Bataille de Teutoburg

Article

Karen Schousboe
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 06 février 2017
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, italien, portugais

Lors de la bataille de la forêt de Teutoburg (alias bataille de Varus), vers l'an 9 de notre ère, une force combinée de Germains anéantit une armée romaine composée de trois légions, dont trois escadrons de cavalerie et six cohortes de troupes auxiliaires. Comme certains soldats durent être laissés en arrière pour défendre les camps d'été, l'armée comptait probablement 10 000 à 15 000 hommes, soit environ 8 à 10 % du total de l'armée romaine. Les sources ne mentionnent pas la taille de l'armée allemande lors de la célèbre bataille. Compte tenu de la taille de la zone de recrutement et du fait qu'Arminius, chef des forces germaniques, n'avait pas pu recruter tous les chefs, il est probable que les germains étaient largement inférieurs en nombre, peut-être moitié moins.

Sept ans après la bataille, les Romains envoyèrent Germanicus pour venger leurs camarades tombés au combat en dévastant la campagne. Néanmoins, la bataille eut un impact décisif à long terme ; les Romains ne consolidèrent jamais leur emprise sur la Germanie intérieure, le territoire situé à l'est du Rhin. En revanche, la frontière romaine (limes) le long du Rhin fut consolidée. Plus tard, après le XVIe siècle, la bataille alimenta l'imaginaire d'innombrables commandants militaires et leur croyance en ce qu'une bataille décisive pouvait leur assurer en termes de gloire et de gains politiques.

Supprimer la pub

Advertisement

Arminius & the Battle of Teutoburg Forest
Arminius et la bataille de la forêt de Teutoburg
The Creative Assembly (CC BY-NC-SA)

Prologue

Tous les jeunes qui ont étudié le latin ont été confrontés à la lecture de l'une des grandes œuvres historiques militaires, La Guerre des Gaules de Jules César. Ils ont également lu comment César, vers 55 avant J.-C., construisit deux ponts sur le Rhin et fit traverser son armée afin d'affronter les Allemands sur leur propre terrain pour la première fois. Au cours des 60 années suivantes, cela entraîna une guerre généralisée dans la partie nord-ouest de l'Allemagne actuelle, dans la région située entre le Rhin et la Weser (ou Visurge), avec des escarmouches pénétrant jusqu'à l'Elbe. La question de savoir jusqu'où les Romains réussirent à s'implanter à l'intérieur du pays (Germania Interior) est controversée. Les vestiges de plusieurs campements romains, attestés par des fouilles archéologiques jusqu'au fort romain de Barkhausen à Porta Westfalica, indiquent toutefois jusqu'où les Romains allèrent sous la direction de Tibère (9-7 avant J.-C.). De toute évidence, les Romains s'installèrent ensuite pour coloniser et romaniser la région.

Commandants

Les fouilles archéologiques de Kalkriese nous apprennent que l'attaque avait été soigneusement préparée pendant l'été.

C'est dans cet objectif que Publius Quinctilius Varus fut nommé gouverneur de Germanie en 7 de notre ère. Il avait sous son commandement trois légions. En septembre de l'an 9 de notre ère, Varus quitta son camp d'été afin de faire marcher son armée pour passer l'hiver à Xanten ou à Mayence. L'histoire nous dit plus tard que Varus avait reçu des renseignements d'Arminius selon lesquels une rébellion se préparait à l'est du Rhin. Arminius était le fils d'un important chef germanique, mais il avait passé son enfance à Rome en tant qu'otage. Il y avait reçu une éducation militaire et obtenu la citoyenneté romaine. À ce titre, il avait obtenu le grade d'équestre, ainsi qu'un poste de chef d'escadron dans l'armée de Varus. Par la suite, il est apparu qu'Arminius, alors qu'il servait de liaison entre les Romains et les Germains, avait comploté contre les Romains et recruté le soutien et les soldats d'un certain nombre de chefs germains.

Supprimer la pub

Advertisement

Les fouilles archéologiques de Kalkriese nous apprennent que l'attaque avait été soigneusement préparée pendant l'été. Ainsi, Arminius ne menait pas une rébellion au hasard, mais une attaque ingénieusement planifiée contre l'armée romaine stationnée le long du Rhin inférieur. En septembre, les historiens romains nous apprennent qu'après qu'Arminius ait transmis à Varus les fausses informations, ce dernier fut incité à faire un détour par le champ de bataille qu'Arminius. avait scrupuleusement présélectionné et préparé. Les historiens nous disent également que Ségeste, le beau-père romain d'Arminius, avait prévenu Varus ; malheureusement, le commandant romain n'en tint pas compte et fit marcher ses légions vers l'anéantissement total.

Coin Inscribed VAR(us)
Pièce portant l'inscription VAR(us)
Goethe-Universität Frankfurt (Public Domain)

Emplacement du champ de bataille

Bien que l'histoire de la bataille de Teutoburg soit connue depuis l'Antiquité, elle ne reçut aucune attention particulière avant 1470, lorsque la description de Tacite fut découverte et imprimée pour la première fois à Venise. Cependant, l'emplacement exact du champ de bataille est resté une énigme pendant plus de 500 ans, jusqu'à ce que l'archéologue amateur, le major Tony Clunn, après une journée fructueuse passée en compagnie de son détecteur de métaux, ne se mette en rapport avec le principal archéologue d'Osnabrück, Wolfgang Schlüter. En se basant sur les écrits de l'historien européen du 19e siècle Theodor Mommsen, ils commencèrent à étudier systématiquement une zone située au nord des collines de Wiehen (Wiehengebirge) en Basse-Saxe, en Allemagne, plus précisément à Kalkriese. Auparavant, la région était considérée comme un désert archéologique car les paysans avaient utilisé une technique particulière pour cultiver la terre. Afin de fertiliser leurs champs, ils découpaient des briques de tourbe ou d'herbe qu'ils utilisaient comme litière pour le bétail en hiver. Au printemps, ce fumier était épandu sur les champs, qui étaient travaillés intensivement en tant que champs intérieurs, créant ainsi des couches successives de sol appelé podzol ou plaggen. Cela signifie que le paysage romain était recouvert de parfois plus d'un mètre à un mètre et demi de terre agricole. Jusqu'à l'introduction du labourage profond, les agriculteurs pouvaient récupérer quelques pièces de monnaie, mais pas plus. Après la Seconde Guerre mondiale, la situation changea et une meilleure perception du paysage de l'âge du fer émergea peu à peu.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Aujourd'hui, nous savons que le paysage était effectivement couvert d'établissements, de hameaux et de petits villages. Parallèlement, de plus en plus de pièces de monnaie furent retrouvées, ce qui laissa les archéologues et les historiens perplexes. Comment se fait-il que toutes ces pièces aient été trouvées et, de plus, qu'elles soient datables de la période du gouvernement de Varus ? Lorsque les détecteurs de métaux découvrirent également des missiles en plomb, cela conduisit aux premières fouilles archéologiques en 1989. Aujourd'hui, très peu d'archéologues ou d'historiens doutent que la bataille de la forêt de Teutoburger ait bien eu lieu sur une étroite bande de terre entre les landes au nord et la campagne vallonnée et boisée au sud.

Teutoburg Forest
Forêt de Teutoburg
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Tactique

On pense généralement que Varus conduisait son armée vers l'ouest. Ceci est basé sur la distribution des découvertes archéologiques, qui racontent l'histoire d'une armée se désintégrant lentement dans cette direction. Lorsqu'il atteignit les collines de Wiehen, il fut obligé de contourner la crête vallonnée au sud-ouest et les landes humides et intraitables au nord. En regardant une carte, il est facile de voir comment le paysage l'obligea littéralement à étirer la ligne de marche. L'archéologie a montré que l'attaque se déroula le long d'un chemin étroit couvrant environ 15 à 20 km. et prit la forme d'une bataille dans un défilé. On pense généralement que les guerriers germaniques, cachés dans la forêt, attaquèrent d'abord l'arrière et les flancs de l'armée romaine par le haut, en bombardant les hommes de lances et de projectiles de plomb. Ces tactiques empêchèrent les Romains de mettre en place leurs formations de combat classiques. De plus, il est probable que les soldats aguerris se soient retrouvés au beau milieu des troupes auxiliaires en fuite, facilitant ainsi la stratégie d'attaque des forces germaniques. Enfin, on peut se demander si cette forme de guerre ne convenait pas mieux à une armée qui était probablement composée de diverses bandes de frères, chacune dirigée par son propre chef de guerre ou son propre chef. En déployant ses troupes sous forme de bandes de guérilla distinctes, Arminius était peut-être en mesure de forger un front uni sans risquer des dissensions internes.

Plus loin sur la ligne, à Oberesch, les Allemands avaient érigé un rempart défensif de 400 mètres de long avant la bataille. Zigzaguant dans le paysage, il ressemblait à un bastion post-médiéval. Avec un drainage à l'arrière et une palissade à l'avant, il témoigne de la planification et des préparatifs minutieux qu'Arminius et ses collègues chefs avaient investis dans l'embuscade.

Supprimer la pub

Advertisement

Battle of Teutoburg Forest Map
Carte de la bataille de Teutobourg
Cristiano64 (CC BY-SA)

C'est à cet endroit précis qu'une bataille plus intense semble avoir eu lieu, les guerriers germaniques menés par Arminius lançant l'assaut final. Cependant, grâce aux fouilles archéologiques continues dans la région, il est probable que notre connaissance du déroulement exact de l'opération nous mènera à de nouvelles conclusions. Un élément, cependant, a peu de chances d'être corroboré. Tacite rapporte que l'une des raisons de la victoire des Germains était que les cordes des arcs romains étaient trempées par la pluie et que cette arme était donc rendue inutile.

Armes

Les fouilles archéologiques menées sur le site ont permis de mettre au jour plus de 1500 pièces de monnaie romaines et 6000 trouvailles ; la quasi-totalité d'entre elles sont des pièces fragmentées d'équipement militaire romain, comme des clous, des morceaux de chemises en cotte de mailles, des ceintures, des tabliers et des broches, ainsi que des fragments d'équipement auxiliaire. Il est également évident que les guerriers germaniques passèrent toutes les dépouilles au crible à la recherche de tout objet utile. Ainsi, un seul fragment de lame d'épée romaine a été retrouvé, tandis que de nombreux fourreaux avaient été jetés après avoir été dépouillés de leur métal. Une impressionnante collection de boucliers, soigneusement dépouillés de leurs bossages et autres métaux, a également subi le même sort. Ces actes indiquent que les guerriers allemands préféraient d'autres types d'armes - leurs boucliers spéciaux et des épées différentes (les spatha). Il est fort probable que les épées romaines courtes (le gladius hispaniensis) et leurs javelots (la pila) trouvés sur le champ de bataille aient été mis au rebut et que le métal ait été réutilisé par les forgerons germaniques. Une découverte particulière est devenue emblématique du champ de bataille de Kalkriese, le masque facial en argent d'un officier équestre romain. Apparemment, une partie du rempart s'effondra sur lui et sur d'autres équipements ce qui permis de le dissimuler à la vue des pilleurs post-bataille et de le préserver pour nous.

Roman Legionary Kit
Nécessaire de légionnaire romain
Carole Raddato (CC BY-SA)

Les suites de la bataille

Comme le rapportèrent plus tard les historiens antiques, la bataille se termina par l'anéantissement total des soldats romains. Varus serait tombé sur sa propre épée, tandis que les vainqueurs se saisirent des précieux aigles (l'enseigne légionnaire romaine) comme signes visibles du triomphe. Seuls deux d'entre eux furent retrouvés, et ce après sept ans. Les numéros des légions ne furent jamais réutilisés en commémoration des légions perdues. Il n'est pas étonnant que Suétone nous rapporte qu'Auguste ait crié et se soit cogné la tête contre une porte lorsqu'il reçut la nouvelle de la défaite :

Supprimer la pub

Advertisement

Il n'essuya de défaites ignominieuses que celles de Lollius et de Varus, toutes deux en Germanie. La première fut plutôt un affront qu'une perte. La seconde faillit être funeste à l'État : trois légions furent taillées en pièces avec leur chef, ses lieutenants et ses troupes auxiliaires. À cette nouvelle, il disposa des sentinelles dans Rome pour prévenir tout désordre, et confina dans leur place les commandants des provinces, afin que leurs lumières et leur expérience retinssent les alliés dans le devoir. Il consacra de grands jeux à Jupiter pour le rétablissement des affaires de la République, ainsi qu'on l'avait fait dans la guerre des Cimbres et des Marses. Enfin on dit qu'Auguste fut tellement consterné de ce désastre, qu'il laissa croître sa barbe et ses cheveux plusieurs mois de suite, et qu'il se frappait de temps en temps la tête contre la porte, en s'écriant: " Quintilius Varus, rends-moi mes légions". L'anniversaire de cette défaite fut toujours pour lui un jour de tristesse et de deuil.

(Les Vies des Douze Césars - Auguste, 23.1-3, trad. Remacle)

Cinq ans plus tard, le Sénat romain nomma Germanicus commandant des forces en Germanie intérieure. Cela donna lieu à une campagne 14 -16 de notre ère au cours de laquelle il réussit à exercer une terrible vengeance sur les Germains, mettant sérieusement en déroute l'armée d'Arminius et récupérant deux des trois aigles perdues. Il parvint également à guérir le traumatisme en assurant l'enterrement des soldats romains dont les corps avaient été laissés à l'abandon sur le champ de bataille. Tacite écrit que lorsque le commandant romain, Germanicus, se rendit sur le lieu de la bataille, il ordonna que les restes physiques des soldats soient rassemblés et enterrés dans des fosses. Les archéologues ont montré que les os et les crânes trouvés dans ces fosses étaient restés à découvert pendant plusieurs années. Cela correspond bien à ce rapport. Cependant, Germanicus ne fut pas en mesure de convertir ces victoires en une domination durable de la région.

Une bataille décisive ?

Aux 19e et 20e siècles, les historiens ont généralement estimé que la bataille de la forêt de Teutoburg était décisive pour l'histoire future de l'Europe. Lors de cette bataille, les Romains reçurent un coup terrible, après quoi ils furent repoussés au-delà du Rhin par la force. Bien que les régions situées de part et d'autre de ce fleuve aient fonctionné comme une seule et même région frontalière, la frontière militaire maintint les Romains d'un côté et les Germains de l'autre, jusqu'à ce que les Francs, sous la direction de Clovis, ne finissent par s'imposer jusqu'à l'Elbe.

Supprimer la pub

Advertisement

Kalkriese Face Mask
Masque de casque de Kalkriese
Carole Raddato (CC BY-SA)

Les historiens ultérieurs ont bien sûr remis en question ces propos. Selon eux, il n'était pas avantageux, d'un point de vue économique, d'assujettir ce qui était essentiellement un arrière-pays rural sans intérêt particulier. Il était tout simplement préférable d'établir des relations commerciales raisonnables et sûres avec l'intérieur de la Germanie plutôt que d'investir de l'argent et des hommes, notamment pour intégrer formellement ces anciennes provinces dans un empire désormais tentaculaire s'étendant jusqu'au mur d'Hadrien. La frontière le long du Rhin était tout simplement plus facile et donc moins chère à défendre en profondeur. En outre, elle constituait un puissant aimant pour les hommes de l'intérieur de la Germanie désireux d'être recrutés dans l'armée romaine. Il est probable que l'unique raison pour laquelle la bataille de Teutoburg est restée dans les mémoires de façon si vivante tient au fait qu'il s'agissait d'une défaite si dévastatrice et humiliante qu'elle frappa de plein fouet la réputation militaire publique des Romains. Si vous gouvernez et gérez par la terreur, une défaite dévastatrice aux mains d'un ennemi peut vous coûter cher, lorsque vous devrez affronter le prochain rebelle.

Une bataille emblématique ?

Cependant, l'aura de la bataille de Teutoburg connut une seconde vie après la Réforme, au XVIe siècle, lorsque les œuvres de Tacite inspirèrent les Allemands qui cherchaient à se libérer de l'Église catholique à utiliser Arminius (alias Hermann, comme on l'appelait alors) comme le champion du peuple par excellence. Plus tard, cette idée prit de l'ampleur lorsqu'il devint le champion du peuple allemand contre le Varus de tous les temps, Napoléon. Dans l'esprit des romantiques, à travers les peintures, la poésie et les pièces de théâtre, le général Blücher était simplement Arminius reincarné, tandis que Napoléon était le général romain mis en déroute à Waterloo. C'est alors que les Allemands commencèrent à envisager un monument d'importance, le monument Hermann près de Detmold (où l'on croyait à l'époque que la bataille avait eu lieu). Néanmoins, ce n'est qu'en 1875 que le Hermannsdenkmal fut érigé : Haut de 57,4 mètres, le monument dresse son épée pointant vers l'ouest. Mesurant sept mètres et pesant 600 kg, il a été offert par la société Krupp. Aujourd'hui, il nous rappelle le minutieux travail de récupération des métaux qui eut lieu à Kalkriese en septembre 9 de notre ère. Après l'étonnante victoire de 1871, l'élite allemande y voyait plutôt un signe de ce que l'inscription disait : "L'unité allemande sous ma force"(Deutsche Einigkeit Meine Staerke). Sur sa tête, Hermann porte un casque ailé, et à ses pieds repose un aigle romain écrasé. Le portrait d'Hermann a été forgé avec du métal provenant d'un canon français et fondu dans le portrait du tout nouvel empereur allemand.

Paradoxalement, cette vénération allemande d'Arminius comme symbole national de l'unité allemande portait néanmoins en elle le germe de la destruction finale de l'armée allemande lors de la Seconde Guerre mondiale.

Au cours du Moyen Âge, la plupart des guerres consistaient en une série interminable de sièges suivis de pillages et de hersages occasionnels de la campagne. Des batailles rangées étaient parfois menées, mais en général, les rois et leurs chefs militaires cherchaient à les éviter ; coûteuses et potentiellement dévastatrices, la plupart des généraux les redoutaient. La situation changea radicalement à la fin du XVIIIe siècle, lorsque Napoléon entra en scène, renforçant l'idée que la gloire pouvait effectivement être gagnée - et devait donc être recherchée - dans les magnifiques batailles rangées, dans lesquelles il excellait. Alors que les Allemands cherchaient à s'unir en faisant la guerre (1864-1871) à leurs voisins, le Danemark, l'Autriche et la France, un chef militaire talentueux, Helmuth von Moltke l'Ancien, apparut. Inspiré par Clausewitz (général et théoricien de la guerre), Moltke réussit à la fois à établir les règles de conduite de la guerre au 19e siècle et à gagner un nombre impressionnant de batailles décisives à la manière du plus grand héros allemand de tous, Arminius.

Statue of Arminius
Statue d'Arminius (Hermannsdenkmal)
Hubert Berberich (CC BY)

Ainsi, même si l'histoire témoigne du fait que les guerres, en fin de compte, sont gagnées par l'attrition et très rarement par des batailles décisives, les talentueux généraux allemands de la Seconde Guerre mondiale mis au défi par l'attrait de la bataille. Bien sûr, ils pourraient être accusés dans ce contexte précis. D'une part, ils avaient le sentiment de devoir suivre les ordres d'un militaire incompétent; d'autre part, ils savaient à juste titre que toute guerre dépourvue de gloire sur le champ de bataille ne pourrait être gagnée par les forces allemandes, qui, à long terme, ne disposeraient pas des effectifs et des ressources essentiels pour vaincre grâce l'imposition de souffrances. Dans une telle situation, il est compréhensible que le fait d'attirer l'ennemi dans des batailles décisives puisse porter ses fruits. C'est donc cette stratégie qui, en fin de compte, fut à l'origine de la décision allemande de pousser dans les Ardennes et d'engager les Alliés dans la bataille des Ardennes (décembre 1944 - janvier 1945), sans doute l'une des dernières grandes batailles de l'histoire militaire mondiale.

Derrière tout cela se cachait donc l'attrait de la bataille décisive, que les généraux allemands pensaient que leur Arminius ou Hermann aka Moltke avait gagnée dans les forêts de Teutoburg d'antan. Grâce aux archéologues, nous devons maintenant nous demander si, en fait, Arminius ne s'est pas plutôt frayé un chemin en tant que chef talentueux de groupes de guérilleros et de mercenaires ?

Musées

Un musée important et très intéressant est situé sur le célèbre site de la bataille. Il est de la plus haute importance pour quiconque souhaite comprendre les événements qui ont conduit à la bataille, la façon dont elle s'est déroulée et le contexte historique et géographique. C'est également un musée agréable pour les enfants. À l'extérieur du musée, les visiteurs sont invités à faire un tour sur le site de la bataille, ce qui donne une bonne idée de la façon dont elle s'est déroulée pour les soldats romains et les guerriers allemands.

Au Musée historique allemand de Berlin, la première exposition porte sur la bataille de la forêt de Teutoburg. Les conservateurs ont évidemment choisi le masque porté par un Romain lors de la bataille comme point de départ de ce qui est fondamentalement une exposition très impressionnante, en trois parties, qui retrace l'histoire des hauts et des bas du nationalisme allemand, de l'unification et des divisions sur 2000 ans.

Supprimer la pub

Publicité

Bibliographie

  • Derkes, Herdrun. Kalkriese und die Varusschlacht: Geschichte – Forschung – Funde. Varusschlacht in Osnabrücker Land. Museum und Park Kalkriese, 2015
  • Moosbauer, Günter. Die Varusschlacht. Verlag C. H. Beck (WISSEN), München, 2009
  • Nolan, C. The Allure of Battle. Oxford University Press, 2017.
  • Published by der Varusschlacht im Osnabrücker Land GMbH, Museum und Park Kalkriese. Varusschlacht Im Osnabrücker Land: Museum Und Park Kalkriese. Philipp Von Zabern, Mainz, 2009
  • Rost, Achim and Wilbers-Rost, Susanne. "Weapons in the Battlefield of Kalkriese." Gladius. Estudios sobre armas antiguas, arte military y vida cultural en oriente y occidente, 30, 2010, pp. 117 - 136.
  • Wells, P.S. The Battle That Stopped Rome. W. W. Norton & Company, 2004.
  • Wiegels, Rainer. Die Varusschlacht: Wendepunkt der Geschichte?. Konrad Theiss Verlag, Stuttgart, 2007

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Karen Schousboe
Karen is a medievalist who is passionate about time-travelling and the way we may be inspired by the past to navigate our future. This is the idea behind medievalhistories.com.

Citer cette ressource

Style APA

Schousboe, K. (2017, février 06). Bataille de Teutoburg [Battle of Teutoburg Forest]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1010/bataille-de-teutoburg/

Style Chicago

Schousboe, Karen. "Bataille de Teutoburg." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le février 06, 2017. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1010/bataille-de-teutoburg/.

Style MLA

Schousboe, Karen. "Bataille de Teutoburg." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 06 févr. 2017. Web. 18 août 2022.

Adhésion