Léto

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 15 novembre 2019
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, Turc, espagnol
Leto Fighting Giants (by Mark Cartwright, CC BY-NC-SA)
Léto contre les Géants
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Leto est une Titanide et la mère des dieux Apollon et Artémis dans la mythologie grecque. Les jumeaux de Léto sont le résultat d'une rencontre amoureuse avec Zeus, et pour éviter la colère de son épouse Héra, la Titanide dut accoucher sur l'île lointaine et stérile de Délos. Peu impliquée dans les autres mythes, la déesse eut néanmoins plusieurs sanctuaires qui lui furent dédiés, notamment le Létôon à Xanthe, dans le sud de la Turquie actuelle. Elle apparaît également dans l'art grec, notamment dans des scènes la montrant aux côtés de ses enfants les plus célèbres. Pour les Romains, la déesse était connue sous le nom de Latona.

La naissance d'Apollon et d'Artémis

Léto était la fille des Titans Céos (Intelligence) et Phébé (Lune). Elle est la mère des divinités jumelles Apollon et Artémis qu'elle eut avec Zeus. Le roi des dieux de l'Olympe avait transformé Léto et lui-même en cailles avant leur accouplement. Léto donna naissance à sa progéniture sur l'île de Délos, d'où son important sanctuaire pour Apollon. La Titanide, afin d'échapper à la colère d'Héra, l'épouse de Zeus, avait été obligée de voyager loin à travers la mer Égée, car la plupart des cités-États avaient trop peur d'apporter leur aide, Héra les ayant averties des conséquences désastreuses d'un tel geste. Dans certaines versions, Léto fut continuellement poursuivi par un python envoyé par Héra. Finalement, Léto s'installa sur ce qui semblait être sa seule option : la petite île stérile de Délos. Dans certaines versions du mythe, Zeus demanda à son frère Poséidon de créer l'île d'un coup de trident, d'où le nom de Délos, qui signifie "apparence" ou "apparent" en grec ancien. L'histoire inclut souvent la description de Delos comme étant une île flottante et la naissance d'Apollon l'aurait en quelque sorte rendue fixe et stable. Léto fut assistée pendant l'accouchement difficile par Ilithyie, la déesse de l'accouchement après avoir été appelée du mont Olympe par la messagère ailée Iris. L'accouchement, qui dura neuf jours, fut si difficile que Léto dut s'accrocher à un palmier et à un olivier en guise d'appui.

Supprimer la pub

Advertisement

Délos possédait un sanctuaire spécifiquement dédié à Léto avec un temple à l'intérieur duquel se trouvait une petite statue en bois de la divinité.

Aristote ajoute le détail curieux et déroutant en termes chronologiques que Léto était une louve venue à Délos des Hyperboréens - une race nordique légendaire d'adorateurs d'Apollon. Il y avait certainement une association traditionnelle entre Apollon et les loups. De plus, les Grecs de l'Antiquité considéraient Délos comme le dernier lieu de repos des Hyperboréens. Ces légendes et ces associations confuses pourraient bien avoir été conçues pour promouvoir Délos au détriment de l'autre grand sanctuaire sacré d'Apollon à Delphes.

Le célèbre spécialiste de la mythologie grecque, Robert Graves, ajoute que la querelle entre Héra et Léto pourrait représenter une ancienne rivalité entre les colons de ce qui est aujourd'hui Israël/Palestine et les peuples autochtones d'Anatolie, chaque camp vénérant une déesse de la terre différente. Curieusement, il existait une divinité appelée Lat, populaire à la fois dans l'est de la Méditerranée et en Égypte, une déesse de la fertilité qui était particulièrement associée au palmier-dattier et à l'olivier. Il est peut-être aussi significatif que dans la mythologie grecque, Léto soit amené à Délos par un vent du sud. En plus d'honorer son fils, Délos possédait également un sanctuaire spécifiquement dédié à Léto avec un temple à l'intérieur duquel se trouvait une petite statue en bois de la divinité.

Supprimer la pub

Advertisement

Delos Panorama
Panorama de Délos
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Sites sacrés

Dans des versions alternatives du mythe ci-dessus, Artémis est née à Ortygie (" l'île aux cailles "), près d'Éphèse en Turquie occidentale, et c'est là qu'elle était particulièrement vénérée. Dans cette version, Léto se rendit ensuite à Délos pour mettre au monde Apollon. Parmi les autres sites de culte qui possédaient un sanctuaire ou un Létôon dédié à Léto, citons ceux de Tégyres en Béotie, de Zoster en Attique et de Xanthe en Lycie, également situé dans le sud de la Turquie, qui affirmaient tous que Léto y avait donné naissance à ses enfants divins.

Le sanctuaire de Xanthe dédié à Léto devint le sanctuaire fédéral de toute la Lycie au IIe siècle avant notre ère.

La Titanide avait également un sanctuaire, à Didymes, sur la côte sud-est de la Turquie, où se trouvait un célèbre oracle d'Apollon, et un autre sur l'île de Chios. Les sites sacrés à Leto étaient généralement sous la responsabilité d'un prêtre masculin en Anatolie et d'une prêtresse ailleurs. Sur de nombreux sites, Léto ne faisait plus qu'une avec une déesse " mère " plus ancienne et indigène et on l'appelait souvent " Mère Léto ". La Titanide était souvent liée aux cérémonies d'initiation des jeunes filles à l'âge adulte, notamment à Phaistos en Crète. De plus, les groupes à adhésion héréditaire (phratries) affichaient les listes de leurs nouveaux membres dans le Létôon à Athènes. Le culte de Léto se poursuivit à l'époque romaine, notamment en Anatolie où des festivals et des concours étaient organisés en son honneur.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Le Létôon de Xanthe

Xanthe (alias Xanthus) présente un intérêt particulier car elle possédait un important site sacré en l'honneur de la Titanide, le Létôon. Xanthe était la plus grande ville de Lycie et le sanctuaire de Léto était situé à quelques kilomètres au sud. Les premiers vestiges certains mis au jour à cet endroit datent du 7e siècle avant notre ère, mais il est probable qu'un culte encore plus ancien ait été rendu sur le site, dédié à une déesse mère locale symbolisée par la présence d'une source. Léto était associée au site car on pensait qu'elle s'y était arrêtée avec ses jumeaux lors de son retour de Délos au Mont Olympe. La Titanide aurait lavé Apollon et Artémis dans la source, mais elle ne fut pas bien accueillie et aurait donc transformé les habitants en grenouilles. Malgré cette relation étrange entre la divinité et les mortels, le culte de Léto fut particulièrement encouragé par Arbinas, le souverain de Xanthe au IVe siècle av. J.-C. (dont la tombe se trouve aujourd'hui au British Museum de Londres et est appelée le monument aux Néréides).

Letoon, Xanthos
Létôon de Xanthe
Bjørn Christian Tørrissen (CC BY-SA)

Au cours du IIIe siècle av. J.-C., le site bénéficia de l'ajout de trois temples et d'un mur qui entourait toute l'enceinte sacrée. Le temple de Léto avait six colonnes ioniques sur les façades et onze sur chaque grand côté. De chaque côté de ce temple principal se trouvaient des temples plus petits dédiés à Apollon et Artémis. Au IIe siècle av. J.-C., un théâtre fut ajouté pour l'exécution des cérémonies religieuses. Au même siècle, le sanctuaire, dont l'histoire était désormais bien établie, devint le sanctuaire fédéral de toute la Lycie - un statut attesté par des textes anciens qui décrivent le site comme étant visité par des pèlerins venus de tout le monde grec et par de nombreuses inscriptions conservées. En effet, d'importantes découvertes sur le site sacré comprennent une utile inscription trilingue du IVe siècle avant J.-C. en grec, en lycien et en araméen (concernant un culte au roi Caunius). Il existe également une inscription grecque de 108 lignes datant de 208 av. J.-C. demandant une aide financière de Cytinium, qui n'a pas abouti. Le Létôon continua à être populaire pendant la période romaine impériale et fut même visité par l'empereur romain Hadrien (r. de 117 à 138 de notre ère). Cependant, au Ve siècle de notre ère, une église chrétienne fut construite sur le site en utilisant de nombreux blocs utilisés autrefois dans les temples païens. Pour porter un coup fatal aux anciens dieux, l'intérieur du temple de Léto fut transformé en baptistère.

Léto dans la littérature et l'art

La déesse est décrite par Hésiode (vers 700 av. J.-C.) dans sa Théogonie comme "Léto à la robe sombre, toujours apaisante, douce pour les êtres humains et pour les dieux immortels, apaisante dès le début, la plus gentille dans l'Olympe" (405-7). Homère, actif au 8e siècle av. J.-C., décrit la Titanide comme "Léto à la belle chevelure" dans l'Iliade, et dans son Odyssée, il mentionne au livre 11 (lignes 577-81) l'histoire du Géant Tityos, fils de Gaia (la Terre), qui fut puni pour avoir agressé Léto. La Titanide avait appelé ses enfants à l'aide après avoir été enlevée par Tityos, ils arrivèrent rapidement et le tuèrent. Mais ce n'était pas la fin pour le Géant, car il reçut alors l'un des délicieux châtiments de Zeus, dans son cas, il fut cloué au sol dans le Tartare, dans les profondeurs de l'Hadès, où il serait vu plus tard par Ulysse. Là, étendu et sans défense dans les profondeurs les plus sombres des Enfers, le foie du Géant est constamment picoré par deux vautours (ou un aigle dans certaines versions).

Supprimer la pub

Advertisement

Zeus, Leto, Apollo & Artemis
Zeus, Léto, Apollon et Artémis
Ophelia2 (Public Domain)

Dans un autre mythe populaire dans la littérature et l'art grecs, ses enfants défendent une fois de plus l'honneur de leur mère. La déesse chasseuse utilise son arc pour tuer sans pitié les six (ou dans certains cas sept) filles de Niobé tandis qu'Apollon abat ses fils, tout cela parce qu'elle s'était vantée que sa capacité de procréation était supérieure à celle de Léto. Cette histoire fut représentée sur le trône de la statue de Zeus à Olympie, l'une des sept merveilles du monde antique.

Léto est le plus souvent représentée dans l'art grec - en particulier dans la statuaire et dans les scènes peintes sur la poterie grecque - comme faisant partie d'une triade avec ses descendants Apollon et Artémis. De telles représentations apparaissent dès le 7e siècle avant Jésus-Christ, notamment à Dreros en Crète. Le trio est célèbre sur une métope de Sélinonte datant du 6e siècle avant notre ère. Sinon, la Titanide est difficile à identifier dans les œuvres d'art non accompagnées d'inscriptions, car elle ne possède aucun des attributs particuliers des déesses de l'Olympe, comme le casque d'Athéna et l'épi de Déméter. Léto apparaît parfois sur des vases grecs, chevauchant un char avec son fils Apollon ou se tenant à ses côtés pendant qu'il joue de la kithara. Léto apparaît parfois dans des scènes montrant la naissance d'Apollon où elle se tient souvent à un palmier pour se soutenir. Un bon exemple est une pyxis ou boîte à couvercle du IVe siècle av.J.-C., actuellement conservée au Musée archéologique national d'Athènes. Léto y est remarquablement peinte en blanc et elle tient un palmier doré. On la retrouve également dans les représentations du mythe de Tityos sur une métope du VIe siècle av. J.-C. provenant de Paestum et sur plusieurs vases à figures noires et rouges conservés entre le VIe et le Ve siècle av. J.-C..

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2019, novembre 15). Léto [Leto]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-14358/leto/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Léto." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le novembre 15, 2019. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-14358/leto/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Léto." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 15 nov. 2019. Web. 08 déc. 2022.

Adhésion