Saxons

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Yves Palisse
publié le 15 juin 2023
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, portugais, espagnol, Turc
Anglo-Saxon Clothing, 6-9th century CE (by Albert Kretschmer, Public Domain)
Vêtements anglo-saxons, VIᵉ-IXᵉ siècles
Albert Kretschmer (Public Domain)

Les Saxons étaient une peuplade germanique originaire de la région du nord de l'Elbe qui s'étend du Holstein (dans l'Allemagne actuelle) à la mer du Nord. Les Saxons ayant émigré en Bretagne aux Vᵉ et VIᵉ siècles en même temps que les Angles, les Frisons et les Jutes ont été baptisés Anglo-Saxons pour les différencier de ceux qui étaient restés vivre sur le continent.

Ils venaient d'une région appelée la Saxe, et l'on pense que leur gentilé découle du mot seax, terme désignant un type de couteau qu'ils utilisaient couramment. Les Saxons du continent entrèrent en conflit avec les Francs qui les absorbèrent sous Charlemagne après la guerre des Saxons (772-804), tandis que ceux qui émigrèrent en Bretagne fondèrent les royaumes du Kent, du Wessex (Saxons de l'Ouest), du Sussex (Saxons du Sud), de l'Essex (Saxons de l'Est), de l'Est-Anglie et de la Mercie, le Middlesex (Saxons du Milieu) étant plus tard rattaché à l'Essex. Collectivement, ces peuplades sont désignées par le terme d'Anglo-Saxons, même si leurs communautés étaient initialement composées d'Angles, de Frisons, de Jutes et de Saxons. Le terme d'Anglo-Saxon n'avait à l'origine rien à voir avec une quelconque appartenance ethnique, mais pour une raison de clarté, comme mentionné précédemment, il ne désignait que ceux qui avaient émigré des territoires germaniques vers l'île de Bretagne et semble avoir été utilisé principalement après 1066.

Supprimer la pub
Advertisement

Les Saxons furent parmi les derniers peuples européens à accepter le christianisme car ils l'associaient aux Francs, leurs adversaires sur le continent, mais surtout parce que leur système de croyance (le paganisme germanique) faisait partie intégrante de leur vie quotidienne et de leur structure sociale. L'adhésion des Saxons aux rites et traditions païennes, même après leur conversion officielle au christianisme aux VIIᵉ et IXᵉ siècles, influença les pratiques chrétiennes, tout comme leur langue contribua au développement du vieil anglais en Grande-Bretagne.

SUR LE CONTINENT, LES TRADITIONS SAXONNES SE SONT MAINTENUES MÊME APRÈS LA CONQUÊTE PAR LES FRANCS DE CHARLEMAGNE.

Les rois anglo-saxons, comme Alfred le Grand (r. de 871 à 899), encouragèrent l'alphabétisation et la production de livres dans la langue anglaise de l'époque, jusqu'à la conquête normande de l'Angleterre en 1066 et l'introduction du français comme langue de la cour, donnant naissance au moyen anglais, qui allait donner à son tour naissance à l'anglais moderne. Sur le continent, les traditions saxonnes se sont maintenues même après la conquête par les Francs de Charlemagne, influençant ainsi le développement de la culture et des coutumes germaniques. En Grande-Bretagne, la période anglo-saxonne s'étend de 410 à 1066 - du départ des Romains à l'invasion normande - et sur le continent, du IVᵉ siècle à l'an 804 (de leur première mention écrite à leur défaite lors de la guerre des Saxons), mais leur influence s'est poursuivie longtemps après et jusqu'à l'ère moderne.

Supprimer la pub
Advertisement

Les origines

Les Saxons auraient été mentionnés pour la première fois dans la Géographie de Claude Ptolémée (de l'an 100 à l'an 170 de notre ère), mais il est possible qu'il ait fait référence à un autre peuple dont le nom fut traduit par Axones et qui fut ensuite confondu avec les Saxons parce que ce nom était plus connu. Les Saxons sont probablement mentionnés pour la première fois en 356, en tant que pirates au même titre que les Francs, mais aucune information n'est donnée quant à leur origine. Le chroniqueur saxon Widukind de Corvey (l. c. 925-973), dans son ouvrage intitulé 'L'histoire des Saxons', écrit :

Tout d'abord, je vais présenter quelques informations sur l'origine et le statut de ce peuple. Dans cette section, je m'appuie uniquement sur la tradition, car le passage du temps a rendu toute certitude impossible. Il y existe beaucoup de controverse à ce sujet. (Ch. 2)

Il raconte ensuite que les Saxons sont issus des Danois ou des Grecs ou qu'ils étaient des vétérans macédoniens de l'armée d'Alexandre le Grand. Toutes ces affirmations sont rejetées par les chercheurs modernes. Widukind raconte leur arrivée par bateau à Hadeln (sur la rive gauche de l'Elbe inférieure) et leur conflit avec les Thuringiens qui l'occupaient. Après plusieurs batailles et de nombreux morts, un traité fut conclu, accordant aux Saxons la liberté de se livrer à des activités commerciales dans la région, mais leur interdisant de cultiver la terre ou d'établir des colonies permanentes.

Supprimer la pub
Advertisement

Map of the Saxon Shore, c. 380 CE
Carte des côtes saxonnes
Cplakidas (CC BY-SA)

Widukind base son travail sur les histoires grecques et romaines et, dans cette section, soit il suit l'exemple d'un auteur antérieur, soit il emprunte librement à l'histoire de la reine Didon et de la fondation de Carthage. Il affirme qu'un jeune Saxon, chargé d'or, se rendit chez les Thuringiens et déclara qu'il accepterait tout ce qu'ils choisiraient de lui donner en échange. On lui remit une quantité de terre et il retourna à son navire. Les Thuringiens étaient ravis de l'échange et pensaient avoir roulé le jeune Saxon, mais celui-ci 'prit la terre et la répandit aussi finement que possible au-dessus des champs avoisinants, puis sécurisa ces endroits en y installant des campements fortifiés' (chap. 5). Puisqu'il avait légalement échangé son or contre de la terre, et que la terre était maintenant répandue sur le terrain, le terrain appartenait désormais aux Saxons et, lorsque les Thuringiens voulurent s'y opposer, les Saxons expliquèrent qu'ils avaient le droit de défendre leur propriété. C'est ainsi que fut créée la région de Saxe et, selon Widukind, les Thuringiens revinrent radicalement sur leur opinion concernant l'échange de l'or contre de la terre.

Culture et religion

On ne sait pas avec certitude comment la Saxe fut fondée ni d'où venaient les Saxons, car les premiers Saxons ne laissèrent aucune trace écrite. Widukind, écrivant bien plus tard, affirme qu'après que les Saxons se fussent installés dans la région, ils formèrent une alliance avec les Francs dans le but de vaincre les Thuringiens, puis ayant eu vent du fait que les Francs avaient l'intention de se retourner contre eux, ils les massacrèrent au cours d'une attaque surprise. C'est alors qu'ils créèrent les provinces qui allaient devenir l'Angrie, l'Estphalie et la Westphalie de la vieille Saxe.

LES SAXONS SEMBLENT AVOIR PRATIQUÉ UNE FORME DE PAGANISME GERMANIQUE INCLUANT LA VÉNÉRATION D'UN PILIER SACRÉ.

Le peu d'informations disponibles sur la culture et la religion saxonnes n'apportent guère d'éclaircissements non plus. Leur religion n'avait pas d'écriture ou de liturgie écrite et tout ce que l'on sait de leurs traditions provient d'auteurs chrétiens postérieurs. Ils semblent avoir pratiqué une forme de paganisme germanique incluant la vénération d'un pilier sacré connu sous le nom d'Irminsul, qui pourrait avoir symbolisé l'Arbre du Monde (célèbre dans la religion nordique). Leur dieu principal était Wotan (Odin) et leurs pratiques religieuses étaient centrées autour de l'Irminsul érigé dans un bosquet sacré ou autour de rituels pratiqués dans des bosquets dépourvus de pilier. Selon l'écrivain Roger Collins, l'Irminsul était 'directement associé à la victoire militaire et à la conquête' et servait à rallier les Saxons en vue de possibles campagnes guerrières (281).

Supprimer la pub
Advertisement

L'organisation sociale saxonne était structurée par la religion sous la forme d'une hiérarchie comprenant les nobles au sommet, les hommes libres, les classes inférieures et les esclaves, en fonction de la croyance en des divinités supérieures, moyennes et inférieures. La loi saxonne interdisait les mariages interclasses, mais les trois classes étaient pleinement représentées lors des réunions du conseil et avaient leur mot à dire dans les décisions juridiques et la mise en place de la législation.

Des sacrifices étaient régulièrement offerts aux dieux et chaque année, des fêtes étaient organisées à des dates qui seront plus tard christianisées - comme le 25 décembre, alors célébré sous le nom de Yule - et incluaient la tradition de la décoration des arbres et de l'échange de cadeaux. L'Irminsul semble avoir été considéré comme reliant le monde souterrain à la terre et aux cieux. Il était donc honoré en tant que symbole de la portée universelle des dieux et de leur lien avec l'humanité.

Migration, piraterie et le narratif d'invasion

Les Saxons, comme beaucoup d'autres peuples, furent affectés par les changements sociopolitiques et les déplacements de population de ce que l'on appelle l'ère des migrations (ou période des migrations) du IVᵉ au VIᵉ siècle. Durant cette période, l'Empire romain d'Occident était en déclin et les populations autrefois sédentaires, telles que les Alains, les Alamans, les Goths, les Huns, les Slaves et d'autres, entrèrent en conflit les unes avec les autres et avec les communautés romaines alors qu'elles tentaient de fuir les forces d'invasion, de maintenir leur identité culturelle dans un nouveau pays et de trouver des régions sûres dotées de ressources suffisantes pour y établir des communautés.

Supprimer la pub
Advertisement

Migration Period in Europe During the 4th & 5th Century
Les migrations en Europe au cours des IVe et Ve siècles
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

Beaucoup de ces groupes, entre autres les Saxons, avaient auparavant été alliés avec Rome, fournissant des soldats en tant que mercenaires dans l'armée romaine. Certains d'entre eux avaient déjà migré vers la côte de la Gaule. À cette époque, d'autres Saxons se livraient depuis longtemps à la piraterie, avec les Francs et les Frisons, à partir de bases situées le long des côtes de la mer du Nord. Ces pirates attaquaient régulièrement les côtes de la Gaule et de l'île de Bretagne. Selon certains chercheurs, les Bretons avaient construit des forts pour se protéger de ces attaques, mais cette hypothèse a depuis été réfutée. En effet, il semble aujourd'hui que ces structures, interprétées de façon erronée comme des forts aient plus probablement été des centres de commerce, et, selon toute probabilité, la véritable cible des raids saxons.

Rome envoya à plusieurs reprises des forces contre ces pirates, car la Bretagne était une province romaine depuis l'an 43 de notre ère et les intérêts romains devaient être protégés. Cependant, avec le déclin de leur empire, les Romains se virent contraints de regrouper leurs troupes plus près de chez eux et n'avaient absolument plus les moyens d'en envoyer de nouvelles en Bretagne. Le diplomate et poète gallo-romain Sidoine Apollinaire (de 430 à 485 environ) mentionne dans ses lettres les pirates saxons et leurs raids sur les villes côtières. L'écrivain H. R. Ellis Davidson commente:

Une lettre de Sidoine déplore la coutume cruelle des pirates saxons, qui sacrifiaient un prisonnier sur dix au dieu de la mer en guise de remerciement pour une expédition réussie. Il admet cependant qu'ils se sentent tenus de pratiquer leur offrande pour l'accomplissement d'un vœu : 'Ces hommes sont astreints par des vœux qui doivent être acquittés au prix d'un certain nombre de victimes. Ils considèrent leur horrible massacre comme un acte religieux. Ce sacrifice qui pollue leur âme est, à leurs yeux, un sacrifice qui les absout.' (64)

En 367, les coalitions franques et saxonnes avaient intensifié leurs raids, et les sacrifices qui les accompagnaient, le long des côtes bretonnes, tandis qu'au nord du mur d'Hadrien les Pictes, commençaient à faire de plus en plus d'incursions dans la Bretagne romaine. Les Romains s'étaient complètement retirés de Bretagne bien des années avant que Sidoine n'écrive depuis la Gaule, en 410. Les Saxons avaient commencé à établir des colonies permanentes en Bretagne en 429, mais cela ne semble pas avoir mis fin aux raids des pirates saxons sur les ports côtiers. Ce sont peut-être les actions de ces pirates qui conduisirent les historiens médiévaux ultérieurs à élaborer leurs récits d'une invasion saxonne de la Bretagne.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

La migration saxonne a été décrite comme une invasion en raison des travaux des historiens Gildas (500-570), Bède le vénérable (672-735) et Nennius (IXᵉ siècle), ces deux derniers se basant sur les travaux du premier. Gildas décrit les Saxons comme des sauvages invités en Bretagne par ses rois pour combattre les Pictes après le départ des Romains et qui se sont ensuite retournés contre leurs hôtes. Les Saxons auraient ensuite ravagé le pays jusqu'à ce qu'ils soient vaincus par le héros Ambrosius Aurelianus à la bataille du Mont Badon vers 460. Bède développe la version des événements de Gildas, et Nennius ajoute le détail de la trahison du roi Vortigern par les Saxons et leur défaite du Mont Badon aux mains du chef de guerre Arthur, personnage qui évoluerait plus tard jusqu'à devenir le légendaire roi Arthur, héros des Bretons.

Vortigern & Merlin
Vortigern et Merlin
PKM (Public Domain)

Les études modernes tendent à remettre en cause le narratif d'une invasion saxonne, car il semble de plus en plus certain que les Saxons, les Angles, les Frisons, les Jutes et les Britanniques aient vécu ensemble en Bretagne et se soient livrés à des échanges commerciaux mutuellement bénéfiques. Comme on l'a vu, les 'forts' que l'on croyait construits dans un but de défense contre les Saxons étaient probablement des centres de commerce, et des fouilles archéologiques ont révélé des échanges pacifiques à l'intérieur des terres entre les Saxons et d'autres peuples qui semblent avoir vécu en bonne intelligence avec eux.

Selon les Chroniques anglo-saxonnes, le chef saxon Cerdic de Wessex et son fils Cynric arrivèrent en Bretagne en 495, vainquirent les forces galloises puis bretonnes et fondèrent le royaume des Saxons de l'Ouest (Wessex). Cerdic est reconnu comme le premier roi de cette région, et de nombreuses généalogies ultérieures de la monarchie anglaise l'ont revendiqué comme leur ancêtre. Les chercheurs modernes ont toutefois remis en question l'interprétation traditionnelle de Cerdic en tant que chef saxon, notant que son nom est breton et qu'il était très probablement un comte breton qui s'était réfugié chez les Saxons, avait appris leur langue et était revenu en 495 pour revendiquer un royaume perdu. L'interprétation de Cerdic en tant qu'un des chefs, ou chef unique, d'une invasion saxonne de la Bretagne a été en grande partie réfutée.

Qui qu'ait pu être Cerdic, il établit l'un des royaumes anglo-saxons les plus dynamiques du pays. Les Anglo-Saxons avaient d'abord débarqué dans le Kent et s'y étaient établis avant de s'installer dans d'autres régions avec leurs propres gouvernements. Dans le Wessex, seul un homme en mesure de prouver qu'il descendait de Cerdic pouvait prétendre à la royauté, et ce depuis l'époque de son fils Cynric jusqu'au règne d'Alfred le Grand.

Alfred the Great Statue, Winchester
Statue d'Alfred le Grand, Winchester
Odejea (CC BY-NC-SA)

Alfred vainquit les Vikings, d'abord à Eddington en 878, puis à Londres en 886, et devint le roi des Anglo-Saxons, gouvernant toutes les régions qui avaient échappé à l'emprise des Danois. Il unifia son royaume grâce à son code juridique, à la modernisation des infrastructures, à des accords commerciaux et à des programmes éducatifs. Son petit-fils, Aethelstan (r. de 927 à 939), poursuivit sa politique en tant que premier roi d'Angleterre, régnant sur un peuple diversifié mais uni.

La guerre des Saxons

Sur le continent, cependant, la situation était différente: les Francs montaient en puissance et les Saxons résistaient aux efforts d'assimilation. Charlemagne, en tant que roi des Francs (r. de 768 à 814), puis roi des Francs et des Lombards (r. de 774 à 814), et enfin en tant qu'empereur romain germanique (r. de 800 à 814), ne se souciait guère de diversité, mais seulement d'unité. Peu après être devenu roi des Francs, il lança une campagne militaire contre les Saxons en 772 dans le but d'éradiquer le paganisme germanique et de convertir la Saxe au christianisme. Sous prétexte que des Saxons avaient brûlé une église, Charlemagne envahit la Westphalie et fit abattre l'Irminsul afin de briser l'esprit de résistance des Saxons. Il pilla ensuite le sanctuaire associé à l'Irminsul et massacra les Saxons qui se trouvaient sur son chemin.

La guerre des Saxons fit rage, par intermittence, pendant plus de 30 ans, Charlemagne revendiquant des victoires que les Saxons refusaient de lui reconnaître. En 777, un chef de guerre saxon nommé Widukind négocia avec le roi Sigfried du Danemark pour permettre aux réfugiés saxons d'entrer dans son royaume, ce que Charlemagne interpréta comme un défi à son autorité, et les hostilités reprirent. En 782, il ordonna l'exécution de 4 500 Saxons (massacre de Verden) pour briser leur volonté et les forcer à renoncer à leurs traditions, à accepter le christianisme et à se soumettre à la domination franque, mais ils continuèrent à résister. Widukind disparaît de l'histoire après 785, et aucun autre chef digne d'intérêt ne le remplace.

Charlemagne and the Carolingian Empire c. 814
Charlemagne et l'empire carolingien c. 814
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

En 798, Charlemagne mit fin à toute migration saxonne en direction du Danemark et continua de faire pression sur les Saxons pour qu'ils se soumettent à son autorité. Devant leur résistance, il abandonna sa politique habituelle et, en 804, fit déporter 10 000 Saxons en Neustrie, les remplaçant en Saxe par des Francs, mettant ainsi fin à la guerre des Saxons. Les Saxons du Danemark, de Neustrie et ceux restés en Saxe s'assimilèrent alors au reste de la population.

Conclusion

L'île de Bretagne s'est christianisée à partir de 597 avec l'arrivée de Saint Augustin de Canterbury et la conversion de la cour du Kent, mais les traditions religieuses anglo-saxonnes, telles que la célébration de la fête de Yule, se sont maintenues, tout comme les croyances populaires, transmises par le biais de récits qui sont depuis devenus des contes et des légendes, et qui ont servi de point de départ au développement de la littérature anglaise. La plus ancienne épopée littéraire européenne, Beowulf, est une œuvre anglo-saxonne, tout comme d'autres œuvres célèbres de la littérature médiévale, telles que l'Hymne de Caedmon. La tradition littéraire établie par ces œuvres a été développée plus tard par des écrivains tels que Geoffroy Chaucer et William Shakespeare.

Les contributions anglo-saxonnes à la culture vont du droit des contrats et de la propriété au procès par jury, en passant par la construction de maisons, le développement de l'armement et des armures (comme le démontre le célèbre bateau funéraire de Sutton Hoo), et bien d'autres encore. malheureusement, le terme 'anglo-saxon' a été dénaturé à l'époque moderne par des membres d'organisations d'extrême droite prônant la suprématie de la race blanche. Il convient de rappeler qu'au moment où les Saxons entrent dans l'histoire, la civilisation de la vallée de l'Indus et celles de la Mésopotamie et de l'Égypte s'étaient déjà développées et effondrées plus d'un millier d'années auparavant. L'héritage des Saxons et des Anglo-Saxons a exercé et continue d'exercer une influence vitale sur la culture mondiale, mais il doit être compris dans le contexte de l'histoire mondiale, et pas seulement européenne.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Qui étaient les Saxons ?

Les Saxons étaient un peuple germanique qui habitait la région de l'Allemagne actuelle située sur les côtes de la mer du Nord.

Quelle est la différence entre les Saxons et les Anglo-Saxons ?

Le terme Anglo-Saxon se rapporte aux Saxons ayant migré depuis la Germanie vers l'ile de Bretagne aux Vᵉ et VIᵉ siècles. Il n'a commencé à être utilisé qu'après 1066, afin d'établir une différence entre les Saxons du continent et ceux de Bretagne. Le terme de Saxons se rapporte à ceux qui sont restés dans la Saxe, en Germanie.

Que sont devenus les Saxons restés en Germanie ?

Les Saxons de Germanie furent vaincus par Charlemagne, empereur des Francs, en l'an 804 et furent par la suite assimilés à la population générale de la contrée.

Que sont devenus les Anglo-Saxons de Bretagne ?

Les Anglo-Saxons de Bretagne trouvèrent leur unité sous la bannière d'Alfred le Grand (r. de 871 à 899) et se sont assimilés aux Bretons ainsi qu'aux autres peuplades.

Traducteur

Yves Palisse
Linguiste passionné d'Histoire, Yves P Palisse est un traducteur indépendant possédant des années d’expérience dans les domaines de la traduction, de l’analyse des médias et du service à la clientèle. Après avoir beaucoup voyagé dans toute l'Europe, Il a fini par poser ses bagages à londres en 1999. Il a une passion pour les sciences humaines, le droit et la justice sociale.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2023, juin 15). Saxons [The Saxons]. (Y. Palisse, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-13480/saxons/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Saxons." Traduit par Yves Palisse. World History Encyclopedia. modifié le juin 15, 2023. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-13480/saxons/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Saxons." Traduit par Yves Palisse. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 15 juin 2023. Web. 19 avril 2024.

Adhésion