Officiers de l'Armée Romaine

Article

Donald L. Wasson
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 22 mars 2021
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
X

Avec l'apparition du légionnaire, l'armée romaine put maintenir un vaste empire qui embrassait totalement la Méditerranée. Si le succès de l'armée reposait sur les épaules des fantassins et de la cavalerie, d'autres personnes, sur le terrain et dans les camps, leur permettaient de l'emporter. Outre le célèbre centurion qui se tenait à l'avant de sa cohorte et menait ses légionnaires au combat, il existait une hiérarchie de commandement composée de tribuns militaires, d'un préfet de camp et d'un légat. Aux côtés du centurion, au cœur de la bataille, se trouvaient les principales: optio, signifier, aquilifer et tesserarius. D'autres, dont certains avaient des compétences spécialisées, étaient tout aussi essentiels mais restaient au camp. Il s'agit des immunes et beneficiari : ouvriers, commis, géomètres, architectes, ingénieurs et aides-soignants. Les légionnaires n'auraient pas pu conquérir et maintenir un empire sans ce soutien qualifié; ensemble, ils firent de l'armée romaine un adversaire redouté pendant plus de huit siècles.

Roman Officers & Standard-Bearers
Officiers et porte-étendards romains
The Creative Assembly (Copyright)

Une armée toujours plus professionnelle

À l'origine, l'armée romaine se composait d'une milice de citoyens recrutés parmi les plus riches, qui ne servaient que pour la durée de la guerre. Il existait un lien direct entre la citoyenneté, la propriété et l'armée. Sous le consulat de Caius Marius (c. 157-86 av. J.-C.), la milice se réinventa et devint une armée professionnelle. Les distinctions entre l'âge et l'expérience qui existaient auparavant furent abolies. Les guerres incessantes avaient sérieusement épuisé l'armée. Conscient de l'existence d'un besoin, Marius vit une ressource inexploitée et modifia les conditions d'enrôlement, recrutant parmi les citoyens romains les plus pauvres et les plus démunis. Le soldat n'avait plus à fournir son équipement. Le gouvernement fournissait tous les éléments essentiels: armes, armures et même vêtements. Avec ces changements, le service dans l'armée devint extrêmement populaire parmi les pauvres. Ils y trouvaient de la nourriture, des vêtements, des soins médicaux et un salaire sûr. Ce nouveau légionnaire était mieux formé, plus discipliné et donc plus souple et plus efficace.

Supprimer la pub
Publicité
L'entraînement dans l'armée romaine était supervisé par un officier spécialisé, généralement l'optio.

Les changements se poursuivraient tout au long de la période impériale. Avant l'époque de l'empereur Auguste (27 av. J.-C.-14 ap. J.-C.), l'armée romaine était constamment en marche. À mesure que les frontières de l'empire s'étendaient en Europe et au Moyen-Orient, des forteresses permanentes commencèrent à apparaître pour aider à stabiliser la frontière. Auguste réduisit le nombre de légions de 60 à 28. La plupart d'entre elles étaient stationnées dans les provinces troublées et le long des frontières. Au final, Rome disposait d'une armée permanente de 150 000 légionnaires et de 180 000 auxiliaires d'infanterie et de cavalerie. Bien que le nombre de légions ait été réduit, le besoin de légionnaires loyaux subsistait, mais le long processus d'examen et d'entraînement ne changeait pas. Tout d'abord, toutes les recrues devaient faire l'objet d'une vérification de leur statut juridique afin d'éviter que des esclaves ne rejoignent l'armée. Outre le statut juridique, l'âge, la condition physique, l'éducation et l'occupation antérieure de l'individu étaient pris en compte. Si toutes les normes étaient respectées pendant cette période probatoire, la recrue passait à l'étape suivante: elle recevait son signaculum, une pièce de métal portée autour du cou qui contenait des informations personnelles sur le soldat - semblable aux "plaques d'identité" de l'armée d'aujourd'hui. À son arrivée au camp qui lui avait été assigné, il subissait un entraînement rigoureux avant de devenir officiellement légionnaire.

Le centurion

L'entraînement était supervisé par un officier spécialisé, généralement l'optio. L'entraînement comprenait des exercices d'ordre rapproché, des simulations de batailles et des combats à un contre un. L'entraînement au maniement des armes se faisait à l'aide de boucliers d'osier et d'épées en bois. Cependant, l'une des premières choses que le futur légionnaire apprenait rapidement était que la discipline était sévère. Le légionnaire devait obéir aux ordres sans hésitation et, dans le cas contraire, il devait rendre des comptes au centurion. Outre ses autres fonctions, le centurion était chargé de la discipline et portait sur lui la vitis ou canne de vigne. Avec cette canne, il pouvait fouetter un légionnaire, même pour une infraction mineure. On suppose que l'entraînement rigoureux, l'obéissance et la discipline sévère faisaient de lui un soldat intimidant.

Supprimer la pub
Publicité

Centurion
Centurion
Luc Viatour / www.Lucnix.be (CC BY-NC-SA)

Jules César considérait le centurion comme l'épine dorsale de l'armée, mais le chemin pour devenir centurion était semé d'embûches. Normalement, un centurion avait été promu à ce poste Certains étaient d'anciens membres de la garde prétorienne impériale, tandis que d'autres appartenaient à la classe équestre et recevaient des commissions de l'empereur. Au combat, le centurion est reconnaissable à son armure d'argent, à ses jambières en métal et à son casque à crête transversale. De plus, contrairement aux légionnaires sous ses ordres, il portait son épée (gladius) à gauche et son poignard (pugio) à droite. En formation de combat, il se tenait à gauche du premier rang. Dans les baraquements du camp, il disposait de ses propres quartiers et de latrines séparées.

La hiérarchie officielle d'une légion reposait sur trois personnes: le légat, le tribun et le préfet du camp.

Pour devenir centurion, il fallait d'abord et surtout savoir lire et écrire, ce qui lui permettait de comprendre les ordres (toujours donnés en latin) et de les transmettre aux légionnaires. Bien qu'il s'agisse d'un officier de rang moyen, il se voyait souvent confier d'autres postes à haute responsabilité. Il pouvait être utilisé comme officier instructeur ou détaché pour servir d'administrateur dans l'une des provinces. Au cours de ses 46 ans de carrière, il servait souvent dans 12 légions différentes. Bien que plus d'un empereur ait désapprouvé cette pratique, il pouvait compléter ses revenus en percevant une petite somme pour accorder à un légionnaire une permission pendant les mois d'hiver. Lorsqu'il prenait sa retraite, le centurion pouvait, en plus de recevoir son indemnité de retraite, devenir lecteur d'un magistrat romain ou commander la garde prétorienne.

Supprimer la pub
Publicité

Avec l'aide des principales, le centurion commandait une centurie de 80 hommes - six centuries équivalent à une cohorte de 480 hommes. Chaque centurie était divisée en dix escouades de huit hommes, appelées contubernium. Ces huit légionnaires développaient des liens étroits, partageant une chambre dans le camp. Ils combattaient ensemble, mangeaient ensemble et, dans certains cas, mouraient ensemble. Il y avait au total 59 centurions dans une légion composée de dix cohortes. À l'exception de la première cohorte qui comptait le double de légionnaires et cinq centurions, les neuf autres cohortes comptaient 54 centurions, soit six par cohorte. Chacun de ces six centurions avait un titre spécifique: par ordre décroissant, il s'agissait du pilus prior, du princeps prior, du hastatus prior, du pilus posterior, du princeps posterior et du hastatus posterior.

Roman Optio
Optio
Siôn McElveen (CC BY-SA)

Les centurions de la première cohorte étaient les plus importants de toute la légion, connus collectivement sous le nom de primi ordines ou hommes de premier rang. Elle était dirigée par le centurion le plus haut placé et le plus ancien de toute la légion: le primus pilus ou première lance. Il devenait souvent préfet de camp. Traditionnellement, il devait être âgé d'au moins 50 ans et son mandat ne durait généralement qu'un an. Outre la fonction de préfet de camp, il pouvait être élevé à la classe équestre ou devenir gouverneur de province. Au-dessous de lui, dans la première cohorte, se trouvaient les quatre centurions restants: par ordre décroissant, il s'agissait du princeps prior, du princeps posterior, du hastatus prior et du hastatus posterior. Les termes princeps et hastatus sont des titres qui rappellent les anciens manipules.

Les principales

Aux côtés du centurion, au camp et sur le champ de bataille, travaillaient un certain nombre de légionnaires de plus haut rang, appelés les principales. Ces légionnaires recevaient souvent une fois et demie à deux fois la solde normale. Deux des principales servaient d'auxiliaires d'état-major, l'un étant le cornicularius et l'autre l'optio. Outre ses responsabilités en tant qu'officier instructeur, l'optio devait se tenir avec son personnel de bureau, le hastile, à l'extrême droite à l'arrière du centurion pour maintenir l'ordre et prévenir les désertions. Si le centurion était absent, l'optio le remplaçait, et si une place se libérait pour un nouveau centurion, l'optio était promu pour l'occuper. Toutefois, si l'on choisissait une autre voie, on pouvait devenir tesserarius. Il était alors chargé d'obtenir les mots de passe (écrits sur une tablette de cire ou tessera), de les conserver en lieu sûr et de les transmettre aux sentinelles. Au combat, il se tenait à gauche, à l'arrière de la centurie.

Supprimer la pub
Publicité

Roman Victory Procession
Défilé de victoire romain
The Creative Assembly (Copyright)

Chaque légion ayant son propre étendard, il existait des postes d'honneur liés aux différents drapeaux et bannières. Parmi eux, le vexillarius ou porteur de l'étendard de la cavalerie (le vexillum), le signifier ou porteur de l'étendard de l'infanterie (le signum), l'imaginifer ou porteur de l'image de l'empereur et, surtout, l'aquilifer, porteur de l'étendard de l'aigle d'or (l'aquilia). À ces hommes étaient associés les antesignani, fantassins situés devant l'étendard, et les postsignani qui venaient après. Un étendard unique, souvent utilisé dans les défilés, était le signum draconis ou draco porté par le draconarius. Il s'agissait d'une tête de dragon en bronze attachée à un tube de tissu teinté multicolore qui agissait comme une manche à air et qui semblait hurler lorsque le cavalier se déplaçait rapidement. Tous les cavaliers romains l'utilisaient couramment.

La nécessité d'aider le centurion sur le champ de bataille et en dehors de celui-ci offrait des possibilités si l'on possédait la motivation, l'éducation et les compétences nécessaires. On pouvait choisir de rejoindre l'artillerie, de devenir ballistari et de faire fonctionner les machines de siège. Un autre poste, subordonné au centurion, était celui du décurion, un officier subalterne qui commandait souvent une unité auxiliaire. Les camps et les forteresses comptaient également leur lot de personnel essentiel, souvent exempté de tâches sur le terrain. Il y avait les beneficiari, souvent des vétérans qui servaient d'aides-soignants et de commis (libarius). Les personnes possédant des compétences spécialisées - ingénieurs, charpentiers, instructeurs et personnel médical - étaient appelées immunes et recevaient une rémunération supplémentaire pour leur travail. Un camp ou une forteresse avait également besoin de médecins, d'architectes, de ministres et de vétérinaires. Il y avait même des trompettes et des clairons qui servaient de signaux lors des batailles: les tubicines, les cornicines et les buccinateurs. Cependant, un légionnaire vraiment ambitieux pouvait tout donner pour devenir centurion, même si cela pouvait prendre 12 à 15 ans ou plus. Heureusement, l'interdiction de se marier s'appliquait aux centurions et aux autres officiers supérieurs.

Le légat

La hiérarchie officielle d'une légion reposait sur trois personnes. Le premier était le légat (legatus legionus), suivi du tribun (tribunus laticlavius) et enfin du préfet du camp (praefectus castrorum). Nommé par l'empereur, le légat n'était pas un militaire de carrière. Il était généralement âgé d'une trentaine d'années et faisait partie de l'ordre sénatorial, c'est-à-dire de l'élite sociale et politique de Rome. Le légat était le commandant de la légion et, au début de la période impériale, il n'occupait ce poste que pendant deux ans; plus tard, cette durée serait portée à quatre ans. Au camp, sa résidence, le praetorium, reflétait son statut de sénateur romain, avec un jardin, des quartiers pour les serviteurs et des logements pour sa famille. Sur le champ de bataille, il portait un casque richement décoré, une armure, un manteau écarlate ou paludamentum, et une ceinture écarlate ou cincticulus. Comme les autres officiers supérieurs impériaux, il avait droit à des fasces et à des lectors : dans son cas, cinq fasces et cinq lectors. Lorsqu'il était absent de la forteresse, ses fonctions étaient confiées au préfet du camp.

Supprimer la pub
Publicité

Roman Fort, Lunt
Fort romain de Lunt
Snowmanradio (CC BY-SA)

Le tribun

Les deux autres officiers supérieurs de la légion étaient le tribun à large bande et le préfet de camp. Le tribun à large bande ou tribunus laticlavius était le second dans la hiérarchie et sur la route du Sénat. Il est important de ne pas confondre le tribun militaire avec le tribun de la plèbe. Chaque légion impériale comptait six tribuns, mais un seul portait une large bande violette sur sa toge et sa tunique, tandis que les cinq autres, les augusticlavii, portaient une fine bande violette. Un jeune romain de la classe équestre voyait souvent le poste de tribun comme un tremplin pour sa carrière, mais c'était une entreprise qui pouvait prendre jusqu'à neuf ans. Bien que cela ne soit pas toujours garanti, un tribun à large bande n'accédait souvent à cette fonction sénatoriale qu'après avoir servi dans la légion pendant trois à six ans. Le tribun à fine bande n'avait aucun pouvoir d'autorité ou de commandement et était limité à des fonctions d'état-major, à la participation à des cours martiales et à des fonctions de surveillance. Pour devenir tribun à large bande, il fallait être préfet ou commandant d'une infanterie auxiliaire et d'une cavalerie auxiliaire. Au combat et à la tête d'une unité, le tribun à large bande était reconnaissable à son casque richement décoré, à son armure moulée et à son manteau blanc, portant son épée à la hanche gauche. Lui aussi disposait d'une maison ou domus qui reflétait son statut d'élite romaine, mais il ne recevait ni fasces ni lector.

Le préfet du camp

Après le tribun, le troisième commandant était le préfet du camp ou praefectus castrorum. Ancien primus pilus, il commandait un détachement de légion et, en l'absence du légat, était l'intendant chargé de l'infrastructure du camp: sa construction, les casernes, les installations du camp, l'entretien des armes, les soins médicaux, les repas, l'approvisionnement en eau, la fabrication et le stockage des matériaux de construction. Cette fonction fut supprimée au 4e siècle de notre ère.

La légion romaine et les légionnaires devinrent des éléments de légende, copiés par les armées à travers les siècles. Le légionnaire fut maintes fois acclamé pour sa bravoure et son endurance au combat. À ses côtés, le centurion, chef sur et en dehors du champ de bataille, se tenait debout. Cependant, alors que ces hommes étaient célébrés et imités, il y avait une foule d'individus dans le camp et aux côtés des légionnaires au combat qui sont quelque peu oubliés mais qui étaient pourtant essentiels au succès de l'armée romaine. Il s'agit des immunes, des beneficiari et des principales. Tous ces hommes aidèrent les Romains à conquérir un empire qui s'étendait sur toute la Méditerranée.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Comment s'appelaient les généraux romains?

Les généraux romains étaient appelés centurions. Ils se tenaient à l'avant de leur cohorte et menaient les légionnaires au combat. Il existait également une hiérarchie de commandement composée de tribuns militaires, d'un préfet de camp et d'un légat.

Quel officier était chargé de la discipline des légionnaires?

Les centurions étaient chargés de la discipline des légionnaires. Au combat, le centurion commandait une "centurie" de 80 hommes - six centuries équivalaient à une cohorte de 480 hommes.

Qui étaient les principales?

Les principales étaient des officiers de haut rang qui servaient d'officiers instructeurs dans l'armée romaine. Deux des principales servaient d'auxiliaires d'état-major, l'un étant le cornicularius et l'autre l'optio.

Quel était le rôle du légat?

Le rôle du légat ou legatus legionus était de commander une légion romaine.

Quelles étaient les fonctions du préfet du camp?

Les fonctions du préfet de camp consistaient à commander un détachement de légion et, en l'absence du légat, à assurer l'intendance de l'infrastructure d'un camp.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Donald L. Wasson
Donald a enseigné l’histoire antique et médiévale ainsi que l’histoire des États-Unis à Lincoln College (Illinois). Éternel étudiant d’histoire depuis qu’il a découvert Alexandre le Grand, il met toute son énergie à transmettre son savoir à ses étudiants.

Citer cette ressource

Style APA

Wasson, D. L. (2021, mars 22). Officiers de l'Armée Romaine [Officers of the Roman Army]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1711/officiers-de-larmee-romaine/

Style Chicago

Wasson, Donald L.. "Officiers de l'Armée Romaine." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mars 22, 2021. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1711/officiers-de-larmee-romaine/.

Style MLA

Wasson, Donald L.. "Officiers de l'Armée Romaine." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 22 mars 2021. Web. 22 juin 2024.

Adhésion