Francis Drake

Coûts du serveur Collecte de fonds 2024

Aidez-nous dans notre mission de fournir un enseignement gratuit de l'histoire au monde entier ! Faites un don et contribuez à couvrir les coûts de notre serveur en 2024. Grâce à votre soutien, des millions de personnes apprennent l'histoire entièrement gratuitement chaque mois.
$2758 / $18000

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 25 juin 2020
Disponible dans ces autres langues: anglais, portugais, espagnol
X
Sir Francis Drake by Gheeraerts (by Marcus Gheeraerts the Younger, Public Domain)
Sir Francis Drake par Gheeraerts
Marcus Gheeraerts the Younger (Public Domain)

Sir Francis Drake (1540-1596) était un marin, corsaire et explorateur anglais qui, en 1588, aida à vaincre l'Invincible Armada espagnole de Philippe II d'Espagne (r. de 1556 à 1598) qui tentait d'envahir le royaume d'Élisabeth Ire d'Angleterre (r. de 1558 à 1603). Parcourant l'Atlantique et les Caraïbes pour capturer leurs navires à trésors, les Espagnols appelaient Drake "El Draque" ("le dragon"). Combinant volontiers l'exploration et la piraterie, Drake fit le tour du monde à bord de son navire, le Golden Hind, entre 1577 et 1580. L'un des marins les plus célèbres d'Angleterre et idolâtré de son vivant, Drake était spirituel mais rusé, généreux mais cruel, à la fois audacieux et téméraire, farouchement patriote et presque toujours chanceux - en bref, l'archétype du héros élisabéthain. Il mourut de dysenterie en 1596, lors d'une expédition visant à attaquer une dernière fois la Principauté d'Espagne.

Jeunesse

Francis Drake vit le jour dans le Devonshire vers 1540. Son père était un modeste propriétaire terrien et l'aumônier de l'arsenal de Chatham. À l'âge de dix ans, Francis naviguait déjà sur la Tamise à bord d'une petite barque et, en 1563, il prit la mer pour la première fois. Trois ans plus tard, il rejoignit son cousin John Hawkins pour un voyage commercial qui lui permit de visiter l'Afrique de l'Ouest, d'acquérir un certain nombre d'esclaves et de traverser l'Atlantique vers le Nouveau Monde. En 1567, Drake refit le voyage, toujours avec Hawkins, mais cette fois, il était capitaine du Judith, un navire d'à peine 50 tonnes. Malheureusement pour le jeune navigateur, cette expédition fut interrompue lorsqu'il fut attaqué par les Espagnols à San Juan D'Ulloa, sur la côte est du Mexique, le 23 septembre 1568. Le nouveau vice-roi de l'empire espagnol, Don Martin Enriquez, avait offert des conditions de paix, mais il revint traîtreusement sur sa parole, une volte-face notoire que les Anglais utiliseraient comme justification de la corsaire pendant les 40 années qui suivraient.

Supprimer la pub
Publicité
Des marins comme Francis Drake reçurent le droit d'agir en pirates et de s'emparer de tout ce qui était Espagnol en haute mer.

À San Juan de Ulúa, les Anglais perdirent quatre navires, mais Hawkins et Drake survécurent et rentrèeent en Angleterre à bord des deux navires restants. Ce fut le début d'une inimitié très personnelle entre Drake et tout ce qui était espagnol, une haine alimentée par son protestantisme militant. Dès lors, Drake considéra comme un devoir sacré d'affaiblir l'Espagne par tous les moyens possibles. Prêchant souvent sur son navire et ayant toujours à bord son exemplaire du Livre des martyrs de Foxe (1563) sur les protestants ayant souffert sous le règne de "Marie la Sanglante" (Marie Tudor), Drake deviendrait le fléau de l'Espagne catholique et de son empire.

1572: le Panama et les corsaires

Le 24 mai 1572, Drake quitta Plymouth à bord du Swan, à destination du Panama, pour explorer ce qu'il pourrait y trouver. Maintenant que l'Angleterre et l'Espagne étaient virtuellement en guerre, Élisabeth, incapable de financer de grandes armées terrestres sur le continent, considérait que l'attaque des navires espagnols transportant le butin de son empire du Nouveau Monde était le meilleur moyen de nuire à Philippe II d'Espagne et d'accroître sa propre richesse. Elle était en outre motivée par le fait que l'Espagne continuait d'exclure les marchands anglais du commerce avec le Nouveau Monde. En conséquence, des marins comme Drake reçurent une licence pour agir en pirates et s'emparer de tout ce qui était espagnol en haute mer. Les courtisans, les marchands et parfois même la reine elle-même investissaient dans ces entreprises, dans l'espoir de récolter de grandes récompenses. L'euphémisme pour désigner ces aventuriers était "corsaires", les Espagnols les appelant simplement "chiens de mer". L'équipement d'une flotte de navires et l'entretien de leurs équipages n'étaient pas bon marché, et chaque expédition devait trouver sa récompense pour que l'ensemble soit financièrement viable. De plus, les Espagnols n'appréciaient guère cette agression nautique et leurs navires étaient armés de canons.

Supprimer la pub
Publicité

Francis Drake by Hilliard
Portrait de Francis Drake par Hilliard
Nicholas Hilliard (Public Domain)

Arrivé au Panama, Drake attaqua la colonie espagnole de Nombre de Dios et s'empara d'un important butin. Débarquant sur l'isthme de Panama, Drake explora la région à pied. En grimpant sur un arbre, selon les indications d'un des peuples indigènes, le navigateur put apercevoir l'océan Pacifique le 11 février 1573, devenant ainsi le premier Anglais à le faire. En prime, il intercepta une caravane espagnole chargée de 40 000 livres sterling d'argent. De retour chez lui, il effectua un séjour en Irlande où, en 1575, Drake fut impliqué dans le tristement célèbre massacre de 500 hommes, femmes et enfants sur l'île de Rathlin.

1577-80: Voyage autour du monde

L'idée de monter une expédition pour explorer ce qui se trouvait au sud de l'équateur et voir si un grand continent austral existait vraiment fut lancée pour la première fois par Richard Grenville (1542-1591) en 1574. Grenville n'avait pas réussi à obtenir le soutien nécessaire à son projet, la recherche du passage du Nord-Ouest ayant pris le dessus, mais en 1577, Élisabeth Ire se tourna vers Drake pour un tel voyage vers le sud. Secrètement, la reine investit dans le projet et chargea Drake non seulement d'explorer de nouvelles possibilités commerciales, mais aussi de s'emparer de tous les trésors espagnols qu'il trouverait en route. Drake se vit confier le commandement d'une flotte de cinq navires: Christopher, Elizabeth, Marigold, Pelican et Swan. À mi-parcours, le Pélican, d'une capacité de 140 tonnes, fut rebaptisé "Golden Hind" en l'honneur du principal mécène de Drake, Sir Christopher Hatton, dont les armoiries familiales portaient ce symbole.

Supprimer la pub
Publicité

Le 13 décembre 1577, Drake partit avec 164 hommes pour ce qui s'avérerait être un voyage extraordinaire; 60 d'entre eux ne reverraient jamais l'Angleterre. La flotte longea la côte nord-ouest de l'Afrique, puis traversa la route de l'Atlantique pour atteindre la côte est de l'Amérique du Sud en avril 1578. À la pointe sud de l'Amérique du Sud, le Christopher et le Swan firent demi-tour, tandis que les autres navires poursuivirent leur route à travers le détroit de Magellan en août. De fortes tempêtes en septembre obligèrent le Golden Hind à poursuivre seul l'expédition pour remonter la côte ouest de l'Amérique du Sud. Les colonies espagnoles comme Valparaiso furent complètement prises au dépourvu lorsqu'un navire de guerre anglais fit son apparition dans les eaux du Pacifique. Plusieurs navires.trésor de la flotte des Indes furent capturés, notamment en mars 1579 le Nuestra Senora de la Concepćion (alias Cacafuego) au large des côtes du Pérou avec son énorme cargaison d'argent.

A Model of the Golden Hind
Maquette du Golden Hind
Alex Butterfield (CC BY)

Drake navigua ensuite le long de la côte ouest de l'Amérique du Nord, à la recherche du légendaire passage du Nord-Ouest, censé offrir une route facile vers l'Asie. Après avoir exploré les eaux septentrionales, l'aventurier retourna au sud et jeta l'ancre en juin près de l'actuelle ville de San Francisco. C'est là qu'il revendiqua la terre pour sa reine, en la nommant "New Albion" (une revendication qui ne fut jamais poursuivie par la suite). Drake se tourna ensuite vers l'ouest, emporté par les alizés à travers le Pacifique. En octobre, il atteignit les Indes orientales (Indonésie et Philippines) et embarqua six tonnes de précieux clous de girofle. Des réparations furent effectuées à Java et, en mars 1580, le Golden Hind traversa l'océan Indien. En juin, Drake franchit le cap de Bonne-Espérance, au sud de l'Afrique, et remonta la côte atlantique de ce continent pour atteindre Plymouth le 26 septembre 1580. Il s'agissait du deuxième tour du monde après celui de Ferdinand Magellan (1480-1521) en 1522. Le plus important à l'époque était le trésor dont Drake avait régulièrement rempli son navire en cours de route. La valeur du butin fut estimée à 600 000 livres sterling (soit la totalité du revenu annuel de l'Angleterre) et la reine reçut la coquette somme de 160 000 livres sterling.

Le 4 avril 1581, Élisabeth Ire monta à bord du Golden Hind, amarré à Deptford sur la Tamise, et, satisfaite des trésors qu'il avait capturés et de la gloire de ses exploits en matière de navigation, anoblit Drake sur le pont du bateau. L'ambassadeur d'Espagne, qui considérait Drake comme un simple pirate, s'en indigna. Drake devint le chien de mer préféré d'Élisabeth, un sentiment qui devait être réciproque car le navigateur offrit souvent à sa reine de somptueux cadeaux, tels qu'une couronne d'or incrustée d'émeraudes et une croix sertie de diamants en 1581. La reine, elle aussi, offrit des cadeaux, notamment une coupe en argent en forme de globe qui renfermait une noix de coco que Drake avait ramenée de son voyage. Un autre cadeau fut le célèbre bijou Heneage ou bijou Armada de Nicholas Hilliard en 1588, une broche en or et incrustée de pierres précieuses portant deux portraits de la reine. Drake était probablement à l'époque l'homme le plus riche d'Angleterre et il s'offrit un portefeuille de propriétés, dont l'abbaye de Buckland. Il acquit également des armoiries (un navire sur un globe avec deux étoiles d'argent entrecoupées d'une ligne horizontale ondulée). Sa devise officielle devint Sic Parvis Magna ou "La grandeur vient des débuts modestes".

Supprimer la pub
Publicité

Map of Francis Drake's Circumnavigation, 1577-80 CE
Carte du tour du monde de Drake, 1577-1580
Continentalis (CC BY-SA)

Années 1580: autres actes corsaires

En 1585, Drake s'embarqua avec une flotte de près de 30 navires et 2 000 hommes pour effectuer un raid dans les Antilles espagnoles. Il libéra de nombreux navires anglais que Philippe avait mis sous embargo dans les ports contrôlés par l'Espagne cette année-là et captura une telle quantité d'armes espagnoles qu'il perturba l'approvisionnement de Philippe destiné à son Armada (voir ci-dessous). Les ports importants de Saint-Domingue, à Cuba, et de Carthagène, la capitale de la Principauté d'Espagne, furent mis à sac. Le butin n'était pas très important, mais Drake démontra à quel point l'empire espagnol était vulnérable aux attaques navales. Au cours des deux années suivantes, Drake parcourut le monde, effectuant d'autres raids sur les richesses espagnoles dans les îles du Cap-Vert, en Colombie, en Floride et à Hispaniola. Des navires furent capturés et des villages incendiés lors des attaques du "chien de mer" numéro un d'Élisabeth contre l'empire espagnol.

1587 : Le raid sur Cadix

L'intérêt de Philippe pour l'Angleterre remontait à 1553, lorsque son père, le roi Charles Quint d'Espagne (r. de 1516 à 1556), lui avait fait épouser Marie Ire d'Angleterre (r. de 1553 à 1558). Le successeur de Marie, Élisabeth Ire, poursuivit la Réforme protestante anglaise et le pape excommunia la reine pour hérésie en février 1570. Élisabeth était également active à l'étranger, envoyant de l'argent et des armes aux huguenots en France et une aide financière aux protestants des Pays-Bas qui protestaient contre la domination de Philippe.

Les relations déjà tendues entre l'Angleterre et l'Espagne furent aggravées par les corsaires d'Élisabeth. Capturer des navires en haute mer ou attaquer des colonies était une chose, mais lorsque Drake franchit un pas de plus vers la guerre totale et attaqua Cadix en avril 1587, les relations tombèrent au plus bas. Cadix était le port atlantique le plus important d'Espagne et Drake "brûla la barbe du roi" lors de son attaque audacieuse. En naviguant directement dans le port et en ignorant les canons tirés depuis la forteresse, la flotte de Drake détruisit 31 navires, en captura six autres et détruisit de nouveau de précieux approvisionnements destinés à l'Armada espagnole. Trois jours plus tard, Drake se rendit au cap Vincent, au sud du Portugal, et passa encore deux mois à semer la pagaille parmi les navires espagnols le long de la côte et jusqu'aux Açores. L'invasion prévue de longue date par Philippe, qu'il appelait l'"Entreprise d'Angleterre", fut retardée par ces revers, mais il resta déterminé à triompher de son ennemi numéro un. Philippe obtint même la bénédiction et l'aide financière du pape Sixte V (r. de 1585 à 1590), car le roi se présentait comme l'épée de l'Église catholique.

Supprimer la pub
Publicité

The Armada Jewel
Le bijou Heneage ou bijou Armada
Kotomi_ (CC BY-NC)

1588: L'Armada espagnole

L'Invincible Armada espagnole, une flotte de 132 navires transportant 17 000 soldats et 7 000 marins, partit de Lisbonne (alors sous la domination de Philippe) le 30 mai 1588. L'Armada avait pour objectif de dominer la Manche, puis d'atteindre les Pays-Bas afin de récupérer une seconde armée dirigée par le duc de Parme, régent de Philippe dans ce pays. La flotte devait ensuite envahir l'Angleterre.

L'Armada était commandée par le duc de Medina Sidonia. La flotte anglaise, composée d'environ 130 navires, était commandée par Lord Howard of Effingham, Drake étant vice-amiral à bord de son navire amiral, le Revenge. Les grands galions espagnols - conçus pour le transport et non pour la guerre - étaient beaucoup moins agiles que les petits navires anglais qui, espérait-on, pourraient entrer et sortir de la flotte espagnole et causer de nombreux dégâts. En outre, les 20 galions royaux anglais étaient mieux armés que les meilleurs navires espagnols et leurs canons pouvaient tirer plus loin.

Les galions espagnols furent repérés au large des côtes de Cornouailles le 19 juillet. Des balises incendiaires répandirent la nouvelle le long de la côte et, le 20 juillet, la flotte anglaise quitta son port d'attache de Plymouth pour aller à la rencontre des envahisseurs. Il y avait environ 50 navires de combat de chaque côté et il y aurait trois engagements distincts, les marines se battant l'une contre l'autre et contre les tempêtes. Ces batailles, étalées sur la semaine suivante, se déroulèrent au large d'Eddystone, de Portland et de l'île de Wight. Les navires anglais ne purent profiter de leur plus grande manœuvrabilité ni de la connaissance supérieure des marées de leurs commandants, car les Espagnols adoptèrent leur formation disciplinée habituelle en ligne de front - un croissant géant. Les Anglais parvinrent toutefois à tirer massivement sur les ailes de l'Armada, "leur arrachant les plumes", comme le dit Lord Howard (Guy, 341). Bien que la flotte anglaise ait été plus puissante que celle des Espagnols, les deux camps se retrouvèrent avec des munitions insuffisantes et les commandants furent obligés d'être économes avec leurs tirs. Les Espagnols se retirèrent prudemment vers un mouillage sûr au large de Calais le 27 juillet, n'ayant perdu que deux navires et n'ayant subi que des dommages superficiels à de nombreux autres navires.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Fireships Ravage the Spanish Armada
Des brûlots ravagent l'Armada espagnole
Philip James de Loutherbourg (Public Domain)

Six brûlots, organisés par Drake, furent alors envoyés contre la flotte espagnole dans la nuit du 28 juillet. Des vents forts soufflèrent les navires sans équipage sur la flotte ancrée et propagèrent rapidement les flammes dévastatrices parmi eux. Le 29 juillet, les navires anglais se dirigèrent vers Gravelines, au large de la côte flamande, pour porter le coup de grâce. Les Espagnols rompirent la formation, n'ayant perdu que quatre navires, mais beaucoup d'autres étaient maintenant gravement endommagés par les coups de canon et de nombreuses ancres avaient été coupées à la hâte afin d'échapper aux navires en feu. La perte de ces ancres allait sérieusement entraver la manœuvrabilité des navires espagnols au cours des semaines suivantes. L'Armada fut alors frappée par les vents de plus en plus forts du sud-ouest. Incapable de s'approcher suffisamment pour s'emparer des navires anglais et les aborder, et la force de Parme étant bloquée par des navires hollandais, le duc de Medina Sidonia ordonna la retraite et l'abandon de l'invasion.

Drake rapporte la victoire de Revenge:

Dieu nous a donné une si bonne journée en forçant l'ennemi à s'éloigner sous le vent que j'espère en Dieu que le prince de Parme et le duc de Sidonia ne se serreront pas la main pendant ces quelques jours; et quand ils se rencontreront, je crois que ni l'un ni l'autre ne se réjouiront beaucoup du service de cette journée. (Ferriby, 226)

L'Armada fut forcée par la tempête persistante de naviguer autour des côtes tempétueuses de l'Écosse et de l'Irlande afin de rentrer chez elle. Une violente tempête les frappa dans l'Atlantique, et seule la moitié de l'Armada d'origine parvint à rentrer en Espagne en octobre 1588. Philippe n'abandonna pas malgré le désastre de sa grande "Entreprise" et tenta à deux reprises d'envahir l'Angleterre (1596 et 1597), mais à chaque fois, sa flotte fut repoussée par les tempêtes.

1589: expédition vers le Portugal

En avril 1589, une expédition fut formée pour attaquer à la fois les navires-trésor du Nouveau Monde de Philippe et les navires restants de l'Armada dans les ports espagnols. Composée de navires privés et officiels, cette expédition est parfois appelée l'expédition Don Antonio, car l'un des objectifs de ses chefs était de capturer Lisbonne et de rétablir Don Antonio sur le trône portugais (il avait été destitué par Philippe en 1580). D'autres noms pour cette attaque incluent l'Armada anglaise et l'expédition Drake-Norris, d'après Sir John Norris (1547-1597) qui codirigea l'expédition avec Drake. Elizabeth investit 49 000 livres sterling dans le projet, mais elle serait très déçue par les maigres retombées de l'opération.

Francis Drake Portrait, Buckland Abbey
Portrait de Francis Drake, Abbaye de Buckland
Marcus Gheeraerts the Younger (Public Domain)

La flotte anglaise était impressionnante avec 130-150 navires et au moins 15 000 hommes. Cependant, les objectifs de l'expédition étaient confus et, en fin de compte, elle n'obtint que peu de résultats. La Corogne fut attaquée mais ne fut que partiellement capturée et 2 000 Anglais rentrèrent en Angleterre avec leur butin. Pendant ce temps, 50 navires espagnols immobilisés dans d'autres ports espagnols furent ignorés. Lisbonne fut attaquée - contrairement aux instructions d'Élisabeth - mais les Portugais ne soutinrent pas Don Antonio comme on l'espérait et la ville résista à la prise. Faute de provisions suffisantes pour continuer et après avoir manqué les navires-trésor qui passaient par les Açores, l'expédition battit en retraite vers l'Angleterre. Avec des pertes énormes, principalement dues à la maladie, cet épisode entacha sérieusement la réputation de Drake et montra clairement que le fait de mélanger le contrôle privé et le contrôle étatique d'une force expéditionnaire ne conduisait qu'à la confusion et à la désunion. La reine s'indigna auprès de Drake de l'attaque de Lisbonne, de l'échec total de l'attaque des navires de l'Armada et du faible rendement financier. Le vieux marin devint donc un terrien et fut à la fois maire de Plymouth et membre du Parlement.

1595: Dernière expédition et mort

En août 1595, Drake prouva que le vieux loup de mer avait encore du mordant en menant une expédition aux côtés de John Hawkins dans les Caraïbes. Les hommes affluèrent sur les quais de Plymouth, impatients de s'engager et de naviguer avec le plus grand marin que l'Angleterre ait jamais produit. L'objectif de la flotte de 27 navires était d'attaquer l'isthme de Panama où passaient les caravanes d'argent espagnoles. Hélas, Hawkins mourut au cours du voyage et l'attaque de Porto Rico fut un échec total. Les défenses espagnoles avaient été prévenues de l'arrivée de la flotte anglaise, ce qui leur avait donné le temps d'installer des canons supplémentaires, et cette information signifiait également qu'aucun navire-trésor n'avait pris le risque de s'aventurer dans la région. De même, aucune richesse ne put être trouvée dans les villages attaqués par Drake. Assailli par des vents défavorables et des maladies qui frappaient les équipages, Drake, alors âgé d'environ 55 ans, mourut lui-même de dysenterie à Portobelo le 28 janvier 1596. Sir Francis Drake fut, à juste titre, inhumé en mer dans un cercueil de plomb; l'expédition de Panama ne fut qu'un coup d'épée dans l'eau en guise de conclusion d'une brillante carrière maritime.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2020, juin 25). Francis Drake [Francis Drake]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19017/francis-drake/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Francis Drake." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juin 25, 2020. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19017/francis-drake/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Francis Drake." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 25 juin 2020. Web. 19 juil. 2024.

Adhésion