Monnaie Romaine

Coûts du serveur Collecte de fonds 2024

Aidez-nous dans notre mission de fournir un enseignement gratuit de l'histoire au monde entier ! Faites un don et contribuez à couvrir les coûts de notre serveur en 2024. Grâce à votre soutien, des millions de personnes apprennent l'histoire entièrement gratuitement chaque mois.
$2315 / $18000

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 19 avril 2018
Disponible dans ces autres langues: anglais, italien
X
Roman Empire Silver Coins (by Mark Cartwright, CC BY-NC-SA)
Pièces d'argent de l'Empire romain
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Les pièces romaines furent produites pour la première fois à la fin du IVe siècle avant notre ère en Italie et continuèrent à être frappées pendant huit siècles dans tout l'empire. Les dénominations et les valeurs changèrent plus ou moins constamment, mais certains types de pièces, comme les sestertii et les denarii, ont persisté et figurent parmi les pièces les plus célèbres de l'histoire.

Comme dans d'autres sociétés, la monnaie romaine représentait une valeur garantie et largement reconnue qui permettait un échange facile de valeurs, ce qui favorisait le développement du commerce et de la technologie, car toutes les classes sociales pouvaient travailler pour posséder des pièces qui pouvaient être dépensées pour toutes sortes de biens et de services. Plus important encore, il était désormais possible d'effectuer facilement des paiements importants et identiques, ce qui rendit possible une toute nouvelle échelle d'activité commerciale. Les pièces de monnaie servaient également à diffuser l'image de la classe dirigeante, car la monnaie était le média de masse de l'époque et portait souvent les portraits d'empereurs et de monuments impériaux célèbres, ce qui était la représentation la plus proche que la plupart des Romains aient jamais eue d'eux.

Supprimer la pub
Publicité

Monnaies de la République

Au début de la République, on n'utilisait pas de pièces de monnaie, mais plutôt un système de poids en bronze, les aes rude. Ces unités étaient assez volumineuses puisqu'une unité équivalait à 324 g ou 11 1/2 oz. Malgré leur lourdeur, ce type de poids continua à être produit jusqu'à environ 218 avant notre ère. Avec l'expansion des Romains en Italie centrale, le butin de guerre permit de produire des pièces de monnaie en utilisant des métaux précieux: l'or, l'argent et le bronze. Les premières pièces romaines étaient probablement des pièces de bronze de faible valeur produites à Neapolis à partir de 326 avant notre ère et portant la légende PΩMAIΩN. Les premières pièces d'argent furent produites au début du IIIe siècle avant notre ère et ressemblaient à des pièces grecques contemporaines. Elles valaient deux drachmes grecques et portaient la légende ROMANO, qui deviendrait plus tard ROMA. Peu à peu, à la suite des excès financiers des guerres puniques, le poids des pièces fut réduit, de même que la teneur en métal des barres de bronze. Par nécessité financière, des pièces d'or (aurei) furent également frappées, un événement rare qui ne se reproduirait pas avant le 1er siècle avant notre ère.

Vers 211 avant notre ère, un tout nouveau système de monnaies fut introduit. Le denier d'argent (pl. denarii) apparaît pour la première fois, une pièce qui serait la principale pièce d'argent de Rome jusqu'au IIIe siècle de notre ère. Cette pièce était initialement financée par un impôt sur la propriété, puis par le butin de guerre lorsque les guerres contre Carthage tournèrent à l'avantage de Rome. Il existait d'autres pièces, telles que le victoriatus en argent, dont le poids était égal aux trois quarts d'un denier, le quinarii, qui valait la moitié d'un denier, et d'autres pièces de bronze et d'or, mais elles n'étaient pas toujours utilisées de manière généralisée ou cohérente. À partir de 200 ans environ avant notre ère, seule Rome produisait des pièces de monnaie en Italie et les mouvements de troupes assuraient une plus grande circulation de la monnaie romaine.

Supprimer la pub
Publicité
En 46 avant notre ère, Jules César frappa la plus grande quantité de pièces d'or jamais vue à Rome.

Au fur et à mesure que Rome s'étendait et prenait de plus en plus de trésors à ses ennemis, l'argent commença à remplacer le bronze en tant que matériau le plus important pour la frappe des pièces de monnaie. Ce fut notamment le cas après l'acquisition des mines d'argent de Macédoine à partir de 167 avant notre ère, ce qui entraîna un énorme boom des pièces d'argent à partir de 157 avant notre ère. En outre, vers 141 avant notre ère, le bronze fut dévalué, de sorte que 16 pièces équivalaient désormais à un denier. Il n'était plus nécessaire de marquer les pièces comme étant romaines puisqu'il n'y en avait pas d'autres en Italie et, au 1er siècle avant notre ère, les pièces romaines étaient largement utilisées dans toute la Méditerranée.

En 84 avant notre ère, le lien entre la guerre et la frappe de monnaie fut à nouveau mis en évidence lorsque Sulla frappa de nouvelles pièces d'argent et d'or pour payer ses armées, une nécessité répétée par Jules César qui, en 46 avant notre ère, frappa la plus grande quantité de pièces d'or jamais vue à Rome, surpassant ainsi l'hôtel des monnaies de l'État. Après la mort de César, des pièces furent produites par les différents partis qui se battaient pour lui succéder, mais avec la victoire d'Octave, une monnaie romaine uniforme fut de nouveau établie.

Supprimer la pub
Publicité

Roman Coins
Pièces de monnaie romaines
Rasiel Suarez (GNU FDL)

Pièces de l'empereur

L'imagerie des pièces de monnaie prit un tournant vers la propagande lorsque Jules César utilisa son propre profil sur ses pièces, une occasion que Brutus saisit à la volée quand il utilisa également sa propre image sur une face de ses pièces et, sur l'autre face, deux poignards symbolisant son rôle dans l'assassinat de César. Auguste, naturellement, suivit le mouvement, mais il réforma également les dénominations des pièces plus petites et son nouveau système allait constituer la base du monnayage romain pour les trois siècles à venir. Les pièces d'argent inférieures au denier disparurent pour être remplacées, en 23 avant notre ère, par le sestertius et le dupondius (pl. dupondii) en orichalque (cuivre et zinc), et l'as et le quadran (quart), encore plus petit, furent désormais fabriqués en cuivre et non plus en bronze. Le denier d'argent continuait à être utilisé comme auparavant (avec une valeur de 84 pour une livre) et les aureii d'or valaient 25 deniers chacun et 41 pour une livre (7,87 g). Les monnaies étaient en grande partie frappées à Rome, à l'exception notable de la Monnaie de Lugdunum (Lyon), qui commença à produire (essentiellement des pièces d'or et d'argent) en 16 avant notre ère et qui domina jusqu'au milieu du 1er siècle de notre ère. D'autres hôtels des monnaies notables, bien qu'ayant une production sporadique, se trouvaient dans les villes d'Antioche, d'Alexandrie et de Césarée, entre autres. Il convient également de noter qu'à l'est, des variétés locales persistaient, en particulier des pièces de bronze de faible valeur.

Après les empereurs sévériens, la production de pièces de monnaie commença à proliférer dans tout l'empire. Des centaines de villes de l'empire frappaient également leurs propres pièces et les formes des petites coupures, en particulier, étaient laissées aux autorités locales, mais en général, toutes ces variétés provinciales étaient convertibles en valeurs monétaires romaines. Il est également probable que ces diverses pièces soient restées dans leur propre zone géographique, car la circulation à l'échelle de l'empire n'était pas garantie et, bien que les pièces frappées à Rome aient été expédiées dans les provinces, il est plus que probable qu'elles soient en fait restées sur place.

Coin Depicting Roman Emperor Aurelian
Pièce représentant l'empereur Aurélien
Wikipedia User: CNG (CC BY-SA)

Menaces sur la monnaie

Les pièces de monnaie étaient frappées en permanence, car les impôts ne couvraient que 80 % du budget impérial et le déficit était comblé par la mise en circulation de nouvelles pièces dont la source provenait du métal fraîchement extrait. Cela signifiait également que les empereurs extravagants pouvaient se retrouver dans de graves difficultés financières. Une solution consistait à réduire le poids ou la teneur en métal des pièces de monnaie et à augmenter ainsi la masse monétaire possible. C'est ce que fit Néron en 64 de notre ère (en réduisant la teneur en or de 4,5 % et celle en argent de 11 %), ainsi que Commode, Septime Sévère et Caracalla, qui produisit l'antoninianus, dont la valeur faciale était peut-être de deux deniers, alors qu'elle n'en valait en réalité qu'environ un et demi. Progressivement, les pièces d'argent passèrent d'une teneur en argent pur à 50 %, puis diminuèrent jusqu'à atteindre un niveau historiquement bas de seulement 2 % d'argent. Il est même prouvé que les pièces d'argent à faible teneur étaient délibérément recouvertes d'une surface d'argent plus fine pour les faire paraître plus précieuses qu'elles ne l'étaient. Cette manipulation flagrante de la monnaie ne passa pas inaperçue auprès de la population qui riposta en payant ses impôts avec les nouvelles pièces et en gardant les anciennes, plus précieuses, pour les épargner ou même les faire fondre.

Supprimer la pub
Publicité
Un corps spécifique de professionnels (nummularii) était chargé de tester les pièces de monnaie suspectes.

Un autre problème était la production de fausse monnaie, largement favorisée par la mauvaise qualité de la monnaie officielle. Un corps de professionnels (nummularii) était chargé de vérifier les pièces suspectes, mais il était submergé par l'afflux de fausses pièces. La situation s'aggrava encore à la suite des invasions barbares du IIIe siècle de notre ère et la pression financière qui en résulta pour l'empire entraîna l'effondrement de la monnaie d'argent, de sorte que seuls les monnaies d'or et les biens en nature permirent à l'économie de se maintenir à flot.

À partir d'Aurélien, des tentatives furent faites pour améliorer la situation: les pièces furent estampillées pour indiquer leur teneur en métal: XXI ou KA pour 5 % d'argent et XI ou IA pour 10 %. En 293, Dioclétien poursuivit les réformes en garantissant la teneur en or de l'aurei à 60 pour une livre (plus tard rebaptisé solidus et qui survivrait à l'empire à proprement parler), il frappa une nouvelle pièce d'argent pur et une pièce de bronze partiellement argentée, le nummus (qui valait 1/7200 d'un solidus). Il réévalua également les valeurs en 301 de notre ère, limita la production à 12 ou 15 monnaies et uniformisa les dessins et les légendes dans tout l'empire, quel que soit l'endroit où elles étaient frappées. Constantin inversa la tendance en dévaluant le solidus pour que 72 équivalent à la livre, mais l'économie supporta le changement. D'une manière générale, les pièces de bronze s'imposèrent dans l'empire tardif, leurs dénominations variant au fil du temps, et d'autres réformes se poursuivirent, de sorte que la stabilité des siècles précédents ne fut jamais tout à fait retrouvée et que la production de pièces de monnaie cessa en Occident vers 480 de notre ère.

Imperial Roman Coin Portraying a Rhinoceros
Pièce impériale romaine représentant un rhinocéros
Classical Numismatic Group (CC BY-SA)

Imagerie

Les images étaient réalisées sur les pièces de monnaie en frappant la pièce à la main sur un poinçon prédécoupé placé au-dessous (avers) et au-dessus (revers) de la pièce vierge. Dans la République, le contrôle de la frappe de la monnaie d'État était confié à trois magistrats subalternes (plus tard quatre), les tresviri aere argento auro flando feriundo ou a. a.a.f.f. Ils signaient souvent leurs émissions et privilégiaient initialement des images classiques telles que Rome, Jupiter, Mars et la Victoire. Au deuxième siècle avant notre ère, une série de pièces représentait un quadrige ou char à quatre chevaux, mais à partir de 135 environ avant notre ère, les tresviri metales commencèrent à apposer des références à leur propre histoire familiale, à des sites locaux, à des événements contemporains et peut-être même à leur allégeance politique. La représentation des dirigeants était évitée, peut-être parce que sur les pièces grecques, elle était réservée aux rois et aux tyrans et n'était donc pas conforme aux principes d'une république. Les légendes se présentaient sous la forme de lignes verticales ou horizontales ne s'incurvant pas autour du bord et pouvaient se poursuivre sur la face opposée de la pièce.

Supprimer la pub
Publicité
Les portraits pouvaient varier d'une représentation idéalisée à une représentation très réaliste selon les empereurs.

Les pièces de la période impériale présentent généralement sur l'avers un portrait de l'empereur - désormais seul responsable du trésor public - généralement de profil, portant une couronne rayonnante ou une couronne de lauriers, ou, plus rarement, un membre de la famille impériale. Les portraits pouvaient varier d'une représentation idéalisée à une représentation très réaliste, en fonction des empereurs, de l'étape de leur règne et de l'évolution des tendances artistiques. Après Constantin, les portraits impériaux devinrent de plus en plus standardisés et une représentation plus uniforme de l'empereur, indépendamment des caractéristiques physiques individuelles, devint la norme. Une exception notable à l'utilisation de l'empereur était le SC (Senatus Consulto) apposé sur les cuivres augustéens, qui signifiait peut-être le soutien du sénat. Les légendes tournaient désormais autour de la pièce dans le sens des aiguilles d'une montre, en commençant toujours par la partie inférieure gauche.

Alexandrian Coins Depicting the Lighthouse of Alexandria
Pièces d'Alexandrie représentant le phare d'Alexandrie
Ginolerhino (CC BY-SA)

Le revers des pièces pouvait porter une plus grande variété de motifs et, en particulier, l'introduction par Auguste du grand sestertius permit aux graveurs de travailler sur une plus grande scène. Les premières pièces de bronze représentaient souvent la proue d'un navire, mais les pièces de plus grande valeur présentaient des sujets beaucoup plus intéressants, notamment des monuments tels que le Colisée, la colonne de Trajan et divers temples à Rome, ou des projets financés par l'État tels que des aqueducs, des ponts et le port rénové d'Ostie, représentés sur les sestertii de Néron. Les conquêtes impériales pouvaient être évoquées, comme l'utilisation par Auguste d'un crocodile enchaîné à un palmier sur ses pièces pour symboliser la soumission de l'Égypte. Les pièces de Marc Antoine portaient les numéros des légions auxquelles elles étaient destinées, et les pièces provinciales pouvaient représenter des dieux et des héros locaux, des monuments et même des symboles de la religion locale, comme les vases canopes au revers des pièces frappées à Alexandrie.

Conclusion

Dans de nombreux cas, les pièces de monnaie offrent la seule représentation physique de personnalités importantes de l'histoire de Rome. Elles représentent également des monuments perdus ou en ruine et permettent d'établir à la fois la chronologie précise de Rome et la date d'autres artefacts qui pourraient les accompagner dans les découvertes archéologiques. Les pièces de monnaie d'une certaine date peuvent également aider à dater d'autres pièces moins certaines lorsqu'elles sont trouvées ensemble. Les portraits numismatiques ont également contribué de manière inestimable à l'identification de portraits sculptés jusqu'alors inconnus, et la distribution des pièces de monnaie à travers l'empire peut également en dire long sur les mouvements de population, les réseaux commerciaux et l'identité civique. Toutes ces études continuent à se développer au fil du temps, car de plus en plus de trésors numismatiques sont découverts au hasard dans des endroits isolés sur des territoires qui faisaient autrefois partie de l'Empire romain.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Supprimer la pub
Publicité

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2018, avril 19). Monnaie Romaine [Roman Coinage]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-12370/monnaie-romaine/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Monnaie Romaine." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le avril 19, 2018. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-12370/monnaie-romaine/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Monnaie Romaine." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 19 avril 2018. Web. 14 juil. 2024.

Adhésion