Samothrace

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 07 juillet 2016
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
Nike of Samothrace (by Tory Brown, CC BY-NC-SA)
Victoire de Samothrace
Tory Brown (CC BY-NC-SA)

Samothrace (Samothráki) est une île grecque située dans le nord de la mer Égée, qui était importante à l'époque classique en tant que membre de la Ligue de Délos. Son plus grand titre de gloire était d'être un centre de culte favorisé par la Macédoine et visité par des pèlerins de toute la mer Égée. Son nom est aujourd'hui surtout connu pour la magnifique sculpture de Niké hellénistique, la Niké de Samothrace, excavée sur l'île au 19e siècle, et qui est aujourd'hui exposée au Louvre, à Paris.

Périodes archaïque et classique

Samothrace, île montagneuse de la mer Égée d'une superficie de 178 km², fut habitée pour la première fois au Néolithique, puis colonisée par des colons grecs, probablement originaires de Samos, vers 700 avant J.-C. Dans la littérature, Samothrace apparaît dans l'Iliade d'Homère lorsque Poséidon s'installe au sommet de l'île pour assister au spectacle de la guerre de Troie. La ville était gouvernée par cinq tribus qui avaient Athéna pour protectrice et qui frappaient leur propre monnaie. Lors des guerres perses, nous savons qu'au moins un navire combattit aux côtés des Perses (et coula un navire athénien) lors de la bataille de Salamine (480 av. J.-C.). Néanmoins, après la victoire grecque, Samothrace fut membre de la Ligue de Délos, l'alliance des cités-États grecques dirigée par Athènes, de 478 à 404 avant Jésus-Christ. À la même époque, l'île contrôlait un territoire (peraea) sur le continent thrace où des colonies étaient établies. Après une brève période où l'île tomba sous le contrôle de Sparte, Samothrace attira l'intérêt de la Macédoine.

Supprimer la pub

Advertisement

Périodes hellénistique et romaine

L'importance de Samothrace s'accrut considérablement lorsqu'elle reçut le patronage de la maison royale de Macédoine, un statut qui se maintint tout au long de la période hellénistique. Le sanctuaire de l'île était probablement dédié aux Cabires (ou Kábeiroi, peut-être Hermès et Hephaistos) ou aux divinités indéfinies connues sous le nom de Grands Dieux (Megáloi Théoi, le plus important d'entre eux ici était probablement Axieros, associée plus tard à Déméter). Ces dieux étaient au centre d'un culte mystérieux qui était répandu dans toute la partie nord de la mer Égée. Selon Hérodote (Livre 2.52), le culte avait été introduit sur l'île par les Pélasges plusieurs siècles auparavant.

Le culte des Grands Dieux à Samothrace était le deuxième en importance dans le monde grec après les Mystères d'éleusis.

Le culte des Grands Dieux à Samothrace était le deuxième en importance dans le monde grec après les Mystères d'Éleusis. Les pèlerins venaient de loin pour chercher une protection (notamment contre la mer), une amélioration morale, une longue vie et un meilleur au-delà. Comme son nom l'indique, les détails des cérémonies qui se déroulaient à Samothrace restent un mystère, mais nous savons que les premiers initiés (mystai) faisaient tout ce qu'ils faisaient les yeux bandés, tandis que les personnes déjà initiées étaient appelées epoptai ou "spectateurs". Les cérémonies se déroulaient la nuit et comportaient des danses. Nous savons également qu'il n'y avait aucune barrière de classe, de richesse ou de nationalité pour participer aux mystères et que les femmes et les esclaves étaient également éligibles.

Supprimer la pub

Advertisement

Les Macédoniens financèrent de grands projets de construction sur l'île qui prit une telle importance que de nombreuses cités grecques y envoyèrent des ambassadeurs (theoroi), dont certains restèrent en tant que proxenoi ou résidents permanents chargés de veiller aux intérêts de leur ville sur le site. Pendant les guerres de succession qui suivirent la mort d'Alexandre le Grand, l'île passa entre les mains de plusieurs souverains hellénistiques, mais elle continua à attirer des visiteurs dans son sanctuaire. À l'époque romaine, Samothrace devint une ville libre, ce qui lui conférait certains privilèges en matière d'impôts et d'autonomie politique. Faisant partie de l'empire byzantin jusqu'en 1204, elle passa ensuite sous la domination de Gênes et fut fortifiée. À partir du 15e siècle, Samothrace fut gouvernée par les Ottomans.

Temple of the Great Gods, Samothrace
Temple des Grands Dieux, Samothrace
Gigia (CC BY-SA)

Vestiges archéologiques

Le sanctuaire, situé à l'extrémité nord de l'île, a fait l'objet de fouilles systématiques pour la première fois dans les années 1930 par des archéologues américains qui ont montré qu'il couvrait autrefois 12,5 hectares. Ces fouilles ont révélé les vestiges de bâtiments et de temples datant en grande partie des IVe et IIIe siècles avant notre ère. Le grand temple date d'environ 340 avant J.-C. et comportait autrefois une frise de danseurs, la structure du sanctuaire était probablement le lieu où se déroulaient les mystères, et le Tholos d'Arsinoé (288-281 avant J.-C.) avait été dédié par Arsinoé, épouse de Lysimaque, aux Grands Dieux. Pour compléter les bâtiments les plus importants que l'on peut voir aujourd'hui, il y a un grand propylon (porte monumentale) dédié par Ptolémée II Philadelphe en 285-281 av. J.-C., une stoa (bâtiment à colonnades) du IIIe siècle av. J.-C., et une structure ressemblant à un palais datant du Ier siècle avant J.-C..

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

La Niké de Samothrace

Cependant, c'est une découverte antérieure, faite au XIXe siècle qui apporta à Samothrace une renommée mondiale. Il s'agit de la magnifique statue de marbre de la Victoire connue sous le nom de Niké de Samothrace. La statue fut dédiée par les fidèles du sanctuaire de culte après une victoire navale. Datant d'environ 190 avant J.-C., la déesse a de puissantes ailes déployées et semble avoir atterri sur la proue d'un navire. Elle était installée au-dessus d'un lac artificiel pour faire encore plus d'effet. La Niké, considérée comme l'un des chefs-d'œuvre de la sculpture hellénistique, est aujourd'hui exposée en permanence au musée du Louvre à Paris, en France.

Parmi les autres découvertes faites sur le site figurent des poteries et des monuments en pierre portant des inscriptions thraces. Des sceaux de la civilisation minoenne suggèrent un contact avec la Crète à l'âge du bronze moyen. Des fragments de la frise du temple et des objets provenant de tombes, tels que des pièces de monnaie et des bijoux, sont exposés au musée du site. Enfin, un célèbre relief, également conservé au Louvre, représente une procession d'Agamemnon, d'un héraut et d'Épéios (créateur du cheval de Troie), identifiés par une inscription. Datant d'environ 550 avant notre ère, cette scène est un épisode inconnu de la guerre de Troie et nous rappelle que notre connaissance de la mythologie grecque est loin d'être complète.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur d'articles historiques installé en Italie. Il s'intéresse plus particulièrement à la poterie, à l’architecture, aux mythologies du monde et à la découverte des idées partagées par toutes les civilisations. Il est titulaire d’un Master en philosophie politique et éditeur en chef de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2016, juillet 07). Samothrace [Samothrace]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-10075/samothrace/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Samothrace." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juillet 07, 2016. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-10075/samothrace/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Samothrace." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 07 juil. 2016. Web. 12 août 2022.

Adhésion