Proche-Orient

Coûts des serveurs - Collecte de fonds 2023

Faire fonctionner un site web qui accueille des millions de lecteurs chaque mois coûte extrêmement cher. Nous devons non seulement payer nos serveurs, mais aussi les services connexes tels que notre réseau de diffusion de contenu, Google Workspace, la messagerie électronique, etc. Nous préférerions utiliser cet argent pour produire davantage de contenu historique gratuit pour le monde entier. Merci de votre aide !
$2306 / $21000

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 23 octobre 2022
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, malais, arabe, italien, ukrainien, biélorusse, serbe, Turc, espagnol
The Ancient Near East c. 1500-1300 BCE (by Simeon Netchev, CC BY-NC-SA)
Le Proche-Orient ancien c. 1500-1300 avant notre ère
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

Le Proche-Orient est un terme moderne désignant la région anciennement connue sous le nom de Moyen-Orient (d'origine américaine) comprenant l'Arménie, Chypre, l'Égypte, l'Irak, l'Iran, Israël, la Jordanie, le Liban, la Palestine, la Syrie et une partie de la Turquie, correspondant à l'Urartu, la Mésopotamie, l'Élam, la Perse, le Levant et l'Anatolie antiques. L'histoire du Proche-Orient ancien s'étend généralement de 5000 avant J.-C. au 7e siècle de notre ère.

Bien que l'occupation humaine de la région remonte à l'âge de pierre (vers 10 000 av. J.-C.) et que des établissements permanents aient commencé à apparaître au cours de l'âge néolithique, vers 7 000 avant J.-C., l'histoire de la région commence à la période chalcolithique (l'âge du cuivre, vers 5 900-3 200 av. J.-C.) et, en Mésopotamie, à la période d'Obeïd (vers 5 000-4 100 avant J.-C.) plus précisément. Cela correspond à peu près aux développements de la période prédynastique en Égypte (c. 6000 - c. 3150 av. J.-C.) et dans d'autres régions, mais des établissements permanents et des sites sacrés sophistiqués existaient bien avant, comme la ville de Jéricho (c. 9000 av. J.-C.) en Palestine et Gobekli-Tepe (vers 10000 av. J.-C.) en Anatolie (Turquie moderne).

Supprimer la pub

Advertisement

La région est souvent désignée comme comprenant le Croissant fertile, et est connue comme le berceau de la civilisation.

Le Proche-Orient est souvent défini comme la région bordée par la mer Méditerranée, la mer Noire, la mer Caspienne, le golfe Persique et la mer Rouge. L'accès à ces voies navigables favorisa le commerce à longue distance, notamment avec les villes de la civilisation de la vallée de l'Indus (c. 7000 - c. 600 av. J.-C.) ainsi qu'avec les diverses villes et ports du Proche-Orient. La région est souvent désignée comme comprenant le Croissant fertile, et est connue comme le berceau de la civilisation, bien que la civilisation se soit également développée ailleurs, comme dans la Chine antique, la vallée de l'Indus et les Amériques.

Malgré tout, la région proche-orientale de la Mésopotamie, et plus précisément Sumer, est considérée comme la plus ancienne civilisation sur terre en raison de la datation établie des inventions et des développements qui constituent la civilisation, notamment :

Supprimer la pub

Advertisement

  • l'élevage des animaux
  • les innovations agricoles
  • L'urbanisation
  • l'astronomie et les mathématiques
  • le concept du temps
  • Le commerce à longue distance
  • Rituels religieux et sites sacrés
  • Les pratiques médicales
  • La pensée scientifique
  • Les innovations technologiques

L'histoire du Proche-Orient ancien s'achève avec la conquête de la région par les Arabes musulmans au 7e siècle et la chute de l'Empire perse sassanide (224-651) qui marque le début d'une nouvelle phase de l'histoire de la région.

Bust of a Priest from Uruk at the Iraq Museum
Buste d'un prêtre d'Uruk au musée de l'Irak
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

Périodes mésopotamienne et égyptienne précoces

L'expression " Proche-Orient", bien que largement utilisée, n'est pas universellement acceptée par les chercheurs d'aujourd'hui, certains auteurs considérant que le terme "Moyen-Orient" est plus exact. L'expert Marc van die Mieroop commente :

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Le terme "Proche-Orient" n'est pas très répandu aujourd'hui. Il a survécu dans une érudition enracinée au XIXe siècle, lorsqu'il était utilisé pour identifier les vestiges de l'empire ottoman sur les rives orientales de la Méditerranée. Aujourd'hui, nous disons Moyen-Orient pour désigner cette zone géographique, mais les deux termes ne se recouvrent pas exactement, et les historiens et archéologues du Moyen-Orient continuent de parler du Proche-Orient. (1)

La longue histoire de la région et la diversité de ses civilisations posent également des problèmes lorsqu'il s'agit de créer un récit clair des événements qui soit exhaustif. C'est pourquoi la plupart des chercheurs se concentrent sur la Mésopotamie et mentionnent brièvement les autres régions et entités politiques qui ont interagi avec elle. En suivant cette piste, l'histoire du Proche-Orient commence avec la période de l'Obeïd, au cours de laquelle les premiers temples (les ziggourats) furent construits et les établissements permanents se transformèrent en petits villages.

Les ziggourats mésopotamiennes étaient des sites religieux surmontés de temples dédiés à un dieu spécifique.

Au cours de la période d'Uruk (4100-2900 avant notre ère), ces villages se transformèrent en centres urbains dont l'économie reposait sur l'agriculture, la fabrication et le commerce. L'écriture cunéiforme fut inventée à Sumer (c. 3600 av. J.-C.) et la roue suivit peu après (c. 3500 av. J.-C.), ainsi que d'autres innovations technologiques et agricoles.

À la même époque, en Égypte, l'écriture fut développée sous forme de hiéroglyphes par la culture Naqada III, vers 3400-3200 avant notre ère, et certaines villes égyptiennes, comme Xois, étaient déjà considérées comme anciennes à cette époque. Le début de la période dynastique en Égypte (c. 3150-c. 2613 av. J.-C.) établit la royauté lorsque Narmer (également connu sous le nom de Ménès) unifia la région et, à cette époque, le commerce avec les villes de Mésopotamie était en cours depuis des siècles.

Supprimer la pub

Advertisement

Le début de la période dynastique

Au cours de la première période dynastique en Mésopotamie (2900-2334 av. J.-C.), la royauté fut établie lorsque la société abandonna le concept du souverain en tant que prêtre-roi (établi au cours de la période d'Uruk) au profit d'une division des responsabilités entre un roi et un grand prêtre. Le roi s'occupait désormais des questions militaires et des devoirs civiques, tandis que le grand prêtre servait le dieu de la ville et s'occupait des questions relatives au complexe du temple.

Ziggurat of Ur (Artist's Impression)
Ziggourat d'Ur (impression d'artiste)
Mohawk Games (Copyright)

À cette époque, la structure monumentale de la ziggourat avait déjà fait son apparition dans les villes mésopotamiennes depuis des siècles et les chercheurs continuent de débattre pour savoir si ces structures ont influencé les pyramides d'Égypte qui furent élevées pendant la période de l'Ancien Empire (c. 2613-2181 avant notre ère). Bien qu'il s'agisse d'une possibilité, puisque les deux civilisations étaient en contact étroit par le biais du commerce, il semble que la pyramide se soit développée à partir de la tombe mastaba égyptienne antérieure et n'avait rien à voir avec la ziggourat, ni dans sa conception ni dans sa finalité. Les pyramides égyptiennes étaient des tombes royales ; les ziggourats mésopotamiennes étaient des sites religieux surmontés de temples dédiés à un dieu spécifique. Les pyramides égyptiennes étaient conçues avec des chambres intérieures ; les ziggourats mésopotamiennes étaient des structures solides en briques crues sans chambres intérieures.

La liste des rois sumériens (composée c. 2100 av. J.-C.) donne les noms et les règnes des monarques mésopotamiens, affirmant que la royauté fut établie à la ville d'Eridu (fondée c. 5400 av. J.-C.) et se transmit à d'autres villes à partir de là. Tout comme il n'existe aucune preuve d'un lien entre les ziggourats et les pyramides, il ne semble pas y avoir de lien entre le concept de monarchie en Mésopotamie et celui de l'Égypte. Les documents administratifs et les preuves archéologiques de la Mésopotamie montrent également que les villes de la région se distinguaient des autres par le fait qu'elles étaient généralement plus grandes, entourées de murs et soutenues par des couronnes souvent tentaculaires de communautés agricoles.

Supprimer la pub

Advertisement

Premier empire et renaissance sumérienne

Chaque cité-État mésopotamienne était sa propre entité politique et militaire jusqu'à l'avènement de Sargon d'Akkad (le Grand, r. de 2334 à 2279 av. J.-C.) qui unifia la région sous l'empire akkadien. Sargon établit la première entité politique multinationale au monde et la maintint grâce au placement judicieux de fonctionnaires de confiance à des postes importants dans les différentes villes (comme sa fille, Enheduanna, 2285-2250 av.J.-C., en tant que grande prêtresse d'Ur) et grâce à sa force militaire. Le règne de Sargon unifia la région du Proche-Orient, de l'Irak actuel à Chypre, en passant par la Jordanie, la Syrie, le Levant, une partie de la Turquie actuelle.

L'empire atteignit son apogée sous le règne du petit-fils de Sargon, Naram-Sin (2261-2224 av. J.-C.) mais, après sa mort, il déclina et finit par tomber aux mains des Gutiens vers 2218 av. J.-C.. La chute d'Akkad marqua le début de la période gutienne dans la région (2218-2047 av. J.-C.), caractérisée par les scribes de l'époque (et d'après) comme une période de chaos sans foi ni loi. Cette description semble avoir été quelque peu exagérée, comme le note l'expert Paul Kriwaczek, qui cite le changement climatique, entraînant sécheresse et famine, comme la cause la plus probable de la chute d'Akkad et des temps sombres qui suivirent (129-130).

Akkadian Ruler
Souverain Akkadien
Sumerophile (Public Domain)

Quoi qu'il se soit passé, le commerce au Proche-Orient diminua pendant la période gutienne, tout comme la construction de temples et d'autres projets de construction, jusqu'à ce que le roi sumérien d'Uruk, Utu-Hegal (r. d'environ 2055 à 2047 av.t J.-C.) ne se révolte. Après la mort d'Utu-Hegal, la guerre fut poursuivie par Ur-Nammu (r. de 2047 à 2030 avant J.-C.) qui initia la période Ur III (également connue sous le nom de Renaissance sumérienne), et les hostilités prirent fin avec la victoire du fils d'Ur-Nammu, Shulgi d'Ur (r. de 2029 à 1982 av.J.-C.). La période Ur III fut une période de grand renouveau culturel et de projets de construction importants, comme la grande ziggourat d'Ur.

Supprimer la pub

Advertisement

À cette époque, bon nombre des inventions et innovations les plus importantes des Sumériens avaient été adoptées par les autres entités culturelles de Mésopotamie et diffusées par le commerce dans tout le Proche-Orient. Le spécialiste Samuel Noah Kramer, dans son ouvrage emblématique L'histoire commence à Sumer, donne une liste de 39 "nouveautés" apparues dans l'ancienne Sumer qui ont par la suite influencé le développement et la culture d'autres civilisations du Proche-Orient :

  • Les premières écoles
  • Le premier cas de " flatterie servile".
  • Le premier cas de délinquance juvénile
  • La première "guerre des nerfs".
  • Le premier congrès bicaméral
  • Le premier historien
  • Le premier cas de réduction d'impôts
  • Le premier "Moïse"
  • Le premier précédent juridique
  • La première pharmacopée
  • Le premier almanach du fermier
  • La première expérience de culture d'arbres d'ombrage
  • La première cosmogonie et cosmologie de l'homme
  • Les premiers idéaux moraux
  • Le premier "Job".
  • Les premiers proverbes et dictons
  • Les premières fables animalières
  • Les premiers débats littéraires
  • Les premiers parallèles bibliques
  • Le premier "Noé"
  • Le premier récit de résurrection
  • Le premier "Saint-Georges"
  • Le premier cas d'emprunt littéraire
  • Le premier âge héroïque de l'homme
  • Le premier chant d'amour
  • Le premier catalogue de bibliothèque
  • Le premier âge d'or de l'homme
  • La première société "malade"
  • Les premières complaintes liturgiques
  • Les premiers messies
  • Le premier champion de longue distance
  • La première imagerie littéraire
  • Le premier symbolisme sexuel
  • La première Mater Dolorosa
  • La première berceuse
  • Le premier portrait littéraire
  • Les premières élégies
  • La première victoire des travailleurs
  • Le premier aquarium

En plus de ces "premières" du Proche-Orient, on trouve Enheduanna, le premier auteur au monde connu par son nom, le collier et la laisse du chien, l'arc en encorbellement et, en Égypte, la brosse à dents et le dentifrice, la vraie pyramide, et les premières femmes médecins connues - Merit-Ptah (c. 2700 av. J.-C.), médecin de la cour royale, et Pesehet (c. 2500 av. J.-C.), connue sous le nom de Dame surveillante des femmes médecins. Les femmes dentistes et médecins sont mentionnées dans les textes de l'ancienne Mésopotamie, mais pas nommément.

Babylone et Hittites

Les Sumériens tombèrent sous les incursions des Élamites et des Amorites et ces derniers s'établirent, notamment, à Babylone. Sous le règne d'Hammurabi (r. de 1792 à 1750 av. J.-C.), Babylone devint le centre du grand empire babylonien qui contrôlait à peu près la même région que celle autrefois tenue par Sargon d'Akkad. Après la mort d'Hammurabi, son empire s'effondra et fut pris par les Hittites et les Kassites qui établirent leurs propres centres culturels et politiques.

An Auroch from the processional street at Babylon
Un auroch vu de la rue processionnelle de Babylone
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

La période hittite est divisée par les spécialistes modernes entre l'Ancien Empire (1700-1500 av.J.-C.) et le Nouvel Empire (également connu sous le nom d'Empire hittite) de 1400 à 1200 av. J.-C., avec une période d'interrègne entre les deux, parfois appelée Moyen Empire. L'Empire hittite connut son apogée sous le règne du roi Suppiluliuma I (r. d'environ 1344 à 1322 av. J.-C.) et de son fils et successeur Mursilli II (r. d'environ 1321-1295 av. J.-C.), mais il déclina pendant l'effondrement de l'âge du bronze. Leur déclin fut accéléré par les invasions de la tribu des Gasgas et des Peuples de la mer, qui contribuèrent également au déclin, parfois temporaire et parfois définitif, d'autres civilisations du Proche-Orient.

Assyriens, Perses et Alexandre le Grand

Les Assyriens, sous la direction d'Adad Nirari Ier (r. d'environ 1307 à 1275 av. J.-C.), mirent fin au contrôle hittite dans la région et firent d'Assur une ville à position dominante, à partir de laquelle l'Empire assyrien s'étendit progressivement. L'empire assyrien était le plus grand du monde à cette époque, conquérant des territoires du nord de la Syrie à la Turquie actuelle, en passant par la Jordanie, le Liban et la Palestine. L'empire néo-assyrien (912-612 av. J.-C.), la période la plus connue et la mieux documentée de son règne, poursuivit la pratique de la déportation forcée et de la relocalisation des conquis, propageant la culture, les idées religieuses et les technologies de différents peuples à travers le Proche-Orient.

La diversité de la population était contrôlée par la force militaire et les lois strictes des Assyriens, mais les différentes régions étaient également contrôlées par l'élévation du dieu Assur au rang de divinité suprême. À l'origine, Assur n'était que le dieu de la ville d'Assur mais, lorsque l'armée assyrienne s'engagea dans ses campagnes de conquête, elle emporta son dieu avec elle et, à chaque victoire, des sanctuaires étaient érigés en son honneur. D'un dieu local présidant à une seule ville, Assur devint la divinité suprême de tout le Proche-Orient. Kriwaczek commente :

On pouvait prier Assur non seulement dans son propre temple, dans sa propre ville, mais partout. À mesure que l'empire assyrien étendait ses frontières, on rencontrait Assur même dans les endroits les plus éloignés. De la foi en un dieu omniprésent à la croyance en un dieu unique, le pas n'est pas long. Puisqu'il était partout, les gens en sont venus à comprendre que, dans un certain sens, les divinités locales n'étaient que des manifestations différentes du même Assur. (231)

The Achaemenid Persian Empire c. 500 BCE
L'Empire perse achéménide c. 500 avant notre ère
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

Le monothéisme avait été tenté en Égypte sous Akhenaton (r. de 1353 à 1336 av. J.-C.) mais avait échoué et toutes les traces de son règne avaient été détruites par ses successeurs. Il est peu probable que le monothéisme d'Akhénaton ait influencé le développement ultérieur du monothéisme ailleurs (bien que cela soit possible), mais on pense que l'ascension d'Assur eut plus d'influence en suggérant une puissance surnaturelle qui vivait non pas dans un temple, comme on le croyait dans tout le Proche-Orient, mais qui était partout à la fois. Comme le note Kriwaczek, cette croyance encouragea des changements significatifs dans la façon dont les gens se percevaient par rapport au monde naturel :

La nature a été désacralisée, déconsacrée. Puisque les dieux étaient à l'extérieur et au-dessus de la nature, l'humanité - selon la croyance mésopotamienne, créée à la ressemblance des dieux et en tant que serviteurs des dieux - devait également être à l'extérieur et au-dessus de la nature. Au lieu d'être une partie intégrante de la terre naturelle, la race humaine était désormais son supérieur et son maître. (229)

Cette croyance conduisit également à un déclin du statut des femmes, une tendance qui avait commencé sous le règne d'Hammurabi, lorsque des divinités masculines commencèrent à remplacer les anciennes déesses sumériennes et akkadiennes. La toute-puissance des divinités masculines encourageait la croyance en la supériorité des hommes et l'infériorité des femmes. Après la chute de l'empire assyrien face à une coalition d'ennemis en 612 avant J.-C., ce paradigme perdura jusqu'en 550 avant J.-C., date à laquelle la région fut prise par Cyrus II (le Grand, r. d'environ 550 à 530 av. J.-C.), fondateur de l'empire achéménide (vers 550-330 av. J.-C.). Sous Cyrus II et ses successeurs, le statut des femmes s'améliora grandement (un aspect de leur culture critiqué par l'historien grec Hérodote), même si la divinité suprême perse, Ahura Mazda, était également considérée comme un homme omniprésent.

Les femmes perses dirigeaient leurs propres entreprises, servaient dans l'armée, supervisaient les hommes sur le lieu de travail et recevaient les mêmes salaires pour les mêmes emplois. Bien que le zoroastrisme ait remplacé le polythéisme iranien antérieur, certaines de ces divinités, comme la déesse Anahita, étaient toujours vénérées en tant qu'aspects d'Ahura Mazda et certains spécialistes pensent que cette pratique apportait un équilibre qui faisait défaut à la religion assyrienne antérieure.

Les Perses introduisirentt plusieurs innovations culturelles bien connues aujourd'hui, comme le système postal, les hôpitaux, la réfrigération, l'air conditionné, les célébrations d'anniversaires et les desserts, les droits des animaux, le précurseur de la guitare (le sestar), et même le mot paradis, tiré de leur mot désignant un jardin clos et aménagé.

Faravahar at Persepolis
Faravahar à Persepolis
Napishtim (CC BY-SA)

L'empire perse achéménide surpassa l'empire assyrien en tant que plus grand et plus riche empire du monde, mais il était déjà en déclin en 330 avant J.-C. lorsqu'il tomba aux mains des armées d'Alexandre le Grand. Alexandre établit son propre empire dans la région et, ce faisant, répandit la pensée et la culture hellénistiques dans tout le Proche-Orient, un processus qui serait poursuivi par ses successeurs.

Conclusion

Après la mort d'Alexandre en 323 avant J.-C., ses généraux s'affrontèrent pour le contrôle de l'empire et Séleucos I Nicator (r. de 305 à 281 av. J.-C.) s'empara de la Mésopotamie et établit l'empire hellénique des Séleucides (312-63 av. J.-C.). Les Séleucides combinèrent les coutumes helléniques et perses, étendant l'empire vers l'est jusqu'à ce que leur pouvoir ne commence à décliner en raison d'une combinaison de facteurs, dont la montée de Rome, des monarques inefficaces et un territoire trop vaste pour être entretenu.

Les Séleucides furent remplacés, avant même leur chute définitive, par l'Empire parthe (247 av. J.-C. - 224 ap. J.-C.) qui céda ensuite la place à l'Empire sassanide (224 - 651 ap. J.-C.), deux entités politiques perses qui conservèrent la culture de l'Empire achéménide antérieur mais furent également influencées par l'hellénisme des Séleucides. L'Empire sassanide maintint un haut niveau de développement culturel, notamment la tolérance religieuse (sauf dans quelques cas notables), les droits des femmes et l'accent mis sur l'alphabétisation afin de pouvoir lire les textes religieux de l'Avesta.

En 651, les Sassanides tombèrent aux mains des Arabes musulmans qui, conformément à la pratique des conquérants depuis les débuts de la région, supprimèrent la culture des conquis et la remplacèrent par la leur. De nombreux aspects de la culture perse furent toutefois adoptés et, tout comme les Perses avaient conservé des éléments de civilisations antérieures, certains d'entre eux survécurent également.

Pourtant, l'histoire du Proche-Orient ancien était mal connue jusqu'au 19e siècle, lorsque des fouilles dans la région mirent au jour les ruines des villes et les écrits des peuples. Jusqu'au milieu du 19e siècle, le cunéiforme mésopotamien et les hiéroglyphes égyptiens étaient considérés comme une sorte d'ornementation. Une fois que l'on comprit qu'il s'agissait de langues écrites, le passé s'ouvrit au présent, révélant certaines des civilisations les plus riches et les plus importantes du monde.

Supprimer la pub

Publicité

Questions & Réponses

Qu'est-ce que le Proche-Orient ?

Le Proche-Orient désigne la région de l'ancienne Mésopotamie, de l'Égypte, du Levant et de la Perse, qui correspond aujourd'hui à l'Arménie, Chypre, l'Égypte, l'Irak, l'Iran, Israël, la Jordanie, le Liban, la Palestine, la Syrie et une partie de la Turquie.

Le Proche-Orient est-il synonyme de Moyen-Orient ?

Oui, le terme "Proche-Orient" a été inventé au XIXe siècle pour désigner la partie orientale de l'Empire ottoman. Depuis, il est devenu un synonyme de "Moyen Orient".

Quelles sont les dates du Proche-Orient ancien ?

Le Proche-Orient ancien est daté d'environ 5000 avant notre ère à 651 de notre ère.

Les civilisations du Proche-Orient sont-elles considérées comme les plus anciennes du monde ?

Oui. Les civilisations de l'ancienne Mésopotamie sont généralement considérées comme les plus anciennes du monde, même si la civilisation de la vallée de l'Indus est peut-être plus ancienne.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2022, octobre 23). Proche-Orient [Near East]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-16/proche-orient/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Proche-Orient." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le octobre 23, 2022. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-16/proche-orient/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Proche-Orient." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 23 oct. 2022. Web. 08 févr. 2023.

Adhésion