Shogun

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 03 juillet 2019
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
Ashikaga Takauji (by Unknown Artist, Public Domain)
Ashikaga Takauji
Unknown Artist (Public Domain)

Les shoguns du Japon médiéval étaient des dictateurs militaires qui dirigeaient le pays par le biais d'un système féodal dans lequel le service militaire et la loyauté d'un vassal étaient assurés en échange de la protection d'un seigneur. Établis en tant qu'institution par le premier shogun proprement dit, Minamoto no Yoritomo, en 1192, les shoguns régnèrent pendant sept siècles jusqu'à la restauration de Meiji de 1868. Le poste de shogun était occupé par les membres de certaines familles qui donnèrent leur nom à deux des trois gouvernements shogunaux successifs (bakufu) : le shogunat Ashikaga (r. de 1338 à 1573) et le shogunat Tokugawa (r. de 1603 à 1868). Dans le cas du premier shogunat, la capitale donna son nom au gouvernement : le shogunat Kamakura (r. de 1192 à 1333). Les autres shogunats peuvent également être désignés par leur capitale : Muromachi (shogunat Ashikaga), une région de Heiankyo/Kyoto, et Edo (shogunat Tokugawa), le nom original de Tokyo.

Entre 1203 et 1333, des régents régnaient au nom des shoguns qui étaient encore mineurs ou qui agissaient simplement en tant que marionnettes. L'empereur japonais était le dernier maillon de ce réseau politique dense. Largement impuissant et limité aux fonctions cérémonielles à l'époque médiévale, il était néanmoins en mesure de légitimer les shoguns en leur conférant officiellement le titre tant convoité.

Supprimer la pub

Advertisement

Le premier shogun : Minamoto no Yoritomo

La guerre de Genpei (1180-1185) vit la victoire du clan Minamoto sur les Taira. Le chef du premier clan était Minamoto no Yoritomo, qui devint ainsi le chef militaire le plus puissant du Japon. Yoritomo se fit premier shogun du Japon, en fait un dictateur militaire, poste qu'il occupera de 1192 à 1199. Il serait donc le premier shogun du shogunat de Kamakura.

Techniquement, l'empereur était au-dessus du shogun, mais dans la pratique, c'était l'inverse, car celui qui contrôlait l'armée contrôlait également l'État.

La position de shogun fut la première à offrir un système de gouvernement alternatif à celui de la cour impériale japonaise. Le titre de shogun ou "protecteur militaire" avait déjà été utilisé auparavant (seii tai shogun), mais il n'avait été qu'un titre temporaire pour les commandants militaires en campagne contre les Ezo/Emishi (Ainu) dans le territoire encore contesté du nord du Japon au cours du 8e siècle. Dans ce contexte, le titre de shogun se traduisait par "généralissime soumettant les barbares". Le titre de shogun fut en fait ressuscité pour la première fois par le cousin de Yoritomo, Minamoto Yoshinaka (1154-1184), qui commandait les forces du clan à Heian-kyō en 1183, bien qu'il ne l'ait pas reçu de l'empereur, comme le voulait la tradition.

Supprimer la pub

Advertisement

Yoritomo put porter le titre de shogun avec sa nouvelle signification élargie grâce à son accord avec le jeune empereur Go-Toba (r. de 1183 à 1198) qui le lui accorda en échange de la protection militaire de Yoritomo. Techniquement, l'empereur était au-dessus du shogun, mais dans la pratique, c'était l'inverse, car celui qui contrôlait l'armée contrôlait également l'État. Les empereurs conservaient une fonction cérémoniale et leur approbation était toujours recherchée par les shoguns pour donner un vernis de légitimité à leur propre règne. En effet, le fait que l'empereur ait donné le titre conférait au shogun son statut de "protecteur de la nation", une idée très utile qui signifiait qu'il pouvait utiliser n'importe qui et n'importe quel moyen dans tout but jugé approprié. Les empereurs pouvaient retarder la nomination d'un shogun, mais pas indéfiniment. En outre, à ce stade de l'histoire du Japon, le titre de shogun n'était pas aussi prestigieux qu'il le deviendrait au XIIIe siècle, ce qu'illustre le désir de Yoritomo d'acquérir de nombreux autres grades traditionnels de la cour, notamment celui d'udaisho (capitaine de la division droite des gardes du palais intérieur).

Minamoto no Yoritomo Statue
Statue de Minamoto no Yoritomo
Jack Zalium (CC BY-NC-SA)

Son fils aîné, Minamoto no Yorie (r. de 1202 à 1203) succéda à Yoritomo en tant que shogun, mais seulement après une lutte de pouvoir. À la mort de Yoritomo, sa femme, Hojo Masako (1157-1225), et son père, Hojo Tokimasa, avaient décidé de gs'emparer du pouvoir. Ils créèrent donc la position de régent shogunal (shikken) et promurent les intérêts du clan Hojo. Dans cet arrangement, largement copié tout au long de la période Kamakura (1185-1333), le shogun régent détenait le véritable pouvoir et le shogun n'était qu'une simple marionnette, chacun étant choisi par le Hojo. Cela permettait également à un régent de contourner l'exigence selon laquelle un shogun devait être issu de la classe des guerriers et d'atteindre ainsi une position de pouvoir qui leur était autrement inaccessible.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

L'absence de toute description écrite concernant le rôle précis du shogun et l'absence de toute définition juridique signifiaient désormais que ce rôle était facilement manipulé par une longue lignée de régents - 16 en tout, de 1203 à 1333 - pour répondre à leurs propres objectifs ; ce n'était pas le shogun qui gouvernait le Japon mais le gouvernement du shogunat. Cette situation ne changera pas jusqu'à l'établissement du shogunat Ashikaga en 1338, lorsque les régents deviendront une chose du passé et que le shogun redeviendra le véritable dirigeant du pays. Cependant, même à cette époque, un appareil gouvernemental était en place et partageait le pouvoir avec les membres éminents de la classe militaire japonaise.

Gouvernement du shogunat

Le gouvernement du shogunat, également connu sous le nom de bakufu, qui signifie "gouvernement de la tente" en référence à ses origines en tant que titre détenu par un commandant sur le terrain, était basé sur la relation féodale entre le seigneur et le vassal. Au sommet de la pile sociale et politique se trouvait le shogun ou le shogun régent qui distribuait des terres aux fidèles en échange de leur service militaire (à la fois personnel et de leurs armées privées de samouraïs).

Major Temples and Shrines of Japan circa 1200 CE, Kamakura Shogunate
Principaux temples et sanctuaires du Japon vers 1200, Shogunat de Kamakura
Stone Chen (CC BY-ND)

Le shogun était assisté dans les aspects pratiques du gouvernement par divers ministres, fonctionnaires et institutions. Nombre d'entre eux furent ajoutés à l'appareil gouvernemental au fil du temps, à mesure qu'il devenait de plus en plus complexe. Le plus important d'entre eux était le shogun adjoint (kanrei), un poste généralement occupé à tour de rôle par un membre de l'une des trois familles suivantes : les Shiba, les Hosokawa et les Hatakeyama. Ce rôle fut créé en 1333, et l'une de ses principales fonctions était d'assurer la liaison entre le shogun et les gouverneurs militaires régionaux et leurs adjoints.

Supprimer la pub

Advertisement

En 1180, le Samurai-dokor (Conseil des Retenants) fut créé pour superviser les guerriers vassaux (gokenin) et infliger des mesures disciplinaires en cas de délit. Plus tard, il supervisera également les agents du gouvernement dans les provinces, les biens propres du shogunat et la sécurité de Heian-kyō. La cour impériale dans la capitale était supervisée par le shugo de Kyoto ou gouverneur militaire, un poste remplacé par le député de Rokuhara à partir de 1221. Les zones de tension potentielles éloignées de la capitale et du siège du gouvernement, comme Kyushu et Oshu, avaient chacune leurs propres commissaires spéciaux.

Pour garantir la domination du shogunat SUR tous les territoires, deux importantes fonctions locales FURENT créées - shugo (gendarme) et jito (intendant).

En 1184, le Kumonjo (bureau des documents publics) fut créé. Il fut ensuite renommé et sa fonction élargie pour devenir le Mandokoro (conseil administratif) en 1191, car il devint le principal centre exécutif et administratif du gouvernement. Plus tard, il se verra confier la responsabilité de la trésorerie de l'État. Toujours en 1184, le Monchujo (Conseil d'enquête) fut créé pour s'occuper de toutes les questions juridiques, y compris les procès, les appels, les litiges sur les droits fonciers et les prêts.

Un nouveau poste, celui de vice-régent du shogun (rensho), fut créé en 1225, et les documents officiels devaient alors être signés par lui et par le shogun régent. Toujours en 1225, le Hyojoshu (Conseil d'État) fut formé. Il comptait parmi ses membres les hauts fonctionnaires, les guerriers et les érudits du moment. Ils votaient sur les questions, la majorité simple l'emportant. En 1232, un nouveau code juridique fut établi, le code Joei (Joei shikimoku), qui comptait 51 articles et établissait qui possédait quelle terre, définissait les relations entre les seigneurs, les vassaux et les samouraïs, limitait le rôle de l'empereur et établissait la prise de décisions juridiques en fonction de la préséance. Enfin, en 1249, une Haute Cour fut formée, le Hikitsukeshu, et elle s'occupait plus particulièrement des litiges liés aux terres et aux impôts.

Supprimer la pub

Advertisement

Samurai
Samouraï
Felice Beato (Public Domain)

Pour s'assurer que la domination du shogunat s'étende à tous les territoires, deux importants bureaux locaux furent créés : le shugo et le jito. Un shugo était un gouverneur militaire d'une province avec des fonctions de maintien de l'ordre (c'est pourquoi on l'appelle souvent un gendarme) tandis qu'un jito était chargé de collecter les impôts des domaines privés (c'est pourquoi on l'appelle parfois un intendant). Au fil du temps, ces deux fonctions évoluèrent et devinrent héréditaires ; de nombreux daimyo, les puissants seigneurs féodaux du Japon médiéval, avaient des ancêtres qui avaient exercé ces fonctions. Certains daimyo contrôlaient des domaines si vastes qu'ils étaient en fait des princes, et ces hommes contestaient sérieusement le pouvoir du gouvernement du shogunat.

Les mécènes des arts

Alors que la cour impériale était basée à Heian-kyō pendant la période médiévale, le gouvernement du shogun changeait de lieu en fonction de son choix de ville. Kamakura fut le siège du shogunat de 1192 à 1333, tandis que le shogunat Ashikaga était basé dans la région de Muromachi à Heian-kyō, et le shogunat Tokugawa à Edo. Ces déménagements eurent des conséquences tant culturelles que politiques, car les shoguns souhaitaient embellir leur nouvelle capitale. Par conséquent, de beaux palais, des temples et de nouvelles écoles d'art virent le jour. De nombreux shoguns, surtout après s'être retirés de la vie publique, devinrent de grands mécènes, commandant des peintres et des sculpteurs, parrainant des représentations de théâtre nô et perpétuant la mode aristocratique de la cérémonie du thé au Japon.

Le shogun Ashikaga Yoshimitsu (r. de 1368 à 1394/5) construisit le célèbre Kinkakuji ou "temple du pavillon d'or" en 1397, à l'origine pour en faire sa maison de retraite plutôt voyante, mais il fut ensuite converti en temple bouddhiste zen. Ashikaga Yoshimasa (r. de 1449 à 1474) ajouta également aux palais de Kyoto un autre bâtiment qui suivit le même modèle d'utilisation, à savoir le Ginkakuji ou "le temple serein du pavillon d'argent", achevé en 1483. Un autre joyau architectural du passé médiéval du Japon est le château Nijō de Kyoto, construit par le shogun Tokugawa Ieyasu en 1603. Les shoguns ne dédaignaient pas non plus les travaux de restauration et investissaient fréquemment dans les temples, surtout après les nombreux incendies qui en détruisirent tant au fil des siècles. Tokugawa Iemitsu (r. de 1623 à 1651), par exemple, restaura entièrement le célèbre temple bouddhiste Kiyomizu-dera de Kyoto en 1633 et ajouta même une nouvelle pagode pour compléter le tout.

Supprimer la pub

Advertisement

Kinkakuji Temple in Kyoto, Japan
Le Temple Kinkaku-ji à Kyoto, Japon
James Blake Wiener (CC BY-NC-SA)

Défis et déclin

Les shoguns furent confrontés à des défis occasionnels, tels que la tentative de coup d'État de l'empereur Go-Toba en 1221, appelée perturbation de Jōkyū, qui se solda par l'exil de l'empereur. La restauration Kenmu (1333-1336) de l'empereur Go-Daigo (r. de 1318 à 1339), qui ne fit que remplacer un shogunat par un autre, échoua également. Il y avait aussi des menaces venant de l'étranger. Le chef mongol Kublai Khan (r. de 1260 à 1294) décida d'envahir le Japon en 1274 et 1281, mais les deux fois, la résistance japonaise et les tempêtes de typhons se combinèrent pour sauver le pays.

Le prochain défi majeur à l'autorité du shogunat fut à nouveau interne. La guerre d'Ōnin (1467-1477) était une guerre civile entre des seigneurs de guerre rivaux et elle entraîna beaucoup de morts et de destructions, notamment à Heian-kyō. S'ensuivit un siècle de combats acharnés et de troubles, la période dite Sengoku ou période des États combattants (1467-1568). Cette agitation prit finalement fin avec l'ascension du seigneur de la guerre Oda Nobunaga (1534-1582). Oda Nobunaga étendit progressivement son territoire dans les années 1550-1560, depuis sa base du château de Nagoya, en battant tous les arrivants. Il finit par s'emparer de Heian-kyō en 1568 et exila le dernier shogun Ashikaga, Ashikaga Yoshiaki, en 1573.

La prise de pouvoir de Nobunaga marqua le début de la période Azuchi-Momoyama (1568/73 - 1600) et ses deux successeurs immédiats, également de puissants chefs de guerre, reléguèrent également les shoguns à l'arrière-plan de la politique japonaise. Ces successeurs étaient Toyotomi Hideyoshi (r. de 1582 à 1598) et Tokugawa Ieyasu (r. de 1603 à 1605) et le trio est considéré comme les grands unificateurs du Japon, forgeant finalement l'État unique qui entra dans l'ère pré-moderne. Le shogunat Tokugawa, basé à Edo, régna de 1603 à janvier 1868. Puis, après des années de gouvernement inefficace et d'échec face à la menace de puissances étrangères comme la Grande-Bretagne et les États-Unis, la restauration de Meiji finit par abolir la position de shogun et restaura les pleins pouvoirs aux empereurs.

This content was made possible with generous support from the Great Britain Sasakawa Foundation.

Supprimer la pub

Publicité

Questions & Réponses

Que signifie Shogun?

Le titre japonais Shogun signifie "protecteur militaire" et dérive de l'ancien titre "seii tai shogun".

Un shogun est-il un samouraï ?

Non, un shogun était un chef militaire, un samouraï était une classe générale de guerriers qui effectuaient un service militaire comme un chevalier médiéval en Europe.

Que faisaient les shoguns une fois retirés ?

Les shoguns à la retraite menaient souvent une vie tranquille dans leur domaine de campagne, mais beaucoup sont devenus d'importants sponsors d'artistes et ont financé la construction de temples et de sanctuaires. Les shoguns à la retraite ont également parrainé des représentations de théâtre nô et la cérémonie du thé japonaise.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2019, juillet 03). Shogun [Shogun]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-16129/shogun/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Shogun." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juillet 03, 2019. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-16129/shogun/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Shogun." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 03 juil. 2019. Web. 25 nov. 2022.

Adhésion