Art Aztèque

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 06 janvier 2014
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, portugais, espagnol
Coyolxauhqui Head (by Alberto Martinez Subtil, CC BY-NC-ND)
Tête de Coyolxauhqui
Alberto Martinez Subtil (CC BY-NC-ND)

La culture aztèque, centrée sur la capitale de Tenochtitlan, a dominé la Mésoamérique aux XVe et XVIe siècles. Avec les conquêtes militaires et l'expansion du commerce, l'art des Aztèques s'est également répandu, aidant la civilisation aztèque à atteindre une hégémonie culturelle et politique sur ses sujets et créant pour la postérité une trace tangible de l'imagination artistique et du grand talent des artistes de cette dernière grande civilisation mésoaméricaine.

Influences

Des fils conducteurs traversent l'histoire de la culture mésoaméricaine et notamment l'art. Les civilisations olmèque, maya, toltèque et zapotèque, entre autres, ont perpétué une tradition artistique qui témoignait d'un amour pour la sculpture sur pierre monumentale, pour l'architecture imposante, pour la poterie hautement décorée, pour des estampes géométriques pour les tissus et l'art corporel, et pour un travail du métal époustouflant, tous utilisés pour représenter des personnes, des animaux, des plantes, des dieux et des éléments de cérémonie religieuse, en particulier les rites et les divinités liés à la fertilité et à l'agriculture.

Supprimer la pub
Advertisement

Les artistes aztèques ont également été influencés par leurs contemporains des États voisins, notamment les artistes de Oaxaca (dont un certain nombre résidait en permanence à Tenochtitlan) et de la région huastèque de la côte du Golfe, où il existait une forte tradition de sculpture tridimensionnelle. Ces diverses influences, ainsi que les goûts éclectiques des Aztèques et leur admiration pour l'art ancien, ont fait de leur art l'un des plus variés de toutes les cultures anciennes. Les sculptures de dieux horribles aux images abstraites pouvaient provenir du même atelier que les œuvres naturalistes qui dépeignaient la beauté et la grâce de la forme animale et humaine.

Caractéristiques de l'art aztèque

Le travail du métal était une compétence spécifique aux Aztèques. Le grand artiste de la Renaissance Albrecht Drurer a vu certains des objets rapportés en Europe, ce qui lui a fait dire : " ... Je n'ai jamais vu de toute ma vie quoi que ce soit qui ait tant réjoui mon cœur que ces choses. Car j'ai vu parmi elles des objets artistiques étonnants, et je me suis émerveillé de la subtile ingéniosité des hommes de ces contrées lointaines". Malheureusement, comme c'est le cas pour la plupart des autres objets, ces objets ont été fondus pour être monnayés, et il ne reste donc que très peu d'exemples de l'habileté des Aztèques à travailler le métal en or et en argent. Des objets plus petits ont été découverts, notamment des labrets (piercings pour les lèvres) en or, des pendentifs, des bagues, des boucles d'oreilles et des colliers en or représentant des aigles, des écailles de tortue ou des dieux, qui témoignent des compétences des meilleurs artisans ou tolteca en matière de moulage à la cire perdue et de travail en filigrane.

Supprimer la pub
Advertisement
Les Aztèques ont également utilisé l'art en tant qu'outil pour renforcer leur domination militaire et culturelle en MésoAmérique.

La sculpture aztèque a mieux survécu, et son sujet était très souvent des individus de la vaste famille de dieux qu'ils vénéraient. Sculptées dans la pierre et le bois, ces figures, parfois de taille monumentale, n'étaient pas des idoles contenant l'esprit du dieu, car dans la religion aztèque, l'esprit d'une divinité particulière était censé résider dans des paquets sacrés conservés dans les sanctuaires et les temples. Cependant, on pensait qu'il était nécessaire de "nourrir" ces sculptures avec du sang et des objets précieux, d'où les récits des conquistadors espagnols sur les énormes statues éclaboussées de sang et incrustées de bijoux et d'or. D'autres grandes sculptures, plus rondes, comprennent le magnifique dieu assis Xochipilli et les différents chacmools, des figures allongées avec un creux creusé dans la poitrine qui servait de réceptacle pour les cœurs des victimes de sacrifices. Ces derniers, comme la plupart des autres sculptures aztèques, devaient autrefois être peints avec une large gamme de couleurs vives.

Des sculptures à plus petite échelle ont été découvertes sur des sites du Mexique central. Elles prennent souvent la forme de divinités locales et surtout de dieux liés à l'agriculture. Les plus courantes sont les figures féminines droites d'une divinité du maïs, généralement coiffée d'une impressionnante coiffe, et le dieu du maïs Xipe Totec. Dépourvues de la finesse de l'art impérial, ces sculptures et les figures similaires en poterie représentent souvent le côté plus bienveillant des dieux aztèques.

Supprimer la pub
Advertisement

Aztec Ceremonial Knife
Couteau de cérémonie aztèque
Trustees of the British Museum (Copyright)

Le travail des miniatures était également populaire. Des sujets tels que des plantes, des insectes et des coquillages étaient rendus dans des matériaux précieux tels que la cornaline, la perle, l'améthyste, le cristal de roche, l'obsidienne, le coquillage et le plus précieux de tous les matériaux, la pierre précieuse qu'est le jade. Les plumes exotiques, en particulier le plumage vert du quetzal, étaient également très prisées. Les plumes découpées en petits morceaux étaient utilisées pour créer des peintures en mosaïque, pour décorer les boucliers des guerriers aztèques, les costumes et les éventails, et pour confectionner de magnifiques coiffes, comme celle attribuée à Moctezuma II, qui se trouve aujourd'hui au Museum für Völkerkunde de Vienne.

La turquoise était un matériau particulièrement apprécié des artistes aztèques, et son utilisation sous forme de mosaïque pour recouvrir des sculptures et des masques a donné naissance à certaines des images les plus frappantes de la Mésoamérique. Un exemple typique est le crâne humain décoré qui représente le dieu Tezcatlipoca et qui se trouve maintenant au British Museum de Londres. Un autre bel exemple est le masque de Xiuhtecuhtli, le dieu du feu, avec des yeux en nacre à l'air endormi et une parfaite dentition en conque blanche. Enfin, il y a le magnifique pectoral de serpent à deux têtes, qui se trouve également au British Museum. Avec son bois de cèdre sculpté entièrement recouvert de petits carrés de turquoise et ses bouches rouges et ses dents blanches rendues respectivement en spondylus et en coquille de conque, cette pièce faisait probablement partie d'un costume de cérémonie. Le serpent était une image puissante dans l'art aztèque car cette créature, capable de muer, représentait la régénération et était aussi particulièrement associée au dieu Quetzalcoatl.

Malgré l'absence de tour de potier, les Aztèques étaient également habiles avec la céramique, comme l'indiquent les grandes figures creuses et plusieurs urnes à couvercle magnifiquement sculptées qui ont été mises au jour à côté du Templo Mayor de Tenochtitlan, probablement utilisées comme réceptacles pour les cendres funéraires. D'autres exemples d'œuvres en céramique sont les encensoirs moulés à pieds tripodes de Texcoco, les cruches à bec et les élégantes coupes en forme de sablier. Ces récipients sont généralement à paroi mince, bien proportionnés, recouverts d'un engobe crème ou rouge et noir, et portent des motifs géométriques finement peints dans les premiers modèles et des motifs de faune et de flore dans les exemples plus tardifs. Les céramiques les plus prisées par les Aztèques, et le type que Moctezuma lui-même utilisait, étaient les céramiques ultra-minces de Cholula de Cholollan dans la vallée de Puebla. Les récipients pouvaient également être fabriqués à partir de moules ou sculptés alors que l'argile était encore dure comme du cuir. Un bel exemple de ces récipients anthropomorphes est le célèbre vase représentant la tête du dieu de la pluie Tlaloc, peint en bleu vif, avec des yeux en forme de lunettes et des crocs rouges redoutables, aujourd'hui conservé au Musée national d'anthropologie de Mexico.

Supprimer la pub
Advertisement

Tlaloc
Tlàloc
Alex Torres (CC BY-ND)

Les instruments de musique constituaient une autre partie importante du répertoire de l'artiste aztèque. Ils comprenaient des flûtes en céramique et des teponaztlis et huehuetls en bois, des tambours cérémoniels longs et les autres, verticaux. Ils sont richement décorés de sculptures, et l'un des plus beaux est le tambour Malinalco qui est couvert de jaguars et d'aigles dansants qui représentent des victimes sacrificielles, comme l'indiquent les bannières et les parchemins de symboles de guerre et de feu.

L'art propagande

Les Aztèques, comme leurs prédécesseurs culturels, utilisaient l'art comme un outil pour renforcer leur domination militaire et culturelle. Des bâtiments imposants, des fresques, des sculptures et même des manuscrits, en particulier sur des sites clés comme Tenochtitlan, non seulement représentaient et reproduisaient les éléments clés de la religion aztèque, mais ils rappelaient également aux peuples soumis la richesse et le pouvoir qui avaient permis leur construction et leur fabrication.

L'exemple suprême de cette utilisation de l'art comme vecteur de messages politiques et religieux est le Templo Mayor de Tenochtitlan, qui était bien plus qu'une pyramide extrêmement impressionnante. Il avait été soigneusement conçu dans les moindres détails pour représenter la montagne sacrée du serpent de la terre Coatepec, si importante dans la religion et la mythologie aztèques. Cette montagne était le site où Coatlicue (la terre) avait donné naissance à son fils Huitzilopochtli (le soleil), qui vainquit les autres dieux (les étoiles) menés par sa sœur Coyolxauhqui (la lune). Un temple à Huitzilopochtli avait été construit au sommet de la pyramide, ainsi qu'un autre en l'honneur du dieu de la pluie Tlaloc. D'autres associations avec le mythe sont les sculptures de serpents qui bordent la base et la grande pierre de Coyolxauhqui sculptée vers 1473, également trouvée à la base de la pyramide et qui représente en relief le corps démembré de la déesse déchue. La pierre, ainsi que d'autres sculptures telles que la pierre de Tizoc, reliaient cette imagerie cosmique à la défaite contemporaine des ennemis locaux. Dans le cas de la pierre de Coyolxauhqui, c'est la défaite de Tlatelolca qui est évoquée. Enfin, le Templo Mayor était lui-même un dépôt d'art car, lors de l'exploration de son intérieur, on a découvert une vaste quantité de sculptures et d'objets d'art enterrés avec les restes des morts et ces pièces sont, dans de nombreux cas, des œuvres que les Aztèques avaient eux-mêmes collectées auprès de cultures plus anciennes que la leur.

Supprimer la pub
Advertisement

Tizoc Stone
Pierre de Tizoc
Dennis Jarvis (CC BY-SA)

Des temples vantant la vision aztèque du monde avaient également été construits dans les territoires conquis. Les Aztèques laissaient généralement en place les structures politiques et administratives existantes, mais ils imposaient leurs propres dieux dans une hiérarchie au-dessus des divinités locales, et cela se faisait en grande partie par l'architecture et l'art, soutenus par des cérémonies sacrificielles dans ces nouveaux lieux sacrés, généralement construits sur des sites sacrés antérieurs et souvent dans des cadres spectaculaires comme les sommets des montagnes.

La pierre du soleil a été sculptée vers 1427 et montre un disque solaire qui présente les cinq mondes consécutifs du soleil de la mythologie aztèque.

L'imagerie aztèque qui s'est répandue dans tout l'empire comprend de nombreuses divinités moins connues que Huitzilopochtli et il existe un nombre surprenant d'exemples de dieux de la nature et de l'agriculture. Les plus célèbres sont peut-être les reliefs de la déesse de l'eau Chalchiuhtlicue sur la colline Malinche, près de l'ancienne Tula. Ces œuvres d'art aztèques, ainsi que d'autres, ont le plus souvent été réalisées par des artistes locaux et peuvent avoir été commandées par des autorités représentant l'État ou par des colons privés du cœur aztèque. L'art architectural, les gravures rupestres de dieux, d'animaux et de boucliers, ainsi que d'autres objets d'art ont été découverts dans tout l'empire, de Puebla à Veracruz, et plus particulièrement autour des villes, des collines, des sources et des grottes. De plus, ces œuvres sont généralement uniques, ce qui suggère l'absence d'ateliers organisés.

Chefs-d'œuvre

La grande pierre circulaire de Tizoc (sculptée vers 1485 dans du basalte) est un mélange magistral de mythologie cosmique et de politique du monde réel. Elle était à l'origine utilisée comme surface de sacrifice humain et, comme ces victimes étaient généralement des guerriers vaincus, il est tout à fait approprié que les reliefs autour du bord de la pierre représentent le souverain aztèque Tizoc attaquant des guerriers de la Matlatzinca, une région conquise par Tizoc à la fin du 15e siècle. Les vaincus sont également représentés comme étant des Chichimèques, c'est-à-dire des barbares sans terre, tandis que les vainqueurs portent la robe noble des anciens Toltèques vénérés. La surface supérieure de la pierre, d'un diamètre de 2,67 m, représente un disque solaire à huit pointes. La pierre de Tizoc se trouve maintenant au Musée national d'anthropologie de Mexico.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Coatlicue
Coatlicue
Luidger (CC BY-NC-SA)

L'immense statue en basalte de Coatlicue (sculptée au cours du dernier demi-siècle du règne aztèque) est largement considérée comme l'un des plus beaux exemples de sculpture aztèque. La déesse est présentée sous une forme terrifiante avec deux têtes de serpent, des pieds et des mains griffus, un collier de mains coupées et de cœurs humains avec un pendentif en forme de crâne, et elle porte une jupe grouillant de serpents. Faisant peut-être partie d'un groupe de quatre et représentant la révélation de la puissance et de la terreur féminines, la statue de 3,5 m de haut se penche légèrement vers l'avant, de sorte que l'effet dramatique global de l'œuvre est si émouvant que l'on comprend pourquoi la statue a été réenfouie plusieurs fois après sa première excavation en 1790. La statue de Coatlicue se trouve aujourd'hui au musée national d'anthropologie de Mexico.

La pierre du soleil, également connue sous le nom de pierre du calendrier aztèque (bien qu'il ne s'agisse pas d'un calendrier fonctionnel), doit être l'objet d'art le plus reconnaissable produit par l'une des grandes civilisations de Mésoamérique. Découverte au XVIIIe siècle près de la cathédrale de Mexico, la pierre a été sculptée vers 1427 et montre un disque solaire qui présente les cinq mondes consécutifs du soleil de la mythologie aztèque. La pierre de basalte mesure 3,78 m de diamètre et près d'un mètre d'épaisseur. Elle faisait autrefois partie du complexe du Templo Mayor de Tenochtitlan. Au centre de la pierre se trouve une représentation du dieu du soleil Tonatiuh (le soleil du jour) ou Yohualtonatiuh (le soleil de la nuit) ou du monstre terrestre primordial Tlaltecuhtli, dans ce dernier cas représentant la destruction finale du monde lorsque le 5e soleil est tombé sur terre. Autour de la face centrale, en quatre points, se trouvent les quatre autres soleils qui se sont succédé après que les dieux Quetzalcoatl et Tezcatlipoca eurent lutté pour le contrôle du cosmos, jusqu'à ce que l'ère du 5e soleil ne commence. De chaque côté de la face centrale se trouvent deux têtes ou pattes de jaguar, chacune serrant un cœur, représentant le royaume terrestre. Les deux têtes en bas au centre représentent des serpents de feu, et leurs corps courent autour du périmètre de la pierre, chacun se terminant par une queue. Les quatre directions cardinales et les directions intercardinales sont également indiquées par des points plus grands et plus petits respectivement.

Aztec Sun Stone
Pierre solaire aztèque
Dennis Jarvis (CC BY-SA)

Un dernier exemple de la richesse de l'art aztèque qui a survécu aux meilleurs efforts de destruction de leurs conquérants est l'aigle guerrier grandeur nature de Tenochtitlan. La figure, qui semble sur le point de s'envoler, est en terre cuite et a été réalisée en quatre pièces distinctes. Ce chevalier aigle porte un casque représentant l'oiseau de proie, a des ailes et même des pieds griffus. Des restes de stuc suggèrent que la figure était autrefois recouverte de vraies plumes pour un effet encore plus réaliste. À l'origine, il aurait été placé avec son semblable, de chaque côté d'une porte.

Conclusion

Après la chute de l'empire aztèque, la production d'art indigène a décliné. Cependant, certains motifs de la culture aztèque ont perduré dans les œuvres d'artistes locaux employés par les frères augustins pour décorer leurs nouvelles églises au XVIe siècle. Les manuscrits et les peintures sur plumes ont également continué à être produits, mais ce n'est qu'à la fin du XVIIIe siècle que l'intérêt pour l'art et l'histoire précolombiens a conduit à une recherche plus systématique de ce qui se trouvait sous les fondations des villes mexicaines modernes. Peu à peu, un nombre croissant d'artefacts aztèques a révélé, au cas où il y aurait eu un doute, que les Aztèques étaient parmi les artistes les plus ambitieux, les plus créatifs et les plus éclectiques que la Mésoamérique ait jamais produits.

Supprimer la pub
Publicité

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2014, janvier 06). Art Aztèque [Aztec Art]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-12195/art-azteque/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Art Aztèque." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le janvier 06, 2014. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-12195/art-azteque/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Art Aztèque." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 06 janv. 2014. Web. 22 avril 2024.

Adhésion