Centurion

Définition

Mark Cartwright
par , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié sur 04 juillet 2014
Disponible dans d'autres langues: Anglais, Espagnol
X
Centurion (by Luc Viatour / www.Lucnix.be, CC BY-NC-SA)
Centurion
Luc Viatour / www.Lucnix.be (CC BY-NC-SA)

Le centurion (centurio en latin) était un officier de l'armée romaine dont l'expérience et la bravoure jouèrent un rôle crucial dans le maintien de l'ordre sur le champ de bataille et dans les succès militaires de Rome au cours des siècles. Le centurion commandait une unité d'une centaine de légionnaires, mais il était également chargé de répartir les tâches, d'infliger les punitions et d'effectuer diverses tâches administratives.

Le centurion était chargé d'un grand nombre d'autres tâches, allant de la distribution des mots de passe des camps à l'escorte des prisonniers. Les centurions pouvaient également accéder à des postes administratifs plus élevés au sein de l'empire, mais le nom de centurion restera à jamais associé au vétéran qui, bardé de décorations, avait donné l'exemple par son courage sur le champ de bataille.

Origines et évolution

Selon la tradition romaine, l'existence du grade de centurion remonterait aux premières armées de Rome, au milieu du VIIIe siècle avant notre ère, qui, dirigées par le légendaire Romulus, comptaient 3 000 hommes et 30 centurions, chacun commandant un groupe d'infanterie de 100 hommes appelé manipule, qui disposait également de son propre étendard ou signa. Selon Denys d'Halicarnasse, le grade de centurion est d'origine étrusque et aurait été intégré à l'armée romaine par le roi étrusque de Rome Servius Tullius (r. d'environ 579 à 534 av. J.-C.), ce grade étant attribué aux soldats les plus courageux lors des batailles.

Au fil du temps, l'organisation des unités de l'armée évolua et, à la fin du VIe siècle avant notre ère, l'armée comptait deux légions, chacune composée de 3 000 fantassins lourds, de 1 200 fantassins légers et de 300 cavaliers. Au IVe siècle avant notre ère, de nouvelles réformes transformèrent les manipules en unités militaires plus souples, déployées en trois lignes de troupes (acies triplex), de sorte que le nombre de fantassins commandés par un centurion fut ramené à 30. Par conséquent, une légion (legio) du IVe siècle avant notre ère comptait 150 centurions.

Les centurions devaient donner l'exemple et être les plus courageux sur le champ de bataille.

Polybe décrit les unités de l'armée du milieu du IIe siècle avant notre ère, où une légion comptait 4 000 hommes et incluait désormais des combattants légers. À cette époque, la légion était divisée en 30 manipules avec un total de 60 unités de centuriae (centuries), chacune commandée par un centurion qui nommait son propre officier subalterne (optio). Deux centuries composaient un manipule et le centurion le plus expérimenté prenait l'aile droite. De tous ces centurions, le plus ancien était le primus pilus, qui siégeait également au conseil militaire. À la suite des réformes de Marius en 107-104 avant J.-C., le centurion chargé de commander la centurie droite du manipule était appelé centurio prior, tandis que le centurion chargé de l'aile gauche était appelé posterior. Les centurions prenaient généralement place au premier rang de leurs troupes pendant la bataille, ce qui expliquait leur taux de mortalité disproportionné.

Au 1er siècle avant notre ère, l'armée fut réorganisée en cohortes (cohors), chacune composée de six centuries de 100 hommes. Chaque légion comptait dix cohortes, de sorte que le nombre de centurions dans une légion restait de 60. Les titres de prior et de posterior furent également maintenus, de même que l'ancienneté des centurions en fonction du type de troupes qu'ils commandaient - (du moins ancien) hastati, principes et pili (respectivement les troupes les plus jeunes, les plus expérimentées et les plus anciennes) et de l'ancienneté de leur centurie au sein d'une cohorte donnée.

Conditions d'admission

Traditionnellement, les centurions étaient issus de la classe plébéienne inférieure, mais au 1er siècle avant notre ère, le grade fut également associé à des membres de la classe équestre supérieure. Le poste était ouvert aux non-Latins et les centurions pouvaient être nommés par élection, par le Sénat romain ou par promotion, en particulier pour ceux qui avaient fait preuve d'une grande bravoure ou de qualités de chef au combat, mais aussi, à l'époque impériale, par nomination directe sans expérience militaire préalable. Il y a même eu des cas de nomination directe par l'empereur lui-même.

Roman Legionaries
Légionnaires romains
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

Au fur et à mesure que l'armée romaine se professionnalisait, les conditions pour devenir centurion devinrent plus strictes et, au moins pour les postes de centurion les plus élevés, une certaine capacité dans les affaires administratives devint nécessaire, voire le soutien d'un mécène influent. D'autre part, et bien que la plupart des centurions aient conservé ce rang tout au long de leur carrière, il était désormais possible pour les centurions les plus anciens de monter encore plus haut dans la hiérarchie et de devenir tribuns, préfets, voire membres du Sénat. L'empereur Maximinus Thrax (r. de 235 à 238 de notre ère), centurion sous Caracalla (r. de 198 à 217 de notre ère), montra qu'en période de troubles, il était possible d'accéder au poste le plus élevé, et le père et le grand-père de Vespasien (r. de 69 à 79 de notre ère) avaient également servi comme centurions.

Uniformes et armures

Les centurions portaient souvent un casque (galea) doté d'un cimier transversal distinctif (crista transversa), généralement argenté et orné d'un panache de cheveux ou de plumes mortes, généralement des plumes d'autruche ou de paon. À l'époque impériale, le cimier pouvait également se trouver de l'avant à l'arrière du casque. Les premiers casques de centurion pouvaient également comporter un protège-visage ou un masque sculpté représentant, par exemple, un Silène cornu. Dans l'Empire romain tardif, les casques de centurion portaient des insignes en argent. Son armure comprenait des jambières (ocreae), généralement décorés de gravures, et une cuirasse de bronze (thorax stadios), soit en forme de ventre, soit sculptée pour reproduire les muscles, ou comprenant une armure à écailles (lorica squamata). Il pouvait également porter une cuirasse en cuir ou une cuirasse plus légère en lin raidi (linothorax). L'armure de poitrine (et de dos) pouvait également comporter des protège-épaules (humeralia) et des bandes de protection suspendues (pteryges) pour le haut des bras et l'aine, voire un protège-nuque à l'arrière.

Roman Armour
Armure romaine
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Au 1er siècle de notre ère, les centurions portaient souvent une armure de cotte de mailles à manches courtes. Sous l'armure, les centurions portaient une tunique, qui était soit blanche, soit blanc cassé, soit de différentes nuances de rouge. Les centurions pouvaient également porter un manteau (sagulum), généralement bleu ou vert avec une bordure jaune, attaché sur le devant à l'aide d'une broche ou d'une fibule. Le centurion portait également un gourdin de 90 cm (vitis latina), gage de son rang. Le bouclier typique de la République romaine était soit le clipeus circulaire, soit le scutum rectangulaire. À l'époque impériale, des boucliers ovales pouvaient être portés, mais en général, les centurions semblent avoir utilisé le même type de bouclier que les troupes placées sous leur commandement. En outre, les centurions portaient les récompenses qu'ils avaient reçues pour leur bravoure, notamment de lourds colliers (torques), des bracelets (armillae) et des médaillons (phalerae), qui étaient attachés à un harnais de poitrine en cuir.

Les armes

Au début de la République, l'armement des centurions variait, souvent en fonction de leur rang et de leurs préférences personnelles. Ils pouvaient porter une lance (hasta) et une épée (ensis), cette dernière étant portée sur le côté gauche, contrairement aux légionnaires qui la portaient sur la hanche droite. Différentes épées étaient utilisées, mais la plus populaire était le xiphos droit à double tranchant ou la machaira courbée. À partir du IIe siècle avant notre ère, le gladius hispaniensis devint l'épée de prédilection. D'une longueur d'environ 65 cm, il était généralement doté d'un pommeau trilobé ou hémisphérique et était porté dans un fourreau en argent suspendu soit à un balteus qui passait sur l'épaule et en travers de la poitrine, soit à un ceinturon (cingulum). Une dague (pugio) d'environ 25 cm de long pouvait également être portée, souvent suspendue horizontalement à la ceinture.

Gladius Hispaniensis
Gladius hispaniensis
David Friel (CC BY)

Devoirs

Sous l'autorité des tribuns, les centurions étaient chargés de former les légionnaires, de leur assigner des tâches et de maintenir la discipline dans les rangs. On attendait d'eux qu'ils fassent preuve de bravoure au combat et qu'ils restent déterminés lorsque les choses n'allaient pas bien, sous peine d'être exécutés. En conséquence, la plupart des centurions imposaient le respect aux troupes dont ils avaient la charge en montrant l'exemple. Cependant, les centurions étaient également connus pour leur discipline physique parfois brutale. Lorsqu'ils étaient au camp, ils supervisaient la construction des fortifications du camp, le creusement des tranchées, les appels et la délivrance des mots de passe pour entrer dans le camp. Ils pouvaient également être chargés d'escorter les prisonniers, d'ériger des monuments commémoratifs et de s'occuper de la logistique, notamment de l'approvisionnement en provisions lors des campagnes.

Les centurions étaient également responsables de la sécurité des soldats de la légion et étaient souvent sélectionnés pour des missions spéciales telles que des raids et des reconnaissances en territoire ennemi. Au 1er siècle de notre ère, les centurions se voyaient régulièrement confier le commandement d'unités spéciales de police et de renseignement (frumentarii), de sous-unités des forces auxiliaires (auxilia), composées de soldats non citoyens, et d'unités des armées alliées (numeri). Les centurions expérimentés pouvaient également devenir assistants des gouverneurs provinciaux ou former des troupes en tant qu'exercitores. Les centurions de haut rang participaient également aux conseils de guerre pour décider des stratégies et étaient impliqués dans les pourparlers de paix avec l'ennemi. À l'époque impériale, les centurions servaient également dans la garde personnelle de l'empereur, la garde prétorienne, et après 16 ans de service, ils pouvaient rejoindre les evocati, qui se voyaient confier diverses fonctions administratives urbaines, dont des postes lucratifs comme celui de commandant de ville.

Roman Army Reenactment
Hommes de l'armée romaine, reconstitution
Hans Splinter (CC BY-ND)

À la fin de la République, les centurions étaient payés cinq fois plus qu'un légionnaire normal. Les centurions recevaient également une prime plus élevée sur le butin de guerre, comme par exemple en 64 avant notre ère, lorsque Pompée donna à chaque centurion une prime de 1 000 drachmes alors que les légionnaires ne recevaient que 50 drachmes chacun. Au 1er siècle de notre ère, les centurions recevaient 15 fois la solde d'un légionnaire, et les centurions supérieurs beaucoup plus. Les centurions étaient également réputés pour augmenter leur salaire à l'aide de pots-de-vin, car c'étaient eux qui attribuaient les tâches et recommandaient les promotions aux hommes en dessous d'eux.

Centurions célèbres

Un centurion célèbre fut le légendaire Lucius Siccius Dentatus, connu sous le nom d'"Achille romain", qui, au Ve siècle avant notre ère, participa à un nombre impressionnant de 120 batailles et à au moins huit duels en combat singulier. Il trouva également le temps de reprendre à lui seul les étendards de sa légion et pouvait se vanter d'avoir 45 cicatrices de combat. Spurius Ligustinus connut une carrière de 22 ans au IIe siècle avant notre ère, au cours de laquelle il remporta 34 récompenses distinctes pour son courage et ses capacités sur le champ de bataille. Le centurion le plus souvent mentionné dans les récits de Jules César sur la guerre des Gaules est P. Sextius Baculus, qui sauva la vie de César sur le champ de bataille. Ces noms ne sont que quelques-uns de la longue lignée de vétérans éprouvés par les combats qui, au fil des siècles, ont fait du rang de centurion un grade respecté et craint par les troupes romaines comme par les troupes ennemies.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

À propos du traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

A propos de l'auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer ce travail

Style APA

Cartwright, M. (2014, juillet 04). Centurion [Centurion]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Récupéré de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-12929/centurion/

Le style Chicago

Cartwright, Mark. "Centurion." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. Dernière modification juillet 04, 2014. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-12929/centurion/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Centurion." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 04 juil. 2014. Web. 25 mai 2024.

L'adhésion