Bibliothèque d'Alexandrie

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 25 juillet 2023
Disponible dans ces autres langues: anglais, indonésien, espagnol, Turc
X
Ancient Library (by Mohawk Games, Copyright)
Bibliothèque Antique
Mohawk Games (Copyright)

La bibliothèque d'Alexandrie fut créée sous la dynastie ptolémaïque d'Égypte (323-30 avant notre ère) et prospéra sous le patronage des premiers rois pour devenir la bibliothèque la plus célèbre du monde antique, attirant des érudits de toute la Méditerranée et faisant d'Alexandrie le centre intellectuel prééminent de son époque jusqu'à son déclin après 145 avant notre ère.

Bien que la légende prétende que l'idée de la grande bibliothèque vienne d'Alexandre le Grand, cela a été contesté et il semble qu'elle ait été proposée par Ptolémée Ier Soter (r. de 323 à 282 av. J.-C.), fondateur de la dynastie ptolémaïque, et construite sous le règne de Ptolémée II Philadelphe (282-246 av. J.-C.), qui acquit également les premiers livres pour sa collection. Sous Ptolémée III Evergète (r. de 246 à 221 av. J.-C.), la collection de la bibliothèque s'agrandit car les livres étaient alors prélevés des navires au port, copiés et les originaux étaient ensuite conservés dans les rayonnages.

Supprimer la pub
Publicité

Sous Ptolémée IV (r. de 221 à 205 av. J.-C.), le mécénat se poursuivit, et Ptolémée V (r. de 204 à 180 av. J.-C.) et Ptolémée VI (r. de 180 à 164 & 163-145 av. J.-C.) firent des acquisitions pour la bibliothèque une telle priorité autour de la Méditerranée que les érudits commencèrent à cacher leurs bibliothèques privées pour éviter qu'elles ne soient saisies. Ptolémée V, pour saper le prestige de la bibliothèque de Pergame, interdit l'exportation de papyrus, nécessaire à la production de copies de livres, et encouragea par inadvertance l'industrie du parchemin à Pergame.

L'explication la plus probable de la chute de la Bibliothèque d'Alexandrie est la perte de mécénat.

Le sort final de la Bibliothèque d'Alexandrie a été débattu pendant des siècles et continue de l'être. Selon la thèse la plus répandue, elle aurait été détruite par un incendie provoqué par Jules César en 48 avant notre ère. D'autres affirment qu'elle fut détruite par l'empereur Aurélien lors de sa guerre contre Zénobie en 272 de notre ère, par Dioclétien en 297 de notre ère, par des zélotes chrétiens en 391 et 415 de notre ère, ou par des envahisseurs arabes musulmans au VIIe siècle.

Supprimer la pub
Publicité

Comme la bibliothèque existait encore après l'époque de César et qu'elle est mentionnée au début de l'ère chrétienne, l'explication la plus probable de sa chute est une perte de mécénat de la part des souverains ptolémaïques ultérieurs (après que Ptolémée VIII eut expulsé les savants étrangers en 145 avant notre ère) et un soutien inégal de la part des empereurs romains, ce qui aurait entraîné une diminution de l'entretien de la collection et des bâtiments. L'intolérance religieuse qui suivit la montée du christianisme entraîna des troubles civils qui incitèrent de nombreux érudits à trouver des postes ailleurs, contribuant ainsi à la détérioration de la bibliothèque. Au VIIe siècle, date à laquelle les Arabes musulmans sont supposés avoir brûlé la collection de la bibliothèque, il n'existe aucune preuve que ces livres, ou même les bâtiments qui les auraient abrités, existaient encore à Alexandrie.

Création de la bibliothèque

Après la mort d'Alexandre le Grand en 323 avant notre ère, Ptolémée Ier s'empara de l'Égypte pendant les guerres des Diadoques (les successeurs d'Alexandre) et établit sa dynastie. Il semble qu'il ait proposé la bibliothèque comme une extension de sa vision globale de la ville d'Alexandrie comme un grand creuset, mélangeant les cultures de l'Égypte et de la Grèce, comme l'illustre son dieu hybride Sérapis, une combinaison de divinités égyptiennes et grecques. Selon la Lettre d'Aristée, rédigée entre 180 et 145 avant notre ère, l'idée de la bibliothèque aurait été suggérée par l'orateur grec Démétrios de Phalère (entre 350 et 280 av. J.-C.), élève d'Aristote (entre 384 et 322 av. J.-C.) ou de Théophraste, élève d'Aristote (entre 371 et 287 av. J.-C.), bien que l'authenticité de cette lettre ait été remise en question.

Supprimer la pub
Publicité

Ptolemy II Philadelphus Founds the Library of Alexandria
Ptolémée II Philadelphe fonde la bibliothèque d'Alexandrie
Vincenzo Camuccini (Public Domain)

La théorie selon laquelle ce fut Démétrios qui proposa l'idée d'une bibliothèque universelle expliquerait facilement les descriptions du bâtiment qui semblent refléter le Lycée d'Aristote, en particulier la colonnade dans laquelle les érudits pouvaient se promener et discuter de diverses questions, bien que la colonnade n'ait pas été spécifique à l'école d'Aristote. Démétrios aurait également organisé la bibliothèque pour qu'elle abrite tous les livres jamais écrits et aurait proposé le nom de Mouseîon, un temple aux neuf muses, pour au moins une partie de la bibliothèque (ce nom serait plus tard à l'origine du mot "musée"). En réponse à la question "Pourquoi une bibliothèque universelle fut-elle construite dans la ville relativement nouvelle d'Alexandrie ?

L'Égypte était bien plus riche que les terres de ses rivaux. D'une part, le sol fertile le long du Nil produisait d'abondantes récoltes de céréales, et les céréales étaient au monde grec et romain ce que le pétrole est au nôtre: elles généraient un marché partout. D'autre part, l'Égypte était l'habitat par excellence du papyrus, ce qui assurait à ses dirigeants le monopole du premier support d'écriture au monde. Tous les monarques hellénistiques ont cherché à orner leurs capitales d'une architecture grandiose et à se forger une réputation de culture. Les Ptolémées, capables de dépenser plus que les autres, prirent les devants. Les quatre premiers membres de la dynastie se concentrèrent sur la réputation culturelle d'Alexandrie, étant eux-mêmes des intellectuels. Ptolémée Ier était un historien, auteur d'un récit faisant autorité sur la campagne de conquête d'Alexandre... Ptolémée II était un zoologiste passionné, Ptolémée III, un mécène, Ptolémée IV un dramaturge. Tous choisirent des érudits et des scientifiques de premier plan comme tuteurs de leurs enfants. Il n'est pas surprenant que ces hommes aient cherché à faire de leur capitale le centre culturel du monde grec. (32-33)

Bibliothécaires en chef et organisation

Le Mouseîon et une annexe, la Bibliothèque royale, furent construits sous Ptolémée II, et le premier bibliothécaire fut l'érudit Zénodote (IIIe siècle av. J.-C.). Les bibliothécaires en chef qui lui succédèrent pendant la période ptolémaïque étaient, dans l'ordre, les suivants:

  • Apollonios de Rhodes (IIIe siècle av. J.-C.)
  • Ératosthène (vers 276-195 av. J.-C.)
  • Aristophane de Byzance (de 257 à 180 av. J.-C.)
  • Apollonios l'Eidographe
  • Aristarque de Samothrace (c. 216 - c. 145 av. J.-C.)

Bien que souvent cité comme bibliothécaire à Alexandrie, Callimaque de Cyrène (310 - c. 240 av. J.-C.) n'a en fait jamais occupé ce poste. Il fut cependant à l'origine du développement du premier système bibliographique de Zénodote pour en faire ce que l'on appellerait aujourd'hui un "catalogue de cartes" des fonds de la bibliothèque. Les Pinakes de Callimaque ("Tablettes" - titre complet : Tables des personnalités dans chaque branche du savoir et liste de leurs écrits) était une étude exhaustive et un catalogue de toutes les œuvres grecques existantes qui remplit 120 livres et créa le paradigme du système organisationnel de la bibliothèque pour l'avenir. Casson écrit :

Supprimer la pub
Publicité

Ce qui rendit possible un tel projet, c'est l'existence de la bibliothèque d'Alexandrie, sur les étagères de laquelle se trouvaient tous ces écrits, à de rares exceptions près. On s'accorde généralement à dire que la compilation est née d'une liste des fonds de la bibliothèque que Callimaque avait dressée, et qu'elle en constituait une extension. Les Pinakes n'ont pas survécu; cependant, nous avons suffisamment de références et de citations dans les ouvrages savants des siècles suivants pour nous faire une idée juste de leur nature et de leur étendue. (39)

Les ouvrages catalogués par Callimaque ne se trouvaient pas dans un seul bâtiment, mais dans un ensemble de structures situées dans le quartier des palais (le Bruchion) du quartier grec de la ville. Le complexe de la bibliothèque semble avoir ressemblé à une université moderne avec des quartiers d'habitation, des salles à manger communes, des salles de classe pour l'enseignement, des salles de lecture, les rayons de la bibliothèque, des laboratoires, des observatoires, des scriptoriums, des salles de conférence, des jardins paysagers et, peut-être, un jardin zoologique. Pendant la période ptolémaïque, seuls les érudits masculins bénéficiaient d'un patronage leur permettant de vivre à la bibliothèque et d'être logés et nourris gratuitement; on ne sait pas si les érudites féminines, bien que n'étant pas autorisées à y vivre, pouvaient utiliser les ressources de la bibliothèque réputée posséder 500 000 ouvrages sur tous les sujets ayant fait l'objet d'un écrit.

Hypatia and Theon of Alexandria
Hypatie et Théon d'Alexandrie
Mod Producciones, Telecinco Cinema (Copyright, fair use)

Opérations et acquisitions sous les Ptolémées

Le nombre de livres que contenait la bibliothèque et les personnes qui y avaient accès - comme la plupart des informations relatives à la Grande Bibliothèque d'Alexandrie - ne sont pas certains. Le chiffre de 500 000 est le plus souvent cité, mais il est peut-être exagéré. Casson, qui est plus ou moins d'accord avec ce chiffre, commente:

Les rouleaux de la bibliothèque principale s'élevaient à 490 000, ceux de la "bibliothèque fille" à 42 800. Cela ne nous dit rien sur le nombre d'œuvres ou d'auteurs représentés, puisque de nombreux rouleaux contenaient plus d'une œuvre et que beaucoup, comme dans le cas d'Homère, étaient des doublons. Nous ne savons pas non plus quelle était la répartition des fonctions entre les deux bibliothèques. La bibliothèque principale, située dans le palais, devait être principalement destinée à l'usage des membres du musée. L'autre, située dans un sanctuaire religieux dont l'accès était plus ou moins libre, pouvait servir à un groupe de lecteurs plus large. C'est peut-être la raison pour laquelle son fonds était beaucoup plus réduit: il se limitait à des ouvrages, comme les classiques de la littérature, que le grand public était susceptible de consulter. (36)

À partir de Ptolémée Ier, la bibliothèque fut financée par la maison royale. Les érudits, scientifiques, poètes, critiques littéraires, écrivains, copistes, linguistes et autres personnes acceptées comme membres du Mouseîon y vivaient à l'abri de l'impôt et du loyer, et recevaient des repas et un salaire symbolique à vie. Le but de ce mécénat était de permettre aux plus grands esprits de l'époque, libérés des distractions de la vie quotidienne, de se consacrer à l'étude, à l'écriture et à l'enseignement. Chaque érudit logé au Mouseîon était censé enseigner d'une manière ou d'une autre et donner des conférences, mais on ne sait pas exactement qui était autorisé à suivre des cours ou à assister à des conférences.

Supprimer la pub
Publicité

Le bibliothécaire en chef était nommé par la cour royale et exerçait ses fonctions à vie. Pendant la période ptolémaïque, chaque bibliothécaire en chef était un érudit de renom qui avait apporté une contribution originale à son domaine de connaissances. Dans le cas de Zénodote, il fut le premier à établir une version faisant autorité des œuvres d'Homère et le premier à mettre en place un système d'organisation alphabétique des fonds d'une bibliothèque. Apollonios de Rhodes est célèbre pour son poème épique Argonautica sur Jason et les Argonautes. Ératosthène fut le premier à calculer la circonférence de la terre et à dresser une carte du monde connu.

Euclid of Alexandria
Euclide d'Alexandrie
Unknown Artist (Public Domain)

Outre les bibliothécaires, de célèbres érudits y vécurent et y travaillèrent, notamment le mathématicien Euclide (c. 300 av. J.-C.), l'anatomiste Hérophile, l'inventeur et ingénieur Archimède de Syracuse (c. 287-212 av. J.-C.), le physicien Straton, le grammairien Denys le grammairien et l'écrivain et poète novateur Istros (un élève de Callimaque), parmi beaucoup d'autres. Ces érudits créèrent leurs propres ouvrages et en eurent des milliers d'autres à portée de main, grâce à la politique d'acquisition des Ptolémées. Casson commente:

La politique consistait à tout acquérir, de la poésie épique exaltée aux livres de cuisine ordinaires; les Ptolémées voulaient faire de la collection un répertoire complet des écrits grecs ainsi qu'un outil de recherche. Ils inclurent également des traductions en grec d'ouvrages importants rédigés dans d'autres langues. L'exemple le plus connu est la Septante, la version grecque de l'Ancien Testament. Son but premier était de servir la communauté juive, dont beaucoup ne parlaient que le grec et ne pouvaient plus comprendre l'hébreu ou l'araméen d'origine, mais l'entreprise fut encouragée par Ptolémée II, qui souhaitait sans doute que l'ouvrage figure dans la bibliothèque. (35-36)

Pour acquérir les collections de la bibliothèque, des agents du livre furent envoyés pour acheter tous les ouvrages qu'ils pouvaient trouver. Les livres des navires qui accostaient dans le port d'Alexandrie étaient confisqués, copiés et les originaux étaient conservés à la bibliothèque; les copies elles étaient remises aux propriétaires. Les ouvrages les plus anciens étaient les plus convoités car ils n'avaient pas été beaucoup copiés et contenaient donc moins d'erreurs de scribe. Selon Casson, cela donna naissance à une nouvelle industrie du marché noir: la fabrication de copies "anciennes" destinées à être vendues à des prix élevés (35). Les œuvres célèbres faisaient également l'objet d'une prime. Ptolémée III aurait déposé la caution exorbitante de 15 talents (environ 15 millions de dollars ou plus) à Athènes pour emprunter les manuscrits originaux d'Eschyle, d'Euripide et de Sophocle afin de les copier, en promettant de les restituer. Après les avoir fait copier sur des papyrus de haute qualité, il envoya les copies à Athènes, garda les originaux et dit aux Athéniens qu'ils pouvaient garder la caution.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

La politique d'acquisition des Ptolémées fut reprise par les rois de la dynastie des Attalides (281-133 av. J.-C.) qui avaient besoin de livres pour la bibliothèque de Pergame, la rivale de la bibliothèque d'Alexandrie. Sous le règne du roi attalide Eumène II (r. de 197 à 159 av. J.-C.), Ptolémée V interdit l'exportation de papyrus pour empêcher Pergame de faire des copies de livres. Cette mesure ne fit cependant que lancer l'industrie du parchemin à Pergame. Le mot "parchemin" vient d'ailleurs du latin pergamena - "papier de Pergame" - car le parchemin remplaça le papyrus en tant que matériau d'écriture.

Déclin et allégations de destruction

La bibliothèque d'Alexandrie commença à décliner sous Ptolémée VIII (r. de 170 à 163/145-116 av. J.-C.), un érudit qui avait écrit sur Homère et soutenu le mécénat de la bibliothèque, mais qui retira son soutien après la lutte pour le pouvoir avec son frère Ptolémée VI et, en punissant ceux qui avaient pris le parti de son adversaire, bannit tous les érudits étrangers de la ville. Parmi eux, le bibliothécaire en chef Aristarque de Samothrace, qui s'enfuit à Chypre en 145 avant notre ère et mourut peu après. Le mécénat ptolémaïque en faveur de la bibliothèque s'affaiblit alors et le poste de bibliothécaire en chef ne fut plus attribué à un éminent savant, mais à des amis politiques. Il est probable que, lorsqu'ils furent expulsés d'Alexandrie, les savants bannis emportèrent des livres avec eux, mais, même si ce n'était pas le cas, les textes avaient été normalisés et copiés à cette époque et auraient existé dans des bibliothèques privées et dans les collections d'autres centres intellectuels tels qu'Athènes et Pergame.

Pendant la période romaine, le mécénat de la bibliothèque était pour le moins inégal.

La période ptolémaïque s'acheva avec la mort de Cléopâtre VII en 30 avant notre ère, et pendant la période romaine qui suivit, le mécénat de la bibliothèque fut pour le moins inégal. L'empereur romain Claude (r. de 41 à 54 de notre ère), ainsi qu'Hadrien (r. de 117 à 138 de notre ère), soutinrent la bibliothèque, mais on ne sait pas si d'autres le firent. En 272, lorsque Aurélien reprit Alexandrie à Zénobie, qui l'avait revendiquée comme faisant partie de son empire palmyrénien, le quartier de la bibliothèque fut détruit, mais on ne sait pas si les bâtiments qui constituaient autrefois la bibliothèque survécurent. En 297, l'empereur Dioclétien rasa également cette partie d'Alexandrie et, selon toute vraisemblance, c'est à ce moment-là que ce qui restait de la bibliothèque fut détruit. À cette époque, cependant, comme nous l'avons vu, l'érudition alexandrine n'était déjà plus qu'un souvenir. Tout ce qui avait été réalisé dans cette ville se poursuivait ailleurs depuis l'an 145 avant notre ère.

Tout cela semble certain, mais cela n'empêcha pas les auteurs de répéter que la Grande Bibliothèque d'Alexandrie, qui abritait toutes les connaissances du monde antique, avait été brûlée soit par Jules César en 48 avant notre ère, soit par les chrétiens en 391 (ou, peut-être, en 415 à l'époque du meurtre d'Hypatie d'Alexandrie), soit par les musulmans au VIIe siècle. Quoi qu'il en soit, ce n'est pas la bibliothèque qui brûla dans l'incendie allumé par César en 48 avant notre ère, car cette institution est mentionnée par des auteurs ultérieurs. Marc Antoine, selon Plutarque, donna la collection entière de 200 000 livres de la bibliothèque de Pergame à Cléopâtre VII en 43 avant notre ère pour la bibliothèque; il est donc clair qu'une bibliothèque existait toujours à Alexandrie après la mort de César en 44 avant notre ère. Auguste César (27 av. J.-C. à 14 ap. J.-C.) aurait ensuite rendu une partie, mais pas la totalité, des livres à Pergame.

En 391, Théophile, évêque d'Alexandrie, supervisa la destruction du temple de Sérapis qui avait abrité une partie de la collection de la bibliothèque, mais on ne sait pas si des livres y étaient encore conservés. Alexandrie était devenue de plus en plus hostile au type d'érudition que la bibliothèque avait encouragé depuis l'essor du christianisme dans la ville après 313. En 391, les troubles civils alimentés par l'intolérance religieuse étaient devenus la marque de fabrique de la ville. Il semble certain que le Serapeum (temple de Sérapis) fut détruit à cette époque et qu'une église fut construite à son emplacement, mais il n'y a aucune preuve de la destruction de la bibliothèque, probablement parce qu'elle avait déjà été détruite par Aurélien ou Dioclétien.

Serapeum of Alexandria
Serapeum d'Alexandrie
Carole Raddato (CC BY-SA)

L'affirmation selon laquelle les Arabes musulmans du calife Omar ibn al-Khattâb auraient détruit la bibliothèque en 641 est totalement insoutenable. La célèbre histoire d'Omar ordonnant de brûler la vaste collection, en disant que si les ouvrages étaient en accord avec le Coran, ils étaient superflus, et que s'ils contredisaient le Coran, ils étaient une hérésie, apparaît 600 ans plus tard dans l'œuvre de l'écrivain chrétien Bar Hebraeus (1226-1286), tirée d'auteurs arabes musulmans du XIIIe siècle, tels qu'Ibn al-Qifti. Depuis le XVIIIe siècle, ce récit est considéré par les spécialistes comme une fiction.

Conclusion

L'affirmation selon laquelle la perte de la bibliothèque d'Alexandrie dans une grande conflagration réduisit en fumée le savoir du monde antique et fit reculer le développement intellectuel de l'humanité de plusieurs milliers d'années est une fable de plus en plus acceptée à force d'être répétée dans des articles, des livres, des émissions de télévision, des documentaires, des vidéos et des pamphlets divers, accusant l'une ou l'autre partie de la destruction de la bibliothèque afin de faire avancer un programme donné.

L'image de la Grande Bibliothèque d'Alexandrie, et de tout le savoir du monde antique, partant en fumée est certainement plus dramatique que le scénario plus banal du déclin de la bibliothèque dû à la négligence favorisée par de petites intrigues politiques et un air du temps socio-politico-religieux changeant, mais ce dernier est presque certainement ce qui s'est réellement passé. Il ne fait aucun doute que des ouvrages écrits furent détruits en 48 avant notre ère et par la suite, mais cela ne signifie pas que tous les livres conservés dans la bibliothèque à son apogée furent perdus. Comme nous l'avons indiqué, des copies de la collection avaient été faites et avaient quitté Alexandrie avec leurs propriétaires.

Alexandrie put se vanter d'avoir la plus grande bibliothèque du monde antique sous les premiers Ptolémées, mais aucun récit de l'Antiquité ne vient étayer l'affirmation selon laquelle la bibliothèque était encore un grand centre intellectuel à l'époque romaine. Il est clair, d'après les références contenues dans les œuvres de divers auteurs antiques, qu'un nombre considérable de manuscrits ont été perdus à Alexandrie entre environ 48 avant notre ère et 415 de notre ère, mais on ne sait pas de quoi il s'agit. De nombreux ouvrages référencés comme faisant partie de la collection de la bibliothèque existent encore aujourd'hui dans le monde entier et font partie de la collection de la Bibliotheca Alexandrina, ouverte en 2002 à Alexandrie, en Égypte, en hommage à la grande bibliothèque de l'Antiquité.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Qu'est-ce que la bibliothèque d'Alexandrie ?

La bibliothèque d'Alexandrie était une bibliothèque universelle créée sous le règne de Ptolémée Ier d'Égypte pour abriter tous les livres jamais écrits et créer un "laboratoire d'idées" pour les principaux intellectuels de l'époque.

Quand la bibliothèque d'Alexandrie fut-elle créée ?

La bibliothèque d'Alexandrie fut créée sous le règne de Ptolémée Ier d'Égypte (323-282 av. J.-C.) et construite par Ptolémée II (282-246 av. J.-C.).

Combien de temps la bibliothèque d'Alexandrie resta-t-elle un centre intellectuel ?

La Bibliothèque d'Alexandrie prospéra entre 323 et 145 avant notre ère, lorsqu'elle était financée par les souverains de la dynastie ptolémaïque. Elle commença à décliner après que le mécénat ptolémaïque se fut affaibli à partir de 145 avant notre ère.

Qu'est-il arrivé à la bibliothèque d'Alexandrie ?

La bibliothèque d'Alexandrie déclina en raison du manque de mécénat des derniers rois de la dynastie ptolémaïque et du mécénat inégal des empereurs de Rome. L'affirmation selon laquelle des milliers de livres de l'Antiquité furent détruits dans un grand incendie qui aurait consumé la bibliothèque est une fiction.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2023, juillet 25). Bibliothèque d'Alexandrie [Library of Alexandria]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-10883/bibliotheque-dalexandrie/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Bibliothèque d'Alexandrie." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juillet 25, 2023. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-10883/bibliotheque-dalexandrie/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Bibliothèque d'Alexandrie." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 25 juil. 2023. Web. 21 juin 2024.

Adhésion