Montezuma

Collecte de fonds pour traductions

Pour que les élèves et étudiants du monde entier puissent apprendre l'histoire gratuitement, nous devons publier notre travail dans de nombreuses langues. Faites un don aujourd'hui et aidez-nous à traduire afin que nous puissions avoir un réel impact à l'échelle mondiale. Merci d'avance !
$920 / $3000

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 10 octobre 2013
X

Texte original en Anglais : Montezuma

Headdress of Motecuhzoma II (by Jonathan, Copyright)
coiffe de Motecuhzoma II
Jonathan (Copyright)

Montezuma (alias Moctezuma), ou plus exactement, Motecuhzoma II Xocoyotzin, signifiant « En colère comme un Seigneur », était le dernier souverain entièrement indépendant de l'empire aztèque avant l'effondrement de la civilisation aux mains des Espagnols au début du XVIe siècle. Prenant la position de tlatoani, signifiant « orateur », en 1502, il régna comme monarque absolu jusqu'en 1520.

Pendant son règne, Motecuhzoma élargit l'empire aztèque et fut considéré par son peuple comme un dieu, littéralement une manifestation et le perpétuateur du soleil. Le souverain vécut dans un immense palais de la capitale aztèque de Tenochtitlan, qui abritait de magnifiques jardins suspendus et même un zoo.

Supprimer la pub

Advertisement

Monarchie absolue

Motecuhzoma était le fils du grand chef Axayacatl (r. 1469-1481) et fut l'un des meilleurs guerriers sous son oncle Ahuitzotl (r. 1486-1502). Il se distingua en particulier lors des campagnes aztèques à Tehuantepec et Xoconochco. À la mort d'Ahuitzotl, Motecuhzoma prit la position la plus élevée dans la société aztèque et il devint, lors d'une somptueuse cérémonie de couronnement, le chef religieux et politique incontesté ou tlatoani en 1502.

Nous avons la chance d'avoir un témoignage direct, qui nous donne une description physique de Motecuhzoma, fait par Bernal Diaz del Castillo, qui le vit en 1519:

Supprimer la pub

Advertisement

[ Il avait] environ 40 ans, de bonne taille et bien proportionné, mince et sans chair, pas très basané, mais de la couleur et de la nuance d'un Indien. Il ne portait pas ses cheveux longs, juste assez pour couvrir ses oreilles, sa maigre barbe noire était bien en forme et mince. Son visage était un peu long, mais joyeux, et il avait de bons yeux et montrait dans son apparence et sa manière la tendresse et, le cas échéant, la gravité. (Townsend, 19)

Dans le cadre des cérémonies pour le confirmer dans son nouveau statut, Motecuhzoma conduisit une armée, dans ce qui fut plus tard connu sous le nom de Guerre du Couronnement, à Nopallan, à 640 km au sud. Conquérant la ville fortifiée, il ramena à Tenochtitlan un butin important et un contingent de captifs pour les sacrifices rituels. Le nouveau tlatoani fut également commémoré dans une pierre spécialement commandée (maintenant connue sous le nom de Pierre du couronnement de Motecuhzoma II) qui était couverte de sculptures représentant les cinq époques de la mythologie aztèque, le signe de l'année 11 (1503) et le jour « un alligator » (4 juin).

Aztec Empire
Empire aztèque
wikipedia user: El Comandante (CC BY-SA)

Motecuhzoma se mit à élargir les pouvoirs du tlatoani en réduisant simultanément les fonctions du chef des affaires intérieures (Tlacaellel ou Cihuacoatl) de sorte qu'il devint, à tous les effets, le souverain absolu et chef incontesté de la Triple Alliance des trois grandes villes de Tenochtitlan, Tetzcoco et Tlacopan. Motecuhzoma éleva également le statut de la noblesse en les différenciant davantage du reste de la société en mettant davantage l'accent sur les titres, en distinguant les vêtements, les insignes et l'étiquette à la cour.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Motecuhzoma commandait alors un empire qui s'étendait des limites septentrionales du Mexique jusqu'au Guatemala moderne.

Motecuhzoma commandait alors un empire qui s'étendait des limites septentrionales du Mexique jusqu'au Guatemala moderne. En effet, il l'agrandit et mena quatre grandes guerres de sorte que seuls les Tarascans à l'est et les Tlaxcalans à l'ouest restèrent inconquis. Ces états sujets payaient tous des tributs comme indiqué dans les dossiers fiscaux aztèques. Ces hommages pouvaient prendre la forme de matériaux précieux traditionnels tels que l'or et le jade, des plumes exotiques et même des animaux tels que les aigles et les jaguars. Ils pouvaient également prendre la forme de vêtements, de tissus et de denrées alimentaires comme le maïs et le cacao.

Une vie de luxe

Motecuhzoma vivait certainement comme un roi. Son immense palais de Tenochtitlan, capitale aztèque, avait des jardins suspendus, une volière de dix pièces avec des piscines d'eau douce et salée, et même un zoo privé avec des jaguars, des aigles, des pumas, des renards et des serpents parmi des centaines d'autres animaux exotiques. Le roi aztèque était pris en charge par 3 000 accompagnateurs et, selon Bernal Diáz, un repas royal typique comprenait des centaines de plats spécialement préparés comprenant dinde, gibier, canard, pigeon, lapin, caille, poisson et sanglier, tous servis sur des poteries Cholula finement décorées et particulièrement délicates. On nous dit aussi que le roi mangeait seul et derrière un écran doré, diverti par des jongleurs et des acrobates.

D'autres bribes d'informations sur ce roi maudit incluent le fait qu'il visita la grande ville de Teotihuacan plusieurs fois, un pèlerinage qui nécessitait la traversée du lac Texcoco en canot. Qu'il avait une fascination pour les nains, les bossus et les albinos, qui étaient tous gardés dans des chambres spéciales du palais royal et nous savons aussi qu'il portait des sandales dorées et aimait chasser les oiseaux à l'aide d'une sarbacane. Enfin, il s'intéressait aux arts, à l'astrologie et à la philosophie.

Supprimer la pub

Advertisement

Le début de la fin

Même avant l'arrivée des Espagnols, tout n'allait pas très bien chez les Aztèques car leur empire était basé non pas sur la puissance militaire mais existait en tant que vague groupe d'états sujets dirigés par des dirigeants marionnettes qui prélevaient les hommages mentionnés ci-dessus et imposaient le culte de la divinité aztèque Huitzilopochtli. Les Aztèques, cependant, allèrent peut-être trop loin et plusieurs tribus extérieures commencèrent à se rebeller, surtout après la défaite désastreuse en 1515 face aux Tlaxcala et aux Huexotzingo. Ces insurrections à travers l'empire furent vire réprimées, mais les ennuis n' étaient jamais bien loin et, surtout, le dur traitement des Tlaxcala les rendraient plus tard plus que des alliés complices des Espagnols.

Motecuhzoma semble avoir senti que des temps difficiles s'annonçaient car il donna une grande importance à des présages telle une comète aperçue en 1509 et il consultait constamment des devineurs pour obtenir des conseils. La mythologie aztèque prédit que l'ère actuelle du 5ème soleil finirait par s'effondrer comme l'avaient fait les quatre époques précédentes. Dès 1515, les rumeurs d'une crise qui approchaient rapidement furent alimentées par des observations au large des côtes de fantastiques temples flottants; les visiteurs du Vieux Monde étaient enfin arrivés.

Throne of Motecuhzoma II
Trône de Motecuhzoma II
Wolfgang Sauber (CC BY-SA)

La première stratégie du leader aztèque avec les étranges visiteurs d'un autre monde était de tenter de les acheter avec des cadeaux. Ceux-ci comprenaient des costumes de cérémonie, un disque d'or massif représentant le soleil et un disque d'argent encore plus grand représentant la lune. Cependant, cela pourrait bien avoir encouragé davantage les Espagnols à piller cette nouvelle terre pour tout ce qu'elle valait.

Supprimer la pub

Advertisement

En août 1519, le leader espagnol Hernán Cortés marcha sur Tenochtitlan. Selon les sources espagnoles Motecuhzoma leur permit d'entrer dans la ville. A partir de là, l'histoire du conflit fait l'objet de nombreux débats parmi les experts et il est peu probable que les chroniqueurs espagnols aient présenté un compte rendu totalement impartial des événements. Il fut noté qu'il semble étrange qu'un dirigeant aussi puissant que Motecuhzoma présente une attitude aussi passive que celle rapportée dans le compte rendu des événements. Cependant, contre cela, il est certainement vrai que les Espagnols avaient démontré leurs prouesses militaires et l'efficacité dévastatrice de leurs armes supérieures - canons, armes à feu et arbalètes - pour vaincre rapidement une force d'Otomi-Tlaxcalan et ils organisèrent également des représailles rapides et impitoyables contre un complot perfide des Cholollan. Motecuhzoma avait peut-être pris note de cela et choisit la politique plus prudente d'apaisement plutôt que d'engager l'ennemi sur le terrain, du moins comme stratégie d'ouverture.

Lorsque Cortés et Motecuhzoma se rencontréèrent finalement en personne les relations furent tout d'abord aimables, l'Espagnol fut invité à faire un tour de la ville et plus de cadeaux furent échangés, Cortés recevant un collier de crabes d'or et Motecuhzoma un collier de verre vénitien enfilé sur du fil d'or. Quoi que Motecuhzoma ait pu espérer réaliser par la diplomatie, ses plans furent anéantis en deux semaines seulement lorsqu'il fut rapidement pris en otage et placé en résidence surveillée par la petite force espagnole. Motecuhzoma fut contraint de se déclarer sujet de Charles Quint, de remettre plus de trésor et même de permettre la pose d'un crucifix au-dessus de la Grande Pyramide dans le quartier sacré de la ville.

Montezuma Meets Cortés
Montezuma rencontre Cortés
Unknown Artist (Public Domain)

Les plans de Cortés rencontrèrent cependant un revers lorsqu'il fut contraint de retourner à sa base de Veracruz pour affronter une faction espagnole rivale. En son absence, les Espagnols restés à l'arrière eurent la malencontreuse idée de perturber une cérémonie religieuse impliquant des sacrifices humains et des combats éclatèrent. Les guerriers aztèques, furieux devant le manque d'action décisive renièrent Motecuhzoma en tant que chef chef et Cuitlahuac fut élu nouveau tlatoani. Motecuhzoma fut poussé par les Espagnols à pacifier son peuple mais il fut frappé à la tête par un rocher et tué.

Supprimer la pub

Advertisement

Cortés retourna dans la ville pour prendre la relève des espagnols assiégés mais fut contraint de se retirer le 30 juin 1520 dans ce qui est désormais connu sous le nom de Noche Triste. Cependant, il revint neuf mois plus tard, cette fois avec ses alliés de Tlaxcalan et, après un long siège, la ville tomba. Les Aztèques, menés par Cuauhtemoc et ravagés par le manque de nourriture et la maladie, s'effondrèrent finalement le jour fatidique du 13 août 1521. Tenochtitlán fut pillée de tous ses biens précieux et ses monuments furent détruits. De ses cendres s'éleva la nouvelle capitale de la colonie de Nouvelle-Espagne et la longue lignée des civilisations mésoaméricaines qui remontaient jusqu'aux Olmèques prit fin de façon dramatique et brutale.

Throne of Motecuhzoma, Detail
Trône de Motecuhzoma, détail
Mary Ann Sullivan (CC BY-NC-SA)

Motecuhzoma dans l'art

Motecuhzoma est représenté dans les Histoires des Indes du dominicain Diego Durán alors qu'il est assis pendant qu'une statue le représentant est sculptée. Nous connaissons une statue particulière sur laquelle 14 sculpteurs travaillèrent à Chapultepec. Le souverain aztèque apparaît également sur le trône de pierre connu sous le nom de Pierre Teocalli où il apparaît avec un disque solaire en face de Huitzilopochtli. Aussi attribuée à Motecuhzoma, bien qu'il n'y ait aucune preuve concrète pour le faire, est la magnifique coiffe de plumes maintenant dans le Musée für Völkerkunde de Vienne. La coiffe faisait probablement partie de la collection d'objets donnés par Motecuhzoma à Cortés qui transmit les cadeaux à Charles V. La coiffe est faite de 450 plumes de quetzal vert, de cotinga bleu et de flamant rose et est encore ornée de perles d'or et de disques de jade.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur d'articles historiques installé en Italie. Il s'intéresse plus particulièrement à la poterie, à l’architecture, aux mythologies du monde et à la découverte des idées partagées par toutes les civilisations. Il est titulaire d’un Master en philosophie politique et éditeur en chef de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2013, octobre 10). Montezuma [Montezuma]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-12260/montezuma/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Montezuma." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le octobre 10, 2013. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-12260/montezuma/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Montezuma." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 10 oct. 2013. Web. 28 nov. 2021.

Adhésion