Coatlicue

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 28 novembre 2013
X

Texte original en Anglais : Coatlicue

Coatlicue (by Luidger, CC BY-NC-SA)
Coatlicue
Luidger (CC BY-NC-SA)

Coatlicue (pron. Co-at-li-cou-i) ou « Jupe de Serpents » était une divinité majeure dans le panthéon aztèque et considérée comme la déesse de la terre-mère. Représentée comme une vieille femme, elle symbolisait l'antiquité du culte de la terre et est sans aucun doute l'une des figures les plus redoutables de l'art aztèque. Coatlicue était également la protectrice des naissances, était associée à la guerre, au gouvernement et à l'agriculture, et était considérée l'aspect féminin du dieu primordial Ometeotl. La déesse était adorée lors du rituel printanier de Tozozontli pendant la saison des pluies et lors du festival de la chasse (Quecholli) en automne , lors duquel un individu personnifiant la déesse était sacrifié.

Dans la mythologie aztèque Coatlicue était en fait une prêtresse dont le travail était d'entretenir le sanctuaire au sommet de la mythique montagne sacrée Coatepec (« Montagne des serpents », également épelée Coatepetl). Un jour, alors qu'elle balayait, une boule de plumes descendit du ciel et quand elle la plaça dans sa ceinture, elle tomba miraculeusement enceinte. L'enfant qui en résulta n'était autre que le puissant dieu de la guerre aztèque Huitzilopochtli. Cependant, les autres enfants de Coatlicue, sa fille Coyolxauhqui (« Peinte de cloches » représentant peut-être la Lune), elle-même puissante déesse, et ses fils les Centzon Huitznahua (« Quatre cents Huiztnaua », qui représentaient les étoiles du ciel méridional) furent indignés par cet épisode honteux et ils prirent d'assaut le mont Coatepec avec l'intention de tuer leur mère déshonorée. Le complot dut être revu cependant, quand l'un des Huiztnaua se ravisa et décida d'avertir le Huitzilopochtli pas encore né. Afin de la défendre, le dieu jaillit hors du ventre de sa mère armé jusqu'aux dents tel un invincible guerrier. Dans une autre version, le dieu jaillit du cou tranché de sa mère, mais quelle que soit la version, grâce sa formidable arme, le xiuhcoatl (« Serpent du Feu ») qui était en fait un rayon de soleil, le dieu guerrier massacra rapidement ses frères et sœurs indisciplinés et après avoir découpé Coyolxauhqui en plusieurs gros morceaux, il lança les morceaux au pied de la montagne. Le mythe peut aussi symboliser la victoire quotidienne du soleil (l'une des associations de Huitzilpochtli) sur la lune et les étoiles.

Supprimer la pub

Advertisement

LA DÉESSE AVERTIT LES MEXICAS DE LEUR DISPARITION FUTURE.

Cette bataille serait commémorée par la construction du Templo Mayor dans la capitale aztèque de Tenochtitlan. La pyramide géante était recouverte de sculptures de serpents et même les ombres projetées par ses marches étaient conçues comme clin d'oeil au Mt. Coatepec. Un autre lien avec le mythe était la grande pierre placée à la base de la pyramide qui était une sculpture en relief de Coyolxauhqui démembrée.

Dans un autre mythe impliquant la déesse, elle avertit les Mexicas de leur disparition future. Le souverain aztèque Motecuhzoma II, dans sa quête de connaissance suprême, avait envoyé un groupe de 60 magiciens pour rendre visite à Coatlicue dans la ville mythique ancestrale des Mexicas, Aztlan. Cependant, chargés de cadeaux, ces magiciens malchanceux s'enlisèrent dans une colline de sable et la déesse révéla que les villes aztèques tomberaient une par une. Ce n'est qu'alors que son fils Huitzilopochtli retournerait à ses côtés.

Supprimer la pub

Advertisement

Temple Mayor, Tenochtitlan
Maire du Temple, Tenochtitlan
Wolfgang Sauber (CC BY-SA)

Dans l'art, Coatlicue est plus célèbrement représentée dans la colossale statue de basalte trouvée à Tenochtitlan qui réside maintenant au Musée national d'anthropologie de Mexico. La figure mesure 3,5 m de haut, 1,5 m de large et représente la déesse dans sa forme la plus terrible avec la tête coupée remplacée par deux serpents corail, représentant le sang qui coule. Elle porte un collier de mains coupées et de cœurs humains avec un grand pendentif en forme de crâne. Elle porte aussi sa typique jupe de serpents entrelacés tandis que ses mains et ses pieds ont de grosses griffes qu'elle utilise pour étriper les cadavres humains avant de les manger. Cela peut faire référence à la connexion entre Coatlicue et les démons étoilés connus sous le nom de tzitzimime, qui, selon les Aztèques, auraient dévoré la population humaine si le soleil ne s'était pas levé. Derrière elle, ses cheveux pendent en 13 tresses symboles des 13 mois et 13 cieux de la religion aztèque. Il est intéressant de noter que la base de la statue est sculptée d'un monstre terrestre, même si en fait personne ne l'aurait jamais vu. La statue fut découverte en 1790 EC, mais fut considérée si terrifiante qu'elle fut immédiatement réinhumée.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth enseigne l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur d'articles historiques basé en Italie. Il s'intéresse plus particulièrement à la poterie, l’architecture, la mythologie mondiale et la découverte des idées que toutes les civilisations ont en commun. Il est titulaire d’une maîtrise en philosophie politique et Éditeur en chef pour WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2013, novembre 28). Coatlicue [Coatlicue]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-12387/coatlicue/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Coatlicue." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le novembre 28, 2013. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-12387/coatlicue/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Coatlicue." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 28 nov. 2013. Web. 10 mai 2021.