Gladius Hispaniensis

Coûts du serveur Collecte de fonds 2024

Aidez-nous dans notre mission de fournir un enseignement gratuit de l'histoire au monde entier ! Faites un don et contribuez à couvrir les coûts de notre serveur en 2024. Grâce à votre soutien, des millions de personnes apprennent l'histoire entièrement gratuitement chaque mois.
$3098 / $18000

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 15 juin 2017
Disponible dans ces autres langues: anglais
X
Gladius Hispaniensis (by David Friel, CC BY)
Gladius hispaniensis
David Friel (CC BY)

Le gladius Hispaniensis, ou épée espagnole, fut d'abord utilisé par les tribus de la péninsule ibérique et, après les guerres puniques, devint l'épée standard des légionnaires romains à partir du IIe siècle avant notre ère, car sa lame relativement courte et à double tranchant était idéale pour couper et poignarder dans l'espace confiné du combat au corps à corps sur l'ancien champ de bataille.

Origine de l'épée

L'épée gladius Hispaniensis (également appelée"Hispanicus") attira probablement l'attention de Rome pour la première et la deuxième fois au cours des guerres puniques du IIIe siècle avant notre ère, lorsqu'elle était utilisée par les tribus ibériques qui combattaient en tant que mercenaires et alliés des Carthaginois. La lame courte du gladius Hispaniensis en faisait une arme idéale lorsque les soldats étaient étroitement engagés avec l'ennemi et donnait à son porteur un net avantage sur un adversaire armé d'une épée lourde peu maniable, à la lame plus longue, et qui n'avait pas d'espace pour balancer sa lame. Les Romains comprirent rapidement ses avantages et les légionnaires comme les auxiliaires utilisèrent l'épée à bon escient lors de la conquête de la Gaule, lorsque les tribus locales, armées de longues épées, ne pouvaient que couper alors que les Romains pouvaient à la fois couper et poignarder. Les légionnaires étaient spécifiquement entraînés à poignarder tout en se protégeant avec leur bouclier, plutôt que d'exposer leur torse et leur bras en tentant des lacérations.

Supprimer la pub
Publicité
Ils virent des corps mutilés par l'épée espagnole, des bras coupés à l'épaule ou des têtes séparées des corps avec le cou tranché de part en part. (Tite-Live)

Conception et efficacité

Le gladius Hispaniensis standard ne changea guère au fil des ans. Fabriqué en fer (avec quelques exemples en acier de Tolède), il avait une lame droite pouvant atteindre 65 cm, une pointe (mucro) et un double tranchant. Polybe décrit l'épée en ces termes: "Elle possède une excellente pointe et un solide tranchant des deux côtés, car sa lame est ferme et fiable" (Polybe 6.23.6-7 dans Campbell, 424). Le manche court était en bois et pouvait même être recouvert d'une feuille de bronze ou plaqué d'argent. Parfois, quatre rainures étaient pratiquées dans la poignée pour améliorer la prise en main. Le pommeau à l'extrémité de la poignée, généralement de forme hémisphérique ou trilobée, conférait à l'épée un bon équilibre qui lui permettait de trancher avec une grande force si nécessaire.

Tite-Live décrit comme suit l'efficacité du gladius Hispaniensis au cours d'une bataille vers 200 avant notre ère:

[Les soldats macédoniens], habitués à combattre les Grecs et les Illyriens, avaient vu les blessures infligées par les lances et les flèches et, en de rares occasions, par les lances; mais maintenant ils voyaient des corps mutilés par l'épée espagnole (gladius Hispaniensis), des bras coupés à l'épaule, ou des têtes séparées des corps avec le cou tranché de part en part, ou des entrailles ouvertes, et d'autres blessures répugnantes, et il y eut une panique générale lorsqu'ils commencèrent à voir quelle sorte d'arme et quelle sorte d'hommes ils avaient à combattre.

(31.34 dans Campbell, 424)

Roman Beach Attack
Attaque des Romains sur une plage
The Creative Assembly (Copyright)

Évolution

Les lames trouvées lors de fouilles archéologiques indiquent que la lame était plus longue à la fin de la République, qu'elle devint plus courte, plus large et avec une pointe plus effilée au 1er siècle avant notre ère - le type Mayence - et qu'au 1er siècle de notre ère, la lame et la pointe devinrent à nouveau un peu plus courtes - le type Pompéien. Il est toutefois important de rappeler que les soldats étaient souvent responsables de l'acquisition de leurs propres armes et qu'à aucun moment des armées entières ne se sont vu retirer leurs anciennes épées pour recevoir un nouvel équipement standardisé. Ce fait, ainsi que les préférences individuelles et les origines quelque peu aléatoires des épées qui ont survécu, avec les difficultés inhérentes à leur datation précise, signifie qu'il est difficile d'établir une chronologie de l'évolution de la conception des épées romaines.

Supprimer la pub
Publicité

Les découvertes archéologiques et une meilleure identification des épées déjà conservées dans les musées permettent d'établir une histoire plus précise du gladius Hispaniensis, comme le résume ici l'historien Simon James:

Cette arme, jusqu'à récemment connue presque uniquement par des descriptions littéraires, est couramment décrite comme une "épée courte et tranchante", contrastant particulièrement avec les lames tranchantes gauloises beaucoup plus longues. Pourtant, des exemples réels du gladius Hispaniensis, récemment identifiés dans des collections muséales existantes, montrent qu'il n'était pas court du tout; il était en fait aussi long que les plus anciennes spathae impériales connues, généralement caractérisées comme de longues épées tranchantes, retrouvées en Écosse... En outre, l'arme républicaine semble aussi bien adaptée à couper qu'à poignarder - et, pour revenir aux textes, Polybe indique clairement qu'elle était en fait utilisée dans les deux modes, même si la poussée était tactiquement préférée contre des ennemis tels que les Gaulois pour déjouer la longue portée de leurs lames. Le cas du gladius Hispaniensis illustre un point général: nos idées reçues les plus chères sur le passé classique sont susceptibles d'être remises en question par de nouvelles recherches, notamment en archéologie. (Campbell, 123)

Different Types of Roman Gladius Swords
Différents types d'épées Gladius romaines
Jan van der Crabben (CC BY-NC-SA)

L'art romain, tel que les mosaïques, les peintures murales et les sculptures des tombes, indique que l'épée était gardée dans un fourreau (en tôle ou en bois et cuir) et suspendue à une large ceinture (cingulum) par quatre anneaux sur le côté droit du porteur pour les légionnaires et sur le côté gauche pour les centurions et les officiers, qui avaient souvent un fourreau en argent et suspendaient parfois l'épée à un baudrier (balteus) passant par-dessus l'épaule droite.

Supprimer la pub
Publicité

Le gladius Hispaniensis ne fut pas adopté par tous, et certains fantassins romains utilisèrent d'autres types d'épée, notamment la spatha (lame de 70 cm), légèrement plus longue, qui était plus répandue dans la cavalerie. Il semble qu'à partir du IIIe siècle de notre ère, l'épée plus longue soit devenue plus courante et que le gladius Hispaniensis soit progressivement tombé en disgrâce. L'épée courte à deux tranchants devint cependant populaire auprès des ennemis de Rome, qui ne purent que constater son efficacité et qui continuèrent à l'utiliser du IIIe au Ve siècle de notre ère.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2017, juin 15). Gladius Hispaniensis [Gladius Hispaniensis]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-541/gladius-hispaniensis/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Gladius Hispaniensis." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juin 15, 2017. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-541/gladius-hispaniensis/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Gladius Hispaniensis." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 15 juin 2017. Web. 20 juil. 2024.

Adhésion