répéter le cycle 12+1. Le jeu de dés commença. Yudhishthir perdit à nouveau.

Draupadi Humiliated, Mahabharata
Draupadi est humiliée, Mahabharata
Basholi School (Public Domain)

Le deuxième exil

Pour cet exil, les Pandavas laissèrent leur mère vieillissante Kunti à Hastinapur, là où vivait Vidur. Ils vivaient dans les forêts, chassaient le gibier et visitaient les lieux saints. C'est à peu près à cette époque que Yudhishthir demanda à Arjuna de se rendre dans les cieux à la recherche d'armes célestes, car il était désormais évident que leur royaume ne leur serait pas rendu pacifiquement après l'exil et qu'ils devraient se battre pour le récupérer. C'est ce qu'Arjuna fit, et non seulement il apprit des dieux les techniques de plusieurs armes divines, mais il apprit aussi à chanter et à danser des gandharvas.

Après 12 ans, les Pandavas vécurent incognito pendant un an. Pendant cette période d'un an, ils vécurent dans le royaume de Virat. Yudhishthir devint conseiller du roi, Bheem travailla dans les cuisines royales, Arjuna se transforma en eunuque et enseigna le chant et la danse aux servantes du palais, les jumeaux travaillèrent dans les écuries royales et Draupadi devint la servante de la reine. À la fin de la période d'incognito - pendant laquelle ils ne furent pas reconnus malgré les efforts de Duryodhan - les Pandavas révélèrent leur identité. Le roi Virat fut bouleversé ; il offrit sa fille en mariage à Arjuna mais celui-ci refusa car il avait été son professeur de danse l'année précédente et les élèves étaient assimilés à des enfants. La princesse fut mariée, à la place, à Abhimanyu, le fils d'Arjuna.

Lors de cette cérémonie de mariage, un grand nombre d'alliés des Pandavas se réunirent pour élaborer une stratégie de guerre. Entre-temps, des émissaires avaient été envoyés à Hastinapur pour réclamer la restitution d'Indraprastha, mais les missions avaient échoué. Krishna lui-même partit en mission de paix et échoua. Duryodhan refusa même de céder des terres de la taille d'une pointe d'aiguille, sans parler des cinq villages proposés par les missions de paix. Les Kauravas rassemblèrent également leurs alliés autour d'eux, et s'attachèrent même par la ruse un allié clé des Pandavas - l'oncle maternel des jumeaux Pandavas. La guerre devint inévitable.

Arjuna During the Battle of Kurukshetra
Arjuna pendant la bataille de Kurukshetra
Unknown (Public Domain)

La guerre de Kurukshetra et ses conséquences

Juste avant que le clairon de guerre ne retentisse, Arjuna vit ses proches alignés devant lui : son arrière-grand-père Bheeshm qui l'avait pratiquement élevé, ses maîtres Kripa et Drona, ses frères les Kauravas, et, pendant un instant, sa résolution vacilla. Krishna, le guerrier par excellence, avait renoncé aux armes pour cette guerre et avait choisi d'être le conducteur de char d'Arjuna. Arjuna lui dit : " Ramène-moi, Krishna. Je ne peux pas tuer ces gens. Ils sont mon père, mes frères, mes maîtres, mes oncles, mes fils. À quoi bon un royaume gagné au prix de leur vie ?" S'ensuivit un discours philosophique qui est aujourd'hui devenu un livre à part entière - la Bhagavad Gita. Krishna expliqua à Arjuna l'impermanence de la vie, ainsi que l'importance de faire son devoir et de s'en tenir au droit chemin. Arjuna reprit son arc.

सुखदुखे समे कृत्वा लाभालाभौ जयाजयौ। ततो युद्धाय युज्यस्व नैवं पापमवाप्स्यप्ति।। Si tu pars à la guerre en traitant également la joie et la peine, le gain et la perte, la victoire et la défaite, tu ne pèches pas. [2.38] कर्मण्येवाधिकारस्ते मा फलेषु कदाचन । मा कर्मफलहेतुर्भूर्मा ते सङ्गोऽस्त्वकर्मणि ॥ Tu n'as droit qu'au travail ; tu n'as aucun droit sur ses fruits. Ne te laisse pas dicter tes actions par un résultat attendu ; ne reste pas non plus inactif. [2.47]

La bataille fit rage pendant 18 jours. L'armée comptait 18 akshauhinis, 7 du côté Panadava et 11 du côté Kaurava (1 akshauhini = 21 870 chars + 21 870 éléphants + 65 610 chevaux + 109 350 soldats à pied). Les pertes furent élevées dans les deux camps. À la fin, les Pandavas avaient gagné la guerre mais avaient perdu presque tous ceux qui leur étaient chers. Duryodhan et tous les Kauravas étaient morts, ainsi que tous les hommes de la famille de Draupadi, y compris tous les fils de cette dernière avec les Pandavas. Karna, désormais mort, se révéla être un fils de Kunti, né avant son mariage avec Pandu, et donc l'aîné des Pandavas et l'héritier légitime du trône. Le grand vieillard Bheeshm était mourant, leur maître Drona était mort ainsi que plusieurs membres de leur famille liés par le sang ou par le mariage. En 18 jours environ, le pays tout entier perdit près de trois générations de ses hommes. C'était une guerre d'une ampleur jamais vue auparavant, c'était la grande guerre indienne, le Maha-bharat.

Après la guerre, Yudhishthir devint roi d'Hastinapur et d'Indraprastha. Les Pandavas régnèrent pendant 36 ans, après quoi ils abdiquèrent en faveur du fils d'Abhimanyu, Parikshit. Les Pandavas et Draupadi se dirigèrent à pied vers l'Himalaya, dans l'intention de vivre leurs derniers jours en gravissant les pentes vers le ciel. Un par un, ils tombèrent lors de ce dernier voyage et leurs esprits s'élevèrent vers les cieux. Des années plus tard, le fils de Parikshit succéda à son père en tant que roi. Il organisa un grand sacrifice, au cours duquel l'histoire entière fut récitée pour la première fois par un disciple de Vyasa appelé Vaishampayan.

Héritage

Depuis lors, cette histoire a été racontée d'innombrables fois, développée et reprise à nouveau. Le Mahabharata reste populaire jusqu'à ce jour en Inde. Il a été adapté et remanié en mode contemporain dans plusieurs films et pièces de théâtre. Les enfants continuent de porter le nom des personnages de l'épopée. La Bhagvad Gita est l'un des textes les plus sacrés de l'écriture hindoue. Au-delà de l'Inde, l'histoire du Mahabharata est populaire en Asie du Sud-Est dans des cultures influencées par l'hindouisme, comme l'Indonésie et la Malaisie.

Supprimer la pub
Publicité

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Anindita Basu
Anindita is a technical writer and editor. Her off-work interests include Indology, data visualisation, and etymology.

Citer cette ressource

Style APA

Basu, A. (2016, août 25). Mahabharata [Mahabharata]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-12122/mahabharata/

Style Chicago

Basu, Anindita. "Mahabharata." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le août 25, 2016. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-12122/mahabharata/.

Style MLA

Basu, Anindita. "Mahabharata." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 25 août 2016. Web. 22 avril 2024.

Adhésion