Dodécaschène

Coûts des serveurs - Collecte de fonds 2023

Faire fonctionner un site web qui accueille des millions de lecteurs chaque mois coûte extrêmement cher. Nous devons non seulement payer nos serveurs, mais aussi les services connexes tels que notre réseau de diffusion de contenu, Google Workspace, la messagerie électronique, etc. Nous préférerions utiliser cet argent pour produire davantage de contenu historique gratuit pour le monde entier. Merci de votre aide !
$2106 / $21000

Définition

Arienne King
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 05 octobre 2017
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais
Ancient Egypt (by Jeff Dahl, CC BY-SA)
Égypte ancienne
Jeff Dahl (CC BY-SA)

La Dodécaschène (littéralement « Douze villes » en grec) était le nom d'une région de Basse-Nubie qui est devint une importante province du royaume ptolémaïque après son annexion depuis la Nubie méroïtique par le royaume égyptien. La région tomba sous influence romaine au 1er siècle avant notre ère après la conquête de l'Égypte en 30 avant notre ère. Sa zone s'étendait entre la 1ère et la 2e cataracte du Nil dans le royaume de Koush ancien, bien que certaines parties se trouvent dans l'Égypte moderne.

Histoire de la région sous le royaume ptolémaïque

Le début de l'influence ptolémaïque en Nubie commença lorsque Ptolémée II (283-246 av. J.-C.) mena une campagne contre le royaume de Méroé vers 275 avant notre ère et conquit avec succès la province qui fut ensuite appelée «les Douze villes». Elle passa ensuite sous l'administration des nomes égyptiens (terme désignant les provinces en lesquelles l'Égypte fut divisée). Elle faisait d'abord techniquement partie du nome thébaide, mais en réalité, elle était dirigée par le commandant en charge des soldats en garnison dans la région. Cette situation resta inchangée jusqu'au IIe siècle avant notre ère, lorsque la région fut réintégrée dans le nome éléphantin avec son gouverneur civil au lieu de faire partie du nome thébaide.

Supprimer la pub

Advertisement

Lorsque Ptolémée V reprit la province, il dédia La Dodécaschène et Philae à Isis pour tenter de légitimer la domination ptolémaïque de la région.

La Dodécaschène conserva une grande partie de son administration autochtone, et un gouverneur nubien semble avoir été nommé et avait autorité sur les habitants nubiens de la province. De nombreux habitants nubiens de la région s'intégrèrent à la société ptolémaïque puis romaine, tout comme leurs homologues égyptiens, acquérant la langue et l'éducation grecques, les droits de citoyenneté et les noms grecs ou romains. Il y avait également des esclaves koushites ou «æthiopiens» dans tout le monde ptolémaïque et romain, mais particulièrement en Haute-Égypte, la plus proche de la Nubie.

La Dodécaschène faisait partie de la sécession de la Haute-Égypte (205-185 av. J.-C.) soutenue par le royaume méroïtique qui cherchait à regagner le territoire anciennement nubien grâce à une alliance avec les factions égyptiennes rebelles. Lorsque Ptolémée V reprit la province (vers 185-184 av. J.-C.), il dédia la Dodécaschène et Philae à Isis pour tenter de légitimer la domination ptolémaïque de la région et de faire entrer le temple d'Isis dans les bonnes grâce de la population de Philae.

Supprimer la pub

Advertisement

Importance commerciale et culturelle

Cette conquête de la part de l'Égypte ptolémaïque ouvrit de nouvelles routes commerciales vers le royaume ptolémaïque, de la Nubie aux villes frontalières de Ptolémaïs, Ptolémaïs Theron et Éléphantine. Éléphantine, en particulier, était au centre du commerce de l'ivoire, de l'or, du fer et des esclaves, qui étaient transportés plus au nord par les routes de caravanes reliant les villes commerçantes frontalières aux villes portuaires de la mer Rouge et au reste de l'Égypte. Les éléphants d'Afrique furent également importés pour la guerre, et cela est mentionné dans une dédicace de Ptolémée III (246-222 av. J.-C.) qui se vante d'être le premier à avoir apprivoisé les éléphants «troglodytiques» et « æthiopiens» et à les utiliser pour la guerre dans une inscription enregistrée par Cosmas Indicopleustès dans sa Topographie chrétienne (c. 550) :

Le grand roi Ptolémée, fils du roi Ptolémée [II] de la reine Arsinoé, des dieux frères et sœurs, enfants du roi Ptolémée [I] et de la reine Bérénice les dieux Sauveur, descendant du côté paternel d'Héraclès, fils de Zeus, sur la mère de Dionysos, fils de Zeus, ayant hérité de son père le royaume d'Égypte et de Libye et de Syrie et de Phénicie et de Chypre et de Lycie et de Carie et des îles Cyclades, a mené une campagne en Asie avec l'infanterie et la cavalerie et la flotte et les éléphants troglodytiques et æthiopiens, que lui et son père ont été les premiers à chasser de ces terres et, les ramenant en Égypte, à équiper pour le service militaire. (McCrindle, 58 ans)

L'utilisation des éléphants d'Afrique dans la guerre par la dynastie ptolémaïque prit fin après que la bataille de Raphia (217 av. J.-C.) contre l'Empire séleucide ait clairement montré qu'ils n'étaient pas à la hauteur des éléphants d'Asie importés de l'Est, mais le commerce de l'ivoire et des animaux exotiques de la province nubienne restaient lucratifs et les éléphants continuèrent d'être exportés à diverses fins.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Roman Mosaic Showing the Transport of an Elephant
Mosaïque romaine représentant le transport d'un éléphant
Carole Raddato (CC BY-SA)

Il a été suggéré que la conquête de l'Égypte par des puissances étrangères au milieu du 1er millénaire avant notre ère et les invasions subséquentes de la Basse-Nubie bouleversèrent les structures de pouvoir préexistantes et contribuèrent à la montée de la dynastie méroïtique en Nubie. Les changements apportés aux structures de pouvoir existantes et aux relations nubiennes avec leurs voisins du nord et du sud au cours de cette période étaient nécessaires pour asseoir sa position de puissance dominante au sud de l'Égypte qui permit à la Nubie de dominer le commerce extrêmement lucratif de l'Afrique de l'Est et de la route de la soie de la mer Rouge. Ce commerce entre les régions plus méridionales d'Afrique, d'Asie et d'Égypte faisait partie intégrante de l'importance de Méroé en tant que plaque tournante du commerce pour le monde connu des épices, des esclaves, de l'or, du fer, du bois, des animaux, de l'ivoire, de la soie et d'autres articles jusqu'à ce qu'Axoum ne le remplace en tant que puissance commerciale vers le IVe siècle de notre ère. Ces changements apportèrent également de nouvelles influences culturelles à la Nubie qui développa des liens plus étroits avec la Méditerranée et l'Asie. Les découvertes archéologiques d'objets grecs et romains tels que des bijoux et des jeux témoignent du vaste réseau commercial de Méroé à cette époque qui était étroitement lié à l'expansion du commerce méditerranéen provenant de l'Afrique du Nord-Est.

Pendant cette période, les influences architecturales de l'Égypte ptolémaïque touchèrent également la Nubie. Des temples comme celui de Musawwarat es-Sufra furent construits en collaboration avec des constructeurs ptolémaïques; ils présentent des éléments de styles grec et égyptien ainsi que des motifs traditionnels koushites. Les «thermes royaux», un sanctuaire aquatique de Méroé datant du IIIe siècle avant notre ère, portent des éléments d'architecture hellénistique et romaine comparables à certains égards à Alexandrie ou à Cyrène. Des représentations de divinités nubiennes hellénisées et de divinités grecques comme Pan ont été découvertes sur le site.

Relation avec Philae

Philae était un centre religieux et politique de la région depuis la fin de la période de l'Égypte ancienne, lorsque Nectanébo Ier (379-361 av. J.-C.) construisit un temple à Hathor qui continua à être rénové sous les pharaons ultérieurs. Le destin de cette ville était souvent lié à celui de la frontière fluctuante de la Basse-Nubie et de la Haute-Égypte en raison de son emplacement, et elle fut souvent utilisée comme point de liaison entre la Basse-Nubie et la Haute-Égypte et comme lieu de rencontre pour les dirigeants de l'Égypte et de la Nubie. C'était la ligne de démarcation symbolique entre l'Égypte et la Dodécaschène aux périodes ptolémaïque et romaine.

Supprimer la pub

Advertisement

Philae Temple, Aswan
Temple Philae d'Assouan
Dennis Jarvis (CC BY-SA)

Un réseau commercial existait entre la Nubie et le royaume ptolémaïque par le biais de Philae et de la Dodécaschène. Les temples régionaux supervisaient le commerce et les dons et favorisaient les liens sectaires en Égypte et en Koush. Les rois ptolémaïques érigèrent des temples à Thot et aux dieux nubiens comme Arensnouphis et Mandoulis en Dodécaschène, et pendant certaines fêtes, les dieux nubiens (c'est-à-dire les statues et leurs prêtres participants) firent des pèlerinages des temples nubiens à Philae en processions le long du Nil. Les dirigeants ptolémaïques de Ptolémée II jusqu'à Cléopâtre VII (51-30 av. J.-C.) fréquentèrent ce site. Diverses dédicaces signalent des occasions où les Ptolémides visitèrent Philae à des fins religieuses. Certains Nubiens occupaient des fonctions sacerdotales à Philae et représentaient le roi méroïtique à titre diplomatique au temple d'Isis à Philae. Les envoyés nubiens à Philae sont mentionnés dans divers contextes ptolémaïques et romains avec des cadeaux, des hommages et des messages diplomatiques.

La Dodécaschène après la conquête romaine de l'Égypte

Après la conquête de l'Égypte par les Romains en 30 avant J.-C., la région connut d'autres conflits et changements, Auguste (27 avant J.-C. - 14 après J.-C.) ayant reconnu à la fois les dangers potentiels que la Nubie représentait pour son pouvoir et les opportunités que sa conquête pouvait lui apporter. Le premier préfet de l'Égypte romaine, Cornelius Gallus, dut faire face à des rébellions en Haute-Égypte et en Basse-Nubie en raison de l'imposition de taxes vers 29 avant J.-C., mais il put rapidement réprimer ces rébellions et tenta d'affirmer l'autorité romaine sur la Nubie selon une stèle érigée à Philae qui dit:

Praefectus Aegypti Cornelius Gallus dit s'enorgueillir de la victoire qu'il a remportée : " Gaius Cornelius Gallus fils de Gnaeus, cavalier romain, premier préfet d'Alexandrie et d'Égypte après la défaite des rois par [Auguste] César fils du divin, et vainqueur de la révolution de la Thébaïde en quinze jours, battit les ennemis deux fois pendant celle-ci dans une bataille générale, et s'empara de cinq cités par la force : Boreses, Coptos, Ceramici, Diospolis Megaly, et Ophion, et captura les chefs de ces révolutions. Ayant conduit son armée au-delà de la cataracte du Nil, où ni les armées des Romains ni celles des rois d'Égypte n'étaient allées auparavant, et subjugué la Thébaïde, source d'effroi pour tous les rois, et ayant prêté l'oreille aux ambassadeurs du roi d'Éthiopie et pris ce roi sous sa protection, et nommé un chef pour le Tiracontoschoenus [Dodekaschoinos]. En ( ?) Éthiopie, il [Gallus] a présenté cette dédicace et a remercié les dieux ancestraux et le Nil, son aide." (Traduction de M. Solieman)

Ces actions et les fanfaronnades qu'il fit au sujet de ses réalisations conduisirent Auguste à lui retirer le commandement et à le remplacer par Gaius Petronius, qui réussit manifestement mieux dans le conflit avec la Nubie et fut moins ambitieux dans sa première préfecture. Auguste le remplaça par Aelius Gallus en 26 avant J.-C., mais lorsque Gallus partit à l'est pour mener la conquête de l'Arabie prévue par Auguste (vers 25 avant J.-C.), la reine Amanirenas de Méroé en profita pour envahir la Dodécaschène puis la Haute-Égypte. Ils occupèrent avec succès Syène, Philae et Éléphantine, où ils expulsent les Juifs, et au cours de leurs raids et occupations, ils emportèrent des prisonniers romains et plusieurs statues en bronze d'Auguste. L'une de ces statues, connue aujourd'hui sous le nom de "Tête de Méroé", fut retrouvée en 1910 là où elle avait été enterrée, sous un temple méroïtique dédié au dieu nubien Arensnouphis, patron de la guerre entre autres.

Supprimer la pub

Advertisement

The Meroe Head of Augustus Caesar
Tête d'Auguste César de Méroé
Udimu (28-05-2007) (CC BY-SA)

En 24 avant J.-C., Petronius fut rétabli au poste de préfet d'Égypte et, en 23 avant J.-C., il mena une expédition punitive au sud de Méroé, prétendument jusqu'à la ville de Napata qu'il mit à sac. Après avoir récupéré des prisonniers et des statues ainsi que des centaines de captifs nubiens, il se retira vers le nord, établissant la nouvelle frontière du territoire romain à Primis (Qasr Ibrim). La reine Amanirenas riposta avec vigueur et tenta de reprendre Primis en 22 avant J.-C., ce que Pétrone fit échouer. Par la suite, le royaume méroïtique tenta de discuter avec Pétrone dans l'espoir d'une négociation, mais Pétrone choisit d'en référer à Auguste. Vers 22-21 avant J.-C., Auguste accepta toutes les conditions fixées par les envoyés d'Amanirenas, et Méroé rendit une grande partie (mais manifestement pas la totalité) des statues volées et cessa les hostilités. La frontière convenue rétablit la forme de la Nubie romaine à peu près identique à celle de la province ptolémaïque, la frontière restaurée tombant sur le bord sud de la Dodécaschène.

Pendant la période impériale romaine, les routes commerciales et les liens politiques entre la Nubie et la Dodécaschène se renforcèrent, et les Nubiens continuèrent à avoir une forte présence religieuse et diplomatique jusqu'à Philae au nord. Une grande partie des Subsahariens, généralement appelés "Aethiopes", qui vivaient en Égypte et dans le reste de l'Empire romain en tant que citoyens, sujets ou esclaves, étaient originaires de Nubie, en émigraient ou en étaient exportés. L'importance des réseaux de temples se maintint jusqu'à la conversion de Philae au christianisme au 4e siècle de notre ère, lorsque le christianisme devint la religion dominante en Égypte et en Nubie et que de nombreux temples furent abandonnés, détruits ou convertis en chapelles.

Supprimer la pub

Publicité

Bibliographie

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Arienne King
Arienne King est une étudiante et rédactrice indépendante passionnée d'histoire, d'archéologie et de média numérique. En plus d'animer le blog Muses & Mayhem, elle occuppe le poste d'éditrice média au sein de l'Ancient History Encyclopedia.

Citer cette ressource

Style APA

King, A. (2017, octobre 05). Dodécaschène [Dodekaschoinos]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-16344/dodecaschene/

Style Chicago

King, Arienne. "Dodécaschène." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le octobre 05, 2017. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-16344/dodecaschene/.

Style MLA

King, Arienne. "Dodécaschène." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 05 oct. 2017. Web. 08 févr. 2023.

Adhésion