Dix Choses à Savoir sur la Mésopotamie Antique

Article

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 10 septembre 2020
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, arabe, grec, portugais, espagnol

La Mésopotamie est le nom grec ancien (qui signifie "la terre entre deux fleuves", le Tigre et l'Euphrate) de la région correspondant à l'Iraq actuel et à certaines parties de l'Iran, de la Syrie et de la Turquie. Elle est considérée comme le "berceau de la civilisation" pour les nombreuses inventions et innovations qui y sont apparues vers 10 000 avant J.-C. jusqu'au 7e siècle de notre ère.

Au Néolithique pré-potérien, les populations passèrent progressivement du paradigme des chasseurs-cueilleurs à celui du système agraire, créant des communautés saisonnières qui devinrent permanentes au cours du Néolithique potassique (vers 7000 avant notre ère) et qui servirent de base au développement des villes pendant l'âge du cuivre (5900-3200 avant notre ère). Cette dernière ère comprend la période d'Obeïd (vers 5000-4100 avant J.-C.), qui vit l'apparition des premiers temples (tour en escalier appelée ziggourat avec un sanctuaire au sommet) et la création d'un art complexe, de travaux en céramique et de fabrication d'outils en cuivre.

Supprimer la pub
Advertisement

Great Ziggurat of Ur
Grande Ziggourat d'Ur
Hardnfast (CC BY-SA)

La période d'Uruk (4100-2900 av. J.-C.) chevauche cette période et celle de l'âge du bronze précoce (3000-2119 avant J.-C.), au cours de laquelle se développèrent les villes, le commerce, le gouvernement et le concept de propriété foncière privée. La région ne fut jamais une entité politique unique et cohésive, même lorsqu'elle était sous le contrôle des premiers empires apparus dans le monde, et la diversité de la population encouragea l'imagination et l'innovation dans tous les domaines de la vie quotidienne, notamment l'agriculture, le mercantilisme, la théorie politique, la guerre, ainsi que la création du pain, de la bière et des porte-bonheur.

Bon nombre des aspects les plus courants de la vie quotidienne, ainsi que les paradigmes théologiques et les systèmes politiques, se développèrent d'abord en Mésopotamie. La population ne fut que relativement homogénéisée qu'après le 7e siècle de notre ère, à la suite des conquêtes arabes musulmanes qui imposèrent et réglementèrent les croyances et les coutumes religieuses. Vous trouverez ci-dessous dix faits concernant la région qui sont souvent négligés ou déformés.

Supprimer la pub
Advertisement

Pays du Croissant fertile

Le Croissant fertile est la région en forme de quart de lune de l'ancienne Mésopotamie, qui correspond aux actuels sud de l'Iraq, Syrie, Liban, Jordanie, Israël et nord de l'Égypte. Cette région est communément appelée "le berceau de la civilisation" en raison des avancées culturelles et technologiques qui y furent réalisées, notamment :

  • les techniques agricoles
  • la domestication des animaux
  • l'astrologie et le développement du zodiaque
  • la notion de temps
  • la science et la technologie
  • la roue
  • l'écriture et la littérature
  • religion
  • les mathématiques et l'astronomie
  • le commerce à longue distance
  • les pratiques médicales (y compris la médecine dentaire).

La désignation "Croissant fertile" est souvent supposée être née dans l'Antiquité, mais elle fut en fait inventée en 1916 par l'égyptologue James Henry Breasted dans son livre populaire Ancient Times : A History of the Early World. La popularité du livre encouragea l'utilisation généralisée de l'expression jusqu'à ce qu'elle n'entre dans la conscience culturelle en tant que nom de la région.

Supprimer la pub
Advertisement

L'invention de l'écriture, de la roue et de la ville

L'invention de la ville est l'une des innovations les plus importantes des Mésopotamiens, dans la mesure où ce concept, si courant aujourd'hui, n'avait jamais existé auparavant.

L'écriture se développa indépendamment dans de nombreuses régions du monde, de la Chine à la Mésoamérique, mais la Mésopotamie est considérée comme la première à l'avoir fait, ayant créé un système d'écriture antérieur à environ 3000 avant notre ère, connu sous le nom de cunéiforme. La roue est également originaire de la région (vers 3500 avant notre ère), contrairement aux affirmations selon lesquelles elle aurait été inventée en Asie centrale. La plus ancienne roue du monde, datée d'environ 3200 avant notre ère (connue sous le nom de roue des marais de Ljubljana) a été découverte en Slovénie en 2002, ce qui a donné lieu à l'affirmation selon laquelle les peuples d'Asie centrale avaient inventé la roue. Cependant, la roue mésopotamienne fut inventée en premier, comme en témoigne son apparition dans l'art mésopotamien antérieur à environ 3200 avant notre ère.

L'invention de la ville est l'une des innovations les plus importantes des Mésopotamiens - tant bien que mal - dans la mesure où ce concept, si courant aujourd'hui, n'avait jamais existé auparavant. Les villes se développèrent pendant la période d'Uruk, lorsque les petites communautés agricoles, qui étaient prospères, attirèrent les habitants des régions voisines qui, peut-être, ne se portaient pas aussi bien. Les villes mésopotamiennes offraient aux habitants une protection contre les éléments, les prédateurs naturels et les pillards, tout en leur offrant de nouvelles possibilités de gagner leur vie. À cet égard, elles furent avant tout un grand avantage pour la population. Cependant, la densité de population des villes et leur expansion finirent par épuiser les ressources environnantes. De nombreuses villes mésopotamiennes, que les archéologues pensaient à l'origine avoir été détruites lors de guerres, furent en fait abandonnées lorsque les ressources furent épuisées.

Première guerre répertoriée

L'eau est l'une des ressources les plus importantes de la région et c'est probablement la cause de la première guerre répertoriée dans l'histoire. Vers 2700 avant notre ère, le roi sumérien Enmebaragesi de la ville de Kish mena son peuple dans une campagne militaire contre la région d'Élam (correspondant à certaines parties de l'Iran actuel), les vainquit et ramena le butin en Mésopotamie. C'est tout ce que l'on sait de cet engagement, mais il est probable que le différend initial portait sur les droits d'eau - l'accès à l'eau - et l'événement est également significatif en tant qu'exemple des cités-États de Sumer s'unissant dans l'intérêt d'une cause commune. Comme les cités-États grecques, les villes sumériennes se battaient fréquemment entre elles mais, lorsque la nécessité l'exigeait, elles travaillaient ensemble pour protéger leurs intérêts communs.

Supprimer la pub
Advertisement

Cylinder Seal from Kish
Sceau-cylindre de Kish
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

Invention de la bière

Parmi les nombreux usages que les Mésopotamiens trouvèrent pour l'eau - l'irrigation des cultures étant la priorité - figurait le brassage de la bière. La bière était considérée comme la "boisson des dieux" et le brassage était présidé par la déesse Ninkasi (qui donne son nom à l'actuelle Ninkasi Brewing Company d'Eugene, Oregon, États-Unis) qui veillait à sa pureté. La bière était la boisson la plus populaire dans l'ancienne Mésopotamie, car elle contenait tellement de nutriments importants qu'elle était considérée comme un aliment et servait à payer le salaire des ouvriers (comme ce fut le cas plus tard en Égypte). L'expert Jeremy Black commente :

La bière était un aliment de base en Mésopotamie et dans ses environs dès la préhistoire, car le processus de fermentation était une méthode efficace pour tuer les bactéries et les maladies transmises par l'eau. Sa fabrication était enregistrée et contrôlée par des scribes, même dans les plus anciens documents écrits, datant de la fin du quatrième millénaire avant notre ère. La bière était consommée par des personnes de tous les niveaux de la société et offerte aux dieux et aux morts dans des rituels de libation. (297)

La recette du brassage de la bière fut conservée par les Sumériens dans l'Hymne à Ninkasi , qui aurait été chanté ou psalmodié par les brasseurs pendant leur travail.

La patrie des "premières"

De nombreuses "premières" sont associées à l'ancienne Mésopotamie, en particulier à Sumer, et l'expert Samuel Noah Kramer en énumère, puis en présente, 39 dans son ouvrage influent intitulé L'histoire commence à Sumer. Les 39 "premières" ci-dessous ne sont que celles que Kramer a choisi d'aborder, mais il en existe bien d'autres :

Supprimer la pub
Advertisement
  • Les premières écoles
  • Le premier cas de "flagornerie".
  • Le premier cas de délinquance juvénile
  • La première "guerre des nerfs"
  • Le premier congrès bicaméral
  • Le premier historien
  • Le premier cas de réduction d'impôts
  • Le premier "Moïse"
  • Le premier précédent juridique
  • La première pharmacopée
  • Le premier "Almanach du fermier"
  • La première expérience de culture d'arbres d'ombrage
  • La première cosmogonie et cosmologie de l'homme
  • Les premiers idéaux moraux
  • Le premier "Job".
  • Les premiers proverbes et dictons
  • Les premières fables animalières
  • Les premiers débats littéraires
  • Les premiers parallèles bibliques
  • Le premier "Noé"
  • Le premier récit de résurrection
  • Le premier "Saint-Georges"
  • Le premier cas d'emprunt littéraire
  • Le premier âge héroïque de l'homme
  • Le premier chant d'amour
  • Le premier catalogue de bibliothèque
  • Le premier âge d'or de l'homme
  • La première société "malade"
  • Les premières complaintes liturgiques
  • Les premiers messies
  • Le premier champion de longue distance
  • La première imagerie littéraire
  • Le premier symbolisme sexuel
  • La première Mater Dolorosa
  • La première berceuse
  • Le premier portrait littéraire
  • Les premières élégies
  • La première victoire des travailleurs
  • Le premier aquarium

Parmi les "premières" qui ne figurent pas sur la liste, on trouve le premier collier et la première laisse de chien, représentés dans l'art mésopotamien primitif. Les premiers colliers de chiens semblent n'avoir été guère plus que des cordes ou des bandes de cuir attachées autour du cou du chien, mais ils devinrent progressivement plus ornés au fur et à mesure que la civilisation se développait. Le collier de chien en tant qu'art fut pleinement réalisé par les Égyptiens à l'époque du Nouvel Empire (vers 1570 - vers 1069 avant J.-C.), lorsque les colliers de chiens étaient ornés du nom du chien et du propriétaire, mais le concept du collier à proprement dit fut tout d'abord développé en Mésopotamie.

Man & Dog Plaque, Sippar
Plaque représentant un homme et son chien, Sippar
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

Premier empire multinational

Une autre des "premières" de la Mésopotamie est le premier empire multinational du monde, l'empire akkadien (2334 - c. 2083 avant J.-C.) fondé par Sargon d'Akkad (le Grand, r. de 2334 à 2279 av. J.-C.). La localisation précise d'Akkad est inconnue mais, d'après les inscriptions de Sargon, son empire s'étendait du golfe Persique jusqu'au Koweït, à l'Iraq, à la Jordanie et à la Syrie actuels, très probablement au Levant, et en Asie mineure jusqu'à l'île de Chypre. Sargon maintint son empire intact en plaçant des personnes de confiance - hommes et femmes - à des postes de pouvoir politique dans toute la région. Ces fonctionnaires, appelés "citoyens d'Akkad" dans les textes babyloniens ultérieurs, étaient gouverneurs, grands prêtres ou prêtresses, ou administrateurs de haut niveau dans plus de 65 villes différentes. L'un de ces fonctionnaires de confiance était sa fille Enheduanna (2285-2250 av. J.-C.), grande prêtresse d'Inanna dans la ville d'Ur. Bien que Sargon ait pris soin de maintenir un contrôle étroit, sans opprimer le peuple, des rébellions éclatèrent tout de même. L'empire conserva sa cohésion jusqu'à son plus grand roi, le petit-fils de Sargon, Naram-Sin (r. de 2261 à 2224 av. J.-C.), mais déclina sous son fils et successeur Shar-Kali-Sharri (r. de 2223 à 2198 av. J.-C.) et finit par tomber aux mains des Gutiens vers 2083 avant J.-C.

Akkadian Ruler
Souverain Akkadien
Sumerophile (Public Domain)

Premier auteur connu par son nom

Enheduanna n'était pas seulement la grande prêtresse qui aida à maintenir l'empire de son père à Sumer, mais aussi une poétesse accomplie et la première auteure connue par son nom dans l'histoire du monde. Elle est surtout connue pour ses trois grands hymnes à la déesse Inanna : La Princesse Vaillante, L'Exaltation d'Inanna, et Inanna et Ebih, mais elle écrivit également 42 poèmes relatant ses sentiments personnels sur un certain nombre de sujets différents. L'expert Stephen Bertman commente :

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Les hymnes nous fournissent les noms des principales divinités que les Mésopotamiens adoraient et nous indiquent où se trouvaient leurs principaux temples [mais] ce sont les prières qui nous renseignent sur l'humanité, car dans les prières nous rencontrons les espoirs et les craintes de la vie quotidienne des mortels. (172)

Ses poèmes et hymnes étaient extrêmement populaires et influencèrent des hymnes, des chants, des poèmes et des psaumes ultérieurs, notamment ceux de l'Ancien Testament biblique. Le Cantique des Cantiques biblique fut influencé par les vers d'Enheduanna et ses œuvres sont toujours lues et appréciées de nos jours.

Invention de la littérature

Les Mésopotamiens non seulement influencèrent le développement ultérieur des textes liturgiques sacrés, mais ils inventèrent également la littérature, à commencer par l'Épopée de Gilgamesh (écrite vers 2150-1400 avant J.-C.), qui raconte l'histoire semi-mythique du roi d'Uruk, Gilgamesh, et sa quête d'un sens à la vie face à la mort inévitable. À l'origine, l'œuvre fut transmise oralement jusqu'à ce qu'elle ne soit consignée par écrit. Avant la découverte de l'œuvre d'Enheduanna, on pensait que le premier auteur connu par son nom était le scribe babylonien Shin-Leqi-Unninni (travailla de 1300 à 1000 avant notre ère) qui écrivit la version babylonienne du conte. L'épopée de Gilgamesh, un récit fictif basé sur un roi réel, est représentative d'un genre connu par les spécialistes modernes sous le nom de littérature mésopotamienne Naru, qui est apparu aux alentours du deuxième millénaire avant notre ère. Ces contes mettent en scène un personnage célèbre (généralement un roi) dans une histoire fictive dont le thème est généralement la relation de l'individu avec les dieux, mais qui peut porter sur n'importe quel sujet. Les deux exemples les plus connus de la littérature mésopotamienne Naru, outre Gilgamesh, sont La légende de Sargon - qui relate l'humble naissance de Sargon le Grand et son ascension au pouvoir - et La malédiction d'Agade - qui traite de Naram-Sin. Ces histoires étaient très populaires dans toute la Mésopotamie et influencèrent des auteurs ultérieurs, probablement les scribes qui écrivirent les récits bibliques de la vie et du ministère de Jésus-Christ qui constituent les Évangiles du Nouveau Testament.

Flood Tablet of the Epic of Gilgamesh
Tablette du déluge de l'Épopée de Gilgamesh
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

Les mythes deviennent des récits bibliques

La question de savoir si la littérature mésopotamienne influença directement la composition des Évangiles est controversée - bien que la forme des compositions soit similaire dans la mesure où les Évangiles mettent en scène un personnage central bien connu placé dans des situations qui peuvent ou non s'être réellement produites - mais il est certain que les mythes mésopotamiens influencèrent les récits bibliques de la chute de l'homme et du grand déluge ainsi que le livre de Job. Ces récits furent tous adaptés des œuvres mésopotamiennes Le Mythe d'Adapa, La Genèse d'Eridu, L'Atrahasis et le Ludlul-Bel-Nimeqi, dont le dernier traite de la complainte d'un homme de bien sur ses malheurs et de ses questions concernant la justice des dieux. Avant le milieu du XIXe siècle, lorsque des institutions européennes et américaines ont financé des expéditions en Mésopotamie pour trouver des preuves physiques corroborant les récits bibliques, la Bible était considérée comme le plus ancien livre au monde contenant des œuvres entièrement originales ; par la suite, ces œuvres ont été considérées comme inspirées ou adaptées d'œuvres mésopotamiennes.

Les premiers codes de lois

Bien que le code de lois du roi babylonien Hammourabi (r. de 1792 à 1750 av. J.-C.) soit bien connu, il n'était pas le premier code de lois au monde ni même le premier en Mésopotamie. Le plus ancien code de loi est le code d'Urukagina au 24e siècle avant J.-C. et le second est le code d'Ur-Nammu (r. de 2047 à 2030 av. J.-C.), fondateur de la troisième dynastie d'Ur à Sumer qui initia la période Ur III (2047-1750 av. J.-C.). Il est possible que le code d'Ur-Nammu ait été écrit par son fils et successeur Shulgi d'Ur (r. de 2029 à 1982 av.J.-C.), mais, dans ce cas, il était très probablement basé sur le code de son père ou écrit conformément aux préceptes de ce dernier. L'expert Paul Kriwaczek commente :

Bien qu'il ne s'agisse pas d'un véritable code de lois, car il est loin d'être complet, ni même, selon certains, d'un code introduit par Ur-Nammu mais par son fils Shulgi, code ou pas, bien que nous n'en ayons que des fragments, ils suffisent à montrer que les lois couvraient à la fois les affaires civiles et criminelles. Parmi les dispositions pénales, il précise quels sont les délits qui doivent être capitaux : le meurtre, le vol, la défloration de la femme vierge d'un autre homme et l'adultère lorsqu'il est commis par une femme. Pour les autres délits, la peine était une amende en argent... [Le code d'Ur-Nammu contraste] avec les lois plus célèbres d'Hammurabi, rédigées quelque trois siècles plus tard, avec ses dispositions sauvages du type "œil pour œil, dent pour dent". (148-149)

Le code d'Ur-Nammu influencerait le code d'Hammurabi plus tardif en précisant les punitions pour les infractions et en se légitimant comme émanant d'une source divine. Le Code d'Hammurabi était nécessairement plus sévère car il régnait sur une population plus diverse, qui ne partageait pas la même vision théologique concernant les dieux et leur dispensation de la justice.

Law Code of King Ur-Nammu
Code de loi du roi Ur-Nammu
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

Conclusion

Ce qui précède n'est qu'une partie des contributions mésopotamiennes à la culture mondiale. Ils furent également les pionniers de la cartographie, en élaborant des cartes entre 2360 et 2180 avant notre ère. Ils influencèrent la philosophie grecque par le biais du philosophe présocratique Thalès de Milet (vers 585 av. J.-C.), qui étudia à Babylone et affirma que l'eau était le premier principe de l'existence sur la base de ce qu'il y avait appris. Les concepts d'urbanisme et de zonage se développèrent également en Mésopotamie, où un quartier commercial était distinct du quartier résidentiel et où les rues de la ville étaient conçues pour faciliter les déplacements. L'empire assyrien (vers 1307-612 avant J.-C.) était le plus grand du monde antique jusqu'à cette époque et le concept assyrien de Dieu allait influencer les visions monothéistes ultérieures du divin.

La Mésopotamie est restée une région diversifiée et innovante jusqu'au 7e siècle de notre ère, lorsqu'elle fut conquise par les envahisseurs arabo-musulmans qui imposèrent ensuite la religion et les traditions culturelles. Comme dans le cas de la Perse antique, les systèmes de croyance et les traditions indigènes furent d'abord interdits, puis assimilés à la culture des conquérants. Pour ceux qui connaissent l'histoire de la Mésopotamie, la région inspire le plus grand respect en tant que source de nombre des aspects les plus durables de la culture mondiale.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2020, septembre 10). Dix Choses à Savoir sur la Mésopotamie Antique [Ten Ancient Mesopotamia Facts You Need to Know]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1600/dix-choses-a-savoir-sur-la-mesopotamie-antique/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Dix Choses à Savoir sur la Mésopotamie Antique." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le septembre 10, 2020. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1600/dix-choses-a-savoir-sur-la-mesopotamie-antique/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Dix Choses à Savoir sur la Mésopotamie Antique." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 10 sept. 2020. Web. 18 avril 2024.

Adhésion