Lesbos

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 28 août 2019
Disponible dans ces autres langues: anglais
X
Sappho of Lesbos, Smyrna (by Carole Raddato, CC BY-SA)
Sappho de Lesbos, Smyrne
Carole Raddato (CC BY-SA)

Lesbos, île grecque située dans la partie orientale de la mer Égée, connut plusieurs cités-États prospères de l'âge du bronze à l'ère byzantine. Passant plusieurs fois de l'indépendance à la domination perse et grecque, Lesbos fut souvent victime de sa situation géographique aux confins du monde grec. L'île était célèbre dans l'Antiquité pour son vin et sa culture, et produisit de nombreux noms célèbres au fil des siècles, notamment la poétesse Sappho, l'homme d'État Pittacos et le philosophe Théophraste.

Dans la mythologie

Selon la mythologie grecque, l'île est le lieu de naissance du héros Lesbos. L'île apparaît dans le récit de la guerre de Troie de l'Iliade d'Homère, notamment lorsque Agamemnon offre à Achille, entre autres choses, sept femmes de Lesbos qualifiées dans l'artisanat, afin de persuader le héros de rejoindre le conflit. Agamemnon devait connaître l'admiration du grand guerrier pour les femmes de Lesbos, car Achille en avait amené une comme compagne pour la durée de la guerre, Diomède, fille de Phorbas. Le roi mentionne également en passant qu'Achille s'était emparé de l'île, probablement sur le chemin de Troie, et qu'elle avait ensuite fait partie de l'empire troyen du roi Priam.

Supprimer la pub
Publicité

L'île de Lesbos vit naître une culture particulière qui mêlait les pratiques culturelles grecques, anatoliennes et indigènes.

L'île est une brève étape pour Ulysse dans l'Odyssée d'Homère et le fils du héros, Télémaque, raconte (à deux reprises en fait) comment son père réussit à lutter contre Philomélide, le roi de Lesbos qui aimait défier tous les venus au cours d'une bagarre brutale, la mort étant la dure récompense du perdant.

Enfin, selon certains récits, la tête d'Orphée, ce grand joueur de lyre, se serait échouée sur les rivages de Lesbos après que le pauvre jeune homme eut été mis en pièces par un groupe de Ménades endiablées. Là, les Muses l'enterrèrent et construisirent un sanctuaire où les oiseaux chantaient de manière à rappeler son fabuleux talent perdu. La lyre d'Orphée, également mise en pièces par les Ménades, se serait échouée sur l'île, où elle aurait été découverte par un pêcheur et offerte au célèbre musicien et poète Terpandre, qui vécut au VIIe siècle avant notre ère.

Supprimer la pub
Publicité

Statue of Artemis from Mytilene
Statue d'Artémis de Mytilène
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

Aperçu historique

Lesbos à l'âge du bronze

L'île de Lesbos est située dans le nord-est de la mer Égée, au large de la côte ouest de la Turquie. C'est la troisième plus grande île grecque, avec une superficie de 1 630 km². Habitée depuis le néolithique, l'île prospéra à l'âge du bronze, mais sa culture, située à seulement 10 km de la côte turque, était plus proche de l'Anatolie que de la civilisation mycénienne de la Grèce continentale. À cette époque, la colonie la plus importante était Thermi, sur la côte, nommée d'après ses sources d'eau chaude. À la fin de l'âge du bronze (10e siècle av. J.-C.), il y eut peut-être une importante vague d'immigration à Lesbos en provenance de la Grèce continentale, probablement de la région de Thessalie, et le dialecte aïolique fut largement parlé sur l'île à partir de ce moment-là. L'île a conservé une culture particulière qui mêlait des pratiques culturelles grecques, anatoliennes et indigènes. La production de poteries grises à base de bucchero constitue un élément unique. L'île a prospéré en grande partie grâce à la production et à l'exportation d'olives, d'huile d'olive et de vin, comme en témoignent les découvertes d'amphores de Lesbos dans tout le monde grec.

La polis de Mytilène, la plus importante de l'île, était de taille similaire à celle d'Athènes à son apogée.

Lesbos grecque

Supprimer la pub
Publicité

À l'époque archaïque, la dynastie des Penthélides dominait l'île en tant que tyrans, mais selon Aristote (384-322 av. J.-C.), elle fut chassée par un groupe d'aristocrates vers 630 avant notre ère. L'île était capable de soutenir une force navale qui lui permettait de contrôler les régions d'Anatolie (Asie mineure) à l'est et de Thrace au nord. Parmi les principales cités-états disséminées sur l'île, citons Antissa, Érèse, Méthymne, Pyrrha et la plus puissante des polis, Mytilène, dont la taille était similaire à celle d'Athènes à l'époque de son apogée. Les ruines de fortifications et de tours de guet rurales - peut-être pour protéger les mines - suggèrent qu'il y avait parfois des affrontements militaires entre les villes, tandis que la présence de môles portuaires artificiels dans plusieurs villes illustre la puissance navale et commerciale de l'île. D'importants temples religieux furent construits à Klopédi dans la campagne (dédiés à Apollon) et à Mesa. Mytilène possédait un temple dédié à Déméter et à Coré, tandis qu'un sanctuaire dédié à Dionysos se trouvait à Méthymne, ce qui n'est peut-être pas une coïncidence étant donné la réputation de la ville pour son bon vin. Cybèle, la déesse mère, était vénérée dans plusieurs villes, ce qui constitue un autre lien avec la culture anatolienne.

Certaines villes de Lesbos continuèrent à souffrir des rivalités entre tyrans et clans aristocratiques. Mytilène connut le tyran élu (aisymnetes) Pittacos (c. 650-570 av. J.-C.), considéré comme l'un des sept sages de la Grèce antique. Toujours selon Aristote, Pittacos fut à l'origine d'un nouveau code juridique, le sage déclarant que les lois étaient la meilleure protection qu'une ville puisse avoir. L'une des lois les plus célèbres de Pittacos stipulait que la peine pour tout crime devait être doublée si le coupable était ivre au moment du crime.

Sappho of Lesbos, Palazzo Massimo
Sappho de Lesbos, Palazzo Massimo
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Une autre figure célèbre de Lesbos fut la poétesse Sappho (c. 620-570 av. J.-C.), dont les talents lui valurent le titre de "dixième muse". Le fait que de nombreux poèmes de Sappho de Lesbos semblent traiter de l'amour entre femmes ou jeunes filles conduisit, à l'époque postclassique, à utiliser le terme "lesbienne" pour désigner les homosexuelles féminines. Cependant, les Grecs eux-mêmes n'ont jamais utilisé ce terme dans ce sens et, en tout état de cause, le lesbianisme était loin d'être propre à l'île, même s'il s'agit d'un sujet rare dans l'art grec et qu'il suscita la désapprobation de penseurs plus tardifs tels que Platon (c. 428 - c. 347 av. J.-C.).

Supprimer la pub
Publicité

Au milieu du VIe siècle avant notre ère, les Perses prirent le contrôle de Lesbos, mais après les guerres perses du début du Ve siècle avant notre ère, l'île redevint une île grecque indépendante et devint un membre fondateur de la Ligue de Délos. La Ligue fut créée en tant qu'association d'assistance mutuelle au cas où un État grec serait à nouveau attaqué par les Perses, mais elle finit par dégénérer en Empire athénien après qu'Athènes, l'État membre le plus puissant, se fut emparé du trésor de la Ligue et eut contraint les membres à payer leurs cotisations (en argent ou en navires). Mytilène se révolta en 428 avant notre ère, mais l'île fut brutalement traitée par Athènes et transformée en colonie ou en clérouquie (à l'exception de Méthymne qui était restée loyale). L'historien Hellanicos de Mytilène (c. 480-395 av. J.-C.), compilateur prolifique de mythes, d'ethnologies et d'histoires locales, est une figure célèbre de l'île de Lesbos du Ve siècle avant notre ère, mais malheureusement, seuls des fragments de son œuvre subsistent.

Roman Aqueduct, Lesbos
Aqueduc romain de Lesbos
Jonathan Lundqvist (CC BY)

Au milieu du IVe siècle avant notre ère, la Perse reprit le contrôle de l'île en établissant des tyrannies à Mytilène, Méthymne et Érèse. Au siècle suivant, le monde grec reprit l'île grâce à l'arrivée d'Alexandre le Grand (356-323 av. J.-C.). Après une période où les villes de l'île étaient dirigées par des tyrans macédoniens, de nombreuses poleis développèrent une forme de démocratie alors que Lesbos faisait partie de la partie ptolémaïque de l'ancien grand empire d'Alexandre. Le philosophe et botaniste Théophraste (c. 371 - c. 287 av. J.-C.), successeur d'Aristote à la tête du Lycée d'Athènes, fut un insulaire célèbre de cette période. Vers 231 avant notre ère, Pyrrha fut détruite par un tremblement de terre.

Lesbos romaine

En 168 avant notre ère, les Romains marquèrent l'île de leur empreinte en détruisant Antissa et, en 84 avant notre ère, le général et homme politique romain Lucullus (118- c. 57 av. J.-C.) s'empara de l'ensemble de l'île. Mytilène fut mise à sac en 79 avant notre ère après que la ville eut soutenu Mithridate VI (120-63 av. J.-C.), le roi du Pont, contre Rome. Pompée le Grand (106-48 av. J.-C.) lui réserva un meilleur traitement et rendit l'île à nouveau indépendante, peut-être en raison de son amitié avec le célèbre historien Théophane de Mytilène.

Supprimer la pub
Publicité

Longtemps restée discrète au sein de l'Empire romain, Lesbos attirait de riches vacanciers romains, avant de se distinguer plus nettement en tant que centre du christianisme primitif. À l'époque byzantine, Lesbos comptait plusieurs grandes basiliques chrétiennes et deux évêques importants à Mytilène et à Méthymne, dont le célèbre historien et évêque Zacharie de Mytilène (né vers 465 de notre ère). Malgré quelques brèves querelles politiques, Lesbos resta un coin tranquille de l'Empire byzantin jusqu'à ce qu'elle ne tombe aux mains des Ottomans en 1462.

Aujourd'hui, peu de vestiges importants rappellent l'importance de l'île dans l'Antiquité, à l'exception de quelques fondations de temples et de sanctuaires, d'un aqueduc du IIe/3e siècle de notre ère près de Mytilène et, çà et là, de ruines de bâtiments romains tels que des théâtres, des basiliques et des villas privées. Une œuvre d'art exceptionnelle qui a survécu à l'apogée de l'île est une figure d'Artémis en pied. Réalisée en marbre par un sculpteur romain du IIIe siècle de notre ère, copiant un original hellénistique, la statue est aujourd'hui conservée au musée archéologique d'Istanbul.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2019, août 28). Lesbos [Lesbos]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-758/lesbos/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Lesbos." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le août 28, 2019. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-758/lesbos/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Lesbos." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 28 août 2019. Web. 25 mai 2024.

Adhésion