Huitzilopochtli

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 27 août 2013
Disponible dans ces autres langues: anglais, portugais, espagnol
X
Huitzilopochtli (by Gigette, Public Domain)
Huitzilopochtli
Gigette (Public Domain)

Huitzilopochtli ou "Colibri du Sud" ou "Colibri bleu de gauche" était l'une des divinités les plus importantes du panthéon aztèque et, pour les Mexica, le dieu suprême. Il était le dieu du soleil et de la guerre, considéré comme le patron de la capitale aztèque Tenochtitlán et associé à l'or, aux guerriers et aux dirigeants. Son nom de calendrier était Ce Técpatl (1 Couteau en silex) et son nagual ou esprit animal était l'aigle.

Contrairement à de nombreuses autres divinités aztèques, Huitzilopochtli n'a pas d'équivalents clairs dans les cultures mésoaméricaines antérieures. Dans la mythologie aztèque, Huitzilopochtli était le fils d'Omecίhuatl et d'Ometecuhtli, respectivement les aspects féminin et masculin du dieu primordial androgyne Ometeotl. Dans une autre version, le dieu est la progéniture de Coatlίcue, la déesse suprême de la terre. Huitzilopochtli était également considéré comme le frère des autres grands dieux mésoaméricains Quetzalcoatl, Tezcatlipoca et Xipe Totec.

Supprimer la pub
Advertisement

Huitzilopochtli en tant que soleil

Huitzilopochtli est célèbre pour avoir vengé le meurtre de sa mère Coatlίcue (ou, dans certaines versions, pour l'avoir sauvée) en battant ses frères et sœurs, les Centzonhuitznahuac et les Centzonmimizcoa, sur le mont Coatepec, la montagne aux serpents. Selon la légende, Coatlίcue, alors qu'elle balayait son temple, glissa quelques plumes sous sa poitrine et tomba enceinte de Huitzilopochtli. Ses enfants, indignés par cette situation, attaquèrent Coatlίcue, mais lorsqu'ils décapitèrent leur mère, Huitzilopochtli jaillit du cadavre, toutes armes à la main, et trancha la tête de sa sœur Coyolxauhqui. Dans certaines versions du mythe, elle était le chef de la révolte, dans d'autres, elle essayait d'avertir Coatlίcue du complot qui se tramait contre elle. Quoi qu'il en soit, Huitzilopochtli démembra son cadavre de manière à ce que son torse tombe au pied de la montagne et que la tête, lorsqu'il la lança dans le ciel, devienne la lune. Huitzilpochtli s'occupa ensuite de ses autres frères et sœurs indisciplinés, les Centzonhuitznahuac et les Centzonmimizcoa, mettant fin à leur tentative de prise de pouvoir et les dispersant dans les cieux pour qu'ils deviennent respectivement les constellations du sud et du nord.

Pour les Aztèques, le combat entre Coyolxauhqui et Huitzilopochtli se répétait tous les jours, ce qui expliquait l'échange quotidien pour le contrôle du ciel entre le soleil et la lune. Huitzilopochtli était accompagné pendant la première moitié de son voyage dans le ciel par les esprits des guerriers tombés au combat (qui reviendraient plus tard sur terre sous la forme de colibris). À partir de midi, le dieu était accompagné par les Cihuateteo, les esprits des femmes mortes en couches. À la tombée de la nuit, Huitzilopochtli se déplaçait dans le monde souterrain jusqu'à l'aube, avant de parcourir à nouveau les cieux.

Supprimer la pub
Advertisement

Culte à Huitzilopochtli

Le rival de Huitzilopochtli en tant que dieu aztèque le plus important était Tezcatlipoca, mais dans sa ville de Tenochtitlán, le dieu était suprême. Le point central du culte à Huitzilopochtli se trouvait dans la capitale aztèque où il avait une statue en bois et un sanctuaire à côté de celui de Tláloc au sommet de la pyramide Temple Mayor ou Hueteocalli. Le temple du dieu se trouvait sur le côté sud et marquait le solstice d'hiver et la saison sèche - la période traditionnelle de la guerre - et les marches menant au temple de Huitzilopochtli étaient peintes en rouge vif pour symboliser le sang et la guerre.

Des sacrifices humains étaient offerts pour nourrir le grand dieu de la guerre.

Huitzilopochtli étant une divinité très importante, il bénéficiait de sacrifices humains dont le sang nourrissait et fortifiait le dieu. Les victimes étaient généralement des captifs de guerre, conduits au sommet du Temple Mayor, on leur enlevait le cœur, on les écorchait et le cadavre était décapité et démembré, peut-être en hommage à Coyolxauhqui et à son sort similaire aux mains de Huitzilopochtli. Le torse de la victime était jeté en bas des marches de la pyramide pour atterrir à la base où se trouvaient des serpents sculptés dans la pierre rappelant le mont Coatepec et une immense pierre ronde représentant une Coyolxauhqui démembrée. Pendant ce temps, les prêtres et les nobles mangeaient des morceaux de la chair sacrifiée, le cœur étant le plus prisé. Dans un hommage plus pittoresque à Huitzilopochtli, des fleurs et des œufs de caille étaient offerts au dieu, des représentations de lui étaient entourées de guirlandes et les femmes dansaient la traditionnelle danse du serpent.

Supprimer la pub
Advertisement

Huitzilopochtli était vénéré lors de la cérémonie de Panquetzaliztli, au cours du mois du même nom, où l'on commémorait la naissance du dieu sur le mont Coatepec. Il était également célébré au cours du mois de Toxcatl, lorsqu'une effigie ou tzoalli faite de pâte à base d'amarante et déguisée en Huitzilopochtli était amenée au temple du dieu lors d'une grande procession, avant d'être dévorée.

Temple Mayor, Tenochtitlan
Templo Mayor, Tenochtitlan
Wolfgang Sauber (CC BY-SA)

Les Mexica, en particulier, vénéraient Huitzilopochtli car ils pensaient qu'il les avait conduits de la légendaire grotte d'Aztlán, dans le désert du nord-ouest, à un long voyage qui les avait finalement menés à leur nouvelle capitale, Tenochtitlán. Au cours de cette migration, les prêtres avaient transporté une énorme idole du dieu qui chuchota des indications, donna leur nom aux Mexica et leur promit richesse et prospérité s'ils le vénéraient comme il se devait. En cours de route, les Mexica s'installèrent à différents endroits, dont aucun ne correspondait vraiment à leur objectif. La rébellion de Copil, fils de Malinalxochitl, la sœur de Huitzilopochtli, fut un événement décisif de la migration. Il s'agissait de se venger de l'abandon de la déesse par les Mexica, mais Copil fut tué avec l'aide de Huitzilopochtli. Le grand dieu de la guerre ordonna que le cœur du rebelle soit jeté le plus loin possible dans le lac Texcoco et que l'endroit où il atterrirait indiquerait l'endroit où les Méxica devraient construire leur nouvelle maison, l'endroit précis étant marqué par un aigle assis sur un cactus de figuier de Barbarie. C'est exactement ce qui se passa et la nouvelle capitale de Tenochtitlán fut construite à cet endroit précis.

Représentations artistiques

Il reste peu de représentations de Huitzilopochtli, probablement parce que le dieu était relativement jeune dans le panthéon aztèque et qu'il était généralement sculpté dans le bois plutôt que dans la pierre, de sorte qu'il ne reste aucune représentation monumentale de lui. Lorsqu'il est représenté, Huitzilopochtli peut porter son propulseur de lances en forme de serpent (atl-atl) qui représente le serpent de feu Xiuhcóatl. Il peut également porter un bouclier, tenir des flèches à plumes ou des fléchettes et être peint avec des bras et des jambes bleus. Le dieu pouvait être symbolisé par un colibri (huitzilin) - dont il portait les plumes dans son casque - ou par un aigle assis sur un cactus de figue de Barbarie et tenant un serpent dans l'une de ses serres, image que l'on retrouve aujourd'hui dans le drapeau national du Mexique.

Supprimer la pub
Advertisement

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2013, août 27). Huitzilopochtli [Huitzilopochtli]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-12110/huitzilopochtli/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Huitzilopochtli." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le août 27, 2013. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-12110/huitzilopochtli/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Huitzilopochtli." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 27 août 2013. Web. 22 mai 2024.

Adhésion