Ligue de Délos 4: la Guerre de Dix Ans

Coûts du serveur Collecte de fonds 2024

Aidez-nous dans notre mission de fournir un enseignement gratuit de l'histoire au monde entier ! Faites un don et contribuez à couvrir les coûts de notre serveur en 2024. Grâce à votre soutien, des millions de personnes apprennent l'histoire entièrement gratuitement chaque mois.
$2758 / $18000

Article

Christopher Planeaux
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 21 septembre 2016
Disponible dans ces autres langues: anglais
X

Ce texte fait partie d'une série d'articles sur la Ligue de Délos.

La quatrième phase de la Ligue de Délos englobe la première partie de la Grande Guerre du Péloponnèse, également appelée Guerre de Dix Ans, parfois appelée à tort Guerre d'Archidamos, et se termine par la Paix de Nicias (431/30 - 421/20 av. J.-C.). Bien que la guerre de Dix Ans ait connu plusieurs événements surprenants, les deux alliances se battirent essentiellement dans les grands cadres établis par ceux qui la déclenchèrent. Cette guerre civile hellénique opposa une puissance maritime à une puissance continentale; elle donna lieu à un affrontement entre démocraties et oligarchies; elle chercha à démanteler des alliances concurrentes tout en consolidant les leurs; le tout alors que la Ligue du Péloponnèse présentait une stratégie offensive et que la Ligue de Délos s'engageait dans une stratégie défensive.

Delos Lion Sculpture
Sculpture de lion de Délos
SquinchPix.com (Copyright)

"La majorité des Grecs était tellement remontée contre les Athéniens, certains voulant se libérer de leur domination, d'autres craignant d'y être entraînés, que la plupart d'entre eux favorisèrent d'abord Sparte lorsque le roi Archidamos finit par conduire son armée dans l'Attique. Périclès, fils de Xanthippe, reconnut d'ailleurs que les Athéniens en étaient venus à régner sur la Ligue de Délos "comme une tyrannie" (Thuc. 2.63.2).

Supprimer la pub
Publicité

Les Spartiates déclarèrent que leurs objectifs n'étaient rien de moins que la "libération des Hellènes" et "la restauration de l'indépendance des poleis soumises à Athènes" (Thuc.1.139.3 ; 2.8.4). Les Spartiates n'acceptèrent finalement de se lancer dans la guerre que parce qu'ils craignaient la domination écrasante d'Athènes au sein de la Ligue de Délos et la diffusion de la culture ionienne qu'elle représentait et qu'ils cherchaient à détruire.

Ressources de la ligue du Péloponnèse contre celles de la ligue de Délos

La Ligue du Péloponnèse comprenait tout le Péloponnèse, à l'exception d'Argos et d'une poignée de poleis en Achaïe. En dehors du Péloponnèse, elle comptait des alliés comme les Mégariens, les Béotiens, les Locriens du nord et les Phocéens. Les Spartiates reçurent également l'aide d'Ambracie, de Leucas et d'Anactium, ainsi que de Syracuse et de tous les poleis doriennes de Sicile (à l'exception de Camarina), puis de Locri et de Taras en Italie. L'alliance pouvait déployer une centaine de trières corinthiennes.

Supprimer la pub
Publicité

La ligue de Délos possédait tous les membres payeurs de tributs sur les côtes de Carie, d'Ionie, de l'Hellespont et de Thrace, ainsi que toutes les îles "qui se trouvaient entre le Péloponnèse et la Crète vers l'est, à l'exception de Mélos et de Théra" (Thuc. 2.9.4-5). Théra commencerait toutefois à payer un tribut en 430/29 avant notre ère. La confédération de Délos avait également des alliés indépendants comme Chios, Lesbos et Corcyre, ainsi que Platées, Naupacte, les Zakynthiens, le gros des Acarnaniens, les Thessaliens, puis Rhegium et Leontini à l'ouest.

Les Athéniens disposaient d'une flotte de 300 trières, à laquelle ils pouvaient ajouter, si nécessaire, un nombre non négligeable de navires vieillissants ayant plus ou moins besoin de réparations. La Ligue pouvait également acquérir une centaine de navires supplémentaires en provenance de Chios, Lesbos et Corcyre. En outre, la Ligue de Délos possédait environ 6 000 talents d'argent sur l'Acropole, 500 talents supplémentaires d'or et d'argent en métal brut, ainsi qu'une "réserve d'urgence" de 40 talents provenant des plaques d'or qui recouvraient la grande statue d'Athéna. La Ligue réalisait également un revenu annuel d'environ 600 talents en impôts, droits et taxes, et d'environ 400 talents en tribut annuel.

Supprimer la pub
Publicité

La Ligue du Péloponnèse, en revanche, disposait de ressources financières assez limitées. Les Corinthiens soutenaient qu'ils pouvaient compter sur les fonds des trésors de Delphes et d'Olympe et sur les contributions spécifiques des alliés. La plupart des poleis du Péloponnèse, cependant, ne disposaient pas de ressources importantes, et la perspective que les Spartiates puissent utiliser les deux trésors sacrés semblait chimérique - en fait, ils ne le firent jamais. Cependant, les Spartiates demandèrent très vite des navires à leurs alliés siciliens, bien que l'ampleur des navires demandés (200 à 500 navires) semble absurde. Quoi qu'il en soit, ils ne les reçurent jamais.

Le roi Archidamos se rendit compte qu'Athènes ne ressemblait à aucune autre polis hellénique: de solides murs entouraient la ville proprement dite et son port principal, le Pirée, et défendaient la ville - les deux zones étant reliées par deux longs murs et un troisième mur reliant le port secondaire, Phalère. Même si la Ligue du Péloponnèse pouvait priver Athènes des terres attiques, les Athéniens pouvaient toujours importer des fournitures de l'étranger. Athènes était devenue une île à part entière, avec toute la ligue de Délos pour la défendre.

Première année de guerre: 431/430 av. J.-C.

Perdiccas de Macédoine reçut d'abord un accueil très favorable de la part de ses alliés mécontents dans le district de Chalcidique, à la suite de la révolte de Potidée. Alors que le nombre total de poleis payant un tribut dans la région avait chuté de façon spectaculaire depuis les années 440 avant notre ère, les mécanismes bureaucratiques mis en place par Athènes pour contrôler la Ligue de Délos, en particulier Brea et Amphipolis, empêchèrent l'éclatement d'autres rébellions à grande échelle. Sparte, en outre, se trouva mal équipée pour aider ces alliés athéniens mécontents plus éloignés et limita ses actions à des invasions de l'Attique. Les Athéniens, quant à eux, choisirent de suivre une stratégie proposée par Périclès, fils de Xanthippe: mener essentiellement une guerre d'usure.

Supprimer la pub
Publicité

L'armée du Péloponnèse avança lentement en Attique et assiégea Oenoé. Ce retard donna aux Athéniens le temps d'évacuer leur bétail et leurs biens vers l'Eubée et de se retrancher derrière leurs grandes murailles. 80 jours après l'attaque thébaine sur Platée, l'armée du roi Archidamos brisa enfin le siège et ravagea la campagne attique. Les Athéniens ne s'engagèrent pas et les Péloponnésiens se retirèrent lorsque les vivres se firent rares. Périclès affirma qu'Athènes maintiendrait cette stratégie chaque année, jusqu'à ce que les Lacédémoniens reconnaissent que la destruction de la campagne attique n'avait pas donné les résultats escomptés. Dans le même temps, la marine de la Ligue de Délos harcelait les Péloponnésiens par des raids maritimes.

Les Athéniens réussirent à raser les côtes du Péloponnèse avec une flotte de plus de 150 trières: 50 de Corcyre et une poignée d'autres membres de la Ligue. Les Athéniens ajoutèrent Sollion, Astacus et Céphallénie à la Ligue de Délos après leur avancée en Arcarnanie (431 av. J.-C.). Les Athéniens ne parvinrent cependant pas à prendre Méthone, arrêtés par la rapidité d'esprit du Spartiate Brasidas. Les Corinthiens reprirent Astacus l'hiver suivant. Néanmoins, les forces de la Ligue de Délos s'emparèrent de Thronion et prirent Égine, où Athènes installa des colons "pour occuper et cultiver" la terre (Thuc. 2.27). L'expulsion de la population autochtone entraîna une perte d'environ 30 talents de tribut, mais permit de sécuriser le Pirée. Athènes négocia ensuite une alliance avec le roi Sitalcès de Thrace, qui convainquit Perdiccas de Macédoine de se ranger à nouveau du côté des Athéniens. Peu après, les Athéniens déployèrent la plus grande armée qu'ils aient jamais réunie: 13 000 hoplites et un grand nombre de troupes légères. Ils envahirent la Mégaride. Bien qu'ils ne l'aient pas conquise, ils s'engagèrent à l'envahir deux fois chaque année.

Malgré l'apparent mécontentement généralisé exprimé initialement à l'encontre d'Athènes lors du Congrès du Péloponnèse, aucune tentative sérieusement concertée de se détacher d'Athènes n'eut lieu après Potidée, et lorsque les Athéniens demandèrent aux poleis alliées d'envoyer des contingents, ils les envoyèrent.

Supprimer la pub
Publicité

Pour la première fois dans l'histoire de la Ligue de Délos, Athènes envoya des escadres de "navires collecteurs d'argent" (430 av. J.-C.). Les Athéniens eurent recours à cette mesure parce qu'ils craignaient désormais de devoir faire face à une guerre longue et coûteuse. Le contrôle athénien de la Ligue de Délos ne fut menacé qu'à l'est: Ionie-Carie et Lycie. Les pirates péloponnésiens s'en prirent "aux navires marchands de Phasélis, de Phénicie et de ces régions". Les six trières envoyées pour percevoir le tribut tentèrent également de récupérer la Carie et la Lycie, mais échouèrent (Thuc. 2.69).

Deuxième année de guerre: 430/429 av. J.-C.

Ni la Ligue du Péloponnèse ni la Ligue de Délos ne remportèrent de victoire décisive ou ne subirent de défaite catastrophique au cours de la première année de guerre ouverte. Les deux camps semblèrent se contenter de maintenir le statu quo. L'évaluation de la Ligue de Délos en 430 avant notre ère ne montre pas de changement radical ni même de signe d'inquiétude par rapport aux années précédant le début du conflit. Athènes, en outre, réussit à ajouter une poignée de poleis à la Ligue tout en contenant (sans les briser) les rébellions qui se produisirent. Toutefois, cette politique d'endiguement s'avéra rapidement coûteuse.

La grande peste d'Athènes

Les dispositions athéniennes commencèrent à changer après la seconde invasion de l'Attique par le Péloponnèse et l'apparition de la Grande Peste (430-429, 427 av. J.-C.), qui finit par emporter un tiers de la population athénienne et, avec elle, son moral. Les exigences athéniennes à l'égard de la Ligue commencèrent à augmenter et les réactions aux révoltes se durcirent au fur et à mesure que la guerre s'éternisait. Malgré les décès survenus en Attique, Athènes déploya 4 000 hoplites supplémentaires pour écraser la révolte de Potidée. Ils les retirèrent lorsque la peste s'abattit sur l'armée campée, tuant 1 050 hommes.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Le siège prolongé de Potidée coûterait finalement 2 400 talents. Lorsque la polis finit par se rendre l'année suivante, les commandants militaires athéniens autorisèrent, de façon quelque peu surprenante, les Potidiens à partir avec un minimum de vêtements et d'argent (ils se dispersèrent alors dans les polis voisines), ce qui provoqua la colère de l'Ekklesia athénienne. Les Athéniens envoyèrent des colons. La modération dont Athènes fit preuve à l'égard des membres de la Ligue de Délos ne durerait cependant pas.

La Ligue du Péloponnèse attaqua Zante avec dix trières et 1 000 hoplites (430 av. J.-C.). Ils ne parvinrent pas à prendre la polis mais ravagèrent la campagne et se retirèrent. Ils envoyèrent ensuite une ambassade comprenant des Spartiates, des Corinthiens, un Tégéen et un Argien en Perse pour obtenir de l'argent et conclure une alliance, mais les Athéniens de Thrace les interceptèrent et les exécutèrent.

Troisième année de guerre: 429/428 av. J.-C.

Les Spartiates et les Thébains entamèrent le siège de Platée. Les Athéniens, après avoir subi une défaite face aux poleis thraces de Spartolos et de Potidée, changèrent de tactique et choisirent de se concentrer principalement sur la protection des poleis restées loyales (429 av. J.-C.).

La Ligue de Délos battit une force navale péloponnésienne près de Patras et défendit avec succès le port de Naupacte. Cependant, les Péloponnésiens avancèrent bientôt une flotte jusqu'à Salamine avant de se retirer, ce qui choqua les Athéniens. Une brève guerre entre la Thrace et la Macédoine inquiéta également de nombreux membres de la Ligue de Délos dans cette région.

Au cours des deux années de guerre, la Ligue de Délos dépensa apparemment environ 4 000 talents. À l'hiver de la troisième année (428 av. J.-C.), elle ne disposait plus que de 945 talents en réserve.

Quatrième année de guerre: 428/427 av. J.-C.

L'optimisme des Athéniens du début de la guerre s'était évaporé. Les pertes dues à la peste se révélèrent catastrophiques (y compris la mort de Périclès, fils de Xanthippe) et, bien que la situation ait lentement commencé à se stabiliser, on apprit que Mytilène se préparait à se révolter contre la Ligue de Délos. Malgré l'échec des révoltes autour de Potidée, Mytilène consolida les plus petits poleis de l'île, envoya des émissaires à Sparte et se prépara à l'inévitable siège.

Les forces de la Ligue écrasèrent cependant la rébellion menée par Mytilène sur Lesbos - ainsi que les révoltes d'Antissa, de Pyrrha et d'Eresos - tout en repoussant facilement les tentatives spartiates d'intervention et d'acquisition de leur flotte. Une force spartiate de 40 trières sous le commandement d'Alcidas arriva trop tard et aggrava la situation en attaquant et en exécutant des alliés athéniens en pleine mer. Les Samiens réprimandèrent vivement Alcidas, estimant que ses actions constituaient un mauvais moyen de "libérer les Hellènes" (Thuc. 3.2-6, 8-18, 3.32, 35 ; Arist. Pol. 1304a9).

Sur les instances de Cléon, fils de Cléainétos, qui s'était imposé dans l'Ekklesia après la mort de Périclès, les Athéniens ordonnèrent d'abord l'exécution de tous les adultes mâles mytiléniens et la réduction en esclavage de toutes les femmes et de tous les enfants. Ils revinrent ensuite sur leur décision et décidèrent de n'exécuter que les principaux responsables de la révolte (environ 1 000 hommes). Athènes établit alors des clérouquies sur l'île.

Les charges financières et la révolte de Mytilène obligèrent les Athéniens à s'imposer un impôt sur le capital et à exiger une contribution extraordinaire de la part de la Ligue de Délos (428 av. J.-C.). L'impôt rapporta 200 talents. Les Athéniens envoyèrent 12 trières pour collecter le tribut. En outre, les Athéniens tentèrent à nouveau de reprendre le district de Carie, mais échouèrent une fois de plus.

Les Spartiates s'emparèrent de Platée et une véritable guerre civile éclata à Corcyre (428 av. J.-C.). Une fois de plus, cette polis éloignée en vint à impliquer les deux ligues. Bien que les Péloponnésiens aient été victorieux lors de la première bataille navale, ils se retirèrent à l'arrivée de 60 trières de la Ligue de Délos.

Première expédition en Sicile

Les Athéniens envoyèrent 20 trières en Sicile (427 av. J.-C.). Athènes avait une symmachie de longue date avec Leontini, une polis ionienne, et devait maintenant faire face à une guerre contre Syracuse, une cité dorienne. Athènes chercha à empêcher les Siciliens d'approvisionner le Péloponnèse et, en fin de compte, tenta de faire entrer la Sicile dans la Ligue de Délos. Les résultats furent mitigés: les Athéniens gagnèrent puis perdirent Messine, suivie de plusieurs engagements indécis. Les Athéniens envoyèrent 40 navires supplémentaires pour les aider, mais, après que le congrès de Gela eut réussi à garantir la paix, ils n'accomplirent pas grand-chose de plus.

La Ligue de Délos disposait alors de 250 trières déployées dans toute la mer Égée et à l'ouest, engagées dans diverses opérations. Cléon et ses compagnons marquèrent un net changement dans les dispositions athéniennes à l'égard des alliés de la Ligue de Délos. Les principaux objectifs devinrent le maintien d'un contrôle ferme, l'assurance d'un tribut et de contributions, et la conviction que la paix ne pourrait être obtenue qu'après l'humiliation et la défaite de Sparte.

Durcissement de la collecte des tributs

Les Athéniens finirent par cesser de drainer le trésor de la Ligue de Délos après avoir dépensé 100 talents de la réserve en 428/7 avant J.-C. et 261 talents en 427/6 avant J.-C pour financer de longs sièges. En outre, les Athéniens avaient augmenté la cotisation "petit à petit" au fil du temps (Plut. Vit. Ar. 24.3). En 426 avant J.-C., la ligue de Délos disposait donc de 835 talents.

Les sièges avaient représenté la plus grande ponction sur le trésor, au-delà des dépenses normales en temps de guerre telles que l'entretien des navires et des arsenaux, la formation et les exercices des équipages, et la construction de nouvelles trières et de trières de remplacement.

Athenian Tribute List [Fragment]
Liste des hommages athéniens [Fragment]
UBC Library (CC BY)

En 426 avant notre ère, les Athéniens réorganisèrent la collecte des tributs pour la Ligue de Délos. Ils désignèrent des collecteurs de tributs dans chaque polis, que l'Ekklesia athénienne tint pour personnellement responsables, puis cinq hommes furent chargés d'exiger le paiement de tous les mauvais payeurs.

Cinquième année de guerre: 426/425 av. J.-C.

Outre l'invasion annuelle de l'Attique, Sparte fonda une colonie à Héraclée, près de l'Eubée. Pendant ce temps, Athènes tenta de forcer la colonie spartiate de Mélos à rejoindre la Ligue (apparemment en raison d'une récente contribution monétaire à Sparte) avec une force importante de 60 navires et 2 000 hoplites. Comme les Méliens choisirent de ne pas se rendre et de ne pas livrer bataille, les Athéniens, ne voulant pas risquer un nouveau siège long et coûteux, s'en allèrent. Ils attaquèrent néanmoins Tanagra et prirent d'assaut le territoire locrien avant de retourner à Athènes.

Les Athéniens envoyèrent à nouveau une flotte de 30 trières dans le Péloponnèse pour harceler la région, rejointe par 15 navires corcyriens ainsi que par des forces acarnaniennes, zakynthiennes et céphalléniennes (426 av. J.-C.). La flotte s'empara de Leucus mais fut chassée d'Étolie, bien qu'elle ait réussi à stopper les empiètements spartiates et corinthiens près d'Ambracie.

Purification de Délos

L'Ekklesia athénienne, célébrant la fin de la grande peste, vota la "purification de Délos" (Thuc. 3.104.1 ; Diod. 12.58). Athènes réorganisa et rendit "plus splendide" le festival quadriennal de l'île avec des concours musicaux, gymniques et équestres (Plut. Vit. Nic. 3.5-7). Ces célébrations n'avaient cessé de décliner depuis leur apogée au VIe siècle. Les Athéniens cherchaient à rétablir leur importance.

Le festival avait autrefois attiré les Grecs ioniens du continent et des îles. Les Athéniens souhaitaient accroître leur "popularité" (Thuc. 3.104.3). Ils souhaitaient s'appuyer sur leurs autres efforts pour créer des célébrations panhelléniques puisque les Péloponnésiens en contrôlaient trois à eux seuls. Les Athéniens firent spécifiquement appel à la solidarité ionienne.

Sixième année de guerre: 425/424 av. J.-C.

L'année suivante, l'armée péloponnésienne pénétra à nouveau en Attique et Corcyre fut à nouveau menacée, assiégée par 500 exilés et une flotte péloponnésienne de 60 trières. Les Athéniens répondirent par une force de 40 navires, mais ils s'arrêtèrent pour fortifier Pylos, laissant derrière eux une garnison et cinq trières. Le reste de la flotte poursuivit sa route vers Corcyre. Les Spartiates, d'abord lents à réagir, comprirent vite le danger que représentait ce fort. Ils retirèrent l'armée de l'Attique et convergèrent pour le détruire. Les Athéniens les repoussèrent pendant deux jours.

Pylos et Sphactérie

La force corcyréenne de la Ligue de Délos et dix navires de Chios et Naupacte revinrent et battirent la flotte péloponnésienne dans la baie. Les Athéniens assiégèrent 420 hommes à Sphactérie (où ils s'étaient réfugiés), dont 180 Spartiates: un dixième de l'armée spartiate. Cette soudaine tournure des événements inquiéta fortement les Spartiates qui demandèrent immédiatement la paix. Les Athéniens répondirent par des conditions inacceptables pour la Ligue du Péloponnèse. Lorsqu'Athènes envoya des renforts sous la direction de Cléon, les 292 Péloponnésiens et les 120 Spartiates de Sphactérie qui avaient survécu choquèrent le monde hellénique tout entier en se rendant.

Les événements de Pylos changèrent toute la perspective de la guerre de dix ans: avec 120 prisonniers spartiates, les invasions annuelles prirent fin et la flotte de la Ligue de Délos put naviguer sans encombre dans la mer Égée.

Expansion de la ligue de Délos

En 425 avant notre ère, les Athéniens décidèrent de procéder à une évaluation extraordinaire. La Ligue de Délos n'avait que 674 talents en réserve. Les Athéniens firent plus que tripler le montant du tribut perçu passant de 450 à près de 1 500 talents. Ils ajoutèrent également le nouveau district d'Euxine (la mer Noire). Ils envoyèrent la plus grande flotte jamais enregistrée pour collecter le tribut et déclarèrent en outre leur intention de procéder à des évaluations plus cohérentes au cours des années des Grandes Panathénées (c'est-à-dire 420, 416, 412 av. J.-C., etc.).

Les Athéniens plus que triplèrent le montant du tribut perçu et exigèrent également des contingents alliés des contributions supplémentaires. Comme Cléon l'avait observé, les Athéniens dirigeaient désormais la Ligue de délos comme une tyrannie.

Le décret de Cléonymos imposait en outre aux Hellenotamiai de présenter à l'Ekklesia, sous les dix jours des Dionysies, un compte rendu complet du tribut payé ou non payé, ainsi que de tous les paiements partiels. En outre, le décret de Thudippe désignait dix assesseurs chargés de fixer un montant provisoire pour chaque membre et, en aucun cas, ils ne pouvaient abaisser ce chiffre (sauf si une polis s'avérait incapable de payer). Des hérauts annonçaient les nouveaux montants et les alliés pouvaient venir à Athènes pour plaider leur cause devant un tribunal spécialement constitué si un montant s'avérait trop élevé. La décision finale revenait à la Boulè athénienne (Conseil ou Sénat).

Le tribut pour le district insulaire passa de 63 talents avant la guerre à 150 talents, celui de la Thrace de 120 talents à environ 325 talents, celui de l'Hellespont de 85 talents à environ 375 talents et celui de l'Ionie-Carie de 110 talents à 500 talents. Ces augmentations ne présentaient ni modèle ni échelle et semblaient refléter simplement une détermination des ressources disponibles.

Les Athéniens demandèrent également des contingents alliés supplémentaires et inclurent des poleis qui n'avaient pas payé de tribut depuis des années, ainsi que d'autres qui n'étaient jamais apparus sur les listes de tribut. Aucune année avant le début de la guerre de Dix ans, les listes de tribut de la Ligue de Délos n'avaient fait état de plus de 180 poleis. L'évaluation de 425 avant notre ère fit état de pas moins de 380, voire plus de 400 poleis qui composaient désormais la Ligue de Délos. Mais le plus inquiétant, c'est que les décrets menaçaient de sanctions à tout bout de champ. Comme Cléon l'avait observé, les Athéniens dirigeaient désormais la Ligue de Délos comme une tyrannie.

Septième année de guerre: 424/423 av. J.-C.

L'année suivante, les Athéniens se lancèrent dans une campagne plus agressive. Une force de la Ligue de Délos composée de Milésiens, d'Andriens et de Carystes envahit Corinthe, ce qui marqua la première utilisation explicite de troupes terrestres de la Ligue. 60 trières, 2 000 hoplites avec de la cavalerie, ainsi que 2 000 hoplites milésiens et d'autres alliés attaquèrent également et capturèrent Cythère. Cythère est une île située à un endroit stratégique au large du Péloponnèse. Athènes obligea Cythère à rejoindre la Ligue de Délos, ce qui inquiéta encore plus les Spartiates.

Le Spartiate Brasidas, à la tête de 700 hilotes et de 1 000 mercenaires péloponnésiens, repoussa une attaque athénienne sur Mégare. Les Athéniens parvinrent à tenir Nisée, mais sans Mégare, ils ne purent empêcher une invasion du Péloponnèse. Athènes subit encore une défaite décisive à la bataille de Délion, et les tentatives athéniennes de sécuriser la Béotie et d'endiguer la puissance de Thèbes échouèrent une fois de plus.

Campagne thrace

Le Spartiate Brasidas, un Spartiate atypique qui faisait preuve d'imagination par son courage et qui savait aussi bien parler que se battre, mena ses troupes vers le nord, à travers la Thessalie (en usant d'une diplomatie habile), et vers la Thrace. La situation en Thrace n'avait guère changé depuis 429 avant notre ère. À son arrivée dans le nord, Brasidas s'assura l'aide (limitée) de Perdiccas. Il s'empara d'Acanthe, de Stagire, d'Argilos, puis d'Amphipolis, la polis la plus importante sur le plan stratégique et économique et la base de l'influence athénienne dans la région.

Thucydide, fils d'Oloros, l'historien, partit de Thasos avec sa flotte de sept trières, mais arriva trop tard pour sauver Amphipolis. Il réussit cependant à repousser la tentative ultérieure de Brasidas de s'emparer d'Eion. Myrcinos, Gelepsos et Oesyne se rebellèrent immédiatement contre la ligue de Délos, suivis peu après par l'ensemble de la péninsule d'Actée, à l'exception de Sane et de Dion. Brasidas assiégea Torone. Après avoir pris la polis, il demanda des renforts aux Péloponnésiens tout en construisant des trirèmes à Strymon.

À la fin de la septième année, le trésor de la ligue de Délos n'était plus que de 596 talents.

Huitième année de guerre: 423/422 av. J.-C.

En 423 avant notre ère, les nouvelles des actions de Brasidas en Thrace et le nombre croissant de révoltes qu'elles suscitèrent obligèrent Athènes à agir. Les Athéniens craignaient que Brasidas ne prenne le contrôle de l'Hellespont. Ils préparèrent des forces pour reprendre et écraser les rébellions près du fleuve Strymon. Heureusement pour Athènes, les Spartiates refusèrent la demande de renforts de Brasidas car ils "préféraient récupérer [les Spartiates qui s'étaient rendus à Sphactérie] et mettre fin à la guerre" (Thuc. 4.108.7). Ils concluèrent une trêve d'un an avec les Athéniens pour négocier une paix plus durable.

Greek Hoplites [Artist's Impression]
Hoplites grecs [Impression d'artiste]
The Creative Assembly (Copyright)

Bien que Scione et bientôt Mende se soient révoltés contre la Ligue de Délos, la campagne de Brasidas près de Macédoine révéla néanmoins que le soutien à la "libération" de la Chalcidique n'était ni résolu ni sans ambiguïté à ce moment-là. Les Grecs de Chalcidique se souvenaient des échecs de Sparte en 446 et 427 avant notre ère, de la paix de trente ans et de la révolte de Mytilène. L'arrivée à Mende d'une force de la Ligue de Délos (40 trières athéniennes et 10 trières de Chios avec 1 000 hoplites athéniens, 600 archers, 1 000 mercenaires thraces, ainsi que quelques troupes légères de divers membres de la Ligue) provoqua immédiatement une guerre civile et la population se retourna contre les Péloponnésiens. Les Athéniens entamèrent alors le siège de Scione et d'autres rébellions ne purent se propager.

Après huit ans de guerre, certains Grecs estimèrent que la liberté vis-à-vis d'Athènes signifiait simplement la soumission à Sparte. La Ligue de Délos disposait alors de 444 talents en réserve.

Neuvième année de guerre: 422/421 av. J.-C.

Les Athéniens, ayant appris que les Déliens cherchaient à s'allier à Sparte; ils les expulsèrent de leur île. Ils décidèrent également d'envoyer 30 trières, 1 200 hoplites, 300 cavaliers, ainsi qu'une force plus importante de Lemniens et d'Imbriens, sous le commandement de Cléon, pour récupérer les poleis rebelles autour de la Thrace, y compris Amphipolis. Cléon reprit Torone et établit une base à Eion avant que Brasidas ne puisse revenir. Les Stagiriens repoussèrent les Athéniens, mais Cléon réussit à capturer Gelepsos tandis que Brasidas se rendit à Amphipolis. Cléon récupéra ensuite plusieurs autres poleis rebelles dans la région.

Peu après, Cléon et Brasidas, les deux principaux obstacles à la cessation des hostilités entre Athènes et Sparte, moururent à la bataille d'Amphipolis (422 av. J.-C.). Leur mort ouvrit la voie à des négociations de paix entre Athènes et Sparte. Alors que les pourparlers directs commençaient, les Athéniens avaient déjà repris Mende sans trop de pertes humaines. Ils permirent à la polis de réintégrer la Ligue sans trop de difficultés. Scione, en revanche, la dernière polis à capituler l'année suivante (420 av. J.-C.), subit le même sort que Mytilène: exécutions massives et réduction en esclavage, et les Athéniens y installèrent alors des Platéens. Les Grecs se souviendraient du massacre athénien des Scionéens jusqu'au IVe siècle.

Cet article fait partie d'une série consacrée à la Ligue délienne :

Supprimer la pub
Publicité

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Christopher Planeaux
Lectured in Classical Studies for 15yrs. Published articles on the dramatic settings for Plato's Dialogues & Ancient Greek History. Offered papers at conferences in North America & Great Britain. Area of expertise includes Greek History 600-300 BCE.

Citer cette ressource

Style APA

Planeaux, C. (2016, septembre 21). Ligue de Délos 4: la Guerre de Dix Ans [The Delian League, Part 4: The Ten Years War (431/0-421/0 BCE)]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-950/ligue-de-delos-4-la-guerre-de-dix-ans/

Style Chicago

Planeaux, Christopher. "Ligue de Délos 4: la Guerre de Dix Ans." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le septembre 21, 2016. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-950/ligue-de-delos-4-la-guerre-de-dix-ans/.

Style MLA

Planeaux, Christopher. "Ligue de Délos 4: la Guerre de Dix Ans." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 21 sept. 2016. Web. 19 juil. 2024.

Adhésion