Légions de Pannonie

Article

Donald L. Wasson
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 28 octobre 2021
Disponible dans ces autres langues: anglais
X

Située à l'ouest du Danube, la Pannonie était essentielle à la protection de la frontière orientale de l'Empire romain. Occupée depuis l'an 9 avant notre ère, elle n'acceptait pas l'autorité romaine. La Pannonie et la Dalmatie se révoltèrent en l'an 6 de notre ère, et il faudrait trois ans et un total de onze légions pour que les Romains remportent la victoire en l'an 9 de notre ère. Pour garantir la paix, quatre légions furent affectées à la Pannonie: X Gemina, XIV Gemina, I Adiutrix et II Adiutrix.

Aquincum
Aquincum
Kevin Hoogheem (CC BY-NC-ND)

La révolte pannonienne

Après des années de conflit avec Rome, la Pannonie finit par tomber sous le contrôle des Romains en 9 avant notre ère. La paix précaire qui s'ensuivit ne dura pas longtemps. Après que le commandant romain et futur empereur Tibère (r. de 14 à 37 de notre ère) eut retiré ses légions de Pannonie et de Dalmatie pour sa campagne germanique en 5 de notre ère, les deux provinces saisirent l'occasion de se soulever et de se révolter. L'armée rebelle pannonienne frappa la première en marchant sur la Macédoine. Pendant ce temps, les rebelles dalmates commencèrent à attaquer les villes voisines, à s'en prendre aux auxiliaires romains et à massacrer les citoyens romains. Grâce à ce succès initial, de plus en plus de Dalmates se joignirent à la cause. Les rebelles finirent par compter plus de 200 000 personnes, soit un quart de leur population totale. Bien qu'encerclés par l'armée rebelle, le gouverneur de Dalmatie, Marcus Messalinus, et les cohortes de la 20e légion parvinrent à mettre les rebelles en déroute. Après que les Pannoniens eurent assiégé Sirmium (dans l'actuelle Serbie), le gouverneur de Moésie, Caecina Severus, et ses légions marchèrent vers l'ouest à la rencontre du commandant pannonien et de son armée et le vainquirent.

Supprimer la pub
Publicité
Il fallut un tiers de l'armée romaine pour venir à bout de la révolte pannonienne.

Avec l'attaque dalmate sur Salonique (dans l'actuelle Croatie) et la majeure partie de la côte adriatique sous le contrôle des rebelles, la panique en Italie obligea l'empereur romain Auguste (r. de 27 av. J.-C. à 14 ap. J.-C.) à rappeler Tibère. Avec la Legio VIII Augusta, la Legio XI Hispana, la Legio XIV Gemina Martia Victrix, la Legio XV Apollinaris et des cohortes de la Legio XX, il marcha sur les provinces rebelles. Outre Tibère, Auguste envoya le jeune Germanicus (15 av. J.-C. - 19 ap. J.-C.) dans les Balkans avec une force composée d'evocati et de troupes non citoyennes. Parallèlement, Aulus Caecina Severus et Plautius Silvanus arrivèrent de l'Est avec cinq légions. Au total, l'armée romaine comptait 10 légions, 70 cohortes d'auxiliaires, 14 ailes de cavalerie et 10 000 evocati.

Les Pannoniens abandonnèrent leur projet de marche sur Rome et le commandant dalmate se méfia de la loyauté de son homologue à la cause. Le chef pannonien fut capturé, jugé, reconnu coupable et exécuté. L'armée romaine assiégea ensuite plusieurs villes dalmates. Les pertes furent élevées dans les deux camps et il fallut un tiers de l'armée romaine pour réprimer le soulèvement. Avant que le commandant dalmate ne soit emmené en résidence surveillée pour le reste de sa vie, il fit un dernier commentaire, reprochant à Rome d'être responsable de la guerre: "Nous sommes vos troupeaux, mais vous n'avez pas envoyé de bergers pour s'occuper de nous, vous avez envoyé des loups". (cité dans Dando-Collins, 234) Des années plus tard, l'historien Suétone (c. 69 - c. 130/140 de notre ère) écrivit dans sa biographie de Tibère sur la gravité de la rébellion. Selon lui, la révolte "s'est avérée être la plus acharnée de toutes les guerres étrangères depuis que Rome a vaincu Carthage"(Douze Césars, 114).

Supprimer la pub
Publicité

Roman Empire under Augustus
L'Empire Romain sous Auguste
Cristiano64 (CC BY-SA)

Dans son ouvrage The Complete Roman Legions, l'historien Nigel Pollard place quatre légions en permanence en Pannonie:

Legio X Gemina

L'origine de la Legio X Gemina (emblème: taureau; signe de naissance: Capricorne) n'est pas claire. Comme les premières légions étaient connues par un numéro et non par un nom, certains historiens pensent que X Gemina serait la même 10e légion qui servit avec Jules César (100-44 av. J.-C.) en Gaule et plus tard contre Pompée le Grand (106-48 av. J.-C.) dans les guerres civiles. Elle participa peut-être à la bataille de Pharsale en 48 avant notre ère, à la bataille de Thapsus en 46 avant notre ère et à la bataille de Munda en 45 avant notre ère. La légion aurait été dissoute avant d'être reconstituée, luttant contre les assassins de César à Phillippi en 42 avant notre ère et lors de la campagne parthique de Marc-Antoine (83-30 av. J.-C.). Une 10e légion faisait partie de l'armée d'Antoine qui fut vaincue par Octave (le futur Auguste) à la bataille d'Actium en 31 avant notre ère. Selon Suétone, Octave "a donné à toute la dixième légion un congé ignominieux en raison de son comportement insolent..." (55) La légion fut ensuite reformée par Auguste à partir de la fusion de deux légions, d'où le titre de "Gemina".

La Legio X Gemina aurait participé aux deux guerres daciennes de Trajan (r. de 98 à 117 de notre ère) et peut-être à sa campagne parthe.

Arrivée en Espagne en 30 avant notre ère, la Legio X Gemina servit sous les ordres d'Octave lors de sa campagne cantabrique. Par la suite, elle fut basée à Petavonium (en Espagne). Au début des années 60 de notre ère, la légion fut transférée avec la XIVe Gemina Martia Victrix à Carnuntum (dans l'Autriche actuelle), en préparation de l'invasion avortée des Parthes par Néron (r. de 54 à 68 de notre ère). Cependant, avec le déclenchement de la Grande Révolte juive de 66 de notre ère, la 10e légion retourna en Espagne. Bien qu'elle se soit déclarée en faveur du gouverneur de Germanie inférieure, Vitellius, contre Othon en 69 de notre ère, elle ne participa pas à la bataille de Bedriacum ni à la marche sur Rome. En 70 de notre ère, elle fut déplacée sur le Rhin pour participer à la campagne de Petillius Cerialis visant à réprimer la révolte des Bataves de Julius Civilis, en combattant à la bataille de Vetera (Old Camp, aujourd'hui Xanten, en Allemagne). Elle fut ensuite stationnée à Ulpia Noviomagus (aujourd'hui Nimègue, Pays-Bas). Dix ans plus tard, elle faisait partie de la force qui vainquit la révolte du gouverneur Lucius Saturninus contre Rome.

Supprimer la pub
Publicité

De retour en Pannonie à Aquincum (aujourd'hui Budapest, Hongrie) en 101 de notre ère, elle aurait participé aux deux guerres daciques de Trajan (r. de 98 à 117 de notre ère) et peut-être à sa campagne parthe. Elle fut ensuite transférée à Vindobona (Vienne moderne, Autriche). Plus tard, elle servit sous Lucius Verus (r. de 161 à 169 de notre ère) dans une bataille contre les Parthes et sous Marcus Aurelius (r. de 161 à 180 de notre ère) dans sa guerre contre les Marcomans. La Legio X Gemina soutint la revendication de Septime Sévère (r. de 193 à 211 de notre ère) au trône romain et se battit sous ses ordres contre le prétendant Pescennius Niger. Bien que les sources varient, il semble qu'au IIIe siècle de notre ère, la légion ait été aux côtés de l'empereur Aurélien (r. de 270 à 275 de notre ère) lorsqu'il vainquit la reine Zénobie. La légion resta à Vindobona jusqu'à la fin de son existence.

Legio XIV Gemina Martia Victrix

La Legio XIV Gemina Martia Victrix (emblème: ailes d'aigle et foudres; signe de naissance: Capricorne) fut formée par Jules César vers 57 avant notre ère. Elle fut détruite lors de sa campagne contre les Belges, avant d'être reformée et de servir avec César dans les guerres civiles et à Thapsus en 46 avant notre ère. Bien que les sources ne soient pas certaines, la 14e légion pourrait avoir été aux côtés d'Octave à Actium en 31 avant notre ère. Comme la 10e légion, elle fut à nouveau réformée et combinée à une autre légion. Faisant initialement partie de la campagne de Tibère contre les Marcomans, elle accompagna également le commandant en Parthie. Par la suite, elle fut transférée en Germanie supérieure, partageant une base avec la Legio XVI Gallica.

Standard-bearer of Legio XIV Gemina
Porte-étendard de la Legio XIV Gemina
Carole Raddato (CC BY-SA)

La 14e était l'une des légions envoyées par Claude (r. de 41 à 54 de notre ère) en Grande-Bretagne en 43 de notre ère, où elle aida à vaincre les forces de Boudicca en 60-61 de notre ère. Certaines sources pensent qu'elle reçut le titre de "Martia Victrix" ("guerrière et victorieuse") de la part de Néron en raison de ses exploits en Grande-Bretagne romaine, et Tacite qualifia la légion de "Conquérant de la Grande-Bretagne". En 68 de notre ère, la légion fut transférée hors de Grande-Bretagne pour servir avec Néron dans sa campagne orientale avortée. Après la mort de Néron, la 14e légion soutint Othon mais n'arriva pas à temps pour l'aider à Bedriacum. Vitellius (r. en 69 de notre ère) renvoya la légion en Grande-Bretagne. De retour sur le continent, avec d'autres légions de la frontière rhénane, la Legio XIV aida à réprimer la révolte des Bataves. Transférée à Moguntiacum (moderne Mayence, Allemagne), elle partagea une base avec la Legio XXI Rapax. Après avoir soutenu Saturninus dans sa révolte, la légion fut envoyée en Pannonie où elle fut basée à Vindobona, menant campagne contre les Suèves et les Sarmates en 92-93 de notre ère. Plus tard, elle combattit sous Trajan lors des guerres daciques. Basée à Carnuntum jusqu'à la fin de son existence, elle servit à la fois sous Lucius Verus et Marc Aurèle.

Supprimer la pub
Publicité

Legio I Adiutrix

La formation de la Legio I Adiutrix (emblème: Pégase; signe de naissance: Capricorne) est très controversée. Elle aurait été formée soit par Néron, soit par Galba, à partir des marins de la flotte de Misenum. N'ayant pas reçu leur commission de la part de Néron, les soldats firent appel au nouvel empereur Galba. Alors qu'il marchait sur Rome, Galba, plus en colère que d'habitude, refusa leur demande et ordonna à sa garde personnelle de s'en prendre aux légionnaires en herbe sur le pont Milvius. Un certain nombre d'entre eux ayant été assassinés et d'autres emprisonnés, l'avenir de la légion semblait improbable. En faisant appel à Othon lorsqu'il défia Galba pour le trône, il semblait y avoir une possibilité. Galba commanda tardivement la I Adiutrix, espérant qu'elle le soutiendrait contre Othon. Cependant, la nouvelle légion se déclara pour Othon au lieu de Galba. Lorsqu'il monta sur le trône, Othon remplit la I Adiutrix avec les derniers survivants du massacre du pont Milvius.

Ayant été des marins, la légion choisit comme emblème Pégase, fils du dieu romain de la mer Neptune. Lors de la première bataille de Bedriacum, Othon fut vaincu par Vitellius et le nouvel empereur envoya la I Adiutrix en Espagne. Lorsque Vitellius fut contesté, l'I Adiutrix soutint Vespasien (r. de 69 à 79 de notre ère); le traitement que Vitellius lui avait infligé après la première bataille de Bedriacum était encore frais dans sa mémoire. La légion, relativement nouvelle, fit preuve de bravoure face à des légions bien plus expérimentées. En 70 de notre ère, Vespasien envoya la légion à Moguntiacum, où elle partagea une base avec la XIVe Gemina.

Brick Stamp of Legio I Adiutrix
Tampon en brique de Legio I Adiutrix
Haselburg-müller (CC BY-SA)

Plus tard, la légion fut transférée à Brigetio (aujourd'hui Komárom, en Hongrie) en Pannonie. La légion participa à la campagne de Domitien (r. de 81 à 96 de notre ère) contre les Daces en 88 à la bataille de Tapae. Bien que quatre légions aient été stationnées en Moésie au moment de la marche de Trajan en Dacie pour faire face à Décébale, la I Adiutrix, ainsi que les XIV Gemina, XV Apollinaris, X Gemina et II Adiutrix, se joignirent à lui. Certaines des légions des guerres daciques suivirent Trajan pour combattre à ses côtés lors de la campagne parthe de 116-117 de notre ère. Le successeur de Trajan, Hadrien (r. de 117 à 138 de notre ère), transféra la légion sur le Danube où elle combattit avec Marc Aurèle lors de sa campagne de Germanie.

Supprimer la pub
Publicité

La Legio XIV Gemina soutint Septime Sévère dans sa marche sur Rome pour être déclaré empereur. Elle servit à ses côtés contre le prétendant Pescennius Niger et, plus tard, dans sa campagne contre les Parthes. En 238, la légion combattit avec l'empereur Maximin Thrax (r. de 235 à 238) lors du siège d'Aquilée, dans le nord de l'Italie. Après avoir soutenu Gordien III (r. de 238 à 244) contre les Perses, la légion passa le reste de son existence à Brigetio.

Legio II Adiutrix

Comme sa sœur, I Adiutrix, la Legio II Adiutrix (emblème: Pégase; signe de naissance: Capricorne) fut formée à partir de marins de la flotte romaine de Ravenne, en 69 ou 70 de notre ère. Si ce fait est reconnu, la question la plus souvent posée est de savoir qui l'aurait formée. Certains historiens soutiennent que la légion existait probablement au moins un an avant la victoire de Vespasien sur Vitellius. Pour confirmer cette croyance, les historiens citent un passage de l'Histoire de Tacite qui fait allusion à un certain nombre de légions appartenant à l'armée de Vitellius, dont de nouvelles levées envoyées de la Gaule au Rhin. Toutefois, lors de la bataille finale pour le trône romain, la flotte (qui n'y avait pas participé) soutint Vespasien, et non Vitellius. En fin de compte, la meilleure réponse est que la II Adiutrix fut probablement formée par Vitellius, recrutée en Gaule en 69 de notre ère, mais commandée par Vespasien en 70 de notre ère. Après avoir été commissionnée, la légion fut envoyée sur le Rhin pour servir sous les ordres de Petillius Cerialis et réprimer la révolte des Bataves. Avec les VI Victrix, XIV Gemina et XXI Rapax, elle combattit Julius Civilis et ses rebelles à Vetera. Comme pour sa formation, la raison pour laquelle elle reçut le titre de "Pia Fidelis" de la part de Vespasien en mars 70 de notre ère est controversée.

Dedication of Legio II Adiutrix to Antoninus Pius
Dédicace de Legio II Adiutrix à Antonin le Pieux
Carole Raddato (CC BY-SA)

Remplacée par la Legio XXII Primigenia, la légion quitta Vetera et était avec Cerialis en Grande-Bretagne, combattant les Brigantes en 71 de notre ère. Sous la direction du gouverneur Agricola en 84 de notre ère, elle fit campagne en Écosse et au Pays de Galles. De retour sur le continent, elle participa à la guerre dacienne de Domitien contre Décébale et faisait partie des neuf légions victorieuses à la bataille de Tapae. Elle fut ensuite stationnée à Singidunum (aujourd'hui Belgrade, Serbie) avec IV Flavia Felix en Moésie pendant la campagne de Trajan en Dacie. En 106 de notre ère, elle fut transférée à Aquincum, en Pannonie, où elle resterait basée jusqu'à la fin de son existence. Elle servit sous les ordres d'Hadrien lors de la campagne des Sarmates en 116 de notre ère et combattit avec Lucius Verus dans la guerre des Parthes et avec Marc Aurèle contre les Marcomans. En 132-135 de notre ère, elle participa à la répression de la révolte de Bar-Kochba. Le IIe Adiutrix soutint les prétentions de Septime Sévère au trône de Rome en 193 de notre ère et combattit le prétendant Pescennius Niger ainsi que dans la campagne parthe de Sévère. Il existe des preuves qu'elle combattit avec les empereurs Caracalla et Gordien III.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Donald L. Wasson
Donald a enseigné l’histoire antique et médiévale ainsi que l’histoire des États-Unis à Lincoln College (Illinois). Éternel étudiant d’histoire depuis qu’il a découvert Alexandre le Grand, il met toute son énergie à transmettre son savoir à ses étudiants.

Citer cette ressource

Style APA

Wasson, D. L. (2021, octobre 28). Légions de Pannonie [Legions of Pannonia]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1868/legions-de-pannonie/

Style Chicago

Wasson, Donald L.. "Légions de Pannonie." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le octobre 28, 2021. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1868/legions-de-pannonie/.

Style MLA

Wasson, Donald L.. "Légions de Pannonie." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 28 oct. 2021. Web. 22 juin 2024.

Adhésion