Samouraï

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 05 juillet 2019
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol, portugais
Samurai Onikojima Yataro Kazutada (by Utagawa Kuniyoshi, Public Domain)
Samouraï Onikojima Yataro Kazutada
Utagawa Kuniyoshi (Public Domain)

Les samouraïs étaient une classe de guerriers apparue au 10e siècle au Japon qui fit partie de la force militaire jusqu'au 19e siècle. Soldats d'élite hautement entraînés, capables de manier l'arc et le sabre, les samouraïs étaient une composante essentielle des armées japonaises à l'époque médiévale.

Si les samouraïs et leur culture ont été excessivement romancés depuis le XVIIIe siècle comme l'incarnation de la chevalerie et de l'honneur, il existe de nombreux exemples de samouraïs faisant preuve d'un grand courage et d'une grande loyauté envers leurs maîtres, allant même jusqu'à commettre un suicide rituel en cas de défaite ou de mort de leur seigneur. La guerre dans le Japon médiéval était cependant aussi sanglante et intransigeante que dans n'importe quelle autre région et l'argent était souvent la principale motivation de nombreux samouraïs pour participer aux combats. À partir du XVIIe siècle, alors qu'ils n'étaient plus nécessaires sur le plan militaire, les samouraïs devinrent souvent d'importants enseignants et conseillers moraux au sein de la communauté.

Supprimer la pub

Advertisement

Développement et statut

Le système gouvernemental de conscription au Japon fut supprimé en 792, si bien qu'au cours de l'époque de Heian qui suivit (794-1185), des armées privées furent constituées afin de protéger les intérêts fonciers (shoen) des nobles qui passaient la plupart de leur temps à la cour impériale. C'est ainsi que naquit le samouraï, un nom qui signifie "préposé", tandis que le verbe samurau signifie "servir". Le terme était donc à l'origine un terme de classe plutôt que la profession militaire qu'il finit par désigner. Il existait également d'autres classes de guerriers, mais la classe des samouraïs était la seule à avoir une connotation de service à la cour impériale.

Les samouraïs commencèrent à développer un code (Bushido) qui leur permit de gagner une réputation et un statut parmi leurs pairs et leurs maîtres.

Les samouraïs étaient employés par les seigneurs féodaux (daimyo) pour leurs compétences matérielles afin de défendre les territoires du seigneur contre ses rivaux, de combattre les ennemis identifiés par le gouvernement et de lutter contre les tribus hostiles et les bandits. Pour cette raison, les samouraïs pouvaient vivre dans des casernes, dans un château ou dans leur propre maison privée. Comme les samouraïs finirent par s'organiser en groupes dirigés par des chefs de guerre dotés d'un pouvoir politique, ils purent prendre le relais d'une cour impériale affaiblie au 12e siècle, sous le règne de chefs de guerre tels que Minamoto no Yoritomo. Ainsi, à partir de la période Kamakura (1185-1333), un nouveau système de gouvernement militaire fut fondé, dominé par les guerriers et dirigé par un shogun (dictateur militaire), et ce jusqu'au XIXe siècle.

Supprimer la pub

Advertisement

Samurai on Horseback
Un samouraï à cheval
Unknown Artist (Public Domain)

De nombreux samouraïs provenaient de la plaine du Kanto et avaient acquis une expérience précieuse lors des campagnes contre les tribus Emishi (Aïnous) au nord. Au cours de ces batailles, les guerriers commencèrent à développer un code de conduite qui leur donna la possibilité de gagner une réputation et d'accroître leur statut parmi leurs pairs et leurs maîtres. Naturellement, la bravoure sur le champ de bataille était primordiale, et une tradition se développa selon laquelle les samouraïs partaient au combat en criant leur lignée et leurs exploits passés et en défiant n'importe quel ennemi en combat singulier. Ces déclarations vocales seront plus tard remplacées par l'utilisation de bannières dans la culture samouraï.

Ce n'est qu'au cours de la période Edo (1603-1868) qu'un système entièrement normalisé de statut et de rangs se développa pour les samouraïs. Il y avait trois rangs principaux :

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

  • gokenin (hommes de maison), les plus bas et les vassaux d'un seigneur féodal.
  • goshi (guerrier rustique), ils pouvaient cultiver leurs terres mais ne pouvaient pas avoir les deux épées du rang complet de samouraï.
  • hatamoto (bannerets), le rang le plus élevé. Seuls ces guerriers étaient censés mourir pour protéger les intérêts de leur seigneur.

Tous les samouraïs étaient supervisés par leurs seigneurs, mais à partir de 1180, le Samurai-dokoro national (Conseil des retenus) fut formé pour surveiller particulièrement les gokenin et infliger des mesures disciplinaires pour tout délit si nécessaire. À partir de 1591, les samouraïs ne furent plus autorisés à être à la fois agriculteurs et guerriers et durent choisir l'une ou l'autre vie, l'idée étant de les rendre plus dépendants et donc plus loyaux envers leurs maîtres.

Formés dès l'âge de 10 ans, voire plus tôt, les samouraïs combattaient à cheval au début de la période médiévale.

De nombreux samouraïs avaient leurs propres assistants dévoués ou baishin qui travaillaient également sur les terres appartenant à leur maître. Les samouraïs ne représentaient que 5 à 6 % de la population totale (18 millions en 1600), et aucune femme n'en faisait partie (bien qu'il ait existé une classe de guerriers distincte et très réduite de femmes connues sous le nom de onna-bugeisha ou "femmes martialement compétentes").

Les armes des samouraïs

Formés dès l'âge de 10 ans, voire plus tôt, aux techniques martiales, les samouraïs montaient et combattaient à cheval au début de la période médiévale, en utilisant principalement un arc, mais aussi un long sabre courbe lorsque cela était nécessaire. Ils disposaient d'un second sabre, plus court, et un décret du souverain Hideyoshi de 1588 stipulait que seuls les samouraïs à part entière pouvaient porter deux sabres, ce qui devint un important signe de prestige. Les samouraïs apprenaient également les arts martiaux, au nombre de 18 à l'époque d'Edo, mais les compétences les plus prisées des samouraïs étaient toujours l'équitation, le tir à l'arc, puis l'épée. À partir du XVIIe siècle, l'épée remplaça l'arc comme l'arme par excellence des samouraïs - en grande partie grâce au fait que l'arc était beaucoup moins cher et accessible aux simples fantassins - et l'épée, plus exclusive, fut surnommée "l'âme du samouraï". Les deux armes correspondaient à l'idéal samouraï selon lequel la bataille devait être un duel personnel.

Supprimer la pub

Advertisement

Muromachi Samurai
Samouraï Muromachi
Unknown Artist (Public Domain)

Les arcs étaient généralement fabriqués à partir de bandes de bambou laminées autour d'une base en bois. Des cannes pouvaient également être ajoutées pour plus de solidité et le tout était laqué pour le protéger de la pluie. La longueur des flèches variait en fonction de l'habileté de l'archer, mais la longueur typique à l'époque médiévale était de 86-96 cm (34-38 pouces). Les flèches étaient fabriquées à partir de jeunes bambous, les têtes étaient en fer ou en acier, et des plumes d'oiseaux étaient utilisées pour fabriquer trois ou quatre plumes afin de donner à la flèche une certaine stabilité en vol. Les flèches étaient tirées à cheval. La lourde selle en bois du cavalier, munie d'étriers en cuir, était conçue pour offrir une plate-forme stable et permettre au cavalier de se tenir debout pendant le tir.

Les épées des samouraïs étaient incurvées et fabriquées en acier - une combinaison de conception qui remonte au 8e siècle au Japon. L'acier était travaillé par des maîtres artisans qui contrôlaient soigneusement la teneur en carbone dans les différentes parties de la lame pour obtenir une résistance et une flexibilité maximales. Pour cette raison, il est juste de dire que les épées japonaises étaient parmi les plus fines et les plus tranchantes jamais produites dans le monde médiéval. Les lames variaient en longueur, mais il était courant pour les samouraïs d'élite de porter deux sabres, un long et un court. Le sabre long (katana) avait une lame d'environ 60 cm (2 ft) et le sabre court (wakizashi) une lame de 30 cm. Les deux sabres étaient portés avec le tranchant vers le haut. Le tachi, une épée plus ancienne et encore plus longue que le katana (dont la lame pouvait atteindre 90 cm), était porté avec le tranchant vers le bas, suspendu à la ceinture, tandis que les autres types d'épées étaient enfoncés dans la ceinture. Les manches des épées étaient fabriqués en bois et recouverts de la peau résistante de raie géante ou de requin (same), puis étroitement liés par une tresse de soie. La lame était séparée de la poignée par un petit garde-main circulaire. Un samouraï pouvait également porter un poignard court (tanto) comme arme de dernier recours. Les épées et les poignards étaient conservés dans des fourreaux laqués qui pouvaient être finement ornés.

Les premiers samouraïs utilisaient également des armes qui, par la suite, furent davantage associées à l'infanterie ordinaire. Il s'agissait de la lance (yari) et de l'arme à perche (naginata). La longueur des yari variait, mais les lames étaient à double tranchant et mesuraient entre 30 et 74 cm (12-29 pouces) de long. Certaines lames étaient en forme de L et étaient utilisées pour désarçonner les cavaliers ennemis de leurs chevaux. Les lances n'étaient généralement pas lancées dans les guerres japonaises mais utilisées pour frapper l'ennemi. Le naginata était une longue perche à laquelle était attachée une longue lame incurvée à un seul tranchant. La partie de la perche mesurait de 120 à 150 cm (4-5 ft) et la lame en acier pouvait mesurer jusqu'à 60 cm (2 ft). L'arme était utilisée pour balayer, couper et pousser l'ennemi, et son utilisation devint l'un des arts martiaux, tout particulièrement appris par les filles de samouraïs.

Supprimer la pub

Advertisement

Samurai Swords
Épées de samouraï
Los Angeles County Museum of Art (Public Domain)

Les armes à poudre étaient familières aux Japonais grâce à leurs contacts avec la Chine, mais c'est l'arrivée des premiers Européens au milieu du XVIe siècle qui finit par introduire les armes à feu dans la guerre japonaise. À la fin de ce siècle, peut-être un tiers des armées de campagne étaient équipées de fusils - l'arquebuse à verrou - et certains samouraïs ultérieurs portaient des pistolets.

Armure des samouraïs

Les cuirasses faites de plaques de métal cousues ensemble et protégées par de la laque remontent à la période Kofun (vers 250-538). Une armure plus souple fut ensuite fabriquée à l'aide de bandes étroites de bronze ou de fer qui étaient maintenues ensemble par des cordons ou des liens en cuir. Le placage de cuir était un autre matériau courant pour les armures tout au long de la période médiévale, car il était à la fois léger et flexible. À partir de la période Heian (794-1185), les samouraïs portaient souvent une cape en soie (horo) par-dessus leur armure, qu'ils fixaient au cou et à la taille lorsqu'ils étaient à cheval. Elle était conçue pour se gonfler au passage de l'air et dévier les flèches ou servir à identifier le porteur.

Il existait des armures telles que l'oyoroi en forme de boîte qui pendait aux épaules. Ce type d'armure pesait environ 30 kilos (62 lbs). La combinaison haramaki, plus simple et plus souple, comportait une cuirasse plus ajustée pour le torse et une jupe courte composée de huit sections. Les cuisses pouvaient être protégées par des protections (haidate), le bas des jambes était protégé par des jambières ou suneate, et les mains et les avant-bras par des manches de demi-armure ou kote. Lorsque les armes à feu firent leur apparition sur le champ de bataille, une plaque d'armure solide pour la poitrine devint populaire et elle était souvent importée ou copiée d'Europe. Curieusement, malgré toute cette protection corporelle et peut-être n'ayant pas encore entendu parler de l'histoire d'Achille, les samouraïs ne protégeaient pas leurs pieds et ne portaient que des chaussettes et de simples sandales en corde.

Supprimer la pub

Advertisement

Le casque du samouraï (kabuto) était le plus souvent fabriqué à partir de plaques de fer ou d'acier rivetées et prenait la forme d'une calotte avec des rabats saillants sur les côtés et le cou pour une protection supplémentaire. À l'occasion, ils pouvaient aussi porter un masque facial avec moustache et traits férocement sculptés ou menpo. Certains casques étaient dotés d'impressionnants cimiers en forme de croissants, de panaches en crin de cheval ou de cornes et de bois d'animaux (réels ou stylisés), mais ils étaient plus souvent portés par les daimyo. Pour améliorer le confort sous le casque, les samouraïs rasaient souvent la partie avant de leurs cheveux, ce qui devint une mode au XVIe siècle. Le reste des cheveux était porté long et attaché à l'arrière de la tête en un chignon (chasen-gami) ou en un cylindre de cheveux plié trois fois (mitsu-ori). Au combat, les samouraïs se détachaient les cheveux.

Samurai Armour, Sengoku Period
Armure de samouraï, époque Sengoku
Vassil (Public Domain)

Les armures et les casques médiévaux indiquaient généralement le rang, la division et la région d'origine du samouraï par leurs coutures colorées, leurs insignes héraldiques et leurs symboles peints, dont certains étaient associés à leur famille ou à leur maison militaire (buke). Les libellules étaient un symbole populaire sur les armures car cet insecte ne peut pas voler à reculons et il représentait donc la mentalité de non-retour des samouraïs. Les bannières étaient également utilisées pour identifier qui était qui sur le champ de bataille, même si leur taille était contrôlée et liée au statut particulier du samouraï.

Bushido

Le bushido ou shido, qui signifie "la voie du guerrier", est le célèbre code de conduite guerrier que suivaient les samouraïs, mais il ne fut compilé qu'à la fin du XVIIe siècle par l'érudit Yamago Soko (1622-1685). À cette époque, les samouraïs n'étaient plus actifs sur le plan militaire, mais jouaient davantage le rôle de guides et de conseillers moraux. Il est donc difficile de déterminer le niveau de chevalerie que les samouraïs ont réellement pratiqué au cours de leur histoire. Il est probable que, tout comme n'importe quel guerrier dans n'importe quelle autre culture, c'est le pragmatisme qui prévalait lors des combats. Les samouraïs ont sans aucun doute fait preuve de beaucoup de courage et d'expertise martiale, mais les promesses et les trêves étaient fréquemment violées, les villages étaient brûlés et les vaincus massacrés, car l'honneur venait de la victoire et de nulle part ailleurs. Les samouraïs étaient avant tout motivés par le gain financier et l'amélioration de leur position sociale, d'où l'obsession peu recommandable de collecter les têtes coupées de leurs victimes. Il est également vrai que malgré la réputation chevaleresque des guerriers superposée plus tard à l'histoire médiévale japonaise, notamment en termes d'austérité, de loyauté et d'autodiscipline, il n'était pas du tout rare que des défections massives se produisent pendant les batailles, y compris de la part de généraux. Lors de la bataille de Sekigahara en 1600, par exemple, pas moins de cinq généraux et leurs armées changèrent de camp au milieu de la bataille.

Les samouraïs n'étaient pas toujours très nobles non plus vis-à-vis de la paysannerie. Les guerriers sont devenus tristement célèbres auprès des visiteurs européens ultérieurs pour avoir décapité de parfaits inconnus sur le bord de la route, juste pour vérifier que leurs épées étaient encore tranchantes, une mauvaise habitude connue sous le nom de tsujigiri ou "abattage au carrefour". Pourtant, les samouraïs avaient la loi de leur côté, puisque le shogunat Tokugawa (1603-1868) leur avait spécifiquement accordé le droit de tuer toute personne de rang inférieur au leur s'ils considéraient que cette personne se comportait de manière impolie, c'est-à-dire de manière inattendue.

Seppuku

Les samouraïs de haut rang étaient censés se battre jusqu'à la mort, même s'ils devaient se tuer pour éviter d'être capturés. La méthode honorable était le seppuku (alias hara-kiri) ou l'auto-éviscération, car le ventre était considéré comme contenant l'esprit, et non le cœur. Le guerrier revêtait d'abord une robe blanche, symbole de pureté, puis se coupait l'abdomen d'un coup de couteau de gauche à droite. Cette méthode de suicide n'étant pas particulièrement rapide ou efficace, un assistant était généralement présent avec un sabre spécial, appelé kaishakunin, pour décapiter le samouraï. De même qu'un samouraï se suicidait souvent lorsque son seigneur l'avait fait, les disciples et les serviteurs d'un samouraï étaient censés se suicider à la perte de leur maître selon un code connu sous le nom de junshi ou "mort par suivi".

Yoshitsune
Yoshitsune
usiwakamaru (Public Domain)

Les samouraïs en tant que héros : Yoshitsune

De nombreux héros de la mythologie japonaise sont des guerriers samouraïs et aucun n'est plus célèbre que le légendaire Yoshitsune (1159-1189). Minamoto-no-Yoshitsune, né Ushiwakamaru, était le frère cadet du shogun et un général couronné de succès lors de la guerre de Genpei (1180-1185). Son statut légendaire découle du fait qu'il était l'exemple même du guerrier loyal, honorable et imperturbable. Il avait appris l'escrime dans sa jeunesse, avait débarrassé la campagne de plusieurs voleurs et avait obligé le moine-guerrier Benkei à devenir son fidèle serviteur. Après avoir remporté de nombreuses batailles, notamment en menant une charge de cavalerie à Ichinotani et en sautant un pont de bateaux à Danno-Ura, il finit par susciter la jalousie de son frère. Yoshitsune s'enfuit donc vers le nord du Japon, ne réussissant à passer les contrôles frontaliers que lorsque Benkei le battit faisant croire que Yoshitsune n'était qu'un infortuné serviteur. Mais le héros ne connut pas de fin heureuse, car le shogun finit par retrouver Yoshitsune et le bloquer dans un château qui fut ensuite réduit en cendres. Dans certaines versions du mythe, Yoshitsune s'échappa pour devenir le prince mongol Temujin, plus tard connu sous le nom de Gengis Khan. L'histoire de Yoshitsune est devenue un thème récurrent du théâtre Kabuki et Noh.

Les 47 Ronin

L'histoire des 47 ronin (Shijushichishi), qui s'est déroulée en janvier 1703 (bien qu'elle soit commémorée aujourd'hui le 14 décembre), est peut-être le plus célèbre samouraï de la vie réelle, l'épisode de mass-seppuku et l'exemple par excellence du maintien de l'honneur dans la mort. Le seigneur d'Ako, Asano Naganori (1665-1701), se trouvait un jour au château du shogun à Edo lorsqu'il fut insulté par le chef de protocole (pas très diplomatique) du shogun, Kira Yoshinaka (1641-1701). Naganori dégaina bêtement son épée, un acte passible de la peine capitale entre les murs du château, et il fut donc contraint par le shogun à se faire seppuku. Cependant, ses 47 disciples samouraïs, connus désormais sous le nom de ronin ("vagabonds" ou "samouraïs sans maître") jurèrent de se venger de Yoshinaka. Après avoir attendu deux ans, ils finirent par avoir leur homme et déposèrent sa tête décapitée sur la tombe de leur maître déchu. Les ronin furent punis pour leur crime après de nombreux débats publics et eurent le choix entre l'exécution ou le seppuku. 46 (le chiffre manquant est inexplicable), âgés de 15 à 77 ans, décidèrent d'accepter le seppuku et de garantir ainsi leur statut légendaire de plus grands fidèles au code du samouraï. Les ronin furent enterrés aux côtés de leur maître au temple Sengakuji.

Samurai
Samouraï
Felice Beato (Public Domain)

Déclin et mythification subséquente

L'importance des samouraïs et des armées locales fut considérablement réduite à la suite des politiques de stabilisation du shogunat Tokugawa qui apporta une paix relative au Japon. Le processus entamé un demi-siècle plus tôt, lorsque la population rurale fut désarmée, se poursuivit. En outre, de nombreux samouraïs, contraints de devenir de paisibles fermiers ou des serviteurs des seigneurs locaux alors qu'il n'y avait pas de guerre à proprement parler, devinrent des enseignants, des administrateurs (notamment dans le domaine financier) et des guides moraux. Les samouraïs jouissaient toujours d'un statut social élevé, étant membres du rang shi , qui les plaçait au-dessus des marchands, des artisans et des agriculteurs dans le système de classement shi-no-ko-sho. En 1872, la conscription dans l'armée japonaise fut réintroduite et, en 1876, les samouraïs furent officiellement dissous, bien que les descendants des anciens samouraïs aient continué à être distingués par le titre de shizoku jusqu'à la Seconde Guerre mondiale.

Les samouraïs et leurs exploits martiaux étaient des sujets populaires dans les gunkimono ou récits de guerriers des XIVe et XVe siècles qui portaient un regard nostalgique sur l'époque médiévale. Le 18e siècle au Japon connut une romantisation encore plus grande des samouraïs. Par exemple, la célèbre phrase d'introduction du Hagakure de Yamamoto Tsunetomo, un recueil de 1 300 anecdotes relatives aux samouraïs compilées en 1716 en temps de paix, affirme hardiment que "le Bushido est une façon de mourir". La réputation des samouraïs ne cesse de s'épanouir aujourd'hui grâce aux bandes dessinées, aux jeux vidéo et à d'autres médias, assurant ainsi leur statut de grand groupe de guerriers de l'histoire médiévale mondiale.

This content was made possible with generous support from the Great Britain Sasakawa Foundation.

Supprimer la pub

Publicité

Questions et réponses

Que faisaient les samouraïs ?

Les samouraïs étaient une classe d'élite de guerriers japonais qui effectuaient le service militaire pour les nobles. Ils étaient bien entraînés et très habiles à monter à cheval et à utiliser l'arc et le sabre. Ils portaient une armure particulière et suivaient un code d'honneur connu sous le nom de bushido.

Les samouraïs se battaient-ils jusqu'à la mort ?

De nombreux samouraïs, en particulier les plus hauts gradés de la classe, se battaient jusqu'à la mort. S'ils risquaient d'être capturés, ils se donnaient souvent la mort. La méthode honorable était le seppuku (alias hara-kiri) ou l'auto-éviscération.

Qu'est-ce qu'un ronin au Japon ?

Ronin, qui signifie "vagabond" ou "guerrier sans maître", était un terme appliqué aux samouraïs qui ne trouvaient pas de service militaire régulier. Les ronin étaient particulièrement répandus pendant les shogunats, lorsque le Japon était plus pacifique et que les guerriers n'étaient plus nécessaires comme auparavant.

Les samouraïs existent-ils encore ?

Les samouraïs n'existent plus aujourd'hui, cette classe de guerriers japonais ayant été formellement abolie en 1876.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur d'articles historiques installé en Italie. Il s'intéresse plus particulièrement à la poterie, à l’architecture, aux mythologies du monde et à la découverte des idées partagées par toutes les civilisations. Il est titulaire d’un Master en philosophie politique et éditeur en chef de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2019, juillet 05). Samouraï [Samurai]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-15875/samourai/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Samouraï." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juillet 05, 2019. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-15875/samourai/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Samouraï." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 05 juil. 2019. Web. 16 août 2022.

Adhésion