Callimaque de Cyrène

Coûts du serveur Collecte de fonds 2024

Aidez-nous dans notre mission de fournir un enseignement gratuit de l'histoire au monde entier ! Faites un don et contribuez à couvrir les coûts de notre serveur en 2024. Grâce à votre soutien, des millions de personnes apprennent l'histoire entièrement gratuitement chaque mois.
$2192 / $18000

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 17 juillet 2023
Disponible dans ces autres langues: anglais
X
Aetia by Callimachus (by The Egypt Exploration Society, Public Domain)
Aitia par Callimaque
The Egypt Exploration Society (Public Domain)

Callimaque de Cyrène (c. 310-c. 240 av. J.-C.) était un poète et un érudit associé à la Bibliothèque d'Alexandrie et surtout connu pour ses Pinakes ("Tablettes"), un catalogue bibliographique de la littérature grecque, sa poésie et son esthétique littéraire qui rejetait l'épopée au profit d'œuvres plus courtes et qui influença le développement ultérieur de la littérature romaine.

Il est considéré comme l'un des plus grands poètes de l'Antiquité et, par son influence sur les écrivains romains, il ouvrit la voie au développement de la littérature occidentale, notamment en mettant l'accent sur la brièveté et la simplicité de la forme. L'une de ses citations les plus connues est "Un gros livre est un gros ennui", ce qui semble signifier que "moins, c'est plus" et qu'il faut s'efforcer de raconter son histoire de la manière la plus directe et la plus succincte possible. Bien que l'on ait beaucoup parlé de son rejet d'Homère, il semble que l'on ait fait du sensationnalisme. Il rejetait la norme littéraire qu'Homère avait fini par définir, mais pas nécessairement l'œuvre elle-même. Il en allait de même pour sa relation avec les œuvres de Platon, mais ces deux auteurs avaient clairement influencé ses propres œuvres.

Supprimer la pub
Publicité

Il ne dirigea jamais la bibliothèque d'Alexandrie, bien que cela soit souvent affirmé, mais il fut peut-être le professeur d'Apollonios de Rhodes (IIIe siècle av. J.-C.), le bibliothécaire en chef après Zénodote (IIIe siècle av. J.-C.), le premier bibliothécaire d'Alexandrie. La prétendue querelle entre Callimaque et Apollonios semble également avoir été sensationnalisée et est basée sur des interprétations de fragments de leurs œuvres, car on ne sait presque rien de la vie de chacun d'entre eux. Apollonios fut remplacé comme bibliothécaire par Ératosthène (c. 276-195 av. J.-C.), qui fut peut-être aussi un élève de Callimaque.

Bien que peu de ses œuvres aient survécu, il est abondamment cité par les écrivains postérieurs qui louent l'économie de sa prose et l'accent mis sur une réponse émotionnelle à l'expérience personnelle dans sa poésie. L'influence qu'il exerça sur les écrivains ultérieurs fut considérable, notamment sur des personnalités telles qu'Horace, Properce, Ovide et Virgile. Les détails et le caractère essentiel de son esthétique littéraire sont encore débattus aujourd'hui, mais pas son influence sur la littérature occidentale.

Supprimer la pub
Publicité

Famille et jeunesse

En tant que "jeune de la cour" et plus tard poète de la cour, Callimaque écrivit des œuvres pour Ptolémée I, II et III.

On ne sait presque rien de la vie de Callimaque et la plupart des informations biographiques proviennent des Souda (Xe siècle), et non de ses œuvres ou de celles de ses contemporains. Il vit le jour dans une famille de la classe supérieure de Cyrène, en Afrique du Nord, et se présentait comme un "fils de Battos", c'est-à-dire de Battos Ier (r. d'environ 631 à environ 599 av. J.-C.), fondateur de la ville de Cyrène et de la dynastie des Battiades qui développa la région environnante de la Cyrénaïque. Il est très probable que Callimaque ait fait cette référence simplement pour établir qu'il était originaire de Cyrène, ce qui ne signifie pas nécessairement, comme certains l'ont prétendu, qu'il était lié à la maison royale. Les chercheurs Benjamin Acosta-Hughes et Susan A. Stephens donnent un bref aperçu de sa famille:

Son grand-père, également nommé Callimaque, était probablement le général cyrénéen. La sœur de Callimaque, Megatima, semble avoir épousé une famille chypriote de haut rang. Un arrière-grand-père a été identifié comme étant Annicéris, un Cyrénéen qui, selon une anecdote conservée dans Lucien et Aélien, tenta d'impressionner Platon en conduisant son char (destiné aux Jeux olympiques) autour de la périphérie de l'Académie. Annicéris devait être un homme très riche, car on dit aussi qu'il avait racheté Platon à Denys de Syracuse. (4)

On sait peu de choses sur les débuts de Callimaque, si ce n'est que sa mère s'appelait également Megatima, qu'il semble avoir été éduqué à Cyrène et qu'il vivait et écrivait à Alexandrie sous le règne de Ptolémée II Philadelphe (282-246 av. J.-C.). Acosta-Hughes et Stephens écrivent :

Supprimer la pub
Publicité

Callimaque a vécu la majeure partie de son âge adulte sous le règne du second Ptolémée, période où l'empire ptolémaïque était à son apogée. La Souda nous apprend qu'il était maître d'école élémentaire à Éleusis, mais s'il écrit déjà pour la cour à la fin des années 280 avant J.-C., sa carrière universitaire a dû être assez brève. En revanche, Tzetzes indique qu'il était un "jeune de la cour", un statut officiel incompatible avec l'enseignement élémentaire, mais qui correspondrait à une carrière poétique qui semble avoir commencé au début de la vingtaine. L'explication la plus simple de l'information fournie par la Souda est qu'elle a été extrapolée à partir de poèmes dans lesquels Callimaque parle de la salle de classe ou des maîtres d'école. (3)

En tant que "jeune de la cour" et plus tard poète de la cour, Callimaque écrivit des œuvres pour Ptolémée Ier Soter (r. de 323 à 282 av. J.-C.), Ptolémée II et Ptolémée III Evergète (r. de 246 à 222 av. J.-C.). Il est probablement arrivé à Alexandrie en provenance de Cyrène vers la fin du règne de Ptolémée I. Bien qu'il semble avoir été associé à la Bibliothèque d'Alexandrie sous Ptolémée II, sa position n'est pas claire. Il ne fur jamais bibliothécaire en chef et rien n'indique qu'il ait participé aux acquisitions.

Ptolemy II Philadelphus Founds the Library of Alexandria
Ptolémée II Philadelphe fonde la bibliothèque d'Alexandrie
Vincenzo Camuccini (Public Domain)

Œuvres

Selon la Souda, Callimaque écrivit plus de 800 ouvrages. Toute sa prose a été perdue et n'est connue que par des références dans les œuvres d'autres personnes. Parmi les œuvres disparues, citons ses Merveilles classées par lieu - un recueil de paradoxes - et ses Pinakes. Contrairement à ce que l'on croit généralement, le Pinakes n'était pas un catalogue des ouvrages détenus par la Bibliothèque d'Alexandrie, mais un inventaire bibliographique de toute la littérature grecque, la divisant en poésie et en prose et indiquant l'auteur, les autres ouvrages du même auteur et des informations biographiques. Le premier "catalogue de cartes" de la Bibliothèque d'Alexandrie avait été créé par Zénodote, comme l'a noté l'érudit Lionel Casson :

L'ordre alphabétique comme mode d'organisation. Pour autant que nous le sachions, Zénodote est le premier à l'avoir utilisé, dans un glossaire de mots rares qu'il avait compilé. Puisque les indications sont claires sur le fait que, dès le début, les fonds de la bibliothèque étaient classés par ordre alphabétique, la conclusion naturelle est que Zénodote, ayant trouvé le système utile pour son glossaire, l'avait appliqué à la collection. (37)

Callimaque améliora le système de Zénodote en élargissant le catalogue pour qu'il soit plus complet, comme l'explique Casson :

Supprimer la pub
Publicité

En tant qu'érudit, la plus grande réalisation de Callimaque fut une compilation monumentale, les Pinakes "Tables" ou, pour donner son titre complet, les Tables des personnes éminentes dans toutes les branches du savoir avec une liste de leurs écrits. Il s'agissait d'une étude bibliographique détaillée de tous les écrits grecs ; elle ne comptait pas moins de 120 livres, soit cinq fois plus que l'Iliade d'Homère. Ce qui avait rendu possible un tel projet, c'était l'existence de la bibliothèque d'Alexandrie, sur les rayons de laquelle se trouvaient tous ces écrits, à de rares exceptions près. (39)

Le Pinakes est considéré comme le premier catalogue sur fiches, un enregistrement systématique d'informations bibliographiques sur les ouvrages de la collection d'une bibliothèque.

Le Pinakes est considéré comme le premier catalogue de cartes, un enregistrement systématique d'informations bibliographiques sur les œuvres de la collection d'une bibliothèque. Il semble toutefois que le premier ait été créé pour la bibliothèque d'Assurbanipal (r. de 668 à 627 av. J.-C.) établie à Ninive au 7e siècle av. Comme la bibliothèque d'Assurbanipal contenait plus de 30 000 ouvrages, régulièrement consultés, on pense que le bibliothécaire en chef avait dû créer un système permettant de localiser un ouvrage particulier.

Les pinakes de la bibliothèque d'Alexandrie semblent avoir été des tablettes fixées au-dessus d'étagères ou de bacs indiquant les manuscrits qui s'y trouvaient. Ce système aurait été considéré par les auteurs ultérieurs comme le premier "catalogue de cartes", car la bibliothèque d'Assurbanipal avait été détruite en même temps que Ninive en 612 avant notre ère, et personne n'avait su qu'elle avait existé jusqu'au 19e siècle.

Les œuvres de Callimaque qui nous sont parvenues sont les suivantes

  • Aitia - un poème en quatre volumes sur les origines de certains mythes
  • Épigrammes - courts poèmes sur divers sujets, allant des dédicaces aux épitaphes en passant par les monuments commémoratifs.
  • Hécale - poème épique sur Thésée et la vieille veuve Hécale.
  • Hymnes : six hymnes à la gloire des dieux grecs, dont l' Hymne à Zeus est considéré comme sa première œuvre majeure.
  • Iambes - poèmes courts, souvent satiriques, critiquant fréquemment les contemporains.

Aitia

Supprimer la pub
Publicité

L'Aitia donne les premières versions de certains des mythes grecs les plus populaires et explique comment certains aspects du monde naturel et surnaturel sont apparus. Acosta-Hughes et Stephens commentent la relation entre les Merveilles et l'Aitia:

Les ouvrages en prose les plus influents de Callimaque semblent avoir été son recueil de Merveilles et ses Pinakes. Les Merveilles constituent le plus ancien recueil de paradoxes connu et, bien que Callimaque n'ait pas inventé le genre de la paradoxographie qui s'imposa à l'époque hellénistique, il lui donna un cachet distinctif...La clé du genre est la présentation objective et rationnelle d'un élément qui semble enfreindre les lois de la nature, le but étant de produire non pas un "Aha" de compréhension mais un "Oh" d'émerveillement... Si les Merveilles cataloguent les violations des normes de la nature, une grande partie des Aitia catalogue des phénomènes qui violent les normes ou les attentes de la société: Par exemple, pourquoi la statue d'Artémis à Leucas a-t-elle un mortier sur la tête au lieu d'une couronne ? L'objectif des Aitia est peut-être d'étonner, mais elles expliquent également et, ce faisant, elles intègrent les comportements et les événements paradoxaux ou inattendus dans un modèle plus large d'activité humaine. Ce faisant, ils demandent implicitement au public de repousser les limites de l'expérience, de sorte que ce qui est étrange au départ devient progressivement familier. (17)

Hécale

Callimaque semble avoir développé cette même vision de l'utilisation du connu pour mettre en lumière l'inconnu ou le souvent ignoré dans ses autres œuvres. Dans l'Hécatombe, par exemple, il prend le célèbre personnage de Thésée, souvent représenté en association avec de jeunes et belles femmes, et le place en compagnie de la vieille Hécatombe, une veuve athénienne de la classe supérieure, maintenant appauvrie, qui lui offre l'hospitalité. Lorsque Thésée apprend qu'elle est morte, il fait nommer un dème (quartier) d'Athènes en son honneur et y érige un temple à Zeus. L'Hécatombe s'inscrit parfaitement dans la vision de l'Aitia en expliquant comment le dème de l'Hécatombe reçut son nom, mais elle viole également les "normes ou attentes sociales" en plaçant le prince Thésée dans la cabane délabrée de la vieille Hécatombe au lieu de son environnement habituel, les palais ou les terres lointaines de l'aventure héroïque. L'Hécatombe influença la poésie rustique d'Horace et les œuvres d'Ovide, entre autres, tant par son style que par son sujet.

Attic Black-Figure Amphora with Theseus
Amphore attique à figures noires avec Thésée
Thrace Foundation (Copyright)

Les épigrammes

Les épigrammes, à l'origine inscrits dans la pierre ou sur des offrandes votives, figurent facilement parmi les œuvres pour lesquelles Callimaque est le plus connu à l'ère moderne, car l'épigramme d'Héraclite de Callimaque faisait partie du programme des écoles au Royaume-Uni et aux États-Unis jusqu'au milieu du 20e siècle. L'épigramme se lit comme suit :

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Quelqu’un m’a dit, ô Héraclite, que tu avais accompli ta destinée, et cette nouvelle m’a plonge dans les larmes. Que de fois, je m’en souviens, tons les deux, dans la lesché, nous avons prolonge nos entretiens jusqu’après le coucher du soleil! Ainsi donc, O mon cher hôte d’Halicarnasse, depuis longtemps peut-être tu n’es plus que cendre; mais du moins tes chants pure comme la voix du rossignol vivent, et sur eux le ravisseur de toutes choses, Hadès, ne portera pas la main.

(Traduction de A. Hauvette, Remacle)

Ce poème fut écrit pour l'ami de Callimaque, Héraclite d'Halicarnasse (IIIe siècle av. J.-C.), poète célèbre pour son recueil de vers intitulé " Les rossignols". Callimaque se console dans son épigramme en pensant que, bien que son ami soit mort, sa poésie vit et son nom aussi. Malheureusement, aucune des œuvres d'Héraclite d'Halicarnasse n'a survécu, à l'exception d'une seule épigramme. Son nom et le titre de son livre n'ont été préservés que par le poème de Callimaque.

Hymnes

Les six hymnes de Callimaque qui nous sont parvenus sont les suivants :

Les chercheurs continuent de débattre pour savoir si les hymnes ont été écrits pour être récités lors de cérémonies et de festivals religieux publics ou s'il s'agit de créations purement littéraires. La difficulté de déterminer l'objectif des hymnes réside dans le fait que Callimaque rédigea soigneusement chacun d'entre eux comme s'il s'agissait en fait d'une invocation au début d'une cérémonie religieuse. Il est toutefois possible qu'il n'ait fait que reproduire le style de ces œuvres pour créer quelque chose de nouveau. Le début de l'Hymne à Apollon, par exemple, commence ainsi :

Ciel ! comme le laurier d'Apollon est agité ! comme le temple entier est ébranlé ! Loin, loin d'ici, profanes ! Déjà Phébus de son pied divin a touché le seuil de la porte. Ne le voyez-vous pas ! Déjà le palmier de Délos l'a salué par un doux frémissement ; déjà le cygne a rempli l'air de ses chants. Tombez verrous, tombez barreaux, le dieu approche : et vous, jeunes hommes, préparez vos concerts et vos danses.

(Traduction de Laporte - Dutheil, Remacle)

L'œuvre ressemble à une invocation destinée à être lue lors des cérémonies d'ouverture d'un festival religieux - et c'était peut-être le cas - mais les spécialistes estiment que les détails de l'œuvre ont une résonance plus littéraire.

Iambes

Les Iambes de Callimaque furent influencés par les œuvres du poète iambique Hipponax d'Éphèse (VIe siècle av. J.-C.), célèbre pour ses vers satiriques et ses attaques contre la prétention de ses contemporains. La poésie iambique se définissait à l'origine par un langage insultant placé dans la bouche d'un orateur fictif ou d'une version fictive du poète. Les œuvres d'Hipponax - et plus tard de Callimaque - expliquent certains aspects de la vie tout en critiquant subtilement (ou directement) un individu, un mode de comportement, une école de pensée ou la condition humaine en général.

Dans l'Iambe I de Callimaque, Hipponax revient d'entre les morts pour critiquer les poètes et les érudits de l'époque de Callimaque pour leurs stupides rivalités et prétentions. En cela, le personnage d'Hipponax sert de porte-parole aux critiques de Callimaque à l'égard de ses contemporains. Dans l'Iambe II, un orateur fictif raconte comment les dieux ont donné aux animaux le pouvoir de parler jusqu'à ce que le cygne se plaigne de sa mortalité et que le renard commence à se plaindre de l'injustice de Zeus. En réponse, Zeus leur retira le pouvoir de la parole et la donna aux humains, ce qui explique pourquoi certaines personnes ressemblent à des animaux.

Ancient Library
Bibliothèque Antique
Mohawk Games (Copyright)

Conclusion

Callimaque fut peut-être influencé par Hipponax et d'autres, mais il s'appropria chaque genre qu'il écrivit en simplifiant le langage et la mesure des vers. En ce qui concerne l'affirmation souvent répétée selon laquelle il aurait rejeté Homère, Acosta-Hughes et Stephens soutiennent qu'il ne s'est jamais opposé à la longueur d'une œuvre comme l'Iliade, en soi, mais au long vers hexamètre qui ne trouvait plus d'écho auprès du public parce qu'il était devenu statique. Acosta-Hughes et Stephens écrivent :

À l'époque de Callimaque, l'omniprésence d'Homère, de la salle de classe à la représentation civique, et son iconicité panhellénique, limitaient son efficacité pour l'imitation créative. Homère était un artefact, un monument du passé poétique, et inimitable, parce que la monumentalité même de ses textes garantissait un statut de second plan à quiconque s'y essayait. Le défi pour Callimaque et ses pairs consistait à adapter Homère à un nouvel environnement, ce qui impliquait nécessairement de "rejeter", si l'on entend par ce terme le fait de ne pas privilégier ni d'imiter les aspects de la poésie hexamétrique antérieure qui ne pouvaient pas être traduits efficacement dans l'écriture contemporaine. Callimaque ne privilégiait manifestement pas l'écriture d'un récit soutenu sur plusieurs milliers de lignes, le type de trajectoire narrative que nous trouvons dans l'Iliade. (18-19)

Au contraire, Callimaque s'efforça de présenter au public une expérience immédiate, même dans des œuvres plus longues telles que l'Aitia et l'Hécale. L'esthétique littéraire connue sous le nom de callimachéisme prône la brièveté, arguant que la poésie est l'utilisation d'un langage raffiné pour produire un effet spécifique sur un public et qu'un tel langage ne peut pas être soutenu dans une longue œuvre. En cela, Callimaque défendait la même esthétique que celle prônée plus tard au XXe siècle par le poète Ezra Pound et l'écrivain Ernest Hemingway, entre autres, à savoir que les anciens styles et formes de littérature ne pouvaient plus parler à la génération actuelle et que les œuvres littéraires devaient être dépouillées de tous les mots ou ornements superflus. L'érudit R.W. Livingstone, qui s'adressait aux Grecs de l'Antiquité, pourrait tout aussi bien écrire sur les révolutionnaires littéraires de Paris dans les années 1920 :

La brièveté n'est pas toujours synonyme de simplicité, et il est possible d'être à la fois simple et long. Mais quiconque examine ces écrivains grecs constatera qu'ils sont brefs parce que, en évitant les chemins de traverse et les intrigues secondaires, l'élaboration ou les détails minutieux, ils font ressortir les traits centraux de leur image avec une économie de ligne sans effort. (254)

Cette observation s'applique à Callimaque aussi bien, voire mieux, que beaucoup d'autres écrivains grecs anciens. En insistant sur la simplicité de la forme et de l'expression, Callimaque purifia la littérature de son temps. Il insistait sur le fait qu'un écrivain devait "garder la muse svelte" en produisant des œuvres empreintes de retenue et de discrétion plutôt que le mode épique de l'inclusion de détails. Sa vision littéraire influencerait les plus grands écrivains romains et, à travers eux, le développement de la littérature occidentale jusqu'à l'ère moderne, où les formes littéraires sont à nouveau remises en question, brisées et transformées en quelque chose de nouveau.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Qui était Callimaque de Cyrène ?

Callimaque de Cyrène était un poète et un érudit du IIIe siècle avant notre ère qui rationalisa les formes littéraires et développa le catalogue systématique des fonds de la Bibliothèque d'Alexandrie, souvent cité comme le premier "catalogue de cartes" de l'histoire.

Pourquoi Callimaque est-il important ?

Callimaque est important pour sa contribution au développement de la littérature grecque et romaine en réduisant une longue prose aux détails essentiels afin de fournir au public une expérience émotionnelle ou intellectuelle directe. Il exerça également une influence dans les domaines de la critique littéraire et du catalogage bibliographique.

Callimachus de Cyrène a-t-il créé le premier catalogue de cartes ?

Le premier "catalogue de cartes" de la bibliothèque d'Alexandrie avait été créé par Zénodote, le premier bibliothécaire du site, mais il fut développé par Callimaque de Cyrène. Le "premier catalogue de cartes" fut probablement mis au point au 7e siècle avant notre ère pour la bibliothèque d'Assurbanipal.

Quelle est l'œuvre la plus célèbre de Callimaque de Cyrène ?

L'œuvre la plus connue de Callimaque de Cyrène est "l'épigramme d'Héraclite de Callimaque", une ode à son ami Héraclite d'Halicarnasse, que les écoliers du Royaume-Uni et des États-Unis apprenaient par cœur jusqu'au milieu du XXe siècle.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2023, juillet 17). Callimaque de Cyrène [Callimachus of Cyrene]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-22060/callimaque-de-cyrene/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Callimaque de Cyrène." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juillet 17, 2023. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-22060/callimaque-de-cyrene/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Callimaque de Cyrène." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 17 juil. 2023. Web. 14 juil. 2024.

Adhésion