Année des Quatre Empereurs et Perte de Quatre Légions Romaines

Article

Donald L. Wasson
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 15 avril 2021
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol

Au cours de l'année des quatre empereurs (69 de notre ère), la lutte entre Vitellius et Vespasien entraîna la disparition de quatre légions, la XVe Primigénie, la Ire Germanie, la IIe Macédoine et la XVIe Gallia. Ces quatre légions avaient auparavant servi l'Empire romain avec distinction sous la direction de chefs tels que Pompée et Octave, mais elles firent ce qui s'avéra être le mauvais choix en 69 de notre ère. Si la loyauté de la XVe Primogénie reste discutable, trois de ses légions commirent l'erreur de soutenir Vitellius.

Roman Defeat
Défaite romaine
The Creative Assembly (Copyright)

Expansion romaine

À l'origine, l'armée romaine se composait d'une milice de citoyens recrutés parmi les plus riches. Cependant, le consulat de Caius Marius (157-86 av. J.-C.) apporta un certain nombre de changements. La propriété n'étant plus une exigence, la réforme marianique permit à l'armée romaine de se réinventer en tant que force de combat professionnelle. La réorganisation de la légion constitua un autre changement important. La nouvelle légion était divisée en centuries et en cohortes. Un centurion commandait une centurie de 80 hommes (et non de 100) - six de ces centuries équivalaient à une cohorte de 480 hommes. Avec la renaissance de la légion, le légionnaire devint un fantassin bien entraîné et discipliné, combattant au sein d'une unité bien organisée.

Supprimer la pub
Advertisement
La dénomination et la numérotation des différentes légions dépendaient du moment, du lieu et de la personne qui avait formé la légion.

Avec l'aventure de Cnaeus Pompée (106-48 av. J.-C.) en Espagne et l'assaut de César sur la Gaule, le nombre de légions a augmenta de façon spectaculaire. Au fur et à mesure que l'empire s'étendait, il fallait davantage de légions pour assurer la sécurité des frontières. Avant l'époque du premier empereur romain Auguste (Octave) (27 av. J.-C. - 14 de notre ère), l'armée romaine était constamment en marche et s'appuyait davantage sur des camps temporaires que sur des forteresses permanentes. Au fur et à mesure que les frontières de l'empire s'étendaient, les forteresses permanentes commencèrent à remplacer les camps de marche. Cette mesure contribua à stabiliser les frontières.

Après son retour réussi à Rome, Auguste voulut s'assurer que ses légionnaires lui étaient fidèles et n'étaient pas des usurpateurs potentiels. Chaque soldat devait prêter serment d'allégeance à l'empereur romain, le ius iurandum: un serment renouvelé chaque année, le 3 janvier. Ensuite, Auguste réduisit le nombre de légions de 60 à 28. Ces 28 légions devinrent 25 après que le commandant romain Publius Quinctilius Varus (46 avant notre ère - 9 après notre ère) eut perdu trois légions - XVII, XVIII et XIX - lors de la désastreuse bataille de Teutoburg. La plupart des 25 légions étaient stationnées dans les provinces troublées et le long des frontières - seules neuf cohortes étaient affectées à l'Italie, dont trois à Rome. Au final, Rome disposait d'une armée permanente de 150 000 légionnaires et de 180 000 fantassins et cavaliers auxiliaires.

Supprimer la pub
Advertisement

Battle of Teutoburg Forest [Artist's Impression]
Bataille de Teutobourg (Impression d'artiste)
The Creative Assembly (Copyright)

L'expansion de l'empire le mit en contact avec des populations aux coutumes, langues et religions différentes. Pour faire face à cette disparité et maintenir la paix, la Pax Romana, les Romains s'appuyèrent sur l'armée. Selon l'historien Stephen Dando-Collins, dans son livre Legions of Rome, le 1er et le début du 2e siècle de notre ère constituent l'âge d'or des légions, qui "balayaient tout devant elles". Il considère la légion romaine de l'époque impériale comme "un triomphe de l'organisation". Il ajoute : "... chaque élément, de l'infanterie lourde à la cavalerie, de l'artillerie à l'infanterie légère auxiliaire, s'emboîte parfaitement pour former une machine militaire solide et autonome". (10)

Noms, numéros et emblèmes

Il semble qu'il y ait peu de cohérence dans l'appellation et la numérotation des différentes légions. Cela dépendait du moment, du lieu et de la personne qui avait formé la légion. Certaines légions portaient le nom d'une campagne victorieuse (I Germanica ou IIII Macedonica) ou, dans le cas de Vespasien (r. de 69 à 79 de notre ère), le nom de sa famille (IV Flavia Felix). Avant la réforme marianique, chaque légion portait cinq étendards: l'aigle, le cheval, le taureau, le loup et l'ours. Marius donna à chaque légion un étendard commun, l'aigle d'argent (plus tard d'or). Comme tous les légionnaires portaient le même uniforme, pour se distinguer les uns des autres, chaque légion adopta son propre étendard, sa propre pierre porte-bonheur et son propre emblème - autant d'éléments qui généraient un sentiment d'identité, d'unité et de fierté pour chaque légionnaire. Chaque légion ayant son propre étendard, de nouveaux postes d'honneur apparurent au sein de la cohorte. Parmi eux, le vexillarius ou porteur de l'étendard de la cavalerie (vexillum), le signifier ou porteur de l'étendard de l'infanterie (signum), l'imaginifer ou porteur de l'image de l'empereur et, surtout, l'aquilifer, porteur de l'étendard de l'aigle d'or (aquila).

Supprimer la pub
Advertisement

Roman Officers & Standard-Bearers
Officiers et porte-étendards romains
The Creative Assembly (Copyright)

L'emblème qui ornait le bouclier d'un légionnaire était souvent un animal (taureau et sanglier) ou un oiseau (aigle). De nombreuses légions, comme la IIIIe Macedonica, qui utilisaient le taureau comme emblème, étaient originaires d'Espagne sous Pompée, et non sous César comme certains le croient. Des emblèmes uniques étaient l'éléphant de V Alaudae, les ailes d'aigle de XIV Gemina Martia, la cigogne de III Italica ou le lion de XVI Gallica; d'autres emblèmes étaient de nature mythologique comme le centaure de II Parthica, le pégase de II Augusta, la foudre de Mars de XXII Fulminata ou le trident de Neptune de XI Claudia. Le signe de naissance d'une légion représentait le mois au cours duquel elle avait été organisée. Comme les légions étaient souvent fondées pendant les mois d'hiver lorsqu'elles restaient au camp, le Capricorne était un signe de naissance courant, bien que les Gémeaux, le Bélier, le Taureau et le Cancer aient également été présents. Malgré les changements intervenus au sein des légions depuis l'époque de Caius Marius jusqu'à l'ère impériale, l'armée romaine resta un adversaire redouté par tous ceux qui osait la défier. Ce défi devint très concret dans l'une des régions les plus cruciales de l'empire: le Rhin.

Couloir rhénan

La Gaule fut conquise par les légions de Jules César lors de la guerre des Gaules et, selon The Complete Roman Legions de Nigel Pollard, elle fut rapidement assimilée à l'Empire romain. Entre 58 et 51 avant notre ère, les légions romaines repoussèrent les frontières de l'Empire romain jusqu'aux rives du Rhin. Auguste divisa la région en trois provinces: La Gallia Aquitania, la Gallia Lugdunensis et la Gallia Belgica (la frontière du Rhin). Le beau-fils d'Auguste, Drusus Julius Caesar (14 av. J.-C. - 48 ap. J.-C.), divisa le couloir rhénan en deux zones distinctes: Germania Inferior (Basse Allemagne) et Germania Superior (Haute Allemagne). Cependant, malgré les efforts de Rome, le territoire restait instable.

Map of the Rhine frontier of the Roman empire, 70AD
Carte de la frontière rhénane de l'empire romain, 70 après J.-C.
Hans Erren (CC BY-SA)

Ce couloir resterait un lieu de conflit pendant des années, ce qui inciterait Auguste et ses successeurs à concentrer un nombre important de légions dans les provinces. En l'an 9 de notre ère, la région fut le théâtre de l'un des pires désastres militaires de Rome: la bataille de Teutobourg et les fameuses légions perdues. Des décennies plus tard, l'année des quatre empereurs (69 de notre ère) se révélerait être une période conflictuelle le long du Rhin. Un commandant romain décrié, Julius Civilis, prendrait la tête de la révolte des Bataves et une guerre civile menacerait les fondements de l'empire: une bataille entre deux prétendants au trône, Vitellius et Vespasien.

Supprimer la pub
Advertisement

L'année des quatre empereurs

Le grand incendie de Rome en 64, les supposées conspirations, les nombreuses insurrections et le trésor vide finirent par conduire à la chute de Néron (r. de 54 à 68) en l'an 68. Le Sénat romain le déclara ennemi public et nomma Servius Galba, alors gouverneur d'Espagne, nouvel empereur. Réalisant que ses jours en tant qu'empereur étaient comptés, Néron tenta de se suicider mais échoua, il eut besoin d'aide pour mettre fin à ses jours. Galba, âgé (r. de 68 à 69 de notre ère), devint empereur mais ne nomma pas son collègue gouverneur Marcus Othon en tant que successeur légitime.

Tandis que Civilis menait sa propre guerre contre Rome, la lutte entre les empereurs belligérants entraîna la disparition de quatre légions.

Avec le soutien de l'armée, Othon corrompit la garde prétorienne qui assassina Galba dans le Forum romain. Othon fut proclamé empereur en janvier 69 de notre ère. Cependant, Othon, tout comme Galba, ne resterait pas longtemps au pouvoir. Sa défaite et son suicide à la suite de la bataille de Bedriacum seraient le catalyseur d'une guerre civile acharnée. Les légions germaniques refusèrent de lui prêter serment d'allégeance et soutinrent le gouverneur de Germanie inférieure, Aulus Vitellius. En revanche, à l'Est, les légions d'Asie Mineure et des Balkans choisirent de soutenir le gouverneur de Syrie Titus Flavius Vespasianus (Vespasien). Avant la fin de l'année, une guerre civile éclata, opposant les légions de Vitellius à celles de Vespasien. Une deuxième bataille à Bedriacum entraîna la défaite et la mort de Vitellius et l'accession au trône de Vespasien. Profitant de la situation, Civilis exhorta ses compatriotes bataves à se soulever contre les Romains.

La révolte des Bataves

Comme de nombreuses provinces romaines, la Batavie fournit à Rome des troupes auxiliaires, voire la garde personnelle de l'empereur, en échange d'une exemption d'impôts. En 66 de notre ère, Civilis, qui servait comme officier auxiliaire romain, et son frère furent arrêtés et accusés de trahison par le gouverneur de Germanie inférieure. Bien que les accusations aient été fausses, le frère de Civilis fut exécuté, tandis que lui resta à Rome jusqu'à ce qu'il ne soit finalement libéré par Galba en 68 de notre ère. Au retour de Civilis, le nouveau gouverneur, Vitellius, exigea son arrestation et son exécution, mais il avait besoin des Bataves pour fournir des troupes dans sa bataille contre Othon et dut abandonner toutes les accusations.

Supprimer la pub
Advertisement

Constatant la gravité de la contestation du trône par Vespasien, Vitellius exigea que davantage de Bataves soient enrôlés dans l'armée; cependant, les demandes dépassaient de loin le maximum convenu dans leur traité avec Rome. Devant la possibilité d'une guerre entre Vitellius et Vespasien, Civilis entraîna ses compatriotes bataves dans une révolte. Son animosité envers Vitellius le fit passer dans le camp de Vespasien, du moins en apparence. Tandis que Civilis menait sa propre guerre contre Rome, la lutte entre les empereurs belligérants entraîna la disparition de quatre légions.

Vespasian (Facial Reconstruction)
Vespasien (reconstruction faciale)
Daniel Voshart (CC BY-NC-SA)

Disparition des quatre légions

L'origine et l'histoire exactes de la Legio I Germanica (emblème: peut-être un lion; signe de naissance: Capricorne) ne sont pas claires. Certaines sources affirment qu'elle avait été fondée par César, tandis que d'autres soutiennent qu'elle était la force d'élite de Pompée. Stephen Dando-Collins, dans son ouvrage Legions of Rome, affirme que la légion avait combattu César à Pharsale, Thapsus et Munda. Elle reçut temporairement le nom d'Augusta pour ses services méritoires, mais fut déchue de ce titre par Marcus Agrippa (63-12 av. J.-C.) pour lâcheté. Il se peut même qu'elle ait été dissoute puis reformée. Cependant, il existe suffisamment de preuves pour démontrer qu'elle était aux côtés d'Octave lors de sa bataille contre Marc Antoine (83-30 av. J.-C.). La légion combattit également aux côtés du futur empereur lors des batailles de Mutina (43 avant notre ère), de Philippes (42 avant notre ère) et lors de la campagne contre Sextus Pompée (36 avant notre ère).

À partir de l'an 6 de notre ère, la légion fut stationnée à la frontière du Rhin, où elle resta jusqu'en 69. Pendant cette période, elle acquit le nom de Germanica après avoir servi aux côtés de Germanicus lors de la bataille de Pontes Longi en 15 de notre ère. En 67 de notre ère, la légion participa à la défaite du rebelle Caius Vindex (25-68 de notre ère), gouverneur de la Gaule, qui soutenait les prétentions au trône de Galba contre Néron. Cependant, après l'accession de Galba au trône, le commandant de I Germanica, Fabius Valens (mort en 69 de notre ère), s'engagea à soutenir Vitellius. Plus tard, il mena sa légion à la victoire contre l'empereur Othon lors de la première bataille de Bedriacum, dans le nord de l'Italie.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

La disparition de la légion est aussi incertaine que son origine. Selon Pollard, les légionnaires furent vaincus lors de la seconde bataille de Bedriacum en 70 de notre ère par l'armée de Vespasien et finirent par être dissous. Cependant, Dando-Collins affirme que plusieurs cohortes de I Germanica qui étaient restées sur le Rhin - les cohortes en Italie s'étaient déjà rendues - auraient fait défection à Vespasien et auraient participé à la défaite des rebelles. Vespasien ne fut guère convaincu par cette défection et dissolut la légion.

Pendant la guerre civile, la Legio IIII Macedonica se rangea du côté de Vitellius contre Galba et Othon et rejoignit la marche de Vitellius en Italie, participant à la première bataille de Bedriacum.

La Legio IIII Macedonica (emblème : taureau; signe de naissance: Capricorne) avait été formée par Pompée le Grand (bien que Pollard affirme qu'il s'agit de César), et en 44 avant notre ère, elle était stationnée en Macédoine où elle reçut son cognomen. La légion retourna en Italie avec trois autres légions. Marc Antoine avait l'intention de les envoyer en Gaule cisalpine où il devait servir de gouverneur; cependant, pendant la marche vers le nord, la légion fit défection en faveur d'Octave et l'aida à vaincre Antoine à Mutina et les assassins Brutus et Cassius à Philippes. Collins affirme que la légion fut partiellement détruite à Philippes, mais qu'elle survécut et fut reconstruite. Elle participa peut-être à la bataille d'Actium en 31 avant notre ère contre Antoine et aux guerres cantabriques d'Auguste (29-19 avant notre ère). Ils furent stationnés en Espagne jusqu'en 43 de notre ère, date à laquelle ils furent réorganisés par Claude (r. de 41 à 54 de notre ère) et stationnés en Germanie supérieure jusqu'en 70 de notre ère, remplaçant les XIVe Gémeaux qui participaient à l'invasion de la Grande-Bretagne.

Pendant la guerre civile, avec la XXII Primigenia, la légion se rangea du côté de Vitellius contre Galba et Othon et se joignit à la marche de Vitellius en Italie, participant à la première bataille de Bedriacum. Selon Dando-Collins, plusieurs cohortes de la légion combattirent avec Vitellius à Bedriacum et à la bataille de Crémone, mais perdirent les deux et se sont rendirent. Les cohortes restées sur le Rhin se joignirent à la révolte de Civilis. À cause de cela, elles furent dissoutes par Vespasien mais reformées sous le nom de 4e Flavia Felix.

L'éphémère Legio XV Primigenia (emblème: peut-être la roue de la fortune; signe de naissance: Capricorne) portait le nom de la déesse de la fortune Fortuna Primigenia et avait été fondée par l'empereur Caligula (37-41 de notre ère) avec la XXII Primigenia en 39 de notre ère, en préparation de son invasion de la Grande-Bretagne. Après l'échec de l'invasion, la légion fut stationnée sur le Rhin supérieur, avant d'être transférée sur le Rhin inférieur vers 46 de notre ère. Un détachement de la légion servit peut-être avec Vitellius en Italie, tandis que les légionnaires restants étaient stationnés à Vetera, après avoir remplacé XXI Rapax. Civilis attaqua le fort, prévoyant de les affamer pour obtenir leur soumission.

Vitellius, Ny Carlsberg Glyptotek
Vitellius, Glyptothèque Ny Carlsberg
Carole Raddato (CC BY-SA)

La situation au fort était désespérée. Avec des réserves de nourriture presque épuisées et aucun signe de renforts, le commandant n'eut d'autre choix que de jurer allégeance à l'Empire gaulois et de se rendre. Les légions de V Alaudae (certaines de ses cohortes se trouvaient en Italie avec Vitellius) et de XV Primigenia quittèrent le fort avec l'assurance d'un passage sûr, mais alors que les légionnaires désarmés quittaient le camp, ils furent assiégés par les forces de Civilis et massacrés. Bien qu'une poignée d'entre eux ait pu regagner le fort, Civilis y mit le feu, tuant tous ceux qui s'y trouvaient - au total, 4 000 personnes périrent dans l'attaque. La légion fut dissoute par Vespasien.

Comme tant d'autres légions, la Legio XVI Gallica fit un mauvais choix, en choisissant de soutenir Vitellius. La légion (emblème: sanglier ou lion; signe de naissance: Capricorne) avait été fondée en 49 avant notre ère par César, bien que Pollard affirme qu'elle avait été formée par son beau-fils Octave avant la bataille d'Actium. En 16 avant notre ère, la légion servait sous les ordres de Drusus Caesar sur le Rhin (d'où son nom de Gallica) et y resta jusqu'à sa dissolution par Vespasien en 70 de notre ère. Sous le règne de Néron, elle fut déplacée sur le Rhin inférieur. En janvier 69 de notre ère, elle hésita à soutenir Galba et prêta serment d'allégeance à Vitellius, contribuant ainsi à la défaite d'Othon. Pendant leur séjour à Rome, certains légionnaires seraient devenus membres de la garde prétorienne. Selon Dando-Collins, prise dans la révolte de Civilis, la légion déserta son général Gallus et se rendit aux forces de Civilis. Gallus fut ensuite exécuté. Vespasien, consterné, abolit la légion. Elle fut reformée sous le nom de XVI Flavia.

Conclusion

Malgré une fin relativement peu glorieuse, les légionnaires étaient l'exemple même du bon soldat et avaient déjà bien servi l'empire. Cependant, au cours de l'année des quatre empereurs, ils firent le choix malheureux de soutenir Vitellius contre les autres candidats au trône romain. Si Vitellius l'avait emporté, l'histoire les aurait loués pour leur courage et leur force d'âme. Malheureusement, ils commirent une erreur fatale. Les quatre légions, bien que Primigenia ait été réformée, connurent la mort et furent reléguées parmi les légions oubliées et déshonorées de l'Empire romain.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Donald L. Wasson
Donald a enseigné l’histoire antique et médiévale ainsi que l’histoire des États-Unis à Lincoln College (Illinois). Éternel étudiant d’histoire depuis qu’il a découvert Alexandre le Grand, il met toute son énergie à transmettre son savoir à ses étudiants.

Citer cette ressource

Style APA

Wasson, D. L. (2021, avril 15). Année des Quatre Empereurs et Perte de Quatre Légions Romaines [The Year of the Four Emperors & the Demise of Four Roman Legions]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1724/annee-des-quatre-empereurs-et-perte-de-quatre-legi/

Style Chicago

Wasson, Donald L.. "Année des Quatre Empereurs et Perte de Quatre Légions Romaines." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le avril 15, 2021. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1724/annee-des-quatre-empereurs-et-perte-de-quatre-legi/.

Style MLA

Wasson, Donald L.. "Année des Quatre Empereurs et Perte de Quatre Légions Romaines." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 15 avril 2021. Web. 13 avril 2024.

Adhésion