Épidaure

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 18 juin 2012
X

Texte original en Anglais : Epidaurus

Theatre of Epidaurus Panorama (by PanosKarapanagiotis, Copyright)
Panorama du théâtre d'Épidaure
PanosKarapanagiotis (Copyright)

Épidaure était un ancien site religieux et un village situé sur la plaine argolide fertile du Péloponnèse oriental en Grèce. Bénéficiant d'un climat doux et de sources naturelles, le sanctuaire d'Asclépius à Epidaure était un important centre sacré à l'époque grecque et romaine. Le site, qui comprend l'immense théâtre d'Épidaure, est classé au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Épidaure fut nommée d'après le héros Epidauros, fils d'Apollon. Habitée depuis l'époque néolithique, la première colonie importante remonte à la période mycénienne. Des fortifications, un théâtre et des tombes tholos ont été fouillés et datés du XVe siècle av JC, bien que c'est au XIIe siècle avant notre ère qu'Épidaure Limera, avec son port la reliant au réseau commercial de la mer Égée, a particulièrement prospéré.

Supprimer la pub

Advertisement

Le sanctuaire, ou Asklepieion, avait des visiteurs de la Grèce entière qui cherchaient à soulager leurs maux.

Le culte régional antérieur à la divinité Maléatas évolua vers le culte ultérieur d'Apollon, à qui on donna des attributs similaires. Cependant, c'est Asclépios (également orthographié Esculape en latin), qui selon les Épidauriens était né sur le mont Tithion voisin, qui prévalut à partir du Ve siècle av. JC jusqu'à l'époque romaine au IVe siècle de notre ère. Connu pour ses grands pouvoirs de guérison (appris de son père Apollon) et aussi ceux de prophétie, le dieu - qui se manifestait dans le sanctuaire ou Asklépiéion - recevait des visiteurs de la Grèce entière qui cherchaient à soulager leurs maux soit par intervention divine, soit par des médicaments administrés par le prêtres résidents. Le sanctuaire utilisa la richesse acquise grâce aux dédicaces des fidèles pour construire un impressionnant complexe de bâtiments et pour parrainer d'importants projets artistiques visant à embellir le centre. En effet, bon nombre des offrandes étaient des œuvres d'art telles que des statues, des poteries, des trépieds et même des bâtiments.

Stadium of Epidaurus
Stade d'Épidaure
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

À l'apogée du site au IVe siècle av. JC (370-250 av. JC), les principaux bâtiments comprenaient deux entrées monumentales (Propylaia); un grand temple (380-375 av. JC) avec la disposition dorique typique de 6 x 11 colonnes, contenant une statue chryséléphantine plus grande que nature d'un Asclépios assis (par Thrasymède) et avec des frontons présentant dans la statuaire l'Amazonomachie et le siège de Troie; des temples dédiés à Aphrodite (320 av. JC), Artémis et Thémis; une fontaine sacrée; le Thymélée (360-330 av. JC); un bâtiment rond en marbre à l'origine avec 26 colonnes doriques extérieures, une cella à 14 colonnes corinthiennes et un mystérieux labyrinthe souterrain, contenant peut-être des serpents associés à Asclépios; l'Abaton à colonne (aussi appelé Portique d'incubation ou Enkoimeterion) dans lequel les patients passaient la nuit dans l'attente d'une intervention et un remède divins; d'autres temples, des bains chauds et froids, des stoas, un stade, une palaistra (palestre), un grand gymnasia; et un théâtre de 6000 places (340-330 av. JC). Ces derniers bâtiments sportifs et artistiques étaient utilisés dans le cadre des Jeux asclépiens d'Épidaure ou Asklepieia, dès le Ve siècle av. JC et organisés tous les quatre ans pour célébrer le théâtre, le sport et la musique.

Supprimer la pub

Advertisement

Le théâtre d'Épidaure, avec des ajouts au IIe siècle de notre ère, resultant en 55 rangées de sièges et une capacité de 12 300 spectateurs, deviendrait l'un des plus grands théâtres anciens jamais construits. Le théâtre possède une acoustique exemplaire qui permet aux interprètes d'être entendus même dans les rangées de sièges les plus hautes. Les autres ajouts romains au site au IIe siècle après JC, sous les auspices du sénateur romain Antonius, comprenaient un temple à Hygie (Hygée), un grand bâtiment de bains et un petit odeum.

Le site fut détruit en 395 av. JC par les Goths et l'empereur Théodose II ferma définitivement le site ainsi que tous les autres sanctuaires païens en 426 après JC. Au VIe siècle, le site fut définitivement abandonné à la suite de tremblements de terre survenus en 522 et 551. Les fouilles sur l'ancien site commencèrent en 1881 sous les auspices de la Société archéologique grecque. Les recherches se poursuivent de nos jours, ajoutant de plus en plus de connaissances sur les nombreux monuments anciens qui constituaient cet impressionnant site. Des artefacts peuvent être vus au musée archéologique d'Épidaure sur le site. Aujourd'hui, le magnifique théâtre d'Épidaure est toujours actif pour des représentations théâtrales dans le cadre d'un festival annuel de théâtre grec traditionnel.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth enseigne l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur d'articles historiques installé en Italie. Il s'intéresse plus particulièrement à la poterie, à l’architecture, aux mythologies du monde et à la découverte des idées partagées par toutes les civilisations. Il est titulaire d’un Master en philosophie politique et éditeur en chef de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2012, juin 18). Épidaure [Epidaurus]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-10014/epidaure/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Épidaure." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juin 18, 2012. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-10014/epidaure/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Épidaure." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 18 juin 2012. Web. 18 oct. 2021.