Malacca Portugaise

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Jerome Couturier
publié le 01 juillet 2021
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais
Map of the Strait of Malacca (by US Department of Defense, Public Domain)
Carte du Détroit de Malacca
US Department of Defense (Public Domain)

Les Portugais colonisèrent Malacca (l'actuelle Melaka), sur la côte sud-ouest de la péninsule malaise, à partir de 1511 et la conservèrent jusqu'en 1641, date à laquelle les Hollandais leur succédèrent. Le port contrôlait le Détroit Malais qui relie l'Océan Indien (la Mer d'Andaman) à la Mer de Chine méridionale. Malacca était donc un pôle du commerce régional et interrégional.

Géographie et Histoire Ancienne

Malacca fut fondée vers 1400 par le souverain de Singapour, Parameswara (vers 1344-1424) avec un mélange de ses partisans, de colons de Sumatra (d'où Parameswara était originaire), et de la population indigène qui vivait dans ce qui n'était alors qu'un village de pêcheurs. Sa situation géographique entre l'Océan Indien et la Mer de Chine méridionale lui permettait de filtrer le commerce entre l'Inde et la Chine. Les commerçants naviguaient entre la péninsule malaise et l'île de Sumatra en passant par l'étroit détroit de Malacca. C'était la route maritime la plus courte entre les deux régions, mais elle était dangereuse en raison de nombreux haut-fonds et bancs de sable mouvants. Malacca est situé à l'embouchure de la rivière Melaka et se trouve à environ 150 kilomètres au nord de Singapour.

Supprimer la pub

Advertisement

UNE FLOTTE DIRIGÉE PAR AFONSO DE ALBUQUERQUE S’EMPARA DE MALACCA ET Y ÉTABLIT LA DOMINATION PORTUGAISE EN 1511.

L'Islam atteignit la région et le souverain de Malacca, qui s'était lui-même converti, favorisa les commerçants musulmans. Malacca devint alors le centre commercial le plus important de la région où transitaient des marchandises très demandées telles que l'or, les épices, la soie et le thé. Des marchands de la Chine de la Dynastie Ming (1368-1644) s'y rendaient régulièrement, dont le célèbre marchand-explorateur Zheng He (vers 1371-1433). La richesse et la puissance du port permirent à Malacca de contrôler la majeure partie de la Malaisie et de Sumatra, même si une défense navale était nécessaire pour tenir à distance son voisin du nord, le Siam (Thaïlande). À la fin du 15ème siècle, moins de cent ans après sa fondation, le sultanat de Malacca pouvait s'enorgueillir d'une communauté internationale de 15 000 commerçants.

Portuguese Malacca Drawing
Dessin de la Malacca Portugaise
Internet Book Archive (Public Domain)

L'Empire Portugais

À partir de 1497-1499, lorsque Vasco de Gama (c. 1469-1524) doubla le cap de Bonne-Espérance et montra les possibilités d'une route maritime entre l'Europe et l'Asie, les Portugais s’employèrent à construire un empire. En Inde, la Cochin portugaise fut fondée en 1503, et la Goa portugaise en 1510. Depuis la côte ouest de l'Inde, les Portugais commencèrent à chercher une base en Malaisie, pouvant servir de tête de pont vers d'autres ports en Asie du Sud-Est et en Asie orientale.

Supprimer la pub

Advertisement

Les Portugais arrivèrent à Malacca en 1509 et furent attirés par son beau port naturel. Deux ans plus tard, ils revinrent en force, et une flotte dirigée par Afonso de Albuquerque (1453-1515) s'empara du port, tirant avec leurs meilleurs canons et brûlant au moins 12 navires à l'ancre. Une compagnie de débarquement fit bon usage de ses armes à feu et neutralisa une petite armée du sultan qui comprenait des éléphants de guerre. Les Portugais furent aidés par des marchands hindous de Coromandel désireux d'accroître leur commerce dans l'archipel malais. Finalement, le dernier sultan de Malacca fuit sa ville.

Les avantages géographiques et fiscaux de Malacca étaient évidents, comme le nota un fonctionnaire portugais: "Celui qui est le seigneur de Malacca a la main sur la gorge de Venise" (Cliff, 367). En effet, les Vénitiens étaient les grands rivaux des Portugais en tant que principaux importateurs d'épices en Europe. Albuquerque consolida ses gains en envoyant, dans une jonque chinoise, un ambassadeur en Thaïlande afin de sceller un accord de non-ingérence mutuelle. Autre exemple de diplomatie efficace, les premiers navires portugais à naviguer de Malacca vers les ‘Îles aux Épices’ (voir ci-dessous) incluaient des représentants musulmans, déjà familiers avec le commerce régional entre la Malaisie et l'Indonésie.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Portuguese Colonial Empire in the Age of Exploration
L'Empire Colonial Portugais à I' Époque des Grandes Découvertes
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

La faible présence militaire portugaise dans la région avait pour conséquence que Malacca était constamment menacée par des cités-états rivales, notamment le sultanat d'Aceh, basé au nord de Sumatra. Les relations entre les nombreux sultanats de cette partie de la Malaisie étaient une autre source d'instabilité. Des ports comme Sarawak, Brunei, Johor, Selangor et Kedah rivalisaient pour avoir la maîtrise du commerce auquel on ne pouvait accéder que par les rivières intérieures dont ils contrôlaient chacun l'estuaire. Néanmoins, les Portugais furent aussi impitoyables que dans d'autres parties du monde dans leur tentative de monopoliser le commerce en favorisant les navires approuvés par la Couronne, en soutirant des droits de douane et des frais portuaires aux commerçants non européens, et même en coulant les navires et en confisquant les marchandises des marchands rivaux.

DES CARGOS QUITTAIENT RÉGULIÈREMENT MALACCA POUR LISBONNE, TRANSPORTANT DES BIENS PRÉCIEUX ACQUIS DANS TOUT L'EMPIRE, TELS QUE L'OR, LA PORCELAINE ET LA SOIE.

Les Portugais parvinrent à dominer les routes maritimes au long-cours entre les continents et sous-continents, mais la densité et l'étendue des réseaux commerciaux locaux étaient telles qu'ils ne parvinrent jamais à être l'acteur majeur du commerce des épices en Asie. En effet, il y avait beaucoup de corruption au sein du clan Portugais et des commerces parallèles qui coexistaient en permanence: le commerce privé et le commerce de la Couronne, le premier ne payant pas toujours les droits prévus.

Le Commerce des Épices

Après la conquête de Malacca par les Portugais, l'Empire Portugais ne cessa de s'étendre. La prise d'Ormuz, à l'embouchure du golfe Persique, suivit en 1515, et un fort fut établi à Colombo, au Sri Lanka, en 1518. Les Portugais naviguèrent sans relâche vers l'est, et vers 1557, la ville portugaise de Macao fut établie sur la côte sud de la Chine, près de Guangzhou (Canton). Vers 1571, les Portugais prirent le contrôle du petit port de pêche de Nagasaki, au Japon, qui devint une importante porte d'entrée sur le marché japonais. Malacca devint ainsi l'une des plateformes commerciales connectant une multitude de radiales coloniales portugaises qui reliaient les territoires portugais d'Afrique à l'Inde, à la Chine et au Japon. Les marchandises entrant à Malacca comprenaient des épices, du riz, des textiles, du cuivre, des tissus de coton, des bois aromatiques, des peaux d'animaux et de l'opium. En outre, au 16ème siècle, des centaines de cargos quittaient Malacca pour Lisbonne, transportant des biens précieux acquis dans tout l'empire, tels que l'or, la porcelaine Ming et la soie.

Supprimer la pub

Advertisement

Afonso de Albuquerque
Afonso de Albuquerque
Unknown Artist (Public Domain)

Malacca était particulièrement riche avant tout grâce au commerce des épices. Les épices précieuses utilisées dans la préparation des aliments à travers l'Europe comprenaient le poivre, le gingembre, le clou de girofle, la muscade, le macis, la cannelle, le safran, l'anis, le zédoaire (curcuma), et le cumin. Les épices étaient également ajoutées à des boissons comme le vin, cristallisées avec du sucre et consommées en tant que sucreries, brûlées comme encens et utilisées comme médicaments. Le poivre venait d'Inde et la cannelle du Sri Lanka, mais certaines autres épices comme le clou de girofle, la noix de muscade et le macis provenaient de sources très limitées, notamment d'un archipel de petites îles d'Indonésie connu sous le nom d'Îles aux Épices, aujourd'hui les îles Maluku (ou Moluques). Les habitants de ces îles n'expédiaient pas eux-mêmes leur précieuse marchandise mais la vendaient à des commerçants en échange de biens de relativement faible valeur tels que du tissu en coton, des aliments secs et du cuivre. Les commerçants expédiaient ensuite les épices dans le monde entier où elles pouvaient être échangées contre de l'or, de l'argent, des perles, des pierres précieuses et de la soie. L'un des centres commerciaux les plus importants pour le commerce mondial des épices était Malacca, et des flottes portugaises de jonques - souvent avec des pilotes javanais - partaient chaque année de Malacca pour charger dans les Îles aux Épices.

Société et Christianisme

La population de Malacca était cosmopolite, avec un mélange des Malais et des populations autochtones. Il y avait une forte présence chinoise à Malacca, principalement des marchands vivant dans le quartier connu comme la Colline Chinoise. Il y avait également beaucoup de marchands venus d'Inde, de Java, de Perse et d'Arabie. À cela s'ajoutait la communauté portugaise de marchands, de résidents permanents et temporaires, et de leurs descendants métis, les Portugais de Malacca. Il y avait également un mélange de religions, avec des Musulmans, des Hindous, des Juifs et des Chrétiens vivant tous dans la colonie.

Comme dans les autres colonies portugaises, la propagation du Christianisme était un objectif important, même s'il passait après les profits. Malacca reçut un évêque qui était membre de l'archidiocèse de Goa. Cet événement, officialisé par une bulle papale en 1557, contribua à établir la nouvelle identité de la colonie, de même que d'autres facteurs plus commerciaux tels que la manufacture des monnaies de Malacca, qui produisait des pièces d'or et d'argent, ce qui n'était pas courant dans les colonies portugaises. Le centre de la communauté européenne était représenté par l'église Saint-Paul, construite en 1521. L'église, aujourd'hui en ruines, fut autrefois la dernière demeure de Saint François Xavier (Francisco de Javier, 1505-1552), célèbre missionnaire jésuite espagnol qui traversa l'Asie orientale à partir de 1549. Le corps du saint fut transféré à Goa en 1553.

Supprimer la pub

Advertisement

Portuguese Carrack Ships
Caraques Portugaises
Unknown Artist (Public Domain)

Rivaux Européens

Comme dans d'autres parties de l'Empire Portugais, les richesses offertes par le commerce furent bientôt jalousement convoitées par d'autres puissances européennes. Entre 1577 et 1580, l'Anglais Francis Drake (c. 1540-1596) fit le tour du monde, avec une escale aux Îles aux Épices pour prendre une cargaison de clous de girofle. Les Hollandais arrivèrent en Asie du Sud-Est à la toute fin du 16ème siècle et créèrent rapidement une société commerciale très efficace, la Compagnie Néerlandaise des Indes Orientales (VOC), dont le siège régional se trouvait à Batavia (actuelle Jakarta).

Les Hollandais attaquèrent Malacca en 1616 et 1629, puis, pour la troisième fois avec succès en 1641, ils s’emparèrent définitivement de Malacca et mirent fin à la domination portugaise. Cette prise fuit suivie de beaucoup d'autres, comme celles de Colombo et de Cochin portugaises. Du fait de la taille de l'Empire Portugais et du manque de main-d'œuvre et d'entretien des forteresses, beaucoup de colonies étaient des proies faciles pour les puissances européennes rivales.

Au 18ème siècle, les Britanniques furent désireux de contrôler l'origine des biens commerciaux en provenance d'Asie du Sud-Est dont ils avaient besoin pour le marché chinois. La Compagnie Britannique des Indes Orientales, l'équivalent de la VOC néerlandaise, représentait les intérêts de la Couronne britannique et prit le contrôle de la petite île de Penang, à l'autre bout du Détroit de Malacca, en 1786. En 1819, les Britanniques prirent le contrôle de Singapour, qui remplaça Malacca en tant que grand entrepôt commercial de la région. Au 19ème siècle, l'économie de Malacca était principalement animée par son accès aux plantations de caoutchouc à l'intérieur des terres. En 1824, les Britanniques acquirent officiellement Malacca des mains des Hollandais et dominèrent ainsi toute la région en contrôlant ce qui fut appelé les Établissements des Détroits: Malacca, Penang et Singapour.

Supprimer la pub

Advertisement

Histoire Moderne

Bien que, du fait de l'ensablement de la rivière, Malacca n'ait jamais pu retrouver sa gloire d'antan, le Détroit de Malacca reste l'une des voies maritimes les plus fréquentées au monde, les pétroliers et porte-conteneurs continuant aujourd'hui de transporter des marchandises d'est en ouest et vice-versa. Singapour, située à l'extrémité du détroit, est aujourd'hui l'une des plus grandes plaques tournantes du commerce international. Les détroits font également l'objet de forages pétroliers. Melaka, comme on l'appelle aujourd'hui, fait désormais partie de la Malaisie, dont la capitale est Kuala Lumpur. Elle possède encore quelques vestiges visibles de son passé colonial, notamment le fort construit par Albuquerque, les ruines de l'église Saint-Paul et plusieurs exemples d'architecture coloniale publique et privée portugaise et néerlandaise. Melaka est inscrite sur la liste du Patrimoine Mondial de L'UNESCO.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Jerome Couturier
Je suis médecin, spécialisé en Génétique. J'aime l'Histoire et l'Antiquité depuis mon plus jeune âge. J'ai toujours eu un interêt pour la recherche dans divers domaines scientifiques, dont l'archéologie.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2021, juillet 01). Malacca Portugaise [Portuguese Malacca]. (J. Couturier, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19899/malacca-portugaise/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Malacca Portugaise." Traduit par Jerome Couturier. World History Encyclopedia. modifié le juillet 01, 2021. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19899/malacca-portugaise/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Malacca Portugaise." Traduit par Jerome Couturier. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 01 juil. 2021. Web. 04 déc. 2022.

Adhésion