Cohortes Urbanae

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 16 décembre 2016
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais
Attacking the Cohortes Urbanae (by The Creative Assembly, Copyright)
Attaque des Cohortes Urbanae
The Creative Assembly (Copyright)

Les cohortes urbanae (cohortes urbaines) étaient un corps de troupes en garnison à Rome, créé par Auguste pour assurer une sécurité supplémentaire à l'empereur et à la ville en général. En expansion sous les règnes des empereurs suivants, cette force était chargée de maintenir l'ordre public dans la capitale et dans les autres villes où elle était stationnée. Agissant efficacement comme une force de police, elle était aussi occasionnellement employée dans des batailles et fut même impliquée dans la succession des empereurs.

Création

Vers la fin de son règne (27 av. JC - 14 après JC), Auguste créa les trois premières cohortes urbaines, probablement en les recrutant parmi les membres de la garde prétorienne (cohortes praetoriae) qui était également stationnée à Rome. La date précise de leur fondation n'est pas connue, mais la première référence dans la littérature est celle de Suétone qui mentionne que chaque membre recevait 500 sesterces dans le testament d'Auguste en 13 de notre ère.

Supprimer la pub

Advertisement

Comme la garde prétorienne comptait neuf cohortes, les cohortes urbaines reçurent les numéros X, XI et XII, qui furent conservés même lorsque la garde augmenta de trois cohortes supplémentaires. Outre le fait qu'elles constituaient une force militaire supplémentaire à laquelle l'empereur pouvait faire appel en cas d'urgence ou de révolte, elles furent utilisées à l'occasion par les empereurs ultérieurs dans des guerres civiles et étrangères.

Structure de commandement et camp

LA DURÉE DU SERVICE DANS LES COHORTES URBAINES ÉTAIT DE 20 ANS ET ILS RECEVAIENT UNE SOLDE SUPÉRIEURE DE 50 % À CELLE DES LÉGIONNAIRES ORDINAIRES.

Les cohortes urbaines étaient commandées par le préfet urbain (praefectus urbi). Comme ce poste avait le rang de sénateur, son titulaire était au-dessus du préfet prétorien et il était responsable de toutes les affaires criminelles, non seulement à Rome mais dans toute l'Italie. Le commandant des cohortes urbaines disposait donc d'un pouvoir considérable et, lorsque les empereurs étaient absents en campagne, il était, de fait, l'officier le plus haut placé dans la capitale. Chaque cohorte était commandée par un tribun et six centurions. Comme pour la garde prétorienne, les membres étaient en grande partie recrutés en Italie pour garantir une plus grande loyauté. La durée du service était de 20 ans, et ils recevaient une solde supérieure de 50 % à celle des légionnaires ordinaires, mais inférieure de moitié à celle de la Garde prétorienne, plus prestigieuse, avec laquelle ils partageaient un camp, le castra praetoria, dans la banlieue nord-est de Rome. En 270 de notre ère, les cohortes urbaines reçurent d'Aurélien leur propre camp dans la ville, la castra Urbana, située sur le Campus Martius (Champ de Mars). Il est également probable que de petits détachements étaient stationnés à tour de rôle dans les postes de garde de la ville.

Supprimer la pub

Advertisement

Castra Praetoria
Castra Prétoria
Ross Cowan (CC BY-NC-SA)

Fonction

La fonction première des cohortes urbanae, comme pour la plupart des autres troupes non impliquées directement dans le combat, était de maintenir l'ordre public. Il n'existe aucun document qui détaille exactement ce que faisaient les cohortes urbaines, mais on peut imaginer que dans une grande ville comme Rome, il y avait de nombreux cas de délits mineurs et de troubles à gérer, ainsi que des tâches de contrôle de la foule lors d'événements populaires comme les jeux de gladiateurs au Colisée et les courses de chars au Circus Maximus. Il pouvait également y avoir des événements plus graves à gérer, comme des émeutes de la faim et des manifestations. Leur rôle en tant que corps chargé de maintenir l'ordre public est largement supposé par l'absence de toute autre fonction militaire ou de garde liée aux empereurs plutôt que par des preuves directes provenant des auteurs romains. En outre, le fait que leur commandant était responsable des affaires criminelles dans la ville suggère que les cohortes urbaines recherchaient et arrêtaient les criminels afin qu'ils soient jugés.

Le rôle de maintien de l'ordre dans la capitale était cependant nouveau et la difficulté de savoir ce que cela impliquait exactement est évidente dans la démission du préfet Valerius Messalla Corvinus, après seulement six jours en fonction, au motif qu'il ne savait pas comment remplir ses fonctions. Le premier commandant permanent des cohortes urbaines fut Lucius Calpurnius Piso, nommé en 13 de notre ère.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Street Riot
Émeutes de rue
The Creative Assembly (Copyright)

Évolution

Comme la garde prétorienne, les cohortes urbaines trouvèrent le temps de se mêler de politique et soutinrent ou défièrent certains empereurs, à commencer par les troubles qui suivirent l'assassinat de Caligula en 41 de notre ère. Claude obtint leur soutien, et peut-être en conséquence, elles furent élargies avec une autre cohorte ajoutée à leurs rangs. Sous le règne de Néron (54-68 de notre ère), elles furent à nouveau élargies et réorganisées en sept cohortes de 500 hommes portant les numéros X à XVI. Le remaniement se poursuivit avec Vitellius qui, en 69 de notre ère, réorganisa la force en quatre cohortes de 1 000 hommes et y ajouta quelques légionnaires vétérans. Rome étant désormais peut-être un peu surchargée de troupes, Vespasien et ses successeurs Titus et Domitien décidèrent de retirer deux cohortes et d'en stationner une à Carthage et une autre à Lugdunum (l'actuelle Lyon), deux capitales provinciales, cette dernière étant un important hôtel des monnaies. À certaines époques, probablement pour protéger les expéditions de céréales, des cohortes urbaines furent également déployées à Ostie et à Puteoli (Puzzoles actuelle).

Une autre expansion, en fait le dernier changement, se produisit sous le règne de Septime Sévère (193-211 de notre ère), avec le maintien de quatre cohortes, mais chacune d'entre elles comptant désormais 1 500 hommes. La disparition des cohortes urbaines survint à la suite de la bataille du pont Milvius en 312 de notre ère. Les cohortes et la garde prétorienne avaient soutenu Maxence et, en conséquence, le vainqueur Constantin Ier dissolut les prétoriens et réduisit considérablement l'importance des cohortes urbaines à Rome. Les deux cohortes présentes dans les provinces avaient probablement déjà été dissoutes un siècle ou deux auparavant.

Supprimer la pub

Publicité

Bibliographie

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2016, décembre 16). Cohortes Urbanae [Cohortes Urbanae]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-15568/cohortes-urbanae/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Cohortes Urbanae." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le décembre 16, 2016. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-15568/cohortes-urbanae/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Cohortes Urbanae." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 16 déc. 2016. Web. 01 déc. 2022.

Adhésion