La défaite de Rome à la Bataille de Teutobourg

Article

Oxford University Press
de James Lacey / Oxford University Press, traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 01 août 2022
Disponible dans ces autres langues: anglais, arabe, italien, serbe, espagnol
X

Lors de la bataille de Teutoburg, en l'an 9 de notre ère, une force barbare hétéroclite anéantit trois légions romaines, amenant l'empereur romain Auguste (27 av. J.-C. à 14 ap. J.-C.) à errer la nuit dans son palais en criant au commandant vaincu, Publius Quinctilius Varus, de lui rendre ses légions. La défaite non seulement mit un terme à la croissance de l'Empire romain, elle créa également le clivage latin-germanique qui persiste encore aujourd'hui en Europe occidentale.

Battle of Teutoburg Forest [Artist's Impression]
Bataille de Teutobourg (Impression d'artiste)
The Creative Assembly (Copyright)

Varus en Germanie

En 9 de notre ère, Publius Quinctilius Varus, premier gouverneur de la nouvelle province romaine de Germanie, quittait son quartier général d'été près de Minden pour se rendre à la forteresse légionnaire romaine de Moguntiacum (aujourd'hui Mayence) lorsqu'il apprit qu'une petite tribu allemande s'était révoltée. Les révoltes n'étaient pas nouvelles pour Varus ; lors de sa précédente affectation en tant que gouverneur de Syrie, il avait été chargé d'imposer un régime fiscal sévère aux habitants et, comme cela se produisait presque toujours lorsqu'un peuple conquis ressentait pour la première fois le joug des exigences fiscales de Rome, la Judée se révolta. Utilisant le guide stratégique romain pour étouffer les insurrections, Varus marcha rapidement avec deux de ses quatre légions pour soulager une légion piégée à Jérusalem. À son approche, la ville de Sepphoris fut prise d'assaut et sa population fut vendue en esclavage. La puissance visible des légions, couplée à des exemples comme Sepphoris, brisa la volonté des rebelles, et Jérusalem se rendit sans combattre, ce qui n'empêcha pas Varus de crucifier 2 000 insurgés présumés.

Supprimer la pub
Advertisement

Ayant ajouté un autre exemple de réussite au manuel de stratégie romain, Varus ne voyait aucune raison de s'écarter des méthodes prouvées. Se déplaçant rapidement au premier signe de rébellion en Germanie, il se mit en route avec les trois légions à sa disposition - XVII, XVIII, XIX. Malheureusement pour Varus, son adversaire, Arminius, avait reçu une éducation et une formation romaines, et connaissait donc bien les règles du jeu romain.

Supprimer la pub
Advertisement
S'étendant sur 15 km et marchant comme si elle n'avait rien à craindre, la colonne romaine devint déguenillée et indisciplinée.

S'étendant sur plus de 15 km et marchant comme si elle n'avait rien à carindre, la colonne romaine devint anormalement déguenillée et indisciplinée. Pour les légionnaires, après des années de campagnes menées par Tibère et son frère Drusus, les Germains étaient un peuple battu. Certains d'entre eux pouvaient se révolter de temps en temps, mais peu considéraient cela comme plus inquiétant que les révoltes sporadiques en Gaule après la conquête de Jules César. Par conséquent, de nombreux légionnaires erraient sans arme parmi les hommes du camp lorsque le désastre frappa.

La forêt de Teutoburg

La pluie arriva tôt dans la deuxième journée de marche, s'intensifiant au fur et à mesure que la matinée cédait la place à l'après-midi. Luttant contre la pluie battante et les vents violents, les légionnaires avançaient dans une boue qui ralentissait le train de bagages. Emmitouflés pour se protéger des intempéries, ils devinrent insensibles à tout sauf à leur misère. S'engageant dans un col étroit entre deux sections de la forêt de Teutoburg, les Romains sans méfiance ne virent pas le piège soigneusement tendu et s'y engagèrent sans savoir ce qui les attendait.

Supprimer la pub
Advertisement

Assaillies de tous côtés par des missiles, les légions tombèrent dans le chaos, ce qui encouragea les guerriers allemands à se rapprocher, à lancer toujours plus de missiles et à submerger des parties de la ligne romaine. Petit à petit, mais inexorablement, des centurions aguerris rétablirent l'ordre dans la colonne vacillante en rassemblant les légionnaires proches autour de leurs étendards, en dégainant leurs épées et en menant des contre-attaques. Après un combat féroce, les premiers assauts frénétiques allemands furent repoussés. Les Romains avaient gagné du temps, et Varus avait encore sous la main le gros de trois légions de vétérans ébranlées mais en voie de rétablissement. Alors que les survivants construisaient un camp fortifié et brûlaient leur encombrant train de bagages, Varus tint un conseil de guerre qui décida de marcher vers l'ouest, en direction de la base romaine fortifiée de Xanten. Même après une nuit infernale, les courageuses légions ouvrirent très vite une brèche dans les lignes allemandes et se dirigèrent vers l'ouest.

Battle of Teutoburg Forest Map
Carte de la bataille de Teutobourg
Cristiano64 (CC BY-SA)

Varus, une fois de plus, joua en faveur d'Arminius. Alors que les légions tenaces marchaient dans l'étroit col de Kalkrieser-Niederweder-Senke, Arminius et le gros de ses forces allemandes attendaient derrière un mur construit tout le long du col. Bien que les Romains aient été à nouveau assaillis de toutes parts, cette fois, ils étaient prêts à répondre à l'assaut. Cependant, au lieu d'offrir un affrontement frontal, les Germains restèrent derrière le couvert de leurs murs de protection et se contentèrent de lancer des missiles par milliers. La plupart des Romains se recroquevillèrent derrière leurs boucliers tandis que certaines cohortes, peu désireuses de rester des cibles passives, avancèrent sur les positions allemandes. La plupart de ces assauts non soutenus furent facilement repoussés, mais d'autres réussirent à passer, mais furent abattus par les milliers de guerries germaniques qui attendaient au-delà des murs.

Après un combat de quatre jours, les germains avaient anéanti trois légions.

Alors que la cohésion romaine commençait à s'effondrer, Arminius lâcha tous ses guerriers sur les légions chancelantes. Des milliers de personnes tombèrent alors que chaque camp s'attaquait à l'autre à coup d'épée et de hache. Les pertes germaniques furent sans doute plus importantes, mais ils furent continuellement renforcés tout au long de la journée, tandis que les Romains, toujours à une centaine de kilomètres de leur forteresse, attendaient désespérément de recevoir de l'aide.

Supprimer la pub
Advertisement

Les restes de la colonne romaine se replièrent vers l'ouest, probablement en direction d'Osnabrück, et passèrent la nuit sur une colline voisine. N'ayant pas l'énergie nécessaire pour fortifier leur camp, les légionnaires se blottirent les uns contre les autres pour faire face aux intempéries et à une marée croissante de barbares. Leur moral sombra lorsqu'ils apprirent que la cavalerie avait déserté et que Varus s'était suicidé. Le quatrième jour, ils tombèrent à nouveau dans une embuscade dans une zone boisée, et à midi, tout était fini. Après quatre jours de lutte acharnée, les Germains avaient anéanti trois légions. Les survivants romains furent torturés avant d'être pendus ou brûlés vifs. Leurs têtes furent clouées aux arbres ou leurs crânes gardés en souvenirs.

Répercussions

Six ans plus tard, Germanicus, à la tête d'une nouvelle armée romaine en quête de vengeance, revint sur le site de la bataille. Tacite rapporte l'événement :

Au milieu de la plaine, des ossements blanchis; épars ou amoncelés, suivant qu'on avait fui ou combattu, jonchaient la terre pêle-mêle avec des membres de chevaux et des armes brisées. Des têtes humaines pendaient au tronc des arbres ; et l'on voyait, dans les bois voisins, les autels barbares où furent immolés les tribuns et les principaux centurions.

(Annales, livre I, Remacle)

En un instant, la puissance romaine à l'est du Rhin s'évanouit, et deux décennies d'efforts romains pour soumettre la Germanie furent réduites à néant. Affolé par l'échec de sa politique et la perte irremplaçable de trois des 28 légions de l'Empire romain, Auguste porta le deuil, déchira ses vêtements et laissa pousser ses cheveux et sa barbe. Selon les sources antiques, alors qu'il se promenait dans les couloirs de sa résidence, il s'arrêtait de temps en temps pour se frapper la tête contre un mur tout en hurlant : "Varus, rends-moi mes légions."

Supprimer la pub
Advertisement

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Citer cette ressource

Style APA

Press, J. L. /. O. U. (2022, août 01). La défaite de Rome à la Bataille de Teutobourg [Rome's Defeat at the Battle of Teutoburg Forest]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2026/la-defaite-de-rome-a-la-bataille-de-teutobourg/

Style Chicago

Press, James Lacey / Oxford University. "La défaite de Rome à la Bataille de Teutobourg." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le août 01, 2022. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2026/la-defaite-de-rome-a-la-bataille-de-teutobourg/.

Style MLA

Press, James Lacey / Oxford University. "La défaite de Rome à la Bataille de Teutobourg." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 01 août 2022. Web. 23 mai 2024.

Adhésion