À la Découverte des Trésors Archéologiques de la Crète Occidentale

Article

Carole Raddato
par , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié sur 29 mai 2019
X
translations icon
Disponible dans d'autres langues: Anglais

Berceau de la civilisation européenne et lieu de rencontre de diverses cultures, la Crète est une île magique qui se distingue des autres au cœur de la Méditerranée. Sa place prépondérante dans l'histoire mondiale remonte à la mystérieuse et fascinante civilisation de l'âge du bronze des Minoens qui construisaient de somptueux palais en forme de labyrinthe à l'époque où Athènes n'était qu'un village. Dans l'Odyssée, Homère décrit la Crète comme une terre riche, peuplée d'innombrables personnes parlant plusieurs langues. La situation de cette île montagneuse, au carrefour de trois continents, fut un avant-poste naturel pour les envahisseurs successifs, notamment les Grecs, les Romains, les Vénitiens et les Ottomans, qui laissèrent tous leur empreinte sur la culture crétoise.

Minoan 'Ladies in Blue' Fresco

Les vestiges du passé extraordinaire de la Crète sont disséminés sur toute l'île. Aujourd'hui, les voyageurs viennent explorer et découvrir non seulement son histoire vieille de cinq millénaires, mais aussi son extraordinaire beauté naturelle et sa diversité. Au cours de mon voyage à travers le paysage crétois, j'ai visité les sites antiques les plus importants, dont les célèbres palais minoens, mais je me suis également éloigné des sentiers battus pour explorer des vestiges archéologiques moins connus. Dans cette visite de l'ouest de la Crète, je vous invite à plonger dans la longue et riche histoire de cette île fascinante.

La civilisation minoenne apparut sur l'île de Crète au début de l'âge du bronze, à la fin du troisième et au début du deuxième millénaire avant notre ère. Elle prospéra de 2000 à 1500 avant notre ère grâce à l'établissement de centres, appelés "palais" par les archéologues modernes, qui concentraient les pouvoirs politiques et économiques, ainsi que les activités artistiques. Le rôle religieux joué par les palais dans le culte de la déesse mère est particulièrement important. Ces édifices impressionnants furent construits à Knossos (ou Cnossos) et à Malia dans le nord de l'île, à Phaistos dans le sud et à Zakros dans l'est, tous des sites dotés d'un riche arrière-pays agricole et d'un accès direct aux routes maritimes les plus importantes de l'époque.

La culture minoenne se répandit dans tout le monde méditerranéen oriental et son art et son architecture influencèrent profondément la civilisation mycénienne.

L'archéologue britannique Sir Arthur Evans découvrit le premier de ces palais à Knossos en 1900 et se basa sur le nom du légendaire roi Minos pour désigner les personnes qui l'avaient construit. C'est le roi Minos qui, selon la tradition, aurait ordonné la construction d'un labyrinthe à Cnossos pour y enfermer le Minotaure, la créature mythique mi-homme, mi-taureau. La culture minoenne se répandit dans tout le monde méditerranéen oriental et son art et son architecture stupéfiants influencèrent profondément la civilisation mycénienne (1600 - 1100 av.J.-C.) qui lui succéda. Après la chute des Mycéniens, la Crète fut gouvernée par diverses cités-états grecques jusqu'à ce que les Romains ne finissent par conquérir l'île en 69 avant notre ère et fassent de Gortyn leur capitale.

Sous la domination romaine, la Crète redevint un centre culturel majeur et devint la province commune de la Crète et de la Cyrénaïque, ainsi qu'un centre du christianisme primitif. Lorsque l'Empire romain se scinda en deux, la Crète fut intégrée à l'empire d'Orient. Elle continua à prospérer pendant l'ère byzantine jusqu'à ce qu'elle ne soit confrontée à des raids arabes répétés et, finalement, à une conquête totale dans les années 820 de notre ère.

Bull’s Head Rhyton from Knossos
Rhyton en forme de tête de taureau, Knossos
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Aujourd'hui, les parties centrale et occidentale de l'île regorgent de trésors archéologiques, notamment les célèbres sites de Knossos, Phaistos et Gortyn, mais aussi Aptera, Falásarna et Eléftherna, qui recèlent tous d'importants vestiges architecturaux, preuves irréfutables de l'histoire longue et variée de la Crète.

Knossos

Le site archéologique de Knossos, situé à seulement 5 kilomètres au sud d'Héraklion, est l'attraction historique la plus célèbre de Crète. Les importantes restaurations effectuées au début du XXe siècle par Evans font revivre les parties les plus significatives du palais et permettent au visiteur d'apprécier l'architecture sophistiquée de ce vaste complexe de bâtiments à plusieurs étages. La légende veut que Knossos ait été la résidence du souverain mythique de Crète, le roi Minos. Les Grecs appelaient le palais de Minos "Labyrinthe" et le décrivaient comme un énorme bâtiment avec d'innombrables pièces et couloirs. Le premier palais de Knossos fut fondé vers 1900 avant notre ère sur les ruines d'un établissement beaucoup plus ancien, mais il fut détruit par un tremblement de terre vers 1700 avant notre ère. Il fut reconstruit à plus grande échelle sur le même site et prospéra pendant la période néopalatiale (1750 - 1430 av. J.-C.).

North Corridor of the Palace of Knossos
Couloir nord du palais de Knossos
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Le palais se composait d'ailes disposées autour d'une cour centrale pavée. L'aile ouest, à deux étages, abritait les réserves, les sanctuaires, la salle du trône et, aux étages supérieurs, les salles de banquet. L'aile est contenait les appartements privés, les ateliers et un sanctuaire. Les bâtiments publics et privés étaient décorés de fresques d'une qualité artistique et artisanale exceptionnelle. Les vestiges que nous voyons aujourd'hui sont principalement ceux du second palais, reconstruit après la destruction de 1700 avant notre ère et occupé, avec une influence mycénienne croissante, jusqu'en 1450 avant notre ère.

La visite du palais commence par la cour ouest qui aurait été une place de marché ou le lieu de rassemblements publics. De là, une promenade le long du couloir de la procession mène aux Propylées sud, partiellement restaurés, décorés de copies de parties de la fresque de la procession représentant quatre personnages masculins (porteurs de cadeaux) portant les vêtements caractéristiques des Minoens.

South Propylon of the Palace of Knossos
Propylée sud du palais de Knossos
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Un grand escalier mène ensuite à l'étage supérieur de l'aile ouest, qu'Evans baptisa Piano Nobile, d'après le terme architectural des palazzi de la Renaissance italienne. De l'étage supérieur, les visiteurs peuvent observer le complexe des Magasins de l'Ouest où étaient entreposés environ 400 pithoi géants (jarres d'argile) qui contenaient autrefois de l'huile et du vin.

Storerooms of the Palace of Knossos
Réserves du palais de Cnossos
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Juste en dessous du Piano Nobile se trouve la Cour centrale du Palais. Située au centre du complexe, cette vaste zone ouverte était idéale pour les célébrations religieuses et même pour les jeux de taureaux. Certaines des parties les plus importantes du palais donnaient directement sur la cour. Sur le côté ouest se trouvait la salle du trône avec son trône en albâtre (considéré comme le plus ancien d'Europe), ses bancs de chaque côté et son bassin en porphyrite. Les murs sont magnifiquement décorés de fresques représentant des griffons, bêtes mythiques considérées comme sacrées par les Minoens. La salle du trône était une chambre construite pour les cérémonies sacrées et faisait partie d'un complexe plus vaste comprenant également une antichambre et une chambre intérieure.

Throne Room at the Palace of Knossos
Salle du trône du palais de Knossos
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

À droite de la salle du trône se trouve une salle à trois sections qu'Evans appela le sanctuaire tripartite. C'est le sanctuaire principal de Knossos où fut trouvée la célèbre statue de la Déesse au serpent.

Minoan Snake Goddess Figurine
Figurine de la Déesse aux serpents minoenne
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

En traversant la cour centrale, le visiteur accède à l'aile Est qui abritait les quartiers royaux. Le point fort de cette aile est le Grand Escalier et les pièces qui se trouvent en dessous. Le Grand Escalier était le plus grand escalier du palais et a été décrit comme l'un des chefs-d'œuvre de l'architecture minoenne. Les deux niveaux inférieurs sont d'origine tandis que les deux niveaux supérieurs ont été restaurés.

Grand Staircase of Knossos
Grand escalier de Knossos
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

En contrebas se trouve le complexe restauré de megara qui a été identifié comme les appartements royaux du palais. Le premier de ces appartements est le Mégaron de la Reine, en grande partie restauré, qui était orné de fresques qui sont aujourd'hui conservées sous forme de copies dans leur position d'origine. La fresque la plus frappante est celle des Dauphins qui ornait la partie supérieure du mur nord. La petite chambre adjacente était la salle de bain de la reine et, à côté, la salle de toilette de la reine.

Queen's Megaron of the Palace of Knossos
Mégaron de la Reine du Palais de Knossos
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Le Mégaron de la Reine est adjacent au Mégaron du Roi, ou Salle des doubles haches, ainsi nommée en raison de la présence de ce symbole sacré sur le mur. La salle des doubles haches était une chambre double avec un espace intérieur et un espace extérieur.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

En se dirigeant vers la partie nord du palais, les visiteurs passent devant la zone des ateliers où les fouilleurs ont trouvé un certain nombre de très grandes jarres de stockage et la maison au chancel qui appartient à la période du nouveau palais (1700 - 1450 avant J.-C.). La section nord est dominée sur son côté ouest par le Propylon nord, qui abrite une copie de la fresque en relief du Taureau chargeant, et par la Salle des piliers, une grande salle dotée d'une série de colonnes et de piliers. À proximité se trouve le bassin lustral nord, entièrement restauré.

Restored West Bastion of Knossos
Bastion ouest restauré de Knossos
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

La dernière section du palais est le "Théâtre". Il s'agit d'une vaste zone pavée s'étendant sur plusieurs niveaux et comportant deux ailes avec des marches basses entourant un niveau pavé. On estime que les gradins pouvaient accueillir 500 spectateurs debout venus assister à des spectacles d'acrobatie et de danse.

Theatral Area & Royal Road of the Palace of Knossos
Zone théâtrale et route royale du palais de Knossos
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

La ville de Knossos s'étendait autour du palais, sur une vaste superficie de quelque 750 000 m², avec des monuments et des bâtiments particulièrement importants, des routes, des cimetières, des ateliers, des carrières et des espaces sacrés. Au nord-est du Grand Palais se trouve la Villa royale, construite sur le versant est de la colline de Knossos. Elle se compose d'un rez-de-chaussée et de deux autres étages, qui subsistent en relativement bon état.

Minoan Royal Villa at Knossos
Villa royale minoenne à Knossos
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Gortyne

Le site archéologique de Gortyne (ou Gortyna), le plus grand de Crète et l'un des plus fascinants, se trouve à 45 kilomètres au sud de Knossos, au milieu de la plaine de Mesara. La ville antique fut un lieu de peuplement important tout au long de l'Antiquité et devint la capitale de la province romaine de Crète et Cyrénaïque à la fin du 1er siècle avant notre ère. Selon la tradition, c'est là que Zeus, sous la forme d'un taureau, ramena la princesse Europe de son pays, la Phénicie. Homère mentionne Gortyne dans l'Iliade comme "ayant des murs" et dans l'Odyssée comme l'endroit où Ménélas et sa flotte de navires, revenant de la guerre de Troie, furent détournés de leur route vers le littoral crétois. De nos jours, Gortyne est particulièrement connue pour son code juridique, la plus longue inscription grecque ancienne encore existante en Grèce.

Gortyn, Crete
Gortyne, Crète
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Les ruines de Gortyne s'étendent sur une zone carrée de deux kilomètres de long, ce qui fait de ce site archéologique l'un des plus grands de toute la Grèce. Malheureusement, la plupart des bâtiments ne sont pas faciles à explorer et ont été clôturés. La seule structure entièrement accessible est l'Odéon qui abrite le code juridique de Gortyne.

Les 600 lignes écrites dans un dialecte dorien et datant de la première moitié du 5e siècle avant notre ère constituent le plus ancien code juridique découvert dans le monde des Grecs anciens.

Le site archéologique est divisé en trois parties: l'Acropole, la zone au nord de la route où se trouvent les bâtiments les plus importants, et la zone clôturée au sud de la route. La plupart des gens ne visitent que la partie nord, après la porte d'entrée. Cependant, plusieurs structures antiques plus importantes sont dispersées au sud de la route, en face de l'entrée, ainsi qu'en direction de l'Acropole.

Le premier monument important visible sur le côté nord est l'église de Saint Titus (Hagios Titos), construite au VIe siècle de notre ère. Saint Titus (1er siècle de notre ère) fut le premier évêque de Crète nommé par l'apôtre Paul et chargé de diffuser la religion chrétienne dans toute l'île.

Byzantine Church in Gortyn
Église byzantine de Gortyne
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

À quelques pas de là se trouve l'Odeum romain, construit au 1er siècle avant notre ère et restauré par l'empereur Trajan vers l'an 100 de notre ère. Il s'agissait d'un bâtiment couvert utilisé pour des représentations musicales et théâtrales. Sa cavea était soutenue par une arcade voûtée qui abritait le célèbre code de lois découvert en 1884. Les 600 lignes écrites en dialecte dorien et datant de la première moitié du Ve siècle avant notre ère constituent le plus ancien code juridique découvert dans le monde des Grecs anciens. L'inscription, rédigée selon le système d'écriture boustrophédon (lignes alternées dans des directions opposées), fournit des informations importantes sur les lois de Gortyne et plus particulièrement sur son droit civil. Le code traite des questions relatives à la famille et aux droits de succession, aux adoptions, aux divorces ainsi qu'aux crimes contre la morale (viols, adultères) et aux droits des femmes et des esclaves.

The Law Code of Gortyn, Crete
Code de Gortyne, Crète
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Les monuments les plus caractéristiques du côté sud sont le prétoire, la résidence du gouverneur romain de la province, le temple d'Apollon Pythique qui était le principal sanctuaire de Gortyne avant l'ère romaine, le sanctuaire des dieux égyptiens dédié à Isis, Sérapis et Anubis. D'autres vestiges, moins visibles, comprennent un théâtre, un amphithéâtre, un stade, un nymphée ainsi que des thermes.

Temple of Apollo Pythios in Gortyn
Temple d'Apolllon Pythios à Gortyne
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)
Praetorium of Gortyn
Praetorium de Gortyne
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Il est possible de grimper jusqu'à l'acropole située au sommet de la colline. Sur le flanc de la colline se trouvent les vestiges d'un grand théâtre. Une fois au sommet, vous serez récompensé par une vue magnifique sur toute la région et sur le site archéologique à proprement parler. L'acropole abrite des vestiges du temple archaïque d'Athéna, transformé en basilique au VIe siècle.

Les artefacts découverts à Gortyne sont exposées au musée archéologique d'Héraklion et à la galerie de sculptures du site, dont la plus impressionnante est un groupe de statues romaines représentant Perséphone-Isis et Pluton-Sérapis avec le chien tricéphale Cerbère.

Statue Group of Persephone-Isis and Pluto-Serapis with Cerberus
Groupe de statues de Perséphone-Isis et Pluto-Sérapis avec Cerbère
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Phaistos

Phaistos, la deuxième ville minoenne la plus importante après Knossos, est située à 15 kilomètres à l'ouest de Gortyne. Le site fut habité depuis le Néolithique final (vers 3600-3000 av. J.-C.) jusqu'à la fondation et le développement des palais minoens. Comme Knossos, le palais de Phaistos s'articulait autour d'une cour centrale à péristyle. Il couvrait une superficie d'environ 8 000 mètres carrés et s'étendait sur trois terrasses en gradins. Cependant, contrairement à Knossos, Phaistos n'a pas été reconstruit, bien que les ruines soient richement évocatrices.

Phaistos Panorama, Crete
Phaistos Panorama, Crète
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Le premier palais de Phaistos fut construit au début du deuxième millénaire avant notre ère sur des dépôts datant du Néolithique et du Minoen précoce (3000 - 2000 av. J.-C.). Ce premier palais fut détruit et réparé à deux reprises. Après une troisième destruction vers 1700 avant notre ère, les ruines furent rasées pour faire place à la construction du nouveau palais qui fut utilisé jusqu'en 1450 avant notre ère. Les ruines de l'ancien et du nouveau palais sont encore conservées. Elles furent mises au jour lors des fouilles menées par l'archéologue italien F. Halbherr au cours des deux dernières décennies du XIXe siècle.

Le palais de Phaistos, avec sa superbe composition architecturale, est considéré comme un exemple typique des palais minoens. Comme à Knossos, le noyau de ce grand palais minoen était la cour centrale à péristyle autour de laquelle étaient disposées les pièces: les réserves et les sanctuaires à l'ouest, les quartiers royaux au nord et les ateliers à l'est.

Mesara Plain, Crete
Plaine de Mesara, Crète
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

La visite du palais commence au niveau supérieur de la cour ouest qui offre une vue imposante sur l'ensemble du site archéologique. Un escalier mène à l'aire théâtrale où les spectateurs devaient assister à une représentation ou à un spectacle, ainsi qu'à des structures circulaires (kouloures) utilisées pour le stockage du grain.

Early Theatre, Phaistos, Crete
Early Theatre, Phaistos, Crète
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)
Silo, Phaistos, Crete
Silo, Phaistos, Crète
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Un impressionnant escalier de 15 mètres de large (49 pieds) donne accès aux monumentaux Propylées occidentaux qui constituaient l'entrée principale du Nouveau Palais. La cour centrale a conservé son pavage d'origine et mène aux appartements royaux situés dans la partie nord du palais.

Phaistos continua à être habitée pendant les périodes mycénienne (1600 - 1100 av. J.-C.) et géométrique (vers le 11e - 8e siècle av. J.-C.). Au cours de la période archaïque (VIIe siècle av. J.-C.), un temple, peut-être dédié à la déesse Rhéa, fut construit sur les vestiges de la période de l'ancien palais, dans la partie sud du palais. La ville hellénistique était extrêmement prospère et des maisons datant de cette période sont visibles dans la cour ouest (terrasse supérieure) du palais. L'indépendance de Phaistos fut définitivement perdue lorsqu'elle fut conquise vers 180 avant notre ère par la ville voisine de Gortyne.

Central Courtyard, Phaistos, Crete
Cour centrale, Phaistos, Crète
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

La plupart des découvertes de Phaistos sont conservées au musée archéologique d'Héraklion. La découverte la plus importante est le fameux "disque de Phaistos", un disque d'argile daté entre 1950 et 1400 avant notre ère et portant une écriture hiéroglyphique unique et sophistiquée.

Phaistos Disk
Disque de Phaistos
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Agia Triada

À quelques kilomètres à l'ouest de Phaistos se trouvent les ruines de la petite cité minoenne de Agia Triada. Ce site enchanteur comprend les vestiges d'une villa royale et d'une ville minoenne construite sur le versant nord d'une chaîne de collines surplombant l'extrémité ouest de la plaine de Mesara.

La villa fut construite à la fin de la période minoenne moyenne, vers 1600 avant notre ère, et détruite par un incendie vers 1450 avant notre ère. Elle avait une forme en L inhabituelle, consistant en une série de bâtiments sur deux côtés d'une cour, plutôt que sur les quatre côtés d'un palais minoen conventionnel. Cependant, les découvertes faites dans la villa ainsi que son architecture suggèrent qu'elle remplissait des fonctions similaires à celles des palais. La villa contenait des pièces décorées de fresques et équipées de panneaux muraux en albâtre, des salles de stockage, des sanctuaires, des ateliers, des escaliers, des portiques, des cours pavées, etc.

Hagia Triada Minoan Settlement
Établissement minoen, Agia Triada
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Après sa destruction en 1450 avant notre ère, la villa fut abandonnée jusqu'à l'arrivée des Mycéniens qui construisirent de nouveaux bâtiments sur ses ruines. Un imposant mégaron de type mycénien fut construit pendant la période postpalatiale (1400 - 1100 av. J.-C.).

Une rampe longeant le côté nord de la villa mène à la ville minoenne avec des bâtiments résidentiels communs. Une place de marché datant de l'époque mycénienne est particulièrement intéressante. Elle comprend huit pièces spacieuses, probablement des magasins, disposées derrière un portique.

Mycenaean Agora at Hagia Triada, Crete
Agora mycénienne, Agia Triada
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Au nord-est de la ville, au-delà de la clôture et fermée aux visiteurs, se trouve une nécropole avec deux tombes à tholos. C'est là qu'a été mis au jour le célèbre sarcophage d'Agia Triada, décoré de scènes funéraires.

Hagia Triada Sarcophagus
Sarcophage, Agia Triada
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Dans la cour de la villa minoenne se trouve une église byzantine à nef unique dédiée à Saint Georges Galatas. L'église est décorée de magnifiques fresques.

Byzantine Chapel at Hagia Triada, Crete
Chapelle byzantine, Agia Triada, Crète
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Eléftherna

Le site archéologique spectaculaire d'Eléftherna est situé à 25 kilomètres au sud-ouest de Réthymnon, près du mont Ida, la plus haute montagne de Crète, sur laquelle se trouve, selon la légende, la grotte dans laquelle Zeus est né. Bien qu'Eléftherna ait livré des objets minoens datant d'au moins 4 000 ans, c'est au cours de l'âge sombre des débuts de l'histoire de la Grèce que la ville s'épanouit (800 - 450 av. J.-C.). De nombreux objets importants datant des 8e, 7e et 6e siècles avant notre ère ont été découverts dans la quasi-totalité de la ville. Eléftherna a également connu des périodes de prospérité économique et culturelle aux époques hellénistique, romaine et byzantine. Les paysages environnants, riches en oliviers, en pierres, en miel et autres ressources végétales, ont contribué au succès économique de la ville.

View of Mount Ida from Eleutherna, Crete
Vue du mont Ida depuis Eléftherna, Crète
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Le site d'Eléftherna comprend une acropole, une polis (ville) et une nécropole, qui s'étendent sur une crête allongée dans les contreforts parsemés d'oliviers du mont sacré Ida. Malheureusement, la majeure partie du site est actuellement clôturée en raison des fouilles en cours. Les vestiges accessibles comprennent les ruines de l'acropole avec une tour hellénistique à son entrée, deux citernes romaines taillées dans la roche ainsi que le remarquable pont hellénistique en pierre qui a survécu et qui est encore en bon état de conservation dans la vallée.

Hellenistic Tower at Eleutherna, Crete
Tour hellénistque, Eléftherna, Crète
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)
Hellenistic Bridge at Eleutherna, Crete
Pont hellénistque, Eléftherna, Crète
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Une équipe d'archéologues de l'université de Crète fouille le site depuis 1984, mettant au jour d'importants vestiges archéologiques, dont une nécropole datant de la période des épopées homériques (9e - 7e siècle av.-J.-C.), ainsi que des bâtiments et des rues hellénistiques et romains qui ont été construits sur des constructions antérieures. La découverte de somptueuses sépultures féminines dans la nécropole d'Orthi Petra à Eléftherna a été déclarée l'une des 10 meilleures découvertes de 2009.

Orthi Petra Necropolis at Eleutherna, Crete
Nécropolis d'Orthi Petra, Eléftherna, Crète
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

La nécropole a également livré un certain nombre de produits funéraires de grande qualité provenant de bûchers funéraires, de tombes à ciste et de sépultures en pots datant du 9e au début du 6e siècle avant notre ère. La plupart des pratiques funéraires à Orthi Petra étaient similaires à la crémation de Patrocle décrite par Homère dans l'Iliade.

Le musée de l'ancienne Eléftherna, directement lié au site archéologique, a été inauguré en juin 2016. Ce magnifique musée est un voyage à l'aube de la civilisation grecque et d'Homère. Des milliers de pièces sont exposées au musée, mettant en lumière une longue période de l'histoire qui s'étend de 3000 avant notre ère au 14e siècle de notre ère.

Museum of Ancient Eleutherna
Musée de l'ancienne Eléftherna
Lourakis (CC BY-NC-SA)

APTERA

La ville antique d'Aptera se trouve sur une colline basse dominant la baie de Souda, à environ 13,5 kilomètres (8 miles) à l'est de La Canée. Les découvertes archéologiques suggèrent qu'Aptera fut fondée pendant la période géométrique (8e siècle av. J.-C.) et atteignit son apogée pendant la période hellénistique (4e siècle av. J.-C.) en tant que l'une des plus importantes et des plus puissantes cités-états de l'ancienne Crète. Avec ses deux ports, Aptera est restée une ville importante pendant la période romaine et les débuts de l'Empire byzantin, avant d'être détruite par deux tremblements de terre aux IVe et VIIe siècles, puis par les Sarrasins en 823.

Roman Cistern at Aptera, Crete
Citerne romaine à Aptera, Crète
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

L'École française d'archéologie identifia la ville antique en 1834 et mena les premières fouilles en 1862 et 1864. Parmi les bâtiments antiques conservés, les plus impressionnants sont les deux citernes romaines qui répondaient aux besoins de la ville et alimentaient les thermes publics et privés. On peut également voir les vestiges d'un petit temple dorique du Ve siècle avant notre ère, dédié à Artémis et à son frère Apollon, ainsi que les ruines préservées d'un petit théâtre. Le site fait encore l'objet de fouilles.

Ancient Theatre at Aptera, Crete
Théâtre antique d'Aptera, Crète
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Falásarna

Les ruines de Falásarna sont situées dans une région magnifique sur la côte ouest de la Crète, à environ 16 kilomètres à l'ouest de Kissamos. Fondée par les Grecs doriens vers le VIIe siècle avant notre ère, la ville était l'un des ports les plus importants de la Crète antique. De cet endroit, les Falasarniens contrôlaient les routes maritimes vers l'Afrique du Nord et l'Italie. Ils commerçaient avec des peuples de toute la Méditerranée et entretenaient des relations particulièrement étroites avec les Spartiates et les Phéniciens. La cité-État disposait de lois, d'un système complexe de soutien social et frappait ses propres pièces de monnaie en argent et en bronze. Cependant, la prospérité ne dura pas longtemps. Les guerres perpétuelles avec les cités-états voisines, les catastrophes naturelles et les variations du niveau de la mer affaiblirent et endommagèrent les bâtiments et les infrastructures de Falásarna. Les citoyens se tournèrent vers la piraterie et attisèrent la colère de Rome. La destruction de la ville se produisit probablement avec les Romains, qui visaient à éradiquer la piraterie en Méditerranée, en 67 avant notre ère. En 365 de notre ère, l'un des plus grands tremblements de terre de l'histoire souleva la terre à 6,5 m de la mer et ensevelit le port de terre ferme.

Greek Harbour of Phalasarna, Crete
Port grec, Falásarna, Crète
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Les premières fouilles de sauvetage ont eu lieu en 1966 et les recherches archéologiques systématiques ont commencé en 1986, lorsque le port a été mis au jour. On accède au site par un chemin de terre, en passant devant des oliveraies et un grand "trône" en pierre qui a été interprété comme un trône dédié peut-être à Poséidon, puisque Falásarna était une ville maritime.

Throne of Phalasarna, Crete
Trône de Falásarna, Crète
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Parmi les vestiges épars, on trouve le port intérieur de la ville qui était défendu par une partie du mur d'enceinte relié à un certain nombre de tours, dont certaines sont encore debout. Les fouilles ont également révélé des blocs de quai construits avec des trous de bollard et des pierres d'amarrage, des ateliers, cinq petits bains en terre cuite et des entrepôts. D'autres ruines sont visibles sur la colline de l'Acropole qui se trouve derrière.

Harbour Quay with Mooring Stones at Phalasarna, Crete
Quai de port avec pierres d'ancrage, Falásarna, Crète
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Musée archéologique d'Héraklion

Le magnifique musée archéologique d'Héraklion a rouvert ses portes après sept ans de travaux de rénovation. Il abrite la plus belle et la plus importante collection d'art et d'objets minoens au monde. La visite de Knossos et des autres sites sera d'autant plus enrichissante que vous aurez visité ce musée au préalable.

Rooms of Minoan Frescoes, Heraklion Archaeological Museum
Salles de fresques minoennes, musée archéologique d'Héraklion
C messier (CC BY-NC-SA)

Minoan Bull-leaping Fresco
Fresque minoenne de saut du taureau
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Minoan 'Procession Fresco' from Knossos
Fresque de procession minoenne, Knossos
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Roman Collection of the Heraklion Archaeological Museum
Collection romaine du musée archéologique d'Héraklion
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

L'exposition permanente du musée occupe un total de 27 salles. Outre la collection minoenne, d'autres périodes de l'histoire crétoise sont couvertes, du néolithique à la période gréco-romaine.

Il existe également des musées archéologiques dans les cinq principales villes crétoises : La Canée, Réthymnon, Ierápetra, Kissamos et Sitia.

À propos du traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

A propos de l'auteur

Carole Raddato
Carole gère le célèbre blog photo d'histoire ancienne "Following Hadrian" ("Sur les pas d'Hadrien") dans lequel elle relate ses voyages à travers le monde à la suite de l'empereur Hadrien.

Citer ce travail

Style APA

Raddato, C. (2019, mai 29). À la Découverte des Trésors Archéologiques de la Crète Occidentale [Exploring Western Crete's Archaeological Treasures]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Récupéré de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1391/a-la-decouverte-des-tresors-archeologiques-de-la-c/

Le style Chicago

Raddato, Carole. "À la Découverte des Trésors Archéologiques de la Crète Occidentale." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. Dernière modification mai 29, 2019. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1391/a-la-decouverte-des-tresors-archeologiques-de-la-c/.

Style MLA

Raddato, Carole. "À la Découverte des Trésors Archéologiques de la Crète Occidentale." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 29 mai 2019. Web. 20 avril 2024.

L'adhésion