Ligue de Délos 3: de la Paix de Trente Ans au Début de la Guerre de Dix Ans

Article

Christopher Planeaux
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 16 septembre 2016
Disponible dans ces autres langues: anglais
X

Ce texte fait partie d'une série d'articles sur la Ligue de Délos.

La troisième phase de la Ligue de Délos commença avec la paix de trente ans entre Athènes et Sparte et se termina avec le début de la guerre de dix ans (445/4 - 431/0 av. J.-C.). La première guerre du Péloponnèse, qui s'était achevée après la bataille de Coronée, et la deuxième guerre sacrée forcèrent les Spartiates et les Athéniens à réaliser qu'un nouveau dualisme existait dans les affaires helléniques; les Hellènes avaient désormais un hégémon sur le continent avec Sparte et un hégémon dans la mer Égée avec Athènes.

Au début des années 450 avant notre ère, la Ligue de Délos avait assuré à Athènes un approvisionnement en céréales presque inépuisable, d'énormes richesses, un contrôle sans précédent de la mer Égée ainsi que la domination de la Grèce centrale, et les Athéniens jouissaient donc d'une sécurité presque absolue contre les invasions. En 445/4 avant notre ère, cependant, la ligue de Délos subit une défaite dévastatrice en Égypte, la perte de Mégare au profit de la ligue du Péloponnèse, et plusieurs poleis béotiennes se rebellèrent avec succès.

Supprimer la pub
Publicité

Athenian Silver Tetradrachm
Tétradrachme en argent athénien
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

La Ligue de Délos accepta de céder Nisée, Pagae, Trézène et Achaea (mais conserve Naupacte), et les deux parties établirent une liste finale d'alliés (qui ne pouvaient plus changer d'allégeance). Les poleis indépendantes restantes, dont Argos, pouvaient alors s'allier avec qui elles le souhaitaient. Les spécialistes débattent de la question de savoir si le traité stipulait également la liberté de commerce entre les Grecs. Athènes retarda alors tout projet d'expansion qu'elle aurait pu avoir pour la Ligue de Délos et se concentra plutôt sur la sécurisation de la Ligue dans le cadre de cette paix.

Réorganisation de la ligue de Délos

Les Athéniens passèrent les années suivantes à réorganiser et à consolider le contrôle de la Ligue de Délos. Ils procédèrent à une évaluation extraordinaire en 443/442 avant notre ère et divisèrent les poleis en cinq districts administratifs: Ionie, Hellespont, Thrace (ou Chalcidique), Carie et Îles. Athènes continua également à établir d'importantes colonies (Colophon, Erythae, Hestiaia et, surtout, la Thurii panhellénique en Italie).

Supprimer la pub
Publicité
Les fondateurs de la ligue de délos considéraient leurs autonomies individuelles comme allant de soi et n'avaient pas envisagé la possibilité que l'hégémon qu'ils avaient choisi s'immisce dans les procédures judiciaires locales des poleis membres.

En 440 avant notre ère, le nombre de membres passa (ou fut rétabli) à 172 poleis. Le nombre croissant de garnisons et de clérouquies athéniennes dans toute la mer Égée, ainsi que la diminution du rôle des synodes de la Ligue, poussèrent Athènes à introduire divers changements dans ses relations avec ses alliés de la Ligue. Les fondateurs de la Ligue de Délos n'avaient pas envisagé la possibilité que l'hégémon qu'ils avaient choisi s'immisce un jour dans les procédures judiciaires locales des poleis membres. Tous considéraient leur autonomie individuelle comme allant de soi.

Néanmoins, lorsque les Athéniens adoptaient des décrets, qui affectaient nécessairement les poleis alliés, ils prévoyaient que les délits soient réglés par des juristes athéniens dans des tribunaux athéniens. Athènes demandait également à ses alliés d'autoriser divers recours devant ces mêmes tribunaux et d'imposer les mêmes peines que celles imposées par les Athéniens. En outre, comme indiqué, les citoyens athéniens à l'étranger restaient protégés par les lois athéniennes.

Supprimer la pub
Publicité

Les Athéniens semblaient vouloir régler rapidement et équitablement les différends au sein de la Ligue en s'appuyant sur la "règle de droit" plutôt que sur la force pure. L'effet de ces modifications apparut cependant bien différent aux membres de la Ligue. Les changements signifiaient que des litiges importants étaient retirés aux tribunaux locaux et aux magistrats, ils diminuaient leur autorité indépendante et il fallait qu'Athènes règle ces questions ([Xen.] Ath. Pol. 1.16-18). Plusieurs alliés estimèrent qu'ils étaient désormais soumis à la tyrannie des juristes athéniens.

Delian League
Ligue de Délos
Marsyas (CC BY-SA)

Révolte de Samos

La guerre éclata entre Samos et Milet pour la polis Priène (440 av. J.-C.) - la guerre de Samos - et l'affrontement posa un problème unique à la Ligue de Délos. Samos était restée indépendante, ne payait pas de tribut et était l'une des rares poleis à disposer encore d'une marine redoutable. Milet, en revanche, s'était révoltée non pas une, mais deux fois contre la Ligue, et les Athéniens l'avaient ensuite privée de marine.

Les Athéniens étaient conscients qu'ils pourraient commettre une erreur en acquérant Samos, mais ils jugeaient beaucoup plus dangereux de laisser la polis libre. Athènes réagit rapidement et fermement. Elle envoya 40 trières, s'empara de 100 otages samiens et remplaça rapidement l'oligarchie de la polis par une démocratie. Athènes imposa une amende de 8 talents à Samos, installa une garnison, puis les Athéniens repartirent aussi vite qu'ils étaient arrivés. L'action de la Ligue ne calma guère les Samiens, elle les rendit furieux.

Supprimer la pub
Publicité

Les chefs oligarchiques samiens demandèrent immédiatement l'aide de la Lydie et, avec l'aide de mercenaires perses, envahirent la garnison athénienne et se déclarèrent "ennemis des Athéniens". Les Samiens firent également appel à Sparte. Ils entendaient désormais contester la "suprématie de la mer" et s'en emparer au détriment d'Athènes (Thuc. 8.76.4 ; Plur. Vit. Per. 25.3, 28.3).

Les rébellions quasi simultanées de Byzance et de nombreuses poleis dans les districts de Carie, de Thrace et de Chalcidice révélèrent la gravité des troubles - même Mytilène eut l'intention de se joindre aux révoltes et attendait des nouvelles de Sparte. Certains de ces poleis reçurent le soutien de la Macédoine. Sparte convoqua la Ligue du Péloponnèse et un débat conflictuel s'engagea. Les Corinthiens s'opposèrent fermement à toute intervention, estimant que chaque allié devait rester "libre de punir ses propres alliés" (Thuc. 1.40.4-6, 41.1-3). Les Spartiates gardèrent le silence.

La réponse athénienne se révéla à nouveau décisive et rapide. Avec des renforts venus de Lesbos et de Chios, les Athéniens assiégèrent Samos. Au bout de neuf mois, ils écrasèrent la révolte. Samos dut abattre ses murailles et payer des réparations d'un montant de 1 300 talents (en 26 versements). En revanche, les Samiens ne rendirent pas leur marine et ne payèrent pas de tribut, et les Athéniens n'obligèrent pas l'île à accepter le statut de colonie ou des clérouquies. Byzance, qui n'avait de toute façon montré qu'une résistance modérée, se rendit peu après, et les Athéniens lui permirent de réintégrer la Ligue avec une punition minimale.

Supprimer la pub
Publicité

Épiphore et perte du district de Carie

Les listes de tributs de 440/39 avant notre ère révèlent un autre changement de procédure. Pour la première fois, le trésor énuméra à dessein deux fois certaines poleis: d'abord avec leurs contributions normales, puis avec une seconde entrée comportant un ἐπιφορά ou épiphore (littéralement "ajouter" ou "répéter"): une petite charge supplémentaire dont la nature n'est pas encore claire.

Athenian Tribute List, 440 BCE
Liste des hommages athéniens, 440 avant notre ère
UBC Library (CC BY)

Ce terme avait de nombreux usages, mais pour la Ligue, il semble que les Hellentamiai imposaient des pénalités ou enregistraient des dépôts supplémentaires. Les trésoriers, par exemple, semblent avoir prélevé des intérêts sur les paiements en retard (3 minai par talent et par mois) ou imposé une simple amende. L'inscription peut aussi indiquer, cependant, un paiement supplémentaire volontaire pour un service spécifique rendu. La plupart de ces paiements supplémentaires eurent lieu dans les districts d'Ionie et de l'Hellespont.

La suppression de Samos n'avait pas été un succès total; en 438 avant notre ère, une quarantaine de poleis du district de Carie, plus éloignés et situés à l'intérieur des terres, disparurent définitivement des listes de tribut. La Carie s'était toujours révélée difficile à contrôler et les listes de tribut avaient souvent fluctué. Les contributions combinées ne dépassaient pas 15 talents. Toute force envoyée pour recouvrer les arriérés aurait coûté plus cher que le tribut perdu. Comme Chypre, la Carie n'avait qu'une faible valeur stratégique. Par la suite, les Athéniens fusionnèrent les poleis restants dans le district d'Ionie.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Même si la Ligue relâcha son emprise sur sa périphérie sud-est, les troubles à Byzance révélèrent des problèmes plus profonds dans la région de l'Hellespont. La Méditerranée possédait quatre grands greniers à blé, et le littoral de la mer Euxine (c'est-à-dire les importations en provenance de la région de l'Ukraine) était devenu le plus important pour Athènes et sa nombreuse population. La liberté de navigation restait primordiale.

Périclès et la mer Noire

L'été suivant, pour contrer l'agitation, Périclès, fils de Xanthippe, lança sa désormais célèbre expédition vers la mer Noire (437 av. J.-C.). L'objectif athénien était simple: faire comprendre aux membres les plus éloignés de la Ligue, ainsi qu'aux barbares des environs, la valeur et l'importance de l'amitié athénienne. Athènes mit en mer une flotte audacieusement grande et bien équipée. Périclès "montra la grandeur de la puissance athénienne, leur confiance et leur audace à naviguer où ils voulaient, s'étant rendus complètement maîtres de la mer" (Plut. Vit. Per. 20.1-2).

Au cours de cette période, Athènes établit également d'importantes colonies à Amisus, Nymphaeum, Brea et, enfin et surtout, Amphipolis (sur le fleuve Strymon, près de la Macédoine). Amphipolis devait servir de forteresse imprenable pour prévenir les rébellions et surveiller l'Hellespont, tout en s'assurant le bois et les métaux précieux de la région.

L'affaire d'Épidamne (affaire de Corcyre)

Un événement relativement mineur, qui débuta à Epidamne, allait bientôt embraser Corcyre et Corinthe (et plusieurs de ses colonies) et finalement conduire les deux hégémons Sparte et Athènes à un conflit ouvert qui aboutirait à la grande guerre du Péloponnèse (435 - 432 av. J.-C.).

Épidamne, une colonie de Corcyre (elle-même une colonie de Corinthe), se retrouva mêlée à une guerre civile impliquant des barbares locaux. Ils demandèrent à leur polis mère de les aider. Epidamne se trouvait sur la côte orientale de l'Adriatique, à plus de cent kilomètres au nord de Corcyre, et donc bien au-delà des intérêts de la ligue du Péloponnèse et de la ligue. de Délos. Corcyre refusa de lui venir en aide. Épidamne, après avoir consulté Delphes, fit appel aux Corinthiens. Ceux-ci répondirent vigoureusement avec l'aide d'Ambracie et de Leucas (Thuc. 1.26.2-3), mais Corcyre, qui avait une longue querelle avec Corinthe, ne toléra pas une telle ingérence. Les Corcyriens décidèrent d'intervenir, mais se rendirent vite compte qu'ils avaient sous-estimé la détermination des Corinthiens.

Corinthe reçut une aide supplémentaire de Mégare, Céphallénie, Épidaure, Hermione, Trézène, Thèbes, Phlionte et Élis. Nombre de ces poleis étaient également membres de la Ligue du Péloponnèse, et l'affaire d'Épidamne avait donc attiré l'attention de Sparte. Historiquement, les Corcyriens évitaient les alliances et comprirent que Corinthe disposait de beaucoup plus de ressources. Pour éviter la guerre ou la perte d'Épidamne, ils demandèrent l'arbitrage du Péloponnèse ou de Delphes ou, à défaut, menacèrent d'aller chercher de l'aide ailleurs. Les Corinthiens ignorèrent la menace voilée et refusèrent, mais ils sous-estimèrent eux aussi la détermination de Corcyre.

Une modeste force corinthienne de 75 navires se rendit à Actium, mais affronta 80 navires de défense. Corcyre en sortit victorieuse après avoir détruit 15 trières corinthiennes. Cette défaite ne fit que renforcer la détermination des Corinthiens qui se mirent immédiatement à construire une flotte plus importante. Corcyre n'eut d'autre choix que de demander l'aide de la puissante Athènes.

Bataille de Sybota

Les Athéniens acceptèrent une ἐπιμαχία ou épimachie (alliance défensive) et envoyèrent dix trirèmes pour soutenir Corcyre. Cette fois, Corinthe s'approcha de Corcyre à la tête de 155 navires. Ils amenèrent des contingents de leurs colonies Leucas, Ambracie, et Anaktórion, ainsi que leurs alliés Mégare et Élis. En revanche, Épidaure, Hermione, Trézène, Céphalonie, Thèbes et Phlionte, voyant que le conflit impliquait désormais les Athéniens, choisirent de rester neutres. Les Corcyriens disposaient de 110 navires pour se défendre (plus dix navires athéniens agissant comme une sorte de réserve).

Les Corinthiens se rassemblèrent à Cheimerion, tandis que les Corcyriens établirent une base sur l'île de Sybota. La bataille qui s'ensuivit s'avéra maladroite, mais les Corinthiens finirent par mettre en déroute la flotte corcyrienne lorsque 20 trières athéniennes supplémentaires apparurent soudainement à l'horizon. Les Corinthiens, craignant l'arrivée d'une force encore plus importante de la Ligue de Délos, se retirèrent et considérèrent cette ingérence comme une violation ouverte de leur propre traité avec Athènes. Les Athéniens rétorquèrent qu'ils n'avaient fait que soutenir leur nouvel allié et qu'ils ne souhaitaient pas de guerre contre Corinthe (433 av. J.-C.).

Les deux parties se déclarèrent victorieuses, mais les Corinthiens s'emparèrent alors d'Anaktórion. Leur querelle avec Corcyre n'était pas terminée, et ils avaient désormais des raisons de faire la guerre aux Athéniens et s'y préparaient. Au même moment, des représentants de Leontinoï et de Rhêgion arrivèrent à Athènes en provenance d'Italie, et les Athéniens les acceptèrent dans l'alliance. Les poleis ioniennes de Sicile, craignant que la Dorienne Syracuse (également colonie de Corinthe à l'origine) ne profite des préoccupations athéniennes dans une guerre à venir pour les avaler, rejoignirent la ligue de Délos.

Décret de Callias

L'évaluation de 434/3 av. J.-C. fit apparaître deux nouvelles conditions: les poleis qui fixaient elles-mêmes le montant du tribut et les poleis qui acceptaient l'évaluation dans le cadre d'un accord spécial. L'instabilité et l'évolution constante de la situation en Thrace et en Macédoine rendirent difficiles les conclusions définitives, mais, en général, il semble que certaines poleis de la région aient reconnu les avantages de la protection athénienne et aient volontairement demandé à payer un tribut à la Ligue de Délos.

Les Athéniens adoptèrent également deux décrets sur les propositions de Callias, fils de Calliades. Ces mesures concentrèrent divers trésors dans l'Opisthodome. Une fois que la Ligue eut payé ses dettes, les trésoriers utilisèrent les excédents pour les chantiers navals et les murailles, mais toute somme supérieure à 10 000 drachmes devait faire l'objet d'un vote spécial de l'Ekklesia. Les décrets financiers de Callias ne cessèrent de susciter la controverse parmi les spécialistes, mais ils semblent montrer que les Athéniens étaient de plus en plus convaincus qu'une nouvelle guerre majeure était devenue inévitable et imminente. Qu'un tel conflit reste centré sur Corinthe ou qu'il implique Sparte, les Athéniens préparèrent les ressources de toute la Ligue pour cette guerre.

Révolte de Potidée et décret de Mégare

Tout en aidant Corcyre à Sybota, les Athéniens décidèrent également de s'impliquer en Macédoine, apparemment pour protéger les intérêts de la Ligue dans la région, mais plus probablement pour écarter le roi Perdiccas II, inconstant et indigne de confiance, et donc la menace constante de troubles de la part des tribus thraces de la région. Les évaluations dans cette région de la Ligue (Pallène et Bottice) avaient augmenté depuis 438/437 avant notre ère (probablement à cause des empiètements thraces et macédoniens). Perdiccas envoya alors des ambassades à Sparte.

Perdiccas avait depuis longtemps démontré sa volonté de s'opposer à Athènes lorsque l'occasion se présentait. Athènes envoya 30 trirèmes avec 1 000 hoplites pour soutenir le frère et le neveu de Perdiccas dans une guerre civile qui s'était développée à Sparte. À peu près à la même époque, les Athéniens promulguèrent ce que l'on appelle aujourd'hui le décret de Mégare (plus d'un décret a en fait existé, et les dates précises de leur adoption restent inconnues). Athènes interdit essentiellement aux Mégariens l'accès à l'agora athénienne et à tous les ports sous domination athénienne.

La signification exacte des décrets reste discutée, mais en fermant soudainement les ports de toute la Ligue de Délos, Athènes démontra sa capacité à perturber les flux commerciaux en cas de provocation. L'Ekklesia athénienne lança en outre un ultimatum à Potidée, membre de la Ligue de Délos qui payait le tribut dans le district de Chalcidice depuis 445/444 avant notre ère, mais également colonie corinthienne: les Potidiens devaient démettre leurs magistrats corinthiens de leurs fonctions. Les Péloponnésiens refusèrent catégoriquement et demandèrent l'aide de Sparte (433/2 av. J.-C.). Les Éphores promirent rapidement d'envahir l'Attique.

La résistance ouverte de Potidée entraîna plusieurs rébellions dans la région de Chalcidice. De plus, Corinthe envoya une force de 2 000 volontaires pour aider sa colonie. L'action corinthienne contraignit Athènes à envoyer 40 trières et 2 000 hoplites supplémentaires pour réprimer les rébellions désormais sérieuses de la Ligue de Délos qui se produisirent en Thrace. Contrairement aux révoltes de Carie, Athènes ne pouvait pas simplement ignorer ces troubles. Les insurrections représentaient ici une perte plus importante d'environ 40 talents sur un total de 350.

Congrès de la ligue du Péloponnèse

Les événements survenus à Sybota et à Potidée incitèrent Corinthe à rassembler des alliés et à se rendre à Sparte. Les Athéniens envoyèrent des ambassadeurs pour faire appel à eux. Historiquement, les Spartiates ne se montraient jamais prompts à "entrer en guerre sans y être contraints" (Thuc. 1.118.2). Cependant, en 432 avant notre ère, Corinthe et Mégare, ainsi qu'Égine et la Macédoine, souhaitaient toutes faire la guerre à Athènes. Les Corinthiens et les Athéniens plaidèrent leur cause. Le roi Archidamos de Sparte s'y opposa prudemment: "Les plaintes des poleis ou des individus peuvent être résolues, mais lorsqu'une alliance entière entreprend une guerre dont personne ne peut prévoir l'issue, au nom d'intérêts particuliers, il est très difficile de s'en sortir avec honneur" (Thuc. 1.82.6). Les éphores demandent un vote: les Athéniens avaient violé la paix de trente ans.

L'avertissement du roi Archidamos s'avéra prophétique. La guerre n'opposerait pas seulement Athènes et Sparte, mais aussi les ligues du Péloponnèse et de Délos. Il s'agirait d'une guerre sans précédent pour tous les Hellènes, non pas entre des poleis individuelles pour des raisons petites et précises, mais plutôt entre deux grandes alliances pour une multitude d'intérêts concurrents et disparates.

Map of the Peloponnesian War, Beginning
Carte de la guerre du Péloponnèse, début
U.S. Military Academy (Public Domain)

L'Assemblée spartiate déclara néanmoins que le traité était rompu. Cela obligea le roi Archidamos à convoquer la Ligue du Péloponnèse pour entendre la liste croissante des plaintes contre Athènes, et les alliés de Sparte votèrent rapidement en faveur de la guerre. La majorité d'entre eux avaient simplement confiance en la suprématie de l'armée péloponnésienne et prédisaient une victoire rapide. Le roi Archidamos conseilla en outre de se préparer pour les deux années à venir et convainquit les alliés d'envoyer trois ambassades distinctes aux Athéniens. Bien que la Ligue du Péloponnèse n'ait pas fait appel à l'arbitrage (comme l'exigeait la paix de trente ans), les négociations entre le roi Archidamos et l'Ekklesia athénienne se poursuivirent pendant des mois.

Thèbes finit par forcer la main de Sparte. S'attendant à ce qu'Athènes envahisse Mégare et sécurise la frontière sud de l'Attique, les Thébains attaquèrent Platée pour tenir la frontière nord, ce qui constituait une violation ouverte de la paix de trente ans et le premier acte de guerre manifeste. Bien que l'attaque ait finalement échoué, le roi Archidamos rassembla les forces du Péloponnèse dans l'isthme de Corinthe. Il fit une dernière tentative pour obtenir des concessions. Devant le refus des Athéniens, il conduisit finalement (et à contrecœur) l'armée péloponnésienne en Attique, lançant une guerre, prédisait-il, qu'ils laisseraient à leurs fils. L'histoire donna raison à Archidamos.

Deux grandes ligues au bord de la guerre

Les deux grandes alliances de la Grèce antique finirent par tomber dans un conflit armé massif, qui résulta d'une série d'événements en cascade. Une guerre civile relativement insignifiante, qui avait débuté dans la colonie corcyrienne d'Épidamne, éloignée et stratégiquement sans importance, en devint le catalyseur. Cette guerre civile entraîna rapidement une série d'alliances concurrentes entre différentes poleis dans un conflit ouvert.

Corinthe craignait qu'une alliance athénienne-corcyre ne vienne submerger la marine corinthienne, qui restait redoutable, tandis que l'embargo commercial de Mégare, la polis critique située entre Corinthe et Athènes, au milieu de la route principale entre l'Attique et le Péloponnèse, décourageait fortement les allégeances pro-spartiates. Les Spartiates en vinrent donc à craindre ce que la confédération de Délos représentait: le succès sans précédent de la culture ionienne, symbolisée par une démocratie radicale, une flotte immense, des bâtiments majestueux, des festivals grandioses, des populations florissantes, des colonies en expansion et une alliance toujours croissante qui pourrait s'implanter dans le Péloponnèse et finir par le submerger.

Au début de la guerre du Péloponnèse, la ligue de Délos en était venue à fonctionner sur le mode de l'agression et de la répression. D'une part, la Perse avait pratiquement disparu en tant que menace. D'autre part, de nombreuses poleis protestaient contre le fait que la domination athénienne avait sévèrement restreint la liberté des membres de la Ligue de Délos. Athènes s'était également livrée à des ingérences administratives et judiciaires, avait exigé à plusieurs reprises un service militaire obligatoire, avait exigé des paiements monétaires, avait ouvertement confisqué des terres et avait tenté d'imposer des normes uniformes.

La Ligue de Délos s'engagea alors dans une forme d'impérialisme ouvert et dur. Non seulement elle conclut unilatéralement des alliances qui affectèrent toutes les poleis membres, non seulement elle interféra avec les mécanismes internes des poleis membres, mais elle avait également transféré la juridiction des poleis alliées à Athènes, les traitant ainsi tous comme des colons honoraires.

Cet article fait partie d'une série sur la Ligue de Délos :

Supprimer la pub
Publicité

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Christopher Planeaux
Lectured in Classical Studies for 15yrs. Published articles on the dramatic settings for Plato's Dialogues & Ancient Greek History. Offered papers at conferences in North America & Great Britain. Area of expertise includes Greek History 600-300 BCE.

Citer cette ressource

Style APA

Planeaux, C. (2016, septembre 16). Ligue de Délos 3: de la Paix de Trente Ans au Début de la Guerre de Dix Ans [The Delian League, Part 3: From the Thirty Years Peace to the Start of the Ten Years War (445/4–431/0 BCE)]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-949/ligue-de-delos-3-de-la-paix-de-trente-ans-au-debut/

Style Chicago

Planeaux, Christopher. "Ligue de Délos 3: de la Paix de Trente Ans au Début de la Guerre de Dix Ans." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le septembre 16, 2016. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-949/ligue-de-delos-3-de-la-paix-de-trente-ans-au-debut/.

Style MLA

Planeaux, Christopher. "Ligue de Délos 3: de la Paix de Trente Ans au Début de la Guerre de Dix Ans." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 16 sept. 2016. Web. 26 mai 2024.

Adhésion