Bataille des Thermopyles

Collecte de fonds pour traductions

Notre vision : Une éducation à l'Histoire gratuite pour tous, dans le monde entier et dans toutes les langues. C'est un objectif ambitieux, mais cela ne nous empêche pas d'y travailler. Pour y parvenir, nous devons traduire... beaucoup ! Faites un don aujourd'hui et aidez-nous à avoir un réel impact mondial. Merci beaucoup !
$2107 / $3000

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 16 avril 2013
X

Texte original en Anglais : Battle of Thermopylae

Battle of Thermopylae 480 BCE (by Dept. of History, US Military Academy, CC BY-SA)
Bataille des Thermopyles 480 AV. J.-C.
Dept. of History, US Military Academy (CC BY-SA)

Les Thermopyles sont un col de montagne situé près de la mer, dans le nord de la Grèce, qui a été le théâtre de plusieurs batailles dans l'Antiquité, la plus célèbre étant celle qui a opposé les Perses et les Grecs en août 480 avant Jésus-Christ. Bien que très inférieurs en nombre, les Grecs ont tenu le col étroit pendant trois jours, le roi spartiate Léonidas menant une défense ultime avec une petite force de Spartiates et d'autres hoplites grecs. Les Perses finirent par prendre le contrôle du col, mais la défaite héroïque de Léonidas allait prendre des proportions légendaires pour les générations suivantes de Grecs. Un an plus tard, l'invasion perse était repoussée lors des batailles de Salamine et de Platée.

Contexte : Les guerres perses

Dès les premières années du Ve siècle avant J.-C., l'empire perse achéménide, sous le règne de Darius Ier (r. 522-486 avant J.-C.), s'étendait déjà en Europe continentale et avait soumis la Thrace et la Macédoine. Athènes et le reste de la Grèce étaient les prochaines cibles du roi Darius. La raison pour laquelle la Grèce était convoitée par la Perse n'est pas claire. La richesse et les ressources semblent être un motif peu probable ; d'autres suggestions plus plausibles incluent la nécessité d'accroître le prestige du roi dans son pays ou de réprimer une fois pour toutes un ensemble d'États rebelles potentiellement gênants à la frontière occidentale de l'empire.

Supprimer la pub

Advertisement

Quelles que soient les motivations exactes, en 491 avant J.-C., Darius envoya des émissaires pour demander la soumission des Grecs à la domination perse. Les Grecs ont répondu sans ambages en exécutant les envoyés, et Athènes et Sparte ont promis de former une alliance pour la défense de la Grèce. La réponse de Darius à cet outrage diplomatique fut de lancer une force navale de 600 navires et 25 000 hommes pour attaquer les Cyclades et l'Eubée, laissant les Perses à un pas du reste de la Grèce. En 490 avant J.-C., les forces grecques dirigées par Athènes ont affronté les Perses dans une bataille à Marathon et ont vaincu les envahisseurs. Cette bataille a acquis un statut mythique chez les Grecs, mais elle n'était en réalité que l'ouverture d'une longue guerre dont les principaux actes étaient constitués de plusieurs autres batailles. La Perse, qui possède le plus grand empire du monde, est largement supérieure en hommes et en ressources, et ces dernières vont maintenant être pleinement utilisées pour une attaque de grande envergure.

Greco-Persian Wars
Guerres Gréco-Perses
Kelly Macquire (CC BY-NC-SA)

En 486 avant J.-C., Xerxès Ier (r. 486-465 avant J.-C.) est devenu roi à la mort de Darius et des préparatifs massifs d'invasion ont été effectués. Des dépôts d'équipements et de fournitures ont été installés, un canal a été creusé à Chalkidike et des ponts de bateaux ont été construits sur l'Hellespont pour faciliter le mouvement des troupes. La Grèce était sur le point de faire face à la plus grande menace de son histoire, et même l'oracle de Delphes conseillait sinistrement aux Athéniens de "voler jusqu'au bout du monde".

Supprimer la pub

Advertisement

Le col des Thermopyles

Lorsque la nouvelle de l'invasion est parvenue en Grèce, la première réaction grecque a été d'envoyer une force de 10 000 hoplites pour tenir la position dans la vallée de Tempē près du Mont Olympos, mais ils se sont retirés lorsque la taille massive de l'armée d'invasion a été révélée. Puis, après de nombreuses discussions et compromis entre les cités-États grecques, qui se méfient des motivations des uns et des autres, une armée commune de 6 000 à 7 000 hommes est envoyée pour défendre le col des Thermopyles par lequel les Perses doivent entrer en Grèce continentale. Les forces grecques comprenaient 300 Spartiates et leurs helotes avec 2 120 Arcadiens, 1 000 Lokriens, 1 000 Phocéens, 700 Thespiens, 400 Corinthiens, 400 Thébains, 200 hommes de Phléious et 80 Mycéniens.

THERMOPYLAE EST UN EXCELLENT CHOIX POUR LA DÉFENSE, AVEC DES MONTAGNES QUI S'enfoncent dans la mer, ne laissant qu'un passage étroit le long de la côte.

La taille relativement réduite de la force de défense a été expliquée par la réticence de certaines cités-États grecques à engager des troupes si loin au nord, et/ou par des motifs religieux, car c'était la période des jeux sacrés d'Olympie et de la plus importante fête religieuse spartiate, la Karneia, et aucun combat n'était autorisé pendant ces événements. C'est d'ailleurs pour cette même raison que les Spartiates étaient arrivés trop tard à la bataille de Marathon. Par conséquent, les Spartiates, largement reconnus comme étant les meilleurs combattants de Grèce et la seule polis disposant d'une armée professionnelle, n'ont fourni qu'une petite force avancée de 300 hoplites (sur un total estimé à 8 000) à la force défensive grecque, ces derniers étant choisis parmi les hommes ayant des héritiers mâles.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

En plus des forces terrestres, les polémies grecques ont envoyé une flotte de navires de guerre trirèmes qui ont pris position au large de l'Artémision (ou Artemisium) sur la côte nord de l'Eubée, à 40 miles nautiques des Thermopyles. Les Grecs ont amassé plus de 300 trirèmes et leur objectif principal était peut-être d'empêcher la flotte perse de naviguer le long de la côte intérieure de Lokris et de la Béotie.

Greek Hoplite
Hoplite grec
Johnny Shumate (Public Domain)

Le col des Thermopyles, situé à 150 km au nord d'Athènes, constituait un excellent choix pour la défense, avec des montagnes abruptes se jetant dans la mer, ne laissant qu'une étroite zone marécageuse le long de la côte. Le col avait également été fortifié par les Phocéens, qui avaient construit un mur défensif allant de la porte du milieu jusqu'à la mer. Le mur était en ruine, mais les Spartiates ont fait les meilleures réparations possibles compte tenu des circonstances. C'est donc ici, dans une brèche de 15 mètres de large, avec une falaise abrupte protégeant leur flanc gauche et la mer sur leur droite, que les Grecs ont choisi de s'opposer à l'armée d'invasion. Disposant d'environ 80 000 hommes, le roi perse, qui menait l'invasion en personne, attendit d'abord quatre jours, espérant que les Grecs fuiraient dans la panique. Lorsque les Grecs ont tenu leur position, Xerxès a de nouveau envoyé des émissaires pour offrir aux défenseurs une dernière chance de se rendre sans effusion de sang si les Grecs déposaient les armes. La réponse optimiste de Léonidas à la demande de Xerxès fut "molōn labe" ou "venez les chercher" et la bataille commença.

Hoplites contre archers

Les deux armées qui s'affrontaient étaient essentiellement représentatives des deux approches de la guerre classique - la guerre perse privilégiait les assauts à longue distance avec des archers, suivis d'une charge de cavalerie, tandis que les Grecs privilégiaient les hoplites lourdement armés, disposés en une formation dense appelée phalange, chaque homme portant un lourd bouclier rond en bronze et combattant au corps à corps avec des lances et des épées. L'infanterie perse portait un bouclier léger en osier (souvent en forme de croissant) et était armée d'une longue dague ou d'une hache de combat, d'une lance courte et d'un arc composite. Les forces perses comprenaient également les Immortels, une force d'élite de 10 000 hommes, probablement mieux protégés par une armure et armés de lances. La cavalerie perse était armée comme les fantassins, avec un arc et deux javelots supplémentaires pour le lancer et la poussée. La cavalerie, qui opérait généralement sur les flancs de la bataille principale, était utilisée pour éponger l'infanterie adverse mise en déroute après avoir été soumise aux salves répétées des archers. Bien que les Perses aient eu le dessus dans les combats précédents, lors de la récente révolte ionienne, le terrain des Thermopyles convenait mieux à la guerre grecque.

Supprimer la pub

Advertisement

Persian Archers
Archers Perses
mshamma (CC BY)

Bien que la tactique perse consistant à tirer rapidement un grand nombre de flèches sur l'ennemi ait dû être un spectacle impressionnant, la légèreté des flèches signifiait qu'elles étaient largement inefficaces contre les hoplites à l'armure de bronze. En effet, l'indifférence des Spartiates est incarnée par Dieneces, qui, lorsqu'on lui dit que les flèches perses seraient si denses qu'elles obscurciraient le soleil, répond que dans ce cas, les Spartiates auraient le plaisir de se battre à l'ombre. Au corps à corps, les lances plus longues, les épées plus lourdes, les meilleures armures et la discipline rigide de la formation de la phalange signifiaient que les hoplites grecs avaient tous les avantages et que, dans les limites étroites du terrain, les Perses avaient du mal à faire parler leur nombre largement supérieur.

La bataille

Le premier jour, Xerxès a envoyé ses troupes médianes et kissiennes, et après leur échec à franchir le col, les Immortels d'élite sont entrés dans la bataille, mais dans les combats rapprochés brutaux, les Grecs ont tenu bon. La tactique grecque consistant à feindre une retraite désorganisée puis à se retourner contre l'ennemi en formation de phalange a également bien fonctionné, réduisant la menace des flèches perses et les hoplites ont peut-être surpris les Perses par leur mobilité disciplinée, un avantage d'une armée entraînée professionnellement.

Le deuxième jour suit le même schéma que le premier, et les forces grecques tiennent toujours le col. Cependant, un traître sans scrupules était sur le point de faire pencher la balance en faveur des envahisseurs. Ephialtès, fils d'Eurydemos, un berger local de Trachis, cherchant à obtenir une récompense de Xerxès, informa les Perses d'une route alternative - le chemin d'Anopaia - qui leur permettrait d'éviter la majorité des forces ennemies et d'attaquer leur flanc sud. Léonidas avait posté le contingent de troupes phocéennes pour garder ce point vital mais celles-ci, se considérant comme la cible principale de ce nouveau développement, se retirèrent sur une position défensive plus élevée lorsque les Immortels attaquèrent. Cela convenait aux Perses, qui pouvaient désormais poursuivre sans entrave le chemin de la montagne et arriver derrière la principale force grecque. Alors que leur position semblait désespérée, et avant que leur retraite ne soit complètement interrompue, Léonidas ordonna au gros des forces grecques de se retirer.

Supprimer la pub

Advertisement

Leonidas
Léonidas
Marie-Lan Nguyen (CC BY-SA)

Le baroud d'honneur

Le troisième jour de la bataille, le roi spartiate rassembla sa petite force - les survivants des 300 spartiates d'origine, 700 Thespies et 400 Thébains - et fit une position d'arrière-garde pour défendre le col jusqu'au dernier homme dans l'espoir de retarder la progression des Perses, afin de permettre au reste de la force grecque de battre en retraite ou aussi peut-être d'attendre les secours d'une force grecque plus importante. Tôt le matin, les hoplites rencontrèrent une fois de plus l'ennemi, mais cette fois Xerxès pouvait attaquer à la fois par l'avant et par l'arrière, et il avait prévu de le faire mais, en l'occurrence, les Immortels derrière les Grecs étaient en retard. Léonidas déplaça ses troupes vers la partie la plus large du col afin d'utiliser tous ses hommes en même temps, et dans l'affrontement qui suivit, le roi spartiate fut tué. Ses camarades se sont ensuite battus avec acharnement pour récupérer le corps du roi tombé. Pendant ce temps, les Immortels sont entrés dans la mêlée derrière les Grecs qui se sont retirés sur un haut monticule derrière le mur de Phokian. C'est peut-être à ce moment-là que le contingent thébain s'est rendu (bien que cela soit contesté par les spécialistes). Les hoplites restants, désormais piégés et privés de leur roi inspirateur, furent soumis à un barrage de flèches perses jusqu'à ce qu'il ne reste plus un seul homme debout. Après la bataille, Xerxès ordonne que la tête de Léonidas soit placée sur un pieu et exposée sur le champ de bataille. Comme l'affirme Hérodote dans son récit de la bataille (livre VII des Histoires), l'oracle de Delphes avait vu juste lorsqu'il avait annoncé que Sparte ou l'un de ses rois devait tomber.

Pendant ce temps, à Artémision, les Perses se battaient contre les éléments plutôt que contre les Grecs, car ils ont perdu 400 trirèmes dans une tempête au large de la Magnésie et davantage dans une seconde tempête au large de l'Eubée. Lorsque les deux flottes se rencontrent enfin, les Grecs combattent tard dans la journée et limitent donc la durée de chaque escarmouche, ce qui diminue l'avantage numérique détenu par les Perses. Le résultat de la bataille est cependant indécis et, à la nouvelle de la défaite de Léonidas, la flotte se replie sur Salamine.

Les retombées

La bataille des Thermopyles, et en particulier le rôle qu'y ont joué les Spartiates, a rapidement acquis un statut mythique chez les Grecs. Des hommes libres, dans le respect de leurs propres lois, s'étaient sacrifiés pour défendre leur mode de vie contre une agression étrangère. Comme l'indique l'épitaphe de Simonedes sur le lieu de la mort : "Va le dire aux Spartiates, toi qui lis : Nous avons obéi à leurs ordres et nous sommes morts".

Supprimer la pub

Advertisement

Une défaite glorieuse peut-être, mais il n'en reste pas moins que la voie est désormais libre pour Xerxès de pousser jusqu'en Grèce continentale. Les Grecs, cependant, étaient loin d'en avoir fini et, bien que de nombreux États soient passés aux mains des Perses et qu'Athènes elle-même ait été mise à sac, une armée grecque dirigée par Kleombrotos, le frère de Léonidas, commença à construire un mur défensif près de Corinthe. L'hiver interrompt cependant la campagne terrestre, et à Salamine, la flotte grecque manœuvre les Perses dans des eaux peu profondes et remporte une victoire éclatante. Xerxès retourne dans son palais de Sousa et laisse le talentueux général Mardonius en charge de l'invasion. Après une série de négociations politiques, il devint évident que les Perses ne remporteraient pas la victoire par la diplomatie et les deux armées se rencontrèrent à Platée en août 479 avant Jésus-Christ. Les Grecs, qui disposaient de la plus grande armée d'hoplites jamais vue, ont remporté la bataille et mis fin aux ambitions de Xerxès en Grèce.

Une note de bas de page intéressante : l'importante position stratégique des Thermopyles a fait qu'elles ont été à nouveau le théâtre de batailles en 279 avant J.-C., lorsque les Grecs ont fait face à l'invasion des Gaulois, en 191 avant J.-C., lorsqu'une armée romaine a vaincu Antiochus III, et même aussi récemment qu'en 1941 de notre ère, lorsque les forces alliées de Nouvelle-Zélande ont affronté celles de l'Allemagne.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur d'articles historiques installé en Italie. Il s'intéresse plus particulièrement à la poterie, à l’architecture, aux mythologies du monde et à la découverte des idées partagées par toutes les civilisations. Il est titulaire d’un Master en philosophie politique et éditeur en chef de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2013, avril 16). Bataille des Thermopyles [Battle of Thermopylae]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-335/bataille-des-thermopyles/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Bataille des Thermopyles." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le avril 16, 2013. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-335/bataille-des-thermopyles/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Bataille des Thermopyles." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 16 avril 2013. Web. 09 déc. 2021.

Adhésion