Empire Portugais d'Asie

Collecte de fonds pour traductions

Notre vision : Une éducation à l'Histoire gratuite pour tous, dans le monde entier et dans toutes les langues. C'est un objectif ambitieux, mais cela ne nous empêche pas d'y travailler. Pour y parvenir, nous devons traduire... beaucoup ! Faites un don aujourd'hui et aidez-nous à avoir un réel impact mondial. Merci beaucoup !
$1423 / $3000

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 02 juillet 2021
X

Texte original en Anglais : Estado da India

Portuguese Nobleman (by Unknown Artist, Public Domain)
Noble portugais
Unknown Artist (Public Domain)

L'Empire Portugais d'Asie ou Estado da India (1505-1961) est le nom que les Portugais ont donné à cette partie de leur empire qui s'étendait de l'Inde à l'Asie de l'Est. Cependant, dans son sens le plus large, le nom comprend toutes les colonies portugaises à l'est du Cap de Bonne-Espérance et, à son apogée au XVIe siècle, l'Empire portugais d'Asie s'étendait de l'Afrique au Japon.

L'Empire Portugais d'Asie était un appareil administratif créé en 1505 pour gouverner l'empire et son réseau commercial depuis sa capitale portugaise Goa, en Inde, où résidait le vice-roi des Indes. L'Empire Portugais d'Asie était en grande partie une série de ports interconnectés reliés par des flottes commerciales régulières. Les gouverneurs individuels recevaient leurs ordres du vice-roi tandis que la Casa da India de Lisbonne coordonnait tous les échanges et les communications des colonies. Ayant rencontré un franc succès dans leurs objectifs maritimes et commerciaux au XVIe siècle, l'Empire Portugais de Indes fut confronté à une concurrence intense de marchands musulmans et hindous, de dirigeants locaux de l'intérieur et d'autres puissances européennes du XVIIe siècle. En fin de compte, la difficulté de conserver des ports répandus dans le monde entier, des soucis avec le Brésil portugais et un manque chronique de main-d'œuvre et d'investissement firent que l'Empire portugais d'Asie s'effondra, même si certaines colonies comme Macao et Goa restèrent sous domination portugaise jusqu'au 20e. siècle.

Supprimer la pub

Advertisement

Création de l'Empire portugais

Les Portugais étaient désireux de découvrir une route maritime directe entre l'Europe et l'Asie qui leur permettrait de contourner les routes commerciales terrestres et maritimes du Moyen-Orient contrôlées par les États islamiques. Les Portugais pourraient alors avoir un accès direct au commerce très lucratif des épices asiatiques. Une motivation supplémentaire pour forger un empire comprenait l'espoir qu'il y ait des États chrétiens en Asie du Sud qui pourraient devenir des alliés utiles dans les batailles opposant les chrétiens aux califat islamiques. On espérait également que de nouvelles ressources de biens précieux comme l'or et de nouvelles terres agricoles pourraient être trouvées. Enfin, la Couronne portugaise pourrait gagner du prestige en Europe, et ses nobles gloire, titres et richesses.

Les colonies portugaises furent créées pour contrôler le commerce régional et fournir des refuges sûrs pour les navires cargo qui traversaient l'empire.

La première étape de la construction d'un empire fut la colonisation de trois archipels inhabités: Madère (1420), les Açores (1439) et le Cap-Vert (1462) dans l'Atlantique au large des côtes de l'Afrique de l'Ouest. Les îles de São-Tomé-et-Principe dans le golfe de Guinée furent colonisées à partir de 1486. Les îles de l'Atlantique ont ensuite servi de tremplin dans une série d'explorations maritimes qui visaient à naviguer le long des côtes africaines et à atteindre l'Asie par la mer. En 1497-1499, Vasco de Gama (c. 1469-1524) fit le tour du Cap de Bonne-Espérance en Afrique australe, remonta le long des côtes de l'Afrique de l'Est, et traversa l'océan Indien pour arriver à Calicut (aujourd'hui Kozhikode) sur la côte de Malabar, dans le sud-ouest de l'Inde.

Supprimer la pub

Advertisement

Portuguese Colonial Empire in the Age of Exploration
L'empire colonial portugais à I' époque des grandes découvertes
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

Cochin (aujourd'hui Kochi) fut créé en 1503 sur la côte ouest de l'Inde. En 1505, le roi Manuel I du Portugal (r. 1495-1521), était suffisamment convaincu du contrôle portugais de l'océan Indien pour nommer le premier vice-roi d'Inde, Francisco d'Almeida. La même année, l'Empire Portugais d'Asie fut officiellement créé. Cependant, le terme n'apparut pas régulièrement dans les documents officiels portugais avant le milieu du XVIe siècle. À proprement parler, le terme Empire Portugais d'Asie désigne toutes les possessions officielles de la Couronne portugaise telles que les ports, les forteresses et les terres d'Afrique de l'Est et d'Asie. Cette liste formelle de biens était donnée dans un acte de transfert à chaque nouveau vice-roi lors de son entrée en fonction. De plus, il y avait également de nombreux biens non officiels, dont certains sont devenus à un moment donné des propriétés officielles de la Couronne. La majorité de ces possessions n'étaient pas des territoires en tant que tels, mais des ports avec de petites zones urbaines rattachées. Cela s'explique par le fait que leur existence était de contrôler le commerce régional et de fournir un refuge sûr pour les navires cargo qui traversaient l'empire.

Les Portugais n'étaient pas intéressés par la colonisation de territoires ou de peuples pour eux-mêmes, une ambition que d'autres puissances impériales eurent certainement plus tard. Deux conséquences importantes de cette politique sont que, premièrement, la plupart des colonies portugaises ne disposaient pas de suffisamment de terres agricoles pour nourrir la population et dépendaient donc des importations. Deuxièmement, il n'y avait pas de zone tampon protégeant la colonie contre les dirigeants locaux de l'intérieur des terres toujours désireuses de prendre (et dans de nombreux cas, de reprendre) le contrôle de ces colonies. En termes simples, les Portugais risquaient perpétuellement d'être repoussés dans la mer d'où ils étaient venus. Par conséquent, l'Empire portugais d'Asie était une série de frontières militaires perpétuellement volatiles liées par des flottes de navires comme la Carreira da India, qui effectuait régulièrement des allers-retours de Lisbonne à Goa.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Le Portugal a cherchait à contrôler les mers entourées des trois côtés par l'Afrique, l'Arabie et l'Inde.

Le point de départ de l'empire oriental fut Cochin, qui devint la capitale administrative de l'EEmpire portugais d'Asie. En 1509, la colonisation se réunit sous le nouveau vice-roi, Afonso de Albuquerque (c. 1453-1515). Goa fut créée par Albuquerque en 1510 et, en 20 ans, Elle remplaça Cochin comme capitale de l'Empire portugais d'Asie.

Les Portugais utilisèrent un mélange de diplomatie et de canons pour établir ces colonies et s'immiscer dans le réseau commercial asiatique. Ils créèrent une force navale entièrement armée qui patrouillait en permanence l'océan Indien, et des forts furent construits pour protéger les colonies en Inde. En direction de l'est, Malacca, en Malaisie, fut reprise en 1511. Au nord, Hormuz à l'embouchure du golfe Persique fut colonisée en 1515, et une énorme forteresse fut construite par Albuquerque (utilisant le travail forcé local) qui assura le contrôle du Portugal pendant plus d'un siècle. Une attaque contre Aden, qui reliait l'océan Indien à la mer Rouge, fut infructueuse, mais un fort portugais fut établi à Colombo, au Sri Lanka en 1518, à Kollam en 1519 et à Chaul en 1521 (tous deux en Inde). Le Mozambique portugais reçut une formidable forteresse sur l'île de Mozambique à partir de 1546 alors que le Portugal cherchait à contrôler les mers entourées des trois côtés par l'Afrique, l'Arabie et l'Inde.

Magellan's Ship Victoria
Le navire de Magellan le Victoria
Ortelius (Public Domain)

La montée de l'Empire ottoman, qui prit le relais des Mamelouks en Égypte et en Syrie en 1516, poussa le Portugal à abandonner toute ambition en Arabie et à chercher vers l'est de nouveaux gains coloniaux. La phase d'expansion portugaise suivante s'appuya sur la recherche d'une route maritime entre l'Europe et l'Asie, non pas en naviguant autour de l'Afrique mais en naviguant vers l'ouest. Christophe Colomb avait essayé cela et avait trouvé les Amériques sur son chemin. Fernand de Magellan (c. 1480-1521) au contraire navigua vers le sud et autour de la pointe sud du continent américain pour atteindre l'océan Pacifique. De là, son expédition se dirigea vers l'Indonésie, fit le tour du cap de Bonne-Espérance, et retourna en Europe. Ce voyage de 1519-1522 fut le premier tour du globe. L'empire continua de s'étendre avec Macao dans le sud de la Chine établie à partir d'environ 1557 et Nagasaki à partir de 1571. Tous les recoins du commerce oriental furent englobés dans l'empire, qui, bien qu'il ne fût pas grandiose en termes de territoire, était extrêmement impressionnant: une vraie chaîne de perles fines de commerce côtier qu'il avait enfilées une à une tout autour du monde. Des carraques traversaient les océans en transportant des épices, de l'or, de l'argent, des pierres précieuses, de la soie et de la porcelaine Ming.

Supprimer la pub

Advertisement

Gouvernement Colonial

L'appareil du gouvernement colonial fut créé dans le but premier de contrôler le commerce. Le vice-roi portugais, en fait le gouverneur civil et militaire de l'Inde portugaise, n'était, en théorie, redevable qu'au roi du Portugal. À Lisbonne, le conselho ultramarino conseillait le monarque sur les affaires des colonies d'outre-mer, tandis que la Casa da India était l'agence de la Couronne qui supervisait toutes les communications et les échanges commerciaux avec l'Asie.

Le vice-roi de l'Empire Portugais d'Asie résidait à Goa, et il créait un air de mystique magistrale avec ses robes cramoisie, son bâton d'office, et l'habitude de se déplacer avec un vaste entourage autour de sa personne, qui était toujours ombragée par un parasol en brocart. Le vice-roi était assisté par un conseil dirigeant, mais dans la première moitié du XVIe siècle, il s'agissait d'un organe informel appelé chaque fois que le vice-roi avait besoin de conseils spécifiques et ses membres variaient en fonction de l'expertise requise. Ce n'est qu'à partir de 1604 qu'un Conseil d'État officiel sera formé à Goa. Chaque colonie portugaise avait son propre conseil local, une câmara, élu par les citoyens portugais et eurasiens de la colonie européenne. La câmara pouvait décider des questions de gouvernement local, augmenter les taxes locales et agir en tant que premier tribunal. Néanmoins, les responsables de toutes les parties de l'empire, de l'Afrique de l'Est au Japon, recevaient leurs ordres du vice-roi. Au XVIIe siècle, Goa, avec quelques autres colonies, fut autorisée à envoyer des représentants siéger au parlement portugais, les Cortes. Une affectation à l'Empire Portugais d'Asie était plus prestigieuse que partout ailleurs jusqu'au milieu du XVIIe siècle avec le développement du Brésil portugais.

Map of Goa, c. 1750
Carte de Goa, c. 1750
Victorcouto (Public Domain)

Dans les colonies, les questions juridiques relevaient de la responsabilité d'une Haute Cour dont le portugais était la langue officielle. Les lois de style européen ne s'appliquaient généralement qu'aux populations européennes ou mixtes. À l'exception de Goa et Bassein (Vasai-Virar moderne) dans le nord de l'Inde, l'Empire portugais ne comportait pas d'importantes étendues de terres où les populations indigènes étaient contrôlées. Dans la plupart des cas, toutes les populations locales de la colonie portugaise étaient soumises à leurs propres dispositifs politiques et juridiques traditionnels. Seules quelques colonies comme Goa et Malacca frappaient leur propre monnaie. La force militaire permanente des colonies individuelles, qui assurait le maintien de la domination portugaise des zones portuaires, était dirigée par un capitaine nommé, qui résidait dans la forteresse de la colonie. Un commissionnaire était responsable du commerce royal et de l'extraction des droits de douane lucratifs des autres types de commerce.

Supprimer la pub

Advertisement

Enfin, en tant que capitale de l'Empire Portugais d'Asie, Goa possédait les archives des documents officiels. Ces archives ont fourni aux historiens un aperçu inestimable des détails de l'empire. Par exemple, le Livros das Pazes e Tratados da India est une collection de cinq livres manuscrits, qui contient des traités conclus entre Goa et les dirigeants d'Afrique de l'Est, d'Inde, d'Asie et même d'États européens. Les livres couvrent la période de 1571 à 1856. Un autre ouvrage de 25 volumes enregistre toute la correspondance officielle entre les colonies portugaises et les dirigeants voisins en Inde de 1619 à 1842.

Monopole commercial

Les Portugais déployèrent des efforts considérables pour établir un monopole du commerce entre l'Asie et l'Europe et au sein de l'Asie elle-même. La Couronne émit toutes sortes de décrets qui entraînaient l'arrestation de tout commerçant privé - européen ou autre - pris avec une cargaison d'épices et ne détenant pas de permis ou de passeport portugais (cartaz). Leur navire et leur cargaison étaient alors mis en fourrière; de nombreux négociants musulmans furent simplement exécutés. Des droits de douane furent imposés dans les ports portugais et, pour limiter le commerce illégal, les navires étaient souvent obligés de voyager dans des convois contrôlés par le Portugal (cafilas) et de naviguer uniquement vers certains ports portugais. Par conséquent, les droits de douane représentaient environ 60 % de l'ensemble des recettes portugaises dans l'Est.

The Portuguese in Japan
Les Portugais au Japon
Kanō Naizen (Public Domain)

Le commerce à travers l'océan Indien fut sans aucun doute déstabilisé par ces tactiques, mais seuls les Portugais croyaient que les mers n'étaient plus libres. Les échanges se déroulaient indépendamment entre les autres États, les marchands évitaient tout bonnement les zones contrôlées par le Portugal, et les vastes réseaux de commerce local utilisant de petits navires ne purent même jamais être contrôlés même partiellement. En outre, les Portugais finirent par se rendre compte qu'un monopole nuisait aux profits, surtout sous forme de droits, et l'Empire Portugais d'Asie devint progressivement plus accommodant envers le commerce non portugais.

Supprimer la pub

Advertisement

Christianisme

Les affaires religieuses de chaque colonie étaient dirigées par un évêque ou un archevêque. L'archidiocèse de l'Empire Portugais d'Asie fut créé par bulle papale en 1533 et était dirigé par l'archevêque de Goa. Finalement, des archidiocèses furent créés à Cochin, Malacca, Macao, Nagasaki, Cranganore, Meliapore, Pékin, Nankin et au Mozambique. Les Franciscains, les Dominicains, les Jésuites, les Augustins et d'autres ordres créent des monastères et des couvents un peu partout. Les Européens de races mixtes et les populations locales devinrent membres de ces ordres, mais très peu voyagèrent au-delà des frontières de leur propre pays, sauf à des fins d'enseignement au Portugal.

Les missionnaires et les organisations chrétiennes, en particulier les jésuites et la confrérie de la Miséricorde, construisirent des églises, essayèrent de convertir les peuples locaux et créèrent des œuvres de charité, dirigeant souvent des établissements d'enseignement et des hôpitaux. Ces missionnaires, à partir de 1549 avec le jésuite espagnol Francis Xavier (alias Francisco de Javier, 1505 à 1552), connurent un succès plus ou moins grand. Les membres de l'Église ou les ordres chrétiens étaient souvent utilisés par le gouvernement portugais dans les ambassades de premier contact avec des dirigeants étrangers, de la Perse au Japon. Des mouvements religieux tels que l'Inquisition se frayèrent un chemin vers les colonies et étaient tout aussi impitoyables, impopulaires et dommageables sur le plan social qu'elles ne l'étaient en Europe. La tolérance des religions locales varia au fil du temps et du lieu, parfois les peuples locaux étaient laissés à leur propre conscience et autorisés à pratiquer leur foi, à d'autres moments, leurs temples furent détruits et leurs terres confisquées, les pratiques culturelles furent limitées ou interdites (les mariages hindous par exemple), et les membres de communautés religieuses étaient impitoyablement persécutés.

Portuguese Nobles in India
Nobles portugais en Inde
Unknown Artist (Public Domain)

Société coloniale

Dans les colonies, les Européens avaient le statut le plus élevé et l'étalage de statut était généralement obtenu grâce à de belles résidences, à des vêtements extravagants et au nombre de serviteurs et d'hommes armés. Les hauts fonctionnaires étaient presque toujours membres de la noblesse du Portugal et avaient généralement une expérience militaire. Pour les magistrats des colonies, une formation à l'Université de Coimbra, où ils avaient obtenu un diplôme en droit canonique ou civil, semblait être une condition préalable. Les administrateurs, les magistrats, les ingénieurs militaires, les médecins et les soldats pouvaient s'attendre à une vie de mobilité car ils étaient affectés à divers avant-postes tout au long de leur carrière. En dessous de ces statuts, mais non moins importants pour le fonctionnement des colonies, se trouvait un autre corps d'artisans qualifiés (les mesteirais) en mouvement constant, tels que les tailleurs de pierre, les forgerons, les carreleurs et les charpentiers. Les personnes possédant les compétences nécessaires pour concevoir et construire des navires, des fortifications et des canons étaient particulièrement demandées. Les colons portugais des colonies étaient connus sous le nom de casados.

Les Européens coloniaux se divisaient généralement en trois classes: les Européens nés au Portugal (un réinol), les Européens nés dans les colonies (a castiço) et les Européens de race mixte (descendante ou mestiço). En plus de cela, il y avait quatre autres couches basées sur l'appartenance à la noblesse (niveau supérieur: un fidalguia, niveau inférieur: un fidalgo), le clergé, l'armée et tous les autres (subdivisés en mariés et célibataires). Il y avait également des Européens en visite, tels que des commerçants maritimes, des commerçants africains et asiatiques et des agriculteurs. Ensuite, il y avait les indésirables, les degrédados, qui étaient tous ceux que le gouvernement portugais ne voulait pas particulièrement garder au Portugal. Ce groupe était composé de nouveaux chrétiens (juifs convertis et leurs descendants), de juifs, de gitans, de condamnés et de lépreux. S'ils n'avaient pas d'autres compétences, ces personnes trouvaient un emploi comme ouvriers dans les colonies. Dans tous ces groupes, les femmes portugaises étaient très rares, ce qui conduisit à des mariages avec des personnes issues des peuples locaux presque partout. La population locale de n'importe quelle colonie, qu'il s'agisse de marchands et d'agriculteurs hindous de Goa ou de Malais bouddhistes à Malacca, représentaient au moins 95 % de la population totale. Au fin fond de ce mille-feuille humain se trouvaient les esclaves, achetés localement ou importés d'autres régions d'Asie ou expédiés de colonies comme le Mozambique et Sao Tomé.

Rivaux européens et déclin

Les Portugais avaient du mal à contrôler leur vaste empire, et de nombreux forts souffrirent d'un manque d'entretien, ce qui en fit des cibles relativement faciles. La Couronne portugaise dépensait trop chez elle, et la corruption était répandue dans les colonies. Les Hollandais arrivèrent en Asie du Sud-Est en 1596 et se saisirent peu à peu de nombreux comptoirs portugais tels que Malacca (1641), Colombo (1656) et Cochin (1663). Goa fut attaquée à plusieurs reprises et assiégée, mais résista. Il y eut une guerre coûteuse avec l'Espagne de 1640 à 1668, et les ressources durent être détournées pour protéger le Brésil portugais contre les attaques néerlandaises. Vaincus en Amérique du Sud, les Néerlandais tournèrent leur attention vers l'Est. Il y eut également des attaques localisées telles que les marathas hindous sur Goa au XVIIe siècle. En 1622, les Perses, avec l'aide anglaise, reprirent Hormuz.

Port of Kollam, India
Port de Quilon (Kollam), Inde
Unknown Artist (Public Domain)

Les Britanniques arrivèrent en plus grand nombre à partir du milieu du XVIIe siècle, et la Grande-Bretagne et les Pays-Bas avaient déjà créé des sociétés commerciales très efficaces: la Compagnie néerlandaise des Indes orientales et la Compagnie britannique des Indes orientales. Ils s'installèrent et transformèrent certains ports en acteurs majeurs du réseau commercial désormais mondial, des villes puissantes telles que Madras (Chennai) et Bombay (Mumbai) en Inde, Jakarta en Indonésie, Singapour en Malaisie et Hong Kong en Chine. Les Français et les États-Unis se joignirent à eux alors que la colonisation occidentale s'éloignait de l'établissement de monopoles commerciaux à une forme d'impérialisme beaucoup plus profonde et territoriale, une forme que les Portugais eux-mêmes adoptèrent à mesure que les pertes maritimes devenaient plus importantes. Un exemple de cette politique est l'acquisition de ce qui est devint connu sous le nom de Nouvelles Conquêtes autour de Goa au milieu du XVIIIe siècle. Face aux ennemis de tous côtés, l'Empire Portugais d'Asie adopta une politique de neutralité, avec divers degrés de succès, à l'égard de toutes les puissances occidentales d'Asie.

Alors qu'une grande partie de l'Empire portugais délabré s'effondra comme un château de cartes, certaines colonies perdurèrent, en grande partie grâce à l'empire devenu plus gérable dans sa taille et au boom de la demande de biens asiatiques de la fin du XVIIIe siècle en Europe. Le retrait final survint alors que le processus de décolonisation s'accéléra après la Seconde Guerre mondiale (1939-45). Goa fut cédée à l'Inde après une invasion en 1961 et le dernier vice-roi en service prit donc sa retraite. Macao resta sous domination portugaise jusqu'à son transfert à la Chine en 1999. Les Portugais ont peut-être souvent abandonné leurs colonies à un manque chronique de soins et d'investissements, mais leur héritage culturel se poursuit aujourd'hui avec l'utilisation continue de la langue portugaise, la présence d'une architecture coloniale bien préservée et l'importance continue du catholicisme dans de nombreux avant-postes. à travers ce qui était l'Empire Portugais d'Asie.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur d'articles historiques installé en Italie. Il s'intéresse plus particulièrement à la poterie, à l’architecture, aux mythologies du monde et à la découverte des idées partagées par toutes les civilisations. Il est titulaire d’un Master en philosophie politique et éditeur en chef de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2021, juillet 02). Empire Portugais d'Asie [Estado da India]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19906/empire-portugais-dasie/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Empire Portugais d'Asie." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juillet 02, 2021. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19906/empire-portugais-dasie/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Empire Portugais d'Asie." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 02 juil. 2021. Web. 03 déc. 2021.

Adhésion