Gange

Collecte de fonds pour traductions

Pour que les élèves et étudiants du monde entier puissent apprendre l'histoire gratuitement, nous devons publier notre travail dans de nombreuses langues. Faites un don aujourd'hui et aidez-nous à traduire afin que nous puissions avoir un réel impact à l'échelle mondiale. Merci d'avance !
$900 / $3000

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 27 mai 2015
X

Texte original en Anglais : Ganges

Manikarnika Cremation Ghat, The Ganges (by Dennis Jarvis, CC BY-SA)
Crémation au Manikarnika Ghat de Bénarès
Dennis Jarvis (CC BY-SA)

Le Gange coule sur 2 700 km des montagnes de l'Himalaya jusqu'à la baie du Bengale, dans le nord de l'Inde et au Bangladesh. Considérée comme sacrée par les hindous, la rivière est personnifiée comme la déesse Gangâ dans les textes et les arts anciens. La baignade rituelle dans le Gange était et est une partie importante du pèlerinage hindou et les cendres des incinérés sont souvent réparties sur ses eaux.

Le Gange dans les textes sacrés

Décrit dans le Mahabharata comme lea « meilleure des rivières, née de toutes les eaux sacrées », le Gange est personnifié comme la déesse Gangâ. La mère de Gangâ est Menakâ et son père est Himavant, personnification des montagnes de l'Himalaya. Dans un mythe, Gangâ épouse le roi Shântanu mais la relation prend fin quand on découvre que la déesse avait noyé ses propres enfants. Dans le Mahabharata Gangâ est la mère de Bhîshma et, dans certains mythes, Skanda (Kârttikeya), le dieu hindou de la guerre, est son fils avec Agni, le dieu du feu.

Supprimer la pub

Advertisement

Le Gange est considéré comme un tirtha, ce qui signifie un point de croisement entre le ciel et la terre.

Dans la mythologie hindoue, le Gange fut créé lorsque Vishnu, dans son incarnation en tant que brahmine nain, fit deux pas pour traverser l'univers. Au deuxième pas, le gros orteil de Vishnu troua accidentellement le mur de l'univers et déversa une partie des eaux de la rivière Mandakini. Pendant ce temps, le grand roi mythologique Bhagîratha était préoccupé de découvrir que 60 000 ancêtres du roi Sagara avaient été incinérés par le regard du sage védique Kapila. Souhaitant que ces ancêtres atteignent le ciel, Bhagiratha demanda à Kapila comment cela pourrait être fait. La réponse fut de prier sincèrement Vishnu et de faire des actes ascétiques pendant mille ans. Le grand dieu, gratifié par la piété de Bhagîratha, accepta que Gangâ descende sur terre où elle pourrait laver les cendres des 60 000, les purifier et leur permettre de monter au ciel. Il y avait un problème cependant, si Gangâ se contentait de tomber du ciel, ses eaux tourbillonnantes feraient des dégâts indicibles. Par conséquent, Shiva proposa de faire descendre doucement la déesse au moyen de ses cheveux, ce qu'il fit, ce qui prit 1 000 ans. Arrivée en toute sécurité sur terre, Bhagîratha guida Gangâ à travers l'Inde, où elle se sépara en de nombreuses branches, e réussit à laver les cendres des ancêtres de Sagara dans ses eaux sacrées.

Le Gange apparaît souvent dans la mythologie hindoue comme un lieu d'arrière-plan, par exemple, comme un lieu où les célèbres figures Atri et la Mort accomplirent divers actes d'ascétisme. Dans la Siva Purana, le Gange porte la graine de Shiva qui, une fois transportée dans un amas de roseaux, devint Skanda. Dans le Matsya Purana et l'histoire du Grand Déluge, le premier homme Manu jette un poisson géant dans la rivière qui continue à atteindre des proportions gigantesques, finissant par s'échapper vers la mer.

Supprimer la pub

Advertisement

The River Ganges
Le Gange
Pfly (CC BY-SA)

Le Kumbha Mela et Varanasi

Le Gange est considéré comme un tirtha, ce qui signifie un point de croisement entre le ciel et la terre. À un tirtha, on pense que les prières et les offrandes sont les plus susceptibles d'atteindre les dieux et, dans l'autre sens, les bénédictions peuvent descendre le plus facilement du ciel.

La rivière est, avec deux autres sites, le lieu de l'extraordinaire rituel Kumbha Mela qui remonte au moins au VIIe siècle. Aujourd'hui tous les trois ans, les pèlerins hindous de tous les statuts sociaux effectuent un rituel de baignade dans la rivière qui est censé purifier le corps et l'âme, laver le karma et porter bonheur. L'événement, impliquant entre 70 et 100 millions de personnes, prend de plus en plus d'importance et peut se targuer d'être le plus grand rassemblement humain de l'histoire. Les eaux du Gange sont également collectées par les croyants et ramenées chez eux pour les utiliser dans des rituels et comme offrande. Des gouttes d'eau de la rivière sont également mises dans la bouche d'un défunt avant qu'il ne soit incinéré.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

L'un des sites les plus sacrés d'Inde sont les berges du Gange à Varanasi (Bénarès en français). À cet endroit, dans l'une des plus anciennes villes habitées du monde, se trouve le temple d'or hindou, dédié à Shiva. Le site est également sacré pour les Jains et les Bouddhistes, mais il est peut-être plus connu comme lieu de retraite, de crémation et de propagation de cendres sur la rivière sacrée.

Ganga
Gangâ
Fowler&fowler (Public Domain)

Gangâ dans l'art

La déesse est souvent représentée dans l'art hindou portant un sari blanc et chevauchant un crocodile. Gangâ apparaît fréquemment dans la sculpture près des portes de temple et sur des panneaux décoratifs en relief avec sa sœur, la déesse de la rivière Yamuna. Une représentation célèbre de Gangâ provient d'un linteau en grès d'un temple de Besnagar. Datant d'environ 500 après JC, la déesse se tient sur un makara (mélange mythologique de crocodile et d'éléphant) qui symbolise la nature vitale de l'eau.

La descente de la déesse aidée par Shiva est une autre scène artistique populaire et un exemple remarquable est le panneau en relief granit du VIIe siècle, situé dans un sanctuaire grotte de Mamallapuram près de Madras. Mesurant 24 x 6 mètres, la scène montre Gangâ descendant au centre entouré de dieux, de personnes et d'animaux. Une citerne placée au-dessus du relief pourrait être remplie lors d'occasions spéciales et l'eau coulait donc sur la sculpture pour ajouter un certain réalisme tridimensionnel au miracle de l'arrivée du grand Gange sur terre.

Supprimer la pub

Advertisement

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur d'articles historiques installé en Italie. Il s'intéresse plus particulièrement à la poterie, à l’architecture, aux mythologies du monde et à la découverte des idées partagées par toutes les civilisations. Il est titulaire d’un Master en philosophie politique et éditeur en chef de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2015, mai 27). Gange [Ganges]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-13773/gange/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Gange." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mai 27, 2015. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-13773/gange/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Gange." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 27 mai 2015. Web. 27 nov. 2021.

Adhésion