Lycie

Définition

Freya Burford
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 01 mars 2017
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol, Turc
Lycian tombs, Xanthos (by Carole Raddato, CC BY-SA)
Tombeaux lyciens, Xanthos
Carole Raddato (CC BY-SA)

La Lycie est une région montagneuse du sud-ouest de l'Anatolie (également connue sous le nom d'Asie mineure, l'actuelle Turquie). Les premières références à la Lycie remontent à des textes hittites datant d'avant 1200 avant notre ère, où la région est connue sous le nom de "terres de Lukka". La ville est mentionnée à la fois dans les textes hittites et égyptiens, où les Lyciens sont associés à un groupe connu sous le nom de Peuples de la mer. La Lycie est également citée comme ayant eu des contacts avec les civilisations grecque et romaine, ce qui lui confère une durée de présence humaine de plus de 2 000 ans.

Origines mythologiques

La Lycie apparaît comme un personnage important dans la mythologie grecque et y est fréquemment mentionnée. L'historien Hérodote rapporte une version de l'ascendance lycienne, affirmant que les habitants de la Lycie étaient originaires de Crète (1.173.3). Il rattache leur origine à un conflit royal entre les deux fils d'Europe, Sarpédon et Minos. Sarpédon, le frère vaincu, fut chassé mais partit fonder la Lycie. À cette époque, Hérodote affirme que la colonie était connue sous le nom de Termilae. Ce n'est que lorsqu'un homme appelé Lycus, banni d'Athènes, arriva à Termilae que le site fut connu sous le nom de Lycie.

Supprimer la pub
Advertisement

La Lycie apparaît également dans l'histoire de Bellérophon, qui devint roi après Iobatès, et elle participa également à la guerre de Troie aux côtés des Troyens. Dans l'Iliade d'Homère, Sarpédon et Glaucos sont les deux principaux chefs lyciens de la guerre et se voient accorder de vastes territoires en récompense de leurs efforts.

La région de Lycie est également associée au nom de terre de Lukka, un site mentionné à la fois dans la littérature hittite et égyptienne.

Géographie

La Lycie est une région montagneuse située sur la côte sud-ouest de la Turquie moderne. Dans l'Antiquité, le site semble avoir compté moins de 100 colonies. Certains de ces établissements sont fréquemment mentionnés dans la littérature grecque et latine, comme Xanthos, Patara et Olympos. La région est souvent associée à la colonie de Carie, située à la frontière nord de la Lycie. D'anciennes références aux Lyciens affirment que leurs coutumes étaient semblables à celles des Cariens, ce qui suggère que les sites étaient occupés par un seul et même groupe ethnique. Comme les deux villes sont mentionnées ensemble dans l'Iliade d'Homère, il est possible que la Lycie et la Carie aient entretenu une certaine forme de relations ethniques.

Supprimer la pub
Advertisement

La région de Lycie est également associée au nom de Terres de Lukka, un site mentionné à la fois dans la littérature hittite et égyptienne. Ces références à une région appelée les Terres de Lukka ont fourni aux historiens une version alternative de l'héritage lycien. Les historiens sont aujourd'hui largement convaincus que le site mentionné dans les textes hittites était en fait le site plus tardif de la Lycie.

The Regions of Ancient Anatolia
Les régions de l'ancienne Anatolie
Emok (CC BY-SA)

Aperçu historique

Les premières références à la Lycie concernent les terres de Lukka à la fin de l'âge du bronze. Bien que les Lyciens eux-mêmes n'aient pas créé de documents littéraires, ils apparaissent dans la littérature hittite et égyptienne de cette période. Les deux royaumes décrivent les Lyciens comme des peuples relativement hostiles et rebelles. Sous le règne des Suppiluliumas, au 14e siècle avant notre ère, les terres des Lukkas restent dans un état de rébellion constante. Comme les Lukkas étaient capables de s'opposer à la domination des Hittites, on pense qu'ils exerçaient une forte influence militaire et de colonisation.

Supprimer la pub
Advertisement

Dans les sources égyptiennes, les Lukkas sont répertoriés dans une confédération appelée les "Peuples de la mer". Les Peuples de la mer étaient des raiders des mers actifs entre 1276 et 1178 avant notre ère. Lukka est cité avec plusieurs autres colonies pour leur participation à ces raids navals sur des tablettes de Tel-el-Amarna en Égypte. Ces raids sont attestés tout au long des règnes de Ramsès II (Le Grand, de 1279 à 1213 av. J.-C.), de son fils Mérenptah (de 1213 à 1203 av. J.-C.) et de Ramsès III (de 1186 à 1155 av. J.-C.). Une fois encore, ces contacts hostiles avec l'Égypte suggèrent que les terres de Lukka exerçaient une forte influence militaire dans la région.

Après l'effondrement de l'empire hittite, la Lycie devint un royaume "néo-hittite" indépendant. L'Iliade d'Homère et l'Histoire d'Hérodote furent toutes deux composées par des Grecs d'Anatolie pendant cette période d'indépendance. Leurs points de vue sur l'Anatolie sont inestimables pour comprendre la société lycienne. L'Iliade d'Homère constitue la première apparition des Lyciens dans la littérature grecque, les habitants de la Lycie y étant présentés comme des alliés de Priam et combattant à Troie (2.876-7).

Les Lyciens participèrent également aux guerres perses du 5e siècle avant notre ère. Ils semblent toutefois s'être alliés aux Perses puisqu'ils fournirent 50 navires à la flotte perse en 480 avant notre ère. Les Perses contrôlèrent la Lycie à partir de 546 avant notre ère, après avoir pris le contrôle de la ville centrale de Xanthos. Au lendemain des guerres perses, la Lycie apparaît comme un sujet de la Ligue de Délos, mais revint peu après sous le contrôle des Perses. Au IVe siècle avant notre ère, elle était gouvernée par des dynastes, en particulier par le personnage de Périclès. Cependant, cette gouvernance se soumit très vite à Alexandre le Grand lors de son expansion dans la région (334-323 av. J.-C.).

Supprimer la pub
Advertisement

Après la mort d'Alexandre le Grand (323 av. J.-C.), la Lycie passa aux mains de Ptolémée Ier. Elle fut ensuite conquise par Antiochos III en 197 av. J.-C. pendant la période de turbulences qui suivit la mort d'Alexandre (également connue sous le nom de guerres des Diadoques ou guerres des successeurs). Après la bataille de Magnésie en 189 avant J.-C., Antiochos III fut vaincu et la Lycie fut cédée par les Romains à Rhodes. Les Lyciens résistèrent au contrôle rhodien et, en 177 avant notre ère, ils envoyèrent une ambassade à Rome pour se plaindre de la dureté du traitement rhodien. Le problème n'étant pas résolu, les Lyciens prirent les armes et restèrent en conflit jusqu'en 167 avant notre ère, date à laquelle le Sénat décida de libérer la Lycie et sa voisine la Carie.

Pendant les guerres civiles romaines (1er siècle avant notre ère), les Lyciens subirent les pillages de Brutus et Cassius, qui avaient assassiné César. Après la défaite des deux hommes, Marc-Antoine se vit confier le contrôle de l'Orient, y compris de la Lycie. Au cours de cette période, la Lycie fut simplement intégrée à l'Asie mineure. Cette situation changea sous le règne de l'empereur romain Claude (de 41 à 54 de notre ère), qui rejoignit la Lycie et la Pamphylie voisine en 43 de notre ère. Les deux colonies se partageaient un gouverneur romain, mais fonctionnaient différemment dans la pratique.

Société lycienne

Les Lyciens adoptèrent la filiation matrilinéaire, c'est-à-dire qu'ils "tiraient leur nom non de leur père, mais de leur mère" (Hérodote).

Hérodote note quelque chose d'assez extraordinaire à propos de la culture lycienne. Il affirme que les Lyciens avaient adopté la filiation matrilinéaire, prenant "leurs noms non pas de leurs pères, mais de leurs mères" (1.173.4-5). Cette pratique était directement opposée à celle des Grecs, où la descendance était assurée par la lignée masculine.

Supprimer la pub
Advertisement

Comme nous l'avons déjà mentionné, Hérodote avait une bonne connaissance de l'histoire de la région anatolienne, y compris des voisins des lyciens tels que les Crétois et les Cariens. Outre le commentaire concernant la descendance féminine, Hérodote affirme que lorsqu'une femme lycienne épousait un esclave, ses enfants bénéficiaient de tous les droits. En revanche, si un citoyen de sexe masculin épousait une esclave de sexe féminin, ses enfants se verraient refuser les droits de citoyen. Cela renforce à nouveau l'idée qu'en Lycie, les femmes occupaient une place centrale dans la société, ce qui se reflétait à la fois dans la loi et dans la traçabilité de la descendance. Des sociétés similaires ont été observées dans l'histoire de l'Inde, par exemple l'ordre social dravidien, où certaines parties de la société étaient caractérisées par le matriarcat et la succession matrilinéaire. Cette pratique a été largement attestée tout au long de l'histoire, même au 19e siècle de notre ère.

Bien qu'il n'y ait pas de preuves concluantes pour confirmer l'affirmation d'Hérodote, il y a des suggestions ailleurs qui établissent la présence d'une descendance matrilinéaire en Lycie. L'auteur Nicolas de Damas, du 1er siècle avant notre ère, fait une affirmation similaire. Une collection d'inscriptions funéraires a également été découverte, qui a été interprétée par certains chercheurs comme une preuve de l'existence d'une descendance matrilinéaire. Cette interprétation est toutefois très contestée par les chercheurs.

Langue lycienne

Le lycien est une langue indo-européenne appartenant au sous-groupe luwien des langues anatoliennes. La langue lycienne est attestée par moins de 200 inscriptions, dont plusieurs ne comportent que des noms tirés de pièces de monnaie. Son alphabet comporte 23 consonnes et six voyelles qui s'écrivaient de gauche à droite sur des lignes horizontales. Les documents littéraires de la Lycie datent de l'époque de l'occupation perse, 500 avant notre ère - 300 avant notre ère. Après la domination perse, la Lycie adopta le grec comme langue principale et, par conséquent, il n'y eut plus d'inscriptions lyciennes.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

The Payava Tomb
Le tombeau de Payava
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

Beaucoup de ces inscriptions proviennent de monuments funéraires, comme la tombe de Payava. Bien que l'inscription soit assez courte, elle montre comment la société lycienne utilisait sa langue, ce qui se produit le plus souvent dans un contexte funéraire. L'un des exemples les plus connus d'inscriptions lyciennes est celui de l'obélisque de Xanthian, qui contient un texte trilingue faisant référence à un culte religieux. L'inscription se trouve sur une tombe à Xanthos et est parfois appelée le pilier inscrit de Xanthos.

Gouvernance et religion lyciennes

En raison de l'absence de documents écrits, on ne sait pas grand-chose de la gouvernance exacte de la Lycie. Cependant, c'est au cours du 4e siècle avant notre ère que la Ligue lycienne fut formée. La Ligue était la première union démocratique connue de l'histoire et était formée de représentants élus. Les auteurs anciens semblent admirer la Ligue, qui reliait les cités-États lyciennes au sein d'une organisation politique. Les représentants se réunissaient pour discuter de diverses questions telles que les droits commerciaux et les lois sur le mariage. Les citoyens lyciens de sexe masculin, résidents ou propriétaires terriens, pouvaient voter pour leurs représentants à l'Assemblée sur diverses questions.

La capitale de la Ligue lycienne se trouvait à Patara, où l'on peut encore voir les vestiges du bâtiment de l'assemblée. L'historien romain Tite-Live rapporte également qu'à Patara, dans le temple d'Apollon, étaient conservées les archives relatives à la ligue.

Apollon était un dieu particulièrement important pour les Lyciens, car on pense que son origine était anatolienne. Artémis était également importante pour la Lycie, car elle était considérée comme la sœur anatolienne d'Apollon. Apollon et Artémis avaient tous deux des centres de culte en Lycie, mais aucun n'est aussi bien attesté que la déesse Léto. À Xanthos, le sanctuaire religieux connu sous le nom de Létôon semble avoir été le plus important pour les Lyciens. Trois temples sont dédiés à Léto dans cette région et c'est là que se déroulaient les fêtes nationales. D'autres sanctuaires à Léto existent dans toute la région, faisant d'elle la figure religieuse la plus influente de Lycie.

Myra  - Ocean Necropolis
Myra - nécropole de la mer
Irene Fanizza (Copyright)

Archéologie lycienne

La Lycie recèle une variété de vestiges impressionnants, notamment des tombes lyciennes. Plus de 1 000 tombes taillées dans le roc sont encore visibles dans la Lycie actuelle. Ce phénomène est remarquable par sa quantité et sa qualité, mais aussi par son système de croyance unique. Les Lyciens croyaient que les âmes de leurs morts seraient transportées des tombes vers l'au-delà par une créature ailée ressemblant à une sirène, d'où l'importance de les placer au bord des falaises et sur la côte.

Les tombes sont sculptées avec des poutres en saillie et sont souvent hautes de plusieurs étages, ce qui les fait ressembler à des maisons. L'art funéraire et l'architecture des tombes lyciennes s'inspirent à la fois des influences grecques et perses. Cependant, les tombes taillées dans le roc ne sont pas l'apanage de la Lycie, puisqu'on en trouve dans d'autres régions de la Méditerranée, par exemple en Étrurie. L'exemple lycien le plus célèbre de tombeau taillé dans le roc est le tombeau d'Amyntas à Telmessos. Cette tombe est la plus grande de son genre et ressemble à une structure de type temple, datant d'environ 350 avant notre ère.

Supprimer la pub
Publicité

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Freya Burford
I currently work in historical travel, but I spent several years studying the ancient world at university. I have a particular interest in Anatolian history, but also in religion throughout the Greco-Roman world.

Citer cette ressource

Style APA

Burford, F. (2017, mars 01). Lycie [Lycia]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-971/lycie/

Style Chicago

Burford, Freya. "Lycie." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mars 01, 2017. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-971/lycie/.

Style MLA

Burford, Freya. "Lycie." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 01 mars 2017. Web. 15 avril 2024.

Adhésion