Cos

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 18 avril 2016
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais
Temple of Apollo, Asclepeion, Kos (by Tedmek, CC BY-SA)
Temple d'Apollon, Asclépiéion, Cos
Tedmek (CC BY-SA)

Cos (ou Kos) est une île grecque du sud-est de la mer Égée, faisant partie du groupe du Dodécanèse (anciennes Sporades méridionales) qui prospéra dans l'Antiquité grâce à sa situation sur les routes commerciales entre l'Égypte, la Syrie, Chypre et l'Anatolie. Peuplée dès l'âge de bronze, l'île fut contrôlée par une longue liste de puissances au fil des siècles. L'un des fils les plus célèbres de Cos était le célèbre médecin Hippocrate, qui créa une école de médecine sur l'île au Ve siècle av. JC. Cos prospéra particulièrement sur le plan politique et culturel au 4e siècle av. JC, après quoi elle devint une ville libre dans le cadre de l'Empire romain.

Cos à l'âge du bronze

Dans la mythologie grecque, Eurypylos est mentionné comme étant le roi de Cos et contribuant à l'armée grecque impliquée dans la guerre de Troie de l'Iliade d'Homère. Dans le même ouvrage, on raconte qu'Héra emmena Hercule sur l'île alors qu'il tentait de rentrer chez lui après avoir mis Troie à sac. Les premières preuves archéologiques d'établissements sur Kos confirment une présence encore plus ancienne à l'âge du bronze (3e millénaire avant notre ère), avec des jarres funéraires et des objets métalliques tels que des poignards mis au jour. Les découvertes de l'âge du bronze moyen démontrent également une influence de la Crète minoenne et un contact avec l'Égypte.

Supprimer la pub

Advertisement

Les premiers grands établissements, tels que Serayia (Seraglio), possèdent des murs de fortification et des tombes à tholos datant de la période mycénienne (1600-1200 avant notre ère). L'île fut sans doute choisie comme point d'arrêt utile sur les anciennes routes commerciales méditerranéennes entre le Levant, l'Égypte et l'Anatolie. Cos était également l'une des îles les plus fertiles de la mer Égée. Les poteries fabriquées à Kos étaient échangées avec d'autres îles et certaines furent découvertes à Trianda et Akrotiri sur Théra. Après l'effondrement de la civilisation mycénienne à la fin de l'âge du bronze, l'île fut ensuite occupée par des colons doriques venus de Grèce continentale, probablement d'Épidaure. Le cimetière de Serayia, en service depuis environ 1050 av. JC, date de cette période. Il fut utilisé pour la dernière fois vers 750 av. JC, ce qui indique l'arrivée d'une nouvelle influence culturelle.

LE GRAND MÉDECIN HIPPOCRATE naquit À Cos OÙ IL FONDa UNE ÉCOLE DE MÉDECINE QUI DEVint CÉLÈBRE DANS TOUT LE MONDE GREC.

Cos archaïque et classique

À partir de la période archaïque, l'île passa sous le contrôle de diverses puissances - d'abord la Perse, puis l'Halicarnasse, et enfin Athènes. Les villes les plus importantes de l'île étaient Astypalaea, Cos Meropis et Halasarna. Au Ve siècle av. JC, le grand médecin Hippocrate naquit sur l'île où il fonda une école de médecine qui devint célèbre dans tout le monde grec. À partir de cette période, Cos devint également un exportateur de vin réputé et frappa sa propre monnaie, dont l'exemple le plus célèbre est sans doute les tridrachmes d'argent qui représentent un lanceur de disque (discobolus). Lors de la bataille de Salamine entre les forces grecques et perses, Cos fournit plusieurs navires à la cause perse, dans une flotte insulaire commandée par Artémise Ier de Carie. Selon Hérodote, le tyran Kadmos donna aux habitants de l'île le contrôle du gouvernement vers 480 av. JC.

Supprimer la pub

Advertisement

Tridrachm, Kos
Tridrachme, Cos
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Par la suite, Cos passa sous le contrôle d'Athènes et devint un membre de la Ligue de Délos qui payait un tribut. Cela n'offrit pas de protection particulière à l'île, puisque Cos fut mise à sac par le général spartiate Astyochus en 412 av. JC, après avoir profité du désordre causé par un récent tremblement de terre dévastateur. Selon Thucydide, le général athénien Thémistocle réagit en construisant des fortifications sur l'île en 411 av. JC. En 366 av. JC, toutes les villes de Cos se réunirent pour former une seule entité politique. Une nouvelle ville fut donc fondée sur la côte nord-est, puis fortifiée, et un port y fut créé. Mausole, souverain de Carie, envahit l'île dans les années 350 av. JC. En 332 av. JC, Amphotère, amiral d'Alexandre le Grand, prit possession de l'île.

Cos hellénistique et romaine

Après les guerres de succession qui suivirent la mort d'Alexandre, Cos retrouva son indépendance, établit un gouvernement et une constitution démocratiques et devint une alliée de la dynastie des Ptolémées basée à Alexandrie. Cos exportait du vin, de l'huile d'olive et de la soie vers des villes de la mer Égée et de la mer Noire. Ses liens commerciaux et culturels durables avec l'Égypte sont illustrés par le fait que Ptolémée II naquit sur l'île et que Cléopâtre II envoya son trésor à Cos vers 102 av. JC. Une période d'activité culturelle s'exprima à travers des personnages tels que l'influent poète et érudit Philétas de Cos (né vers 340 av. JC) et son contemporain le poète Hérondas. En 242 av. JC, les jeux organisés sur l'île en l'honneur d'Asclépios reçurent un statut panhellénique, comme ceux d'autres sites sacrés tels que Delphes et Olympie. Les archives décrivent des athlètes venus de plus de 50 villes différentes pour y participer, et il ne s'agit là que des listes de vainqueurs.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Odeion of Kos
Odéon, Cos
kallerna (CC BY-SA)

Lorsque Rome commença à étendre son empire à partir du 2ème siècle av. JC, Cos devint une ville libre (civitas libera). Avec la chute de la République romaine, Cos fit partie de la province d'Asie. L'empereur Claude accorda à Cos l'immunitas (immunité contre les impôts ou les décrets impériaux) et l'île redevint une ville libre au 1er siècle de notre ère. À la fin de l'Antiquité, l'île n'avait plus à nouveau qu'un statut de tributaire.

L'Asclépiéion

L'île possède aujourd'hui d'importants vestiges archéologiques de toutes les périodes de son histoire. Il s'agit notamment de l'agora et du gymnase de la période classique, et de l'époque hellénistique, d'un temple et d'un autel de Dionysos. La période romaine de Cos est représentée par des thermes, un gymnase, des maisons, des villas - dont beaucoup ont conservé leurs mosaïques - et une basilique paléochrétienne. Les vestiges les plus significatifs sont de loin ceux du grand complexe de l'Asclépiéion pour lequel l'île était si célèbre dans l'Antiquité.

L'Asclépiéion est situé à quatre kilomètres de la ville et date du 4e au 2e siècle avant notre ère. Il fut construit sur un site plus ancien, consacré à Apollon Cyparissius (en référence aux cyprès de la région), qui était, bien sûr, le père d'Asclépios, le dieu grec de la médecine. Au départ, le site ne comportait qu'un modeste autel, mais il s'e développa au fil des ans, avec d'abord un petit temple ionique construit et dédié à Asclépios, puis, sous les auspices du roi Eumène II de Pergame au IIe siècle av. JC, un grand temple dorique fut construit à Asclépios, qui copiait le modèle de son temple d'Épidaure.

Supprimer la pub

Advertisement

The Hellenistic Gymnasium, Kos
Gymnase hellénistique, Cos
Karelj (Public Domain)

Le complexe finit par s'étendre sur trois terrasses distinctes mais reliées entre elles pour mieux remplir sa fonction de lieu où les visiteurs de toute la mer Égée pouvaient chercher des remèdes. Les installations comprenaient des latrines et des bains (1er siècle de notre ère), des temples, une bibliothèque, des fontaines et des stoas (bâtiments ouverts à colonnades), ainsi que des éléments communs aux lieux sacrés tels que des portes monumentales (propylées), des exèdres (sièges incurvés) et des salles pour les patients et les prêtres. Au IIe siècle de notre ère, les Romains construisirent un grand temple dédié à Apollon dont les colonnes reconstruites ont été remises en place aujourd'hui. Au 3e siècle de notre ère, d'autres thermes furent ajoutés au site, qui continuèrent à fonctionner jusqu'au 5e siècle de notre ère. Au VIe siècle de notre ère, une église chrétienne fut construite à la place du temple païen et, à l'époque médiévale, les chevaliers de Saint-Jean réutilisèrent de nombreux blocs de maçonnerie pour construire leur château. Le site a été redécouvert et fouillé à partir du début du XXe siècle, d'abord par une équipe d'archéologues allemands, puis italiens.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur d'articles historiques installé en Italie. Il s'intéresse plus particulièrement à la poterie, à l’architecture, aux mythologies du monde et à la découverte des idées partagées par toutes les civilisations. Il est titulaire d’un Master en philosophie politique et éditeur en chef de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2016, avril 18). Cos [Kos]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-11657/cos/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Cos." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le avril 18, 2016. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-11657/cos/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Cos." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 18 avril 2016. Web. 14 août 2022.

Adhésion