Gouvernement de l'Ancienne Mésopotamie

Coûts du serveur Collecte de fonds 2024

Aidez-nous dans notre mission de fournir un enseignement gratuit de l'histoire au monde entier ! Faites un don et contribuez à couvrir les coûts de notre serveur en 2024. Grâce à votre soutien, des millions de personnes apprennent l'histoire entièrement gratuitement chaque mois.
$2723 / $18000

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 09 février 2023
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
X
High-Ranking Assyrian Officials (by Osama Shukir Muhammed Amin, Copyright)
Hauts responsables assyriens
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

Le gouvernement de l'ancienne Mésopotamie reposait sur l'idée que les êtres humains avaient été créés pour aider et servir les dieux. Le grand prêtre, le roi, l'assemblée des anciens, les gouverneurs et tous les autres fonctionnaires étaient considérés comme des intendants choisis par les dieux pour s'occuper du peuple, de la même manière qu'un père devait s'occuper de sa famille.

Dans l'ancienne Mésopotamie, la famille était en fait le modèle du gouvernement mésopotamien, le roi et le prêtre étant considérés comme les "chefs de famille" responsables de la "famille élargie" des habitants de la cité-État, du royaume ou de l'empire. Pendant la période d'Uruk (4100-2900 av. J.-C.), le grand prêtre était chargé des affaires religieuses et civiques, mais cette situation changea au début de la période dynastique (2900-2334 av. J.-C.), lorsque la royauté fut instaurée.

Supprimer la pub
Publicité

La royauté se développa à Sumer à partir du concept de lugal ("homme fort"), le chef d'un clan, qui avait été élevé à ce poste grâce à ses qualités de chef et à ses compétences militaires. La liste des rois sumériens (c. 2100 av. J.-C.) désigne le premier monarque "après le déluge" comme étant Enmebaragesi (r. vers 2700 av. J.-C.) de Kish, dont l'historicité est attestée par des preuves archéologiques, mais elle donne également les noms de rois légendaires qui régnèrent depuis Eridu avant le grand déluge (c. 2900 av. J.-C.).

Avec l'avènement d'un roi, un partage des responsabilités s'établit entre le trône et le temple: le roi s'occupait de l'administration des affaires civiques, et le grand prêtre ou la prêtresse des préoccupations du temple. Le roi et le clergé étaient toutefois considérés comme servant la volonté des principaux dieux de l'État, de même que les fonctionnaires placés sous leur autorité comprenant à terme:

Supprimer la pub
Publicité
  • le Premier ministre
  • Assemblée judiciaire
  • Assemblée des anciens
  • les gouverneurs
  • Prêtres du temple
  • Général de l'armée
  • Chambellan du palais
  • Chef d'état-major du palais
  • Porteur de la coupe royale
  • Percepteur d'impôts
  • Scribes du palais, du temple et de l'administration
  • Personnel de soutien pour toutes les personnes susmentionnées

Les détails du fonctionnement du gouvernement changèrent avec la montée et la chute des pouvoirs successifs - sumérien, akkadien, babylonien, kassite, hittite, assyrien, etc. - mais le paradigme original du gouvernement, établi par les dieux et au service de leur volonté, restait le même. Comme beaucoup d'innovations, d'inventions et de "nouveautés" de l'ancienne Mésopotamie, le concept de gouvernement vit le jour à Sumer.

Gouvernement sumérien

La liste des rois sumériens commence par la phrase suivante: "Après que la royauté soit descendue du ciel, la royauté était à Eridu". Les Sumériens considéraient Eridu comme la plus ancienne ville du monde, fondée par le dieu de la sagesse Enki, et comme le site à partir duquel l'ordre était établi. Après la Grande Inondation, que les chercheurs modernes considèrent comme un événement local impliquant les rivières autour de la ville de Shuruppak, la royauté se déplaça à Kish. Il est toutefois impossible de déterminer avec précision quand la royauté fut établie, comme le fait remarquer le chercheur Stephen Bertman:

Supprimer la pub
Publicité

Il ne fait aucun doute que la Mésopotamie a fini par être gouvernée, pendant la plus grande partie de son histoire, par des souverains que l'on pourrait qualifier de "rois". En effet, nous connaissons même leurs noms et pouvons dresser un catalogue de leurs carrières. Mais la date exacte de l'apparition de la royauté, les circonstances dans lesquelles elle a vu le jour et sa nature précise restent des sujets de controverse pour les chercheurs. Les théories abondent, mais les faits sont rares. (63)

Vers 3600 avant notre ère, la répartition des responsabilités entre le trône et le temple était reconnue.

Selon certains chercheurs, la royauté aurait été établie pendant la période d'Uruk vers 3600 avant notre ère, époque à laquelle la division des responsabilités entre le trône et le temple fut reconnue. C'était le modèle de gouvernement en vigueur au début de la période Dynastique I (2900-2800 av. J.-C.). Les villes qui se développèrent à Sumer pendant la période d'Uruk s'étaient alors étendues, et l'on pense qu'il n'était plus possible pour un seul homme de gouverner efficacement en gérant à la fois les fonctions civiques et religieuses.

La structure du gouvernement était basée sur celle d'un foyer où le père était le chef et tous les autres étaient au-dessous de lui. Le roi partageait le rôle de "chef de famille" avec le grand prêtre, puis venaient la reine, les conseillers, les petits prêtres, le commandement militaire, etc. La stabilité du modèle de gouvernement familial, dans lequel le roi devait s'occuper de son peuple comme un père de ses enfants, permit le développement de la culture sumérienne, mais en même temps, le manque d'unité entre les États sumériens, qui se disputaient les ressources en eau et en nourriture ainsi que les routes commerciales, favorisa la poursuite de nombreux conflits militaires.

Sumerian Civilization, c. 4300 - 2335 BCE
Civilisation sumérienne, vers 4300 - 2335 avant notre ère
Simeon Netchev (CC BY-NC-ND)

La première guerre répertoriée dans l'histoire remonte à la période du début du Dynastique II (2800-2600 av. J.-C.), lorsque Enmebaragesi de Kish vainquit l'Élam en 2700 avant notre ère. Il s'agit simplement du premier conflit répertorié, cependant, et il y en eut sans doute beaucoup d'autres auparavant, au fur et à mesure que les cités-états établissaient leurs territoires. Le commerce dans l'ancienne Mésopotamie contribua aux guerres entre les cités-états, chacune essayant de surpasser les autres dans l'acquisition de marchés locaux et à longue distance et de maintenir les routes les plus rapides entre les centres de production, les marchands et les clients.

Supprimer la pub
Publicité

Au début de la IIIe dynastie (2600-2334 av. J.-C.), Enmebaragesi avait déjà fondé son empire à Sumer, et d'autres rois - comme Gilgamesh d'Uruk - avaient étendu la portée de sa ville. La seule reine figurant sur la liste des rois sumériens - Kubaba de Kish - s'appuya sur les réalisations d'Enmebaragesi, mais chaque cité-état sumérienne qui n'était pas sous le contrôle direct d'une autre avait son propre roi, son propre grand prêtre, sa propre administration et sa propre armée.

Empire akkadien

Cette situation changea après l'avènement de Sargon d'Akkad (Sargon le Grand, r. de 2334 à 2279 av. J.-C.) de l'Empire akkadien (2334-2218 av. J.-C.), le premier empire multinational au monde. Sargon conserva le modèle sumérien de partage des responsabilités entre le roi et le prêtre, mais uniquement dans sa capitale, Akkad. Après avoir conquis les cités-États sumériennes, il créa le poste de citoyen d'Akkad, des fonctionnaires de confiance qui furent envoyés d'Akkad comme gouverneurs, administrateurs et grands prêtres ou prêtresses - qui n'étaient pas sur un pied d'égalité avec lui - dans plus de 65 villes différentes. Parmi eux se trouvait sa fille, Enheduanna (2285-2250 av. J.-C.), grande prêtresse de la ville d'Ur et premier auteur de l'histoire dont on connaisse le nom.

Akkadian Ruler
Souverain Akkadien
Sumerophile (Public Domain)

Sargon attribuait ses succès militaires à la déesse Inanna et conservait ainsi le concept sumérien d'un gouvernement mandaté par les dieux, avec un roi et sa cour comme intendants. Selon ce modèle, ce n'était pas Sargon qui gouvernait par sa propre volonté et sa propre compréhension, mais les dieux; Sargon n'était que l'instrument par lequel ils maintenaient l'ordre. En encourageant cette compréhension dans tout son empire, Sargon établit le plus grand État souverain du monde jusqu'à cette époque. Le spécialiste Thorkild Jacobsen commente:

Supprimer la pub
Publicité

Le seul État véritablement souverain, indépendant de tout contrôle extérieur, est l'État que l'univers lui-même constitue, l'État gouverné par l'assemblée des dieux. C'est d'ailleurs cet État qui domine le territoire de la Mésopotamie; les dieux possèdent les terres, les grands domaines, dans le pays. Enfin, l'homme ayant été créé spécialement pour le bénéfice des dieux, sa finalité est de servir les dieux. Par conséquent, aucune institution humaine ne peut avoir pour objectif premier le bien-être de ses propres membres humains; elle doit avant tout rechercher le bien-être des dieux. (Bertman, 65)

En se présentant comme un représentant des dieux, Sargon put garder le contrôle de son empire. Malgré cela, lui et ses successeurs furent contraints de réprimer de nombreuses rébellions de cités-États qui n'étaient pas d'accord avec sa "gestion" et, lorsque l'empire akkadien finit par tomber aux mains des Gutis (ou Goutéens), beaucoup y virent le signe que les dieux lui avaient retiré leur faveur.

Dynastie d'Ur III et Babylone

Les cités-États ne s'opposèrent pas au modèle de gouvernement akkadien - ils n'avaient connu que ça depuis le début - mais à la politique des rois akkadiens, c'est-à-dire à la mise en œuvre de ce modèle. Sargon et ses successeurs traitaient chaque cité-État de leur empire comme un territoire occupé, gouverné par des fonctionnaires loyaux et soucieux des affaires de l'État akkadien, et pas nécessairement des habitants de la ville qu'ils présidaient. Le petit-fils de Sargon, Naram-Sin (r. de 2261 à 2224 av. J.-C.), mena plus d'expéditions militaires que ses prédécesseurs et fut le premier roi mésopotamien à se déclarer dieu, se faisant ainsi l'égal des dieux vénérés dans les différentes cités. Le spécialiste Paul Kriwaczek commente:

Pour qu'un État patrimonial soit stable dans le temps, il est préférable qu'il soit gouverné avec le consentement, au moins avec le consentement de la plus grande minorité, sinon de la majorité. L'obéissance instinctive doit être la norme, sinon trop d'efforts doivent être déployés pour réprimer la désaffection afin que les objectifs plus larges du régime puissent être atteints. (149)

Les rois akkadiens durent continuer à réprimer la désaffection pendant toute la durée de l'empire, mais après que les Gutis eurent pris le contrôle de la région, un autre roi, qui comprit la valeur du gouvernement par le consentement des gouvernés, apparut: Ur-Nammu (r. de 2047 à 2030 av. J.-C.), fondateur de la troisième dynastie d'Ur à Sumer (période dite Ur III, 2047-1750 av. J.-C.). Ur-Nammu s'associa publiquement aux rois akkadiens (qui, après les difficultés de l'occupation goutéenne, étaient devenus des héros populaires), mais en tant que monarque meilleur et plus aimable, une véritable figure paternelle qui prenait soin de son peuple.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Les rois akkadiens avaient construit des routes, amélioré le commerce, restauré les villes et les temples, établi et maintenu l'ordre, et les rois de la période d'Ur III firent de même, mais d'une main beaucoup plus légère. Au lieu d'imposer un comportement, Ur-Nammu édicta des lois - comme un père établirait des règles pour sa famille - le Code d'Ur-Nammu - avec des amendes pour la plupart des infractions. Il remit en état les villes et reconstruisit les temples endommagés ou détruits par les Gutis, notamment à Ur où il fit construire la grande ziggourat du complexe des temples, dédiée au dieu de la lune Nanna, patron de la ville.

Foundation Figurine of Ur-Nammu
Figurine de fondation d'Ur-Nammu
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

Le fils et successeur d'Ur-Nammu, Shulgi d'Ur (r. de 2029 à 1982 av. J.-C.), encouragea l'alphabétisation, améliora les routes, institua des auberges et des jardins en bordure de route. Bien qu'il ait été le deuxième roi de l'histoire de la Mésopotamie à se déifier, ses inscriptions (bien que contestées) affirment que le peuple l'approuvait.

Le modèle d'Ur III fut adopté par le roi babylonien Hammourabi (r. de 1792 à 1750 av. J.-C.), connu sous le nom de bani matim ("bâtisseur de la terre") pour les nombreuses améliorations qu'il apporta à l'infrastructure. Comme Ur-Nammu, Hammourabi promulgua également des lois - le Code d'Hammourabi - qui suivaient le même modèle que celles émises par les dieux, en l'occurrence les divinités Anu et Bel par l'intermédiaire du dieu champion Marduk et du dieu de la justice (et du soleil) Shamash.

Le code d'Hammourabi ne se contentait pas de légiférer sur le comportement, il définissait également le statut social d'une personne et la manière dont sa position dans la hiérarchie sociale reflétait son traitement devant la loi, comme l'explique Bertman:

Selon le code, il existait trois types de personnes dans la société: l'awilum, ou patricien (membre de l'une des familles propriétaires de terres), le mushkenum, ou plébéien (citoyen libre mais ne possédant pas de terres), et le wardum, ou esclave (membre de la société ne possédant ni terres ni liberté). Il est important de noter que les plus privilégiés étaient également tenus de respecter les normes de responsabilité les plus élevées en vertu de la loi, tandis que les moins privilégiés étaient moins pénalisés en cas d'infraction, à moins que leur infraction n'ait été commise à l'encontre d'un membre d'une classe plus élevée. (62)

Le code d'Hammourabi reposait sur le concept de justice rétributive, selon lequel la sévérité de la peine correspond directement à la gravité du crime et la condamnation repose sur la preuve de l'infraction. Néanmoins, ces "preuves" étaient apportées par la méthode beaucoup plus ancienne de "l'épreuve", qui consistait généralement à jeter l'accusé dans une rivière ou toute autre étendue d'eau.

Empire assyrien

Les dieux influencèrent également le gouvernement et le système juridique de l'empire assyrien, qui vénérait le dieu Assur (également appelé Assour) comme divinité suprême, à l'instar de Marduk chez les Babyloniens. De dieu mineur de la ville d'Assur vers 1900 avant notre ère, Assur devint l'un des plus importants sous le règne d'Adad Nirari Ier (1307-1275 av. J.-C.). Le gouvernement assyrien représentait la volonté d'Assur, et c'est lui qui était censé accompagner les armées et leur donner la victoire dans leurs campagnes de conquête.

The Middle Assyrian Empire (c. 1365 - 1000 BCE)
Empire médio-assyrien (c. 1365-1000 av. J.-C.)
Simeon Netchev (CC BY-NC-ND)

Les symboles de la royauté pendant la période assyrienne étaient les mêmes que ceux qui avaient toujours existé - la couronne, le sceptre et le trône - et les responsabilités du gouvernement étaient également les mêmes, mais les rois assyriens étaient beaucoup plus proches des Akkadiens et de leur politique de répression du mécontentement que de la méthode sumérienne ou babylonienne des codes légaux. Comme tous les rois avant eux, les monarques assyriens s'appuyaient sur les impôts pour financer le gouvernement, et il était du devoir sacré de payer ce qui était dû, car on ne pensait pas donner aux fonctionnaires du gouvernement mais aux dieux - et dans ce cas, à Assur - qui avaient donné du pouvoir à ces fonctionnaires et les avaient placés en position d'autorité. Bertman commente:

En principe, toutes les terres et les eaux d'une cité-état mésopotamienne appartenaient à ses dieux et étaient gérées par leurs substituts, les dirigeants et les prêtres. Les personnes qui utilisaient ces terres et ces eaux et en tiraient des avantages économiques étaient à leur tour soumises à l'impôt. La monnaie n'ayant pas encore été inventée, les impôts étaient payés sous forme de biens et de services. Normalement, les biens représentaient une part de ce qui avait été produit (comme le grain, les dattes, le poisson, la laine ou le bétail) ou un pourcentage de sa valeur en argent. Les services pouvaient être rendus par le biais du service militaire ou en travaillant sur des projets communaux (le creusement et l'entretien des canaux d'irrigation, la récolte des cultures sur les terres communales ou la construction de temples et de palais). Les marchands étaient également soumis à des taxes spéciales lorsqu'ils expédiaient ou recevaient des marchandises, ou lorsqu'ils traversaient des villes le long des routes commerciales ou franchissaient des rivières. (67-68)

Au cours de la période assyrienne, comme aux époques précédentes, les revenus provenaient également des conquêtes. Lorsque Sargon II (r. de 722 à 705 av. J.-C.) conquit Urartu (ou Ourartou) en 714 av. J.-C., il remplit le trésor du gouvernement avec le butin. Il n'y a cependant aucune preuve d'un allègement fiscal pour le peuple et le percepteur était aussi craint et détesté pendant la période assyrienne qu'à n'importe quelle autre époque antérieure. Sous Assurbanipal (r. de 668 à 627 av. J.-C.), le gouvernement ne percevait pas seulement des impôts, mais aussi des livres pour la bibliothèque d'Assurbanipal à Ninive, créant ainsi la collection la plus importante et la plus systématique d'ouvrages écrits provenant de toutes les régions de l'empire néo-assyrien.

King Ashurbanipal (Artist's Impression)
Roi Assurbanipal (Impression d'artiste)
Mohawk Games (Copyright)

Conclusion

Après la chute de l'empire néo-assyrien en 612 avant notre ère, l'empire néo-babylonien (626-539 av. J.-C.) contrôla la région et suivit le même modèle de gouvernement que celui établi des siècles auparavant par les Sumériens. Nabopolassar (r. de 626 à 605 av. J.-C.) fonda et maintint le gouvernement de son empire sur le même concept du roi en tant qu'intendant que les rois précédents, et cette politique fut suivie par son successeur Nabuchodonosor II (r. de 605/604 à 562 av. J.-C.).

Sous le règne de Nabonide (r. de 556 à 539 av. J.-C.), l'empire tomba aux mains de Cyrus II (le Grand, r. d'environ 550 à 530 av. J.-C.) de l'empire achéménide (c. 550-330 av. J.-C.) qui institua un gouvernement centralisé avec une décentralisation de l'administration qui était assurée par les satrapes (gouverneurs) des différentes provinces. À bien des égards, l'ancien gouvernement perse était le même modèle que celui des Assyriens et des Akkadiens, mais avec des différences significatives.

À l'époque de l'empire achéménide, le grand prêtre n'était plus co-responsable avec le roi, et l'administration des affaires civiles et des finances dans chaque province était du seul ressort du satrape; les questions militaires étaient traitées par un général qui commandait les troupes de la province. La rébellion d'un satrape était ainsi neutralisée avant qu'elle ne soit organisée, car le gouverneur perse d'une région n'avait pas accès aux troupes, tandis que le général était empêché d'accéder aux fonds dont il aurait eu besoin pour organiser sa propre insurrection.

Ce modèle de gouvernement fut adopté par l'Empire séleucide (312-63 av. J.-C.), l'Empire parthe (247 av. J.-C. -224 ap. J.-C.) et l'Empire sassanide (224-651 ap. J.-C.) et est considéré comme le modèle le plus efficace du monde antique. À l'époque de l'empire sassanide, les anciens dieux de Sumer, d'Akkad, de Babylonie et d'Assyrie avaient été remplacés par le dieu unique, Ahura Mazda, du zoroastrisme, mais le modèle du monarque en tant qu'intendant des terres appartenant légitimement à la divinité, dont la responsabilité première était de prendre soin du peuple, était toujours d'actualité.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Quand le gouvernement fut-il établi pour la première fois en Mésopotamie ?

Selon certains spécialistes, le gouvernement fut mis en place vers 3600 avant notre ère, et il fonctionnait manifestement déjà vers 2900 avant notre ère, au début de la première période dynastique.

Combien de temps le gouvernement de l'ancienne Mésopotamie dura-t-il ?

Le gouvernement de l'ancienne Mésopotamie dura de 2900 avant notre ère à 651 de notre ère.

Sur quoi reposait le gouvernement de l'ancienne Mésopotamie ?

Dans l'ancienne Mésopotamie, le gouvernement était basé sur le modèle de la famille, où le père était le chef de famille, et sur le concept des dieux en tant que propriétaires et dirigeants de la terre. Le roi était comme le père, mais il ne faisait que relayer la volonté des dieux.

Comment fonctionnait le gouvernement dans l'ancienne Mésopotamie ?

Comme tous les gouvernements, les gouvernements mésopotamiens fonctionnaient grâce à la collecte d'impôts auprès de la population. Ces impôts étaient censés répondre aux besoins de la population.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2023, février 09). Gouvernement de l'Ancienne Mésopotamie [Mesopotamian Government]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-21540/gouvernement-de-lancienne-mesopotamie/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Gouvernement de l'Ancienne Mésopotamie." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le février 09, 2023. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-21540/gouvernement-de-lancienne-mesopotamie/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Gouvernement de l'Ancienne Mésopotamie." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 09 févr. 2023. Web. 17 juil. 2024.

Adhésion