Fernand de Magellan

Collecte de fonds pour traductions

Notre vision : Une éducation à l'Histoire gratuite pour tous, dans le monde entier et dans toutes les langues. C'est un objectif ambitieux, mais cela ne nous empêche pas d'y travailler. Pour y parvenir, nous devons traduire... beaucoup ! Faites un don aujourd'hui et aidez-nous à avoir un réel impact mondial. Merci beaucoup !
$1752 / $3000

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 16 juin 2021
X

Texte original en Anglais : Ferdinand Magellan

Magellan's Ship Victoria (by Ortelius, Public Domain)
Le navire de Magellan le Victoria
Ortelius (Public Domain)

Fernand de Magellan, ou Fernão de Magalhães (c. 1480-1521), était un marin portugais dont l'expédition fut la première à faire le tour du globe en 1519-1522 au service de l'Espagne. Magellan fut tué lors de ce voyage dans ce qui est aujourd'hui les Philippines, et seuls 22 des 270 membres d'équipage originaux rentrèrent en Europe.

Découvrant ce qui est aujourd'hui connu sous le nom de détroit de Magellan dans le sud de la Patagonie et un passage de l'Atlantique à l'océan Pacifique, le voyage atteignit son objectif en démontrant qu'une route vers l'Asie pouvait être trouvée en naviguant vers l'ouest depuis l'Europe. Le voyage fut rempli de réalisations, de premières remarquables de nouveaux paysages et de nouvelles expériences. Il y eut également d'énormes difficultés et une mutinerie d'envergure. Le seul navire de la flotte originale de cinq à avoir achevé le voyage autour du monde fut le Victoria, commandé par Juan Sebastian Elcano et rempli d'épices précieuses. Le voyage aller-retour dura trois ans et parcourut des milliers de milles nautiques. Ce n'est pas pour rien que cette première circumnavigation ait été décrite comme le plus grand voyage d'exploration jamais entrepris.

Supprimer la pub

Advertisement

Début de carrière

Fernand de Magellan naquit dans une famille de la petite noblesse portugaise à Villa Real à Trás-os-Montes vers 1480. Le père de Fernand était le gouverneur du port d'Aveiro, et sa mère s'appelait Alda de Mesquita. Âgé de 12 ans, Fernand fut envoyé à Lisbonne pour devenir page de la famille royale, au service de la reine puis de Manuel Ier du Portugal (r. 1495-1521). À la cour, Fernand reçut une excellente formation comprenant les mathématiques, l'astronomie et la navigation.

À sa maturité, Magellan servit l'armée portugaise dans l'ouest de l'Inde à partir de 1505, et les expéditions l'emmenèrent à Sofala et Kilwa en Afrique de l'Est. En 1509, il participa à la guerre entre le Portugal et l'alliance gujarati-égyptienne à Diu, dans l'ouest de l'Inde. En 1510, Magellan participa à la conquête de Goa et, en 1511, de Malacca en Malaisie. En 1513, il rentra chez lui au Portugal, puis servit la Couronne dans le corps expéditionnaire qui attaqua Azemmour au Maroc. C'est là qu'il reçut une grave blessure au genou qui le fit boiter pour le reste de ces jours.

Supprimer la pub

Advertisement

Portrait of Ferdinand Magellan
Portrait de Fernand de Magellan
Unknown Artist (Public Domain)

Au milieu de la trentaine, Magellan avait alors acquis une expérience militaire et de navigation considérables. Cependant, en 1517, il prêta allégeance à l'Espagne. Cela pourrait être le résultat de rumeurs selon lesquelles il aurait participé à des pillages privés à Azemmour (bien que officiellement les accusations aient été rejetées). Magellan adresséa des pétitions à la cour portugaise pour faire progresser sa carrière, mais celles-ci furent toutes rejetées, peut-être en raison de ces rumeurs. Quelle que soit la raison réelle, c'est au service de Charles Ier d'Espagne (r. 1516-1556) qu'il se ferait un nom. Magellan renonça à être sujet de Manuel Ier et s'installea à Séville en 1517. Il adopta même une nouvelle version de son nom: Hernando de Magallanes. Fin 1517, il avait épousé Beatriz, la fille d'un autre Portugais, le riche et influent marchand Diogo Barbosa, qui résidait également à Séville. Rodrigo, le fils de Magellan, naquit en 1518.

Les empires portugais et espagnols

Des explorateurs européens comme Christophe Colomb (1451-1506) et Vasco de Gama (c. 1469-1524) avaient été envoyés pour trouver une route maritime entre l'Europe et l'Asie afin d'accéder directement au commerce extrêmement lucratif des épices orientales, de trouver de nouvelles terres agricoles et éventuellement de trouver des alliés chrétiens contre l'Islamique califat du Moyen-Orient. La route de Colomb fut bloquée par le continent américain, mais de Gama fit le tour du Cap de Bonne-Espérance et traversa l'océan Indien pour atteindre l'Inde en 1498. Le Portugal y établit des colonies telles que Cochin (1503) et Goa (1510). La source de nombreuses épices rares était en Indonésie, et un itinéraire fut ouvert par le navigateur portugais Francisco Serrão, qui navigua vers les îles aux épices (alias les Moluques) en 1512.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Charles Ier d'Espagne pourrait renforcer sa revendication des îles aux épices s'il obtenait un accès à l'archipel depuis l'est.

Les monarchies espagnoles et portugaises avaient audacieusement sculpté le monde entier en deux sphères d'influence et de futures colonies dans le Traité de Tordesillas en 1494. L'Espagne prit les Amériques et le Portugal les côtes africaines (puis l'Inde et l'Asie de l'Est). Il n'était pas important pour ces deux maisons royales que des gens vivaient déjà dans ces lieux ou qu'un réseau commercial très prospère y avait été établi depuis longtemps. Les deux rois n'étaient pas tout à fait d'accord sur les limites géographiques de leurs empires respectifs, en grande partie parce que ni l'un ni l'autre n'avait encore vraiment commencé à construire un empire en termes concrets. En 1518, cependant, les choses avaient évolué et le Portugal faisait un excellent travail pour créer une série de ports de commerce depuis l'Afrique jusqu'en Asie.

Charles Ier ne souhaitait pas être laissé pour compte, certainement pas maintenant qu'il allait devenir Charles Quint, Saint Empereur romain (r. 1519-1556). Charles espérait prouver que les lucratives îles aux épices étaient dans sa moitié du globe - la connaissance géographique de chacun d'où se trouvaient exactement ces îles était un peu bancale à ce stade de l'histoire. Il y eut même des rumeurs selon lesquelles certains cartographes portugais auraient délibérément "déplacé" les îles dans la moitié appartenant au Portugal. En outre, Charles pourrait renforcer sa revendication sans fin s'il obtenait un accès à l'archipel depuis l'est (via l'Amérique du Sud et de l'autre côté du Pacifique), c'est-à-dire à travers la moitié espagnole du monde. Fernand de Magellan, après avoir correspondu avec divers autres marins comme Serrão et avec le soutien de cartographes et d'astronomes experts comme Ruy Faleiro, fournit au roi un plan convaincant pour ce faire. Magellan apporta également avec lui une connaissance approfondie de l'empire et des routes maritimes du Portugal, connaissances qui n'étaient autres que des secrets d'État. Charles accepta officiellement sa proposition en mars 1518. Pour compléter le tout, Magellan fut aussi nommé commandant de l'Ordre de Santiago.

Portuguese Colonial Empire in the Age of Exploration
L'empire colonial portugais à I' époque des grandes découvertes
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

En plus de court-circuiter les Portugais, une route maritime de l'ouest de l'Europe vers la Malaisie pourrait peut-être économiser beaucoup de temps et de difficultés pour les navires plutôt que de passer par l'Afrique. Les mers et les terres situées à l'est de la Malaisie n'étaient pas connues des Européens, mais au moins il avait compris que les alizés des océans Atlantique et Indien pouvaient être utilisés favorablement s'ils étaient pris au bon endroit au bon moment. Pour cette raison, la route maritime que l'on croyait la plus susceptible de réussir était de naviguer depuis l'Europe à travers l'Atlantique jusqu'en Amérique du Sud, traverser le Pacifique et vers l'Asie de l'Est. De là, les navires pouvaient s'approvisionner en épices et traverser l'océan Indien, faire le tour du cap de Bonne-Espérance, et remonter l'Atlantique jusqu'en Europe. C'est la route proposée par Magellan au Saint-Empereur romain. Personne ne l'avait jamais fait, et personne n'avait jamais fait le tour du globe. L'océan Pacifique n'avait été vu par un Européen qu'en 1513 lorsque Vasco Núñez de Balboa (1475-1519) traversa l'isthme du Panama. Aucun Européen ne connaissait ses courants, son potentiel de tempête ou le temps qu'il faudrait pour le traverser. Les risques pour Magellan et son équipage étaient élevés et les difficultés étaient certaines mais les gains potentiels énormes, Magellan lui-même devait recevoir un pourcentage des terres et des richesses qu'il revendiquerait au nom de la Couronne espagnole.

Supprimer la pub

Advertisement

La flotte de Magellan

Magellan reçut le commandement d'une flotte de cinq navires portant le nom plutôt grandiose d'Armada de Molucca. C'était l'une des expéditions les mieux équipées de l'ère des Grandes Découvertes. Le fleuron de Magellan était le Trinidad de 100 tonnes. Il y avait le San Antonio (120 tonnes), le Concepción (90 tonnes), le Victoria (85 tonnes) et le Santiago (75 tonnes). Tous les navires étaient à trois mâts et transportaient les toutes dernières voiles latines. Magellan et Faleiro reçurent tous deux les titres de capitaine, une précaution habituelle au cas où quelque chose arrivait à Magellan. Un autre niveau d'autorité était Juan de Cartagena, nommé par Charles comme inspecteur général pour superviser toutes les questions financières et, peut-être aussi, pour s'assurer que les deux capitaines portugais resteraient fidèles à la Couronne espagnole. Il s'avéra que l'instabilité mentale de Faleiro le conduisit à être renvoyé de l'expédition. Heureusement pour Magellan, il garda toutes les cartes et instruments de navigation inestimables de Faleiro. Malheureusement pour l'avenir de l'expédition, cela signifiait que Cartagena se considérait maintenant co-chef. Cartagena avait bel et bien une vague autorité de la part de Charles, il était le membre le mieux payé de l'expédition, et il était capitaine du San Antonio, mais Magellan n'avait aucun doute sur son propre rôle en tant qu'amiral de la flotte de cinq navires. Pour aggraver les choses, les capitaines espagnols du Victoria (Luis de Mendoza) et du Concepción (Gaspar de Quesada) se jugeaient supérieurs à leur leader portugais.

L'explorateur portugais quitta Séville le 10 août 1519 avec un équipage international de 260 - 270 hommes venus de toute l'Europe. La flotte de navires débarqua et fit le plein de provisions aux îles Canaries, les quittant le 3 octobre. C'est là que Magellan apprit que deux flottes portugaises étaient à leurs trousses, déterminées à ne pas permettre à l'Espagne d'accéder à leur empire oriental secret. Magellan passa près des îles du Cap-Vert et le long des côtes de l'Afrique de l'Ouest. Le journal de bord de l'expédition n'a pas survécu, mais il existe un récit écrit par l'un des participants, le savant et diplomate vénitien Antonio Pigafetta, à qui Magellan avait confié la tâche d'enregistrer pour la postérité tous les aspects de l'expédition.

Première mutinerie

C'était un tronçon orageux et difficile, et bon nombre des capitaines et des hommes d'équipage se demandaient pourquoi ils n'avaient pas pris la route habituelle en traversant directement l'Atlantique. Leur amiral tentait d'échapper à ses poursuivants portugais. Alors que les navires avaient affrontés vents et tempêtes jusqu'à l'équateur et ils se retrouvèrent encalminés et les rations alimentaires furent réduites. Cartagena, en particulier, montrait déjà des signes d'irrespect pour Magellan et refusait de s'adresser à lui avec dû respect et titres appropriés. Alors que les vents abandonnèrent la flotte, Cartagena refusa d'obéir aux ordres de Magellan et menaça de le poignarder. Magellan riposta en mettant l'inspecteur général au pilori. C'était ordinairement un destin uniquement réservé aux marins ordinaires, et de Mendoza et de Quesada, les deux autres capitaines espagnols, plaidèrent avec succès la libération de Cartagena. Au lieu de cela, Cartagena fut confiné sur le Victoria, et Antonio de Coca reçut le commandement du San Antonio.

Supprimer la pub

Advertisement

Map of Ferdinand Magellan's Circumnavigation
Carte de la circumnavigation de Magella
Sémhur & Uxbona (CC BY-SA)

En novembre, des vents favorables propulsèrent enfin les navires à travers l'Atlantique, alors appelé la mer Océan. Ils avaient l'intention de débarquer à Rio de Janeiro, mais le courant équatorial Sud les amena au Cap Saint Augustin. Ils réapprovisionnèrent les navires puis suivirent la côte pour arriver à la «rivière de janvier» à la mi-décembre 1519. Bien que revendiqué par la Couronne portugaise, il n'y avait pas encore de colonies permanentes au Brésil et, surtout pour Magellan, aucun navire portugais dans le port de Rio. C'est là que Magellan condamna un homme d'équipage reconnu coupable de sodomie, la peine étant la mort par étranglement. Il s'agissait d'un événement maritime normal, que certains capitaines ignoraient et d'autres punissaient comme il le fallait, mais cela alimenta néanmoins un ressentiment grandissant envers Magellan de la part des hommes ordinaires. Pour aggraver les choses, le garçon de cabine qui avait été le partenaire de l'aîné se jeta par-dessus bord. Puis Magellan ajoutéa un autre homme à sa liste toujours croissante d'ennemis. Antonio de Coca fut remplacé par Alvaro de Mesquita en tant que capitaine du San Antonio. De Mesquita n'était pas particulièrement qualifié sauf qu'il était le cousin de Magellan, point noté avec une certaine amertume par de Coca et les autres capitaines espagnols.

La flotte quitta Rio le 27 décembre et navigua le long de l'interminable côte inconnue de l'Amérique du Sud. Les hommes se préparaient pour un autre passage tempestueux en mer, une situation dont les désagréments sont résumés ici par l'historien L. Bergreen :

En mer, le sommeil était devenu le luxe ultime, un réconfort impossible à trouver... Les hamacs n'avaient pas encore été introduits à bord des navires... Les hommes ne s'habituèrent jamais aux mauvaises odeurs brassées à bord de leurs navires... Les parasites étaient omniprésents, un fait incontournable de la vie en mer... Les rats et les souris infestaient tous les navires... les hommes de L'Armada de Molucca était en proie à toutes sortes de poux, de punaises de lit et de cafards. Lorsque les conditions climatiques devinrent chaudes et humides, les insectes infestèrent les vêtements, les voiles, la nourriture et même le gréement (106).

En janvier, ils explorèrent le rio de la Plata, juste au cas où cette émergence de deux rivières pourrait fournir une route vers l'océan Pacifique. En février, après avoir trouvé les eaux intérieures trop peu profondes, la flotte navigua à nouveau vers le sud. Magellan jetait l'ancre la nuit, de sorte qu'ils ne rateraient aucun détroit possible dans l'obscurité. Les tempêtes faisaient rage. Les navires firent marche arrière de temps en temps pour s'assurer de la géographie des lieux. Des animaux étranges furent repérés comme des otaries ou des éléphants de mer, décrits comme des «loups de mer» par Pigafetta; plusieurs furent tués pour leur viande fraîche. Les eaux étaient maintenant nettement plus froides et d'un bleu d'acier, mais les explorateurs n'étaient toujours pas près de découvrir la fin du continent.

Supprimer la pub

Advertisement

Deuxième mutinerie

Le 31 mars 1520, huit mois après leur départ et la saison estivale arrivant à son terme, Magellan s'arrêta dans la baie de San Julián, dans le sud de l'Argentine. Les navires s'approvisionnèrent en viande et en poisson frais, mais d'autres vivres durent être rationnées pour l'hiver, ce qui fut extrêmement impopulaire auprès des hommes. Beaucoup de membres d'équipage ne croyaient plus en leur chef qui insistait sur l'existence d'un détroit vers le Pacifique. Les capitaines espagnols conspirèrent de nouveau pour prendre le contrôle de l'expédition, et cette fois, ils allèrent jusqu'à prendre le contrôle du San Antonio, du Concepción et du Victoria. Le Santiago resta neutre tandis que Magellan, fin prêt, attendait de voir l'évolution de la situation sur le Trinidad. Au cours des premiers jours d'avril, ils passèrent à l'action. Les mutins envoyèrent un message par bateau à Magellan lui communiquant qu'ils contrôlaient les trois navires et avaient l'intention de retourner en Espagne. S'emparant du canot, Magellan fit semblant d'envoyer un groupe d'hommes pour discuter des conditions du Victoria. Ce groupe poignarda le capitaine du Victoria et reprit le navire. Le Santiago, désormais fidèle à Magellan, se positionna aux côtés du Victoria et du Trinidad, les trois navires bloquant les deux navires contrôlés par les mutinés. Magellan envoya ensuite un homme sous le couvert des ténèbres pour couper l'ancre du Concepción. Alors que le Concepción s'approchait, le Trinidad ouvrit le feu de ses canons, et le Victoria attaqua du côté opposé. Le navire fut arraisonné et les mutinés appréhendés. Le San Antonio capitula, et Magellan reprit le contrôle de sa flotte.

Luis de Mendoza, le chef de la mutinerie, avait été tué dans l'action, mais Magellan fit quand même écarteler son cadavre en quatre morceaux. Une enquête et un procès de deux semaines firent le constat suivant: 40 membres de l'expédition étaient coupables de trahison et ils furent condamnés à mort. Deux hommes furent torturés et Gaspar de Quesada fut décapité. Les autres virent leur peine commuée en travaux forcés. Après tout, Magellan avait besoin de ces hommes pour sa flotte. L'objectif de ce procès était de rétablir l'autorité de Magellan et de rappeler aux hommes que, comme dans toute autre expédition en mer, ils avaient de bonnes raisons de craindre leur capitaine plus que tout ce que la nature pouvait leur faire subir. La stratégie fut efficace sauf sur Cartagena qui, incroyablement, conspira encore pour organiser une énième mutinerie, cette fois avec le prêtre Pedro Sánchez. Les deux hommes seraient abandonnés dans la baie de San Julián alors que la flotte reprit la mer. Entre-temps, Magellan avait fait remettre tous ses navires en état pour la prochaine étape du voyage, la sale partie du sale boulot ayant été confiée aux hommes condamnés aux travaux forcés.

C'est alors que Magellan découvrit que les réserves chargées aux îles Canaries ne représentaient qu'un tiers de ce qu'elles auraient dû être. C'était alors maintenant ou jamais et au début du mois de mai, le Santiago fut envoyé en avant pour trouver le détroit vers l'océan Pacifique. Malheureusement, le navire solitaire affronta la pire tempête du voyage et fit naufrage sur les rives rocheuses. L'équipage survivant entreprit un périple ardu pour rejoindre la flotte qui attendait maintenant le printemps et un temps plus clément. Un contact pacifique (au début) fut établi avec les Indiens Tehuelche qui vivaient dans la région. Comme ces peuples portaient des chausses élaborées, Magellan les appela «gros pieds» ou patacones, et la région est désormais connue sous le nom de Patagonie. Le 24 août, la flotte navigua vers le sud.

Le détroit de Magellan

De nombreuses autres tempêtes balayèrent le sud de l'Atlantique, et Magellan dut débarquer pendant six semaines et attendre un temps plus clément. À la mi-octobre, il repartit. Le mauvais temps s'acharna sur eux mais, enfin, le paysage changea, se fragmenta et se transforma en ce qui semblait être un cap. Là, vers l'ouest se trouvait un détroit.

The Straits of Magellan
Le détroit de Magellan
NASA (Public Domain)

Magellan navigua dans le détroit du sud de la Patagonie, qui portera son nom à jamais, entre le 21 octobre et le 28 novembre. Les détroits étaient aussi difficiles à naviguer qu'ils l'étaient à être trouvés. Les marées hautes, les forts courants et un mélange de grandes profondeurs et de hauts-fonds mortels obstrués par des algues, le tout représentait un obstacle redoutable. La région semblait également attirer les tempêtes, et des vents violents et imprévisibles soufflaient violemment depuis les deux océans convergents. Le paysage était impressionnant avec des montagnes enneigées et d'immenses glaciers, mais c'étaient les feux étranges qui capturèrent l'imagination des marins la nuit. Ces incendies étaient très probablement causés par la foudre, même si les marins toujours suspects pensaient qu'il s'agissait d'indigènes prêts à attaquer les navires. Par conséquent, Magellan appela cette terre Tierra del Fuego ou «Terre de feu». C'était une terre magique peuplée de bêtes étranges comme les éléphants de mer et les condors géants. Vraiment, c'était la fin du monde, seules les étoiles leur étaient familières, et celles-ci, sans doute, rassurèrent Magellan sur le fait qu'il était sur la bonne voie pour enfin arriver aux Moluques. Ce que le capitaine n'avait pas réalisé était la distance de son but à travers le Pacifique.

Traversée du Pacifique

Au cours de la difficile traversée du détroit qui dura 38 jours, il y eut une autre mutinerie, cette fois paisible et en novembre, le San Antonio fit demi-tour pour rentrer en Espagne (le navire arriva à Séville le 21 mai 1521), et l'équipage ne perdit pas une minute pour salir le nom de Magellan auprès des autorités à la suite de quoi ils furent exonérés de toute sanction pour être rentrés chez eux plus tôt que prévu). Ce fut un sérieux coup dur pour l'expédition, car le San Antonio possédait une proportion importante de l'ensemble des réserves de la flotte.

La flotte de trois navires entra dans l'océan Pacifique le 28 novembre 1520. Ils prirent la direction du nord et remontèrent la côte chilienne. Le 18 décembre, à peu près en face de ce qui est aujourd'hui Santiago, les navires tournèrent vers l'ouest. À la grande surprise de tous, les navires faisaient maintenant d'excellents progrès à travers une mer incroyablement calme et avec un vent fort et constant dans le dos. Les explorateurs avaient touché les alizés. Aucune terre ne fut repérée car les navires ratèrent des îles comme Tahiti et les îles Bikini. Cela aurait pu être providentiel puisque les récifs coralliens et les navires du XVIe siècle n'auraient pas fait de bons amis. Toutefois, le manque de nourriture fraîche et d'eau était important. Les réserves des navires devinrent putrides sous la chaleur tropicale. Le scorbut fit son apparition et fit de nombreuses victimes. Magellan et les officiers ne furent pas touchés mais 30 hommes moururent de la maladie et d'innombrables autres en souffrirent horriblement. La raison est que les officiers avaient de la gelée de coing sur leurs tables au dîner. Personne ne savait à l'époque que le coing était une source puissante de vitamine C dont la carence est responsable du scorbut.

Death of Ferdinand Magellan
Mort de Fernand de Magellan
Unknown Artist (Public Domain)

Il n'y eut aucune tempête lors de leur traversée du Pacifique, et la première terre observée fut une île qu'ils baptisèrent San Pablo, aperçue le 24 janvier 1521. Le 4 février, ils atteignirent la Micronésie, mais ils ne purent débarquer en raison des récifs protecteurs. Magellan était exaspéré. Où se trouvaient les îles Moluques, ou même n'importe quelle autre masse terrestre importante? L'explorateur portugais, frustré, en jeta ses cartes dans la mer. Puis, le 6 mars, ils atteignirent l'île de Guam dans le groupe des îles Mariannes. Les explorateurs avaient mis 98 jours pour traverser le Pacifique et avaient navigué 7 000 milles. C'était à l'époque le plus long voyage en mer ininterrompu que l'on ait jamais enregistré. Les habitants de Guam accueillirent les Européens et les revigorèrent avec de la nourriture fraîche et de l'eau. Malheureusement pour Magellan, cette île paradisiaque était encore à des milliers de kilomètres de son but final. De plus, malheureusement, encore une fois, les relations initialement amicales entre les peuples autochtones et les Européens sombrèrent rapidement dans la violence à la suite de malentendus concernant l'échange de biens et ce qui était considéré propriété privée.

Poussant plus loin, la flotte atteignit le 7 avril ce qui est aujourd'hui les Philippines. Une fois de plus, les Européens furent accueillis et nourris par les habitants de l'île. Poursuivant son chemin à travers les Philippines, Magellan s'arrêta à Cebu. Une fois de plus, les Européens rencontrèrent hospitalité et restauration. C'est là, à Cebu et à deux doigts du succès, que Magellan fut tué le 27 avril 1521. Le marin portugais fut d'abord touché par une flèche empoisonnée puis massacré par une foule lorsqu'il intercèda à tort dans la bataille de Mactan entre chefs rivaux.

La flotte et les équipages dévastés reprirent le large, ils ne pouvaient certainement pas revenir en arrière par où ils étaient arrivés. Juan del Cano (alias Juan Sebastian Elcano) fut nommé nouveau chef de l'expédition. En mai, le Concepción fut brûlé; la coque du navire était criblée de vers, et il n'y avait tout simplement pas assez d'hommes pour naviguer sur trois navires. La flotte répartiet sur deux navires et un remaniement des effectifs conduisit le pilote João Lopes Carvalho à être élu nouveau leader d'expédition.

En juillet, ils atteignirent Brunéi et découvrirent des merveilles telles que les jonques à voile d'Asie de l'Est, les éléphants et l'alcool de riz. Hélas, à leur grand dam, les navires fuyaient dangeureusement, et il n'y eut rien d'autre à faire que de s'arrêter à Balabac aux Philippines pendant 42 jours afin de les réparer. Le 27 septembre, ils reprirent la mer. Le 8 novembre 1521, alertés pour la première fois par l'odeur de clous de girofle et de cannelle qui flottait à travers la mer, ils atteignirent finalement Tidore dans le groupe volcanique de îles Moluques. Magellan avait raison. Il y avait une route d'ouest en est. En quelques jours, les navires furent remplis d'épices échangées contre des rouleaux de tissu, de simples gobelets en verre, des casquettes, des cloches et des outils métalliques comme des haches de guerre, des couteaux et des ciseaux apportés depuis le bout du monde à cette fin précise.

Le 21 décembre, le Victoria chargé d'épices et commandé par Elcano, navigua de nouveau vers l'ouest, tandis que des réparations vitales étaient effectuées sur le Trinité, qui fuyait encore une fois. Le Victoria se rendit au Timor en Indonésie, puis au Cap de Bonne-Espérance, et il fallut plusieurs tentatives pour faire le contourner. Ils remontèrent ensuite la côte africaine et débarquèrent dans les îles du Cap-Vert en juillet, où les hommes furent surpris d'apprendre que leurs méticuleux documents de bord avaient un jour de décalage. Les circumnavigateurs furent les premiers à démontrer que faire le tour du monde d'est en ouest ajoutait 24 heures à un voyage. Après avoir parcouru les 10 000 milles depuis les Moluques et avoir esquiver les navires qui avaient l'ordre du roi portugais de les appréhender, le Victoria arriva finalement en Espagne le 6 septembre 1522. Seuls 18 hommes avaient survécu sur les 60 qui avaient quitté les îles Moluques. Les 18 circumnavigateurs avaient parcouru udes milliers de mille nautiques. Le roi d'Espagne et les promoteurs de l'improbable expédition de Magellan s'en sortirent très bien grâce à la cargaison d'épices que le Victoria avait ramenée.

Ferdinand Magellan
Fernand de Magellan
The Mariner's Museum Collection (Public Domain)

Pendant ce temps, le 6 avril, le Trinidad quitta finalement les îles Moluques avec une fortune en épices ; près de 50 tonnes. Malheureusement, le capitaine était Gonzalo Gómez de Espinosa, et il n'avait pas les compétences nécessaires pour apréhender le retour en toute sécurité. Ayant brutalement viré de cap et ayant perdu de nombreux hommes du scorbut, de Espinosa fut obligé, après sept mois en mer, de retourner aux îles Molusques. Le Trinidad fut ensuite capturé par une flotte portugaise envoyée à la poursuite de Magellan. En octobre 1522, le Trinité fut complètement détruit par une tempête alors qu'il était au mouillage. Le fnavire amiral de Magellan - et plus important encore pour la postérité, son carnet de bord - furent perdus à tout jamais. L'équipage capturé finit par croupir dans une forteresse portugaise de Ternate, l'une des îles Moluques. Seuls quatre de ces hommes revinrent en Europe et, sur les 270 membres originaux de l'expédition qui avaient quitté l'Espagne plus de trois ans auparavant, seuls 22 rentrèrent chez eux.

Héritage

Magellan avait prouvé non seulement que l'Amérique du Sud pouvait être contournée et que les navires pouvaient naviguer dans le monde entier sur une route maritime occidentale, mais aussi que les alizés et les courants dans le Pacifique pouvaient être utilisés favorablement tout comme l'étaient les courants et les vents près de chez eux. Il fut également démontré que l'océan Pacifique était énorme - le monde était plus grand que ne le pensaient les cartographes. Comme le dit l'historien L. Bergreen, « En termes de prestige et de puissance politique, réussir cet exploit à cette époque était équivalent à remporter la conquête spatiale» (391).

Le détroit de Magellan n'était pas une route facile, ni rapide, et de nombreux navigateurs subséquents ne trouvèrent jamais la bonne entrée dans le dédale des îles à la pointe sud des Amériques. Certains explorateurs affirmèrent même que le détroit n'existait plus et qu'une chute de terre avait dû bloquer la route, telle était la difficulté de naviguer dans ces îles. De plus, les tempêtes féroces qui se rassemblaient autour du Cap Horn constituaient un autre défi formidable. Entre 1577 et 1580, le navigateur anglais Francis Drake (c.1540-1596) trouva son chemin à travers le détroit lors de sa propre circumnavigation du globe, attaquant pour la première fois des colonies espagnoles sur la côte ouest des Amériques et pillant des navires espagnols à des fins de butin.

Charles V utilisa le voyage de Magellan pour soutenir la revendication de l'Espagne sur les îles Moluques et y envoya une flotte armée. Le Portugal et l'Espagne tentèrent de nouveau de s'accorder sur une division du monde et le Portugal finit par verser à l'Espagne une grande quantité d'or pour garder le contrôle des îles Moluques. Il s'avéra que Magellan s'était trompé: les îles se trouvaient bel et bien dans la moitié portugaise du monde tel que ces deux puissances l'envisageait.

Enfin, le nom du grand navigateur demeure à jamais dans les étoiles qui furent si importantes pour traverser les mers inconnues. Les deux galaxies naines qu'il repéra dans le Pacifique Sud s'appellent désormais les Nuages de Magellan.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur d'articles historiques installé en Italie. Il s'intéresse plus particulièrement à la poterie, à l’architecture, aux mythologies du monde et à la découverte des idées partagées par toutes les civilisations. Il est titulaire d’un Master en philosophie politique et éditeur en chef de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2021, juin 16). Fernand de Magellan [Ferdinand Magellan]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19369/fernand-de-magellan/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Fernand de Magellan." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juin 16, 2021. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19369/fernand-de-magellan/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Fernand de Magellan." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 16 juin 2021. Web. 07 déc. 2021.

Adhésion