Héra

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 10 septembre 2012
X

Texte original en Anglais : Hera

Hera (by SquinchPix.com, Copyright)
Hera
SquinchPix.com (Copyright)

Héra (nom romain : Junon), épouse de Zeus et reine des dieux grecs anciens, représentait la femme idéale et était déesse du mariage et de la famille. Cependant, elle était peut-être plus connue pour sa nature jalouse et vengeresse, principalement dirigée contre les maitresses de son mari et leur progéniture illégitime. Héra était en soi remarquable étant l'une des rares divinités qui resta fidèle à son partenaire et elle en vint donc à symboliser la monogamie et la fidélité.

Dans la mythologie grecque, Héra était la fille de Chronos et de Rhéa, et mère d'Arès (dieu de la guerre), Hébé (déesse de la jeunesse) et d'Ilithyie (déesse de l'accouchement), tous de Zeus. Héra donna aussi naissance à Héphaïstos (dieu de la métallurgie), seule, en représailles au fait que Zeus avait mis au monde Athéna. Cependant, Héra jeta Héphaïstos du mont Olympe à cause de sa laideur, il s'écrasa sur terre, et le dieu devint ainsi boiteux. Dans d'autres récits, Héphaïstos fut jeté du ciel par Zeus précisément à cause de sa boiterie. Quoi qu'il en soit, Héphaïstos tenait une rancune contre sa mère et en arriva même à l'emprisonner dans un trône spécialement conçu. Héra ne fut libérée de cet engin qu'en promettant à son fils la main d'Aphrodite en mariage.

Supprimer la pub

Advertisement

Héra luttait constamment contre l'infidélité de son mari Zeus et était souvent prompte à se venger.

Héra luttait constamment contre l'infidélité de son mari et était souvent prompte à se venger. Léto fut punie par Héra qui jura de maudire toute terre qui servirait de refuge à la déesse enceinte. Ce n'est qu'après des mois d'errances que Léto put trouver un endroit (Délos) pour donner naissance à son fils, le dieu Apollon. Quand bien même, Héra fit en sorte que sa fille Ilithyie prolongeât le travail à neuf mois.

Dans différentes versions, un mythe très populaire impliquait Héra, Zeus et Io. Selon certains récits, la reine des dieux transforma Io, qui était l'une de ses propres prêtresses et une ancienne princesse d'Argos, en vache pour dissuader les avances de Zeus, mais dans d'autres versions, c'est Zeus qui transforma la jeune fille en vache blanche, soit pour la rencontrer en secret soit pour persuader Héra qu'il n'était pas vraiment intéressé par elle. Cependant, Héra découvrit leur histoire, prit la vache en garde et choisit Argos aux cent yeux pour la garder. En guise de réponse, Zeus commanda à Hermès d'aller bercer Argos afin de l'endormir et le tuer. En mémoire de lui, Héra mit ses cent yeux sur les ailes d'un oiseau - le paon. Enfin, pour surenchérir, Héra envoya un taon pour tourmenter sans fin la malheureuse Io.

Supprimer la pub

Advertisement

D'autres victimes de la jalousie d'Héra furent Sémélé, qui fut trompée par Héra et demanda à Zeus de se révéler dans toute sa splendeur divine et à cette vue fut immédiatement anéantie. Callisto était une autre des maitresses de Zeus qui fut la cible de la colère d'Héra et qui fut transformée en ours et chassée par Artémis. Zeus, prenant pitié d'elle, la transforma plus tard en constellation, la grande Ours.

Héra se donna beaucoup de mal pour se venger de l'infidélité de Zeus avec Alcmène, concentrant principalement sa colère sur leur fils Hercule. Héra retarda sa naissance afin que son cousin Eurysthée puisse revendiquer le trône de Tirynthe, elle envoya deux serpents tuer l'enfant pendant qu'il dormait, elle le rendit fou et fit en sorte qu'il tue sa propre femme et ses enfants, et fit imposer au héros ses douze travaux, qui étaient si dangereux qu'elle espérait qu'ils seraient mortels. Elle monta également l'Hydre de Lerne contre les habitants de la ville natale d'Hercule et poussa les Amazones contre le héros lorsqu'il partit à la recherche de la ceinture d'Hippolyte. Héra était également à l'origine de certains des monstres féroces qu'Hercule dut affronter - le lion qui terrorisait Némée et le dragon Ladon qui protégeait les pommiers sacrés de la déesse, cadeau de mariage de Gaia. Un autre héros panhellénique, qui reçut les faveurs d'Héra, était Jason, celui de la Toison d'Or. Le héros avait aidé la déesse sans le savoir alors qu'elle était déguisée en vieille femme et voulait traverser une rivière dangereuse, et elle promit d'être toujours à ses côtés en cas de besoin.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Elis Silver Stater
Statère Elis Silver
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Enfin, deux autres victimes de la reine des dieux furent Ixion, qui fut attaché à une roue qui tourne éternellement dans le royaume d'Hadès en punition d'avoir tenté de la séduire, et Tityos, qui fut puni pour la même erreur à être enchaîné à un rocher et à se faire manger le foie par un vautour tous les jours.

Héra fut une des protagonistes les plus importantes de l'histoire de la guerre de Troie racontée dans l'Iliade d'Homère. La déesse soutenait les Achaéens et se présenta souvent aux côtés d'autres divinités pour provoquer la chute de Troie, car elle n'avait jamais pardonné au prince troyen Paris d'avoir choisi Aphrodite et non elle comme la plus belle des déesses. Dans l'Iliade, Héra mentionne trois villes qui lui sont particulièrement chères: Argos, Sparte et Mycènes. On nous dit aussi que, enfant, elle avait été élevée par Océan et Téthys alors que Zeus luttait contre Chronos. Homère décrit le plus souvent Héra comme «à bras blancs », «aux yeux de vache » et «Héra d'Argos». Hésiode, dans sa Théogonie, décrit de même Héra comme : «d'Argos» et plus souvent encore «aux sandales dorées».

Héra était la protectrice d'Argos, qui possédait un sanctuaire à la déesse du milieu du VIIIe siècle AEC. Elle avait aussi un temple qui lui était dédié à Olympie (650-600 AEC), et Tirynthe était un centre culte important pour la déesse au VIIe siècle avant notre ère. L'île de Samos, berceau de la déesse, avait été un centre de culte de la déesse dès la période mycénienne au milieu du 2ème millénaire AEC, et un grand centre fut créé à partir du VIIIe siècle AEC, qui prospéra jusqu'à la période romaine. Héra était grandement appréciée à Élis, où les pièces de monnaie représentaient la déesse au Ve et IVe siècle AEC. Dans toute la Grèce, des compétitions sportives pour les femmes, les Héraia, avaient lieu en l'honneur d'Héra, de même que les fêtes annuelles du mariage (hiérogamie) lorsque les couples réévoquaient le mariage de Zeus et Héra.

Supprimer la pub

Advertisement

Temple of Hera, Selinus
Temple d'Héra, Sélinus
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

En tant qu'une des divinités les plus importantes, Héra était naturellement une figure de premier plan dans l'art grec antique, en particulier sur la poterie attique rouge et noire. Cependant, sans attributs spécifiques, elle est souvent difficile à distinguer des autres déesses. Elle est le plus souvent assise sur un trône et porte parfois une couronne (polos), tient un sceptre royal et porte un voile de mariée. À l'occasion, elle est également représentée tenant une grenade, un symbole traditionnel de fertilité. D'autres associations comprennent le paon - symbole de fierté - et le coucou, la forme que Zeus prit afin de la courtiser - animaux dont la déesse se serait entourée sur le mont Olympe - et enfin, avec une fleur de lys.

Dans la culture romaine, la déesse continua son œuvre en tant que Junon, bien qu'elle représentait principalement les attributs de famille idéale et de mariage fidèle plutôt que le côté jaloux, vengeur d'infidélité. Junon était l'une des déesses romaines les plus importantes avec Jupiter et Minerve; en effet, elle était aussi la patronne de la grande ville de Rome. Les Matronalia annuelles étaient un festival tenu en son honneur en juin, le mois qui portait son nom et la période considérée comme la période la plus propice pour se marier dans la culture romaine.

Bibliographie

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth enseigne l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur d'articles historiques installé en Italie. Il s'intéresse plus particulièrement à la poterie, à l’architecture, aux mythologies du monde et à la découverte des idées partagées par toutes les civilisations. Il est titulaire d’un Master en philosophie politique et éditeur en chef de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2012, septembre 10). Héra [Hera]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-10295/hera/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Héra." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le septembre 10, 2012. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-10295/hera/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Héra." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 10 sept. 2012. Web. 19 oct. 2021.