Écriture Scripte

Coûts du serveur Collecte de fonds 2024

Aidez-nous dans notre mission de fournir un enseignement gratuit de l'histoire au monde entier ! Faites un don et contribuez à couvrir les coûts de notre serveur en 2024. Grâce à votre soutien, des millions de personnes apprennent l'histoire entièrement gratuitement chaque mois.
$3680 / $18000

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Caroline Martin
publié le 30 janvier 2023
Disponible dans ces autres langues: anglais, portugais, espagnol, Turc
X
Cuneiform Writing (by Jan van der Crabben, CC BY-NC-SA)
Écriture cunéiforme
Jan van der Crabben (CC BY-NC-SA)

L'écriture est l'expression écrite d'un langage. Le cunéiforme, la première écriture, fut inventé à Sumer, en Mésopotamie, vers 3500 av. J.-C., les hiéroglyphes quelque temps avant le début de la période dynastique en Égypte (environ 3150-2613 av. J.-C.), et le sanskrit (ou sanscrit) en Inde pendant la période védique (environ 1500 à environ 500 av. J.-C.). L'écriture fut ensuite adoptée par d'autres cultures, ce qui permit le développement de la civilisation.

La période précédant l'invention de l'écriture est connue sous le nom de préhistoire, lorsqu'il n'existait aucune trace écrite de la pensée et de l'action humaines. Les archéologues reconstituent cette époque à l'aide de preuves matérielles telles que des objets funéraires, des sites comme le village de Banpo en Chine ou Skara Brae en Écosse, des images sur les parois des grottes et d'anciennes décharges. Après l'invention de l'écriture, l'histoire écrite d'une civilisation devint disponible afin de compléter et de clarifier la façon dont les gens vivaient et pensaient, et c'est ce qui fournit au monde moderne son histoire.

Supprimer la pub
Publicité

L'écriture passa de systèmes d'écriture simples à des systèmes plus complexes :

  • pictographique (un symbole pour un objet, un mot ou une phrase)
  • Idéographique (un symbole pour un objet ou un concept tel que le signe % pour le pourcentage)
  • Logographique (un symbole pour un mot ou une phrase entière)
  • Phonographique (un symbole représentant un son)
  • Alphabétique (moins de 100 symboles (des lettres) utilisés pour former des mots représentant des objets et des concepts).

Les trois dernières catégories sont encore utilisées aujourd'hui dans les langues écrites, comme le chinois (logographique), le russe (phonographique) et le français (alphabétique). Les spécialistes continuent de débattre pour savoir si c'est la Mésopotamie, l'Égypte ou la civilisation de la vallée de l'Indus qui inventa l'écriture, mais on considère généralement qu'elle vit le jour à Sumer. Une fois inventée, l'écriture fut développée par d'autres civilisations pour la communication, la tenue d'archives liées au commerce et la croyance religieuse, mais, avec le temps, elle finit par préserver tous les aspects de la condition humaine.

La Mésopotamie et la Naissance de l'Écriture

L'ÉCRITURE fut INVENTÉE À SUMER VERS 3500 AV. JC ET FUT RÉVISÉE VERS 3200 AV. JC DANS LA VILLE D'URUK.

L'écriture fut inventée à Sumer vers 3500 av. J.-C. et fut révisée vers 3200 av. J.-C. dans la ville d'Uruk. Bien que les peuples de la civilisation de la vallée de l'Indus (environ 7000-600 av. J.-C.) soient parfois cités comme les premiers, l'écriture de l'Indus n'a pas été déchiffrée, et les premières inscriptions sont datées du milieu ou de la fin de la période Harappan précoce (environ 5500-2800 av. J.-C.), après environ 3500 av. J.-C. À cette époque, l'écriture proto-cunéiforme avait déjà été inventée en Mésopotamie, ainsi que les tampons d'impression connus sous le nom de sceaux cylindriques, datant d'environ 7600-6000 av. J.-C. Le chercheur Stephen Bertman commente l'origine de l'écriture en Mésopotamie :

Supprimer la pub
Publicité

Aussi vaste et impressionnant qu'ait été son impact, les origines de l'écriture étaient simples et humbles. La terre elle-même était son lieu de naissance : l'argile trouvée le long des rivières était façonnée dans les mains pour former de petites tablettes en forme de coussin sur lesquelles on écrivait, tandis que les roseaux qui poussaient sur les berges des rivières devenaient des outils. Avec les parties supérieure et inférieure de la tige soigneusement coupées, le roseau devenait un stylet et acquérait une section transversale triangulaire qui pouvait être pressée dans l'argile molle. Les entailles en forme de coin ont plus tard donné un nom à ce style d'écriture, « cunéiforme », du mot latin « cuneus » pour coin. (144)

L'écriture fut inventée pour répondre aux besoins nés du commerce dans l'ancienne Mésopotamie, comme le note Bertman :

Une chose est presque certaine : la nécessité était la mère de l'invention. À mesure que chaque culture devenait économiquement et politiquement complexe vers le quatrième millénaire av. JC, l'écriture a été conçue comme un moyen de conserver des documents. Chaque nation a trouvé dans son propre environnement naturel les matières premières dont elle avait besoin pour s'alphabétiser. (144)

En Mésopotamie, cette évolution débuta à la période d'Uruk (4100-2900 av. J.-C.) et elle se développa pleinement au début de la période dynastique (2900-2334 av. J.-C.). L'eduba (ou edubba – « La Maison des tablettes ») était l'école de scribes où l'écriture était enseignée et affinée de sorte que, vers 2600 av. J.-C., une littérature fut produite et les activités de la vie quotidienne furent enregistrées. Les Instructions de Shuruppak, le plus ancien texte philosophique du monde, sont généralement datées d'environ 2000 av. J.-C. mais pourraient être aussi anciennes que 2600 av. J.-C. et la première apparition du héros-roi Gilgamesh date d'environ 2150 av. J.-C.

Supprimer la pub
Publicité

The Instructions of Shuruppag
Les instructions de Shuruppak
Daderot (Public Domain)

Au fur et à mesure que l'écriture se développa en tant qu'artisanat, elle nécessita sa propre divinité protectrice, d'abord envisagée comme la déesse sumérienne Nisaba et, plus tard, le dieu babylonien Nabu. Ces divinités, comme celles d'autres civilisations, étaient censées inspirer aux scribes la capacité de saisir des concepts dans l'écriture et de les préserver pour que les générations futures puissent en tirer des enseignements. La capacité d'écrire et de lire l'écriture, dans n'importe quelle culture, était hautement considérée et les œuvres connues aujourd'hui sous le nom de littérature étaient régulièrement attribuées à l'inspiration et aux conseils divins, comme l'a noté l'érudit Will Durant :

La littérature est d'abord constituée de mots plutôt que des lettres, malgré son nom ; elle naît sous forme de chants cléricaux ou de charmes magiques, récités généralement par des prêtres, et transmis oralement de mémoire en mémoire. Carmina, le nom que les Romains donnaient à la poésie, désignait à la fois des vers et des charmes ; ode, chez les Grecs, signifiait à l'origine une formule magique ; il en était de même pour rune et lay en anglais, et lied en allemand. Un rythme et une mesure, suggérés peut-être par les rythmes de la nature et de la vie corporelle, ont apparemment été développés par les magiciens ou les chamans pour préserver, transmettre et renforcer les incantations magiques de leurs vers. À partir de ces origines sacerdotales, le poète, l'orateur et l'historien ont été différenciés et sécularisés : l'orateur en tant que laudateur officiel du roi ou solliciteur de la divinité ; l'historien en tant qu'enregistreur des actes royaux ; le poète en tant que chanteur de chants originellement sacrés, l’écrivain qui met en forme et préserve les légendes héroïques, et le musicien qui met ses contes en musique pour l'instruction de la populace et des rois. (77

La scribe mésopotamienne la plus connue pour ses œuvres littéraires fut la grande prêtresse Enheduanna (v. 2285-2250 av. J.-C.), fille de Sargon d'Akkad (Sargon le Grand, r. de 2334 à 2279 av. J.-C.), le premier auteur au monde connu par son nom. À l'origine, l'écriture cunéiforme était utilisée pour écrire la langue sumérienne, mais pendant et après la période akkadienne (2334-2218 av. J.-C.), elle fonctionna aussi bien pour écrire l'akkadien et, plus tard, les autres langues des civilisations mésopotamiennes.

Les Hiéroglyphes Égyptiens

Ce même paradigme du développement de l'écriture se retrouve dans d'autres cultures anciennes. Dans l'Égypte ancienne, elle fut inventée pour transmettre des informations sur les marchandises dans le cadre d'échanges commerciaux à longue distance. La première écriture pictographique date de la période prédynastique en Égypte (environ 6000 à environ 3150 av. J.-C.) et elle se transforma en écriture hiéroglyphique au début de la période dynastique, comme en témoignent les listes d'offrandes trouvées dans les tombes.

Supprimer la pub
Publicité

Egyptian Hieroglyphics
Hiéroglyphes égyptiens
Jan van der Crabben (CC BY-NC-SA)

Comme en Mésopotamie, les Égyptiens attribuaient aux dieux le don de l'écriture, et leurs divinités littéraires étaient Thot et Seshat. Seshat non seulement inspirait les scribes égyptiens mais elle conservait leurs œuvres dans une bibliothèque céleste où elles étaient censées être préservées pour l'éternité, encourageant la croyance en l'écriture comme moyen d'immortalité. L'espoir d'une vie éternelle grâce à son travail n'était cependant ouvert qu'au scribe qui écrivait dans l'esprit de la vérité ou, en d'autres termes, qui était informé sur le sujet et dont le travail encourageait la reconnaissance des valeurs culturelles. La spécialiste Margaret Bunson commente :

[Dans l'Égypte ancienne, Thot créait l'écriture], il était considéré comme un expert en magie et il devint le patron de tous les scribes de la nation. Thoth apparaît dans les légendes d'Horus et il a été dépeint à chaque époque comme le dieu qui « aimait la vérité et détestait l'abomination ». (Bunson, 264)

Avant que les scribes égyptiens ne puissent écrire quoi que ce soit, ils avaient besoin de quelque chose sur et avec quoi écrire. Les premiers pictogrammes égyptiens furent gravés sur des rochers et peints dans les tombes, et les premiers hiéroglyphes ont suivi le même schéma, jusqu'à l'invention d'autres matériaux. Bertman note :

À peu près au même moment de l'histoire [lorsque les Sumériens ont créé l'écriture], l'écriture a été inventée dans la vallée du Nil. Les Égyptiens y ont utilisé une plante qui poussait en abondance sur les rives du fleuve, le papyrus. À partir de sa pulpe fibreuse, martelée à plat et séchée au soleil, ils ont fabriqué le premier papier du monde. En effet, notre mot « papier » vient de l'ancien mot « papyrus ». À partir des fibres lâches situées à l'extrémité des tiges de la plante, les Égyptiens ont fabriqué des brosses qu'ils utilisaient pour appliquer l'encre sur le papier. (144)

À l'origine, l'écriture était utilisée pour rédiger des listes d'offrandes, un inventaire de ce qui était dû au défunt, inscrit sur les murs de sa tombe. Ces listes pouvaient devenir assez longues et comprenaient souvent des détails sur la vie de la personne et une prière pour les offrandes. Ces premières listes inspirèrent les premières œuvres écrites sur papyrus - prières et autobiographies - qui allaient devenir la littérature égyptienne. Les œuvres des scribes égyptiens étaient à la fois fictionnelles et non fictionnelles, religieuses et profanes, mais tout ce qu'ils écrivaient était censé représenter la vérité de leur sujet. L'écriture était un art sacré en Égypte, et leur script était connu sous le nom de medu-netjer (« les mots des dieux »), traduit par les Grecs comme hiéroglyphes (« gravures sacrées »).

Supprimer la pub
Publicité

Écritures Chinoises et Sanskrit

L'association du scribe avec la vérité, l'écriture comme révélateur et conservateur de la vérité, était une constante dans d'autres cultures également. En Chine, l'écriture la plus ancienne apparaît sous la dynastie Shang (1600-1046 av. J.-C.) vers l'an 1200 av. J.-C. à travers l'utilisation d'os oraclulaires dans la pratique de la divination. Des questions, sous forme de pictogrammes, étaient gravées dans la carapace d'une tortue ou dans l'os d'un animal, et cet objet était ensuite exposé à une chaleur intense. Les fissures qui en résultaient dans la carapace ou l'os fournissaient au devin une réponse à la question posée.

Chinese Oracle Bone
Os Oraculaire Chinois
BabelStone (CC BY-SA)

Cette réponse, cependant, ne provenait pas du devin mortel mais du royaume divin et était donc une vérité reconnaissable. Depuis ce début, l'écriture évolua pour devenir l'expression écrite de la langue parlée de la Chine. Les quatre premières écritures chinoises étaient les suivantes :

  • Jiaguwen (appelée aussi écriture ossécaille) - pictographique (utilisée sur les os d'oracle)
  • Dazhuan - pictographique mais plus raffinée, développée vers 1000-700 av. J.-C., également connue sous le nom d'écriture du grand sceau ou grand sigillaire.
  • Xiaozhuan - logographique, développée vers 700 av. J.-C., également connue sous le nom d'écriture du petit sceau ou petit sigillaire.
  • Lishu - écriture logographique, développée vers 500 av. J.-C., également connue sous le nom de style des scribes car elle était utilisée par les bureaucrates du gouvernement.

Parmi les écritures ultérieures, citons le Kaishu, le Xingshu et le Caoshu, toutes développées sous la dynastie Qin (221-206 av. J.-C.) et la dynastie Han (206 av. J.-C.-220 ap. J.-C.). Comme en Égypte et en Mésopotamie, on attendait des scribes chinois qu'ils représentent la vérité dans leurs écrits, ce qui impliquait qu'ils soient informés sur le sujet traité. Ainsi, dans toutes les cultures, un scribe était non seulement alphabétisé mais aussi très instruit. L'écriture chinoise fut adoptée par le Japon, la Corée, le Vietnam et les Khitan de Mongolie, et elle inspira l'écriture Tangut du Tibet. L'écriture se répandit, tout comme le concept du scribe éduqué et informé.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

L'écriture en tant que représentation de la vérité et inspirée par les dieux est résumée dans le Rig-Veda, la plus ancienne des écritures hindoues connues sous le nom de Vedas, de la période védique. L'écriture sanskrite se développa en Inde par l'intermédiaire des Indo-aryens (Aryen signifiant « libre » ou « noble » et n'ayant rien à voir avec la race) et les Vedas - considérés comme les véritables mots de l'univers - furent transmis par tradition orale avant d'être mis par écrit à partir de 1500 av. J.-C.

The Vedas (Rig-veda)
Les Védas (Rig-veda)
BernardM (CC BY-SA)

Le Rig-Veda, composé de 10 livres d'hymnes, aborde les questions philosophiques fondamentales de l'existence humaine, notamment « Quelle est la source de la vie ? » et « Comment le monde a-t-il été créé ? ». Ces questions furent clairement posées, et leurs réponses débattues, pendant un certain temps avant la période védique, mais une fois que l'écriture s'était développée, l'œuvre écrite put être référencée, et d'autres furent ensuite créées comme des commentaires. C'est ainsi que les autres Vedas furent rédigés, ainsi que leurs commentaires ultérieurs. Le sanskrit permit également la codification des croyances de Charvaka, du jaïnisme et du bouddhisme.

Phénicie, Grèce et Rome

Les Grecs anciens utilisèrent également très tôt l'écriture pour préserver leurs croyances religieuses. Le texte connu sous le nom de La Salle des Tablettes du Chariot, la plus ancienne œuvre connue écrite en caractères linéaires B, date d'environ 1400-1200 av. J.-C., pendant la période de la civilisation mycénienne (environ 1700-1100 av. J.-C.). L'autre écriture grecque ancienne, l'écriture linéaire A, reste indéchiffrée. La Salle des Tablettes du Chariot, bien que n'étant pas strictement un texte religieux, énumère de nombreuses divinités qui apparaissent dans le Panthéon grec de la dernière période classique.

Linear B Clay Tablet
Tablette d'argile en linéaire B
vintagedept (CC BY)

L'alphabet phénicien, développé vers 1100 av. J.-C., fut adopté par les Grecs aux 9e-8e siècles av. J.-C. et il remplaça l'écriture linéaire B. L'Iliade et L'Odyssée d'Homère ainsi que Les Travaux et Les Jours et Théogonie d'Hésiode, tous datés du 8e siècle av. J.-C., ont été écrits dans l'alphabet grec inspiré du système phénicien. Selon Hérodote (vécu vers 484-425-413 av. J.-C.), l'alphabet fut introduit en Grèce par le Phénicien Cadmus, connu comme l'un des premiers héros grecs et fondateur légendaire de Thèbes:

Les Phéniciens qui sont venus en Grèce avec Cadmus... ont fini par vivre dans ce pays et ils ont fait découvrir aux Grecs un certain nombre de réalisations, notamment l'alphabet, que les Grecs n'avaient pas, pour autant que je sache, avant cette époque. Au début, les lettres qu'ils utilisaient étaient les mêmes que celles de tous les Phéniciens partout dans le monde, mais au fil du temps, en même temps que le son, ils ont changé la façon d'écrire les lettres aussi. (V.58, Waterfield, 324)

L'écriture alphabétique grecque se développa à peu près à la même époque que l'écriture étrusque et ces deux systèmes, ainsi que le système phénicien, influencèrent l'écriture latine de Rome. Bien qu'il n'y ait aucun lien entre le latin et l'écriture cunéiforme de l'ancienne Mésopotamie, le concept de représentation de la langue par l'écriture se répandit de Sumer à la Méditerranée antique et, dans d'autres régions (comme l'Afrique, l'Asie et la Méso-Amérique), il se développa de lui-même. L'écriture latine servit le même objectif que le sanskrit ou le cunéiforme, comme le note Durant :

Comme le commerce reliait des tribus de langues diverses, un mode d'enregistrement et de communication mutuellement intelligible devenait souhaitable. Les chiffres ont été probablement parmi les premiers symboles écrits, prenant généralement la forme de marques parallèles représentant des doigts ; ainsi le mot anglais digit est traduisible aussi bien par chiffre que par doigt. Des mots comme cinq, l'allemand funf et le grec pente remontent à une racine signifiant la main ; ainsi, les chiffres romains indiquaient les doigts, le « V » représentait une main ouverte et le « X » était simplement deux « V » reliés par leurs points. L'écriture était à ses débuts une forme de dessin, un art. (76).

Cet art de l'écriture donna naissance à certains des textes les plus significatifs de l'histoire du monde. De L'Épopée de Gilgamesh à Hymne à Inanna de Enheduanna, en passant par Le Livre des Morts des égyptiens, Les Entretiens de Confucius, Le Mahabharata et La Bhagavad-Gita, L'Énéide de Virgile, ainsi que les accords commerciaux, la correspondance et d'autres ouvrages rédigés par les peuples de Mésopotamie, d'Égypte, de Chine, de Grèce, d'Inde, de Rome et de toutes les autres cultures du monde antique, l'écriture permit non seulement la communication, mais aussi la préservation ; et la préservation du passé a établi la culture de chacun.

Conclusion

L'écriture sert à communiquer les aspects les plus profonds, mais aussi les plus pratiques, de la condition humaine. Du simple besoin de communiquer à distance, les systèmes d'écriture sont devenus le moyen par lequel les gens ont préservé les connaissances du passé, les grandes avancées, les déceptions et les désastres, offrant à ceux qui sont dans le présent la possibilité d'apprendre du passé en lisant sur des événements antérieurs et en écoutant des voix plus anciennes, comme le note Bertman :

L'invention de l'écriture a été l'une des plus grandes réalisations de la Mésopotamie. Elle a facilité l'organisation et la gestion de la société et elle a servi d'instrument principal pour la création d'une civilisation complexe. Finalement, elle est devenue le moyen par lequel l'expérience et la sagesse collectives du peuple ont été transmises de génération en génération. Bien que les langues et les écritures de la Mésopotamie aient fini par disparaître, l'invention de l'écriture a constitué son héritage le plus durable pour le monde moderne. (144)

Un système d'écriture est cité comme l'un des cinq facteurs nécessaires au développement de la civilisation. Bien qu'elle soit souvent considérée comme allant de soi de nos jours, l'écriture fut vitale pour le progrès de l'humanité en fournissant aux gens un passé dont ils peuvent tirer des enseignements et sur lequel ils peuvent s'appuyer, tout en introduisant et en préservant des concepts totalement nouveaux ou en explorant des questions qui se posent depuis des millénaires. Depuis les tablettes d'argile et les roseaux de Mésopotamie jusqu'au courrier électronique et aux livres numériques d'aujourd'hui, l'écriture permet de communiquer des pensées avec des personnes que l'on ne rencontrera peut-être jamais, sur des distances et dans des lieux que les auteurs eux-mêmes ne verront peut-être jamais. Pour les peuples de l'Antiquité, il s'agissait d'un don des dieux à respecter et, pour beaucoup de gens aujourd'hui, il en est toujours ainsi.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Qu'est-ce que l'écriture et pourquoi est-elle importante ?

L'écriture est l'expression écrite d'un langage. Elle est importante car elle a permis le développement de la civilisation.

Quelle est l'écriture la plus ancienne du monde ?

La plus ancienne écriture au monde est l’écriture cunéiforme, inventée à Sumer, en Mésopotamie, vers 3500 av. JC et révisée dans la ville sumérienne d'Uruk vers 3200 av. JC.

Pourquoi l'écriture a-t-elle été inventée ?

L'écriture a été inventée pour permettre la communication dans les échanges commerciaux à longue distance.

Comment l'écriture s'est-elle répandue dans le monde antique ?

L'écriture s'est répandue par le biais du commerce. Il n'y a pas de corrélation directe entre l'écriture cunéiforme et les autres, mais le concept d'un système d'écriture s'est répandu du Proche-Orient vers d'autres cultures qui l'ont adopté.

Traducteur

Caroline Martin
Française, ayant vécu au Royaume Uni pendant 20 ans, Caroline Martin est totalement bilingue. Lectrice passionnée depuis son plus jeune âge, elle a développé un amour de l'histoire qui remonte a ses années sur les bancs de l’école. Elle s'intéresse maintenant beaucoup à l'histoire en général et à la géopolitique.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2023, janvier 30). Écriture Scripte [Script]. (C. Martin, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-71/ecriture-scripte/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Écriture Scripte." Traduit par Caroline Martin. World History Encyclopedia. modifié le janvier 30, 2023. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-71/ecriture-scripte/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Écriture Scripte." Traduit par Caroline Martin. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 30 janv. 2023. Web. 23 juil. 2024.

Adhésion