Brasidas

Collecte de fonds pour traductions

Notre vision : Une éducation à l'Histoire gratuite pour tous, dans le monde entier et dans toutes les langues. C'est un objectif ambitieux, mais cela ne nous empêche pas d'y travailler. Pour y parvenir, nous devons traduire... beaucoup ! Faites un don aujourd'hui et aidez-nous à avoir un réel impact mondial. Merci beaucoup !
$1728 / $3000

Définition

John Bloxham
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 31 mars 2016
X

Texte original en Anglais : Brasidas

Greek Hoplites [Artist's Impression] (by The Creative Assembly, Copyright)
Hoplites grecs [Impression d'artiste]
The Creative Assembly (Copyright)

Brasidas (mort en 422 av. JC) était un général spartiate entreprenant et couronné de succès pendant les premières années de la deuxième guerre du Péloponnèse (431-404 av. JC) entre Athènes et Sparte. Ses succès contre les Athéniens firent pencher la balance de la guerre en faveur des Spartiates après leur désastre à Pylos (425 av. JC). Brasidas encouragea un certain nombre de révoltes contre Athènes et détacha plusieurs villes, dont l'importante cité d'Amphipolis, de l'empire athénien. Lors de la bataille d'Amphipolis en 422 av. JC, il vainquit une armée athénienne dirigée par Cléon, mais les deux généraux moururent au combat. Il fut également à l'origine du changement de carrière de Thucydide, qui passa de général à historien.

Les débuts de la guerre du Péloponnèse

On ne sait rien des débuts de la vie de Brasidas, fils de Tellis. Il attira l'attention dans le récit de Thucydide sur la guerre du Péloponnèse pour avoir réussi à secourir la ville de Méthone lors d'un assaut athénien en 431 av. JC. Une flotte athénienne de 100 navires, soutenue par 50 autres venus de Corcyre (Corfou), parcourait le Péloponnèse pour ravager le territoire de Sparte et de ses alliés. En arrivant à Méthone, ils se rendirent compte qu'elle n'avait pas de garnison et que ses murs étaient médiocres. Alors qu'ils se préparaient à attaquer, Brasidas, qui était à la tête d'une petite force défendant la zone, réussit à percer l'armée athénienne avec seulement 100 hoplites. Les Athéniens ne pouvaient pas se permettre un siège prolongé et cette action décisive suffit à sauver Méthone. Selon Thucydide, Brasidas " reçut les remerciements de Sparte pour son exploit, devenant ainsi le premier officier à avoir obtenu cette distinction pendant la guerre " (La guerre du Péloponnèse, 2.25). Selon Xénophon (Helléniques II.3.10), Brasidas fut élu la même année en tant qu'un des cinq magistrats annuels de Sparte (les éphores), peut-être en reconnaissance de son action à Méthone.

Supprimer la pub

Advertisement

En 429 av. JC, la flotte spartiate avait été vaincue dans une succession d'engagements par les Athéniens. Selon Thucydide, les Spartiates manquaient tellement de connaissances navales qu'ils ne pouvaient pas comprendre que c'était leur manque d'expérience qui posait problème. Par conséquent, ils attribuèrent leurs défaites à " une mauvaise conduite quelque part " (La guerre du Péloponnèse, 2.85) et envoyèrent Brasidas, ainsi que deux autres commissaires, pour conseiller l'amiral spartiate. Après une réorganisation de la flotte, les Péloponnésiens remportèrent un petit engagement naval à Naupacte. La victoire fut cependant de courte durée, car un seul navire athénien en fuite fit soudainement demi-tour et fit couler son poursuivant, provoquant la panique d'un certain nombre de navires péloponnésiens qui s'échouèrent. Le reste de la flotte athénienne prit alors la mer pour poursuivre les Péloponnésiens, capturant six de leurs navires et récupérant la plupart des navires qu'ils avaient perdus lors de l'engagement précédent.

BRASIDAS ACQUIt UNE PLUS GRANDE NOTORIÉTÉ GRÂCE À UN ASSAUT AUDACIEUX CONTRE LES POSITIONS ATHÉNIENNES À PYLOS EN 425 AV. J-C.

Nous entendons parler de Brasidas pour la première fois en 427 avant Jésus-Christ, lorsqu'il fut envoyé pour conseiller l'amiral spartiate Alcidas. Une guerre civile avait éclaté à Corcyre, et les Spartiates avaient pris 50 navires pour aider le parti oligarchique pro-Péloponésien contre le parti populaire pro-Athénien. Les oligarques furent vaincus avant leur arrivée et la flotte corcyréenne de 60 navires, soutenue par douze navires athéniens, attaqua les Péloponnésiens. Grâce aux luttes intestines et à la désorganisation de Corcyre, les Péloponnésiens remportèrent une petite victoire, mais ils retournèrent ensuite dans le Péloponnèse à l'approche des renforts athéniens, laissant le parti oligarchique de Corcyre se faire massacrer par ses adversaires.

Supprimer la pub

Advertisement

Brasidas acquit une plus grande notoriété grâce à un assaut audacieux contre les positions athéniennes à Pylos en 425 av. JC. Alors que les Spartiates attaquaient les positions athéniennes par bateau, certains commandants craignaient de s'échouer. Selon Thucydide, Brasidas encouragea les attaquants à sacrifier leurs navires. Il força son propre navire à s'échouer et " tentait de débarquer lorsqu'il fut repoussé par les Athéniens et, après avoir reçu de nombreuses blessures, s'évanouit " (La guerre du Péloponnèse, 4.12).

Peloponnesian War
Guerre du Péloponnèse
Marsyas (CC BY-SA)

En 424 av. JC, les Athéniens fomentèrent un complot pour conquérir Mégare en utilisant des sympathisants à l'intérieur des murs. Mégare était située sur une position stratégique cruciale sur l'isthme entre Athènes et le Péloponnèse. Au cours de la première guerre du Péloponnèse (460-445 av. JC), Mégare s'était initialement rangée du côté d'Athènes et le contrôle de Mégare avait empêché les armées péloponnésiennes de ravager l'Attique ou d'aider leurs alliés thébains. Si Mégare était à nouveau tombée aux mains des Athéniens, cela aurait constitué une victoire stratégique importante pour Athènes. Heureusement pour Sparte, Brasidas se trouvait dans les environs en train de lever une armée pour une campagne prévue dans le nord de la Grèce. Ne montrant aucune des hésitations pour lesquelles les Spartiates étaient célèbres, Brasidas envoya une demande de renforts à Thèbes et compléta ses propres forces avec des hommes des polis locales.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Les renforts thébains parvinrent à surprendre et à vaincre les troupes athéniennes à armes légères autour de Mégare, mais une escarmouche de cavalerie entre Thébains et Athéniens se termina par une impasse. Brasidas rassembla son armée, qui comptait maintenant 6 000 hoplites et 600 cavaliers, pour une bataille dans la plaine. Les Athéniens, qui ne comptaient que 4 600 hoplites, ainsi que des troupes légères et de cavalerie, décidèrent de ne pas livrer bataille et se retirèrent. Les Mégariens, qui avaient attendu de voir qui gagnerait la bataille avant de se déclarer pour l'un ou l'autre camp, ouvrirent maintenant leurs portes à Brasidas et exécutèrent ceux qui étaient soupçonnés d'alliance avec les Athéniens.

Campagnes en Grèce du Nord

Plus tard, en 424 av. JC, Brasidas fit marcher sa nouvelle armée vers la Grèce du Nord. La région était une source importante de matières premières athéniennes, ainsi qu'un point d'arrêt clé pour le commerce athénien vers l'est. On espérait que les attaques athéniennes sur le Péloponnèse pourraient être détournées en attaquant les précieuses possessions athéniennes. Perdiccas, le roi de Macédoine, se méfiait de l'expansionnisme athénien dans la région, et un certain nombre de cités chalcidiennes demandèrent un soutien afin de pouvoir faire défection de l'Empire athénien. Même avec de telles promesses de soutien local, l'État spartiate n'était pas disposé à risquer la vie de citoyens spartiates dans une campagne aussi longue et à haut risque, de sorte que son armée de 1 700 hoplites était composée de 1 000 mercenaires et de 700 helotes à qui l'on avait promis la liberté.

Dans le récit de Thucydide, Brasidas était non seulement un général très compétent, mais aussi un orateur accompli. Dans un discours adressé aux habitants d'Acanthe, qui se demandaient s'ils devaient ou non rejoindre les Spartiates, Brasidas fit valoir de manière persuasive que le seul objectif des Spartiates était la liberté de la Grèce et que les Spartiates respecteraient la liberté d'Acanthe. Pour ceux qui n'étaient pas convaincus par sa rhétorique éloquente, il ajoutait que le refus de se joindre à lui entraînerait la destruction de leurs vignes et de leurs récoltes (Thucydide, La guerre du Péloponnèse, 4.85-4.87).

Supprimer la pub

Advertisement

Spartan Warriors
Guerriers spartiates
The Creative Assembly (Copyright)

Au cours de l'hiver suivant (424-423 av. JC), Brasidas assiégea Amphipolis. Apprenant qu'une force athénienne dirigée par Thucydide était en route, Brasidas offrit aux habitants des conditions particulièrement avantageuses, qu'ils acceptèrent avant l'arrivée de la force de secours athénienne. Thucydide réussit à arriver avant Brasidas à Eion, qu'il renforça et défendit contre une attaque. Brasidas demanda alors des renforts à Sparte, mais sa demande fut refusée car les Spartiates espèraient organiser une trêve qui leur permettrait de récupérer les prisonniers spartiates capturés à Pylos. Malgré cela, Brasidas réussit à capturer Torone lors d'une attaque surprise avant qu'un armistice d'un an ne soit conclu entre Athènes et Sparte au printemps suivant. Pendant cette trêve de 423 av. JC, Scione et Mendè se révoltèrent contre Athènes et Brasidas les soutint, rompant ainsi les termes de l'accord. Il rejoint ensuite Perdiccas dans une campagne contre les Lyncestiens, au cours de laquelle les Macédoniens abandonnèrent les Spartiates, entraînant la dissolution de leur alliance. Perdiccas s'allia alors avec les Athéniens, rendant difficile l'arrivée par voie terrestre de tout futur renfort spartiate pour soutenir Brasidas.

En 422 av. JC, le démagogue athénien Cléon fut envoyé pour vaincre Brasidas. Il connut tout d'abord un certain succès, réussissant à reprendre Torone avant que Brasidas ne puisse envoyer des renforts. Cléon et Brasidas s'affrontèrent à Amphipolis. Cléon avait avancé depuis Eion pour voir Amphipolis avec seulement une partie de sa force, ne s'attendant pas à ce que Brasidas vienne à sa rencontre. Alors que Cléon retournait à Eion, les forces de Brasidas sortirent d'Amphipolis et surprirent les Athéniens les mettant ainsi en déroute. La gauche athénienne s'enfuit immédiatement, mais Brasidas fut blessé dans la poursuite et mourut peu après avoir appris sa victoire. Cléon fut tué dans sa fuite, mais le flanc droit qu'il commandait tint bon jusqu'à ce qu'il ne soit vaincu par les projectiles des peltastes et de la cavalerie de Brasidas.

Selon Thucydide, les habitants d'Amphipolis construisirent un tombeau pour Brasidas près de l'agora, l'appelèrent le fondateur de leur ville et "depuis lors, ils lui rendent hommage comme à un héros et lui font l'honneur de jeux et d'offrandes annuelles" (La guerre du Péloponnèse, 5.11).

Supprimer la pub

Advertisement

Corinthian Helmet (Detail)
Casque corinthien (détail)
Jan van der Crabben (CC BY-NC-SA)

Répercussions de ses campagnes

Selon Thucydide, sa " conduite juste et modérée " persuada de nombreuses cités à se révolter; et son exemple convainquit ensuite d'autres cités à demander des généraux spartiates: il " s'est montré un homme si bon en tout point qu'il a laissé derrière lui la conviction que les autres étaient comme lui " (La Guerre du Péloponnèse, 4.81). Ses campagnes en Grèce du Nord entraînèrent une réduction permanente de l'influence athénienne dans la région, et la perte d'Amphipolis fut particulièrement mal vécue par les Athéniens. Athènes revendiqua Amphipolis pendant des décennies par la suite, et son absorption finale dans le royaume macédonien en 357 av. JC fut un facteur critique de l'animosité athénienne envers Philippe II de Macédoine. À court terme, les victoires de Brasidas contrebalancèrent les succès athéniens contre Sparte sur d'autres théâtres. Cela aida Nicias à convaincre l'assemblée athénienne que la paix avec Sparte serait dans leur intérêt. En outre, Brasidas et Cléon étaient " les deux principaux opposants à la paix de part et d'autre " (Thucydide, La guerre du Péloponnèse, 5.16), de sorte que leur mort rendit possible la paix de Nicias en 421 av. JC.

Héritage

Malgré l'importance des exploits militaires de Brasidas, son héritage le plus important fut peut-être le tort qu'il causa à la réputation militaire de l'historien Thucydide. Thucydide fut blâmé lorsque la force de secours qu'il dirigeait arriva trop tard pour sauver Amphipolis. Cet échec détruisit la carrière publique de Thucydide et le conduisit à l'exil d'Athènes, ce qui lui laissa tout le temps d'écrire son histoire inégalée de la guerre du Péloponnèse. Si Thucydide était amer de la destruction de sa carrière par Brasidas, la description qu'il fit de Brasidas dans son histoire comme une figure charismatique, énergique et inspirante ne le montre pas. Plutarque se servit également de la réputation élogieuse de Brasidas pour démontrer la dureté stoïque des femmes spartiates. Selon Plutarque, lorsque des messagers rendirent visite à la mère de Brasidas pour lui annoncer la mort héroïque de son fils, elle leur aurait dit que " Brasidas était un homme courageux, mais Sparte a beaucoup de meilleurs hommes que lui " (Vie de Lycurgue, 25).

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

John Bloxham
Author of Ancient Greece and American Conservatism: Classical Influence on the Modern Right (2018). Interested in the different ways that ancient thinkers and their ideas are used in the modern world.

Citer cette ressource

Style APA

Bloxham, J. (2016, mars 31). Brasidas [Brasidas]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-11211/brasidas/

Style Chicago

Bloxham, John. "Brasidas." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mars 31, 2016. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-11211/brasidas/.

Style MLA

Bloxham, John. "Brasidas." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 31 mars 2016. Web. 07 déc. 2021.

Adhésion