Égine

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 28 avril 2011
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
Temple of Aphaea (by Jan van der Crabben, Copyright)
Temple d'Aphée
Jan van der Crabben (Copyright)

Égine est une île du golfe Saronique, au sud d'Athènes. Elle fut l'une des premières puissances maritimes de la Grèce, célèbre pour avoir frappé les premières pièces de monnaie en Grèce, qui étaient acceptées dans toute la région méditerranéenne. Selon l'écrivain classique Ovide (43 av.J.-C. - 17 ap. J.-C.), l'île s'appelait à l'origine Œnone. Comme l'explique le mythe, le dieu Zeus, sous la forme d'une grande flamme, enleva la nymphe Égine et la garda sur l'île. Avec le temps, elle donna naissance à un fils, Éaque, qui rebaptisa l'île du nom de sa mère.

Une ville prospère

Selon Hérodote, Égine était une colonie de la ville d'Épidaure, un centre de culte prospère du demi-dieu Asclépios, situé sur la côte du Péloponnèse. Cette ville était une importante place forte mycénienne, et les artefacts découverts à Égine ont permis d'établir que la culture mycénienne survécut sur l'île longtemps après l'invasion des Doriques, vers 1200 avant notre ère, qui la supplanta.

Supprimer la pub
Advertisement
La norme des poids et mesures développée par Égine devint la norme dans toute la Grèce.

Les richesses d'Epidaure semblent avoir été utilisées à bon escient par les citoyens d'Égine, de sorte que l'île prospéra très tôt et finit par rivaliser avec Athènes. La norme des poids et mesures développée par Égine devint la norme dans toute la Grèce, ils furent les premiers à frapper des pièces de monnaie, et leur flotte de navires faisait du commerce dans toute la Méditerranée et la mer Égée jusqu'en Égypte et dans le Levant perse. Bien qu'Hérodote (c. 484 - 425/413 av. J.-C.) affirme qu'Athènes et Égine devinrent ennemies à cause d'une querelle concernant les statues de deux divinités, il est plus probable que la ville continentale ait commencé à envier la prospérité de la ville insulaire et qu'elle se soit inquiétée de son commerce avec la Perse.

Affaires étrangères

Les colonies grecques ioniennes d'Asie Mineure, sous contrôle perse, furent une source de conflit pour l'Empire perse pendant des années. Après la révolte ionienne de 499-493 avant Jésus-Christ, au cours de laquelle les colonies grecques furent vaincues par les forces perses et une fois l'ordre rétabli, Égine, qui n'avait pas été impliquée dans le conflit, envoya à la Perse des symboles de soumission qui équivalaient à un pacte aux yeux d'Athènes. Les Athéniens avaient soutenu la révolte ionienne (avec la ville d'Érétrie) en fournissant des troupes et des armes aux colonies. Le geste de bonne volonté d'Égine envers l'ennemi d'Athènes n'aurait pas été bien pris. En représailles du soutien grec à la révolte ionienne, Darius Ier de Perse (c. 550-486 av. J.-C.) envahit la Grèce en 490 avant J.-C. mais fut repoussé à la bataille de Marathon.

Supprimer la pub
Advertisement

Silver Stater of Aegina
Stater d'Égine en argent
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Dix ans plus tard, le fils de Darius, Xerxès Ier (r. de 486 à 465 av. J.-C.), envahit la Grèce pour achever ce que son père avait commencé. Après une série de batailles (dont la célèbre bataille des Thermopyles), il fut vaincu à la bataille de Salamine en 480 avant notre ère par les forces navales combinées d'Athènes et d'Égine. Comme il n'existe aucune preuve de relations chaleureuses entre Athènes et Égine, ni aucune preuve d'une rupture des relations entre Égine et la Perse entre le pacte de 491 avant J.-C. et la bataille de Salamine, il semblerait qu'Égine ait été forcée de se battre contre les Perses dans le cadre des suites patriotiques des Thermopyles. Quelle qu'ait été leur motivation, les navires d'Égine jouèrent un rôle crucial dans la destruction de la flotte perse. Par la suite, cependant, Égine tomba dans l'ombre de la suprématie navale et commerciale athénienne et commença à décliner.

Déclin

Égine se battit contre Athènes lors de la première guerre du Péloponnèse (460-445 av.J.-C.), où elle bénéficia probablement du soutien des Perses, qui non seulement protégeaient leurs intérêts commerciaux, mais aussi soutenaient l'ennemi de leur ennemi (Athènes). Cependant, avec ou sans le soutien des Perses, le temps de la grandeur d'Égine était terminé. À l'époque où Platon écrivait son dialogue du Phédon (vers 380-360 avant J.-C.), Égine n'était guère plus qu'un lieu de villégiature. Dans le dialogue, lorsque Échécrate demande à Phédon : "Mais Aristippe et Cléombrote, étaient-ils présents ?" Phédon répond : "Non, ils n'étaient pas là. On dit qu'ils étaient à Égine." Aristippe était le fondateur de l'école de philosophie cyrénaïque, qui enseignait que le plaisir est le seul bien intrinsèque, et un lecteur antique informé du dialogue de Platon aurait compris ces lignes comme une sorte de "plaisanterie interne" assimilant l'hédonisme cyrénaïque à l'île d'Égine.

Supprimer la pub
Advertisement

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2011, avril 28). Égine [Aegina]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-263/egine/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Égine." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le avril 28, 2011. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-263/egine/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Égine." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 28 avril 2011. Web. 22 févr. 2024.

Adhésion