Titus

Définition

Donald L. Wasson
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 04 juin 2013
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
X
Titus Bust, Vatican Museums (by Mark Cartwright, CC BY-NC-SA)
Buste de Titus, Musées du Vatican
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Titus fut empereur romain de 79 à 81 de notre ère. Le 24 juin 79 de notre ère, Titus Flavius Vespasianus succéda à son père Vespasien (r. de 69 à 79 de notre ère) en tant qu'empereur de l'Empire romain. Avant son ascension au trône, il était considéré par beaucoup comme "...impopulaire et détesté de tous", mais après être devenu empereur, "il devint l'objet d'un amour et d'une adoration universels". Les historiens considèrent que le brusque changement de personnalité du nouvel empereur reste un véritable mystère.

Jeunesse

Titus vit le jour à Rome le 30 décembre 39 de notre ère, sous le règne de l'empereur Caligula (37-41 de notre ère), dans une "petite chambre miteuse, près de l'immeuble à sept étages". L'historien Suétone, dans ses Douze Césars, décrit Titus adulte comme un homme gracieux et digne, musclé et beau. Il ajoute que "la beauté et les talents qui l'avaient distingué dans son enfance sont devenus encore plus remarquables". La famille de Titus n'occupait pas une place importante dans la vie politique jusqu'au règne de l'empereur Claude (41-54 de notre ère), lorsque Vespasien joua un rôle de premier plan dans l'invasion de la Grande-Bretagne. Cette évolution permit à Titus de bénéficier d'une éducation à la cour. Il apprit à écrire des poèmes en grec et en latin, à composer des tragédies grecques et à jouer de la harpe. Il se lia également d'amitié avec Britannicus, le fils de Claude, et assista à la mort par empoisonnement du jeune héritier, mort organisée par Agrippine, l'intrigante épouse de Claude. En fait, Titus but dans la même coupe que Britannicus, tombant lui-même malade. Suétone écrit: "Titus, qui était assis à la même table, aurait vidé son verre en signe de sympathie et aurait été dangereusement malade pendant un certain temps". Titus ferait construire plus tard plusieurs statues à la mémoire de son ami d'enfance.

Supprimer la pub
Publicité
Sous sa direction, les militaires assassinèrent des communautés entières.

Après avoir terminé ses études, le jeune Titus servit comme tribun militaire en Grande-Bretagne et en Allemagne de 61 à 63 de notre ère. Il développa une aptitude naturelle "pour l'art de la guerre et de la paix, manie les armes et montait à cheval aussi bien que n'importe quel homme vivant". Il quitta temporairement l'armée et devint avocat dans les tribunaux "uniquement parce qu'il aimait plaider des affaires, et non parce qu'il voulait en faire son métier". À cette époque, il épousa sa première femme (la fille d'un ancien commandant de la Garde), Arrecina Tertulla, qui mourut peu de temps après. Son mariage suivant avec Marcia Furnilla, avec qui il eut une fille, se solda par un divorce (pour des raisons politiques) lorsque la famille de cette dernière s'opposa à Néron après la conspiration de Pison en 65 de notre ère. Bien qu'il ait pris une maîtresse, la reine Bérénice de la famille royale de Judée, il ne se marierait plus jamais. La population romaine n'ayant pas accueilli chaleureusement la reine, Vespasien la renvoya chez elle.

Carrière militaire

Le retour de Titus dans l'armée se traduisit par sa nomination au poste de commandant de la quinzième légion, qui servait sous les ordres de son père pendant la guerre de Judée (66-73 de notre ère). À la mort de l'empereur Galba (69 de notre ère), il s'efforça de faire revenir son père au pouvoir. Lorsque Vespasien devint empereur le 1er juillet 69 de notre ère, après la mort de l'empereur Vitellius, Titus prit le contrôle des forces romaines en Judée. Dion Cassius écrit dans son Histoire romaine: "Titus, qui avait été chargé de la guerre contre les Juifs, avait entrepris de les gagner par certaines représentations et promesses, mais, comme ils ne voulaient pas céder, il se mit à leur faire la guerre".

Supprimer la pub
Publicité

Arch of Titus, Rome
Arc de Titus, Rome
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

S'il était extrêmement populaire auprès de l'armée, le peuple juif, en particulier celui de Jérusalem, n'aimait pas beaucoup le nouveau commandant romain. Sous sa direction, l'armée assassina des communautés entières. Il ordonna la prise de la ville sainte de Jérusalem, qui fut assiégée pendant deux ans, laissant les habitants au bord de la famine. Des milliers de fuyards furent crucifiés et leurs corps furent laissés à la vue de ceux qui restèrent derrière les murailles. En septembre de l'an 70 de notre ère, les troupes de Titus finirent par entrer dans Jérusalem, massacrant les citoyens et allumant de nombreux incendies. Après la prise de la ville, tous les murs de la ville - à l'exception d'un seul - furent détruits. Cela permit de rappeler à tous qu'aucun mur ne pouvait résister à l'armée romaine. Le seul pan de mur restant est devenu le lieu le plus sacré de toute la Judée: le mur des lamentations.

Héritier présomptif

En juin 71 de notre ère, Titus retourna à Rome et fut immédiatement reconnu en tant qu'héritier présomptif de son père. En tant qu'assistant de son père, il dicta des lettres, rédigea des édits et prononça même des discours devant le Sénat romain. À plusieurs reprises, il fut consul et son père le nomma commandant de la garde prétorienne, car après la mort de Galba aux mains de la garde, Vespasien prit conscience de la nécessité de nommer quelqu'un de confiance à ce poste. Titus utilisa ce poste pour écarter toute personne qui s'opposait à son père, allant jusqu'à falsifier des documents et des lettres (il était connu pour être capable de copier l'écriture de n'importe qui). Il invita même un homme, Aulus Caecina, à dîner et le fit poignarder alors qu'il s'apprêtait à partir, car il s'agissait d'une "nécessité politique". Nombreux étaient ceux qui, à Rome, le considéraient comme insensible et cruel. "Des actions de ce genre [...] rendirent Titus si profondément détesté à l'époque qu'aucun prétendant plus indésirable au pouvoir suprême ne l'avait peut-être jamais obtenu". Suétone ajoute: "On prophétisait même ouvertement qu'il serait un second Néron."

Supprimer la pub
Publicité
Le 24 juin 79 de notre ère, Titus succéda à son père en tant qu'empereur, surprit presque tout le monde et son intégrité devint légendaire.

Empereur

Le 24 juin 79 de notre ère, Titus succéda à son père en tant qu'empereur et surprit presque tout le monde, son intégrité devenant légendaire. Dion Cassius tenta d'expliquer son changement soudain de caractère: "C'est peut-être parce qu'il avait vraiment changé. En effet, pour un homme, exercer le pouvoir en tant qu'assistant d'un autre est une chose très différente que d'exercer lui-même une autorité indépendante. Contrairement à nombre de ses prédécesseurs qui s'appuyaient sur les informations fournies par les informateurs pour étouffer les conspirations et les complots, Titus n'aimait pas ces derniers, qu'il faisait fouetter, matraquer et même vendre comme esclaves. Son frère Domitien, cependant, renouvellerait cette pratique.

The Roman Empire during the Flavian Dynasty, 69 - 96 CE
Empire romain sous la dynastie des Flaviens, 69 - 96 de notre ère
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

Malgré la brièveté de son règne, il était considéré comme "naturellement bon" et, bien que frugal, il parvint à mener à bien plusieurs projets communautaires, comme l'achèvement de l'amphithéâtre Flavien commencé par son père et la construction de nouveaux thermes impériaux. Malheureusement, peu de temps après son accession au pouvoir, une triple tragédie frappa son règne. Tout d'abord, le Vésuve de Campanie entra en éruption et anéantit les villes voisines de Pompéi et d'Herculanum en août 79 de notre ère. Titus se rendit immédiatement dans les régions dévastées pour veiller à ce que les secours soient apportés. Cependant, alors qu'il était parti observer les dégâts à Pompéi, un incendie se déclara à Rome et dura trois jours et trois nuits, détruisant une zone allant du Capitole au Panthéon. Il dirait plus tard à propos de l'incendie: "Cela m'a ruiné". En ce qui concerne l'incendie, Dion Cassius nia toute cause humaine possible, affirmant qu'il était "d'origine divine". Bien qu'une grande partie de la reconstruction ait eu lieu sous Domitien, Titus veilla à la construction d'un nouveau temple de Jupiter Optimus Maximus (Temple de Jupiter capitolin). Il dépouilla même sa propre maison de ses décorations et les répartit entre les temples et les bâtiments publics endommagés. La dernière catastrophe qui frappa son règne fut une grave peste. Suétone écrit: "Titus tenta de contrôler la peste par tous les moyens imaginables, humains et divins, en recourant à toutes sortes de sacrifices et de remèdes médicaux".

Triumph of Titus
Triomphe de Titus
Jean-Guillaume Moitte (Artist) (CC BY)

Au cours de l'été 81, il quitta Rome avec son frère pour se rendre dans les collines de la Sabine, où sa famille possédait une villa. C'est là qu'il fut soudain pris de fièvre, peut-être de paludisme - certains soupçonnent Domitien de l'avoir empoisonné. Son frère lui recommanda un bain de glace et le plaça dans un coffre rempli de neige. Domitien quitta alors son frère et rentra précipitamment à Rome, où il attendit de pouvoir revendiquer le trône. Le 13 septembre 81 de notre ère, Titus mourut et prononça ses derniers mots : "Je n'ai commis qu'une seule erreur." Personne n'est sûr de sa signification: regrettait-il d'avoir couché avec la femme de son frère (elle l'a nié) ou, comme certains le pensent, de ne pas avoir tué son frère lorsqu'il en avait eu l'occasion? Mort à l'âge de 42 ans, après avoir été empereur pendant deux ans, deux mois et vingt jours, Titus fut déifié par la suite.

Supprimer la pub
Publicité

Supprimer la pub
Publicité

Bibliographie

  • Cassius Dio. Roman History.
  • Kerrigan, M. A Dark History: The Roman Emperors. Amber Books, 2008
  • Scarre, C. Chronicles of the Roman Emperors. Thames and Hudson, 1995
  • Suetonius. The Twelve Caesars.
  • White, M. Atrocities. W W Norton and Co., 2012

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Donald L. Wasson
Donald a enseigné l’histoire antique et médiévale ainsi que l’histoire des États-Unis à Lincoln College (Illinois). Éternel étudiant d’histoire depuis qu’il a découvert Alexandre le Grand, il met toute son énergie à transmettre son savoir à ses étudiants.

Citer cette ressource

Style APA

Wasson, D. L. (2013, juin 04). Titus [Titus (Roman Emperor)]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-10310/titus/

Style Chicago

Wasson, Donald L.. "Titus." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juin 04, 2013. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-10310/titus/.

Style MLA

Wasson, Donald L.. "Titus." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 04 juin 2013. Web. 22 juin 2024.

Adhésion