Dix couples homosexuels célèbres et moins célèbres de l'histoire ancienne

Article

Joshua J. Mark
de , traduit par Zsuzsanna Rigó
publié le 10 juin 2021
Disponible dans ces autres langues: anglais, allemand, espagnol
X

L'histoire est consignée par des individus dont les croyances et les intérêts influencent ce qu'ils choisissent d'enregistrer et, à ce titre, de nombreux événements et détails peuvent être omis dans le récit d'un certain événement ou dans le récit concernant la vie d'une personne extraordinaire. Ceci est particulièrement vrai lorsqu'il s'agit de "l'histoire de l'homosexualité".

"L'histoire de l'homosexualité" est simplement l'histoire qui mentionne l'orientation sexuelle d'un individu. Dans les cultures des civilisations anciennes, les relations entre des personnes de même sexe étaient simplement considérées comme l'autre côté de la sexualité humaine et n'étaient pas considérées comme "honteuses" ou "pécheresses" avant l'avènement du christianisme qui condamna ces relations, non pas parce qu'elles étaient "mauvaises", mais parce qu'elles étaient associées à d'autres systèmes de croyances et pratiques.

Supprimer la pub
Publicité

Symposium Scene, Tomb of the Diver
Scène de banquet, Tombe du plongeur
Miguel Hermoso Cuesta (CC BY-SA)

Il existe peu de preuves permettant d'identifier avec certitude les personnages de l'histoire comme étant gays ou lesbiennes. Ce fait en soi montre à quel point les relations entre des personnes de même sexe étaient facilement acceptées, comme si ces détails ne valaient même pas la peine d'être mentionnés. Les historiens antérieurs notent les préférences sexuelles de certaines personnes, tandis que les biographies contemporaines, comme celle d'Alexandre le Grand ou de Jules César, minimisent ou ignorent cet aspect. Comme le note l'historien Lee Wind:

L'histoire semble être officielle. Comme s'il s'agissait de faits. Comme si c'était vraiment ce qui s'est passé. Mais ce n'est pas nécessairement la vérité. L'histoire a été fabriquée par les personnes qui l'ont consignée. Imagine que tu es impliqué dans une bagarre à l'école. Par la suite, il y aura différentes versions de ce qui s'est passé. Tu auras ta version, l'autre enfant aura la sienne, et une troisième personne, qui a peut-être vu la bagarre, aura une troisième version. Laquelle de ces versions le directeur de l'école croira-t-il? Quelle version deviendra l'histoire officielle, l'histoire de ce moment? Et si cette troisième personne ne t'aime pas? Et si cette troisième personne est ton meilleur ami? Et si tu t'es bagarré avec le fils du directeur? Quelle est la version qui va entrer dans l'histoire? (8)

L'observation de Wind s'applique aux récits historiques en général, mais aussi à certains des couples mentionnés ci-dessous. Dans leurs cas, il existe assez de preuves textuelles pour suggérer que certains d'entre eux étaient probablement homosexuels, et que d'autres l'étaient certainement. Les deux premiers couples sont représentés dans la littérature et la mythologie grecques et ne sont donc pas historiques, mais leur représentation suggère l'acceptation généralisée des relations entre des personnes de même sexe, sans aucune trace de préjugé ou de jugement. Homère, dans son récit sur la relation entre Achille et Patrocle, ne les représente pas explicitement comme homosexuels, mais fournit suffisamment d'indices contextuels pour que, dès les 4e et 5e siècles av. J.-C., les écrivains les considèrent comme tels.

Supprimer la pub
Publicité
LES RELATIONS SEXUELLES AVEC DES PERSONNES DES DEUX SEXES OU, DANS CERTAINES CULTURES, D'UN TROISIÈME SEXE, ÉTAIENT SIMPLEMENT CONSIDÉRÉES COMME DE SIMPLES RELATIONS SEXUELLES.

De la même manière, Alexandre le Grand et Héphestion sont qualifiés d"amis proches" par les universitaires et les historiens, alors que les sources primaires suggèrent fortement qu'ils étaient amants. Dans le cas de Sappho de Lesbos, il se peut qu'elle n'ait fait que jouer un rôle dans sa poésie, mais des écrivains anciens la considéraient comme lesbienne et elle inspira les termes "saphique" et "lesbienne" dans le contexte de l'homosexualité féminine. Les autres personnes figurant sur la liste ne laissent aucun doute quant à leur orientation et à leurs préférences sexuelles.

Achille & Patrocle

Achille et Patrocle sont connus grâce à l'Iliade d'Homère (8e siècle av. J.-C.) dans laquelle ils sont décrits comme des amis très proches qui grandirent ensemble et rejoignirent les Mycéniens dans la guerre contre Troie. Lorsque le chef d'armée grec Agamemnon enleva Briséis, la maîtresse d'Achille, sans son consentement, Achille se retira de la bataille et les Grecs commencèrent à perdre jusqu'à ce que Patrocle ne revête l'armure d'Achille et ne mène ses hommes au combat. Patrocle fut tué par le prince troyen Hector, et Achille vengea sa mort en tuant Hector et en déshonorant son cadavre. Patrocle apparut en rêve à Achille, lui demandant de les enterrer ensemble, et le chagrin d'Achille face à la perte de son ami suggère l'existence d'un lien intime. À l'époque de Platon (c. 428/427-348/347 av. J.-C.), il était accepté que les deux étaient amants, comme le montre clairement le dialogue de Platon, le Banquet. La relation d'Achille avec Briséis est interprétée de nos jours comme s'il avait été bisexuel, mais il s'agit là d'un concept moderne. Les relations sexuelles avec des personnes des deux sexes ou, dans certaines cultures, d'un troisième sexe, étaient simplement considérées comme de simples relations sexuelles.

Supprimer la pub
Publicité

Achilles Tending to Patroclus
Achille soigne Patrocle
ArchaiOptix (CC BY-SA)

Artémis & Callisto

Artémis était la déesse grecque de la chasse, de la nature et de la chasteté. Elle était également la protectrice des femmes et des jeunes filles, ainsi que des femmes en couches. Elle était suivie par de jeunes vierges, qui se gardaient aussi chastes, et il est dit qu'elle fuyait la compagnie des hommes. Elle tua Orion après qu'il eut tenté de la violer et transforma en cerf le prince Actéon qui fut par la suite déchiré par ses propres chiens de chasse car il l'avait vue se déshabiller. Artemis est généralement représentée comme un personnage favorisant les femmes. La nymphe Callisto était l'une de ses disciples dévouées et attira l'attention de Zeus, le roi des dieux, qui se transforma en Artémis pour la séduire. Callisto tomba enceinte, semble-t-il, simplement en raison de la présence de Zeus, et cette rencontre fut découverte par son épouse jalouse Héra qui transforma Callisto en ourse géante. Elle était sur le point d'être tuée par son propre fils parti à la chasse lorsque les dieux eurent pitié d'elle et la transportèrent de la terre aux cieux pour qu'elle puisse vivre parmi les étoiles en tant que constellation de la "Grande Ourse", en latin Ursa Major.

Bronze Artemis
Artémis en bronze
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Alexandre le Grand & Héphestion

Alexandre le Grand (c. 356-323 av. J.-C.) et Héphestion (c. vers 356-324 av. J.-C.) étaient des amis de longue date, ayant grandi ensemble, mais des auteurs tels que Plutarque suggèrent qu'ils étaient également amants. Ils semblent avoir calqué leur relation sur celle d'Achille et de Patrocle, et une histoire raconte que, lors d'une visite du site de Troie, Alexandre déposa une couronne sur la tombe d'Achille et Héphestion sur celle de Patrocle. Lorsque Héphestion mourut de fièvre, Alexandre fit tuer le médecin qui n'avait pas réussi à le guérir et déclara que les rites funéraires ne devraient être observés que pour les membres de la famille royale. On sait qu'Alexandre eut un autre amant, le jeune Perse Bagoas, mais cette relation ne fut pas aussi profonde ni aussi durable que celle qu'il avait eue avec Héphestion.

Alexander the Great (Facial Reconstruction)
Alexandre le Grand (reconstruction faciale)
Arienne King (CC BY-NC-SA)

Sappho & sa courtisane

Sappho de Lesbos (c. 620-570 av. J.-C.) était une poétesse lyrique très appréciée à son époque et pendant les siècles après, mais son œuvre n'existe aujourd'hui que sous forme de fragments, qui mettent l'accent sur les relations homosexuelles féminines. On ne sait pas clairement si Sappho était réellement homosexuelle, bien que cela semble probable et que des auteurs ultérieurs l'aient pensé, car il est possible qu'elle ait écrit sous la forme d'un personnage nommé "Sappho". Dans ses vers qui ont survécu, elle professe son affection à une amante anonyme qui était une courtisane (une hetaïre). L'universitaire Suzanne MacAlister soutient l'affirmation selon laquelle Sappho était lesbienne et note que "Sappho était la première poétesse grecque à écrire expressément sur les sentiments générés par l'amour" (392, Aldrich & Wotherspoon). Son œuvre était si populaire que, 900 ans après sa mort, la capitale de Lesbos, Mytilène, émit des pièces de monnaie en son honneur.

Supprimer la pub
Publicité

Sappho of Lesbos, Smyrna
Sappho de Lesbos, Smyrne
Carole Raddato (CC BY-SA)

Khnoumhotep & Niânkhkhnoum

Les Contrôleurs des manucures Khnoumhotep et Niânkhkhnoum sont considérés par certains spécialistes comme le premier couple homosexuel enregistré dans l'histoire écrite. Ils étaient tous les deux les assistants personnels du roi Niouserrê de la Cinquième dynastie d'Égypte, à l'époque de l'Ancien Empire (c. 2613-2181 av. J.-C.). Après leur mort, ils furent placés dans la même tombe qui était décorée d'images d'eux s'embrassant et se touchant, nez contre nez, un geste que les spécialistes reconnaissent comme un baiser. Les deux hommes étaient mariés et avaient des enfants, ce qui a amené certains chercheurs à conclure qu'ils étaient frères et non amants, mais cette affirmation ne tient pas compte d'autres images de la tombe où Khnoumhotep est représenté à la place d'honneur qui aurait normalement été occupée par l'épouse de Niânkhkhnoum.

Mastaba of Niankhkhnum & Khnumhotep
Mastaba de Niânkhkhnoum & Khnoumhotep
kairoinfo4u (CC BY-NC-SA)

Hadrien & Antinoüs

Hadrien (76-138 av. J.-C., r. 117-138 av. J.-C.), empereur de Rome à son apogée, avait eu plusieurs relations homosexuelles avant de rencontrer Antinoüs (c. 110-130 av. J.-C.) en Bithynie (dans l'actuelle Turquie) en 123 av. J.-C.. Le couple était presque inséparable par la suite; ils voyagèrent dans différentes parties de l'Empire romain, jusqu'à ce que Antinoüs ne se noie dans le Nil en Égypte. Des auteurs anciens suggèrent que sa mort n'était pas un accident, mais un sacrifice que le jeune homme avait fait pour faire guérir Hadrien d'une maladie inconnue. Hadrien déifia Antinoüs après sa mort et son culte devint rapidement l'un des plus populaires, se répandant dans tout l'empire et finissant par rivaliser avec la nouvelle religion qu'était le christianisme.

Antinous, Altes Museum
Antinoüs, Altes Museum
Carole Raddato (CC BY-SA)

Lééna & Megilla

L'histoire d'amour de Lééna et Megilla est évoquée dans les Dialogues des courtisanes du satiriste Lucien de Samosate (c. 125-180 ap. J.–C.). Les œuvres de Lucien se moquent de tous les aspects de la société grecque et ses Dialogues des courtisanes sont représentés comme si l'on écoutait les conversations privées de femmes qui discutent des divers défauts des hommes dont se moquent les autres œuvres de Lucien. Lééna parle à une autre courtisane, Clonarium, qui lui demande ce que c'est d'être l'amante de Megilla, une riche femme de Lesbos. Lééna lui dit combien elle aime Megilla, dont les méthodes de faire l'amour sont bien meilleures que celles des hommes. Elle raconte également que Megilla lui a dit que ses désirs étaient tous "ceux d'un homme" bien qu'elle soit née femme. Celui-ci a amené certains érudits à considérer Megilla comme la première transsexuelle mentionnée par écrit.

Supprimer la pub
Publicité

Red-Figure Toilette Scene
Scène de toilette à figures rouges
Sailko (CC BY-SA)

Harmodios & Aristogiton

Harmodios et Aristogiton (tous les deux morts en 514 av. J.-C.) étaient un couple homosexuel d'Athènes et furent honorés comme "les tyrannoctones" pour avoir renversé le pouvoir d'Hipparque (mort en 514 av. J.-C.) et d'Hippias (mort en 510 av. J.-C.) - bien que cela n'ait jamais été leur intention. Hipparque eut le béguin pour Harmodios, fit des avances mais fut rejeté. Il se vengea en insultant la sœur d'Harmodios. Les deux amants assassinèrent alors Hipparque, croyant pouvoir s'en tirer pendant la célébration de la fête des Grandes Panathénées sur l'agora. Mais ils furent capturés et Harmodios fut exécuté sur le champ, tandis qu'Aristogiton fut d'abord torturé. Quatre ans plus tard, les Athéniens demandèrent l'aide de Sparte pour se débarrasser d'Hippias et, une fois cette tâche accomplie, réécrivirent leur histoire pour éliminer le rôle de Sparte et élever Harmodios et Aristogiton au rang de héros ayant mis fin à la tyrannie et rétabli la démocratie à Athènes, alors qu'ils n'avaient fait ni l'un ni l'autre. Une statue des deux amants fut érigée sur l'agora d'Athènes et ils continuèrent à être considérés comme des héros pendant des siècles.

Statue Group of Harmodius & Aristogeiton
Statues d'Harmodios et d'Aristogiton
Miguel Hermoso Cuesta (CC BY-SA)

Duc Ling de Wei & Mizi Xia

L'un des récits les plus célèbres de couples homosexuels dans la Chine ancienne est celui de la relation entre le duc Ling de l'État de Wei (r. de 534 à 493 av. J.-C.) et le courtisan Mizi Xia. Le duc était marié et avait un fils, mais il préférait la compagnie de son amant. Mizi Xia emprunta un jour le carrosse du duc sans demander la permission pour aller rendre visite à sa mère malade et, au lieu de recevoir la sévère punition que n'importe qui d'autre aurait reçue, il fut félicité par le duc pour sa piété filiale. Une autre fois, lors d'une promenade, Mizi Xia offrit au duc la moitié d'une pêche qu'il était en train de manger, et le duc, touché, dit: "Comme ton amour pour moi est grand. Tu oublies ton propre appétit et tu ne penses qu'à me donner de bonnes choses à manger! L'expression "l'amour de la pêche à moitié mangée" devint par la suite le symbole des relations entre personnes de même sexe. Ces deux événements furent réinterprétés par le duc après qu'il se fut désintéressé de Mizi Xia. Le duc dénigra son ancien amant en disant: "Il a déjà pris mon carrosse sans le demander et m'a offert une pêche à moitié mangée, alors on ne peut pas savoir ce qu'il pourrait faire." La fin de leur relation est généralement laissée de côté dans les récits, mais c'était en fait le point principal de l'oeuvre du philosophe Han Fei Zi (c. 280-233 av. J.-C.) qui mettait en garde les courtisans contre les liaisons amoureuses avec d'imprévisibles membres de la famille royale.

Woman Spying on Male Lovers
Femme qui espionne deux amants mâles
Unknown (Public Domain)

Le bataillon sacré de Thèbes

Le bataillon sacré de Thèbes n'était pas composée d'un seul couple mais de 150, qui formaient une unité d'élite de 300 personnes, composée des meilleurs guerriers de l'armée thébaine. Les couples étaient triés sur le volet pour leurs prouesses militaires et le groupe avait été formé dans l'idée que l'amant et l'aimé se battraient jusqu'à la mort non seulement pour se protéger mutuellement, mais aussi pour ne pas paraître lâches et faire honte à l'autre en présence de leurs frères d'armes. Les couples appartenaient tous au modèle classique de la relation homosexuelle en Grèce: il y avait un amant plus âgé qui prenait soin et améliorait le caractère d'un bien-aimé plus jeune. Le nom de l'unité venait des vœux qu'ils se faisaient l'un à l'autre au nom du dieu de l'amour, Eros, dans le sanctuaire d'Iolaos. Bien qu'ils aient été formés vers 379/378 av. J.-C. et qu'ils aient participé à des campagnes avant 371 av. J.-C., ils sont régulièrement cités comme étant restés invaincus depuis la bataille de Leuctres en 371 av. J.-C. jusqu'à la bataille de Chéronée en 338 av. J.-C., lorsqu'ils furent vaincus par les Macédoniens de Philippe II (r. de 359 à 336 av. J.-C.). On dit que Philippe II de Macédoine pleura devant leur bravoure, car ils tinrent bon jusqu'à ce qu'ils soient tous tués. On pense que la statue du Lion de Chéronée marque le lieu de leur sépulture.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Greek Warriors Stele
Stèle de guerriers grecs
James Blake Wiener (CC BY-NC-SA)

Conclusion

Il existe de nombreux autres exemples de relations homosexuelles célèbres dans l'histoire et la littérature anciennes. Parmi eux, l'histoire de Nisus et Euryale, tirée des livres 5 et 9 de l'Énéide de Virgile (c. 70-19 av. J.-C.), est aussi souvent interprétée comme une amitié profonde plutôt que comme une relation romantique, bien qu'elle corresponde clairement au modèle de cette dernière. Nisus était l'aîné du couple et Euryale était le jeune aimé. Tous les deux faisaient partie des réfugiés que le héros Énée conduisit en Italie après la chute de Troie, et leur histoire fit partie des batailles que les Troyens menèrent contre les tribus hostiles de la région avant de fonder la ville de Rome. Euryale fut capturé par l'une de ces tribus, et Nisus alla le secourir, mais tous les deux furent tués, tombant en se défendant l'un l'autre.

Jules César, Socrate, Platon, Pindare et bien d'autres sont cités comme préférant les relations homosexuelles qui, comme nous l'avons vu plus haut, constituaient une expression acceptée de l'affection et de la sexualité dans d'autres cultures aussi. Le spécialiste Colin Spencer commente:

Dans le monde ancien, il n'était pas nécessaire de distinguer l'activité sexuelle avec le même sexe de celle avec le sexe opposé, et aucun opprobre social n'était attaché au sexe; l'ignominie était réservée aux actes sexuels passifs. Le mot "homosexualité" n'était pas nécessaire car le concept n'existait pas. (10)

Les termes "homosexuel" et "hétérosexuel" ne furent en fait inventés qu'au XIXe siècle, et tous les deux par un homosexuel, l'écrivain autrichien Karl-Maria Kertbeny (c. 1824-1882), en 1869. Kertbeny inventa ces termes dans le but de normaliser et de défendre les relations homosexuelles qui étaient criminalisées par le gouvernement prussien. Avant l'avènement du christianisme, aucune distinction n'avait été faite. L'argument de Kertbeny en faveur de l'acceptation des couples de même sexe aurait en fait semblé absurde à l'ancien monde pré-chrétien, car de tels couples étaient déjà largement acceptés.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Zsuzsanna Rigó
Je suis passionnée par l'histoire et j'aimerais contribuer au travail du site en informant d'autres sur les faits intéressants et en même temps faire des traductions en français, la langue dont je suis amoureuse depuis mon enfance.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2021, juin 10). Dix couples homosexuels célèbres et moins célèbres de l'histoire ancienne [Ten Famous & Not-so-Famous Same-Sex Couples in Ancient History]. (Z. Rigó, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1775/dix-couples-homosexuels-celebres-et-moins-celebres/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Dix couples homosexuels célèbres et moins célèbres de l'histoire ancienne." Traduit par Zsuzsanna Rigó. World History Encyclopedia. modifié le juin 10, 2021. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1775/dix-couples-homosexuels-celebres-et-moins-celebres/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Dix couples homosexuels célèbres et moins célèbres de l'histoire ancienne." Traduit par Zsuzsanna Rigó. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 10 juin 2021. Web. 27 mai 2024.

Adhésion